Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

La chronique des Bridgerton, tome 6 : Francesca de Julia Quinn

61dfczkjrrl

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 380 pages
Parution : 6 Juillet 2016
Tome : 06/09
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

La vie est parfois cruelle. Après avoir passé tant d’années à papillonner de femme en femme, Michael Stirling est tombé amoureux fou de la seule femme qu’il lui était interdit d’aimer : Francesca, l’épouse de son cousin John, que Michael aime comme un frère. Quand John meurt brutalement, Michael devient comte de Kilmartin. Désormais, Francesca est libre, mais le souvenir du défunt se dresse entre eux. Comment trouver le bonheur sans avoir l’impression de trahir celui qu’ils chérissaient tant ?

 

Mon avis:

Sixième tome de la saga, où l’on suit Francesca alors comtesse de Kilmartin, qui vit avec son mari John entre l’Angleterre et l’Ecosse. Même si elle n’a pas encore réussi à tomber enceinte, elle se sent heureuse jusqu’au jour où tout s’écroule. Son mari qu’elle affectionnait tant, et retrouvé inconscient. Un décès brutal qui bouleverse sa vie, ainsi que celle du cousin et ami de John, Michael, qui hérite du titre et des propriétés. Un deuil qu’ils vont vivre durement et différemment. Mais entre devoirs et besoins, ils vont devoir aller de l’avant.

Quel bonheur de retrouver le style et l’humour de l’auteure qui m’avait particulièrement manqué dans le dernier tome. Cette intrigue a la particularité de se dérouler en même temps que les deux précédentes, on apprend ainsi le mariage de Colin et d’Eloise au cours de l’histoire. Elle explique aussi le peu de présence de Francesca dans les précédents tomes, qui était déjà en couple et établie avec John à ce moment. Une union qui était emplie de passion, mais qui était de courte durée. Les premières pages peuvent sembler tristes, on y parle de deuil, de maladie, mais aussi d’amour. Un amour partagé, et un autre secret que l’on va découvrir. De retour de son long séjour en Inde, Michael n’a pas d’autre choix que de prendre ses responsabilités en main. Voilà maintenant 4 ans que Francesca administre toute seule ses nouvelles propriétés, le temps de l’acceptation et du changement est venu. Et c’est d’ailleurs aussi le souhait de Francesca pour une tout autre raison. Elle souhaite devenir mère, et envisage sérieusement à se remarier. Entre sentiments troublée, doutes et culpabilité, un flot d’émotions submergent Francesca et Michael. Même si des fois on a sérieusement envie de les secouer pour qu’ils se décident enfin, et prennent conscience de leur attirance ! Un couple touchant qui a su me charmer.

J’ai aussi apprécié les notes de l’auteure à la fin du livre sur les maladies de l’époque, et sur les avancées de leurs prises en charge. On y parle de rupture d’anévrisme et de malaria. J’aime beaucoup quand les auteurs partagent avec nous un résumé de leur recherche, on a toujours des informations à découvrir.

 

 

 

 

 

RDV du Blog, Top Ten Tuesday

Top Ten Tuesday: Les 10 romans dont vous avez vus l’adaptation cinématographique ou télévisuelle

Top Ten Tuesday

Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur le blog Frogzine.

 

Voici mon top 10 : Les 10 romans dont vous avez vus l’adaptation cinématographique ou télévisuelle

 

Pour ce top, je fais le choix de ne pas citer des grands noms comme Harry Potter ou Hunger Games, ou encore plus récemment La chronique des Bridgerton, mais plutôt des titres que je souhaiterais mettre en lumière !

 

Pamela : Ou la vertu recompensée de Samuel RichardsonPamela : Ou la vertu recompensée de Samuel Richardson

Pamela Andrews est une humble et honnête jeune fille placée en condition chez M. B., un riche propriétaire. Se prenant de passion pour elle, le fils du ménage complote à plusieurs reprises avec ses domestiques pour obtenir ses faveurs. Pamela protège sa vertu avec succès et, après avoir vainement tenté de la séduire, B., touché en sa faveur après lecture de son journal secret, finit par l’épouser. Dans la deuxième partie du roman, Pamela essaie de s’adapter à la société bourgeoise et d’établir un rapport réussi avec B.

