Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

Le petit défaut de Lady Rotherham de Mary Balogh

61m-4oeexas

Éditeur : J’ai lu
Pages : 288 pages
Parution : 5 Mai 2021
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

.

L’histoire:

Célibataire endurci et fieffé libertin, le marquis de Kenwood enchaîne les conquêtes dans la plus grande insouciance. Lors d’une soirée un peu trop arrosée au White’s, ses amis parient cinq cents guinées qu’il ne pourra pas séduire Diana Ingram, jeune veuve ravissante mais aussi froide qu’un glaçon. Jack relève le défi avec l’arrogance qui le caractérise. Nulle femme ne saurait lui résister. Et si la belle est prude, la victoire n’en sera que plus délectable. Pourtant, dans l’ombre, quelqu’un s’amuse à tirer les ficelles, et le don Juan pourrait bien être pris à son propre piège…

.

Mon avis:

Jack, le marquis de Kenwood est connu pour sa réputation dans tout Londres, aucune femme ne lui résiste. Ses amis le mettent alors au défi de séduire et de mettre dans son lit, une jeune veuve qui n’est pas passée inaperçue lors de sa première saison londonienne, il y a 4 ans. Très belle, Diana Ingram est aussi connue pour sa réserve et sa pudeur. Elle a épousée un jeune pasteur, frère de son ami Ernie, qui regrette bien que ce soit le nom de sa belle-sœur qui a été cité. Invité à l’anniversaire du Comte de Rotherham, les voilà en route vers une nouvelle aventure qui va leurs réserver bien des surprises…

Voilà une intrigue quelque peu banale, avec un coureur de jupon qui se voit lancer un défi de séduire une jeune femme en dehors de Londres, lors d’une partie de campagne, où une dame marieuse est aussi présente. Mary Balogh a d’ailleurs déjà développé ce sujet dans un précédent roman, mais je me suis tout de même laissée prendre au jeu. On finit par s’attacher à nos héros et on comprend d’où vient leur réputation. En plus du couple Diana-Jack, on en suit d’autres, ce qui donne un peu de dynamisme au roman. Diana n’est pas prête à céder, elle a dû caractère comme Jack. Même si j’avoue, j’aurais aimé encore plus de joutes verbales entre eux. Finalement, ce qui m’a le plus gênée, c’est la fin qui arrive très rapidement alors que certains points n’ont pas été développés.

En bref, un bon moment de lecture détente avec une intrigue classique, mais qui ne restera pas gravée.

note 3,5 étoiles

Littérature autrichienne (Autriche), Livres, Romance, Romance historique

Vingt-quatre heures de la vie d’une femme & Le Voyage dans le passé de Stefan Zweig

71u5gnoq7zl

Éditeur : Pocket
Pages : 144 pages

Parution : 3 Avril 2014
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Romance, Historique

Lien Amazon

.

L’histoire:

24h de la vie d’une femme. Au début du XXe siècle, une petite pension sur la Riviera. Grand émoi chez les clients de l’établissement : l’épouse d’un des pensionnaires, Mme Henriette, est partie avec un jeune homme qui pourtant n’avait passé là qu’une journée. Seul le narrateur prend la défense de cette créature sans moralité. Et il ne trouvera comme alliée qu’une vieille dame anglaise sèche et distinguée. C’est elle qui, au cours d’une longue conversation, lui expliquera quels feux mal éteints cette aventure a ranimés chez elle.
Le Voyage dans le passé. Neuf ans après s’être vus pour la dernière fois, un homme et une femme qui se sont aimés se retrouvent. Plus aucun obstacle n’existe à leur amour, mais à mesure que les heures passent et malgré leurs efforts, ils ne parviennent pas à faire revivre leurs sentiments. Elle se sait devenue vieille, lui réclame qu’elle tienne sa promesse avant de prendre bientôt conscience que le temps a effectivement rendu vaine toute tentative pour renouer le fil de leur amour.

.

Mon avis:

Ce livre nous propose de découvrir deux courts récits, deux portraits de femmes tout en douceur et en sensibilité.

Le premier se déroule dans les années 1904, dans une petite pension de famille sur la Côte d’Azur, où l’une des pensionnaires s’enfuie avec un jeune homme, en laissant derrière elle mari et enfants. Le scandale éclate envers cette dame qui a oublié les bonnes manières, les mœurs de la société et la bienséance. Seule Mrs C, une vieille aristocrate anglaise, prendra sa défense y trouvant un écho avec son histoire personnelle, et contera ainsi 24h de sa vie oubliée.

