Séries

Victoria

302205

Studio : Koba Films
Acteurs : Jenna Coleman, Tom Hughes, Catherine H. Flemming
Réalisateur : Daisy Goodwin
Audio : Français, Anglais
Durée : 832 minutes
Genre: Drame, Romance, Historique
Lien Amazon Saison 1 et Saison 2

 

L’histoire:

1837. Énergique, la jeune Victoria est en rupture avec l’éducation stricte donnée par sa mère, la Duchesse de Kent, et son odieux beau-père. Ses premières années de règne sont un combat permanent et émaillées de nombreux scandales. La sagesse du Lord Melbourne, son Premier ministre, est d’un rare réconfort mais leur complicité fait parler à Buckingham. Le ténébreux Albert lui est alors présenté…

 

Mon avis:

Après avoir vu un nombre incalculable de fois le film Victoria, les jeunes années d’une reine, j’avais en mémoire un certain nombre de scènes qu’on allait forcément retrouver. La prestation d’Emily Blunt, qui incarne Victoria dans le film m’a particulièrement marqué, mais autant dire que Jenna Coleman est aussi très convaincante dans ce rôle. J’ai donc enchaîné les épisodes et les deux saisons avec grand plaisir.

On découvre ainsi les premiers pas de Victoria, couronnée en 1838 à l’âge de 18 ans. Elle se retrouve du jour au lendemain à la tête d’un pays, et dans un monde essentiellement masculin. La jeune reine va devoir s’affirmer et se battre pour se faire respecter, mais aussi préserver son intimité. Créée par Daisy Goodwin, qui s’est basée sur les journaux intimes de la reine pour écrire son scénario, on suit un certain nombre d’événements historiques qui ont apporté changement au Royaume-Uni: l’industrialisation, les trains à vapeur, l’éclairage au gaz, et les peurs liées à ces révolutions technologiques. Mais aussi des événements difficiles comme la guerre, ou la famine en Irlande.

La saison 3 est actuellement diffusé sur ITV, j’ai doublement hâte de découvrir la suite de cette série, qui nous propose de magnifiques décors et costumes. Mais aussi de retrouver cette société en pleine mutation par les avancées qui arrivent à grands pas.

Seule petite note, j’aurais aimé que la rencontre entre Victoria et Albert dure un peu plus longtemps. On est quand même sur un format série, j’aurai donc préféré que ça ne se fasse pas qu’en un seul épisode, et aussi rapide.

4 étoiles - série

 

Séries

Las chicas del cable

la-ptite-bulle-d-elo_las-chicas-del-cable_2b252842529

Acteurs : Blanca Suárez, Ana Fernández, Maggie Civantos, Nadia de Santiago, Yon González, Martiño Rivas
Réalisateurs : Gema R. Neira, Ramón Campos
Audio : Espagnol, Français
Durée : 1200 minutes
Genre: Drame, Romance, Historique, Period drama

 

L’histoire:

Las chicas del cable raconte l’histoire d’une compagnie qui a changé la manière de voir les médias de communication à travers le monde. Dans les années 20, le téléphone a changé la manière de communiquer des gens. C’est une histoire qui parle du fait que ces nouveaux médias modifient la société. Ces standardistes partagent les secrets, les amours, les peines des interlocuteurs…

 

Mon avis:

Cette série espagnole se déroule à Madrid à la fin des années 1920. On suit l’histoire de 5 jeunes femmes en quête d’indépendance, qui travaillent dans une compagnie de téléphone. Marga, Carlota, Angeles, Sara et Lidia sont toutes issues de milieux différents. Elles se retrouvent embauchées dans cette société en plein essor, mais dans un monde qui est dominé par les hommes. Elles ont le même point commun, et cherchent par ce travail à s’émanciper et à gagner leurs libertés. A l’époque, être une femme n’est pas simple, et elles vont mener ensemble un combat en faveur de l’égalité des sexes.