Livre qui a inspiré la série Elisa di Rivombrosa

 

Des palmiers dans la neige de Luz GabásDes palmiers dans la neige de Luz Gabás

« Elle va bien, elle est très forte, elle n’a pas eu le choix. » Un fragment de lettre, découvert par hasard, et toutes les certitudes de Clarence de Rabaltué s’effondrent. Bercée dès l’enfance par les récits de son père, elle croyait tout savoir de cette jeunesse passée sur l’île tropicale de Fernando Póo, en Guinée espagnole. De l’odeur enivrante du cacao, de la richesse de la végétation et du soleil écrasant… Mais elle ignore tout de cette mystérieuse « elle » et de son lien avec son père. Et s’il existait une tout autre vérité, loin de l’histoire familiale officielle ? Un passé fait de secrets, d’amours interdites, de conventions sociales bafouées et de danger… Clarence s’envole pour la Guinée, déterminée à remonter le temps jusqu’à cet hiver 1953 où tout a commencé. À la fois grande saga familiale et fresque épique, le récit traverse les océans, les générations et nous confronte à l’un des aspects les plus sombres de notre passé colonial. .

Livre qui a inspiré le film Palmiers dans la neige

 

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie BarrowsLe cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, un natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis – un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d’un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d’une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates…) délices bien évidemment strictement prohibés par l’occupant. Jamais à court d’imagination, le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d’humanité Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle et même d’autres habitants de Guernesey , découvrant l’histoire de l’île, les goûts (littéraires et autres) de chacun, l’impact de l’Occupation allemande sur leurs vies… Jusqu’au jour où elle comprend qu’elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle répond à l’invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend à Guernesey. Ce qu’elle va trouver là-bas changera sa vie à jamais.

Livre qui a inspiré le film Le cercle littéraire de Guernesey

 

couv21663389La flèche noire de Robert Louis Stevenson

Vers 1460, la guerre des Deux-roses (Lancastre contre York) ravage l’Angleterre. Dans la forêt de Tunstall – que hantent un bossu énergique, un faux lépreux masqué et un hors-la-loi surnommée « la Flèche noire » -, le jeune orphelin Dick Shelton cherche la vérité.
Et trouve l’amour.
Dans un décor à la Robin des Bois, une histoire de cape et d’épée et de mystère contée sur le ton tragique et tendre de David Balfour.

Livre qui a inspiré la série La Freccia Nera

 

L'abbesse de Castro de StendhalL’abbesse de Castro de Stendhal

Vers le milieu du XVIe siècle, après huit années au couvent de la Visitation, Hélène Campireali, jeune fille de noble famille, regagne Albano pour y vivre près de son père. Un voisin, Jules Branciforte, s’éprend d’elle au scandale du seigneur de Campireali qui voit d’un mauvais oeil la cour que ce jeune homme pauvre fait à sa fille. Un soir d’été, grâce à une longue canne, Jules élève jusqu’à la fenêtre d’Hélène un bouquet – et elle décide de s’en saisir. Le début de cette nouvelle – qui sera plus tard la première des Chroniques italiennes – laisserait présager une idylle si l’auteur ne prenait la peine d’annoncer  » les malheurs affreux qui vont former le triste sujet  » de son récit. A la dernière page, néanmoins, demeure une ineffaçable impression de fraîcheur qui, jointe à la simplicité naïve des amours de Jules et d’Hélène, donne au texte sa qualité singulière.

Livre qui a inspiré la série Il falco e la colomba

 

couv21805564La Catin de Iny Lorentz

A la veille de son mariage, rien ne prépare Marie au cataclysme qui va s’abattre sur son existence. Dans cette Allemagne du XVè siècle, sa beauté, sa chasteté et sa dot la promettent au meilleur des partis. Ce sera Maître Ruppertus Splendidus, jeune et brillant avocat qui a l’oreille des puissants. Mais quand Marie est calomniée, jetée en prison puis violée, le conte de fées tourne soudain au cauchemar… Jugée sommairement puis bannie, elle n’a d’autre solution pour survivre que de rejoindre un groupe de prostituées itinérantes. Rejetée avec ses compagnes d’infortune au ban de la société, Marie a cependant un atout qui l’aidera à surmonter toutes les épreuves: en elle, brûle le feu de la vengeance…

Livre qui a inspiré le film La catin

 

