Sorties culturelles

Le château de Seneffe et son musée de l’Orfèvrerie

DSC04148

Le château de Seneffe, situé en Belgique est un château construit au XVIIIe siècle et qui abrite le musée de l’orfèvrerie. 500 objets de la collection d’orfèvrerie sont ainsi mis en scène dans le château.

IMG_20190907_102721IMG_20190907_102746IMG_20190907_103327IMG_20190907_105740IMG_20190907_112758

De style néoclassique, il est construit de 1763 à 1768 pour un homme d’affaires Julien Depestre (devenu comte de Seneffe et de Turnhout en 1767) par l’architecte Laurent-Benoît Dewez.  En 1774, il décède et sa veuve Isabelle Cogels poursuit la réalisation du projet. Leur fils aîné Joseph Depestre partage l’intérêt de ses parents pour le domaine. Il confie l’aménagement du parc à l’architecte Charles De Wailly et au sculpteur Augustin Pajou. Il fait malheureusement de mauvaises affaires et se réfugie à l’étranger. En 1798, les Pays-Bas autrichiens ayant été réunis à la République française, le domaine est confisqué par le gouvernement qui le met en vente. Il passe ensuite de mains en mains, le château est ainsi restauré, puis mis à l’abandon, puis dilapidé. L’État belge finit par l’acquérir en 1969, et décide d’y héberger un musée de l’orfèvrerie de la Communauté française, dont le noyau est constitué par la collection de Claude et Juliette D’Allemagne, à la suite d’une donation.

IMG_20190907_102930IMG_20190907_104546IMG_20190907_104713IMG_20190907_104930IMG_20190907_105248IMG_20190907_105758IMG_20190907_110031IMG_20190907_110945IMG_20190907_110102

Malheureusement comme le château a été dilapidé, ce ne sont que des donations qui l’habitent. Il y a juste les murs et leurs peintures qui sont d’origines, et le magnifique parquet. Je pense que c’est la première fois que je prend un parquet en photo. Vous allez comprendre pourquoi ci-dessous ! D’ailleurs pour la visite, on nous fait porter des chaussons pour ne pas l’abîmer.

IMG_20190907_102911IMG_20190907_103243img_20190907_105230.jpgIMG_20190907_105447IMG_20190907_110000IMG_20190907_112224IMG_20190907_111539

Le château se trouve dans un parc de 22 hectares comprenant une orangerie, un théâtre néoclassique, une volière, un parc à l’anglaise avec un jardin à la française, un étang et une île reliée à la rive par un pont très romantique.

DSC04154DSC04183DSC04165DSC04189img_20190907_134014.jpg

Sorties culturelles

Le Dragon de Calais

5d9d969c72e7e5ab1c1fcc4bAfficheDragon

Spectacle organisé par la ville de Calais durant 3 jours, le Dragon de Calais mis en scène par la Compagnie La Machine, se déplacent dans les rues, sur les places et les boulevards du centre-ville. Au programme 3 actes présentés en 3 scènes nous raconte l’histoire de ce beau dragon des plus spectaculaire.

J’ai assisté au premier acte, soit la première journée. J’ai donc eu l’opportunité d’assister à son réveil, qui en a surpris plus d’un, moi y compris. Le spectacle m’a fait retrouver mon âme d’enfant, à être émerveillée à chaque seconde. C’était vraiment spectaculaire de voir ce dragon se mouvoir, s’exprimer, cracher de la fumée, de l’eau ou encore des flammes. Le tout accompagné en musique par un orchestre mobile, à chaque déplacement. Une vrai mise en scène a été étudiée, et c’est impressionnant.

 

La compagnie La Machine a mis deux ans pour concevoir le dragon. Constitué de bois et acier, il fait 25 m de long, 15 m de haut et 72 tonnes. Et c’est avec beaucoup de qualité et de soin qu’il a été réalisé. Chaque détail est soignée, jusqu’au superbes cilles longs, et à sa langue fourchue, ou encore ses belles griffes.

Je suis d’autant plus curieuse d’aller faire un tour à Nantes, pour découvrir les autres réalisations de la compagnie La Machine.

