Jeunesse, Littérature canadienne (Canada), Livres

Hôtel Heartwood, tome 1 : Une maison pour Mona de Kallie George et Stephanie Graegin

Éditeur : France Loisirs
Pages : 192 pages

Parution : 10 Octobre 2018
Tome : 01/04
Format : Relié
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

.

L’histoire:

Hôtel Heartwood. Prière de laisser les crocs et les griffes dehors.

Lorsqu’un très violent orage éclate dans la forêt, Mona la souris croit sa dernière heure venue. Elle trouve par hasard refuge au luxueux Hôtel Heartwood, caché au creux d’un arbre. Une foule d’animaux séjourne dans cet abri douillet pour l’automne. Pourtant, au cœur de ce tourbillon de lits moelleux, de biscuits tout justes sortis du four et de joyeux bals, une ennemie féroce attend Mona…

Passez l’automne avec Mona à l’Hôtel Heartwood ! En attendant l’hiver, le printemps et l’été, dans les prochains volumes.

 

Mon avis:

« Là où est le cœur, là est le foyer » Mona est une souris qui n’a jamais connu de maison fixe. Beaucoup de lieux lui ont servi d’abris, et elle va devoir partir en quête d’un nouveau. Lors d’un gros d’orage, elle découvre que cette vieille souche va être inondée… C’est là que commence l’aventure à contre cœur, mais qui va lui réserver bien des surprises…

Très vite, nous nous attachons au personnage de Mona, qui vit depuis longtemps seule. Son arrivée a l’Hôtel Heartwood, se fait par pur hasard alors qu’elle cherche un refuge pour se protéger. Monsieur Heartwood a la main sur le cœur et lui propose de l’héberger une nuit, puis un travail dans l’hôtel pour la saison automnale afin de préparer la grande fête des glands. Mona fait alors la rencontre de bien d’autres animaux et aura l’occasion de montrer son caractère chaleureux et courageux.

Ce premier tome est plein de tendresse. Des messages de tolérances, de bienveillance et de lutte contre les inégalités sont transmis tout au long de notre lecture, comme avec la devise de l’hôtel : « Nous croyons à la sécurité et au respect, pas à la force des crocs et des griffes ». Beaucoup de rebondissements rythment l’intrigue et une belle révélation est à découvrir en fin d’ouvrage.

Tout au long de notre lecture, de très belles illustrations nous accompagnent. Dessinées simplement aux graphites, on ne peut qu’être émerveillées par la réalisation qui retransmet la douceur de l’histoire.

En bref, un premier tome réconfortant à découvrir en cette saison. Rendez-vous en hiver, pour découvrir la suite des aventures de notre amie souris !

Bande dessinée, Littérature américaine (Etats-Unis), Livres

La fille maudite du capitaine pirate, tome 3 de Jeremy A. Bastian

Éditeur : La Cerise
Pages : 48 pages
Parution : 12 Novembre 2021
Tome : 03/04
Format: Album
Genre: Historique, Fantastique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Plus bas, toujours bas… la fille maudite du capitaine pirate plonge au plus profond des mers de l’Omerta, toujours en quête de son père. Guidée par le sabre du Danois noir, croisant dangers et nouveaux alliés, vers le secret que cache la caverne au fond de la faille ! Dans cette suite tant attendue de la série qui l’a fait découvrir, Jeremy Bastian déploie tout son talent pour nous embarquer plus loin encore dans cet univers d’une richesse infinie.

 

Mon avis:

De retour auprès de la fille du capitaine pirate, qu’on a laissé précédemment aux portes de la grotte du Diable. Mais quelle aventure va-t-il encore lui arriver…

C’est toujours un plaisir de se replonger dans cette sublime bande dessinée qui commence directement dans l’action. Notre héroïne est plus motivée que jamais à retrouver son père, et est prête à tout. L’enquête continue avec quelques révélations, mais il est vrai que je m’attendais à en apprendre plus…

Ce troisième tome est encore plus court que le précèdent, et l’intrigue apparait de plus en plus décousue et stagne. Niveau graphique, nous sommes servis. Deux doubles pages riches en détails sont même insérées dans l’ouvrage. Le travail réalisé est toujours aussi époustouflant et déroutant. Devoir tourner sa lecture dans tous les sens pour pouvoir lire une phrase entière, ou appuyer dans le centre du livre pour réussir à en lire une autre… c’est peut-être pousser un peu loin. Bien que ce soit toujours un régal à regarder.

J’ai tout de même passé un bon moment, et j’ai d’autant plus hâte de connaitre la suite et la fin de cette histoire.