Avec vue sur l'Arno de Edward Morgan ForsterAvec vue sur l’Arno de Edward Morgan Forster

Lucy Honeychurch n’aurait jamais pu partir à la découverte de l’Italie comme toute jeune Anglaise de bonne famille sans la surveillance d’un chaperon zélé, sa cousine Charlotte. A leur arrivée à Florence, les deux voyageuses constatent avec dépit que la chambre qui leur a été réservée n’a pas de vue sur l’Arno. En violation de toutes les convenances, deux inconnus, M. Emerson et son fils George, leur proposent de leur échanger la leur qui, elle, donne sur le fleuve. L’attitude cavalière de George envers Lucy et le peu de résistance qu’elle lui oppose poussent Charlotte à décider d’abréger leur séjour. Mais le hasard va à nouveau réunir les Emerson et les Honeychurch, en Angleterre cette fois… Un roman délicieux sur l’éveil des sentiments et le poids des conventions sociales par un des maîtres de la littérature anglaise.

Livre qui a inspiré le film Chambre avec vue

 

Le Livre perdu des sortilèges, tome 1 de Deborah HarknessLe Livre perdu des sortilèges, tome 1 de Deborah Harkness

Diana Bishop est la dernière d’une longue lignée de sorcières, mais elle a renoncé depuis longtemps à son héritage familial pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : L’Ashmole 782. Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret, et que tous – démons, sorcières et vampires – le convoitent ardemment. Parmi eux, Matthew Clairmont, un vampire aussi redoutable qu’énigmatique. Un tueur, lui a-t-on dit. Diana se retrouve très vite au coeur de la tourmente, entre un manuscrit maudit et un amour impossible.

Livre qui a inspiré la série A Discovery of Witches

 

 

Et plein d’autres à retrouver sur le blog, en cliquant sur ce lien

 

Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Orgueil et préjugés en énigmes de Richard Galland

91ya9cdjlsl

Éditeur : L’Imprévu
Pages : 224 pages
Parution : 18 Septembre 2020
Tome : 01/01
Format: Relié
Genre: Jeux

Lien Amazon

 

L’histoire:

Entrez dans l’univers romanesque de Jane Austen et confrontez-vous à plus de 100 énigmes ! Toutes inspirées des romans de la célèbre auteur britannique, elles vous conduisent à la suite de personnages bien campés et à travers une société patriarcale dont les rigidités et les problématiques, toujours d’actualité, sont dépeintes avec humour.

Casse-tête, messages cryptées, jeux de lettres et de chiffres, jeux d’observations, devinettes… cet ouvrage met à l’épreuve votre bon sens et votre logique. Il vous permet de tester vos capacités d’analyse et de déduction, mais il n’oublie pas le plaisir.

Comment parviendrez-vous à traverser la rivière alors que le pont s’est effondré ? Résoudrez-vous le mystère des perles noires et découvrirez-vous les différences entre deux images au charme suranné

 

Mon avis:

Même si le titre principal ne fait référence qu’à « Orgueil et Préjugés », le sous titre rétablit la vérité, vu que l’ouvrage fait bien référence aux six romans publiés par Jane Austen. D’ailleurs, le sommaire classe les jeux par romans, et on y retrouve un petit résumé avant chaque session. (Attention à ceux qui n’ont pas lu les romans, les résumés sont assez complet!)

Dès le début, on sent bien que Richard Galland, le concepteur des jeux, est un admirateur de Jane Austen, et qu’il s’est bien amusé (Il a d’ailleurs aussi créé un jeu de carte à son effigie!). Cet ouvrage nous propose de revisiter chaque intrigue des romans avec des jeux de différences, des mots cachés, des sudokus, des mots codés, des jeux de logiques… Les jeux se déroulent dans un ordre précis, si bien que l’intrigue de chaque roman est respecté. C’est vraiment surprenant et très bien conçu. Et ce qui est très agréable aussi, c’est que les jeux sont bien complexes ! On est loin du jeu de 7 différences qu’on trouve en 1 minute. Non, il faut bien passer plus de temps pour ressourdre les énigmes. 