Le deuxième commence sur les quais de la gare de Francfort. Un jeune homme de condition modeste, Ludwig, tombe amoureux de l’épouse de son employeur. Mais Ludwig est muté au Mexique. Et ce ne sera pas pendant deux ans qu’ils seront séparés, mais neuf ans…

Stefan Zweig sait comme toujours nous enchanter. Les nouvelles sont certes courtes, on ne connait même pas le nom exact de tous nos personnages, mais on arrive tout de même à s’y attacher grâce aux analyses poussées que proposent l’auteur. Une histoire en amène un autre, avec des enchainements rapides qui nous empêche de nous ennuyer. Le passage dans la première nouvelle sur la longue description des mains faite par Mrs C, où elle nous parle de sa fascination, est particulièrement bluffant.

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

Une partie de campagne de Mary Balogh

couv3918512

Éditeur : J’ai lu
Pages : 320 pages
Parution : 5 Mai 2021
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Recherche gouvernante, discrète, bonne éducation. Le Tout-Londres est en émoi. Pourquoi Anthony, marquis de Staunton, a-t-il publié cette étrange petite annonce ? En réalité, le jeune homme cherche une épouse. Pour faire enrager son père qu’il déteste, il a décidé de convoler avec la femme la plus ordinaire qu’il pourra dénicher. Mlle Charity Duncan, qui se présente, fera parfaitement l’affaire. Terne, effacée… une vraie petite souris ! En échange d’une rente à vie, elle accepte de se marier et d’être présentée à la famille d’Anthony, lequel compte ensuite l’expédier à la campagne pour ne plus jamais la revoir. Du moins le croit-il…

 

Mon avis:

Ce roman fait partie de la nouvelle collection « Regency » que vient de lancer les éditions J’ai lu. Avec une couverture illustrée par Magalie Foutrier, la maison d’édition nous propose de nous plonger dans l’époque de la régence anglaise, dans le sens le plus large du terme, soit de 1795 à 1837, où de nouvelles idées et changements s’apprêtent à révolutionner la société.

Anthony Earheart se voit contraint de rentrer au domaine familiale. Et il ne compte pas le faire seul. Il publie ainsi une annonce dans la presse pour embaucher une gouvernante discrète et effacée. Mais son rôle sera tout autre, il compte passer un contrat avec elle et l’épouser. Au cours des entretiens, il voit en Charity Duncan la personne parfaite pour cette tâche. Quelconque, elle n’ose même pas le regarder dans les yeux. La jeune fille finit par accepter sa proposition, et se marie avec lui en échange d’une belle rente et d’un domaine. Mais sa petite souris grise insignifiante se révèlera être toute autre chose…

L’intrigue est pour le moins originale, et comme les héros on se laisse prendre au jeu. Charity ne connait rien de la personne d’Antony, et c’est une fois mariée qu’elle découvre qu’elle est devenue marquise. Même si ce contrat la gêne, c’est aussi une belle opportunité. Avec son frère, elle doit travailler afin de subvenir aux besoins de sa famille. Une fois la scène jouait, elle pourra rentrer chez elle, et son frère épouser celle qu’il aime. Mais en attendant, elle doit incarner son rôle d’épouse auprès de cette famille si froide et insensible. D’une nature toute autre, notre héroïne arrive à faire dénouer les langues et resurgir les émotions. Anthony ne s’attendait pas à ça de sa part, et son séjour auprès de sa famille s’annonce bien différent. Et des surprises, il va en avoir ainsi que des révélations et des explications, dont ont bien besoin ses proches.

Comme à son habitude, Mary Balogh nous embarque par ses mots dans un autre monde. Au fil des pages, on découvre nos personnages, leurs caractères et surtout leurs passés. Même si on ne comprend pas tout de suite leurs réactions, l’auteure nous en donnent les clés au fur et à mesure. Cette lecture n’est pas un coup de cœur, mais j’ai tout de même passé un très bon moment, et d’ailleurs je le recommande. Je suis curieuse de découvrir les autres romans de cette collection.

note 4,5 étoiles

Livres, RDV du Blog, Romance, Romance historique, Top 10

Top 10 – Romance historique Anglaise (Regency)

bath

Il y a quelques années, je vous ai proposé un Top 10 de mes romances historiques écossaises préférées (qui est d’ailleurs toujours autant consulté). Je me suis dit qu’il serait temps que je vous en fasse un nouveau, mais avec comme thème l’Angleterre au XIXème siècle ou pour être plus précise la période de la Régence.

