Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Mulan: Le roman du film de Christophe Rosson

81dc1-datjl

Éditeur : Hachette
Pages : 264 pages
Parution : 4 Mars 2020
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

Synopsis:

Mulan se sent à l’étroit dans son petit village de Chine. Les traditions locales sont à mille lieues de ses rêves d’aventures et de grands espaces. après que son entrevue avec la marieuse a tourné au fiasco, la jeune femme craint de ne jamais pouvoir faire honneur à sa famille.
Mais lorsque l’empereur décrète que chaque famille doit envoyer un garçon pour lutter contre des hordes d’envahisseurs, elle décide de se déguiser en homme et de partir se battre à la place de son père.
Mulan saura-t-elle devenir l’héroïne que toute la Chine attend ?

 

Mon avis:

Mulan est une jeune chinoise qui vit avec sa sœur et ses parents. Comme toutes les jeunes filles de son age, son avenir est déjà tout planifié. Elle va devoir se marier à un homme choisit par une dame marieuse, rester à leur maison pour s’occuper de son mari, de leurs enfants et faire les tâches ménagères. Soit, un avenir tout de règles sans aucune liberté. Mulan pense différemment. Alors lorsque l’Empereur est en danger à cause d’une attaque des ruanruan, il réquisitionne le peuple. Chaque famille doit envoyer un homme pour se battre. Et c’est Mulan déguisée en homme qui y va. Impuissante, sa famille se voit obliger de laisser faire. Un chemin semé d’embûche attend la jeune fille, et bien des surprises.

Quel bonheur quand j’ai appris que Disney aller adapter Mulan en film, tout comme Aladdin ou la Belle et la Bête. Je suis le projet depuis un moment, vu que Mulan est mon Disney préféré. Alors forcément voir la date de sortie du film être constamment reculée, ce n’est pas facile. Mais bon, en attendant le roman du film permet de nous offrir un premier aperçu. Et comme dans le dessin animé, on retrouve bien une Mulan féministe, rebelle, indépendante, courageuse, attachante et intelligente. Je l’ai toujours vu comme un modèle, cette adaptation en fait un bel éloge. Bien entendu comme beaucoup, on peut le constater dans les bandes d’annonces, l’absence de Mushu m’attriste. Il est remplacé dans l’histoire par un phénix, et il y a aussi quelques changements par rapport au dessin animé qu’on connait. On aura le droit à une version un peu différente de l’histoire. En tout cas, je pense que l’on aura un très beau film. On retrouve forcément des thèmes importants, comme la place de la femme dans une société où la tradition est fortement encrée, la Chine traditionnelle, mais j’ai l’impression que le féminisme sera d’autant plus important dans cette adaptation. En plus du personnage indépendant de Mulan, il y a aussi une sorcière dont son importance n’est pas à négliger. Aladdin nous avait déjà offert un changement dans ce sens, avec une nouvelle chanson lourde de sens, ici ça s’annonce encore plus fort.

Hé bien maintenant j’ai envie de dire, plus qu’à attendre le 19 août !

note 3,5 étoiles

 

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Passions Londoniennes, tome 1 : Alexander de Aurélie Depraz

Passions Londoniennes, tome 1 : Alexander de Aurélie Depraz

Éditeur : Autoédité
Pages : 264 pages
Parution : 28 Février 2020
Tome : 01/03
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Londres, 1819
Le comte d’Ashford est perplexe. Ennuyé… et furieux. En mourant, le colonel Shaheedan l’a investi d’une mission… dont il se serait bien passé ! Bon sang, il a bien autre chose à faire que de jouer les dames marieuses !
En plus, il déteste les débutantes ; et avec elles, tout ce qui a trait, de près ou de loin, à l’idée même du mariage. Seigneur, pourquoi fallait-il donc que cela tombe sur lui ? Lui, jouisseur, séducteur, célibataire endurci, qui n’aime rien tant que cumuler les conquêtes et bambocher gaiement ?
D’autant que ni les femmes de sa famille, ni ses deux meilleurs amis, ni l’intéressée elle-même… ne semblent décidés à lui faciliter la tâche. Et que, s’il n’y prend garde, cette mission de confiance pourrait fort bien se retourner contre lui… venir saboter jusqu’aux fondements mêmes de son existence… et jusqu’à ses convictions les plus solides…
Alexander : quand sentiments, principes, idéaux et attirances entrent en conflit… au temps des unions de convenance.

