RDV du Blog, TAG

TAG – La Saint-Valentin, ça se prépare !

Voici un nouveau Tag que j’ai trouvé sur le blog de Muffins and Books, et qui m’a donné envie à nouveau de tester !

 

  • le cadeau idéal pour la Saint Valentin : le livre que vous voulez en ce moment.

Disons que j’ai une wish list très bien remplie sur Livraddict, mais si je dois citer un livre là tout de suite ça serait: Le Prieuré de l’Oranger de Samantha Shannon

C’est un sacré gros pavé (1024 pages à lui tout seul!), mais j’en entends tellement parler qu’il me donne envie !

couv32890343

 

  • la boite de chocolat offerte à la Saint Valentin : le livre que vous n’attendiez pas mais que vous avez aimé.

Je lis très peu de manga, et récemment j’ai découvert la saga L’atelier des sorciers, et je suis totalement sous le charme ! J’achète chaque tome dès qu’il sort maintenant !!!

 

  • la jolie peluche d’amour (toujours pour la Saint-Valentin) : un livre que vous trouvez trop beau.

Je suis une grande fan de Benjamin Lacombe, j’adore son style et ces dessins. Ce qui me fait penser que je n’ai pas encore acheté son petit dernier : Histoires de fantômes du Japon

couv17830954

 

  • toi et moi, à jamais : ce livre ou cette saga que vous aimez plus que tout.

Ah bah forcément Harry Potter. C’est cette saga qui m’a donné l’amour de la lecture et des livres. Je lisais très peu enfant, je n’aimais pas ça vu que j’avais des difficultés. Ma sœur m’a offert le premier tome quand j’étais en CE2, et je suis tombée sous le charme. Une saga qui m’a suivit pendant tout mon parcours scolaire jusqu’au lycée !

 

  • la soirée de couple idéal : le livre que vous ferez lire à votre moitié.

Je dirais les livres coups de cœur qui m’ont marqué. Il y en a tellement que ce soit des romans, des bandes dessinées ou des albums… Je pourrais citer: Dans la combi de Thomas Pesquet, 14-14, Où on va, Papa ?, Arrête de lire !, Le grand méchant renard…

 

  • Tu es mon idéal masculin … mais j’ai quand même des bookboyfriends.

Ha bah forcément Jamie Fraser, le beau rebelle des Highlands ! Oui il fallait forcément que ce soit un écossais et highlander !

122c5d09066826bcc59334833f793f37

 

  • On forme un beau couple hein ? : tes ships préférés.

Elizabeth Bennet et M. Darcy (Orgueil et Préjugés), Luna Lovegood et Neville Londubat (Harry Potter), Arwen et Aragorn (Le seigneur des anneaux), Fabrice et Clélia (La chartreuse de Parme), Colin et Chloé (L’écume des jours), Anne et Frederick (Persuasion)…

ob_e4360d_54490376

 

  • après tout, on a pas besoin d’être en couple pour être heureux : un héro ou une héroïne seul et c’est très bien comme ça.

Je citerais plutôt des personnes fortes comme Jane Eyre, Hua Mulan, Sayuri…

 

  • euh, ça c’est un motif de rupture : ce que ton copain / ta copine ne devra jamais, ô grand jamais faire. 

Euh abîmer et jeter mes livres !

 

  • la saint-valentin ou la fête du rose : une couverture rose. 

couv46684958

C’est d’ailleurs une de mes prochaines lectures !

Bande dessinée, Livres

Waluk, tome 1 : La Grande Traversée de de Emilio Ruiz et Ana Miralles

Waluk, tome 1 : La Grande Traversée de de Emilio Ruiz et Ana Miralles

Éditeur : Dargaud
Pages : 48 pages
Parution : 7 Février 2020
Tome : 01/??
Format: Bande dessinée
Genre: Jeunesse
Lien Amazon

 

L’histoire :

Waluk est un jeune ours abandonné par sa maman car il était assez grand pour vivre seul. Mais comment survivre quand on n’a jamais vécu seul ?
Sa rencontre avec Esquimo, un vieil ours expérimenté, va changer sa vie.
Notre ourson Waluk va peu à peu découvrir sa vie d’ours. Il va apprendre à pécher, à chasser, et surtout à se méfier du seul véritable ennemi des ours, cette étrange créature sans poils : l’homme.

