Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

Un bijou si précieux de Mary Balogh

61s-nogzdvl

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 309 pages
Parution : 4 Octobre 2017
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Sir Gerald Stapleton fréquente la respectable maison de Mlle Blythe où des demoiselles raffinées distraient une clientèle triée sur le volet. Pour lui qui refuse tout attachement, c’est la meilleure solution, car une maîtresse attitrée serait beaucoup trop envahissante. Les femmes sont si exigeantes et manipulatrices ! Toutefois il va faire une exception pour la douce Priscilla, qu’il finit par installer chez lui. Bien sûr, il n’est pas question de sentiments entre eux, même si leurs étreintes sont de plus en plus passionnées. Et, le jour où elle s’en va, Gerald réalise qu’elle a laissé un vide immense dans sa vie…

 

Mon avis:

Ayant grandement aimé la « Saga des Bedwyn », écrit par cette auteure, je continue ma découverte de ses romans avec ce one-shot publié dans la collection « Les introuvables » de chez J’ai lu pour elle. On y fait la connaissance de Priscilla Wentworth, alias Prissy. Cette jeune femme se voit contrainte de fuir les membres de sa famille qui la maltraite, après les décès prématurés de son père et de son frère. Son cousin ne veut point s’occuper d’elle, et lui fait bien comprendre. Afin de retrouver sa liberté, elle prend la route vers Londres pour retrouver son ancienne préceptrice, qui y tient une école. Mais l’école en question est bien différente de ce que pensait Priscilla. Madame Blythe tient une maison close. Une liberté qui a un lourd prix, mais dont elle fait finalement le choix: elle vendra son corps, contre un salaire et un endroit où loger. C’est ainsi qu’elle fait la connaissance de Sir Gerald Stapleton, une relation qui leur réservera bien des surprises…

En premier lieu, j’aimerais signaler qu’on a encore une fois, un résumé en quatrième de couverture, qui nous dévoile en fait toute l’histoire qui nous attend avec ce roman… C’est bien dommage de laisser passer ça, puisque l’on s’attend à plus et notre souhait ne sera pas exaucé. Mais revenons à notre intrigue et nos personnages. Comme le dit l’auteure en première partie, il est assez rare de voir des romances où l’on a affaire à une prostituée et un baron. ça lui donne de l’originalité. Priscilla n’est pas née dans la rue, comme les autres demoiselles, elle a reçu une éducation de dame, et c’est par choix qu’elle a fini par devenir ce qu’elle est maintenant. Elle en est bien consciente, et distingue bien ces deux personnes d’elle-même. Il y a ainsi Prissy et Priscilla. Assez vite, on ne peut que s’attacher à ce personnage qu’on apprend à découvrir au fur et à mesure, et qui se révèle forte. A ses côtés, on trouve Gerald un gentleman qui n’a pas eu une enfance facile, et qui s’en voit marqué aujourd’hui. Il a un côté quelque peu ingénu et pas sûr de lui, il met ainsi beaucoup de temps à analyser son quotidien fait de routines. Il finit par s’attacher à Prissy et lui demande d’être sa maitresse. Il compte l’entretenir parfaitement, et aussi selon ses envies. Leur attirance grandira au fil des mois, sans que chacun la dévoile. Avec Prissy, on voyagera dans la littérature, et notamment avec Orgueil et Préjugés et Robinson Crusoé. J’ai bien aimé les discours sur les personnages, ça m’a bien fait sourire.

La romance est sympathique et se lit très vite. Mais clairement, elle manque de piquant. On passe tout de même un bon moment de détente, avec ce couple pas comme les autres, qui met du temps à se dévoiler.   

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Prisonnière de son amour de Romane Rose

xcover-5395

Éditeur : Autoédité
Pages : 334 pages
Parution : 5 Décembre 2019
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Sur ordre de son roi Henri VII, Harald chevalier sans terres se doit d’épouser Kathleen, fille du seigneur Woolton décrété traître envers la couronne et pendu haut et court. Il reçoit dans la corbeille de mariage la dangereuse mission d’éradiquer les renégats et de conquérir la Gardienne du Nord, Silkoch, la forteresse austère. Il ne peut se douter du piège tendu pour le perdre, ni même imaginer que sous ses airs d’idiote, une redoutable adversaire se dressera face à sa volonté. Qui gagnera la bataille du cœur ?