Comme pour le précédent, j’ai essayé de citer un livre par auteur, afin de vous en faire découvrir un maximum.

N’hésitez pas à y participer, et à faire aussi vos propositions en commentaire. Je suis toujours ravie de faire de nouvelles découvertes. 

 

1. La saga des Bedwyn de Mary Balogh

La saga des Bedwyn, tome 1 : Un mariage en blanc de Mary Balogh

Voici une auteure que j’ai découvert récemment, et dont j’ai adoré la plume. Cette saga est très drôle et c’est un vrai plaisir de lire les joutes verbales des héros. J’ai certaines de ses autres sagas dans ma PAL, et j’ai d’ailleurs hâte de les découvrir.

Mes chroniques: tome 1tome 2tome 3tome 4tome 5tome 6

 

 

 

2. Le roman Le pacte de Mary Jo Putney

Le Pacte de Mary Jo PutneyIl s’agit en fait du premier roman que j’ai acheté des éditions Milady, alors autant avouer que celui-ci apparait surtout dans cette liste pour cette raison ! L’histoire est toutefois divertissante et promet un bon moment de détente.

Ma chronique

 

 

 

3. La trilogie Passions Londoniennes d’Aurélie Depraz

Passions Londoniennes, tome 1 : Alexander de Aurélie DeprazJ’aime beaucoup cette auteure qui se renseigne bien sur l’époque des romans qu’elle écrit. J’aime les romans historiques, mais surtout j’aime avoir des infos sur l’époque en question, me détendre tout en apprenant des faits historiques. Une trilogie très intéressante, qui nous plonge dans l’Angleterre du XIXème, au contact de personnages issus de milieux sociaux différents.  A découvrir, si ce n’est pas déjà le cas !

Mes chroniques: tome 1tome 2tome 3

 

 

4. La quadrilogie Le club des menteurs de Celeste Bradley

Le club des menteurs, tome 1 : L'espion de la couronne de Celeste BradleyUne saga qui nous dévoile des personnages attachants, des rebondissements et des situations hilarantes. En soit, des romans très prenants qu’on a dû mal à lâcher !

Mes chroniques: tome 1tome 2tome 3tome 4

 

 

 

 

5. La dilogie Les soeurs Charbrey de Cassandra O’Donnell

Les soeurs Charbrey, tome 1 : Sans orgueil ni préjugé de Cassandra O'DonnellLe titre du premier tome, vous fera forcément penser à un célèbre livre de Jane Austen à savoir Orgueil et Préjugés. Autant dire qu’il en est librement inspiré, avec une petite touche aussi de Raison et Sentiments, même aussi quelques libertés modernes par rapport au contexte historique. Deux romances divertissantes à lire. 

Mes chroniques: tome 1tome 2

 

 

6. La saga Il était une fois d’Eloisa James

Il était une fois - Tome 1 : Au douzième coup de minuit de Eloisa JamesLe nom de cette saga, vous y aura peut-être fait pensé… Il s’agit en effet de réécritures de contes de fées. Certaines histoires vous toucheront sûrement plus que d’autres, en tout cas l’auteure nous offre de bons moments de lecture.

Mes chroniques: tome 1tome 2tome 3tome 4tome 5

 

 

 

7. Le roman Blackmoore de Julianne Donaldson

Blackmoore de Julianne DonaldsonUn très bon roman (même si on se doute de la fin) qui nous procure évasion et romantisme.

Ma chronique

 

 

 

 

8. La saga La chronique des Bridgerton de Julia Quinn

La chronique des Bridgerton, tome 1 : Daphné et le duc de Julia QuinnSaga dont on a beaucoup parlé dernièrement, grâce à sa récente adaptation sur Netflix. J’avoue avoir passé de très bons moments de lecture avec certains tomes, et un peu moins avec d’autres. Sa force se doit à certains de ses personnages comme Lady Danbury, ou bien entendu la fameuse Lady Whistledown

Mes chroniques: tome 1tome 2tome 3tome 4tome 5tome 6tome 7tome 8

 

 

 

9. La trilogie Les amants de Londres de Lorraine Heath

61upgwdfylLes romans de cette trilogie nous offrent des personnages aux lourds passés qui ne se laissent pas abattre. Rempli d’émotions, on n’a pas envie de laisser les héros, et autant dire que l’auteure s’est bien transmettre leurs sentiments. 

