Discutons ensemble, RDV du Blog

J’ai illustré un livre – Découvrez le récit de mon aventure #2

Il y a quelques semaines, je vous dévoilais ma participation à un super projet, la création d’un recueil de nouvelles policières, écrites par des collégiens, avec le concours de plusieurs personnes et organisations.

Depuis ce début de semaine, le recueil est enfin entre les mains de l’imprimeur. J’ai déjà pu voir quelques impressions de la version « test », et j’en suis super fière. Que d’émotions, d’avoir pu participer à cette superbe aventure. Elle a demandé du temps, de l’investissement, du dépassement personnel ; car c’est une première pour moi ; mais c’est surtout une super aventure humaine qui a réuni beaucoup de monde.

 

Lors de mon précédent article, que vous pouvez retrouver en cliquant ici, je vous ai dévoilé le contexte du projet et mon retour sur la conférence de presse, où j’ai dévoilé la première version de la couverture.

Je continue donc mon récit, avec d’autres détails sur ce livre, qui se nomme d’ailleurs : Sacrés sacs de… Noeux 

 

Les illustrations 

Ma première mission était surtout de réaliser l’illustration de la couverture. En plus de cette dernière, qui a pris bien des couleurs depuis la conférence de presse, j’ai aussi réalisé deux illustrations pour la préface de l’ouvrage, et la partie consacrée aux dédicaces. J’ai aussi réalisé quelques croquis pour séparer et introduire les nouvelles, qui n’avaient pas de dessins attitrés. En plus d’avoir écrits les nouvelles, ces jeunes écrivains ont aussi réalisé des dessins illustrant chacune de leurs histoires. Quelques-unes en étant dépourvues, j’ai repris les crayons !

Au total, ce sont donc 5 illustrations et dessins que j’ai ajouté à l’ouvrage, en plus de la couverture.

Et comme je ne me suis pas arrêtée là, j’ai réalisé aussi quelques goodies : le traditionnel marque page, et deux cartes ! J’espère qu’ils leur plairont.

 

J’aime beaucoup le dessin depuis toute petite, mais il est vrai que ce fut un beau défi. Déjà, le premier est que je ne suis pas une grande amatrice du genre policier. Donc, inventer un univers graphique n’a pas été évident. On peut dire que les classiques du genre m’ont sauvé. Même si je ne suis pas fan, j’apprécie tout de même Sherlock Holmes, Hercule Poirot, ou Arsène Lupin !

Le second défi est que je n’avais pas vraiment les moyens techniques pour bien travailler. Je n’ai pas de tablette graphique. Du coup c’était dessin au crayon, puis je le scannais avec mon imprimante, et je le retouchais sur mon ordinateur, pour pouvoir enfin le coloriser ou non. On s’en sort toujours ! Je vous laisse imaginer le temps passé ! L’une des trois illustrations que j’ai réalisées m’a pris deux jours et demi. D’ailleurs, celle-ci je ne l’ai presque pas retouché. Elle est faite à l’encre de Chine, et j’ai voulu la laisser intacte.

Bref cette aventure m’a aussi permis de découvrir une autre manière de dessiner, et j’ai bien apprécié. Maintenant, une idée me trotte dans la tête, je m’achète une tablette graphique, ou non ! Il va falloir déjà que je me renseigne, et autant le dire, je n’y connais rien ! Alors, si vous avez des conseils, je suis bien sur toute ouïe !

Carte postale bis

Et pour illustrer cette partie, et vous mettre un peu l’eau à la bouche, voici l’illustration que j’ai réalisé à l’encre de chine, et que j’ai modifié pour en faire un goodie. Une carte qui reprend le titre du livre.

Et non, ce n’est pas la couverture finale, il va falloir patienter encore un peu !

 

 

 

 

 

 

La mise en page et le choix de la police d’écriture

En plus d’avoir réalisé les illustrations, j’avais aussi pour mission finale de faire la mise en page pour l’envoi auprès de l’imprimeur.