 

Mon avis :

Merci beaucoup aux éditions Dargaud de me faire à nouveau confiance avec l’envoi de cette bande dessinée en avant première. Un régal !

Waluk est un jeune ours abandonné par sa maman, du jour au lendemain. Il se retrouve seul, et il ne sait pas comment s’en sortir. Et surtout, il ne sait pas comment faire pour manger. Alors, qu’il a très faim, il fait la rencontre d’Esquimo, un vieil ours expérimenté, qui va lui changer la vie.

Ce premier tome est très émouvant et touchant. On suit l’aventure de Waluk qui apprend beaucoup auprès d’Esquimo. On découvre aussi d’autres animaux qui vivent sur la banquise, notamment une étrange créature sans poils: l’homme. A travers cette histoire attendrissante, on ne perd pas l’actualité. La glace qui fond, le réchauffement de la planète, la montée des eaux, l’extinction de certaines races d’animaux… On y voit d’ailleurs des touristes, venus admirer ses animaux en voies extinctions, ou des scientifiques les étudier, et les nourrir pour les amadouer. L’histoire nous apporte aussi de belles valeurs : le courage, la persévérance, la confiance, le respect… et une belle leçon de vie.

Il est vrai qu’à la lecture de cette bande dessinée on se sent plus ours, qu’humain. Et on  a même honte de notre comportement, qui n’est pas exagéré dans le récit. Plusieurs petits gestes peuvent être fait pour préserver notre planète, il faut s’y mettre.

Du côté des illustrations, elles sont superbes très douces et pures. C’est un bonheur de tourner les pages.

Maintenant, je suis curieuse de connaitre la suite, d’autant plus dans la situation qu’on nous a laissé.

 

Films

The Aeronauts

The Aeronauts

Acteurs : Eddie Redmayne, Felicity Jones, Tom Courtenay, Tim McInnerny, Phoebe Fox, Vincent Perez, Rebecca Front, Anne Reid
Réalisateur : Tom Harper
Audio : Anglais, Français
Durée : 101 minutes
Genre: Drame, Romance, Historique

 

L’histoire:

Au XIXe siècle, une pilote de montgolfière un scientifique s’embarquent dans les airs pour découvrir les secrets du paradis. Alors qu’ils vont plus haut dans l’atmosphère que n’importe quel ballon auparavant et font d’incroyables découvertes, ils en viennent à se battre pour leur survie.

 

Mon avis:

Que dire de ce film, à part qu’il est juste merveilleux ! Librement inspiré d’une histoire vraie, on retrouve le fameux duo formé par Eddie Redmayne et Felicity Jones, pour porter à l’écran l’exploit de James Glaisher, météorologiste et aéronaute chevronné, qui a risqué sa vie au XIXème siècle pour faire avancer la météorologie. Même s’il s’agit d’une histoire vraie, un personnage a été inventé, celui d’Amélia Wren, qui remplace le rôle joué dans la réalité par Henry Coxwell, un collaborateur de James Glaisher. The Aeronauts raconte leur épopée survenue en 1862, qui a presque eu raison d’eux, et dans laquelle le duo s’est retrouvé bloqué dans une nacelle suspendue dans le ciel pendant de nombreux jours.

Grâce à un montage très intéressant, qui nous offre un voyage dans le temps à des moments opportuns, on découvre au fur et à mesure la personnalité de nos deux héros. James Glaisher est un jeune scientifique qui n’est malheureusement pas reconnu par ses pairs. Il veut faire avancer les études sur les conditions météorologiques. Il pense qu’elles peuvent être prédites, si on les étudie de près et en hauteur. Mais personne ne le soutient vraiment dans son projet, ce n’est pas pour autant qu’il va se décourager. C’est ainsi qu’Amélia Wren entre en scène. La jeune veuve a perdu son mari dans un tragique accident, et même si elle parait une vraie tête à claque, elle en cache et en porte beaucoup en elle. Voilà que ce duo se lance vers les cieux et que les ennuis vont commencer.

Le voyage est vraiment spectaculaire, et les images à couper le souffle. Comme eux, on se prend au jeu, et on se retrouve ainsi suspendu. Les acteurs sont incroyables, ils campent vraiment bien leurs rôles. J’ai été très heureuse de les retrouver à nouveau. C’est eux qui portent le film et l’intrigue. Les péripéties qui leur arrivent sont tellement convaincantes, qu’on en a le sang glacé (sans mauvais jeu de mot!). J’ai aimé qu’au fil de leur aventure, on nous donne des informations sur leur traversé, sous forme de schéma. On se sent ainsi vraiment avec eux dans cette expédition. J’ai aussi appris grâce à ce film, et c’est avec plaisir que je suis allée me renseigner sur quelques faits qu’on nous relate. Comme les fameux papillons, je ne savais pas qu’ils volaient si haut !