 

La Légende du Dragon

« Sous l’épaisse croûte terrestre, circulent de profondes galeries qui relient les mers et les continents. Parfois ces galeries se ramifient et s’élargissent au point de créer des mondes.
Dans ces galeries évoluent des créatures fantastiques. De ce dédale enfoui, les grandes villes humaines sont les portes, elles ouvrent les passages qui relient le monde souterrain à notre monde. 
Depuis l’aube des temps ces « portes » sont scellées et maintenues fermées par des pierres sacrées. Les Dragons sont les gardiens des mondes, ils sont les garants de l’équilibre. 
Les dragons existent sous toutes formes et de toutes couleurs, leurs pouvoirs sont immenses et chaque dragon est unique. Le Dragon de Calais est à la fois de feu, d’air, de terre et d’eau, il est depuis toujours celui qui veille sur les terres et mers du nord.
Les dragons n’apparaissent aux hommes qu’en situation d’extrême nécessité, pour régler un conflit ou apaiser un mal. Ils sont naturellement bienveillants, mais peuvent aussi être sauvages et imprévisibles. »

 

Voici quelques photos de la merveilleuse bête. Vous pouvez en trouver d’autres sur mon compte instagram, ainsi que des vidéos du spectacle.

36.jpg4.jpg5

Sorties culturelles

Exposition « L’étrange parade » de Benjamin Lacombe

7ff8067a4a774efaae4094f03818b919.base_.image_

L’exposition « L’étrange parade » est une exposition qui évolue et qui suit le travail d’illustrateur de Benjamin Lacombe. Elle se compose de 50 œuvres originales encadrées, dont beaucoup n’avaient encore jamais été exposées. La plupart sont extraites d’albums pour la jeunesse, d’affiches, de couvertures de romans extraites de ses ouvrages phares (Les contes macabres, Notre Dame de Paris, Blanche-Neige, Madame Butterfly, Les Amants Papillons, Ondine, Les Super-héros détestent les artichauts, Destins de Chiens, Facéties de Chats, Alice, le Magicien d’Oz, Frida).

J’ai eu l’occasion de découvrir cette exposition lors du salon Haut les Contes à Saint Laurent Blangy, et de rencontrer Benjamin Lacombe. J’ai pu discuter avec lui, avoir des conseils, une dédicace et une superbe illustration. C’est quelqu’un que j’admire beaucoup, et dont je suis son travail depuis le début. J’étais donc intimidée par cet échange, et aussi super excitée ! C’était un super moment, et j’ai déjà hâte de le rencontrer à nouveau, mais aussi de découvrir son nouvel ouvrage dont il est si fière.

Concernant l’exposition, elle était affichée sur les murs de la médiathèque. Je vous en dévoile un petit extrait !

img_20191005_145057.jpgIMG_20191005_145121img_20191005_145139.jpgIMG_20191005_145252img_20191005_145320-e1571242380449.jpgIMG_20191005_145337img_20191005_145401.jpgimg_20191005_145427.jpgIMG_20191005_145443IMG_20191005_145515img_20191005_161725.jpgimg_20191005_164939.jpg

J’ai adoré redécouvrir et découvrir ces belles illustrations, mais ce que j’ai surtout apprécié, c’est de voir les travaux préparatoires, comme sur l’avant dernière image. Une belle exposition à découvrir.

Ces expositions sont disponibles à la location, et ils en existent d’autres. Si vous en voyez une proche de chez vous, n’hésitez pas, foncez !

 


Mes livres de Benjamin Lacombe:

Ondine de Benjamin Lacombe

La petite sorcière de Benjamin Lacombe et Sébastien Perez

Les amants papillons de Benjamin Lacombe

Il était une fois… de Benjamin Lacombe

Grimoire de sorcières de Benjamin Lacombe et Sébastien Perez

Blanche Neige de Benjamin Lacombe, Jacob Grimm et Wilhelm Grimm

Madame Butterfly de Benjamin Lacombe

Le carnet rouge de Agata Kawa et Benjamin Lacombe

Cerise Griotte de Benjamin Lacombe

 

Sorties culturelles

Château d’Antoing

Château d'Antoing

Le Château d’Antoing est une demeure au style néogothique qui a une riche histoire s’étendant sur plusieurs siècles.