Bande dessinée, Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Mes coups de cœur

La fille maudite du capitaine pirate, tome 2 de Jeremy A. Bastian

Éditeur : La Cerise
Pages : 72 pages
Parution : 8 Septembre 2016
Tome : 02/04
Format: Album
Genre: Historique, Fantastique
Lien Amazon

 

L’histoire:

La Fille Maudite du Capitaine Pirate poursuit sa quête labyrinthique à la recherche de son père, un capitaine pirate des obscures mers d’Omerta, dont elle n’a jamais connu le nom ni le visage. Voici enfin le second volet de l’œuvre monumentale de Jeremy Bastian, sans équivalent dans la bande dessinée moderne. Empruntant aussi bien à Gustave Doré, Jerome Bosch ou Alfred Durer, les enluminures de Jeremy Bastian nous ouvrent les portes d’une constellation d’arrière-mondes imaginaires.

 

Mon avis:

Quel plaisir de retrouver la fille maudite du capitaine pirate, qui était en mauvaise posture à la fin du premier tome, dans sa quête pour retrouver son père.

Bien entendu, le récit reprend là où il s’était arrêté en mer d’Omerta. Grâce à ses amis, Poivre d’As, le perroquet, et Halek et Haftu, les espadons en cuirasse, la jeune fille est secourue et prête pour de nouvelles aventures et péripéties. Scènes d’action et passages rigolos se mêlent, comme lorsqu’un capitaine qui a visiblement bu trop de rhum, se trompent entre les mots gruyères et cuillères ou pires tartes, pires rattes et pirates. Le fou rire est garantie. Et aussi ces scènes de combat où même le texte change d’orientation pour devenir vertical ou autre.

La mise en page et les dessins m’avaient déjà des plus impressionnés dans la première partie. Et c’est toujours le cas aujourd’hui. On passe au temps de temps à lire l’intrigue, qu’à regarder les illustrations sublimes.

Petite précision, on passe quand même d’un ouvrage pour le premier tome de 124 pages avec trois chapitres, à un ouvrage de 55 pages avec un seul chapitre… Surprenant… Si c’est pour que l’auteur illustrateur soigne aussi bien ces tomes suivants, je dis oui ! Ils nous offrent un travail de précision, que l’on peut scruter encore et encore, et découvrir de nouveaux détails. Encore une fois, bravo l’artiste !

En tout cas, j’ai hâte de lire le tome 3 qui justement m’attend dans ma PAL.

Bande dessinée, Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Mes coups de cœur

La fille maudite du capitaine pirate, tome 1 de Jeremy A. Bastian

Éditeur : La Cerise
Pages : 128 pages
Parution : 4 Avril 2014
Tome : 01/04
Format: Album
Genre: Historique, Fantastique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Port Elisabeth, Jamaïque, 1728. La Fille Maudite du Capitaine Pirate part à la recherche de son père disparu, l’un des redoutés flibustiers des mythiques mers d’Omerta. Cette héroïne intrépide nous entraîne rapidement dans des aventures marines et même sous-marines, à la rencontre de pirates tordus et teigneux, de créatures mythiques et autres fantasmagories se déployant comme des poupées russes.

Sorte d’Alice au pays des pirates, ce récit rempli d’humour est servi par un dessin incroyablement détaillé que l’on croirait tout droit sorti d’une gravure du XIXe.

 

Mon avis:

Cette bande dessinée nous emmène en Jamaïque au XVIIIème siècle, où le gouverneur de Port Elisabeth se promène avec sa fille Appollonia. En chemin, elle fait la rencontre d’une jeune femme qui se dit « pirate ». Marquée par son échange avec cette dernière, la grande réception organisée pour son anniversaire va être un fiasco. Le gouverneur envoie alors quelqu’un pour chasser la jeune femme, qui aurait manipuler selon-lui sa fille. C’est là que commence les aventures de la fille maudite du capitaine pirate…

L’univers des pirates m’a toujours fasciné et quelle magnifique découverte que cette trilogie. Un petit air de Pirates des Caraïbes peut en sortir au début avec le trio gouverneur, pirates et jeune femme rebelle. Il est facilement oublié, l’intrigue ayant son propre charme et ses propres mystères. Naviguant sur les mers légendaires et oniriques d’Omerta, la fille maudite du capitaine pirate va rencontrer un certain nombre de créatures fantastiques. En compagnie de son fidèle perroquet Poivre d’As, elle espère retrouver son père qu’elle ne connait point.