 

Mon avis:

Voici le premier livre que je lis de l’auteure, et on peut dire que c’est très prometteur !

L’histoire nous emmène en Angleterre à l’époque de la guerre des Deux-Roses, sous le règne d’Henri VII. Afin de remercier un chevalier qui lui a sauvé sa vie, le roi le promet en mariage, et lui offre ainsi des terres et un titre de Comte au premier enfant né. Harald s’attendait à bien autre chose. Epouser une fille squelettique, froide et fille d’un traitre… D’autant plus qu’il aura aussi pour mission d’aller sur les terres de Gardienne du Nord à Silkoch, et d’y maitriser la rébellion qui y règne. Kathleen pour sa part, voit ce mariage forcé comme une libération. Elle se sent oppressée à la cour, et à hâte de retourner sur ses terres, même si elles abritent de lourds secrets. Nos héros seront-ils faire face aux surprises qui les attendent !?

Ce roman nous offre une histoire au plus proche des personnages, qu’on apprend à découvrir au fil des pages. Leur première rencontre est certes difficile. Qui dit mariage arrangé, dit qu’il n’est pas souhaité. D’autant plus que chacun craint pour sa vie, pour diverses raisons. Grand combattant, Harald est assez têtu, et ne sait comment se comporter avec Kathleen, qui ne cesse de le fuir. Tout comme lui, elle en a peur. Peur qu’il se débarrasse d’elle, et que seul le domaine qu’il lui est octroyé l’intéresse. Entre secrets, complots et trahisons, l’auteure nous offre une intrigue musclée. J’avouerais que des fois, j’ai eu envie de secouer nos deux héros. Kathleen en début d’ouvrage, se cache dans un rôle afin de s’effacer. Mais plus les chapitres avancent, et plus on a envie de savoir ce qu’il lui est arrivé. On ne peut que se douter que son passé est lourd, et c’est bien le cas. Elle se révèle être une héroïne forte, et qui sait se relever. Elle le prouvera mainte et mainte fois dans ce roman. J’ai vraiment adoré l’héroïne. Quant à Harald, on peut dire qu’il est assez doué pour mettre les pieds dans le plat ! Il ne fait qu’empirer sa situation auprès de Kathleen, et sans s’en rendre compte. Un petit jeu du chat et de la souris, s’en suit. D’autres personnages interviennent régulièrement dans l’intrigue, et sont tout aussi passionnant. Margaret a un certain don pour nous énerver; quant à Hugo et John, les amis de Harald, ils auront un rôle très important. J’ai aimé les suivre. Mais il ne faut pas oublier nos amis animaux, comme Attila, Hartane ou Finn. Quant aux contextes historiques et politiques, il n’est pas oublié tout au long du roman, avec des rebondissements à prévoir, et une présence du souverain, et d’une passation de pouvoir pas évidente. Il doit asseoir son autorité, sans créer de conflits supplémentaires.

En bref, une très belle romance historique que j’ai apprécié découvrir, autant pour la plume de l’auteure qui m’était inconnue, que pour l’intrigue qui nous est contée. Juste petit bémol, sans gravité pour la lecture, je n’aime pas du tout la couverture ! Mais bon, une fois la page tournée, on ne la voit plus !!!  

note 4 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Les demoiselles du Cap Fréhel de Léna Forestier

Les demoiselles du Cap Fréhel de Léna Forestier

Éditeur : Harlequin
Pages : 320 pages
Parution : 1er avril 2020
Tome : 01/??
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Manoir de Keroual, Bretagne, An II (1794)

Ses lèvres étaient tièdes et soyeuses, au point qu’Anne eut envie d’y mordre doucement. Envie d’être audacieuse, en cette période de troubles qui faisait de demain un horizon incertain. Demain avait de toute façon une saveur d’interdit, tout comme Malo Jakez, cet homme incroyable, ancien corsaire du roi et conteur émérite à qui elle mentait depuis leur rencontre houleuse sur la lande. Car Malo incarnait tout ce qu’elle exécrait et portait le flambeau d’une République qui avait ruiné les siens. Un homme à qui elle ne pourrait jamais se lier, à moins de vouloir en perdre la tête pour crime de chouannerie…

 

Mon avis:

« Les demoiselles du Cap Fréhel » est le premier roman qui inaugure la nouvelle collection « Aliénor » de chez Harlequin, qui met en avant des romances historiques françaises. L’intrigue nous emmène en Bretagne, à l’époque de la Révolution Française. Les chouans se révoltent contre la République, alors que Marie-Antoinette et Louis XVI ont été guillotiné. La noblesse a perdu de nombreux privilèges, et des changements sont en cours avec Danton et Robespierre. Malo Jakez est alors envoyé par la Convention afin de trouver et d’exécuter les dernières têtes pensantes du mouvement royaliste. C’est ainsi qu’il rencontre Anne de Keroual, une ancienne noble qui va bouleverser son quotidien et ses idées.

Anne est une jeune femme au grand courage et forte de ses convictions. Suite à l’abolition des privilèges, elle doit apprendre à gérer sa nouvelle vie dans cette France post-révolutionnaire. Ses frères ont d’ailleurs perdu leur titre de comte et leur héritage. La gestion du domaine familiale lui est confiée, et bien des tourments l’attendent. Et c’est par pur hasard qu’elle croise Malo, et s’en suit malentendus et quiproquos. Revenant tout juste dans sa région natale pour appliquer les nouvelles mesures auxquelles il croit, et étouffer la rébellion Chouanne, Malo lui cache dans un premier temps son identité. Les deux personnages sont très intéressants à suivre, et se dévoilent au fur et à mesure. L’histoire est rythmée et avance de rebondissements en rebondissements. Le personnage d’Anne m’a particulièrement plu. Elle sait ce qu’elle veut, et elle a su me captiver. Malo, est de son côté très intriguant, et le reste pendant une bonne partie du roman. L’auteure sait ainsi nous tenir en haleine dans ce contexte historique, politique et social tendu. On tourne les pages avec très grand plaisir, toujours au plus proche de l’Histoire de France.

Un premier roman très intéressant, qui inaugure parfaitement cette nouvelle collection.

 

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Passions Londoniennes, tome 3 : James de Aurélie Depraz

41i9nksdzxl

Éditeur : Autoédité
Pages : 337 pages
Parution : 21 Juin 2020
Tome : 03/03
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Angleterre, 1821

Aylana est désespérée. La vie de son frère John ne tient plus qu’à un fil, et la seule solution qu’il lui reste est d’en appeler… à la clémence du roi.
Elle. Une roturière. À qui Sa Majesté n’accordera pas même l’ombre d’une audience. Et pour qui Elle ne lèvera pas l’ongle du petit doigt. À moins…
À moins de l’approcher grâce à l’un de Ses plus fidèles compagnons de débauche, qui jouit de Son estime et de Sa plus grande confiance : James Eastlake. James Eastlake, auquel son frère, le duc de Somerset, la recommande avec réticence. James Eastlake, qui traîne derrière lui une réputation exécrable. James Eastlake, qui l’a même offensée il y a plusieurs années. James Eastlake, enfin, qui n’acceptera jamais de l’aider, au vu de l’affront qu’elle lui a elle-même fait subir en retour à l’époque.
James Eastlake… qui reste son seul espoir, malgré tout.
Aylana n’a pas le choix. Elle ira à Londres. Elle trouvera cet homme. Et elle le suppliera d’intercéder en sa faveur. Et ce, quel qu’en soit le prix.

 

Mon avis:

Place au dernier tome de cette trilogie, qui sera un coup de cœur pour moi au grand complet ! James est donc le petit dernier de cette équipe infernale, qui ne nous a pas encore dévoilé ses secrets, et son histoire. Jeune noble, comme son ami Alexander, il n’a point envie de se marier, et d’appartenir à une seule femme. Il aime trop les femmes pour en avoir qu’une seule dans son lit, et tout le monde le sait, jusque dans les journaux. Il enchaîne ainsi les histoires, et aime vivre dans le luxe, ce qui contrarie bien sa mère. Jusqu’au jour où Alyana arrive dans sa vie pour lui demander de l’aide. Solliciter l’aide d’un libertin connu, quelle drôle d’idée, mais elle n’a pas le choix, il en va de la vie de son frère qui risque la mort. Seul lui peut l’aider, grâce à ses relations avec le roi. Une aventure qui va emmener nos deux héros pas là où ils s’attendaient…