Mes chroniques: prochainement

 

 

 

10. La trilogie Abandonnées au pied de l’autel de Laura Lee Guhrke

61mvzfut0lComme le titre de la saga l’annonce, on y aborde les mariages de raison contre les mariages d’amour, mais aussi toutes ses convenances dont l’aristocratie anglaise doivent se soumettre. Il est vrai que j’ai été touchée plus par certains titres que d’autres, mais cela en reste une belle découverte.

Mes chroniques: prochainement

 

 

 

J’espère que ce top vous aura plu. 

Pour découvrir mes autres chroniques de romances historiques, vous cliquez sur le tag Romance historique.

Et n’hésitez surtout pas à me faire part de vos suggestions !

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

La Famille Huxtable, tome 1 : Le Temps du mariage de Mary Balogh

61gvbakqstl

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 376 pages
Parution : 3 Juillet 2010
Tome : 01/05
Format: Poche
Genre: Romance, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Stephen Huxtable est le nouveau comte de Merton. Elliott Wallace, qui est venu lui annoncer la nouvelle, doit désormais le préparer à ses futures responsabilités. Toutefois il n’avait pas imaginé que le jeune homme refuserait de se séparer de ses sœurs. Trois sœurs qu’il va falloir lancer dans le monde. Que de difficultés en perspective ! Surtout avec cette Vanessa, qui semble savoir ce qu’elle veut. Au point qu’elle demande bientôt Elliott en mariage. Elle est la preuve vivante que, comme il le clame à qui veut l’entendre, la vie serait tellement plus simple sans les femmes…

 

Mon avis:

Après avoir découvert Mary Balogh avec sa saga consacrée à la famille des Bedwyn, je continue l’aventure livresque avec les Huxtable.

Habitant un petit village en Angleterre, cette famille est orpheline depuis quelques années. C’est Margaret, l’ainée, qui s’occupe de ses deux sœurs dont l’une est veuve, et de son jeune frère. L’arrivée d’Elliott Wallace, le Vicomte Lyngate va bousculer leur quotidien. Il leur annonce que le jeune Stephen vient d’hériter du titre de comte Merton, qu’il doit le suivre à Londres pour le former et prendre en charge ses nouvelles responsabilités et son domaine. Bien entendu, hors de question pour Stephen d’abandonner ses sœurs, elles viendront avec lui quoi qu’en dise le vicomte. Le voilà chargé d’un gros fardeau, en plus d’être le tuteur d’un jeune homme, il est aussi responsable de 3 jeunes campagnardes qui n’y connaissent rien à la bonne société. Et c’est une mission qui lui réservera bien ses surprises !

Le début de l’intrigue promet une histoire bien originale. Mais autant dire que la construction de ce roman est assez étonnante, comme si cela se passait en trois parties. Ainsi on fait la connaissance d’un personnage important en début de roman, en l’occurrence un cousin qui cache un lourd secret, puis on entend plus parler de lui, et il revient finalement à la fin pour nous donner le dénouement. En attendant, l’histoire de notre couple Elliot et Vanessa s’installe doucement, sans grand charme. Heureusement nous avons les réponses à nos questions, mais quelque peu maladroitement, comme la description de notre héroïne. Elle est dépeinte comme étant moins jolie que ses sœurs, et c’est répété très régulièrement dans le roman, ça en devient agaçant. J’ai tout de même continuée ma lecture, l’univers décrit étant intéressant et les joutes verbales et rebondissements apportant un peu de rythme au roman. Il est vrai que tout de même ce premier tome n’a pas su m’enchanter comme les Bedwyn. Je compte tout de même continuer.

note 3 étoiles

Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

La chronique des Bridgerton, tome 8 : Gregory de Julia Quinn

La chronique des Bridgerton, tome 8 : Gregory de Julia Quinn

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 448 pages
Parution : 7 Septembre 2016
Tome : 08/09
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Gregory Bridgerton a toujours cru au grand amour. Il sait que sa future épouse l’attend quelque part, que leur amour est prédestiné. Le jour où il rencontre lady Hermione Watson, il pense, transporté de bonheur : C’est elle !  » Hélas, lady Hermione aime ailleurs, lui révèle sa meilleure amie, Lucinda Abernathy, une jeune personne qui, bien que fort spirituelle, n’a pas l’éblouissante beauté d’Hermione. Gregory a cependant besoin de son aide s’il veut gagner le cœur de sa dulcinée. Et c’est alors que le destin s’en mêle…