J’ai trouvé l’histoire complètement addictive. On ne peut qu’enchainer les pages de cette bande dessinée tellement notre héroïne est passionnante et intrigante. Comme elle, on espère qu’elle va trouver la réponse à sa question, et on se demande jusque où va l’emmener sa quête. Bien entendu, cartes aux trésors, combats, mutineries, épaves, caches secrètes… tout ce qu’on attend à retrouver avec des pirates sont présents. Avec en plus une touche de fantasy où des personnages imaginaires sont intégrés, digne d’un Tim Burton ou d’Alice aux pays des merveilles. Et que dire des illustrations tellement magnifiques, minutieuses, comprenant plein de détails et surprises. Dessinées entièrement au crayon noir, elles nous font voyager. Bravo à l’auteur et artiste Jeremy A. Bastian. J’ai tellement hâte de me procurer les prochains numéros pour découvrir la suite des péripéties.

La fille maudite du capitaine pirate, tome 1 de Jeremy A. Bastian

D’autres extraits illustrés à découvrir sur mon compte Instagram !

Bande dessinée, Littérature française (France), Livres

Olive, tome 1 : Une lune bleue dans la tête de Lucy Mazel et Véronique Cazot

Olive, tome 1 : Une lune bleue dans la tête de Lucy Mazel et Véronique Cazot

Éditeur : Dupuis
Pages : 56 pages
Parution : 6 Mars 2020
Tome : 01/04
Format: Bande-dessinée
Genre: Jeunesse, Fantastique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Olive, c’est l’histoire d’une fille de 17 ans, très timide et renfermée mais à l’imagination débordante. Un jour dans le monde onirique qu’elle s’est créée au fil des années débarque Lenny, un spationaute blessé et malade. Que fait donc cet homme dans son espace réservé où personne n’est jamais invité ?

 

Mon avis:

Avec le premier tome de cette bande dessinée, on fait la connaissance d’Olive, une jeune fille de 17 ans, très timide mais à l’imagination débordante. Quand elle est dans son monde imaginaire, elle en oublie son quotidien. Si bien qu’un jour elle se retrouve bouleversée par l’arrivée de Lenny, un spationaute blessé et malade. Mais qui est-il donc, et comment est-il arrivé là ?

Le monde imaginaire d’Olive est tout en nuance de bleu, et on ne peut qu’en admirer le graphisme. Du côté de l’histoire, il est vrai que cette jeune fille est intrigante. Si mal dans sa peau, qu’elle se crée un univers rien qu’à elle. Ainsi, elle n’a pas besoin de parler, jusqu’à l’arrivée de cet inconnu, où les nuances de couleur de l’album change avec lui. Il y a un côté dérangeant, et même angoissant dans l’intrigue, si bien qu’on espère voir cette jeune fille sortir de son mutisme, et s’ouvrir à quelques changements. Le personnage d’Olive reste tout de même touchant, on y aborde l’introversion, mais il est vrai que c’est le graphisme qui m’a plus séduit.

note 3 étoiles

Bande dessinée, Littérature canadienne (Canada), Littérature française (France), Livres

Défense d’entrer, tome 1 : Réservé aux gars de Caroline Héroux, Lisette Morival et Aurélie Guarino

couv8977248

Éditeur : Kennes
Pages : 48 pages
Parution : 18 Septembre 2019
Tome : 01/??
Format: Bande dessinée
Genre: Jeunesse
Lien Amazon

 

L’histoire :

Lolo est un garçon de 11 ans presque comme les autres: il fait des bêtises (des tas), il se dispute avec ses frères et sœurs (surtout cette peste d’Amélie!), et il a plein de copains sympas. Son problème? Sa mère! Elle a un super-pouvoir. Elle sait TOUJOURS quand il s’apprête à faire un mauvais coup. Et donc, il est souvent puni. Pffff, trop nul ! En même temps, ça lui laisse le temps d’écrire plein d’anecdotes croustillantes dans son carnet (pas un journal intime)! Et ça, c’est trop cool!

 

Mon avis :

Défense d’entrer est une adaptation en bande dessinée d’une série de roman qui porte le même nom.

On suit les aventures de Charles-Olivier, alias Lolo, un garçon de 11 ans qui tient un super carnet, où il raconte sa vie. On découvre son quotidien avec sa famille, ses amis, ses bêtises, et anecdotes qui nous font bien rigoler.

Des thèmes importants qui entourent la vie adolescente y sont aussi abordés, comme l’importance de l’amitié et de la famille ou le harcèlement scolaire. L’intrigue est assez simple, mais aussi dynamique avec quelques notes d’humour. Mais j’avoue ne pas avoir été totalement convaincue à cause de la dédramatisation de certains actes ou mots. Le texte aurait pu aller plus loin, et il y avait de la matière. Dommage, je reste un peu sur ma faim…

2,5 étoiles

Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

Scandaleux écossais, tome 4 : La flamboyante des highlands de Suzanne Enoch

couv73609206

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 380 pages
Parution : 1 Mars 2017
Tome : 04/04
Format: Poche
Genre: Romance, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Lord Munro MacLawry était sur la piste d’un cerf sur son domaine de Glengask quand il se fait brûler la politesse par une ravissante braconnière. Il découvre bientôt que la mystérieuse inconnue s’est réfugiée avec sa soeur dans les ruines de l’abbaye. Qui sont ces fugitives ? Lorsqu’il tente de les approcher, la rousse flamboyante le menace de son mousquet en jurant comme un charretier. Son impudence et ses formes généreuses aiguisent l’intérêt de Munro. Il veut cette sauvageonne et il l’aura ! Sauf que, cette fois, la proie sait se défendre.

