Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

Les chevaliers des Highlands de Monica McCarty

 

Aujourd’hui, je consacre cet article pour vous présenter une saga que j’ai adoré : Les chevaliers des Highlands de Monica McCarty

 

Une saga difficile à trouver, enfin rééditée

Devenue difficilement trouvable en neuf et en occasion, les éditions J’ai Lu et France Loisirs avaient tentées une réédition sous forme d’intégral de trois ouvrages il y a quelques années, qui n’a jamais été poursuivie.

Un autre choix a finalement été fait cette année avec cette réédition, dans la collection « La bibliothèque idéale » chez les éditions J’ai Lu. Elle permettra enfin de retrouver tous les ouvrages de la saga, qui compte douze tomes.

A ce jour, les trois premiers sont disponibles. Le quatrième tome arrive au mois d’octobre.

 

Que nous raconte l’histoire de cette saga ?

L’intrigue nous emmène au moyen-âge, où les conflits entre les anglais et les écossais sont nombreux. Robert de Bruce a pour projet de revendiquer le trône d’Écosse. Et pour cela, il doit rallier à sa cause les meilleurs guerriers : les highlanders. C’est ainsi que le contexte de la saga s’installe. Chaque tome est consacré à un membre de cette garde secrète qui grandit et dont le pouvoir s’affirme au fil des tomes.

 

J’ai dévoré chaque tome de cette saga, dont plusieurs sont des coups de cœur. Il m’arrive même d’en faire souvent une relecture. C’est aussi pour cela que j’écris cet article, je pense qu’elle mérite d’être plus connue !

 

Alors, si vous êtes fan de romances historiques, qui est ici inspirée de faits réels, n’hésitez pas ! De plus à la fin de chaque ouvrage, l’auteure mentionne les personnages qui ont existés et leurs destins.

 

Découvrez aussi mes chroniques de cette superbe saga:  tome 1  –  tome 2  –  tome 3  –  tome 4  –  tome 5  –  tome 6  –  tome 7  –  tome 8  –  tome 9  –  tome 10  –  tome 11  –  tome 12

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

Le club des survivants, tome 3 : L’échappée belle de Mary Balogh

Le Club des survivants, tome 3 : L'Echappée belle de Mary Balogh

Éditeur : J’ai lu
Pages : 384 pages
Parution : 2 Septembre 2015
Tome : 03/07
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

.

L’histoire:

Après s’être dévouée corps et âme à son époux, Samantha McKay espère profiter un peu de la vie. C’est compter sans sa belle-famille qui veut lui faire porter le deuil et la cloîtrer. Ces gens sectaires sont persuadés que le sang bohémien qui coule dans ses veines la poussera à déshonorer leur nom. Effectivement, la jeune veuve a bien l’intention de se rebeller et de faire une proposition scandaleuse à son nouveau voisin, sir Benedict. Infirme, lui qui se rêvait général ne se sent plus à sa place nulle part. Pourquoi n’aiderait-il pas Samantha à fuir au Pays de Galles où elle possède une chaumière ? Ainsi commence l’échappée belle de ces deux êtres à qui la guerre a tout pris mais qui, dans le secret de leur cœur, gardent espoir de reconquérir leur liberté…

.

Mon avis:

Benedict n’a pas pu rejoindre ses amis du club lors d’un grand évènement se déroulant dans le précèdent tome, et on en connait la cause aujourd’hui. Ancien combattant, il a failli perdre la vie et ses jambes. Sa force et son courage lui ont permis de remarcher. Maintenant c’est pour la quête de sa liberté qu’il doit combattre, sa famille ayant pris possession de ses terres. Une tâche qui n’est pas aisée et qui va l’amener à rencontrer une jeune veuve ayant le même désir…

Sir Benedict Harper a lutté de nombreuses années pour réussir à remarcher, alors que personne n’y croyait. Ce combat accomplit, il doit reprendre en main sa vie. Contrairement à ses amis, il se sent perdu et ne sait pas comment s’y prendre et quoi faire. Lors d’une promenade sur les terres de sa soeur, il fait la rencontre de Samantha MacKay, une jeune veuve. Cette dernière est forcée par sa belle famille à subir un deuil très contraignant, après avoir passé des mois à soigner son mari blessé lui aussi par la guerre. Ces quelques échanges entraineront une amitié qui permettra à Samantha de prendre la fuite alors que son destin s’annonce bien compliqué.

