Jeunesse, Littérature anglaise, Livres

Harry Potter, illustrée, tome 3 : Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban de J. K. Rowling et Jim Kay

couv68311313

Éditeur : Gallimard
Pages : 332 pages
Parution : 12 Octobre 2017
Tome : 03/07
Format: Broché
Genre: Jeunesse, Fantasy

Lien Amazon

 

L’histoire:

Sirius Black, le dangereux criminel, qui s’est échappé de la forteresse d’Azkaban, recherche Harry Potter. C’est donc sous bonne garde que l’apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme : des cours de divination, la fabrication d’une potion de ratatinage, le dressage des hippogriffes… Mais Harry est-il vraiment à l’abri du danger qui le menace ? Le troisième tome des aventures de Harry Potter vous emportera dans un tourbillon de surprises et d’émotions. Frissons et humour garantis !

 

Mon avis:

Quel plaisir de pouvoir relire les aventures de Harry Potter, le tout illustré par Jim Kay, qui nous offre une nouvelle fois de très belles illustrations.

Ce livre album est tout aussi précieux que les autres. Pour avoir vu un certain nombre de fois les films de la saga Harry Potter, je trouve toujours ça épatant que l’illustrateur a réussi à créer son propre monde, avec des images autant ancrées. Les chapitres se succèdent, sans réelle surprise concernant l’histoire, même si à chaque fois, je découvre que j’ai oublié quelques détails. La surprise vient du coup des illustrations qu’on peut admirer, et qui mettent en scène un personnage, une situation, ou un environnement.

Concernant l’intrigue, avec ce tome on va rencontrer de nouveaux personnages importants, dont des amis du père de Harry. On est aussi dans une ambiance beaucoup plus sombre, où Harry est en danger, on le recherche. Mais il est bien sûr sous bonne protection. En plus, des nouveaux personnages, on découvre aussi de nouvelles créatures fantastiques. Mais c’est surtout l’entrée de Sirius Black, qui me fait aimer ce tome. C’est mon personnage préféré, après notre célèbre trio.

Mais il est vrai que je vais rejoindre la critique. Comparé aux tomes précédents, il y a quand même moins d’illustrations. Je suis donc d’autant plus heureuse qu’on lui laisse plus de temps pour réaliser chaque tome. On passe de 1 an à 2 ans. Il nous faudra aussi patienter plus, mais notre patience en sera récompensée avec de magnifiques illustrations que Jim Kay sait si bien faire.

4 étoiles

Littérature anglaise, Livres, Romance, Romance historique

La saga des Bedwyn, tome 2 : Rêve éveillé de Mary Balogh

couv20245850

Éditeur : J’ai lu pour elle
Collection: Aventures et Passions
Pages : 376 pages
Parution : 6 Novembre 2013
Tome : 02/06
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Dans la diligence qui l’emmène chez sa tante, la sage Judith échappe à son avanir tout tracé de parente pauvre en rêvant qu’elle est enlevée par un bandit de grand chemin. Or, la voiture verse dans le fossé et Judith est sauvée par un beau cavalier qui dit s’appeler Ralf. Grisée par l’aventure, elle se prétend actrice et, lors d’une nuit d’ivresse, s’abandonne dans ses bras. Puis la réalité reprend son cours. Parvenue chez sa tante, Judith fait connaissance du fiancé de sa cousine. Un certain Lord Rannulf Bedwyn. Qu’elle reconnaît au premier regard…

 

Mon avis:

Il y a quelques semaines je lisais mon premier livre de Mary Balogh, et ses écrits m’ont tout de suite séduits. C’est naturellement que je continue avec le deuxième tome de cette saga.