Mais ce n’est pas vraiment de ça, que j’ai envie de vous parler, mais plutôt de la police de caractère choisie. Il a été fait le choix de rendre ce livre accessible à tous. Comme le collège accueille des élèves dyslexiques, il a été choisi d’utiliser la police OpenDyslexic

Déjà utilisée, notamment par les éditions Castelmore, cette police de caractère a été inventée au début des années 2010, par Abelardo Gonzalez. Elle permet d’améliorer la clarté et éviter certaines confusions pendant la lecture chez les dyslexiques. Les lettres sont par exemple légèrement inclinées, pour les identifier plus facilement. Certains caractères sont aussi plus longs, mixant des hauteurs différentes, afin de ne pas les confondre. L’espacement est aussi agrandi pour plus de légèreté. Plusieurs ajustements ont été ainsi réalisés pour assurer plus de confort et de facilité pendant la lecture.

Voici quelques exemples d’ajustement :

capture-de28099ecc81cran-2018-04-04-acc80-10.25.42-300x167-1  capture-de28099ecc81cran-2018-04-04-acc80-10.27.58-300x187-1  capture-de28099ecc81cran-2018-04-04-acc80-10.40.05-300x183-1

 

Un choix qui m’a particulièrement touché, ayant été moi-même dyslexique. Je sais que lire peut-être difficile, et décourageant. Encore aujourd’hui, il m’arrive d’être confrontée à cette difficulté, quand je suis très fatiguée. Les lettres me jouent des tours, et j’en viens à avoir du mal à les identifier.

 

Sans titre 1
Campagne réalisée par Manon Molinaro

 

Pour en savoir plus sur cette police, voici le lien d’un blog qui explique très bien le travail effectué.

 

 

J’achève ce second article avec ces nouvelles révélations, et je vous donne rendez-vous bientôt pour un troisième !

 

Contemporain, Littérature française, Livres

Marées de Charlotte Leplaideur

couv18496404

Éditeur : Librinova
Pages : 157 pages
Parution : 9 Octobre 2019
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Poésie

Lien Amazon

 

L’histoire:

Dans ce recueil, écrit à la faveur de la nuit parisienne, s’épanouit une poésie de la vie. Comme pour les mouvements de la marée, les mots de Charlotte Leplaideur oscillent doucement d’une émotion à une autre. À lire selon son envie, ces textes courts ou longs sont des extraits d’instants vécus, esquisse de l’amour fort à l’amour qui se détache.
Des poèmes qui invitent à laisser libre court au chemin de vos pensées…

 

Mon avis:

Tout d’abord, merci aux Éditions Librinova pour cette lecture.

Avec ce recueil de poésies, on touche à différents sujets. Il y en a ainsi pour tous les goûts, et forcément certains vous toucheront plus que d’autres. On se laisse facilement emporter par les mots tout en simplicité et en émotion. Les sujets abordés sont actuels, on ne peut que se sentir concerné.

Un recueil à lire en plusieurs fois, pour bien apprécier les textes écrits qui sont assez courts.

Ce fut une agréable découverte, qui m’a d’ailleurs donné envie de lire à nouveau de la poésie. J’aime beaucoup aussi le titre de ce recueil « Marées », nous sommes ainsi bercé par les écrits comme les vagues dans l’océan.

Petite note aussi pour la couverture que je trouve très belle, et qui m’a tout de suite attirée.

 

3,5 étoiles

 

Jeunesse, Littérature française, Livres

Les mondes inversés de Cendrine Wolf et Anne Plichota

couv40986255

Éditeur : Hachette
Pages : 320 pages
Parution : 15 Janvier 2020
Tome : 01/??
Format: Broché
Genre: Jeunesse, Fantastique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Voilà cinq ans que le père d’Homer Pym a disparu, en plein tournage d’un film sur les voyages mythiques d’Ulysse. Même la police a renoncé à le chercher.