La série commence fort et est engagée dans le féminisme. Elle dénonce le fait que les hommes sont aux commandes de tout, que se soient dans leurs foyers, que dans l’entreprise. On suit au départ le personnage de Lidia Aguilar Dávila / Alba Romero, qui est rattrapée par son lourd passé. Et très vite arrivent quatre autres femmes, ses collègues de travail. Les épisodes s’enchaînent et sont prenants. Les histoires de chacune s’entremêlent avec brio. Intrigue, amour et amitié rythme cette série, avec une touche de mystère. En plus de se mobiliser envers les droits des femmes, la série va même plus loin en intégrant homosexualité et le poly-amour avec l’histoire de Carlota, Sara et Miguel. Les lieux de tournage sont sublimes, comme pour les costumes. Il est juste dommage que la bande son est trop moderne.

Côté casting, on retrouve Blanca Suárez, Nadia de Santiago, Ana Fernández, Maggie Civantos Ana, Maria Polvorosa et Yon Gonzàles. Quel plaisir de retrouver Yon Gonzàles de Gran Hotel, mais aussi Concha Velasco. Pour les deux acteurs, leurs personnages ont changé de statut social. Francisco est le directeur de l’entreprise et Carmen est la femme d’un noble. J’apprécie énormément le duo Blanca Suárez et Yon Gonzàles, soit Alba et Francisco. Je trouve qu’ils vont bien ensemble. Je n’avais pas encore vu de films ou séries avec Blanca, et autant dire, elle est impressionnante. Je suis d’ailleurs curieuse de la voir dans d’autres rôles.

Bref, encore une série a découvrir. D’ailleurs une saison 4 est en commande.

4,5 étoiles - série

Séries

The Halcyon

mv5by2zkn2u5mjmtymi1ny00ndfiltllodctzjm1ngqzmzm3ntc1xkeyxkfqcgdeqxvyndgymte0odk-_v1_

Acteurs : Steven Mackintosh, Olivia Williams, Sope Dirisu, Liz White, Hermione Corfield
Réalisateurs : Charlotte Jones
Audio : Anglais, Français
Durée : 369 minutes
Genre: Drame, Romance, Historique, Period drama

 

L’histoire:

The Halcyon raconte l’histoire d’un hôtel cinq étoiles glamour, au centre de la société londonienne et d’un monde en guerre, en 1940. Intrigues, drame et romance sont également au rendez-vous.

 

halcyon-ovation-canceled-renewed-halcyon-itv

 

Mon avis:

Tous les jeudis, France 3 diffuse la nouvelle série d’ITV : The Halcyon : un palace dans la tourmente. L’histoire nous plonge dans les années 1940, dans un hôtel cinq étoiles, le Halcyon, situé au cœur de Londres. Après le décès du propriétaire, l’hôtel se retrouve aux mains de sa veuve Lady Hamilton et de ses deux fils Freddy et Toby. Dans l’ombre, Richard Garland, le régisseur discret et dévoué, et sa fille Emma, tentent de gérer l’établissement malgré les difficultés.

Comme toujours, les anglais sont doués pour nous livrer de belles reconstitutions historiques. Beaucoup d’intrigues se succèdent, les personnages sont attachants, mais certains manquent un peu de charismes (ce qui a peut-être causé sa chute). Dans ce monde en guerre, la série souligne les bouleversements des traditions et des classes sociales, dont notamment avec 3 romances qui les illustrent. Concernant les acteurs, je tiens tout de même à dire qu’Olivia Williams est impressionnante dans son rôle de Lady Hamilton. Elle a su me convaincre, mais pas forcément les autres. Enfin comme je le disais plus haut, cette série n’a pas été renouvelée pour une saison 2, il n’y a donc pas de fin à cette histoire, et c’est bien dommage.

3 étoiles

Livres, Séries

Les Chroniques de Shannara

81uewe1fqyl-_sy445_

Acteurs : Austin Butler, Poppy Drayton, Ivana Baquero, Manu Bennett, Aaron Jakubenko
Réalisateurs : Alfred Gough, Miles Millar
Audio : Anglais, Français
Durée : 840 minutes
Genre: Aventure, Fantasy
Lien Amazon – Intégral

Lien Amazon – Saison 1
Lien Amazon – Saison 2

 

L’histoire:

Des millions d’années après l’extinction de la civilisation que nous connaissons, les Quatre Terres sont menacées par la mort imminente de l’Arbre protecteur Ellcrys qui renferme des forces terribles et obscures. A chaque feuille tombée, les démons se réveillent de l’au-delà. La princesse Amberle, le demi-elfe Wil et la solitaire Eretria commencent alors leur quête contre les forces du Mal. Ils sont guidés dans ce combat par le druide Allanon, lequel maîtrise la magie…

 

Mon avis:

Les Chroniques de Shannara sont inspirées de la saga littéraire d’héroic fantasy de Terry Brooks. On nous emmène dans un futur post-apocalyptique, où la magie a remplacé la technologie. Les elfes sont menacés d’extinction, car leur arbre protecteur l’Ellcrys qui les protège, est en train de mourir. La princesse Amberle découvre qu’elle possède une étrange connexion avec cet arbre, et devient celle qui est destinée à le sauver, ainsi que son peuple. Dans cette quête, elle est accompagnée par un jeune homme mi-elfe et mi-humain héritier d’un grand pouvoir Will, ainsi que d’une jeune voleuse solitaire Eretria. Sous la direction d’un druide, les trois héros doivent sauver le royaume, mais les choses se compliquent quand un trio amoureux se forme.

Le scénario est intéressant et me donne d’ailleurs envie de découvrir la saga littéraire, mais malheureusement dans la série je le trouve mal exploité. Le côté graphique de la série est très bien amené, avec un tournage en Nouvelle Zélande, qui n’est pas sans rappeler le Seigneur des Anneaux. La musique est aussi très intéressante, j’aime beaucoup le générique. Même si je n’ai pas été tout à fait convaincue, j’ai enchaîné les épisodes de la saison 1 à la saison 2 avec une certaine curiosité. Et c’est maintenant que je vais vous faire part des faiblesses que j’ai ressentis. Déjà le trio d’acteurs n’est pas très convainquant et manque de dynamisme. Je trouve aussi que l’histoire se concentre un peu trop sur leur romance, et que la quête aurait pu être plus développée. L’histoire aurait été plus accrocheuse. D’ailleurs cette série n’aura pas de saison 3, plus qu’à lire les livres pour découvrir la suite.

2,5 étoiles

Séries

De grandes espérances

61643_backdrop_scale_1280xauto

Studio : Koba Films
Acteurs : Douglas Booth, Gillian Anderson, Ray Winston, David Suchet, Vanessa Kirby
Réalisateurs : Brian Kirk
Audio : Anglais, Français
Durée : 180 minutes
Sortie : 3 avril 2014
Genre: Historique, Adaptation de roman
Lien Amazon

 

L’histoire:

Pip est un jeune garçon pauvre et sans réelles perspectives d’avenir jusqu’au jour où la misérieuse Miss Havisham l’invite chez elle afin qu’il puisse tenir compagnie à sa fille adoptive, Estella. Le destin des deux enfants les sépare, mais Pip aura l’occasion de retrouver la jeune fille, devenu jeune femme, au moment où mystérieux mécène lui offre la perspective d’un avenir doré. L’occasion pour le jeune homme de faire ses preuves dans le monde, de découvrir l’amitié et de tenter de conquérir le cœur de sa belle.

Adaptation de l’œuvre de Charles Dickens en 3 épisodes.

 

Mon avis:

Les œuvres de Charles Dickens ont été adaptés de maintes fois, je pense notamment à Oliver Twist. Ici la BBC nous offre une mini-série du roman De grandes espérances, que j’ai particulièrement appréciée.

On retrouve l’univers sombre du roman, et la volonté de dissimuler tous sentiments. Au fil des 3 épisodes, on suit les aventures de Pip. D’abord enfant, on voit notre jeune forgeron grandir et devenir un homme. Le découpage des épisodes nous tient en haleine jusque la fin.

Les lieux de tournage choisi et les plans sont à couper le souffle. Que ce soit la maison de Miss Havisham et ses décors, les marais ou les rues de Londres, on se sent vraiment entraîner dans cet univers que Dickens a créé. La musique joue aussi un grand rôle, et embellie les séquences. Il y a un vrai soucis du détail dans cette réalisation.