Le graphisme du livre est aussi superbe. Il en devient même difficile de faire le choix d’écrire dans le livre pour faire les jeux. J’ai choisi l’option d’un crayon de bois très sec, pour ne pas l’abimer et tâcher les pages et illustrations. Pour l’instant, j’ai résolu les énigmes que du premier livre présenté qui est « Raison et Sentiments ». Je compte bien prendre mon temps pour m’attaquer à la suite.

En tout cas, si vous avez aimé les romans de Jane Austen, et que vous voulez les redécouvrir en vous amusant, ce livre est pour vous. Je vous avouerais même que j’ai bien envie de me faire des relectures maintenant !

note 4,5 étoiles

 

 

RDV du Blog, TAG

TAG PKJ Adieu 2020

#TAG PKJ : Adieu 2020

Pour conclure cette année, quoi de mieux qu’un petit tag qui fait un bilan des lectures de cette année.

 

1) Vos 3 meilleures lectures de 2020

Je citerais en premier « Charlock de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe » qui signent un nouveau partenariat ensemble, et une nouvelle saga très prometteuse. Puis me vient aussi en tête « Le grand livre des dragons de Anna Lang et Federica Magrin« , qui est en fait un cadeau que j’ai fait à mon neveu. Mais en grande amatrice de dragons, je n’ai pas pu résisté de le lire avant !!! Et enfin je dirais l’adaptation d’un roman que j’ai adoré en BD « Miss Charity, tome 1 : L’enfance de l’art de Loïc Clément, Marie-Aude Murail et Anne Montel » Je suis curieuse de voir la suite !

 

2) Vos 3 plus grandes déceptions de 2020

J’ai déjà cité ce titre dans un autre tag, et je le cite encore. Il s’agit de « Ze journal de la famille presque zéro déchet : survivre un an sans déchet (mais avec quelques gros mots…) de Bénédicte Moret » Le sujet était pourtant très intéressant, mais je n’ai pas aimé l’image de la famille qui en ressort. Je dirais aussi « Raison et sentiments de Po Tse, Stacy King et Jane Austen » Je n’ai pas du tout retrouvé l’ambiance du roman.

 

3) Le meilleur livre PKJ 

Je n’ai pas lu de PKJ cette année. Pourtant j’en ai dans ma PAL et ma wishlist !

 

4) Le premier livre lu en 2020

Il s’agissait de « Les mondes inversés, tome 1 : Homer Pym et le garçon du film de Cendrine Wolf et Anne Plichota« 

 

5) Le dernier livre lu en 2020

Il s’agit de « La chronique des Bridgerton, tome 6 : Francesca de Julia Quinn« 

 

6) La/le meilleur.e auteurice découvert.e en 2020

ça ne sera pas une réponse très neutre, vu qu’elle m’envoie ses livres en service presse, mais j’ai grandement aimé échanger avec elle par mail, et j’adore ses écrits. Il s’agit d’Aurélie Depraz, qui écrit de la romance historique très bien documentée. D’ailleurs le deuxième tome de sa duologie doit bientôt sortir. Curieuse de connaitre la suite !

 

7) Le livre avec la plus belle couverture

Pour ne pas citer un livre déjà cité, je dirais donc « Dans la tête de Sherlock Holmes, tome 1 : L’Affaire du Ticket Scandaleux de Cyril Lieron et Benoit Dahan » dont les illustrations sont splendides ! 

 

8) Une saga terminée

Il s’agit de « La saga des Bedwyn de Mary Balogh » J’ai découvert cette auteure anglaise l’année dernière, et j’ai bien envie de découvrir ses autres écrits. J’ai d’ailleurs quelques uns de ses romans dans ma PAL !

 

9) La maison d’édition la plus lue

Il s’agit des éditions J’ai lu, collections toutes confondues

 

10) Le livre dont tout le monde parlait (que vous l’ayez lu ou non)

Avec la sortie de la série sur Netflix, je ne peux que parler de « La chronique des Bridgerton, tome 1 : Daphné et le duc de Julia Quinn » Après des non lu, je pourrais en citer avec collection avec en tête « Étés anglais de Elizabeth Jane Howard », « Le crocus jaune de Laila Ibrahim », « Les ombres d’Edimbourg, tome 1 : L’entre-monde de Anna Lyra » ou encore « Les sept soeurs, tome 1 : Maia de Lucinda Riley » et Winterhouse hôtel, tome 1 de Ben Guterson et Chloe Bristol » en édition poche

 

11) Le livre que vous attendiez le plus en 2020

J’aime beaucoup les livres de Benjamin Lacombe, il me semble avec précommander Charlock, tout comme la suite de la saga L’atelier des sorciers de Kamome Shirahama. Vivement la suite !