Quelle magnifique trilogie qui a su m’emporter jusqu’à la fin. Même si avec James, on peut très bien s’attendre à ce qu’il va se passer, hé bien il peut quand même nous surprendre ! Fils de duc, ce dernier vit dans l’opulence. Entre ses sorties avec ses amies, sa passion pour l’art, et les belles femmes, il ne s’ennuie pas. A ses côtés, on retrouve Alyana, une jeune fille de basse extraction mais cultivée, qui a travaillé en tant que dame de compagnie, et aujourd’hui enseignante. C’est aussi une féministe, passionnée par Mary Wollstonecraft, une femme de lettre et philosophe, mère de Mary Shelley (Frankenstein). Comme toujours, j’adore toutes les références historiques que nous glissent l’auteure dans ses romans. Et encore une fois, nous sommes gâtées entre Napoléon, George IV, Casanova, la passion de nos deux héros pour l’art, mais aussi la continuité de la révolution industrielle, on a de quoi se documenter. Mais revenons à notre intrigue et nos héros, dont on pourrait penser que tout opposent, mais finalement ils ne sont assez complémentaires. Aylana est certes jeune et innocente, mais c’est aussi une femme au grand courage, et qui est prête à tout pour sauver la vie de son frère. Certes, elle éprouve des craintes, mais elle a toujours combattue dans la vie, et ne va pas s’arrêter là. James en est d’ailleurs impressionné, et elle ne se laisse pas faire quand il la provoque. Et forcément il aime ça. Mais il est vrai que sa requête n’est pas évidente, d’autant plus que le Roi est comme lui, un homme à femmes. Il va pourtant l’aider, et ils vont ainsi apprendre à se connaitre, et développer ensemble leur passion pour l’art.

Encore une très belle romance, rythmée et riche en révélation, qui a su me captiver. Je pense qu’Aylana est mon personnage féminin préféré de cette trilogie, suivi de Jay, pour le personnage masculin. J’ai vraiment adoré chacun des romans. Alors, si vous ne connaissez pas, lancez vous !

note 5 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance paranormale

La réfugiée des Highlands de Gaida Mendoza

71fy4pg222l

Éditeur : Gloriana
Pages : 368 pages
Parution : 10 Février 2020
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique, Fantastique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Une famille riche… Un mariage de convenance… Un voyage dans les Highlands… Un soupçon de magie… Alors qu’Anna doit prochainement se marier, elle s’offre le luxe d’un dernier voyage en solitaire sur les terres écossaises, dans le but de fuir ce mariage dont elle ne veut pas. Mais c’était sans compter l’intervention magique d’un effrit qui va la propulser dans le passé, à une époque aux mœurs différentes des siennes.

 

Mon avis:

Gaida Mendoza, nous livre son premier roman qui nous emmène découvrir Anna, une jeune femme dont la famille est très à cheval sur les convenances, et souhaite qu’elle s’unisse à une famille qui possède les mêmes idées. En soit un mariage de convenance, dont elle ne veut pas. Elle fuit ainsi en Ecosse, et va faire une étrange rencontre avec une créature magique, qui va bouleverser sa vie et la propulse à une époque inconnue sur les terres du clan Kincaid. L’aventure commence, et bien des surprises vont en découler.

L’intrigue de ce roman est constitué de deux parties. La première nous emmène en Ecosse, et dans le passé. On suit Anna qui se trouve désorientée après ce voyage dans le temps, et qui est ramenée semi-consciente au château du clan, par le laird lui-même, Ariyal Kincaid. Entre eux, les discussions sont quelques peu explosives, on s’amuse bien. Elle vient du futur, mais il ne la croit pas, malgré son attitude étrange. On tourne les pages avec plaisir, l’histoire est rythmée. Mais c’est surtout la seconde partie qui m’a le plus étonnée, et même surprise. Là clairement, on rentre plus dans la fantasy, et la magie. Ce changement de registre est déconcertant, et ça m’a plu. On se demande vraiment comment l’histoire va s’enchaîner, et c’est à ce moment que j’ai commencé à m’attacher aux personnages. Pauvre Anna, elle en a tellement subi, et ce n’est pas fini. Multiples complots et phénomènes magiques nous tiennent en haleine, et on a enfin réponse à nos questions sur le vécu de nos personnages.