Le jour de ses douze ans, Homer reçoit en cadeau Bibi Two, une gerbille très spéciale qui le conduit dans un monde parallèle, peuplé d’êtres extraordinaires. Le garçon découvre alors l’impensable : son père est prisonnier du monde qu’il a créé !

Homer et ses meilleurs amis, Lylou et Sacha, vont devoir faire preuve de ruse et de courage pour libérer M. Pym. D’autant qu’il n’est pas le seul à être bloqué dans le mauvais monde…

 

Mon avis:

Avec ce livre écrit à 4 mains, on rencontre un jeune collégien de 12 ans, Homer, dont le père a disparu il y a 5 ans, en plein tournage d’un film sur les voyages mythiques d’Ulysse. Le jour de son anniversaire, il reçoit en cadeau Bibi Two, une gerbille pour le moins originale. Homer voit alors son quotidien chamboulé, avec la révélation d’un monde parallèle, peuplé d’êtres extraordinaires. Le jeune garçon découvre que son père y est prisonnier, et qu’il n’est pas le seul ! Aidé de ses meilleurs amis, Lylou et Sacha, une grande aventure les attend.

Il est vrai qu’avec cette intrigue, j’ai tout de suite pensé à Percy Jackson. Très vite, on se retrouve plongé dans cet univers fantastique, inspiré de la mythologie grecque. Des personnages et des lieux importants y sont repris, ainsi que des légendes. Ce petit trio d’adolescents est très attachant. Assez différents, ils ont tous leur rôle à jouer dans cette entreprise, qui se révèle palpitante. Retrouver le père d’Homer et le sauver, ne sera pas si facile. Mais il ne faut pas oublier cette gerbille qui parle, et qui est pour le moins très philosophe. Celle-ci s’exprime en vers ! Elle m’aura bien fait rigoler. A noter que pour ce premier tome, l’action se passe principalement dans notre monde. Je suis d’autant plus curieuse de découvrir le prochain, afin de savoir ce que les auteures nous ont réservées, et surtout d’entrer vraiment de ce monde parallèle.

Merci aux éditions Hachette pour cette lecture !

 

3,5 étoiles

Sorties culturelles

Palais impérial de Compiègne

DSC03755

Si les origines du Palais de Compiègne remontent au Moyen-Age, c’est à Louis XV et à son architecte Gabriel que l’on doit la transformation et l’agrandissement, qui fait de lui l’un des plus grand château néo-classique français, et un lieu historique qui, aux côtés de Versailles et de Fontainebleau, est l’une des trois plus importantes résidences royales et impériales françaises.

Ancienne résidence d’été de la cour, remise en état après la Révolution sur ordre de Napoléon Ier pour y accueillir sa seconde femme, l’impératrice Marie-Louise, le palais connut aussi des heures de gloire sous le Second Empire. Séjour favori de Napoléon III et de l’impératrice Eugénie, c’est là qu’eurent lieu les fameuses “Séries de Compiègne” qui accueillaient chaque année, les têtes couronnées et les plus grandes figures du tout Paris.

 

cof
DSC03646DSC03651DSC03661DSC03668DSC03672DSC03681DSC03687DSC03700DSC03713DSC03731DSC03733DSC03741

 

 

Le parc du château de Compiègne

dsc03761.jpgdsc03762.jpgDSC03766dsc03771.jpgDSC03773DSC03772

RDV du Blog, Swaps / Challenges

Challenge Résolutions Littéraires [01.01.20 – 31.12.20]

Challenge Résolutions Littéraires [01.01.20 - 31.12.20]

Avec le commencement d’une nouvelle année, il est toujours intéressant de se donner quelques nouveaux défis. Ce challenge organisé sur Livraddict, le propose, et on peut y adapter à nos préférences.

 

Je vous dévoile donc quels sont mes objectifs livresques pour cette année 2020 !