Son architecture originale vient de plusieurs modifications. D’abord une position fortifiée, le « trou d’Antoing » offrant une vue imprenable de Tournai à Mons, il devient au un domaine exclusivement ecclésiastique, abritant des moines de sexe féminin. A la fin du Xe siècle, un chapitre de 14 chanoines leur succède. Ensuite, le Comte de Flandre y installe un homme d’armes pour surveiller le passage du fleuve et au fil des siècles, cet homme devint chevalier, baron et finalement prince. N’ayant point de descendance mâle, le domaine passe à la riche famille de Melun qui va y réaliser d’importants travaux. C’est au milieu du XVIème siècle, qu’une haute tour en briques surmontée d’une échauguette et un manoir de style renaissance hispano-flamand apparaissent, une partie des remparts est aussi détruite. Les troubles politiques et religieux font que le château passe de la famille de Melun à la famille des princes de Ligne, les actuels propriétaires. Au XIX° siècle, Eugène de Ligne décide de rénover le château. Il est redessiné dans le style néo-gothique par le célèbre architecte français Viollet-le-Duc, qui lui donne son petit charme de conte de fée.

IMG_20190908_164253

Toujours habité, le manoir ne se visite pas, mais on peut avoir une visite guidée pour découvrir la muraille d’enceinte et le bolwerk; le musée lapidaire avec les gisants et orants des d’Antoing, de Melun et de Ligne; et le donjon avec l’oubliette, la salle des chevaliers et la chambre du seigneur.

DSC04190

DSC04192

IMG_20190908_164944Château d'Antoing

IMG_20190908_161617IMG_20190908_162158

IMG_20190908_163959

Durant ses siècles, le site a accueilli de grand hommes comme Philippe le Bon, Charles le Téméraire, Maximilien d’Autriche et l’étudiant Charles de Gaulle, lors de l’année scolaire 1907-1908.

 

Et avec un château de cet âge, vous devez bien vous douter qu’il y a une petite légende !!!

La légende du château
Comme bien d’autres, ce château aurait son revenant. Son histoire est la suivante : un jour durant le Moyen Age, la forteresse fut attaquée. Elle fut prise et totalement détruite. Le baron d’Antoing, dont le nom n’est pas parvenu jusqu’à nous, périt au sein des ruines fumantes. Son ombre hanta le château rebâti. La légende raconte que pour le voir il faut monter dans la grosse tour sur le coup de minuit. Au deuxième étage se trouve une petite chambre avec un miroir (véridique), et si l’on se regarde dans celui-ci, alors nous apparaîtra une ombre. L’ombre d’un chevalier armé de pied en cap. Après quelques instants, celui-ci s’enfuira dans l’escalier en faisant entendre ses plaintes. Ce sont des soupirs sans fin, l’éternelle complainte du revenant, le fantôme du vieux baron.

Sorties culturelles

Escapade en Haute Savoie

chamonix

Il y a tout juste un mois j’avais une magnifique vue sur le Mont Blanc en me levant le matin. ça ne fait pas rêver, ça !? (D’autant plus que maintenant j’ai le droit à des immeubles… Enfin)

Je profite donc de cet article pour vous faire découvrir ma petite escapade en Haute Savoie, à la découverte de sites clés !

J’ai toujours connue la montagne enneigée, c’était la tradition à Noel d’y passer les vacances, quand j’étais enfant. Avec bien sûr au programme beaucoup de ski ! C’était donc ma toute première fois, que je découvrais la montagne en été, et je ne suis pas du tout déçue. Je n’attend même que ça d’y retourner, et de marcher encore et encore, à la découverte de ses beaux paysages, et de cette ambiance qu’on y trouve.

 

Au programme de ces 5 jours d’escapade:

 

Aiguille du midi

IMG_20190805_141401IMG_20190805_144707DSC03901DSC03920

Pour accéder à l’aiguille du midi, j’ai profité d’un sentier menant au plan de l’aiguille. Le chemin est juste magnifique, mais qu’est ce que ça grimpe. Vive les courbatures après !!! J’ai ensuite pu prendre le téléphérique, jusque l’aiguille. Glagla, on passe quand même de 30 degrés à 2 degrés. Mode petit glaçon activé. Heureusement que j’avais prévu des vêtements chauds. On comprend tout de suite les conseils qu’inscrivent les guides. Une fois arrivée, pleins d’activités s’offrent à nous, comme de nombreuses expositions. J’ai particulièrement apprécié celles sur l’alpinisme. J’ai pu en apprendre beaucoup, et les voir en plein action.

