A l’ombre d’une lady de Julie Klassen

couv39326792

 

L’histoire:

Ne supportant plus les infidélités de sa femme, lord Mayfield décide d’emmener son épouse et sa dame de compagnie, Hannah Rogers, à la campagne. Mais lors du voyage, la voiture sombre dans un ravin, n’épargnant que deux personnes. Lorsque Hannah reprend conscience, tout le monde s’obstine à l’appeler lady Mayfield. Si la jeune femme ne se souvient de rien les premiers jours, elle recouvre peu à peu la mémoire et s’apprête à rétablir la vérité. Mais elle en est empêchée par lord Mayfield qui semble prendre un malin plaisir à jouer cette comédie. Et si la vie offrait à Hannah une chance de vivre enfin avec l’homme qu’elle a toujours admiré de loin… ?

 

Mon avis:

Petit tour au XIXème siècle en Angleterre avec Hannah Rogers. On fait sa connaissance à Bath, alors qu’elle retourne chez son ancienne employée, Lady Marianna Mayfield, où elle a été embauchée en tant que demoiselle de compagnie. Ayant quitté cet emploi sans demander l’argent qui lui était dû, elle vient le réclamer. Mais Marianna ne compte pas la laisser partir une nouvelle fois, et lui demande de l’accompagner pour son déménagement avec son mari, dans un lieu inconnu. Elle finit par accepter, mais le voyage ne se passe pas comme prévu. Lady et Lord Mayfield ainsi que Hannah sont victime d’un accident. Hannah finit par se réveiller à Clifton House, dans le Devon, amnésique et avec un bras cassé. Tout le monde l’appelle Lady Mayfield. On lui informe que son mari, Lord Mayfield est gravement blessé, et que la troisième personne qui les accompagné n’a surement pas survécu, étant emportée par la mer. Elle finit par reprendre conscience et réaliser qu’il y a un gros malentendu.

Au fil des pages, on découvre un peu plus qui est Hannah, grâce à ses morceaux de souvenir qui lui reviennent en tête. Elle est une jeune femme de confiance, et l’on comprend pourquoi c’est si dur pour elle de mentir. Et d’autant plus de se faire passer pour Marianna, une femme sans cœur.

Lord Malfield met du temps à se remettre de ses blessures. On le découvre qu’à la moitié du roman. Il est attachant, mais a peu confiance en lui. Il est honnête et un vrai gentleman.

De nombreux mystères entourent la vie de nos personnages, ce qui nous tient en haleine. Mais il existe pourtant certaines longueurs dans ce roman. Mais il faut tenir puisque la fin nous réserve des surprises, pour certaines que l’on peut deviner, et d’autres qui peuvent que nous surprendre. De nombreuses intrigues, et un triangle amoureux, vous attendent dans cet ouvrage. Je suis contente d’avoir tenu jusque bout ma lecture, puisque la fin m’a vraiment réconciliée avec les lenteurs, et les retours en arrière des fois mal amené.

L’envolée sauvage, intégrale, tome 1 de Laurent Galandon et Arno Monin

couv62723534

Synopsis:

France, 1941. Jeune orphelin fasciné par les oiseaux, Simon vit dans une petite commune de campagne éloignée de la tourmente. Pourtant, comme une maladie que l’on ne sent pas venir, l’antisémitisme s’insinue jusque dans son quotidien pour lui rappeler qu’il est juif.
Confronté à la bêtise humaine, Simon va devoir fuir. Pourtant, où qu’il se trouve, la Dame Blanche apparaît : prédateur de mauvais augure ou ange gardien nocturne ? De son village, en passant par un orphelinat, la fuite de Simon l’emmènera jusque dans les montagnes où il trouvera, auprès d’une étrange famille, un nouveau temps de paix. Mais la gangrène se propage, rendant toujours plus provisoires les moments de répit. Et ce que Simon croyait être une descente aux enfers ne fait que commencer…

 

Mon avis:

J’ai vraiment passé un bon moment à parcourir l’histoire de Simon et à découvrir la superbe plume de l’auteur. Sans choquer le lecteur, on aborde ici un sujet dur, mais tout de même avec tact.