Dès les premières pages, on fait connaissance avec Judith Law, notre héroïne. Jeune fille d’un gentleman pauvre, elle se rend chez sa tante pour devenir le dame de compagnie de sa grand-mère. C’est un destin bien ennuyeux qui attend Judith, et qui sait qu’elle deviendra une vieille fille. Mais c’est sans compter un accident qui va tout changer. La diligence qui la conduit chez Lord Effingham s’embourbe et se verse dans un fossé. Autour de Lord Rannulf Bedwyn d’entrer en scène. Dissimulant chacun leur identité, ils vont passer deux jours extraordinaires. Une parenthèse avant la vie morose qui les attend. La grand mère de Rannulf souhaite qu’il prenne femme. Mais le destin en décidera autrement, puisqu’ils se retrouvent sous leur véritable identité au domaine des Effingham.

J’ai tout de suite accroché au personnage de Judith. Une jeune fille rêveuse qui se sait condamner à une triste vie, mais qui s’accorde tout de même un petit instant de folie. Sur le coup, elle m’a fait un peu penser à Catherine Morland dans Northanger Abbey de Jane Austen, grande fan de lecture, tout comme Judith. Cette dernière en connait même par cœur certaines pièces de théâtre, jusqu’à se faire passer pour une actrice auprès de Rannulf Bedwyn. Ce dernier est d’ailleurs tout de suite sous le charme de cette dernière, et elle aussi. On lui a toujours répété qu’elle était moche, et devait cacher ses cheveux roux, mais voilà qu’un homme s’intéresse à elle. Mais la réalité revient à elle, et elle finit par s’enfuir, en gardant ses instants passés précieusement dans son cœur. Rannulf en est bien peiné, et finit par lui aussi à reprendre son chemin. Arrivant chez sa grand mère, il la découvre bien malade, et finit par lui promettre de rencontrer cette jeune fille qu’elle souhaite le voir épouser, il s’agit en fait de la riche cousine de Judith. Jeune homme au grand cœur, certes un peu froid comme tous les Bedwyn, il est aussi généreux, et prend très vite sous son aile Judith, quand il en découvre plus sur sa situation, et n’hésite pas à l’aider. Leur couple est très beau, même si chacun n’arrivent pas vraiment à se lâcher. Dans ce second tome, on retrouve tout de même le même genre de construction que le premier, j’espère qu’il n’en sera pas ainsi de toute la saga.

 

4,5 étoiles

 

Littérature anglaise, Livres, Romance, Romance historique

La saga des Bedwyn, tome 1 : Un mariage en blanc de Mary Balogh

couv73487861

Éditeur : J’ai lu pour elle
Collection: Aventures et Passions
Pages : 375 pages
Parution : 5 Juillet 2013
Tome : 01/06
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Le colonel Aidan Bedwyn a juré de protéger la sœur d’un soldat mourant envers qui il avait une lourde dette. De retour en Angleterre, il découvre que Mlle Eve Morris vit entourée d’orphelins et de pauvres gens que sont bon cœur lui a dicté de recueillir, et surtout qu’elle est sur le point d’être chassée de chez elle. Fidèle à sa promesse, Aidan lui propose un mariage blanc qui les mettra à l’abri du besoin, elle et son insolite cohorte. Terrible mésalliance pour cet aristocrate orgueilleux, qui va maintenant devoir présenter cette petite campagnarde à sa famille si snobinarde…

 

Mon avis:

Dès les premières pages, on rentre directement dans l’action. On fait ainsi la connaissance de l’un des héros du roman, le colonel Aidan Bedwyn qui vient de faire la promesse à un de ses lieutenants mourant, de prendre soin de sa sœur. Celle-ci se nomme Eve Morris. Elle est la fille d’un mineur qui a réussi à s’élever dans la société en épousant la fille de son patron. Aidan a donc la lourde tâche de devoir lui annoncer la mort de son frère sur le champ de bataille. A son arrivée, c’est d’abord un sentiment de soulagement qu’il ressent, en voyant la belle propriété dont elle a héritée de sa famille. Mais comme toujours, il y a anguille sous roche, et Aidan finit par le découvrir. En effet, si Eve ne s’est pas mariée dans l’année qui suit la mort de son père, la propriété reviendra à son cousin, un être sans scrupule. Mais comment aider quelqu’un qui ne veut pas l’être, et qui est pourtant sur le point de perdre tout ?