 

  • Lire au minimum 5 mangas [0/5]

Il s’agit d’un genre que je lis assez peu, et dont j’aimerais faire plus de découvertes

  • Lire au minimum 20 BDs/Albums dans l’année [0/20]

Pour le coup, c’est un genre que j’aime beaucoup, et qui est riche en petites merveilles !

  • Finir au minimum 10 Sagas dans l’année [0/10]

Sachant que j’en ai 14 au complet dans ma PAL, c’est tout à fait possible !

  • Découvrir au minimum 10 Auteurs, pour le Challenge Tour du Monde [0/10]

C’est un challenge où je me suis inscrite récemment. J’aime le fait qu’il me pousse à faire de nouvelles découvertes. Alors c’est parti !

  • Avoir une PAL de moins de 150 livres à la fin de l’année [PAL de départ 198]

J’ai déjà atteint un peu moins que ce chiffre, et ça serait bien que je le retrouve, vu que ma bibliothèque se trouve à la fois dans mon appartement, et chez mes parents. Un studio quand on aime la lecture, c’est petit !

  • Lire au minimum 100 livres dans l’année [0/100]

C’est un beau chiffre que j’ai déjà atteint, et que j’aimerais retrouver. Pour l’année 2019, j’en étais à 72.

 

carte-voeux-bonne-annee-2020_104045-567

 

Enfin pour finir cet article, je vous souhaite tous mes vœux pour cette nouvelle année qui commence. Qu’elle soit riche en projet et en réalisation.

A bientôt 😉

Charlotte

Discutons ensemble, RDV du Blog

J’ai illustré un livre – Découvrez le récit de mon aventure #1

C’est avec beaucoup de joie que j’écris cet article pour vous dévoiler un projet sur lequel je travaille depuis plusieurs semaines. Comme je vous l’annonce très directement dans le titre de cet article, j’ai la chance de pouvoir participer à la création d’un ouvrage. Pas d’écrit pour moi, mais l’illustration de la couverture, de la 4ème de couv, ainsi que la mise en page de l’ouvrage final.

 

L’histoire du projet

Le projet a vu le jour dès la rentrée, dans un collège du Pas de Calais dans les Hauts de France. Des élèves ont pris la plume, afin de laisser libre court à leur imagination; et d’inventer et créer des histoires les plus extraordinaires, les unes que les autres. Accompagnés de leur professeure de lettres, Mme Crivier, et de l’écrivain Michaël Moslonka, pour les guider; ses jeunes écrivains en herbe, en classe de quatrième, ont commencé à donner vie à 15 nouvelles policières. Pendant plusieurs semaines, ils  ont construit ensemble, et en petits groupes, le chemin de piste que vont devoir résoudre leurs personnages.

Une super occasion pour eux, d’apprendre à écrire, de construire une intrigue, de donner vie à des personnages, de les imaginer, de les voir en action; sous les conseils avisés de leurs propres guides, au sein du collège Anatole-France de Noeux-les-Mines.

Projet initié et soutenu par Mr Bollier du Salon du Polar de Noeux-les-Mines, par Mme Urbanski de l’Office Culturel Noeuxois, la librairie La Ruche aux Livres de Wavrin et le département du Pas-de-Calais, le recueil verra le jour le 9 février 2020, lors de la 6ème édition du Salon du Polar.

Une création qui me fait rêver, et dont j’ai la chance de pouvoir aussi y contribuer, en ajoutant ma petite touche. Ma mission est de réaliser la couverture qui illustrera ce recueil conçu avec plusieurs mains.

Les élèves ont été libres de construire leur propre intrigue. On y retrouvera des histoires de meurtre, d’harcèlement… et bien d’autres sujets propre à la littérature policière, qui nous offrira quelques sueurs froides.

 

Révélation de la première version de la couverture

Le 19 décembre a eu lieu la conférence de presse, où j’ai pu dévoiler mon travail aux jeunes écrivains. C’est avec quelques notes de stress et d’appréhension que je leur ai fait découvrir mon travail.