Nos deux héros ont certes du courage, mais il n’est pas toujours facile de se relever après les épreuves qu’ils ont subi. Alors que Samantha a besoin d’aide pour démarrer une nouvelle vie, Benedict a besoin de retrouver confiance pour avancer. Un duo parfait et une intrigue qui nous surprend en seconde partie avec rebondissements imprévus.

Ce tome est en dessous du précèdent à cause d’une longue première partie, mais il me donne tout de même envie de poursuivre l’aventure. Place au quatrième tome destiné à Flavian Arnott !

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

Le club des survivants, tome 2 : Un mariage surprise de Mary Balogh

61qneeeo1al

Éditeur : J’ai lu
Pages : 384 pages
Parution : 20 Mai 2015
Tome : 02/07
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

.

L’histoire:

C’est l’émoi à Barton Coombs, où le vicomte Darleigh est de retour après avoir été blessé à la guerre. Le pauvre garçon a perdu la vue. Aussitôt un complot s’organise chez ses voisins, les March. Leur fille Henrietta est en âge de se marier, le vicomte est riche, il ne reste plus qu’à les réunir, quitte à organiser un petit traquenard. Ce plan sournois sera déjoué par la cousine de Henrietta, la discrète Sophia, qui vit chez les March en tant que parente pauvre. La sanction est immédiate : elle est jetée à la rue. Mais le vicomte s’émeut du sort de cette jeune personne si droite, à qui il doit une fière chandelle. Et il lui propose un bien étrange arrangement…

.

Mon avis:

Ce second tome est consacré à Vincent Hunt, le vicomte Darleigh. Aveugle depuis un lourd accident lors des guerres napoléoniennes, sa famille a pris l’habitude de le surprotéger et souhaite lui trouver une femme pour qu’elle s’occupe de lui. Ne supportant plus leur comportement, le jeune homme prend la fuite, pour se réfugier dans un petit village qu’il a connu enfant. Mais l’arrivée du vicomte ne passe pas inaperçu, et les villageois ont aussi tous une idée en tête… abuser de lui. Sophia, qui assiste à ces complots, ne compte pas les laisser faire, mais à quel prix…

Membre du club des survivants, j’ai déjà pu faire connaissance avec Vincent dans le premier tome. Son personnage m’a d’ailleurs interpellé piur son humour et sa joie de vivre. C’est donc avec grand bonheur que j’ai pu enchainer ma lecture et en connaitre plus sur son histoire.

Même si Sophia et Vincent sont assez différents, ils ont tout de même un point commun: tous les deux sont opprimés par leur famille. Sophia est la parente pauvre que les March ont dû accueillir. Elle est plus considérée comme une servante et bonne à tout faire. Quant à Vincent, il ne peut disposer de sa propre vie, sa famille décidant tout pour lui. Dès les premières lignes, il y a forcément une image qui nous vient en tête, celle de Cendrillon et de son prince. Un couple qui est souvent repris dans la littérature sentimentale, qu’on finit par oublier au fil des pages pour se concentrer vraiment sur nos personnages principaux, leurs passés et leurs avenirs à construire. Attachants et courageux, on les suit dans leur combat. Le récit est très bien amené. Certes un peu calme, mais cela ne nous empêche pas de nous sentir immerger avec Sophia et Vincent.

Une seconde partie qui m’a conquise et qui montre le talent de narration de Mary Balogh.