Un très bon moment passé avec ce biopic que je vous recommande.

5 étoiles

 

Actu Period Drama, RDV du Blog

Actu Period Drama #10

actu period drama

 

The Great

Après la mini-série « Catherine The Great » proposée par Sky Atlantic et HBO, le série « The Great » nous entraîne à nouveau dans la vie de l’impératrice de Russie Catherine II. Un biopic qui retracera cette fois ces jeunes années. La série sortira le 15 mai 2020 sur la plateforme Hulu aux USA. Aucune date de sortie en France pour le moment.

Au niveau de son casting, on retrouve Elle Fanning et Nicholas Hoult dans les premiers rôles, accompagnés par Phoebe Fox, Adam Godley, Gwilym Lee, Charity Wakefield, Douglas Hodge et Sacha Shawan.

La relation amoureuse tumultueuse entre Catherine II et le tsar Peter de Holstein-Gottorp qui se marient alors que la jeune fille n’a que 16 ans… La jeune femme va, dès lors, pensé à sa vengeance et à sa revanche.

 

Black Narcissus

Black Narcissus est une minisérie produite par la BBC, inspirée du livre Narcisse Noire de Rumer Godden, déjà adapté au cinéma en 1947. On retrouve dans les rôles principaux Gemma Arterton et Alessandro Nivola, accompagnés de Aisling Franciosi, Diana Rigg, Gina McKee et Jim Broadbent.

Nous n’avons pas encore de date de sortie, ni de trailer.

Sur les pentes montagneuses du Sikkim, un petit groupe de nonnes compte installer un couvent dans un vieux palais abandonné aux courants d’air. Pleines de foi et d’espoir, la Sœur supérieure Clodagh, sœur Briony, la costaude en charge de monter un dispensaire, sœur Blanche qui sera chargée du jardin, sœur Ruth, étrangement nerveuse et butée, et quelques autres vont occuper ce lieu perché à ras de falaise, ces murs entre lesquels le vent d’altitude gémit, et des terrasses d’où l’on voit l’Himalaya dans le déploiement de ses chaînes enneigées.
Sous un arbre proche, un vieux sage hindouiste immobile médite sur l’intemporalité des choses et ajoute une part de trouble dans les âmes chrétiennes pour le moins perplexes.
On leur a prédit qu’elles ne résisteraient pas un an à l’atmosphère permanente de paganisme, de sensualité et d’inquiétude. Leur foi ardente paraît bien mince face à des montagnes trop grandes pour une religion occidentale.

Black Narcissus

 

Emma

Voici de nouvelles images et un nouveau trailer du film Emma, adapté du roman de Jane Austen. La sortie a été repoussée au 27 Mai 2020.

Orpheline de mère, seule auprès d’un père en mauvaise santé, Emma Woodhouse, désormais la maîtresse de maison, s’est mis en tête de marier Harriet Smith, une jeune fille qu’elle a recueillie chez elle. Ce faisant, ne s’est-elle pas attribué un rôle qui n’est pas (ou pas encore) pour elle ? Son inexpérience des cœurs et des êtres, ses propres émotions amoureuses, qu’elle ne sait guère interpréter ou traduire, lui vaudront bien des déconvenues et des découvertes.

EmmaEmma 2020 - Voguevo0220_emma_02vo0220_emma_03

Discutons ensemble, RDV du Blog

J’ai illustré un livre – Découvrez le récit de mon aventure #3

Le 9 février arrive, et il est grand temps pour moi de vous dévoiler l’image de la couverture de Sacrés sacs de… Noeux, écrit par deux classes de quatrième du collège Anatole France de Noeux-les-Mines (62) !

 
Comme expliqué précédemment, ces jeunes écrivains ont inventé pendant 4 mois, 14 nouvelles policières en compagnie de leur professeure de lettres, Mme Crivier, et de l’écrivain Michaël Moslonka. Les sujets abordés sont divers : on y parle de meurtre, de vol, d’enlèvement, de harcèlement… Un ouvrage qui recueille plein d’enquêtes policières plus ou moins longues, avec ses mystères à résoudre. Il y en a pour tous les goûts !