Je dessine depuis que j’ai 7 ans, mais mes créations n’ont jamais vraiment quitté mon cercle familial, sauf lors de cette commande bien précise. C’est donc la première fois que je dessine pour un public que je ne connais pas, et qui ne me connait pas. Une expérience très intéressante et enrichissante.

Je vous révèle donc mon illustration réalisée pour ce beau projet collaboratif.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Etant dans un univers policier, où plusieurs histoires allaient se succéder, j’ai fait le choix de travailler avec des classiques. Vous devinerez sans mal que la silhouette noire fait référence à Sherlock Holmes.

Pour le fond, j’ai choisi d’y incorporer une ville, dans laquelle l’enquêteur allait devoir chercher ses indices pour élucider le mystère confié. Mais ce n’est pas n’importe quelle ville, ou plutôt rue, dont je me suis inspirée. Il s’agit de Victoria Street à Edimbourg, soit le chemin de Traverse dans Poudlard ! Sachant qu’un Escape Games avait été organisé au collège lors d’Halloween, et qu’Harry Potter y a tenu une belle place, je me suis tout de suite dit que cette idée plairait aux écrivains. Et ce fut le cas!

Concernant la conception, j’ai réalisé le dessin à l’encre de Chine, et je l’ai colorisé sur l’informatique.

L’illustration que je vous dévoile ce jour, n’est que la première version, et donc pas la définitive. Lors de la conférence de presse, on a fait le choix de faire quelques changements, que vous découvrirez le jour J. Il va falloir patienter encore un peu !

79920546_10157661329234774_4941472754378473472_o

Photo: La Voix du Nord / Richard Attagnant

 

Lien vers l’article de presse de La Voix du Nord, écrit par Richard Attagnant

Lien vers l’article du blog du collège, écrit par Mme Crivier

Films, Littérature américaine

Les Filles du Docteur March (2019)

5505683

Acteurs : Saoirse Ronan, Emma Watson, Florence Pugh, Eliza Scanlen, Timothée Chalamet, Meryl Streep, Laura Dern, Bob Odenkirk, James Norton, Chris Cooper, Louis Garrel
Réalisateur : Greta Gerwig
Audio : Anglais, Français
Durée : 134 minutes
Genre: Drame, Romance, Historique

 

L’histoire:

Greta Gerwig, réalisatrice de Lady Bird signe une nouvelle adaptation des « Quatre filles du Docteur March » qui s’inspire à la fois du grand classique de la littérature et des écrits de Louisa May Alcott. Relecture personnelle du livre, Les Filles du Docteur March est un film à la fois atemporel et actuel où Jo March, alter ego fictif de l’auteur, repense à sa vie. Saoirse Ronan, Emma Watson, Florence Pugh et Eliza Scanlen campent les soeurs March, quatre jeunes filles bien décidées à vivre comme bon leur semble. Timothée Chalamet incarne leur voisin, Laurie, Laura Dern interprète Marmee et Meryl Streep, Tante March.

 

Mon avis:

Plusieurs fois adaptés au cinéma et à la télévision, le grand classique de Louisa May Alcott est remis en scène par la réalisatrice Greta Gervig, qui nous offre une nouvelle vision de l’histoire.

J’ai eu l’opportunité de voir le film en avant-première, ce vendredi soir, et autant dire que j’ai passé un bon moment. C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé les sœurs March: Meg, Jo, Amy et Beth, et sans oublier Laurie. On les suit dans leurs aventures qui savent nous faire sourire, rire ou nous émouvoir.

Le grand changement dans cette adaptation est le montage. En effet, on jongle entre deux époques, qui sont séparées de 7 ans. On commence ainsi l’histoire par la fin avec Beth, puis on remonte dans le temps, avec comme fil conducteur le parcours de Jo. Ce rythme est gardé pendant tout le film, ce qui le démarque bien des autres adaptations. Les péripéties de Jo sont ainsi bien mises en lumière, mais aussi et surtout son parcours en tant que femme dans une société qui ne leur est pas favorable. Bien que ce montage est très intéressant, je vous avouerais que des fois il m’a perdu. Il met arrivé de me demander deux fois, où on était dans l’histoire, au début, ou à la fin… Bon j’ai quand même vite retrouvé mon chemin !