 

Mon avis:

Le premier tome de cette nouvelle trilogie nous emmène en pleine saison londonienne, à l’époque de la régence. Alexander Hemsworth, héritier du titre familial, ancien combattant et libertin notoire, est contraint de retourner chez lui en Angleterre après la réception d’un étrange courrier. Son grand ami le Colonel Shaheedan avec qui il a combattu, est décédé. Avant de mourir, il lui a écrit un courrier qui va bouleverser son quotidien. Grand coureur de jupon et célibataire endurcit, il se voit confier à son plus grand désarroi, la fille de ce dernier, Jade. Il devra devenir son tuteur, et l’aider pour sa première saison londonienne. Lui qui évite les bals, les grandes fêtes, afin de se soustraire à un mariage arrangé, le voilà bien embêté. Et la rencontre avec cette dernière ne va pas arranger son sort !

Cette lecture est à nouveau pour moi un coup de cœur. Alexander, comme ces deux comparses, est un personnage qui tient à sa liberté, et ne veut en aucun cas avoir la corde au cou. Voilà comment il voit le mariage. Après un passé militaire qu’il l’a touché, tout comme son compagnon James, il tient plus que tout à son indépendance, et fait tout pour éviter ses dames marieuses. Grand voyageur, il tient surement ça des origines de sa famille: des pirates et des corsaires, il aime s’amuser et prendre du plaisir en bonne compagnie. Sa réputation n’est plus à faire, au grand désespoir de sa sœur aînée et de sa grand-mère qui ne cherchent qu’à le voir épouser quelqu’un, pour perpétuer la lignée des Hemsworth. Alors quand tout le monde apprend qu’il va devoir s’occuper d’une jeune débutante, ils tombent tous des nus, lui le premier. Alexander tient à son quotidien, et ne veut pas que ça change. Mais disons que Jade n’est pas une jeune lady comme les autres. Ayant grandi sans ses parents, au cœur de la campagne, elle a certes reçu toute l’éducation qu’une lady doit avoir, mais on lui a autorisée aussi plus de choses. Au courant des dernières actualités, elle s’intéresse aussi bien aux nouvelles technologies, qu’à ce qui se passe dans le monde, et souhaite plus que tout voyager et en découvrir encore et toujours plus. Elle ne fera que surprendre son tuteur par sa franchise, sa joie de vivre et sa fraîcheur. Dès les premiers instants, elle est sous le charme, et elle ne le laisse pas non plus indifférent. Mais il se dit qu’il n’est pas l’homme qu’il lui faut, et ne cesse de chercher des excuses pour la fuir.

La romance entre nos personnages principaux évoluent tout en douceur. On rigole aussi beaucoup grâce à sa grand-mère qui sait bien remettre son petit-fils à sa place, et sa sœur aînée quelque peu agaçante à vouloir tout régenter. Mais il est vrai que j’aurais voulu en savoir plus sur sa sœur jumelle, Clémentine, qui n’intervient finalement qu’en seconde partie de roman, mais qui est là dès le début pour assurer la réputation de Jade au sein du foyer, et qui est très proche d’Alexander. Quant à ses deux comparses, on apprendra à les connaitre pour notre plus grand plaisir, dans les deux numéros suivants ! Sinon, comme à son habitude, l’auteure nous gâte d’éléments historiques. On en apprend un peu sur les traités signés avec les guerres napoléoniennes, les colonies, et pour mon plus grand bonheur la piraterie.

En résumé, une très belle romance historique qui nous offre un moment de bien-être et de joie de vivre. Vivement la suite !