Concernant les acteurs, j’ai aimé l’interprétation de Douglas Booth qui joue le rôle de Pip, mais un peu moins celle de Vanessa Kirby qui joue Estella. Mais surtout celle qui m’a impressionnée, c’est Gillian Anderson dans le rôle de Miss Havisham, que j’ai trouvé très convaincante.

3,5 étoiles

Séries

Doctor Thorne

11244756-3184500918361932

Studio : Koba Films
Acteurs : Tom Holland, Stefanie Martini, Harry Richardson, Alison Brie, Ian McShane
Réalisateurs : Julian Fellowes
Audio : Anglais, Français
Durée : 141 minutes
Sortie : 29 Novembre 2017
Genre: Historique, Adaptation de roman
Lien Amazon

 

L’histoire:

Barsetshire, au XIXème siècle. De naissance illégitime, sans dot, la belle et vive d’esprit Mary vit auprès de son oncle, le docteur Thomas Thorne. L’héritier désargenté Frank Gresham est amoureux de Mary. En coulisse, Lady Gresham aidée de ses filles manoeuvre pour lui trouver un meilleur parti. Seul le docteur Thorne connaît le secret de l’ascendance de Mary et la fortune dont elle pourrait hériter si…

Après le phénomène mondial DOWNTON ABBEY, Julian Fellowes adapte le chef-d’oeuvre romantique d’Anthony Trollope, l’un des plus grands écrivains de l’époque victorienne. Magistrale chronique de son temps et étude de l’aristocratie anglaise, cette fresque romanesque bénéficie d’un casting prestigieux dont Tom Holland (The night manager, Pirate des Caraïbes) dans le rôle du docteur Thorne et la révélation Stefanie Martini dans le rôle de Mary. Une réussite qui ravira tous les amoureux du genre.

DOCTEUR THORNE est à classer entre les classiques NORD ET SUD d’après Elizabeth Gaskell et ORGUEIL & PRÉJUGÉS d’après Jane Austen.

doctor-thorne-serie-anglaise

 

Mon avis:

Docteur Thorne est l’adaptation du roman de 1858 d’Anthony Trollope. C’est aussi la nouvelle mini-série du créateur de « Downton Abbey ». Elle se compose en 3 parties.

J’ai vraiment passé un bon moment de détente avec cette mini série à rigoler. Il s’agit avant tout d’une satire sociale de l’aristocratie anglaise, l’importance de l’apparence, l’hypocrisie entre ses membres, les inégalités sociales… Mais on ajoute aussi à tout ça, une touche de romantisme et surtout d’humour.  Je serais bien curieuse de lire l’ouvrage. La série m’a donné envie d’en savoir plus sur l’auteur.

Du côté du casting on retrouve Tom Hollander et Ian McShane qui interprète magnifiquement bien leur rôle. J’ai été surprise de voir Harry Richardson, que l’on peut voir dans la série Poldark. J’aimais bien justement son personnage.

Enfin les décors sont fabuleux et nous font rêver. Les maisons choisies sont magnifiques, et ça nous donne envie d’aller faire un petit tour en Angleterre !

3,5 étoiles

Séries

Victoria, la esclava blanca

28c3fce580

Acteurs : Nerea Camacho, Orián Suárez, Miguel de Miguel, Modesto Lacen, Norma Martinez
Réalisateurs : Liliana Bocanegra, Mateo Stivelberg
Audio : Espagnol, Français
Durée : 2790 minutes
Genre: Historique, Romance

L’histoire:

Victoria fait revivre l’époque de l’esclavage et raconte l’histoire d’une femme que tout le monde considère comme une marquise qui est venue en Amérique pour épouser un marchand prospère de la région. Cependant, la vérité est qu’il y a quelques années, dans la même ville, elle a été sauvée de la mort et a grandi dans le secret par des esclaves qui sont devenus sa famille.

Tournée en partie sur la côte Caraïbe en Colombie, cette saga historique a été conçue sur les standards les plus exigeants, avec des moyens de production dernier cri et un casting 5 étoiles. Le rôle de Victoria est interprété par la talentueuse actrice espagnole Nerea Camacho, lauréate des Goya, l’équivalent des César en France. À ses côtés, on retrouve l’acteur espagnol Miguel de Miguel (Nicolás Parreño), l’acteur vénézuélien Luciano D’Alessandro (Alonso Márquez), ainsi que l’acteur cubain Orian Suarez (Miguel). La production de la série est devenue la plus chère de l’histoire de la télévision colombienne avec 9,4 millions d’investissement.

