Bande dessinée, Littérature canadienne (Canada), Littérature française (France), Livres

Défense d’entrer, tome 1 : Réservé aux gars de Caroline Héroux, Lisette Morival et Aurélie Guarino

couv8977248

Éditeur : Kennes
Pages : 48 pages
Parution : 18 Septembre 2019
Tome : 01/??
Format: Bande dessinée
Genre: Jeunesse
Lien Amazon

 

L’histoire :

Lolo est un garçon de 11 ans presque comme les autres: il fait des bêtises (des tas), il se dispute avec ses frères et sœurs (surtout cette peste d’Amélie!), et il a plein de copains sympas. Son problème? Sa mère! Elle a un super-pouvoir. Elle sait TOUJOURS quand il s’apprête à faire un mauvais coup. Et donc, il est souvent puni. Pffff, trop nul ! En même temps, ça lui laisse le temps d’écrire plein d’anecdotes croustillantes dans son carnet (pas un journal intime)! Et ça, c’est trop cool!

 

Mon avis :

Défense d’entrer est une adaptation en bande dessinée d’une série de roman qui porte le même nom.

On suit les aventures de Charles-Olivier, alias Lolo, un garçon de 11 ans qui tient un super carnet, où il raconte sa vie. On découvre son quotidien avec sa famille, ses amis, ses bêtises, et anecdotes qui nous font bien rigoler.

Des thèmes importants qui entourent la vie adolescente y sont aussi abordés, comme l’importance de l’amitié et de la famille ou le harcèlement scolaire. L’intrigue est assez simple, mais aussi dynamique avec quelques notes d’humour. Mais j’avoue ne pas avoir été totalement convaincue à cause de la dédramatisation de certains actes ou mots. Le texte aurait pu aller plus loin, et il y avait de la matière. Dommage, je reste un peu sur ma faim…

2,5 étoiles

 

Bande dessinée, Littérature française (France), Littérature italienne (Italie), Livres

Obie Koul, tome 1 : Un week-end sur deux chez mon père de Pierre Makyo et Alessia Buffolo

Obie Koul, tome 1 : Un week-end sur deux chez mon père de Pierre Makyo et Alessia Buffolo

Éditeur : Kennes
Pages : 56 pages
Parution : 22 Mai 2019
Tome : 01/??
Format: Bande dessinée
Genre: Jeunesse, Science-Fiction
Lien Amazon

 

L’histoire :

Mia vit sur terre, Elzeki est extraterrestre. Mia a été enlevée par Elzeki lors d’une mission d’exploration. Ils se sont aimés, puis séparés. De leur amour hétéroplanétaire est né un fils, Obie. À 12 ans, l’adolescent ne sait toujours rien des origines de son père. Lorsque ses parents lui expliquent enfin la vérité, il n’en revient pas. Dorénavant, il va devoir passer un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires sur une autre planète…
Trop cool!

 

Mon avis :

Primée par le conseil départemental de Loir-et-Cher, et nouveau gagnant du Prix des Collèges 2020 au 47e Festival International de la BD d’Angoulême, cette bande dessinée nous fait entrer dans le monde d’Obie Koul. Un jeune héros de 12 ans qui a priori a un parcours pour le moins commun. Il vient tout juste d’emménager avec sa mère dans un nouvel appartement, dans une nouvelle ville. La rentrée arrive pour lui, mais aussi pour sa mère, qui est professeur de math dans le même collège que lui. Depuis tout petit, il voit son père que très rarement, soit disant très occupé par son travail. Mais cette rentrée se passe difficilement. Il se retrouve pris à parti entre deux bandes rivales, et il subit dès le premier jour leur harcèlement… Sa mère est en panique, et son père a alors une idée. Il implante à son fils un certain élément… Obie se demande alors beaucoup de questions sur son père, qu’il connait assez peu.