 

12 ) Le livre que vous attendez le plus en 2021

J’ai tellement de saga en cours, dont j’attends la suite: Miss Charity, Le château des étoiles, L’atelier des sorciers, Charlock…

 

 

Et pour vous, quelles sont vos meilleures lectures de 2020 ?

 

 

 

Discutons ensemble, RDV du Blog

Un MOOC sur la littérature française du XVIIIème, le siècle des Lumières

 
Je reviens vers vous avec un nouveau MOOC consacré à la littérature française du XVIIIème siècle. Pour les amateurs de cette époque, ou ceux qui souhaitebt en savoir plus, il est possible de s’inscrire sur la plateforme Fun Mooc, dont je vous mets le lien en bas de cet article. 
 
Les cours commencent le 25 janvier 2021, et vous pouvez vous inscrire jusqu’au 26 mars 2021
 
 
MOOC « 18e siècle : le combat des Lumières »
 

 

Ce cours porte sur l’histoire de la littérature et des idées du 18e siècle français. Il vise à présenter l’ensemble du siècle, les œuvres et les auteurs aussi bien que les combats d’idées qui traversent les Lumières. L’accent sera mis sur les « grands auteurs » (Montesquieu, Prévost, Marivaux, Voltaire, Rousseau, Diderot, Sade…) qui constituent le bagage culturel requis pour avoir une idée générale du siècle, mais sans négliger tout ce que la recherche récente à mis en valeur en terme de mouvements de fond, représentés par des auteurs qui ont une place moins individualisée au panthéon littéraire mais qui n’en sont pas moins importants (textes clandestins, romans libertins, développement des femmes de Lettres, etc.). On veillera à donner les éléments de cadrage historique qui permettent de situer les mutations importantes des genres dynamiques du moment (roman, théâtre) aussi bien que les débats intellectuels et la manière dont ils s’incarnent dans des œuvres majeures.

 

Ce cours s’adresse à toute personne souhaitant compléter sa culture générale sur le 18e siècle français, en France ou à l’étranger. Il ne demande pas de prérequis, mais simplement un intérêt pour la culture et la littérature française.

 

Voici le sommaire des sujets abordés:

Salon 1 – Histoire, politique, littérature au XVIIIe siècle

Salon 2 – L’essor du roman

Salon 3 – L’aventure de l’Encyclopédie

Salon 4 – Un siècle de théâtre

Salon 5 – Les lumières en action

Salon 6 – La Révolution et le tournant des Lumières

 

 

Alors vous êtes intéressé ?

Rendez-vous sur ce lien pour vous inscrire !

 

Littérature américaine (Etats-Unis), Séries

Bridgerton

bridgerton-season-1-poster-bridgerton-netflix-series-43618652-864-1280

Acteurs : Phoebe Dynevor, Rege-Jean Page, Julie Andrews, Jonathan Bailey, Adjoa Andoh, Luke Thompson, Luke Newton, Claudia Jessie, Ruth Gemmell, Nicola Coughlan, Harriet Cains, Bessie Carter, Golda Rosheuvel…
Réalisateur : Chris Van Dusen, Shonda Rhimes
Audio : Anglais, Français
Durée : 150 minutes
Genre: Historique, Comédie

 

L’histoire:

À Londres, pendant la Régence, Daphne Bridgerton, fille aînée d’une puissante dynastie, est censée se trouver un mari, mais la concurrence est rude ! Espérant suivre l’exemple de ses parents et faire un mariage d’amour, Daphne semble au départ avoir toutes les chances de son côté. Pourtant, dès lors que son frère aîné se met à rejeter ses prétendants les uns après les autres, le journal à scandales de la haute société londonienne, dirigé par la mystérieuse Lady Whistledown, propage des calomnies sur la jeune femme. C’est alors que débarque le séduisant et frondeur duc d’Hastings, célibataire endurci et meilleur parti du moment. Bien qu’ils s’en défendent, Daphne et le duc sont incontestablement attirés l’un par l’autre – et les voilà embarqués dans un jeu de dupes, tout en devant composer avec les injonctions de la société concernant leur union potentielle…

