Bande dessinée, Littérature américaine (Etats-Unis), Livres

La fille maudite du capitaine pirate, tome 2 de Jeremy A. Bastian

Éditeur : La Cerise
Pages : 72 pages
Parution : 8 Septembre 2016
Tome : 02/04
Format: Album
Genre: Historique, Fantastique
Lien Amazon

 

L’histoire:

La Fille Maudite du Capitaine Pirate poursuit sa quête labyrinthique à la recherche de son père, un capitaine pirate des obscures mers d’Omerta, dont elle n’a jamais connu le nom ni le visage. Voici enfin le second volet de l’œuvre monumentale de Jeremy Bastian, sans équivalent dans la bande dessinée moderne. Empruntant aussi bien à Gustave Doré, Jerome Bosch ou Alfred Durer, les enluminures de Jeremy Bastian nous ouvrent les portes d’une constellation d’arrière-mondes imaginaires.

 

Mon avis:

Quel plaisir de retrouver la fille maudite du capitaine pirate, qui était en mauvaise posture à la fin du premier tome, dans sa quête pour retrouver son père.

Bien entendu, le récit reprend là où il s’était arrêté en mer d’Omerta. Grâce à ses amis, Poivre d’As, le perroquet, et Halek et Haftu, les espadons en cuirasse, la jeune fille est secourue et prête pour de nouvelles aventures et péripéties. Scènes d’action et passages rigolos se mêlent, comme lorsqu’un capitaine qui a visiblement bu trop de rhum, se trompent entre les mots gruyères et cuillères ou pires tartes, pires rattes et pirates. Le fou rire est garantie. Et aussi ces scènes de combat où même le texte change d’orientation pour devenir vertical ou autre.

La mise en page et les dessins m’avaient déjà des plus impressionnés dans la première partie. Et c’est toujours le cas aujourd’hui. On passe au temps de temps à lire l’intrigue, qu’à regarder les illustrations sublimes.

Petite précision, on passe quand même d’un ouvrage pour le premier tome de 124 pages avec trois chapitres, à un ouvrage de 55 pages avec un seul chapitre… Surprenant… Si c’est pour que l’auteur illustrateur soigne aussi bien ces tomes suivants, je dis oui ! Ils nous offrent un travail de précision, que l’on peut scruter encore et encore, et découvrir de nouveaux détails. Encore une fois, bravo l’artiste !

En tout cas, j’ai hâte de lire le tome 3 qui justement m’attend dans ma PAL.

Bande dessinée, Littérature française (France), Livres

Elizabeth II – God Save the Queen de Sophie Blitman, Tony Lourenço et Cynthia Thiéry

Éditeur : Petit à Petit
Pages : 128 pages
Parution : 1 Juin 2022
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Biographie
Lien Amazon

 

L’histoire:

À la lecture ce Docu-BD, retracez toute la vie de la reine la plus connue au monde, de sa naissance à son jubilé de platine, en passant par l’abdication de son oncle qui la propulsa héritière de la couronne, son mariage avec le prince Philip, le terrible décès de sa belle-fille Lady Di, ou encore sa relation particulière avec Nelson Mandela. Découvrez à travers des bandes dessinées captivantes et des pages documentaires pleines d’anecdotes le récit de vie d’une des femmes les plus influentes du monde, qui a tout de suite compris l’importance de son image.

 

Mon avis:

Sortie à l’occasion du jubilé de platine de la reine Elizabeth II, cet album alterne des pages de bande dessinée et des pages documentaires. Une décennie de parcourue, pour une jeune fille qui n’était à la base, pas destinée à monter sur le trône. De sa naissance à son anniversaire de règne en juin dernier, on retrace tous les évènements qui ont marqué sa vie: des conflits politiques aux problèmes familiaux.

A une grande dame qui a su marquer l’Histoire par son dévouement, son humour et sa prestance. A la grand-mère de l’Angleterre et du monde entier. Une légende. The Queen.