J’ai vraiment passé un bon moment avec cette romance de Mary Balogh. C’est d’ailleurs la première fois que je lis les écrits de cette auteure, qui ont su me charmer. Je suis tout de suite tombée sous le charme des deux personnages. D’un côté nous avons Aidan, un colonel issu d’une famille très puissante, avec un côté froid et quelque peu prince charmant. Et de l’autre nous avons Eve, une jeune fille qui a pu avoir une bonne éducation, mais qui n’a jamais quittée sa campagne, et qui a surtout un bon caractère d’entêtée. J’ai vraiment bien rigolé avec ce duo, qui sait s’amadouer au fur et à mesure. Il y a de très belles scènes, comme entre Aidan et Cecil, le cousin de Eve, ou entre Eve et Wulfric, le frère aîné d’Aidan. Je dirais que le point fort de cette romance, et vraiment ses personnages qui sont bien travaillés, et qu’on les voit évoluer. On croit forcément en l’histoire, même si le cliché du prince charmant est un peu trop utilisé.

Du coup j’ai vraiment hâte d’en découvrir plus sur cette famille, dont on vient tout juste de faire connaissance. Il y a bien sûr le frère aîné, mais aussi les petits derniers, Alleyne et Morgan.

4,5 étoiles

 

Livres, Manga

L’atelier des sorciers, tome 5 de Kamome Shirahama

couv11148295

Éditeur : Pika
Pages : 192 pages
Parution : 23 Octobre 2019
Tome : 05/??
Format: Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

L’histoire:

En plein second examen de sorcellerie, Agathe, Trice et le timide Yinny se font attaquer par un sorcier renégat de la Confrérie du Capuchon. Celui-ci utilise un sort interdit pour transformer Yinny en bête sauvage…
Coco, Tetia et Kieffrey sont eux aussi dans une bien triste posture : ils sont encerclés par les anciens habitants de Romonon, qui semblent vouer une haine farouche aux sorciers. Comble de malheur, Kieffrey est gravement blessé… Comment vont-ils s’en sortir ?

 

Mon avis:

Notre fine équipe était en mauvaise posture lors du précédent tome. Alors que Trice, Agathe et Yinny passaient leur examen de sorcellerie, ils se voient attaquer par la Confrérie du Capuchon. En voulant venir à leur secours, Maitre Kieffrey est blessé. Mais nos petits sorciers ne vont pas se lasser faire.

J’ai grandement apprécié ce tome riche en révélations sur la Confrérie du Capuchon, mais aussi sur la milice magique, dont on peut suivre leur parcours dans un chapitre, et sur les anciens habitants de Romonon. Et c’est tout en action et en émotion, que se déroule l’intrigue. On ne s’ennuie pas une seule seconde, au point de ne pas lâcher son livre ! En effet, nos apprentis se révèlent lors de cette aventure, ils apprennent beaucoup sur leur magie, et sur leur personne. Yinny est un personnage touchant, et je suis contente de le voir intégrer l’aventure. A noter aussi que le petit clin d’œil au Seigneur des Anneaux, m’a bien fait rigoler.

En bref, j’ai encore une fois était conquise par l’histoire, tout comme les dessins qui sont sublimes. Cela va être long maintenant d’attendre la suite.

4,5 étoiles

Classique, Littérature américaine, Livres

Les contes macabres, tome 1 de Edgar Allan Poe et Benjamin Lacombe

couv9141755

Éditeur : Soleil
Pages : 218 pages
Parution : 6 Mars 2014
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Classique

Lien Amazon

 

L’histoire:

L’influence d’Edgar Allan Poe dans le monde a été et demeure considérable : la critique contemporaine le situe parmi les plus remarquables écrivains de la littérature américaine du XIXe siècle, et ses nouvelles ont revêtu, au fil des ans, grand nombre de titres et d’aspects. Le premier volume des Contes macabres s’articulait autour de la vision de la femme et de la mort, tandis que ce second volume s’intéresse à celle de l’homme et du fantastique. Forte, pleutre, habitée par la mélancolie ou basculant dans la folie, la figure masculine selon Poe est complexe et, par là même, terriblement envoûtante. Benjamin Lacombe a sélectionné de nouveaux contes, parmi lesquels Manuscrit trouvé dans une bouteille ou Petite discussion avec une momie, et propose un nouveau voyage graphique, à la frontière du réel, dans les tréfonds de l’âme humaine.