Pour un premier roman, celui-ci est réussi, même si c’est plus la deuxième partie qui m’a le plus intriguée. Une aventure originale qui m’a un peu fait penser à la saga Les Highlander de Karen Marie Moning Un bon moment de lecture !

 

note 3,5 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Passions Londoniennes, tome 2 : Jay de Aurélie Depraz

couv29965538

Éditeur : Autoédité
Pages : 313 pages
Parution : 1er Mai 2020
Tome : 02/03
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Londres, 1819
Jay Stenson a tout bâti de ses mains. Né dans la rue, au cœur des quartiers londoniens les plus pauvres, il a su s’élever dans la société à la seule force du poignet et finir à la tête d’un véritable empire industriel.
Pourtant, il est une chose que son argent, jusqu’à présent, n’a pas su acheter : le bonheur de sa sœur, la très jeune Elisa. Prêt à tout pour l’intégrer (malgré elle s’il le faut) aux milieux huppés qu’il fréquente désormais et l’aider à se lancer dans la vie, il décide de faire appel à une jeune aristocrate. La mission de cette dernière : éduquer Elisa et en faire une lady. Une vraie. À son image.
Mais la belle Amanda Keat, elle aussi, a de graves problèmes à résoudre. Quant à ses vues sur le monde, elles sont bien loin de celles de ce roturier de Stenson… dont le franc-parler, les manières abruptes et le manque total de tact l’agacent au plus haut point…
Jay : quand les classes sociales du début du XIXe siècle se rencontrent, se repoussent et s’attirent, au temps de la Première Révolution Industrielle…

 

Mon avis:

Après avoir fait la connaissance d’Alexander lors du premier tome, place à Jay, membre de ce trio de célibataire endurcit. Enfin pas tant que ça ! Jay, comparé à ses amis, n’est pas un homme de la noblesse. C’est à la sueur de son front, qu’il a réussi à s’en sortir des bas fond de Londres. Très jeune, il a dû prendre en charge sa demi-sœur, et a tout fait pour lui offrir une vie digne. Et aujourd’hui, alors qu’ils ont quitté les quartiers pauvres, pour rejoindre la haute société, Elisa ne se sent pas à l’aise avec ce monde qu’elle ne connait pas. C’est là que Jay à l’idée de trouver une jeune lady pour lui apprendre les us et coutumes de la noblesse. Amanda Keat, jeune veuve qui rencontre bien des difficultés, finit par accepter la mission qu’on lui propose. Et bien des surprises vont en découler !

J’étais très heureuse d’apprendre que le tome 2 allait être consacré à Jay. Dans le premier tome, son personnage haut combien hardi, m’a tout de suite intrigué. Et quel bonheur d’en découvrir plus sur lui, son passé, les épreuves qu’il a dû affronter, et la force et le courage qu’ils l’ont amené à changer sa destinée. Jay est des plus déterminés, et hors de question de cacher ses origines, au grand dam de ses amis, et de la jeune lady Amanda qui sera offusquée plus d’une fois de ses manières. Alors qu’Elisa apprend beaucoup d’Amanda, hors de question pour Jay de devenir un gentleman. Même si ce dernier, écoute tout de même ce que dit Amanda, pour mieux nous surprendre. De son côté Amanda connait bien des difficultés depuis la perte de son mari, et en plus elle n’a plus de nouvelles de son frère qu’elle sait en difficulté. Mais hors de question pour elle de solliciter l’aide de Jay, qui en a déjà assez fait pour elle. En femme indépendante, elle ne manque pas non plus de courage, elle souhaite se débrouiller seule.

Autant dire que ces deux personnages étaient faits pour se rencontrer, et on ne s’ennuie pas avec l’intrigue, qui est très rythmé, que ce soit par leur échange ou action. On peut même dire que j’ai littéralement dévoré cet ouvrage qui m’a passionné. J’ai eu un coup de cœur pour Jay, son histoire et sa personne. Et comme toujours avec l’auteure on apprend des détails croustillants sur l’Histoire. Et grâce aux cours avec Elisa, on découvre la vie quotidienne d’une lady, comment servir le thé, comment se servir d’un éventail pour passer des messages, ou encore le langage des fleurs. Purement passionnant ! Encore une fois, je ressors très contente de cette lecture, et c’est même un coup de cœur.