« Si on allait se battre pour se venger, on ne vaudrait pas mieux que ceux que nous combattons »

« Si toute la bêtise humaine reposait sur tes épaules, il serait facile de s’en débarrasser »

« Même sans raison, l’Homme a besoin de trouver des coupables. »

Belle Epoque de Elizabeth Ross

Synopsis:

« Louez un faire-valoir, vous en deviendrez d’emblée plus attirante. » Lorsque Maude Pichon s’enfuit de sa Bretagne natale pour échapper à un mariage dont elle ne veut pas, elle monte à Paris, ville-lumière en ébullition à la veille de l’exposition universelle de 1889. Hélas, ses illusions romantiques s’y évanouissent aussi rapidement que ses maigres économies. Elle est désespérément à la recherche d’un emploi quand elle tombe sur une petite annonce inhabituelle : « On demande de jeunes filles laides pour faire un ouvrage facile. » L’Agence Durandeau propose en effet à ses clients un service unique en son genre : le repoussoir. Son slogan ? « Louez un faire-valoir, vous en deviendrez d’emblée plus attirante. » Étranglée par la misère, Maude postule…

Mon avis:

Ce livre est en fait une libre interprétation de la nouvelle d’Emile Zola, Les repoussoirs, que je ne connaissais pas du tout. Autant vous dire que ce livre m’a vraiment surpris, j’ai découvert un univers inconnu pour moi, mais j’ai surtout passé un bon moment à suivre Maude dans son aventure. Celle-ci qui pensait quitter sa Bretagne natale et se faire la belle vie à Paris, se trompait. Après multiple difficulté à trouver un travail, elle finit par accepter ce contrat qui consiste en fait à mettre en valeur une femme belle et noble, par sa propre laideur, soit à être un repoussoir.

Ce livre nous fait ainsi réfléchir à qu’est-ce que la beauté. A cette époque la beauté intérieure ne compte pas. Il n’y a que la beauté extérieure qui est mise en avant, grâce à de belles parures et belles coiffes.

Ce que j’ai aimé aussi et que la société parisienne y est bien décrite, ce qui nous permet de vraiment entrer dans l’histoire et son contexte. Par exemples de nombreuses références à la Tour Eiffel, qui était à ce moment en construction, sont faites. A l’époque elle était critiquée par la noblesse, et tous voulaient la détruire.

Petit plus à mentionner aussi, la nouvelle originale d’Emile Zola est à la fin du livre.

Bref, vraiment un bon moment avec ce livre, que je vous conseille.

Un sac de billes (BD), tome 2 de Kris & Vincent Bailly & Joseph Joffo

Synopsis:

Jo et Maurice, après un voyage mouvementé, arrivent à Menton, où se sont installés leurs deux frères aînés. Ceux-ci, toutefois, sont convoqués par la police française dans le cadre du S.T.O., le service du travail obligatoire en Allemagne. Pas question pour les grands frères de se jeter dans la gueule du loup : ils décident de partir immédiatement à Nice, où se sont déjà réfugiés leurs parents. Malgré l’occupation de la ville pa l’armée italienne, l’insouciance reprend le dessus. Las, ce sera de courte durée. L’armée italienne est remplacée par l’armée allemande, et la Gestapo resserre les mailles de ses filets pour attraper les Juifs. Dès lors, la vie des Joffo va connaître des jours douloureux… La peur, l’angoisse et la souffrance sont au rendez-vous.

Mon avis:

J’ai apprécié retrouver nos deux héros pour ce dernier tome et donc la fin de la grande guerre. Leur histoire est à nouveau pas facile et mouvementé. Mais ils ne se laissent pas faire pour autant et se battent.