Concernant l’interprétation des acteurs, ils ont su parfaitement donner vie à leurs personnages, mais c’est surtout Saoirse Ronan qui m’a impressionné. Bien que j’aime beaucoup Emma Watson, et que je ne pensais pas détourner mon regard de son personnage, finalement Saoirse Ronan a su me toucher. Elle a su redonner vie, excentricité au personnage de Jo, ce qui a rendu son combat de femme encore plus saisissant.

Bref, une très belle adaptation qui a su se démarquer des autres, des personnages charismatiques, et de superbes scènes qui vous feront passer un bon moment.

4,5 étoiles - film

 

Films

Downton Abbey – Le film

5790766

Acteurs : Michelle Dockery, Hugh Bonneville, Maggie Smith, Elizabeth McGovern, Laura Carmichael, Jim Carter, Allen Leech
Réalisateur : Michael Engler
Audio : Anglais, Français
Durée : 123 minutes
Genre: Drame, Romance, Historique

 

L’histoire:

Adaptation de la série télévisée à succès Downton Abbey.

Les Crawley et leur personnel intrépide se préparent à vivre l’événement le plus important de leur vie : une visite du roi et de la reine d’Angleterre. Cette venue ne tardera pas à déclencher scandales, intrigues amoureuses et manigances qui pèseront sur l’avenir même de Downton.

 

Mon avis:

Quel plaisir de pouvoir retrouver l’univers de Downton Abbey, les intrigues, les joutes verbales, et les fous rires ! J’ai mis certes un peu de temps à rédiger cet article, mais c’était tout simplement pour le revoir à nouveau, en plus de ma séance au cinéma !

Après les six saisons de cette série so British créée par Julian Fellowes, on suit à nouveau les aventures de la famille Crawley, sous le format d’un long métrage. L’histoire reprend 2 ans après le dernier épisode, avec l’arrivée du Roi à Downton Abbey. Et c’est dans un climat de pré seconde guerre mondiale, de complot politique et de manigances qu’on retrouve nos personnages. Dès les premières secondes, toutes les clés qui ont amené le succès de la série sont de retours. Le casting original est presque au complet, et c’est avec beaucoup de joie qu’on revoit nos personnages fétiches.

J’ai toujours aimé que le contexte historique de l’époque soit respecté, et c’est toujours le cas. On y fait notamment référence à la difficulté de cohabitation entre les différents milieux sociaux, l’instabilité politique, le conflit indépendantiste irlandais, la grève générale de 1926, l’opposition contre le patronat, et même l’instabilité des familles aristocrates. Mais ce que j’ai d’autant plus aimé, c’est les clins d’œil avec l’histoire du château de Highclere, soit Downton Abbey. Récemment j’ai vu un reportage qui parle de l’histoire du château, avec la difficulté de son entretien, et sa transformation pendant la première guerre mondiale en hôpital militaire. Le personnage de Mary y fait référence, et ça m’a particulièrement plu.

Mais surtout quel bonheur de revoir Maggie Smith, alias Violet Crawley, qui nous fait toujours autant rire, avec ses répliques cinglantes. Ou encore Jim Carter, dans le rôle de notre indétrônable majordome, Mr Carson, qui d’ailleurs devait être à la retraite, mais qui est toujours disponible pour les Crawley; ou Brendan Coyle et Joanne Froggatt, respectivement Anna et John Bates, que j’apprécie toujours autant. En bref, je dirais que ce film nous offre aussi une vision du futur de la famille, mais aussi d’une fin qu’on peut s’imaginer avec plaisir.

 

4,5 étoiles - film