 

note 5 étoiles

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

La perle cachée de Mary Balogh

 

La perle cachée de Mary Balogh

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 382 pages
Parution : 17 Octobre 2018
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Harcelée par son tuteur, Fleur Bradshaw a préféré plonger dans les bas-fonds de Londres pour lui échapper. Et c’est là qu’affamée, seule et perdue, en échange d’un repas et de quelques pièces, elle s’offre un soir à un inconnu défiguré par une horrible cicatrice. Mais la chance lui sourit enfin quand elle est engagée comme gouvernante pour s’occuper de la fille du duc de Ridgeway. Quelle n’est pas sa stupeur de reconnaître sous les traits de son employeur le sinistre balafré qui a pris sa virginité ! Un homme décidément énigmatique, torturé, qui l’effraie autant qu’il la fascine…

 

Mon avis:

Fleur est une jeune noble anglaise qui a été obligée de fuir sa résidence, après un grave accident. Elle vit, ou plutôt essaye de survivre, à Londres sous une fausse identité. A bout de force, elle se voit obligée de se sacrifier, de vendre son corps pour ne pas mourir de faim. Son premier client est un homme impressionnant et défiguré par la guerre. Après avoir partagé ce moment, gênant pour les deux, il se montre généreux et lui offre un repas. Il va même plus loin, en la faisant rechercher pour l’engager comme gouvernante auprès de sa fille. Ignorant tout, Fleur est plus que ravie et soulagée. Arrivée au domaine du Duc de Ridgeway, elle fait la connaissance de sa femme, qui ne l’apprécie gère et de sa fille de 5 ans, bien trop gâtée et en manque d’éducation et d’affection. Mais qu’elle n’est pas sa surprise, quand elle découvre qui est vraiment le père. Des craintes s’ajoutent à son passé déjà bien douloureux, qu’elle tente de cacher au mieux, et ça ne sera pas facile. Et dans cette histoire, elle n’est pas la seule à souffrir.

J’ai grandement apprécié ma lecture par son originalité. Ici on suit le parcours de plusieurs personnages forts dans l’histoire. Même s’il y a quelques répétitions, qui peuvent rendre un peu lourde notre lecture, elle est quand même très plaisante. Fleur et Adam sont des personnages très attachants, tout comme sa fille Pamela qui a juste besoin d’être entourée, et on peut même citer Sybil, sa mère qui aurait besoin qu’on la secoue un peu, mais dont on finit tout de même par s’accrocher. Au fil des pages, des semaines, des mois et même des années, on apprend à connaitre le passé de chacun, des obstacles que la vie leur a réservée, et ce n’est pas facile pour eux. C’est ainsi donc plusieurs histoires que l’on suit, et avec leurs secrets de chacun qui amènent même à une enquête. On voyage aussi de Londres, à la résidence du Duc, puis à celle de Fleur. Même si on se doute de certains points, l’auteure arrive tout de même à nous surprendre avec certaines révélations. L’histoire devient par être addictive, avec une touche de suspense.

Mais il est vrai que l’histoire des personnages est assez dur, on peut parler aussi bien de drame que de romance. Le fait qu’il y ait plusieurs histoires en une, rend aussi le roman particulier, et ça en est aussi sa force. Cette lecture restera une agréable surprise.

note 4,5 étoiles

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

Belgravia de Julian Fellowes

Belgravia de Julian Fellowes

Éditeur : 10/18
Pages : 528 pages
Parution : 1er Juin 2017
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Le 15 juin 1815, le bal devenu légendaire de la duchesse de Richmond réunit à Bruxelles tous les grands noms de la société anglaise. La plupart des beaux officiers présents ce soir-là périront quelques heures plus tard sur le champ de bataille de Waterloo, faisant de cette réception l’une des plus tragiques de l’histoire. Mais cette nuit va aussi bouleverser le destin de Sophia Trenchard, la ravissante fille du responsable de l’intendance du duc de Wellington. Vingt-cinq ans plus tard, les Trenchard, en pleine ascension sociale, se sont installés dans le nouveau quartier de Belgravia et pensaient laisser derrière eux ces terribles événements. Mais dans un monde en mutation où l’aristocratie côtoie désormais la classe émergente des nouveaux riches, certains sont prêts à tout pour que les secrets du passé ne menacent pas leurs privilèges…Amours contrariées, intrigues entre classes sociales, sans oublier le rôle des domestiques : on retrouve dans ce roman tout le talent et le charme de l’auteur de Downton Abbey