 

Mon avis:

Adapté des best-sellers de la romancière Julia Quinn, la série Bridgerton met en scène Daphné qui a atteint l’âge de faire son entrée sur la scène matrimoniale. Chaperonnée par sa mère et son frère, devenu vicomte depuis le décès de leur père, elle est présentée auprès de la Reine Charlotte avec d’autres débutantes. Ces premiers pas sont remarqués et même analysés par la nouvelle chroniqueuse à scandales: Lady Whistledown. Malgré des débuts prometteurs, la recherche d’un mari s’avère compliquée. Et c’est là qu’elle tombe par hasard sur le Duc d’Hasting, et il élabore ensemble un stratagème. Simon Basset n’a aucune intention de se marier, et il voit dans cet arrangement une solution pour être tranquille des mères marieuses, et ainsi permettre à la sœur de son ami de se faire remarquer et courtiser. Mais des fois à trop jouer, on peut se brûler les ailes…

Daphne Bridgerton sait que sa destinée est liée à un bon mariage pour elle et sa famille. Elle connait la charge que représente de trouver un bon parti dans cette société prévictorienne. De débutante, elle deviendra une femme avec des obligations et pourra prendre son destin en main. Et comme dans le roman, elle n’a pas l’intention de se laisser faire, comme en témoigne sa répartie. A ses côtés, on trouve Simon Basset qui n’a pas eu une enfance facile et ses difficultés le hante encore aujourd’hui. Entre dynamisme et humour, on suit les aventures de nos héros, avec en parallèle d’autres histoires des familles Bridgerton et Featherington. En comparaison aux romans, on retrouve pas mal d’éléments clés, mais aussi son rythme. Qu’est ce que j’ai rigolé en me rappelant certaines scènes du livre. Quelques changements ont été fait, mais assez mineurs finalement, avec l’insertion de quelques personnages par exemple. Quelques notes de modernité ont aussi été ajouté notamment avec le choix du casting, et il me plait. On n’est pas dans l’adaptation d’un Charles Dickens, mais dans un roman de Julia Quinn écrit à notre époque. Des libertés sont prises dans l’écriture par rapport à des faits historiques, et le sont aussi dans la série. Les acteurs sont ainsi plus en adéquation avec le monde actuel métissé, que celui de l’époque, tout en respectent ses codes. D’ailleurs dans l’intrigue de la série, la Reine Charlotte évoque ses origines avec la noblesse noire africaine, et introduit parfaitement l’histoire du Duc de Hasting. Et cette modernité ne s’arrêtent pas là. J’ai aimé ce moment où Daphné envoie son poing dans un certain personnage, ou encore cette soirée chez Lady Danbury où des femmes mariées se divertissent étonnamment, en oubliant les circonstances de leur union. Une petite note de féminisme. La famille des Bridgerton montre certes une belle image, avec un couple qui a trouvé l’amour et une veuve qui pleure encore son mari. Mais on découvre aussi un portrait de la société où la condition féminine et maritale pâtissent de bien de sacrifices, ou encore les classes populaires comme les commerçants ou artistes. Et enfin autre point que je tiens à souligner, ce sont les scènes charnelles qui ne s’arrêtent pas au pied de la porte et qui sont quelques peu débridés ! 

Du côté de l’esthétique du film, celui-ci est très soigné et quelques peu acidulé par les tenues, ce qui rappelle un certain film de Sofia Coppola. Les lieux de tournage sont magnifiques, tout comme les costumes. J’ai aussi aimé l’insertion d’autant de tableaux, peut-être un clin d’œil à la passion pour l’art de la Reine Charlotte, qui a d’ailleurs une belle place dans la série. On ressent qu’il y a eu beaucoup de recherches pour coller à l’époque, même si anachronisme il y a. Enfin pour la musique, j’ai souri en reconnaissant certaines chansons modernes réinterprétées par un quatuor à corde, nommé Vitamin String Quarte.