 
Lors du salon du polar qui se déroulera le 9 février à la salle Brassens de Noeux-les-Mines, les jeunes écrivains pourront recevoir leur recueil, en compagnie de grands noms du monde du polar, comme Franck Thilliez. Je vous avouerais avoir lu chaque nouvelle, et que j’ai un petit faible pour celle qui se nomme : « Trahisons et harcèlement ». Rien que dans le titre, vous vous douterez bien du sujet. Comme souvent dans les nouvelles, on leur reproche que ce soit trop court, mais je dirais que son petit plus à celle-ci, c’est qu’elle m’a particulièrement touchée et émue.

 
Concernant mon ressenti global après la lecture de cet ouvrage, il est vrai que j’étais particulièrement impressionnée, et je n’ai pas pu m’empêcher de me replonger dans mes années collège. Si j’en avais eu la possibilité, et cela aurait été super, aurais-je réussi à écrire ainsi ?! En tout cas une chose est sûre, il y aurait eu un petit côté fantastique à l’histoire, avec un petit fantôme qui aurait cherché à se venger de son meurtrier, ou autre !

 

Sans plus attendre, je vous dévoile la couverture de l’ouvrage en compagnie de ses goodies, ainsi que sa quatrième de couverture.

Livre et goodies Illustration Sacrés sacs de... Noeux

Si vous êtes intéressé pour vous le procurer, et découvrir les aventures imaginées par ses collégiens, il suffit de m’envoyer un message. Un petit nombre sera commercialisé, et on vous demande juste de payer les frais d’impression et d’expédition.

Le prix est donc de 4.45€ + frais d’envoi.

Illustration Sacrés sacs de... Noeux

Titre des 14 nouvelles:

– Un vol mystérieux
– Thanksgiving
– Le coupable si près de nous…
– L’enlèvement suspect
– Le crime du chantier
– Crimes sur crimes
– Trahisons et harcèlement
– Un passé toujours présent
– Une violence quotidienne
– Une famille en danger
– Une femme blessée
– Le mystérieux meurtre du lac
– Un collégien kidnappé
– Effet miroir

Illustration Sacrés sacs de... Noeux texte couv

Bande dessinée, Livres

Obie Koul, tome 1 : Un week-end sur deux chez mon père de Pierre Makyo et Alessia Buffolo

Obie Koul, tome 1 : Un week-end sur deux chez mon père de Pierre Makyo et Alessia Buffolo

Éditeur : Kennes
Pages : 56 pages
Parution : 22 Mai 2019
Tome : 01/??
Format: Bande dessinée
Genre: Jeunesse, Science-Fiction
Lien Amazon

 

L’histoire :

Mia vit sur terre, Elzeki est extraterrestre. Mia a été enlevée par Elzeki lors d’une mission d’exploration. Ils se sont aimés, puis séparés. De leur amour hétéroplanétaire est né un fils, Obie. À 12 ans, l’adolescent ne sait toujours rien des origines de son père. Lorsque ses parents lui expliquent enfin la vérité, il n’en revient pas. Dorénavant, il va devoir passer un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires sur une autre planète…
Trop cool!

 

Mon avis :

Primée par le conseil départemental de Loir-et-Cher, et nouveau gagnant du Prix des Collèges 2020 au 47e Festival International de la BD d’Angoulême, cette bande dessinée nous fait entrer dans le monde d’Obie Koul. Un jeune héros de 12 ans qui a priori a un parcours pour le moins commun. Il vient tout juste d’emménager avec sa mère dans un nouvel appartement, dans une nouvelle ville. La rentrée arrive pour lui, mais aussi pour sa mère, qui est professeur de math dans le même collège que lui. Depuis tout petit, il voit son père que très rarement, soit disant très occupé par son travail. Mais cette rentrée se passe difficilement. Il se retrouve pris à parti entre deux bandes rivales, et il subit dès le premier jour leur harcèlement… Sa mère est en panique, et son père a alors une idée. Il implante à son fils un certain élément… Obie se demande alors beaucoup de questions sur son père, qu’il connait assez peu.