Cette bande dessinée est très sympathique et reprend les contextes actuels de notre société, comme les familles monoparentales, ou le harcèlement scolaire. Une certaine ambiance de violence y règne, contrecarrés par certains moments affectifs et drôles, mais surtout par cet univers de science-fiction. Mais il est vrai que j’ai tout de même été quelque peu gênée dans ma lecture. Même si j’ai bien rigolé, le questionnement sur son père intervient quand même assez tard. 12 ans, c’est long… Et les fameuses révélations ne le dérangent en aucun point. ça fait quand même un peu gros, et beaucoup d’un seul coup…

Du côté des illustrations, elles sont très bien réalisées, et on sent l’inspiration venir du cinéma, avec des personnages clés de la science-fiction.

En bref, je dirais avoir passé un bon moment de lecture, même si l’intrigue m’a un peu dérangée, j’ai bien rigolé. A voir la suite.

Merci aux éditions Kennes pour ce partage.

3 étoiles

Bande dessinée, Littérature belge (Belgique), Livres

Lord Jeffrey, tome 1 : Le train de 16h54 de Hemberg et Hamo

couv73992051

Éditeur : Kennes
Pages : 64 pages
Parution : 30 Octobre 2019
Tome : 01/??
Format: Bande dessinée
Genre: Historique, Jeunesse

Lien Amazon

 

L’histoire:

Edimbourg, 1958. Cela fait maintenant quatre mois que David Archer, parti en voyage à Londres, a disparu. Pour Scotland Yard, tout porte à croire que l’homme a abandonné son épouse et son fils pour une femme plus jeune. En revanche, Jeffrey, 13 ans, est persuadé qu’il est arrivé quelque chose à son père. Il décide de mener sa propre enquête avec pour seul allié son chien Sherlock.

 

Mon avis:

Nous voilà plongé en 1958, en Ecosse, en pleine guerre froide. On fait la connaissance d’un jeune garçon Jeffrey. Voilà maintenant quelques mois que son père a disparu, et il apprend qu’on aurait classé l’affaire en « sans suite », et qu’en plus on suspecte son père de mener une double vie avec une autre femme. Jeffrey ni croit pas une seule seconde, et compte bien découvrir le fin mot de l’histoire.

Très vite on se laisse porter par cette aventure. Jeffrey est très touchant, ainsi que son chien Sherlock, qui porte bien son nom. Ce petit homme a toujours en tête, les derniers mots de son papa, et il se doute bien qu’il y a quelque chose derrière cette histoire. Notre aventurier décide alors d’enquêter sur cette disparition. L’intrigue est très bien amenée, et c’est avec plaisir qu’on tourne les pages. Le contexte historique dans lequel nous nous trouvons, ajoute une ambiance tendue, et intéressante pour cette enquête. C’est un plus pour cette histoire qui sait nous tenir en haleine. A la fin de ce premier tome, tout se bouscule, et j’ai hâte de découvrir la suite. Cette première partie aura réussi à me convaincre de continuer à suivre cet enfant au grand courage et force.

Du côté des dessins, ils sont assez simples et colorés. Les visages de nos personnages sont affectueux. Mais c’est surtout l’intrigue qui m’a le plus touché que les dessins.

Merci aux éditions Kennes pour cette lecture.

3,5 étoiles

Bande dessinée, Littérature belge (Belgique), Littérature française (France), Livres

Ninn, tome 1 : La ligne noire de Johan Pilet et Jean-Michel Darlot

Ninn, tome 1 : La ligne noire de Johan Pilet et Jean-Michel Darlot

Éditeur : Kennes
Pages : 64 pages
Parution : 2 Septembre 2015
Tome : 01/??
Format: Bande dessinée
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

L’histoire:

Ninn a été découverte bébé dans le métro parisien par deux ouvriers. Aujourd’hui, elle a 11 ans et le métro est son univers. La jeune fille se pose mille questions sur ses origines et une sourde menace la traque sans répit.