 

Mon avis:

Julian Fellowes, célèbre créateur de Downton Abbey, nous emmène dans un nouveau monde avec son nouveau roman. L’histoire commence en 1815 à Bruxelles, à la veille d’une grande bataille. Un grand bal est organisé par la duchesse de Richmond, où toute la haute société est présente. Sophia Trenchard a réussi à obtenir des invitations et va pouvoir afficher son amour pour un futur comte. Sauf que la famille Trenchard ne fait pas partie de la haute société. Alors que la soirée se passe très bien, elle va faire une terrible découverte. Cette réception va être aussi marquante pour d’autres, puisque le lendemain une grande partie des jeunes hommes présents seront tués lors de la bataille de Waterloo face à Napoléon.
25 ans plus tard, à Londres, quelques-uns ont survécus, réécrit leur histoire, mais les secrets sont toujours là, et peut-être au bord d’éclater…

Avec ce roman, on suit une série de personnages de tous rangs, un peu comme Downton Abbey. Entre intrigues, suspens et secrets, on ne s’ennuie pas. Mais il est vrai qu’au début j’ai eu un peu de mal à accrocher, la narration étant assez platonique, puis je me suis laissée prendre au jeu. Les personnages finissent par être attachants. Le contexte historique est aussi bien écrit et documenté. On finit par retrouver l’ambiance british décrite par certains auteurs de grands noms: comme Jane Austen, ou Elisabeth Gaskell (sans la touche de piquant!). J’aurai tout de même passé un bon moment de lecture, mais sans grand surprise.

Maintenant j’ai hâte de voir son adaptation en série. A l’époque, je n’avais pas loupé un seul épisode de Downton Abbey, je suis curieuse de découvrir la mise en scène de ce roman à l’écran.

 

note 4 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Comme une aurore dans la brume de Aurélie Depraz

 

couv17963911

Éditeur : Autoédité
Pages : 282 pages
Parution : 18 Octobre 2019
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Sørjevik, Norvège, 871
Haakon est furieux. Son jarl et meilleur ami, Loken, lui a imposé de s’occuper de la captive qu’ils ont repêchée en pleine mer du Nord jusqu’à ce qu’ils aient pu obtenir sa rançon. Or, la naufragée refuse de décliner son identité et sa beauté éveille en lui autant de souvenirs douloureux que son caractère l’insupporte.
L’hiver approche. Si elle ne parle pas maintenant, toute tentative de rançonnage sera reportée et il devra la surveiller jusqu’au printemps. Et ça, c’est strictement hors de question. Parce qu’elle est intenable, caractérielle et… aussi désirable qu’interdite.
Quant à la jeune femme, elle semble bien décidée à ne pas lui rendre la tâche facile, à bien plus d’un égard…
Un voyage au cœur des fjords du Rogaland, au temps des grandes expéditions vikings, des guerres entre clans et royaumes scandinaves et de l’exploration maritime des nouvelles voies du nord.

 

Mon avis:

Ce nouveau roman nous emmène à la découverte du peuple viking, en territoire norvégien. Alors qu’ils rentrent d’une escapade, le navire du Jarl Loken et de ses guerriers portent secours à un naufragé. A leur grande surprise, il s’agit d’une femme de haute lignée. Tout de suite il s’imagine la rançon qu’elle pourrait leur faire gagner. Mais déjà il faut qu’elle passe l’hiver, qui est bien rude sur leur territoire, et qu’elle guérit. Une lourde tache que le Jarl confit à Haakon, son meilleur ami. Ce dernier est furieux d’autant plus que la demoiselle à son caractère, et elle refuse de décliner son identité. Voilà qu’il va devoir l’accueillir dans sa ferme en Rogaland, et en plus prendre soin d’elle. Une épreuve qui ne sera pas de tout repos, mais qu’il lui réservera aussi bien des surprises !