 

Mon avis:

Les contes macabres, est un recueil de contes écrit par Edgar Allan Poe, et ici traduit par Charles Baudelaire. Ils se comptent au nombre de huit; on retrouve Bérénice, le chat noir, l’île de la fée, le cœur révélateur, la chute de la maison Usher, le portrait ovale, Morella, Ligeia. Chaque conte est accompagné d’illustrations de Benjamin Lacombe, avec une alternance de pages blanches et noires (une histoire avec des pages blanches, une autre avec des pages noires). A la fin du livre, on retrouve des biographies d’Edgar Allan Poe, de Charles Baudelaire et de Benjamin Lacombe.

Les histoires contées sont à la fois poétiques, fantastiques et mélancoliques, certaines nous font même frémir. La lecture n’est pas toujours aisée au vu du style. Les personnages illustrés par Benjamin Lacombe se lient merveilleusement bien avec l’univers d’Edgar Allan Poe, avec une petite note à la Tim Burton. La mise en page est dans l’esprit des livres d’antan: larges marges, lettrines, pages de garde illustrée… Un très beau livre objet que je suis heureuse d’avoir dans ma collection.

3 étoiles

Bande dessinée, Livres

La brigade des cauchemars, tome 1 : Sarah de Franck Thilliez et Yomgui Dumont

couv18357177

Éditeur : Jungles
Pages : 56 pages
Parution : 11 Octobre 2017
Tome : 01/??
Format: Bande dessinée
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

L’histoire:

Tristan et Esteban, deux adolescents de 14 ans, font partie de la brigade des cauchemars. Ils viennent en aide aux enfants et les débarrassent de leurs cauchemars en découvrant la source. Une jeune fille, Sarah, est admise à la clinique et ils doivent intervenir. Mais Tristan est troublé, il l’a déjà vue et ne se souvient pas où.

 

Mon avis:

Nos héros, Tristan et Estaban sont deux adolescents membres de La brigade des cauchemars, créée par le Professeur Angus. Tristan est le fils du professeur, tandis qu’Esteban, a été recueilli par la famille alors qu’il errait, amnésique, dans une forêt. Ensemble, ils ont une mission à réaliser, comprendre les cauchemars des enfants, pour les neutraliser. La clinique d’Angus, accueille ainsi régulièrement des enfants, qui n’arrivent pas à dormir à cause de leurs cauchemars. Et avec ce tome, c’est Sarah que nos jeunes amis vont devoir aider.

J’ai vraiment passé un bon moment avec cette bande dessinée. C’est une véritable enquête qui nous est décrite, avec des énigmes à résoudre. Le professeur Angus a développé un sacré concept top secret, pour aider les victimes de cauchemars. Pendant que le patient est dans un sommeil profond, avec l’aide d’une machine, les deux adolescents pénètrent dans ses rêves à la recherche de la cause des cauchemars. Les péripéties s’enchaînent, et comme nos jeunes héros, nous sommes tenus en haleine par cette enquête. Mais à quoi donc à peur Sarah ? Le suspense est là, et nous tient jusqu’aux dernières lignes. Même si les dessins sont bien réalisés, l’intrigue est vraiment le point fort de cette bande dessinée. Il y a aussi de très beaux messages passés, notamment sur le handicap. Notre héros Tristan est en fauteuil roulant. Bref, je suis sous le charme.
4,5 étoiles

Bande dessinée, Livres

Lord Jeffrey, tome 1 : Le train de 16h54 de Hemberg et Hamo

couv73992051

Éditeur : Kennes
Pages : 64 pages
Parution : 30 Octobre 2019
Tome : 01/??
Format: Bande dessinée
Genre: Historique, Jeunesse

Lien Amazon

 

L’histoire:

Edimbourg, 1958. Cela fait maintenant quatre mois que David Archer, parti en voyage à Londres, a disparu. Pour Scotland Yard, tout porte à croire que l’homme a abandonné son épouse et son fils pour une femme plus jeune. En revanche, Jeffrey, 13 ans, est persuadé qu’il est arrivé quelque chose à son père. Il décide de mener sa propre enquête avec pour seul allié son chien Sherlock.