J’ai bien aimé dans ce nouvel opus les dialogues encore plus touchant.
« Le coeur s’est habitué, rodé au danger et aux catastrophes, peut être suis je devenu incapable d’éprouver un chagrin profond. »
« Les nazis ne m’ont pas encore pris ma vis mais ils me volent mon enfance »
Cela me donne vraiment envie de m’intéresser au roman dont est inspiré la BD.

Les dessins sont toujours soignés et c’est toujours autant agréable de tourner les pages.

Un sac de billes (BD), tome 1 de Kris & Vincent Bailly & Joseph Joffo

Synopsis:

Septembre 1941, Jo a 10 ans. C’est un gamin parisien, un joyeux poulbot farceur et dégourdi du 18ème arrondissement. Il est le dernier d’une fratrie de six enfants, et est très proche de Maurice, son aîné de deux ans à peine. Mais les Allemands occupent Paris ; le port de l’Étoile Jaune devient obligatoire pour tous les Juifs ; la menace fait plus que gronder… Les parents de Joseph décident donc que leurs deux cadets doivent fuir pour gagner la zone libre et rejoindre leurs frères aînés à Menton. Avec alors pour tout bagage, une consigne de survie martelée violemment à leurs oreilles : « Ne dis jamais que tu es juif ! », quelque 5 000 francs de l’époque, leur intrépidité, bon sens et innocence, Maurice et Joseph prennent la route de la liberté, celle de tous les dangers. Passer inaperçus, travailler un peu, déjouer les interrogatoires, rechercher une famille éparpillée… Un long chemin semé d’embûches immondes et heureusement de bonnes âmes, un parcours initiatique, qui forge et marque un homme pour toute son existence.

 

Mon avis:

J’ai vraiment passée un bon moment avec cette BD. On suit les jeunes ados dans leur voyage à la fuite des allemands. Le récit est vraiment touchant, ils font preuve d’un grand courage et intelligence.
La BD inclue plein de référence à l’Histoire. De nombreux enfants à l’époque ont connus ces mêmes péripéties. C’est vraiment intéressant qu’elle ait été retranscrit un BD, peut être que ça permettra au non lecteur de s’intéresser à cette histoire touchante que l’on doit connaitre.

Le graphisme est aussi bien réalisé et soigné. Chaque détail est fait avec minutie, ce qui rend le cadre encore plus réel. Hâte de pouvoir découvrir le deuxième tome et dernier !

14 – 14 de Silène Edgar et Paul Beorn

Synopsis:

Hadrien et Adrien, deux garçons de 13 ans, habitent à quelques kilomètres l’un de l’autre en Picardie. Tous deux connaissent des problèmes à l’école, des troubles sentimentaux, des litiges avec leurs parents. Une seule chose les sépare : un siècle. Leurs destins vont se mêler et une faille temporelle leur permet d’échanger du courrier…

 

Mon Avis:

Que dire, ce livre est vraiment une pure merveille et je vous le recommande. Certes c’est une histoire jeunesse, mais il est tout de même très bien écrit, envoûtant et surtout très bien documenté. Je ne m’attendais vraiment pas à ça en ouvrant ce livre. On s’attache vraiment aux personnages, et même si on connait forcément l’histoire de la première guerre mondiale, on se demande comment les personnages vont échapper à la mort grâce à cette correspondance du futur.
J’aurai vraiment aimé, comme de nombreux collégiens, découvrir ce livre à l’école.

Un vrai coup de coeur ❤

La sélection, tome 3: L’élue de Kiera Cass

 

L’histoire: 

Une seule candidate sera couronnée…
L’ultime volet très attendu de la trilogie de Kiera Cass, best-seller en France et à l’étranger !