Voici une bien belle romance historique et un coup de cœur. Très vite, je me suis attachée au personnage d’Aélis, et comme les Vikings, je me demandais qui pouvait-elle être, et comment elle avait pu se retrouver en pleine mer du Nord, mais aussi qui lui avait fait subir d’aussi dur sévisse. Grâce à Gisla, l’esclave et la nourrice d’Haakon, on va apprendre à mieux la connaitre, et pour notre plus grand plaisir comprendre la vie des Vikings et leurs coutumes. Puisque ce n’est pas avec les échanges qu’elle entretient avec Haakon, qu’on va en apprendre beaucoup ! Aussi têtu l’un que l’autre, leurs discussions sont musclées. Mais on comprend aussi que tous les deux ont un lourd passé, qui nous sera dévoilé au fil de notre lecture. Tous les deux ont connu la douleur et la trahison, et il est difficile de refaire confiance à quelqu’un ensuite.

Avec Comme une aurore dans la brume, on a le droit à deux personnages principaux très attachants, et on peut même dire addictifs. Les personnages secondaires sont tout aussi importants, et bien mis en valeur. Il est vrai que les romans de l’auteure sont tous assez courts, environ 200 pages, mais j’ai trouvé celui-ci très riche. Ce qui a sûrement déclenché mon coup de cœur. Comme à son habitude, on a le droit à beaucoup d’information historique, et termes d’époque en norrois. On se retrouve ainsi vraiment plongé dans l’Histoire, et dans une belle épopée qu’on peut facilement s’imaginer.

Et petit détail qui m’a fait sourire, c’est qu’il y a un norsk skogkatt dans l’intrigue. Il s’agit d’un chat norvégien, et je partage justement mon quotidien depuis quelques mois avec un chaton de sa race ! C’est la première fois que je vois son nom dans un ouvrage.

En bref, je dirais qu’il s’agit d’une très belle romance, avec un aspect historique bien développé, et des personnages très touchant. Une lecture addictive et un coup de cœur !

note 5 étoiles

Discutons ensemble, RDV du Blog

Le roman féminin, c’est quoi au juste ? Retour sur la conférence donnée au Festival du Livre Romantique

cropped-logo_flr-rvb_avecfleurs-1

Lors du Festival du Livre Romantique qui a eu lieu du 30 novembre au 1er décembre 2019 à Dunkerque, j’ai eu l’occasion d’assister à une conférence qui m’a particulièrement intéressée, et dont j’ai eu envie de vous en faire un retour.

Festival destiné à la littérature féminine, la conférence avait pour but de définir ce qu’est le roman féminin. Un sujet bien vaste, qui m’a tout de suite attiré. C’est vrai, comment vraiment définir ce genre…

Agnès Caubet du site « Les Romantiques », qui a fondé sur Paris il y a quelques années le Festival du Roman Féminin, nous en a dévoilé tous les secrets !

 


 

Quand on pense au roman féminin, la première chose qui vient en tête est que ce sont des romans écrits par des femmes. Mais les femmes écrivent des choses diverses et variées. Nous dirons donc plutôt que le roman féminin est un genre littéraire lu par des femmes, en majorité.

Alors, pourquoi parle-t-on de roman féminin et pas de roman masculin ?
En fait, il existe bien des romans masculins, soit lus en majorité par des hommes. Par exemple les SAS de Gérard de Villiers, le roman d’espionnage, le roman d’aventure…

Pourquoi les hommes ne lisent-ils pas la même chose que nous ?
On peut penser à la gestion des émotions. On ne réagit pas de la même manière. Les hommes ne sont pas à l’aise avec la description des émotions, et les écrits qui suscitent des émotions. Ils sont plus à l’aise avec l’idée de dénoncer, de voir la réalité de façon un peu crue, alors que les femmes vont plutôt chercher la détente et l’évasion dans leurs lectures. Bien sûr, il ne faut pas trop généraliser, la littérature féminine vient aussi remplir d’autres fonctions, comme la découverte d’autres lieux, d’autres cultures, d’autres époques, ou la réflexion sur des questions sociales…

La raison principale de cette différence est donc la fonction que chacun attribue à la lecture, ce qu’on y cherche, ce à quoi elles nous servent.