En résumé, une très belle romance historique qui défit les classes sociales, et qui nous livre des détails croustillants sur la vie des différents quartiers londoniens.

 

note 5 étoiles

Littérature belge (Belgique), Livres, Romance, Romance historique

Le Destin des cœurs perdus, tome 1 : Les Damoiselles de Castel Dark de JC Staignier

81i3tl1sn-l

Éditeur : Something Else
Pages : 364 pages
Parution : 11 Juin 2019
Tome : 01/??
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Angleterre, 1390.

Par ordre du roi, les trois filles aînées du comte Clayton de Percival se rendent à Hill House pour rencontrer le duc de Templeton. Lorsque les portes du château se referment sur Mary, Jane et Ilyana, elles ignorent que leur destinée vient de basculer.

À Castel Dark, le domaine familial, Aelis, la benjamine au caractère rebelle tente de s’imposer dans une société où les hommes dominent.

Entre l’amour, la passion et la haine, les damoiselles de Castel Dark trouveront-elles le courage d’affronter leur avenir ?

 

Mon avis:

Avec ce premier tome de la saga, Le Destin des cœurs perdus, nous voilà parti pour un voyage au XIVème siècle, en Angleterre. On fait la connaissance avec la famille du comte Clayton de Percival. Ils ont six enfants : Anton, Thomas, Mary, Jane, Ilyana et Aelis. Les garçons ont une vingtaine d’année, et des caractères bien différents. Anton est connu pour courir après les damoiselles, tandis que Thomas est plus réservé. Quant aux sœurs, suivent Mary et Jane, les aînées, la douce Ilyana, et la petite rebelle de la famille, Aelis. La benjamine fête justement son anniversaire, et c’est lors d’une grande fête que des émissaires du Roi sont envoyés. La fratrie profite d’un statut particulier auprès du Roi, et c’est ainsi pour eux un grand honneur d’envoyer leur trois filles aînées séjourner à Hill House, afin d’être présentées au duc Arthur de Templeton pour une union. Alors que Jane et Mary se réjouissent de ce voyage, Ilyana, la plus jeune n’en a pas envie. Mais le destin est en route, et place aux surprises !

L’auteure nous offre une intrigue avec plusieurs points de vues, et pleine de rebondissements. L’époque moyenâgeuse n’était pas facile pour les femmes, et on ne nous épargne rien. Histoires d’amour, mais aussi drames, meurtres et combats sont aussi au rendez-vous. Je vous avouerais avoir eu un peu de mal à entrer dans l’histoire au début, et surtout à m’attacher aux personnages principaux, mais j’ai fini par être emportée dans l’aventure au fil des pages. La famille de Percival est touchante. Vivant à l’écart de la haute société, ils ont mis en place leurs propres règles et sont assez proches de leurs serviteurs. Même si l’auteure a pris certaines libertés historiques, et elle l’avoue en introduction, on se sent tout de même transportée dans cette époque. Ainsi ne vous attachez pas trop aux personnages, on est dans une période où le sang avait tendance à couler à flot (petit clin d’œil à Game of Thrones!). Au fur et à mesure que l’histoire avance, on ressent les émotions des personnages, on rigole, on est ému, mais aussi on a mal pour eux. Un roman qui ne nous laisse pas de marbre, et avec une fin des plus saisissante…

En bref, une fresque familiale qui ne laisse pas insensible, fidèle à son siècle, ou bonté et cruauté se mêlent. Un premier tome intéressant qui met tous les sens en émoi !

note 3,5 étoiles

 

 

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Passions Londoniennes, tome 1 : Alexander de Aurélie Depraz