La Sélection a bouleversé la vie de trente-cinq jeunes filles à tout jamais. Pour les quatre encore en lice au Palais, les amitiés qu’elles ont nouées, les rivalités qui les opposent et les dangers qu’elles ont dû affronter vont les lier pour le restant de leurs jours. Car l’heure est désormais venue de désigner l’heureuse élue…
America n’a jamais osé rêver être si près de la couronne, ni du coeur du prince Maxon. Mais, à mesure que la compétition approche de son issue inexorable et que les menaces qui visent le Palais se font plus pressantes, elle se rend compte de ce qu’elle risque de perdre et de l’âpreté de la lutte à mener pour obtenir ce qu’elle désire si ardemment.

 

Mon avis: 

J’ai pu lire ce dernier tome dès sa sortie en e-book. Oui j’avais hâte de lire le dénouement, même si dans un certain sens on s’en doutait tous.

Je ne rentrais pas trop dans les détails pour ne pas spoiler ceux qui ne l’on pas encore lu. Ce que j’ai apprécié dans ce roman avant tout et qu’il y avait plus d’action. Enfin j’ai envie de dire! L’écrivain nous tient en haleine jusqu’à la fin, et on se demande vraiment comment ça va se passer.  J’ai vraiment été surprise par la fin, dans le bon sens du terme, je ne m’attendais pas à ça.

Je dirais que j’ai globalement bien aimé cette trilogie, je dirais même que je l’ai dévorer. Mais ça ne sera pas pour autant un coup de coeur à cause de l’écriture que j’ai trouvé trop simple. Donc si vous souhaitez passer un bon moment et sans prise de tête, je vous la recommande.

La Sélection, t1 et t2 de Kierra Cass

 

L’histoire:

35 candidates. 1 couronne. La compétition de leur vie.
Quand la dystopie rencontre le conte de fées !

Dans un futur proche, les États-Unis et leur dette colossale ont été rachetés par la Chine. Des ruines est née Illeá, une petite monarchie repliée sur elle-même et régie par un système de castes. Face à la misère, des rebelles menacent la famille royale. Un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne…
Pour trente-cinq jeunes filles du royaume d’Illeá, la « Sélection » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre une vie de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le cœur du jeune Prince Maxon, l’héritier du trône. Mais pour America Singer, qui a été inscrite d’office à ce jeu par sa mère, être sélectionnée relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure ; quitter sa famille et entrer dans une compétition sans merci pour une couronne qu’elle ne désire pas ; et vivre dans un palais, cible de constantes attaques de rebelles…
Puis America rencontre enfin le Prince. En chair et en os. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés : l’existence dont elle rêvait avec Aspen supportera-t-elle la comparaison face à cet avenir qu’elle n’aurait jamais osé imaginer ?

 

Mon avis:
J’ai décidé d’écrire une critique pour les deux tomes, car je les ai lu à la suite sans pause! Vous en déduirez donc que j’ai apprécié cette lecture. Il est vrai que quand je l’ai commencé, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Hunger Game (que je n’ai pas lu, mais vu les films) Le système de caste numéroté m’y a fait fortement penser, ainsi que la relation avec Aspen et America par rapport à celle de Katniss et Gale. Il y aussi ce système de télé réalité qui est comparable.
Après ces nombreuses comparaisons que j’ai fait pendant ma lecture, j’ai finis par m’attacher aux personnages et à l’histoire. J’ai été heureuse de découvrir le personnage d’America qui n’hésite pas à tenir tête à Maxon, même si c’est un prince. J’ai apprécié leur première rencontre et les suivantes. Même si je n’aime pas le principe des téléréalites et que j’en suis même contre, j’ai finis par l’oublier au fur et à mesure que l’histoire avancé. Je me suis laissé surprendre par les rencontres et les défis que sont demandés aux candidates, ainsi que par le contexte politique tendu dans le royaume.
Bref, j’ai passé un bon moment, même si ce n’était pas gagné. Mais après avoir vu de nombreux articles sur cette saga et de très bonne note, je me suis dit que je devais testé. Et je ne suis pas déçu. Hâte de découvrir le prochain tome.