Le roman féminin est finalement très optimiste. Dans les intrigues, on nous montre comment les rapports hommes-femmes peuvent se passer. L’idée n’est pas d’être naïf, mais plutôt d’offrir de nouvelles perspectives et espérances. 

Le roman féminin est aussi qualifié de populaire. Mais, qu’est ce qu’est la littérature populaire ? C’est un style qui est né au XIXème siècle à partir de l’alphabétisation de masse de la population. A l’époque, la lecture concernait l’élite, soit les intellectuels. Le lectorat populaire ne cherche pas la réflexion, mais plutôt l’évasion avec un happy end. On peut citer par exemple les romans policiers avec à la fin la justice qui triomphe, ou encore l’imaginaire avec la victoire contre le mal.

Alors, comment définir ce genre ?
Il peut être divisé en 4 sous-genre, et l’on parle finalement plus de littérature féminine.
la romance avec l’histoire d’un couple et un happy end obligatoire
la chick lit, le feel good et la comédie romantique avec un ton léger, même si des thèmes importants peuvent être abordés, mais de manière douce
l’urban fantasy et la romance paranormale avec un focus sur l’héroïne pour le premier et souvent un triangle amoureux, et un couple avec happy end pour le deuxième
le roman féminin avec une héroïne forte et son parcours (où il n’y a pas forcément un happy end), et avec un ton plus profond voir grave que le feel good

 


 

Voilà mon compte-rendu de cette conférence, qui j’espère vous aura plu. Vous pouvez aussi retrouver son intégralité sur le site « Les Romantiques ».

 

logo les romantiques_small

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Shaena de Aurélie Depraz

Shaena de Aurélie Depraz

Éditeur : Autoédité
Pages : 232 pages
Parution : 18 Mai 2019
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Extrême nord de l’Ecosse, 1214
Quand Connor revient à CastleWhite après neuf ans d’absence, c’est pour constater que les desseins de son père, le seigneur de Caithness, n’ont pas changé à son égard : quoique grabataire et alcoolique, il n’a pas renoncé à le contraindre à épouser la fille de leur pire ennemi : le jarl des Orcades. Une Scandinave ! Quand tout le monde sait que c’est à ces chiens de Vikings qu’on doit la mort de Tormond !
Connor est catégorique. S’il doit se marier un jour, ce sera avec une Ecossaise. Jamais il n’épousera cette sauvageonne dont il a gardé le souvenir, une gamine d’à peine dix ans, maigre, plate et farouche.
Peu importe qu’elle ait grandi, peu importe sa beauté, ce que leurs pères peuvent comploter. Peu importe qu’il soit devenu homme, peu importe qu’elle soit devenue femme. Rien ni personne ne le fera changer d’avis.
Pas même elle.

 

Mon avis:

Après s’être enfui du domaine familial pour éviter un mariage arrangé, Connor MacKay est finalement de retour à CastleWhite avec Sean, son meilleur ami, à la demande d’un petit frère qu’il ne connait pas encore. Neuf ans sont passés, mais le malaise entre lui et son père est toujours là. Sur place, il découvre l’état de délabrement du château. Beaucoup de travail l’attend, et il doit surtout reprendre les alliances, car l’ennemi, ses fameux norvégiens qui ont tué son frère aîné, sont toujours là. Mais comment faire, quand il y a tant de choses à reprendre, et que le mariage arrangé pour sauvegarder la paix est tout à l’ordre du jour. Un écossais et une norvégienne, une idée qui a toujours déplu à Connor. Est-ce que ce sera toujours le cas quand il aura fait la connaissance de la fameuse norvégienne !?