 

Mon avis:

Après avoir découvert l’histoire de Ranulf, Arran et Winnie MacLawry dans les précédents tomes, c’est au tour de Munro de nous dévoiler son histoire. Toute sa famille file le parfait amour, mais ça n’intéresse pas Munro qui veut garder son indépendance, mais son frère en a décidé autrement. Il ne compte pas se laisser faire. Il fuit ainsi très souvent le domaine familial, dont les cris des nouveaux nés, et le bonheur conjugale de sa famille le déplaît. Lors d’une partie de chaise, il fait la rencontre d’une jeune femme, habillée en homme, qui a trouvé refuge dans une vieille abbaye en ruine dans son domaine. Catriona a un fort caractère et n’hésite pas à tenir en joue Munro, que même ses frères n’osent pas affronter. Le jeu du chat et de la souris va ainsi commencer, et notre Highlander n’est pas prêt à laisser tomber.

J’ai particulièrement aimé l’histoire de Catriona, et le fait qu’on connait son passé très tard dans le roman. Comme Munro, plein d’hypothèses nous viennent, et ça rend la lecture addictive. Elle a très peu confiance aux gens, et veut à tout prix protéger sa demi sœur Elizabeth, qui a fuit elle aussi. Contrairement à sa sœur, Elizabeth est très douce, et a connu une éducation anglaise. Elles sont tout de même très proches, et leur lien est d’ailleurs très beau, ayant gardées contact par des échanges de courriers. Munro comprend très vite que les deux jeunes femmes fuient quelque chose. Même si Catriona ne veut en aucun de son aide, il compte leur apporter quand même. Nos deux personnes sont très complémentaires niveau caractère, mais très têtus.

C’est un plaisir de tourner les pages, et le suspense est bien installé. L’histoire du chat sauvage et de l’ours m’a conquis. Un très bon quatrième tome, qui conclut la saga des MacLawry.

4,5 étoiles

Bande dessinée, Littérature française (France), Littérature suisse (Suisse), Livres

Quatre soeurs (BD), tome 1 : Enid de Malika Ferdjoukh et Cati Baur

couv14698623

Éditeur : Rue de Sèvres
Pages : 151 pages
Parution : 8 Janvier 2014
Tome : 01/04
Format: Bande-dessinée
Genre: Jeunesse
Lien Amazon

 

L’histoire:

Orphelines depuis peu, les soeurs Verdelaine vivent à la Vill’Hervé, une grande maison en bord de mer. Enid, c’est la plus jeune, celle qui ne comprend pas vraiment les choses de l’amour, celle que personne ne croit quand elle dit qu’elle a entendu un fantôme hurler dans le parc. Ni Geneviève, ni Hortense, ni Bettina… Pas même Charlie l’aînée qui s’occupe de toute la petite tribu.

 

Mon avis:

Cette bande dessinée est adaptée de la série de romans « Quatre sœurs » de Malika Ferdjoukh, que je n’ai pas encore lu. Ce premier tome est consacré à Enid, la plus jeune des cinq sœurs, qui ont entre neuf et vingt-trois ans. Orphelines depuis le tragique accident de leurs parents, elles vivent ensemble seules à Vill’Hervé. Il s’agit d’un grand manoir isolé au bord d’une falaise qui surplombe la mer. Au fil des pages, on suit le quotidien de cette fratrie.

Enid, du haut de ses neuf ans, a une imagination débordante. Je me suis tout de suite sentie proche de son personnage, et j’ai bien rigolé. J’ai aussi aimée son côté curieuse et aventurière. Même si elle est l’héroïne centrale de ce tome, on découvre également ses quatre autres sœurs. Et autant dire, elles ont toutes des caractères bien différents ! Au fil de l’histoire, on va suivre différentes intrigues : l’arrivée d’une sixième fille nommée Colombe et la découverte de mystérieux fantômes et de leurs secrets. L’histoire est assez rythmée, mais aussi douce et comique. J’ai globalement passé un bon moment en leur compagnie, mais du côté du graphisme de la BD, je n’ai pas spécialement de coup de cœur. Elles sont bien réalisées, mais ne m’enchantent pas plus que ça.

3,5 étoiles