Victoria a été primée à de nombreuses reprises. Elle a notamment reçu le prix de la Meilleure réalisation aux Seoul International Drama Awards.

 

Mon avis:

J’ai découvert cette série lors de sa diffusion sur France Outre-Mer, à noter qu’elle est aussi disponible en replay sur 6play. J’en ai tellement entendu du bien, que j’ai voulu moi aussi vous la faire découvrir, via cet article. Il est vrai que je regarde assez peu de films et séries qui traitent de cette époque et de ce continent. Je pense du coup forcément à Nord et Sud, une série que j’ai regardé plus jeune, que beaucoup connaissent surement.

Victoria, ou La Esclava Blanca son titre original, est composée de 31 épisodes de 90 minutes (ou dans son format original 62 épisodes de 40 minutes). Après avoir découvert le premier épisode, j’ai été directement sous le charme. Pour les amateurs de beaux costumes, mais aussi qui souhaitent être dépaysés, vous allez être servi ! Les acteurs sont très doués et savent nous captiver. L’histoire est elle aussi bien ficelée. On comprend de suite pourquoi cette série a été primée, et elle mérite d’être mise en avant. Je suis heureuse que la France a acheté les droits, et qu’on puisse voir cette pépite. Victoria et Miguel sont un couple fusionnel. On ne se lasse pas de voir leur histoire évoluer au fil des épisodes. Les personnages secondaires sont tout aussi intéressants et charismatiques. On s’attache à eux, et à leurs histoires, comme Remedios et Trinidad; ou encore Isabelle, la fille de Nicolas.

Je n’en dirais pas plus, vu que la série est encore à ce jour en diffusion sur France O, et sur les chaines d’Outre Mer. Mais pour les curieux comme moi, sachez qu’elle est disponible en intégralité sur 6play !

4,5 étoiles - série

Séries

Squadra Criminale

squadra_criminale

Studio : Arte
Acteurs : Miriam Leone, Matteo Martari, Thomas Trabacchi, Luca Terracciano
Réalisateurs :  Claudio Corbucci, Giuseppe Gagliardi
Audio : Italien, Français
Durée : 600 minutes
Sortie : 17 Mai 2017
Genre: Policier
Lien Amazon

 

L’histoire:

Inspectrice à la brigade criminelle de Turin, Valeria est une enquêtrice aussi tenace que talentueuse. La jeune femme s’attache à reconstituer le puzzle complexe qui se dissimule derrière chaque affaire, tout en luttant contre les fantômes de son passé. Ceux-ci ressurgissent violemment dans sa vie au moment où sa mère est libérée de prison…

177944

 

Mon avis:

« Non uccidere », diffusé sur Arte sous le nom de « Squadra Criminale » est une nouvelle série policière italienne créé par Claudio Corbucci.

Je ne suis pas trop série policière mais pourtant celle-ci m’a plu pour son originalité. Chacune des enquêtes de Valeria Ferro se déroule sur deux épisodes. On y retrouve une ambiance très sombre, à la fois par les enquêtes menées, mais aussi à cause du passé que notre héroïne essaye de comprendre. L’intrigue de chaque enquête se développe autour de multiples faits divers et leurs expositions médiatiques.

J’ai bien aimé l’insertion des médias dans cette série. Aujourd’hui pour un certain nombre d’enquêtes, divers journalistes et chroniqueurs interviennent, et font leur compte rendu dans la presse ou à la télévision. Voilà pourquoi cette série m’a intrigué, et m’a donné envie de la découvrir. Elle reflète la société actuelle, et la dénonce. Le premier épisode en est d’ailleurs un parfait exemple, quand c’est un journaliste qui annonce une terrible nouvelle à un parent de la victime, et non la brigade criminelle.

Miriam Leone, alias Valeria Ferro est impressionnante dans son rôle d’enquêtrice torturée.

La première partie a été diffusée au mois de mai sur Arte et la seconde commence ce vendredi 4 août.

4 étoiles - série