Mais il y a tout de même un point qui m’a ennuyé, c’est la fin du dernier épisode. Je n’étendrais pas mon propos pour ne pas vous spoiler, mais je trouve qu’avec le choix fait, ils ont cassé un mystère. (Dans les romans, on ne le découvre que dans le tome 4) Peut-être ne savait-il pas si la série aurait du succès et ont offert ainsi une fin. Je me demande comment va se passer la suite, même s’il n’y a que le téléspectateur qui est au courant, et non les personnages. Ca gâche du suspense. Réponse en 2022, avec la saison 2 qui a été commandée. Il va falloir être patient !

En bref, une série qui mixte historique et modernité, le tout en étant divertissante et acidulée. A savourer !

 

En bonus: découvrez les lieux de tournage via cet article, et quelques musiques réinterprété par Vitamin String Quarte.

RDV du Blog, TAG

TAG – Noel arrive

page_2_noel_2_jpg__834907

Voici un TAG découvert sur le blog de Light and Smell. Merci !

 

1 – Le Pôle-Express : tu peux partir, là maintenant tout de suite, où vas-tu pour Noël ?

Pour moi, Noël est une fête familiale, alors forcément je ne me vois pas partir seule. Mais je dirais que s’il faut choisir un lieu pour le fêter, hé bien je citerais celui où on avait l’habitude d’aller quand j’étais petite: à Cordon. On louait un chalet, et on passait les fêtes là-bas entouré par la neige et la montagne.

Pour info, Cordon est un village près de Megève et La Clusaz.

 

2 – Le drôle de Noël de Scrooge : ta plus grosse déception livresque ?

mincouv26405135Je dirais le tome 3 de la saga L’héritage de Christopher Paolini. J’ai vraiment passé de bons moments avec les deux premiers, mais celui-ci je n’ai pas du tout accroché, si bien que je l’ai même abandonné… Et ça ne m’arrive pas souvent d’abandonner une lecture.

 

 

 

 

3 – Niko le petit renne : un livre que tu as lu rapidement ?

Passions Londoniennes, tome 3 : James de Aurélie DeprazMon dernier coup de cœur et livre que j’ai dévoré, c’est Passions Londoniennes, tome 2 : Jay de Aurélie Depraz. Il s’agit d’une trilogie. J’ai d’ailleurs aimé tous les tomes, mais celui-ci m’a particulièrement marqué.

Ma chronique du tome 1 
Ma chronique du tome 2
Ma chronique du tome 3

 

 

 

4 – Klaus : tu as tellement aimé un livre qu’il a réussi à te donner envie de lire tous les romans de l’auteur. Lequel ?

Alors il ne s’agit pas de romans, mais plutôt d’albums. Cette année, j’ai découvert le travail de Ruth Brown, qui écrit et illustre en jeunesse. J’aimerais bien découvrir la suite de ses ouvrages, d’autant plus qu’on me les a vivement conseillé !

 

5 – Le Grinch : tu as le droit d’avoir une série de livres, laquelle choisirais-tu ?

71tyugeg3alHé bien forcément je ne peux que citer un célèbre sorcier à lunettes, qui m’a fait aimer la lecture et m’a réconcilié avec les livres. Il m’a d’ailleurs accompagné pendant presque toute ma scolarité, de la primaire au lycée !

Hâte de faire connaissance avec ce bel ouvrage.

 

 

 

 

6 – Miracle sur la 34e rue : un livre que tu as réussi à finir par miracle ?

Ze journal de la famille presque zéro déchet : survivre un an sans déchet (mais avec quelques gros mots...) de Bénédicte MoretJe n’irais pas jusqu’à parler de miracle, vu que le contenu est quand-même intéressant, mais j’ai eu énormément de mal avec l’humour du livre et l’image de cette famille. J’ai dû m’accrocher pour arriver à la fin, vu qu’aussi c’était un service presse, et que je me devais de le finir. 

 

 

 

 

 

Et vous, qu’auriez-vous répondu à ces questions ? 

 

Films

Miss Révolution (Misbehaviour)

Miss Révolution - Misbehaviour

Acteurs : Keira Knightley, Gugu Mbatha-Raw, Greg Kinnear, Jessie Buckley, Ruby Bentall, Lily Newmark, Maya Kelly, John Heffernan
Réalisateur : Philippa Lowthorpe
Audio : Anglais, Français
Durée : 116 minutes
Genre: Historique, Comédie
Lien Amazon

 

L’histoire:

En 1970, la compétition Miss World prend place à Londres. La cérémonie est animée par une légende de la comédie américaine : Bob Hope. Regardé en direct par plus de cent millions de téléspectateurs à travers le monde, le concours de beauté prend une tournure inattendue et politique lorsque le mouvement de libération des femmes s’empare de la scène.