 

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

Le club des survivants, tome 1 : Une demande en mariage de Mary Balogh

61tzrbxst9l

Éditeur : J’ai lu
Pages : 384 pages
Parution : 15 Avril 2015
Tome : 01/07
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

.

L’histoire:

Au domaine de Penderris, on soigne les corps et les âmes blessés. C’est ici qu’on accueille les valeureux officiers rescapés des guerres napoléoniennes. Et si lord Trentham, récemment anobli pour ses faits d’armes, a la chance d’être valide, son traumatisme n’en est pas moins profond. Désormais, il a un titre à transmettre, et doit donc se marier. Or quelle femme voudrait de lui alors qu’il se déteste lui-même ? Peut-être cette jeune veuve, lady Muir. Elle aussi a eu son lot de souffrances, mais c’est une lady raffinée, tandis que lui n’est qu’un rustre. Et il a beau être fou d’elle, un monde les sépare.

.

Mon avis:

Découverte d’une nouvelle saga écrite par Mary Balogh qui se penche sur les traumatismes de la guerre, qu’ils soient physiques ou morals. On fait ainsi la rencontre de Hugh, devenu Lord Trentham suite à un exploit sur le champ de bataille. Il en garde de nombreuses blessures, non dans sa chair mais dans son âme. Invité chez ses amis pour leurs retrouvailles annuelles, il vient en aide à une jeune femme qui vient de faire une chute sur la plage. Lady Muir, jeune veuve, est alors en visite chez une amie. Les échanges entre eux sont plus qu’explosifs. Hugh n’aime pas les aristocrates qui sont trop guindés à son goût, et Gwen trouve son sauveur brut et froid. Forcé à se côtoyer, ils vont devoir apprendre à se connaitre et des surprises arriveront…

L’auteure aborde une thématique intéressante, et j’ai déjà hâte d’en savoir plus sur les autres anciens habitants de Penderris. Gwendoline est un personnage attachant, qui a subi plusieurs pertes récemment. Issue de la haute société et ayant une bonne éducation, elle n’hésite tout de même pas à sortir des rangs, surtout avec les propos soutenus par Hugh. Venant du monde des affaires, il ne veut pas avoir affaire à la noblesse, même s’il en fait partie dorénavant. Ancien militaire, il est renfermé sur ses idées et lui même. En convalescence au domaine, ils vont devoir se supporter, tout en comparant leur monde pas si différent, pour ensuite se retrouver sur Londres. Même si un certain nombre de clichés sont là, j’ai passé un bon moment avec ce premier tome. Nos héros vont devoir apprendre à vivre et accepter leur passé pour réussir à se reconstruire. Rafraichissants, sincères et amusants, j’ai grandement apprécié leurs échanges !

Pour information, on retrouve le début de l’histoire de certains personnages, dans les préquels de la saga des Bedwyn soit « Une nuit pour s’aimer » et « Le bel été de Lauren ».

note 3,5 étoiles

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

La Famille Huxtable, tome 1 : Le Temps du mariage de Mary Balogh

61gvbakqstl

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 376 pages
Parution : 3 Juillet 2010
Tome : 01/05
Format: Poche
Genre: Romance, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Stephen Huxtable est le nouveau comte de Merton. Elliott Wallace, qui est venu lui annoncer la nouvelle, doit désormais le préparer à ses futures responsabilités. Toutefois il n’avait pas imaginé que le jeune homme refuserait de se séparer de ses sœurs. Trois sœurs qu’il va falloir lancer dans le monde. Que de difficultés en perspective ! Surtout avec cette Vanessa, qui semble savoir ce qu’elle veut. Au point qu’elle demande bientôt Elliott en mariage. Elle est la preuve vivante que, comme il le clame à qui veut l’entendre, la vie serait tellement plus simple sans les femmes…

 

Mon avis:

Après avoir découvert Mary Balogh avec sa saga consacrée à la famille des Bedwyn, je continue l’aventure livresque avec les Huxtable.