Construit de 16 chapitres, on fait la connaissance avec Elizabeth enfant, alors qu’elle joue avec son oncle George V, qu’elle surnomme « Grand-Père Angleterre » De nombreux moments touchants, nous sont ainsi dévoilés dans l’intrigue, et qui proviennent de nombreuses recherches et biographies sur la souveraine. Richement documenté, chaque chapitre est complété par une double page documentaire, illustré avec des photos d’archive. On passe un agréable moment à parcourir cet album entre un texte plus détente et un autre informatif. Mais je n’ai pas apprécié tous les dialogues de la bande dessinée. J’ai trouvé certains discours déplacés et cassants par rapport à l’atmosphère transmise au début et milieu d’ouvrage. Comme ils sont peu nombreux, cela n’a pas gâché ma lecture.

Divertissant et pédagogique, de nombreuses références sont présentes pour approfondir le sujet. Les illustrations à l’aquarelle sont très plaisantes et aussi bien réalisées. Une biographie très agréable à lire.

Bande dessinée, Littérature américaine (Etats-Unis), Livres

La fille maudite du capitaine pirate, tome 1 de Jeremy A. Bastian

Éditeur : La Cerise
Pages : 128 pages
Parution : 4 Avril 2014
Tome : 01/04
Format: Album
Genre: Historique, Fantastique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Port Elisabeth, Jamaïque, 1728. La Fille Maudite du Capitaine Pirate part à la recherche de son père disparu, l’un des redoutés flibustiers des mythiques mers d’Omerta. Cette héroïne intrépide nous entraîne rapidement dans des aventures marines et même sous-marines, à la rencontre de pirates tordus et teigneux, de créatures mythiques et autres fantasmagories se déployant comme des poupées russes.

Sorte d’Alice au pays des pirates, ce récit rempli d’humour est servi par un dessin incroyablement détaillé que l’on croirait tout droit sorti d’une gravure du XIXe.

 

Mon avis:

Cette bande dessinée nous emmène en Jamaïque au XVIIIème siècle, où le gouverneur de Port Elisabeth se promène avec sa fille Appollonia. En chemin, elle fait la rencontre d’une jeune femme qui se dit « pirate ». Marquée par son échange avec cette dernière, la grande réception organisée pour son anniversaire va être un fiasco. Le gouverneur envoie alors quelqu’un pour chasser la jeune femme, qui aurait manipuler selon-lui sa fille. C’est là que commence les aventures de la fille maudite du capitaine pirate…

L’univers des pirates m’a toujours fasciné et quelle magnifique découverte que cette trilogie. Un petit air de Pirates des Caraïbes peut en sortir au début avec le trio gouverneur, pirates et jeune femme rebelle. Il est facilement oublié, l’intrigue ayant son propre charme et ses propres mystères. Naviguant sur les mers légendaires et oniriques d’Omerta, la fille maudite du capitaine pirate va rencontrer un certain nombre de créatures fantastiques. En compagnie de son fidèle perroquet Poivre d’As, elle espère retrouver son père qu’elle ne connait point.

J’ai trouvé l’histoire complètement addictive. On ne peut qu’enchainer les pages de cette bande dessinée tellement notre héroïne est passionnante et intrigante. Comme elle, on espère qu’elle va trouver la réponse à sa question, et on se demande jusque où va l’emmener sa quête. Bien entendu, cartes aux trésors, combats, mutineries, épaves, caches secrètes… tout ce qu’on attend à retrouver avec des pirates sont présents. Avec en plus une touche de fantasy où des personnages imaginaires sont intégrés, digne d’un Tim Burton ou d’Alice aux pays des merveilles. Et que dire des illustrations tellement magnifiques, minutieuses, comprenant plein de détails et surprises. Dessinées entièrement au crayon noir, elles nous font voyager. Bravo à l’auteur et artiste Jeremy A. Bastian. J’ai tellement hâte de me procurer les prochains numéros pour découvrir la suite des péripéties.

La fille maudite du capitaine pirate, tome 1 de Jeremy A. Bastian

D’autres extraits illustrés à découvrir sur mon compte Instagram !