Cette bande dessinée est très sympathique et reprend les contextes actuels de notre société, comme les familles monoparentales, ou le harcèlement scolaire. Une certaine ambiance de violence y règne, contrecarrés par certains moments affectifs et drôles, mais surtout par cet univers de science-fiction. Mais il est vrai que j’ai tout de même été quelque peu gênée dans ma lecture. Même si j’ai bien rigolé, le questionnement sur son père intervient quand même assez tard. 12 ans, c’est long… Et les fameuses révélations ne le dérangent en aucun point. ça fait quand même un peu gros, et beaucoup d’un seul coup…

Du côté des illustrations, elles sont très bien réalisées, et on sent l’inspiration venir du cinéma, avec des personnages clés de la science-fiction.

En bref, je dirais avoir passé un bon moment de lecture, même si l’intrigue m’a un peu dérangée, j’ai bien rigolé. A voir la suite.

Merci aux éditions Kennes pour ce partage.

3 étoiles

Album, Livres

Le musée imaginaire de Jane Austen de Fabrice Colin et Nathalie Novi

couv50721427

Éditeur : Albin Michel
Pages : 142 pages
Parution : 2 Novembre 2017
Tome : 01/01
Format: Album
Lien Amazon

 

L’histoire:

Dans le domaine de Pemberley, un musée imaginaire dédié à Jane Austen ouvre pour la première fois ses portes… Les visiteurs, venus de pays et d’époques différentes, se pressent dans la première salle où ils sont accueillis par Elisabeth Bennett, l’héroïne du roman Orgueil et Préjugés. Elle va les guider à travers les pièces du musée, une pour chaque roman : Orgueil et Préjugés, Raison et Sentiments, Mansfield Park, Emma, Northanger Abbey et Persuasion.

Les textes courts de Fabrice Colin permettent une immersion sensible dans l’univers littéraire de Jane Austen. Les pages richement illustrées alternent différentes approches de son oeuvre : scènes-clés emblématiques des romans (bal, mariage, rencontres), scènes de genre de la société britannique au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, paysages romantiques, galeries de portraits sur fonds tapissés de brocard, compositions allégoriques… Nathalie Novi mixe les techniques – peinture à l’acrylique sur carton, lavis à l’encre, croquis à la plume sur papiers anciens – pour livrer un bel ouvrage atypique.

 

Mon avis:

Quel magnifique ouvrage que nous ont offert Nathalie Novi avec ces superbes illustrations oniriques, et Fabrice Colin avec ces textes tout en poésie. On nous offre un voyage enchanté dans l’univers de Jane Austen, à travers ses œuvres phares qui nous sont contées. On se laisse emmener avec grande joie dans ce musée imaginaire. C’est un vrai plaisir de se laisser porter de pages en pages, de romans en romans, de souvenirs en souvenirs. Ici ce n’est pas des chapitres qu’on retrouve, mais un hall d’accueil, six grandes salles dédiées aux six romans majeurs de la romancière, et une boutique. On se laisse guider, en déambulant dans son monde, riche en couleur, en peintures, en sublimes illustrations reprenant des personnages, des lieux importants, ou une mise en scène du musée. Les illustrations qu’on découvre sont mises en scènes par des écrits, qui nous orientent dans notre visite, et nous raconte l’histoire des romans. Ce livre étant avant tout destiné à des fans, si vous n’avez pas lu les œuvres de Jane Austen, je ne vous le conseille pas. Vous allez être spoiler. Une bien surprise et balade. On a même l’impression que le livre nous parle et nous chuchote, grâce à cette intrigue douce et mélodieuse ! Une pure beauté !
Et c’est bien sur tout en émotion, que je le referme. Un ouvrage très agréable à visiter, et surtout un bel hommage à Jane Austen et à son talent. Maintenant, je n’ai plus qu’une seule hâte, me replonger dans ses romans, et les adaptations. Mais ça me fait surtout penser, qu’il y en a encore un que je n’ai pas lu. Les œuvres jeunesses qu’elle a écrit. Il va falloir déjà que je me le procure !

Janeite un jour, Janeite toujours !

 

« En 1867, Caroline Austen écrivait, à propos du souvenir de sa tante: « Il s’éteindra si aucun effort n’est fait pour cultiver sa mémoire. » Elle peut être rassurée.