Habitant un petit village en Angleterre, cette famille est orpheline depuis quelques années. C’est Margaret, l’ainée, qui s’occupe de ses deux sœurs dont l’une est veuve, et de son jeune frère. L’arrivée d’Elliott Wallace, le Vicomte Lyngate va bousculer leur quotidien. Il leur annonce que le jeune Stephen vient d’hériter du titre de comte Merton, qu’il doit le suivre à Londres pour le former et prendre en charge ses nouvelles responsabilités et son domaine. Bien entendu, hors de question pour Stephen d’abandonner ses sœurs, elles viendront avec lui quoi qu’en dise le vicomte. Le voilà chargé d’un gros fardeau, en plus d’être le tuteur d’un jeune homme, il est aussi responsable de 3 jeunes campagnardes qui n’y connaissent rien à la bonne société. Et c’est une mission qui lui réservera bien ses surprises !

Le début de l’intrigue promet une histoire bien originale. Mais autant dire que la construction de ce roman est assez étonnante, comme si cela se passait en trois parties. Ainsi on fait la connaissance d’un personnage important en début de roman, en l’occurrence un cousin qui cache un lourd secret, puis on entend plus parler de lui, et il revient finalement à la fin pour nous donner le dénouement. En attendant, l’histoire de notre couple Elliot et Vanessa s’installe doucement, sans grand charme. Heureusement nous avons les réponses à nos questions, mais quelque peu maladroitement, comme la description de notre héroïne. Elle est dépeinte comme étant moins jolie que ses sœurs, et c’est répété très régulièrement dans le roman, ça en devient agaçant. J’ai tout de même continuée ma lecture, l’univers décrit étant intéressant et les joutes verbales et rebondissements apportant un peu de rythme au roman. Il est vrai que tout de même ce premier tome n’a pas su m’enchanter comme les Bedwyn. Je compte tout de même continuer.

note 3 étoiles

Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

La chronique des Bridgerton, tome 8 : Gregory de Julia Quinn

La chronique des Bridgerton, tome 8 : Gregory de Julia Quinn

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 448 pages
Parution : 7 Septembre 2016
Tome : 08/09
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon Tome 8
Lien Amazon Tome 7 & 8

.

L’histoire:

Gregory Bridgerton a toujours cru au grand amour. Il sait que sa future épouse l’attend quelque part, que leur amour est prédestiné. Le jour où il rencontre lady Hermione Watson, il pense, transporté de bonheur : C’est elle !  » Hélas, lady Hermione aime ailleurs, lui révèle sa meilleure amie, Lucinda Abernathy, une jeune personne qui, bien que fort spirituelle, n’a pas l’éblouissante beauté d’Hermione. Gregory a cependant besoin de son aide s’il veut gagner le cœur de sa dulcinée. Et c’est alors que le destin s’en mêle…

.

Mon avis:

Petit dernier de la famille des Bridgerton et dernier tome de leurs aventures (même s’il existe un tome bonus avec tous les membres), on fait la connaissance de Grégory, un personnage qui est resté assez discret jusqu’à maintenant. Tout comme ses frères et sœurs, il souhaite connaitre le grand amour, et pense l’avoir trouvé en la personne d’Hermione Watson, qu’il rencontre à un évènement organisé par Kate, la femme de son frère ainé Antony. Mais il se trouve que cette dernière est amoureuse d’un autre… Cela n’arrête en rien Grégory qui compte bien la courtiser quand-même, avec l’aide surprenante de sa meilleure amie, Lucinda Abernathy. Toutefois le destin va bien leur jouer des tours…