DSC03798DSC03825IMG_20190805_105031DSC03820DSC03809

 

Mer de glace

DSC03789

Deuxième grand site, la mer de glace à Montenvers, où à nouveau un sentier traversant la foret, et croissant le chemin du fameux train rouge à crémaillère, nous y amène. Cette visite m’a le plus marquée. C’est impressionnant de voir la fonte du glacier, et sa vitesse. On ne peut que se rendre compte à cette instant du réchauffement climatique qui fait très mal. D’ailleurs, un glacier entier qu’on pouvait voir à Montenvers, a disparu lors de la canicule de 2017….

DSC03927dsc03940.jpgDSC03941DSC03946DSC03947DSC03960

 

A LIRE !img_20190806_113240.jpgimg_20190806_113244.jpg

 

Servoz

DSC04028.JPG

Grande station, randonnée à Servoz pour découvrir ces sublimes cascades, sous la pluie. (C’est d’ailleurs très agréable de découvrir à ce moment, que son manteau n’est plus imperméable!!)

DSC04041DSC04057DSC04066DSC04071DSC04096

 

Les Houches

Nouvelle randonnée dans une autre station, où j’ai pu rencontrer des amis !

DSC04098DSC04099dsc04128.jpgDSC04125IMG_20190804_123230

 

Sorties culturelles

Château d’Attre et l’exposition « Impression de P’art Etre » au siècle des Lumières

953115_1

La château d’Attre est un sublime château du XVIIIème siècle implanté dans un parc de 17 hectares. Le château fut construit sur les fondations d’une ancienne forteresse médiévale, habité par la famille Franeau d’Hyon, Comtes de Gomegnies, chambellans à la Cour des Habsbourgs d’Autriche. Désirant une demeure plus moderne et dans le goût du temps, les propriétaires firent raser la forteresse et combler les douves en 1752.

Celle-ci a d’ailleurs servit de lieu de séjour à l’archiduchesse Marie-Christine d’Autriche (sœur de Marie-Antoinette) et à son mari, Albert de Saxe Teschen, gouverneurs des Pays-Bas. Leur chambre est toujours existante, et n’a jamais été utilisé depuis.

DSC03584

Ce château est un très beau témoignage de l’époque, vu que le mobilier et même les papiers peints sur les murs sont d’origine. De style Louis XV, le château est constitué d’un corps principal encadré de deux ailes. Il est constitué de deux niveaux en grès, pierre calcaire et briques enduites.

Le parc est constitué d’un jardin à l’anglaise et parc forestier, il abrite quelques monuments tels qu’une tour en ruine, un colombier du XVème siècle, un ermitage, la fameuse tour Vignou (dont tout une légende lui est liée), un chalet suisse, un pavillon des bains… ainsi que « le Rocher  » : un grotte artificielle réalisée pour l’archiduchesse pour ses partie de chasse. Construit de 1782 à 1788 avec des pierres, cette étonnante ‘folie’ qui a coûtait bien chère, mesure 24 mètres de haut nécessita le travail de 40 ouvriers. Quatre tunnels mènent le visiteur au cœur du rocher.

A noter aussi que la château a servit de décor pour les films des Visiteurs !

DSC03534DSC03574DSC03570DSC03539

Le château accueille actuellement l’exposition « Impression de P’art Etre » au siècle des Lumières, qui met en valeur des vêtements en papier du XVIIIème siècle. Ils sont d’ailleurs très impressionnants, vu que de loin on ne voit pas que c’est du papier. C’est seulement en s’approchant, qu’on voit que c’est chiffonné, et qu’on est devant une superbe création en papier.

La visite guidée du château est très intéressante, peut être un peu courte. Ma soif de curiosité n’a pas été totalement satisfaite! On visite que quelques ailes du château, vu que celui-ci est toujours habité. Et ce sont de pure merveilles, on ne s’est plus où regarder que ce soit les murs, le mobilier, et même les plafonds ! Par contre on a aucune info sur l’exposition, mais un guide très complet est là pour répondre à nos questions.