Nous sommes tous aujourd’hui, des nièces et des neveux de Jane Austen, attendant qu’elle nous régale, encore et toujours, de ses extravagances et pare des « couleurs de son imagination fantasque » les détails les plus insignifiants de nos vies. »

 

5 étoiles

 

Le musée imaginaire de Jane Austen de Fabrice Colin et Nathalie NoviLe musée imaginaire de Jane Austen de Fabrice Colin et Nathalie NoviLe musée imaginaire de Jane Austen de Fabrice Colin et Nathalie Novi

Top Ten Tuesday

Top Ten Tuesday: Les 10 one-shot que vous aimeriez découvrir en 2020

Top Ten Tuesday

Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur le blog Frogzine.

 

Voici mon top 10 : Les 10 one-shot que vous aimeriez découvrir en 2020

 

Adeline Mowbray de Amelia OpieAdeline Mowbray de Amelia Opie

Mr Woodville, respectable propriétaire terrien, a épousé la fille d’un riche marchand de Londres, dont la dot lui a permis de rembourser de lourdes hypothèques. Peu à peu, l’homme en vient à se prendre d’affection pour sa jeune épouse.
De leur union naît une fille unique, Editha Woodville, future héritière du domaine. Chérie de ses parents, Editha grandit dans l’égoïsme, apprenant à vivre selon son caprice, ne considérant que l’utilité d’autrui. À moins qu’elle ne représente l’indépendance d’esprit d’une nouvelle de génération de femmes, dans une société patriarcale et conformiste…
Comment, devenue mère célibataire, éduquera-t-elle à son tour sa fille, Adeline, avec qui elle part vivre à Rosevalley, dans le Gloucestershire ?
Adeline Mowbray se ressent des débats de l’époque sur l’éducation des enfants, la débauche masculine et la sexualité féminine hors mariage. Mêlant satire et sentiments, Amelia Opie explore les relations mère-fille, et aborde avec franchise la question morale du désir des femmes.

 

Belgravia de Julian FellowesBelgravia de Julian Fellowes

Le 15 juin 1815, le bal devenu légendaire de la duchesse de Richmond réunit à Bruxelles tous les grands noms de la société anglaise. La plupart des beaux officiers présents ce soir-là périront quelques heures plus tard sur le champ de bataille de Waterloo, faisant de cette réception l’une des plus tragiques de l’histoire. Mais cette nuit va aussi bouleverser le destin de Sophia Trenchard, la ravissante fille du responsable de l’intendance du duc de Wellington. Vingt-cinq ans plus tard, les Trenchard, en pleine ascension sociale, se sont installés dans le nouveau quartier de Belgravia et pensaient laisser derrière eux ces terribles événements. Mais dans un monde en mutation où l’aristocratie côtoie désormais la classe émergente des nouveaux riches, certains sont prêts à tout pour que les secrets du passé ne menacent pas leurs privilèges…Amours contrariées, intrigues entre classes sociales, sans oublier le rôle des domestiques : on retrouve dans ce roman tout le talent et le charme de l’auteur de Downton Abbey.

 

mincouv58837923La perle cachée de Mary Balogh

Harcelée par son tuteur, Fleur Bradshaw a préféré plonger dans les bas-fonds de Londres pour lui échapper. Et c’est là qu’affamée, seule et perdue, en échange d’un repas et de quelques pièces, elle s’offre un soir à un inconnu défiguré par une horrible cicatrice. Mais la chance lui sourit enfin quand elle est engagée comme gouvernante pour s’occuper de la fille du duc de Ridgeway. Quelle n’est pas sa stupeur de reconnaître sous les traits de son employeur le sinistre balafré qui a pris sa virginité ! Un homme décidément énigmatique, torturé, qui l’effraie autant qu’il la fascine…

 

La sirène de Kiera CassLa sirène de Kiera Cass

Kahlen est une Sirène, vouée à servir son maître l’Océan en poussant les humains à la noyade. Pour cela, elle possède une voix fatale à qui a le malheur de l’entendre. Akinli, lui, est un beau et gentil jeune homme, qui incarne tout ce dont Kahlen a toujours rêvé. Tomber amoureux a beau leur faire courir un grave danger à tous les deux, Kahlen ne parvient pas à garder ses distances. Est-elle prête à tout risquer pour écouter son cœur ?