Même si notre fameuse Lady Whistledown nous manque dans les derniers tomes de la saga, l’intrigue reste tout de même intéressante grâce la note d’humour que sait apporté l’auteur. Et il est vrai que ce petit dernier va nous réserver des surprises et des rebondissements. Gregory est finalement assez différent de ses frères. La différence d’âge joue forcément un rôle, mais aussi son côté insouciant, idéaliste et naïf. Il pense quand-même être tombé amoureux d’une jolie fille, juste en l’apercevant. Mais il finira par faire la part des choses, et évoluer. A ses côtés, on retrouve Lucy Abernathy, qui a aussi un profil atypique. Elle compte suivre les convenances à la lettre, et accepter son sort sans rechigner, même quand elle connait les détails de la personnalité de son fiancé, qu’elle n’a vu que 3 fois. Et c’est justement ensemble, que nos héros vont grandir et apprendre à s’affirmer. Après un début quelque peu platonique qui a lieu à Aubrey Hall, l’histoire se poursuit à Londres où l’auteure sait nous surprendre avec un retournement de situation. Et justement cela apporte le piquant qui manquait dans l’histoire, d’autant plus plaisant que je ne l’avais pas vu venir.

Un dernier tome qui diffère bien des précédents, mais qui sait tout de même nous divertir avec étonnement.

 

Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

La chronique des Bridgerton, tome 7 : Hyacinthe de Julia Quinn

La chronique des Bridgerton, tome 7 : Hyacinthe de Julia Quinn

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 320 pages
Parution : 17 Aout 2016
Tome : 07/09
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon Tome 7
Lien Amazon – Tome 7 & 8

.

L’histoire:

Hyacinthe, la cadette des Bridgerton, l’une des meilleures familles du Londres dans les années 1820, est-elle destinée au célibat ? Trop fine mouche, trop directe, la jeune fille n’a rien de l’héritière effacée qu’attendent les hommes de la bonne société. Pourtant ce n’est pas une raison pour finir vieille fille ! Certes, quand Gareth Saint-Clair, un aristocrate à la réputation douteuse, croise son chemin, on est loin du coup de foudre. Mais la traduction, à quatre mains, d’un journal intime écrit en italien va jouer un rôle qui n’était pas du tout prévu…

.

Mon avis:

Avant dernier tome des aventures de la famille Bridgerton, Hyacinthe est la petite dernière de la famille. Quelque peu impertinente et sûr d’elle, elle repousse tous les candidats au mariage. Alors qu’elle fait la lecture comme tous les mardis à Lady Danbury, elle fait la connaissance de son petit-fils, Gareth Saint-Clair. Celui-ci vient de perdre son frère, et recherche quelqu’un qui puisse traduire le journal intime de son autre grand-mère, qui est en italien. Hyacinthe lui propose son aide, et commence ainsi une sacrée aventure riche en rebondissements…

Voilà une intrigue et un couple que j’ai grandement aimé à l’image des premiers tomes. Comme Eloise, Hyacinthe n’a pas sa langue dans sa poche, et n’hésite pas à donner son avis même quand celui-ci est déplacé. On ne s’ennuie pas du tout avec elle, et les joutes verbales sont de la partie, d’autant plus avec Lady Danbury et Gareth Saint-Clair. La traduction de ce journal intime va permettre à Hyacinthe de sortir de sa routine quotidienne, et de lui apporter un peu de piquant dans sa vie. D’autant plus qu’elle a aussi quelqu’un de taille avec qui échanger. Gareth ne se laisse pas intimider par la fougue de la jeune femme, qui la surprend dans un premier temps, puis qu’il apprécie ensuite. Ce jeu de traduction va devenir un jeu d’enquête et de chasse aux énigmes. Il faut dire que la grand-mère italienne de Gareth gardait un secret, et elle a tout fait pour que celui-ci soit bien protégé. Leurs sentiments évoluent au fil de leur parcours, et je n’ai eu aucun mal à y croire. Même si j’aurais aimé quelques pages en plus, surtout que l’on se retrouve plongé dans une aventure avec à la clé un beau trésor et la réponse à certaines questions sur les origines de Gareth. C’est d’ailleurs ce point qu’il le rend sur la retenu, et on peut le comprendre. Hyacinthe vient d’une grande famille aimante, lui n’a eu que son frère récemment décédé, et Lady Danbury. Son père le hais, et il le fait bien comprendre même devant Hyacinthe.