DSC03497DSC03501DSC03498DSC03499DSC03504DSC03521rpt

Sorties culturelles

La Côté d’Opale fête la mer à Boulogne sur Mer

rxggln59q3

Depuis plus de 10 ans, c’est devenu un rendez-vous régulier, tous les 2 ans à la mi-juillet, la Côte d’Opale fête la mer à Boulogne-sur-Mer. Durant 4 jours, la mer et le monde maritime sont à l’honneur. Un rassemblement de bateaux traditionnels, des sorties en mer à bord de voiliers du patrimoine, des navires ouverts à la visite, un village des savoir-faire et des traditions maritimes, un marché de la mer, des chants de marin, des dégustations de produits de la mer, des expositions et de nombreuses animations pour petits et grands figurent au programme de cet événement régional.

Lors de cet événement, j’ai pu découvrir de nombreux bateaux, mais surtout assisté à la parade, où l’étoile de Roy mené le défilé.

Mais commençant pas la présentation des superbes bateaux qui était présent

DSC03459

L’ÉTOILE DU ROY
Frégate 3 mâts – France

Ce trois-mâts carré est la réplique d’une frégate de 14 canons de 1745. Construit en 1997 pour un armement britannique, le navire est baptisé Grand Turk. En 2010, le navire devient français. Basé à St Malo, rebaptisé Etoile du Roy, la frégate corsaire participe à de nombreuses manifestations et tournages de films historiques.

Une vidée de son arrivée lors de la parade est disponible sur mon compte instagram.

DSC03473

L’IRIS
Harenguier de 1916

Ce harenguier est proche de ceux qui avaient Boulogne-sur-Mer pour port d’attache. C’est sa 4e participation à la Côte d’Opale Fête la Mer.

 

 

 

 

 

DSC03475

LE MARITE
Dernier Terre-neuvas français

Lancée en 1923, cette goélette pêche la morue sur les bancs de Terre-neuve. Achetée ensuite par un armateur danois, elle pratique la pêche et le cabotage jusqu’en 1969. A partir de 1977, le navire abandonné est redécouvert, restauré et transformé en voilier de croisière par un groupe de jeunes Suédois. En 2003, Marité rentre en France, acheté par un GIP constitué de plusieurs collectivités locales normandes. A partir de 2006, le navire subit une restauration complète qui se termine à l’été 2012.

 

 

 

DSC03476

PELICAN OF LONDON
3 mâts – Royaume-Uni

Construit en 1948 aux chantiers Augustin Normand du Havre, le navire, baptisé Pelican, est un chalutier conçu pour la pêche en Arctique. Sous différents pavillons, il est utilisé à la pêche jusqu’en 1995. Racheté par l’association britannique Adventure Under Sail, il est transformé en voilier-école, doté d’un gréement hybride mêlant voiles carrées et voiles latines. Rebaptisé Pelican of London, le voilier reprend la mer en 2007. Il accueille désormais de jeunes stagiaires pour les former à la navigation à la voile.

 

DSC03478

L’ÉTOILE DU MOLÈNE
Dundee thonier – France

Sortie en mer du vendredi au dimanche

Ce thonier construit en 1954 a longtemps navigué dans le golfe de Gascogne et en Irlande. Entièrement restauré au début des années 1990, il participe à la Route du Rhum 1994. Il est aujourd’hui l’un des plus célèbres voiliers traditionnels français.

LE TARA
Navire scientifique

Visite samedi et dimanche Quai Gambetta

Originellement nommé Antarctica de 1989 à 1996, puis Seamaster, le Tara est un voilier français destiné à la recherche scientifique et à la défense de l’environnement. Dans le cadre de l’année polaire internationale 2007-2008, ce voilier de type goélette a été utilisé en Arctique par l’expédition Tara Arctic dans le but de faire des relevés permettant de mieux comprendre les changements climatiques qui s’y opèrent.

 

Mais aussi le patrouilleur des douanes, la vedette des affaires maritimes, le bateau de la gendarmerie et des sauveteurs en mer, et l’hélicoptère de la Marine Nationale.

Ce fut un bel événement où de nombreuses animations étaient présentes, notamment lors de la parade avec un défilé Napoléonien. Les figurants se sont bien sûr tous retrouvés sur l’Etoile du Roy, pour tirer quelques coups de fusils qui nous on bien fait sursauté !