 

Mon avis:

Petit dernier de la famille des Bridgerton et dernier tome de leurs aventures (même s’il existe un tome bonus avec tous les membres), on fait la connaissance de Grégory, un personnage qui est resté assez discret jusqu’à maintenant. Tout comme ses frères et sœurs, il souhaite connaitre le grand amour, et pense l’avoir trouvé en la personne d’Hermione Watson, qu’il rencontre à un évènement organisé par Kate, la femme de son frère ainé Antony. Mais il se trouve que cette dernière est amoureuse d’un autre… Cela n’arrête en rien Grégory qui compte bien la courtiser quand-même, avec l’aide surprenante de sa meilleure amie, Lucinda Abernathy. Toutefois le destin va bien leur jouer des tours…

Même si notre fameuse Lady Whistledown nous manque dans les derniers tomes de la saga, l’intrigue reste tout de même intéressante grâce la note d’humour que sait apporté l’auteur. Et il est vrai que ce petit dernier va nous réserver des surprises et des rebondissements. Gregory est finalement assez différent de ses frères. La différence d’âge joue forcément un rôle, mais aussi son côté insouciant, idéaliste et naïf. Il pense quand-même être tombé amoureux d’une jolie fille, juste en l’apercevant. Mais il finira par faire la part des choses, et évoluer. A ses côtés, on retrouve Lucy Abernathy, qui a aussi un profil atypique. Elle compte suivre les convenances à la lettre, et accepter son sort sans rechigner, même quand elle connait les détails de la personnalité de son fiancé, qu’elle n’a vu que 3 fois. Et c’est justement ensemble, que nos héros vont grandir et apprendre à s’affirmer. Après un début quelque peu platonique qui a lieu à Aubrey Hall, l’histoire se poursuit à Londres où l’auteure sait nous surprendre avec un retournement de situation. Et justement cela apporte le piquant qui manquait dans l’histoire, d’autant plus plaisant que je ne l’avais pas vu venir.

Un dernier tome qui diffère bien des précédents, mais qui sait tout de même nous divertir avec étonnement.

 

 

 

 

Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

La chronique des Bridgerton, tome 7 : Hyacinthe de Julia Quinn

La chronique des Bridgerton, tome 7 : Hyacinthe de Julia Quinn

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 320 pages
Parution : 17 Aout 2016
Tome : 07/09
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Hyacinthe, la cadette des Bridgerton, l’une des meilleures familles du Londres dans les années 1820, est-elle destinée au célibat ? Trop fine mouche, trop directe, la jeune fille n’a rien de l’héritière effacée qu’attendent les hommes de la bonne société. Pourtant ce n’est pas une raison pour finir vieille fille ! Certes, quand Gareth Saint-Clair, un aristocrate à la réputation douteuse, croise son chemin, on est loin du coup de foudre. Mais la traduction, à quatre mains, d’un journal intime écrit en italien va jouer un rôle qui n’était pas du tout prévu…

 

Mon avis:

Avant dernier tome des aventures de la famille Bridgerton, Hyacinthe est la petite dernière de la famille. Quelque peu impertinente et sûr d’elle, elle repousse tous les candidats au mariage. Alors qu’elle fait la lecture comme tous les mardis à Lady Danbury, elle fait la connaissance de son petit-fils, Gareth Saint-Clair. Celui-ci vient de perdre son frère, et recherche quelqu’un qui puisse traduire le journal intime de son autre grand-mère, qui est en italien. Hyacinthe lui propose son aide, et commence ainsi une sacrée aventure riche en rebondissements…