 

Mon avis:

Ninn est une jeune fille qui connaît les moindres recoins du métro parisien. Et pour cause, elle y a été retrouvée par deux ouvriers, alors qu’elle n’était qu’un bébé. Ils se sont alors occupés d’elle comme de leur fille. Mais plus elle grandit, et plus elle se pose de plus en plus de questions sur ses origines… Un jour, lors d’une promenade, Ninn voit des papillons dans le métro et décide de les suivre. C’est là qu’elle se rend compte qu’un vieux monsieur les voit aussi. A partir de ce moment, bien d’autres aventures vont suivre…

L’histoire nous plonge dans un monde réel et le fantastique, où finalement ces deux univers se mêlent sans aucun problème. J’ai beaucoup appréciée cette héroïne charmante et pleine de vie. Une grande quête sur elle même l’attend. Il y a un petit quelque chose d’Alice au pays des merveilles dans cette très belle bande dessinée. Du côté des dessins, ils m’ont tout de suite impressionnés. Ils font vraiment corps avec l’histoire. Je suis curieuse de découvrir la suite.

 

4 étoiles

Littérature française (France), Livres, Young adult

Métamorphose, tome 1 : Exorde de Ericka Duflo

couv61384584

Éditeur : Kennes
Pages : 384 pages
Parution : 4 Mai 2016
Tome : 01/05
Format: Broché
Genre: Fantastique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Adolescente rebelle et obstinée, Senna brave les interdits depuis le décès de sa mère. Elle ne fréquente plus les mêmes amis, rentre tard le soir et se fait souvent renvoyer de l’école. Ses relations avec son père se dégradent. Pourtant, Senna a d’autres inquiétudes : une marque hideuse et boursouflée s’étale sur son dos, elle entend des voix effrayantes et a parfois l’impression d’être surveillée. Ses écarts de conduite vont l’amener dans un pensionnat en Alaska où elle fera la connaissance de Ian, un garçon aussi beau que sombre, au comportement très étrange. Sa vie va alors prendre une tournure inattendue…

 

Mon avis:

Merci aux éditions Kennes et à NetGalley pour cette découverte.

Senna est une jeune fille qui a bien changé depuis la mort de sa mère. Elle qui était la meilleure de sa classe et très timide, elle est devenue complément l’inverse aujourd’hui. Elle a changé de look, un plus provocant, elle sort beaucoup plus souvent le soir, et ne ramène que de mauvaises notes. Même ses amies ont changé, elle ne fréquente plus les mêmes personnes. Elle souhaite à tout prix se détacher de son ancienne vie. Mais un jour ça dérape avec son petit ami qui a voulu se montrer trop entreprenant, elle se fait même peur elle-même. Qu’est elle en train de devenir, qu’elles sont ses marques douloureuse dans son dos… ? C’est aussi à ce moment que son père en a marre de son comportement, et décide de l’envoyer en pensionnat en Alaska. Un nouveau monde s’ouvre alors à elle.

Ce premier tome introductif est très intéressant, et on y découvre un univers mythologique. On s’attache très vite à Senna, cette ado torturée. On ne comprend pas ce qu’il lui arrive, et comme elle on veut des réponses. Cette arrivée en Alaska, lui fait du bien. Elle se lie d’amitié avec Jessy, avec qui elle partage sa chambre, et qui est beaucoup plus stable que ses anciens amis. Il y a aussi Ian, un séduisant bad boy qui cache de nombreux secrets. Ils ne font que s’épier dans un premier temps, puis vient la rencontre.

J’ai aimé l’écriture de l’auteur, mais aussi la présence de créatures qu’on n’a pas l’habitude de voir dans les romans: incubes, harpies, et autres. Et j’ai d’autant plus aimé que ce premier roman de cette saga est une fin, qui nous ouvre la porte vers de nouvelles aventures. Et ça n’arrive que trop peu souvent dans les sagas. J’ai tout de même été un peu perturbée au début de ma lecture, je ne pouvais me détacher du roman Damné et de son film adapté Fallen. Il y avait quand même des similitudes, que j’ai fini par oublier ensuite.

4 étoiles