 

mincouv9763779Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède de Selma Lagerlöf

Pour avoir voulu se jouer d’un tomte, sorte de lutin du folklore suédois, le jeune Nils devient pareil à sa victime, c’est-à-dire à peine plus haut que la main.
Voulant retenir son jars blanc, tenté par l’appel des oiseaux migrateurs, Nils oublie sa taille minuscule, et le voici emporté dans les airs.
S’ensuivent un voyage à travers la Laponie et la Suède, en compagnie des oies sauvages, et une série d’aventures mi-merveilleuses mi-réelles.

 

Les ombres d'Esver de Katia Lanero ZamoraLes ombres d’Esver de Katia Lanero Zamora

Tous les espoirs d’avenir comme botaniste d’Amaryllis, 16 ans, s’effondrent quand parvient au manoir, où elle vit seule avec sa mère, la lettre de son père annonçant la vente du domaine d’Esver et le mariage qu’il a engagé entre sa fille et un de ses associés.

 

mincouv41016784Les tribulations d’une cuisinière anglaise de Margaret Powell

Dans l’Angleterre du début des années 1920, la jeune Margaret rêve d’être institutrice, mais elle est issue d’un milieu modeste et doit « entrer en condition ». De fille de cuisine, elle devient rapidement cuisinière, un titre envié parmi les gens de maison. Confinée au sous-sol de l’aube à la nuit, elle n’en est pas moins au service de ceux qu’on appelle « Eux », des patrons qui ne supporteraient pas de se voir remettre une lettre par un domestique autrement que sur un plateau d’argent. Elle saura leur tenir tête et rendra souvent son tablier pour améliorer ses conditions de travail, jusqu’à ce qu’elle trouve enfin, sinon le prince charmant, du moins le mari qui l’emmènera loin des cuisines des maîtres. Grâce à son franc-parler aux antipodes des récits de domestiques anglais trop parfaits, ce témoignage paru en 1968 a valu la célébrité à Margaret Powell (1907-1984). Quarante plus tard, il a inspiré le scénariste de Downton Abbey.

 

mincouv29671190Pamela : Ou la vertu récompensée de Samuel Richardson

Pamela Andrews est une humble et honnête jeune fille placée en condition chez M. B., un riche propriétaire. Se prenant de passion pour elle, le fils du ménage complote à plusieurs reprises avec ses domestiques pour obtenir ses faveurs. Pamela protège sa vertu avec succès et, après avoir vainement tenté de la séduire, B., touché en sa faveur après lecture de son journal secret, finit par l’épouser. Dans la deuxième partie du roman, Pamela essaie de s’adapter à la société bourgeoise et d’établir un rapport réussi avec B.

 

mincouv32213785Préjugés et orgueil de Lynn Messina

Vous connaissez Darcy : riche, fière, désapprobatrice, froide. Bennet Bethle connaît lui aussi Darcy, ou, au moins, ce type de femme. En tant que collecteur de fonds pour la collection Longbourn, un musée reculé du Queens, il rencontre de nombreuses héritières qui passent leurs journées à s’ennuyer.
En regardant la belle mais hautaine jeune femme s’ennuyer dans un coin lors du gala du musée, Bennet se doute qu’il n’y aura aucune relation possible entre eux. Mais en dépit de son air d’indifférence, l’intérêt de Darcy a été piqué par l’irrévérencieux Bennet, qui la croise fréquemment en compagnie de son amie Charlotte “Bingley” Bingston. Charlotte qui souhaite organiser un bal à l’hôtel Netherfield au profit du musée. Enfin, organiser un bal ou draguer le frère de Bennet, on ne sait pas trop quelle est la raison principale. Cependant, une chose est claire : il n’aime pas Darcy…

 

Une saison à Longbourn de Jo BakerUne saison à Longbourn de Jo Baker

Sur le domaine de Longbourn, vivent Mr et Mrs Bennet et leurs vénérables filles, en âge de se marier.
À l’étage inférieur veillent les domestiques. Personnages fantomatiques dans le célèbre roman de Jane Austen, Orgueil et préjugés, ils deviennent ici des êtres de chair et de sang qui, du matin au soir, astiquent, frottent, pétrissent et vivent au rythme des exigences et des aventures de leurs bien-aimés patrons. Mais ce que les domestiques font dans la cuisine, sans être observés, pendant qu’Elizabeth et Darcy tombent amoureux à l’étage, relève d’eux seuls… Une histoire d’amour peut en cacher une autre, et qui sait quel secret enfoui risque de resurgir.

Un extrait de ma PAL avec des livres que j’aimerais bien lire cette année !

En avez-vous lu certain ?