Voilà une intrigue et un couple que j’ai grandement aimé à l’image des premiers tomes. Comme Eloise, Hyacinthe n’a pas sa langue dans sa poche, et n’hésite pas à donner son avis même quand celui-ci est déplacé. On ne s’ennuie pas du tout avec elle, et les joutes verbales sont de la partie, d’autant plus avec Lady Danbury et Gareth Saint-Clair. La traduction de ce journal intime va permettre à Hyacinthe de sortir de sa routine quotidienne, et de lui apporter un peu de piquant dans sa vie. D’autant plus qu’elle a aussi quelqu’un de taille avec qui échanger. Gareth ne se laisse pas intimider par la fougue de la jeune femme, qui la surprend dans un premier temps, puis qu’il apprécie ensuite. Ce jeu de traduction va devenir un jeu d’enquête et de chasse aux énigmes. Il faut dire que la grand-mère italienne de Gareth gardait un secret, et elle a tout fait pour que celui-ci soit bien protégé. Leurs sentiments évoluent au fil de leur parcours, et je n’ai eu aucun mal à y croire. Même si j’aurais aimé quelques pages en plus, surtout que l’on se retrouve plongé dans une aventure avec à la clé un beau trésor et la réponse à certaines questions sur les origines de Gareth. C’est d’ailleurs ce point qu’il le rend sur la retenu, et on peut le comprendre. Hyacinthe vient d’une grande famille aimante, lui n’a eu que son frère récemment décédé, et Lady Danbury. Son père le hais, et il le fait bien comprendre même devant Hyacinthe.

Une romance très intéressante, qui aurait bien mérité quelques chapitres en plus, mais qui a su me convaincre. J’avais beaucoup apprécié le personnage d’Eloise, mais quand son tour est arrivé, le roman m’a quelque peu déçu. Hyacinthe est du même tempérament, je suis heureuse d’avoir passée un bon moment de lecture avec elle, ce qui rattrape mes petites déceptions des précédents. Et aussi quel plaisir de retrouver le personnage de Lady Danbury qui occupe une place importante dans ce roman. J’aime beaucoup sa personne.

 

 

 

Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

La chronique des Bridgerton, tome 6 : Francesca de Julia Quinn

61dfczkjrrl

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 380 pages
Parution : 6 Juillet 2016
Tome : 06/09
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

La vie est parfois cruelle. Après avoir passé tant d’années à papillonner de femme en femme, Michael Stirling est tombé amoureux fou de la seule femme qu’il lui était interdit d’aimer : Francesca, l’épouse de son cousin John, que Michael aime comme un frère. Quand John meurt brutalement, Michael devient comte de Kilmartin. Désormais, Francesca est libre, mais le souvenir du défunt se dresse entre eux. Comment trouver le bonheur sans avoir l’impression de trahir celui qu’ils chérissaient tant ?

 

Mon avis:

Sixième tome de la saga, où l’on suit Francesca alors comtesse de Kilmartin, qui vit avec son mari John entre l’Angleterre et l’Ecosse. Même si elle n’a pas encore réussi à tomber enceinte, elle se sent heureuse jusqu’au jour où tout s’écroule. Son mari qu’elle affectionnait tant, et retrouvé inconscient. Un décès brutal qui bouleverse sa vie, ainsi que celle du cousin et ami de John, Michael, qui hérite du titre et des propriétés. Un deuil qu’ils vont vivre durement et différemment. Mais entre devoirs et besoins, ils vont devoir aller de l’avant.

Quel bonheur de retrouver le style et l’humour de l’auteure qui m’avait particulièrement manqué dans le dernier tome. Cette intrigue a la particularité de se dérouler en même temps que les deux précédentes, on apprend ainsi le mariage de Colin et d’Eloise au cours de l’histoire. Elle explique aussi le peu de présence de Francesca dans les précédents tomes, qui était déjà en couple et établie avec John à ce moment. Une union qui était emplie de passion, mais qui était de courte durée. Les premières pages peuvent sembler tristes, on y parle de deuil, de maladie, mais aussi d’amour. Un amour partagé, et un autre secret que l’on va découvrir. De retour de son long séjour en Inde, Michael n’a pas d’autre choix que de prendre ses responsabilités en main. Voilà maintenant 4 ans que Francesca administre toute seule ses nouvelles propriétés, le temps de l’acceptation et du changement est venu. Et c’est d’ailleurs aussi le souhait de Francesca pour une tout autre raison. Elle souhaite devenir mère, et envisage sérieusement à se remarier. Entre sentiments troublée, doutes et culpabilité, un flot d’émotions submergent Francesca et Michael. Même si des fois on a sérieusement envie de les secouer pour qu’ils se décident enfin, et prennent conscience de leur attirance ! Un couple touchant qui a su me charmer.

J’ai aussi apprécié les notes de l’auteure à la fin du livre sur les maladies de l’époque, et sur les avancées de leurs prises en charge. On y parle de rupture d’anévrisme et de malaria. J’aime beaucoup quand les auteurs partagent avec nous un résumé de leur recherche, on a toujours des informations à découvrir.