Aurélie Depraz nous offre ici une nouvelle immersion en Ecosse, au Moyen Age, et au temps des Vikings. Un mélange très intéressant, qui change de mes habitudes livresques du genre. Connor MacKay est un grand guerrier, et fidèle aux idées que l’on peut se faire d’un Highlander. Quand il prend la fuite à ses 17 ans avec son meilleur ami, c’est grâce à leur talant à l’épée qu’ils survivent. Mais quand il reçoit la lettre de Neil, un petit frère qu’il ne connaît même pas, il n’a pas d’autre choix que de retourner chez lui, et affronter ce qu’il l’attend. La mort de son frère lors d’une attaque viking, l’a profondément touché, et depuis sa mère est aussi décédée. Un personnage vaillant et au grand courage que la vie n’a pas épargnée. A ses côtés, Shaena Jónsdóttir, une jeune norvégienne qui très tôt s’est vue promise à Connor, alors qu’elle n’avait que 9 ans. Son père ne lui laisse pas vraiment le choix, et il est prêt à tout pour que cette union est lieu. Il est vrai qu’en découvrant au fur et à mesure cette intrigue, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à une de mes sagas préférés « Les chevaliers de Highlands » de Monica McCarty. Même si on n’est pas du tout dans le même contexte historique, et la même époque, un lien avec le premier tome de la saga m’y a fait penser. ça m’a d’ailleurs fait sourire, d’autant plus que j’ai littéralement dévorée cette saga, qu’il m’arrive de relire. Mais revenons à nos héros que j’ai appréciés suivre. L’histoire est rythmée, et très agréable à lire. On s’imagine facilement avec eux, et on assiste à leur histoire qui nous touche. J’ai passé à nouveau un très bon moment de détente avec cette lecture qui a su me captiver du début jusqu’à la fin.

 

note 4,5 étoiles

Littérature sud-africaine (Afrique du Sud), Livres

La vie sur mesure de Marius Gabriel

La vie sur mesure de Marius Gabriel

Éditeur : Amazon Crossing
Pages : 411 pages
Parution : 28 Avril 2020
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

La jeune mariée Copper Reilly arrive à Paris en 1944, peu après la Libération. Tandis que la ville est en fête, elle se sent prisonnière de son mariage malheureux. Quand son époux commet l’infidélité de trop, Copper demande la séparation.
Désormais seule, elle se lie d’amitié avec un étrange couturier rencontré dans l’arrière-boutique d’une maison de haute couture sur le déclin. Sa nature timide contraste avec le génie audacieux de ses créations. Il s’appelle Christian Dior. Copper devient sa muse et, convaincue de son talent, met tout en œuvre pour l’aider à lancer sa marque.
Elle se retrouve plongée dans l’éblouissant milieu de la mode parisien et armée de son appareil photo et de sa machine à écrire, s’y fait une place en tant que journaliste. Alors qu’elle s’interroge sur ses aspirations profondes, elle rencontre deux jeunes hommes bien différents entre lesquels son cœur balance… Dans une ville en pleine reconstruction, Copper saura-t-elle se créer une vie sur mesure ?

 

Mon avis:

Cooper est une jeune mariée américaine qui débarque à Paris à l’automne 1944. Suite à la rupture avec son mari beaucoup trop volage, elle reprend goût à la liberté. Libre de vivre sa vie, de faire ce qu’elle veut et de discuter avec qui elle veut. C’est ainsi qu’elle se lance dans le journalisme. Elle rencontre un couturier encore bien méconnu à ce moment, un certain Christian Dior. La suite de l’histoire va nous permettre de découvrir le début de la carrière de ce dernier, mais aussi d’autres personnages d’époque, réels et fictifs.

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman. L’auteur a écrit beaucoup de romans sous deux noms différents, et c’est la première fois que je découvre sa plume. L’histoire est très intéressante, et enrichie de personnages pittoresques et attachants. L’aspect historique est aussi très intéressant. On part à la découverte de la vie parisienne, dans les quelques mois et années qui ont suivi la libération. Le style est léger, mais il met très bien en scène des thématiques et des événements importants et difficiles d’après-guerre, comme le féminisme, l’homosexualité, la cohabitation avec les nazis, les manifestations sociales ou encore la situation politique. Des messages forts sont ainsi passés, tout en suivant le parcours de l’héroïne principale, Cooper, dans ses questionnements, ses avancées et le début d’une nouvelle romance.

En bref, une bonne intrigue avec un fond historique qui nous plonge dans des sujets importants de l’après guerre, des thèmes et personnages forts, et la découverte de la renaissance de la mode.

note 4 étoiles