 

Mon avis:

Miss Révolution, alias Misbehaviour, nous plonge dans les années 1970 en Grande Bretagne, au début des mouvements féministes. Inspiré d’une histoire vraie, on suit les coulisses du concours Miss Monde qu’organise Eric Morley, dans lequel pour la première fois il y a une représentante de l’Afrique du Sud noire. En parallèle, on fait la connaissance d’une mère divorcée, Sally Alexander qui souhaite reprendre ses études d’Histoire à l’université. Lors d’une sortie, elle rencontre la leader d’un mouvement féministe Jo Robinson. Ensemble, les deux femmes vont unir leurs forces pour saboter le concours de miss qu’elles trouvent dégradant pour les femmes. Une élection qui marquera pour de nombreuses raisons.

Déjà je souhaiterais souligner que tous les faits décrits dans ce film, jusqu’aux noms des personnages principaux sont réels. D’ailleurs on retrouve ces personnes à la fin du film, ainsi que leurs parcours depuis ce fameux jour. Diffusée en direct à la télévision, le concours de Miss Monde a toujours attiré des millions de spectateurs. Cette soirée du 20 novembre 1970 au Royal Albert Hall de Londres inscrit un tournant. Le film n’est pas là pour critiquer les concours de beauté, et au contraire il montre bien comment ils peuvent aider certaines participantes à s’affranchir de leur condition sociale ou abattre des barrières raciales. On le voit d’ailleurs bien à la fin du film avec le chemin qu’elles ont toutes parcourues. Il décrit plutôt les circonstances dans lesquelles ils sont organisés à l’époque: les prises de mensurations, des candidates de peaux blanches pour chaque pays, le peu de liberté dans les prises de parole, les défilés où la femme est observée de face et de derrière… Il dénonce aussi le patriarcat, le pouvoir des hommes sur les femmes jusqu’à leur sexualité.

Même si ce film est là pour divertir, il est tout de même engagé et fait réfléchir sur l’égalité des sexes et le racisme. Certains points sont toujours d’actualités et font polémiques, même 50 ans après. En début de film, on voit d’ailleurs une femme allaitée son enfant en plein dans une réunion. Un geste qui fait toujours parler, et qui m’a fait penser à cette pub de Nana qui a tant fait réagir. Oui, notre sang n’est pas bleu, mais bien rouge ! Mais revenons au film et à l’histoire de cette soirée, qui a commencé par une bombe qui a explosé devant le théâtre. Les féministes ont d’ailleurs été incriminées dans un premier temps, mais c’est bien leur action pendant l’élection qui fera parler d’elles et changer les consciences. Pendant cette cérémonie bouleversée par leur action militante, une première femme noire est élue Miss Monde, devant les caméras du monde entier. Il s’agit de Jennifer Hosten, candidate de La Grenade, accompagnée de sa première dauphine, Pearl Jansen venue d’Afrique du Sud, en plein apartheid. Cette élection aura aussi permis de mettre en lumière le Mouvement de Libération des Femmes, ce qui deviendra le point de départ de leur expansion, mais aussi elles seront enfin écoutées. Le 20 novembre 1970 écrit le début de changement politique, le développement du féminisme, et une première lutte contre le racisme. Miss Monde 1970 aura marqué l’Histoire !

Du côté des acteurs, on retrouve Keira Knightley qui incarne parfaitement Sally Alexander et Gugu Mbatha-Raw qui interprète brillamment Jennifer Hosten. On retrouve aussi des têtes connues que l’on a pu voir dans Harry Potter comme Rhys Evans, ou encore dans Downton Abbey avec Phyllis Logan, ou dans Poldark avec Ruby Bentall. J’ai passé un bon moment avec ce film, qui m’a ensuite incité à rechercher des informations sur cette élection et ces femmes. J’ai moi-même participé il y a quelques années à Miss France, et j’ai aimé en savoir plus. Ils ont d’ailleurs fêté le centenaire cette année, et on voit bien l’évolution sur tous les points. En bref, un film divertissant à découvrir !