Une romance très intéressante, qui aurait bien mérité quelques chapitres en plus, mais qui a su me convaincre. J’avais beaucoup apprécié le personnage d’Eloise, mais quand son tour est arrivé, le roman m’a quelque peu déçu. Hyacinthe est du même tempérament, je suis heureuse d’avoir passée un bon moment de lecture avec elle, ce qui rattrape mes petites déceptions des précédents. Et aussi quel plaisir de retrouver le personnage de Lady Danbury qui occupe une place importante dans ce roman. J’aime beaucoup sa personne.

Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

La chronique des Bridgerton, tome 6 : Francesca de Julia Quinn

61dfczkjrrl

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 380 pages
Parution : 6 Juillet 2016
Tome : 06/09
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon Tome 6
Lien Amazon – Tome 5 & 6

.

L’histoire:

La vie est parfois cruelle. Après avoir passé tant d’années à papillonner de femme en femme, Michael Stirling est tombé amoureux fou de la seule femme qu’il lui était interdit d’aimer : Francesca, l’épouse de son cousin John, que Michael aime comme un frère. Quand John meurt brutalement, Michael devient comte de Kilmartin. Désormais, Francesca est libre, mais le souvenir du défunt se dresse entre eux. Comment trouver le bonheur sans avoir l’impression de trahir celui qu’ils chérissaient tant ?

.

Mon avis:

Sixième tome de la saga, où l’on suit Francesca alors comtesse de Kilmartin, qui vit avec son mari John entre l’Angleterre et l’Ecosse. Même si elle n’a pas encore réussi à tomber enceinte, elle se sent heureuse jusqu’au jour où tout s’écroule. Son mari qu’elle affectionnait tant, et retrouvé inconscient. Un décès brutal qui bouleverse sa vie, ainsi que celle du cousin et ami de John, Michael, qui hérite du titre et des propriétés. Un deuil qu’ils vont vivre durement et différemment. Mais entre devoirs et besoins, ils vont devoir aller de l’avant.

Quel bonheur de retrouver le style et l’humour de l’auteure qui m’avait particulièrement manqué dans le dernier tome. Cette intrigue a la particularité de se dérouler en même temps que les deux précédentes, on apprend ainsi le mariage de Colin et d’Eloise au cours de l’histoire. Elle explique aussi le peu de présence de Francesca dans les précédents tomes, qui était déjà en couple et établie avec John à ce moment. Une union qui était emplie de passion, mais qui était de courte durée. Les premières pages peuvent sembler tristes, on y parle de deuil, de maladie, mais aussi d’amour. Un amour partagé, et un autre secret que l’on va découvrir. De retour de son long séjour en Inde, Michael n’a pas d’autre choix que de prendre ses responsabilités en main. Voilà maintenant 4 ans que Francesca administre toute seule ses nouvelles propriétés, le temps de l’acceptation et du changement est venu. Et c’est d’ailleurs aussi le souhait de Francesca pour une tout autre raison. Elle souhaite devenir mère, et envisage sérieusement à se remarier. Entre sentiments troublée, doutes et culpabilité, un flot d’émotions submergent Francesca et Michael. Même si des fois on a sérieusement envie de les secouer pour qu’ils se décident enfin, et prennent conscience de leur attirance ! Un couple touchant qui a su me charmer.

J’ai aussi apprécié les notes de l’auteure à la fin du livre sur les maladies de l’époque, et sur les avancées de leurs prises en charge. On y parle de rupture d’anévrisme et de malaria. J’aime beaucoup quand les auteurs partagent avec nous un résumé de leur recherche, on a toujours des informations à découvrir.