Passions Londoniennes, tome 1 : Alexander de Aurélie Depraz

Éditeur : Autoédité
Pages : 264 pages
Parution : 28 Février 2020
Tome : 01/03
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Londres, 1819
Le comte d’Ashford est perplexe. Ennuyé… et furieux. En mourant, le colonel Shaheedan l’a investi d’une mission… dont il se serait bien passé ! Bon sang, il a bien autre chose à faire que de jouer les dames marieuses !
En plus, il déteste les débutantes ; et avec elles, tout ce qui a trait, de près ou de loin, à l’idée même du mariage. Seigneur, pourquoi fallait-il donc que cela tombe sur lui ? Lui, jouisseur, séducteur, célibataire endurci, qui n’aime rien tant que cumuler les conquêtes et bambocher gaiement ?
D’autant que ni les femmes de sa famille, ni ses deux meilleurs amis, ni l’intéressée elle-même… ne semblent décidés à lui faciliter la tâche. Et que, s’il n’y prend garde, cette mission de confiance pourrait fort bien se retourner contre lui… venir saboter jusqu’aux fondements mêmes de son existence… et jusqu’à ses convictions les plus solides…
Alexander : quand sentiments, principes, idéaux et attirances entrent en conflit… au temps des unions de convenance.

 

Mon avis:

Le premier tome de cette nouvelle trilogie nous emmène en pleine saison londonienne, à l’époque de la régence. Alexander Hemsworth, héritier du titre familial, ancien combattant et libertin notoire, est contraint de retourner chez lui en Angleterre après la réception d’un étrange courrier. Son grand ami le Colonel Shaheedan avec qui il a combattu, est décédé. Avant de mourir, il lui a écrit un courrier qui va bouleverser son quotidien. Grand coureur de jupon et célibataire endurcit, il se voit confier à son plus grand désarroi, la fille de ce dernier, Jade. Il devra devenir son tuteur, et l’aider pour sa première saison londonienne. Lui qui évite les bals, les grandes fêtes, afin de se soustraire à un mariage arrangé, le voilà bien embêté. Et la rencontre avec cette dernière ne va pas arranger son sort !

Cette lecture est à nouveau pour moi un coup de cœur. Alexander, comme ces deux comparses, est un personnage qui tient à sa liberté, et ne veut en aucun cas avoir la corde au cou. Voilà comment il voit le mariage. Après un passé militaire qu’il l’a touché, tout comme son compagnon James, il tient plus que tout à son indépendance, et fait tout pour éviter ses dames marieuses. Grand voyageur, il tient surement ça des origines de sa famille: des pirates et des corsaires, il aime s’amuser et prendre du plaisir en bonne compagnie. Sa réputation n’est plus à faire, au grand désespoir de sa sœur aînée et de sa grand-mère qui ne cherchent qu’à le voir épouser quelqu’un, pour perpétuer la lignée des Hemsworth. Alors quand tout le monde apprend qu’il va devoir s’occuper d’une jeune débutante, ils tombent tous des nus, lui le premier. Alexander tient à son quotidien, et ne veut pas que ça change. Mais disons que Jade n’est pas une jeune lady comme les autres. Ayant grandi sans ses parents, au cœur de la campagne, elle a certes reçu toute l’éducation qu’une lady doit avoir, mais on lui a autorisée aussi plus de choses. Au courant des dernières actualités, elle s’intéresse aussi bien aux nouvelles technologies, qu’à ce qui se passe dans le monde, et souhaite plus que tout voyager et en découvrir encore et toujours plus. Elle ne fera que surprendre son tuteur par sa franchise, sa joie de vivre et sa fraîcheur. Dès les premiers instants, elle est sous le charme, et elle ne le laisse pas non plus indifférent. Mais il se dit qu’il n’est pas l’homme qu’il lui faut, et ne cesse de chercher des excuses pour la fuir.

La romance entre nos personnages principaux évoluent tout en douceur. On rigole aussi beaucoup grâce à sa grand-mère qui sait bien remettre son petit-fils à sa place, et sa sœur aînée quelque peu agaçante à vouloir tout régenter. Mais il est vrai que j’aurais voulu en savoir plus sur sa sœur jumelle, Clémentine, qui n’intervient finalement qu’en seconde partie de roman, mais qui est là dès le début pour assurer la réputation de Jade au sein du foyer, et qui est très proche d’Alexander. Quant à ses deux comparses, on apprendra à les connaitre pour notre plus grand plaisir, dans les deux numéros suivants ! Sinon, comme à son habitude, l’auteure nous gâte d’éléments historiques. On en apprend un peu sur les traités signés avec les guerres napoléoniennes, les colonies, et pour mon plus grand bonheur la piraterie.

En résumé, une très belle romance historique qui nous offre un moment de bien-être et de joie de vivre. Vivement la suite !

 

note 5 étoiles