DSC03481

01020304

 

Sorties culturelles

Exposition Chevaliers et Nobles Dames au Château d’Hardelot

56215529_2145946068773948_7761513929783640064_n

Du 9 mars au 2 juin 2019, l’exposition présente des exemples d’habillement seigneurial de 1380 à 1490. Elle comprend à la fois des tenues civiles et des pièces d’équipement militaire. Il y a également de vêtements populaires et bourgeois, ce qui nous montre la diversité sociale de l’époque.

Le vêtement est dès lors un marqueur social très fort : couleurs, ampleurs, matières indiquent dès le premier regard le statut des individus. L’accent est mis sur la transformation des silhouettes, que ce soit dans le vêtement ou les accessoires. A travers la présentation de ces tenues, sont aussi évoquées les caractéristiques et l’évolution des critères esthétiques de cette fin du Moyen Âge.

 

La lingerie

cofcof

Durant le Moyen Age, la propreté du corps dépend de la fréquentation des étuves. Hommes et femmes s’y rendent pour y prendre des bains de vapeur et s’y baigner. C’est également un lieu de détente. Autrefois, les hommes et les femmes pouvaient s’y baignaient ensemble, mais peu à peu les mentalités évoluent. Les seigneurs quant à eux ont leurs propres bains, qu’ils partagent avec leurs hôtes.

La chemise est le premier linge de corps portée par les hommes et les femmes. La tunique est plus ou moins longues, selon le sexe. Les hommes portent aussi des braies, sorte de caleçon.

Le lin est souvent utilisé pour les dessous, le blanc est symbole de propreté et de pureté.

La superposition de vêtement est courante. Pour une femme, il s’agit d’une cotte, quant au homme, il s’agit d’une chausse à plein fond et d’un doublet, sorte de gilet à manche et lacé.

Les vêtements sont un véritable marqueur social, les matières choisies et la couleur indiquent le statut de la personne.

 

L’habillement

cof

mde

Durant la première moitié du XVe siècle, la houppelande est la robe portée pour les hommes et les femmes. C’est un vêtement long et couvrant, double et fourré.

La différenciation des sexes apparaît au XVIe siècle.

mdemdecof

La silhouette masculine est élargie aux épaules, et élancée aux jambes. Les chausses sont moulantes, et le pourpoint ou la jaquette rembourrée avec des manches bouffantes. Seul les hommes sages (savants, âges…) portent la robe.

La silhouette féminine présente un buste menuet un bas de robes épanoui, avec traînes et longues manches, signe de noblesse. La robe à ceinture, ou à tassel apparaît, avec un décolleté en V bordé de soie et de fourrure.

mdemdecof

La coiffe est aussi indispensable, signe de respectabilité et de statut social. En intérieur, on porte le cale, sorte de bonnet en lin blanc, à l’extérieur le chaperon en drap de laine ou étoffe plus fine.

Les femmes portent des coiffes simples, faites de toile de lin ou de chanvre drapée, ainsi que des chaperons. Les atours de tête, structures de fil de métal orné de tissus, pierreries et voile, sont réservés à la noblesse.

 

L’échoppe du tailleur

cof

Chaque client y choisi son tissu puis s’adresse a des artisans spécialisés: chaussetier pour les chausses, couturier ou tailleur pour les robes, pourpointier pour les pourpoints, doubletier pour les doublets.

 

Le chevalier

mdemdemde

Le plus souvent issu de la noblesse, il commence son apprentissage en tant que page dès 7 ans. Vers 20 ans, il est adoubé, reçoit ses armes et une armure des mains de son seigneur.

L’équipement de base est le gambison, sorte de grosse veste épaisse pour parer les chocs. Pour dessus, les plus roches mettent une longue cotte de mailles en métal entrelacés: le haubert. La tête est protégé par un heaume, soit un casque. Des plates, plaques d’aciers, sont aussi fixées sur les bras et jambes. Un grand bouclier complète l’équipement.

Au XIVe siècle, les plates sont intégrés aux armures pas des rivés, c’est l’apparition des armures de plates. Un surcot doublé de lamelles d’acier est aussi ajouté.