 

Mon avis:

Nous voilà plongé en 1958, en Ecosse, en pleine guerre froide. On fait la connaissance d’un jeune garçon Jeffrey. Voilà maintenant quelques mois que son père a disparu, et il apprend qu’on aurait classé l’affaire en « sans suite », et qu’en plus on suspecte son père de mener une double vie avec une autre femme. Jeffrey ni croit pas une seule seconde, et compte bien découvrir le fin mot de l’histoire.

Très vite on se laisse porter par cette aventure. Jeffrey est très touchant, ainsi que son chien Sherlock, qui porte bien son nom. Ce petit homme a toujours en tête, les derniers mots de son papa, et il se doute bien qu’il y a quelque chose derrière cette histoire. Notre aventurier décide alors d’enquêter sur cette disparition. L’intrigue est très bien amenée, et c’est avec plaisir qu’on tourne les pages. Le contexte historique dans lequel nous nous trouvons, ajoute une ambiance tendue, et intéressante pour cette enquête. C’est un plus pour cette histoire qui sait nous tenir en haleine. A la fin de ce premier tome, tout se bouscule, et j’ai hâte de découvrir la suite. Cette première partie aura réussi à me convaincre de continuer à suivre cet enfant au grand courage et force.

Du côté des dessins, ils sont assez simples et colorés. Les visages de nos personnages sont affectueux. Mais c’est surtout l’intrigue qui m’a le plus touché que les dessins.

Merci aux éditions Kennes pour cette lecture.

3,5 étoiles

Livres, Manga

L’atelier des sorciers, tome 4 de Kamome Shirahama

couv24752311

Éditeur : Pika
Pages : 192 pages
Parution : 3 Avril 2019
Tome : 04/??
Format: Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

L’histoire:

Agathe s’est inscrite au deuxième examen du monde des sorciers qui lui permettra de pratiquer la magie en public. Kieffrey, Coco et les autres apprenties l’accompagnent sur place, mais la présence néfaste de la Confrérie du Capuchon va bientôt venir troubler le bon déroulement de l’épreuve…

Quel est le but de cette étrange organisation ?

 

Mon avis:

Pour ce quatrième tome on retrouve Agathe qui est sur le point de passer la seconde partie de son examen du monde des sorciers, auquel Trice, à sa grande surprise, va aussi participer. Et celui-ci ne sera pas de tout repos, elles vont devoir se démener, et vont faire la connaissance d’un jeune apprenti sorcier, Yinni.

Pour une fois, Coco est mise un peu à l’écart dans l’intrigue. Et c’est autour de Trice de se révéler un peu plus à nous. Son personnage est assez renfermé, et on découvre un peu pourquoi avec certaines révélations. J’ai aimé m’approcher un peu plus d’elle, et elle a éveillée ma curiosité. Un autre petit sorcier intervient dans l’histoire, il s’agit de Yinni. J’ai trouvé qu’il fait un beau duo avec Trice. Leur moment d’échange et de prise de conscience sont très intéressants. Avec ce tome, on est plus dans l’émotion, et les révélations. Notre amie Coco est comme à son habitude, très joyeuse et avec une grande soif de savoir. Elle arrive à nous transmettre sa joie de vivre au fil des pages. Agathe est tout aussi égale à elle-même. Têtue, elle veut tout maîtriser, mais elle est quand même à l’écoute. Ce tome, en plus d’être riche en sentiments, il l’est aussi en rebondissement. C’est assez dur de le lâcher, et j’ai d’autant plus hâte de lire la suite. La confrérie du capuchon n’est pas prête à laisser nos jeunes apprentis tranquilles.

4,5 étoiles