Bande dessinée, Littérature française (France), Livres

Miss Shaolin, tome 1 : Premier tournoi de Isabelle Bottier, Cyril Kravtchenko et Tozzi Licinia

Miss Shaolin, tome 1 : Premier tournoi de Isabelle Bottier et Tozzi Licinia

Éditeur : Jungle
Pages : 47 pages
Parution : 16 Juin 2022
Tome : 01/??
Format: Album
Genre: Jeunesse
Lien Amazon

 

L’histoire:

Bo pratique les arts martiaux depuis sa plus tendre enfance.
Son enseignement, elle le tient de son grand-père qui a été instructeur au temple Shaolin.
Un jour, un groupe de cinq garçons la défie pour vérifier ses aptitudes au combat : elle les met tous K.O. Alex, qui a assisté à la scène, veut aussitôt suivre ses pas.
Bo accepte de l’entrainer pour le tournoi inter-collège des arts martiaux.
Entre tradition et modernité, une préparation inattendue s’engage alors… vers la victoire ?

 

Mon avis:

Bo est une jeune collégienne qui vit chez son grand père. Ancien instructeur au temple Shaolin, il a appris à sa petite fille les secrets des arts martiaux. Un jour, elle fait face à une injustice et elle ne peut qu’intervenir. Un geste qui ne restera pas sans conséquence…

Cette bande dessiné m’a attirée par ses illustrations, mais surtout par son univers original. Bo a un sacré caractère, et elle ne compte pas se laisser faire. Lors d’une bagarre, elle prend la défense d’un ami et elle ne passe pas inaperçue. Mais la popularité et les réseaux sociaux n’ont jamais intéressée la jeune fille, qui souhaite pratiquer son art sereinement. Son action sera filmée à son insu et entrainera bien des curiosités.

J’ai apprécié faire la connaissance de Bo, son grand-père et son ami Alex. Un premier tome qui dévoile assez peu d’information sur nos personnages. On ressent tout de même un attachement pour eux. Les illustrations sont très belles comme la colorimétrie. J’ai particulièrement aimé les scènes du tournoi qui font très authentiques. Curieuse de connaitre la suite. Plein de questions restent en suspens.

Bande dessinée, Littérature française (France), Livres

Astra Saga, tome 1 : L’Or des Dieux de Philippe Ogaki

Éditeur : Delcourt
Pages :  56 pages
Parution : 22 Septembre 2021
Tome : 01/??
Format: Album
Genre: Science-Fiction
Lien Amazon

 

Résumé:

Un cargo spatial traverse l’espace profond. A son bord une cargaison des plus précieuses qui ne doit surtout pas tomber entre de mauvaises mains car les forces politiques qui régissent la galaxie pourraient changer drastiquement de camps et ainsi le cours de l’histoire. Une escouade de soldats dragons mandatée par l’empire aborde le cargo et perce sa coque épaisse en quête de l’Or Sacré.

 

Mon avis:

Ce premier tome nous plonge directement dans l’action, au milieu d’un combat. Grâce au flash back, on comprend au fur et à mesure ce qui est en train de se passer.

Les graphismes sont sublimes et c’est ce qui m’a attiré avec cette bande dessiné. Je me suis d’ailleurs plusieurs fois arrêtée dans ma lecture pour admirer les illustrations qui sont très détaillées et précises. Un travail bluffant a été réalisé pour notre plus grand plaisir

Pour l’histoire, il est vrai qu’il faut s’accrocher et surtout bien lire les dates pour se repérer. On peut vite se sentir perdu dans l’intrigue. D’autant plus qu’un univers complexe se dévoile devant nous et promet beaucoup pour la suite des aventures.

En bref, un tome introductif intéressant, mais c’est surtout les graphismes qui m’ont subjugué !

Bande dessinée, Littérature française (France), Livres

Magic, tome 1 : La fillette aux cheveux violets de Lylian et Audrey Molinatti

Magic, tome 1 : La fillette aux cheveux violets de Lylian et Audrey Molinatti

Éditeur : Dargaud
Pages : 49 pages
Parution : 20 Août 2021
Tome : 01/??
Format: Album
Genre: Jeunesse
Lien Amazon

.

L’histoire:

Evelÿne est une fillette turbulente aux cheveux violets. Abandonnée à la naissance, elle a été élevée par des sœurs dans un couvent. Et du haut de ses 7 ans, on peut dire qu’elle leur mène la vie dure ! Chaque jour, elle fait les quatre cent coups aux côtés de Benedict, le chat adopté en même temps qu’elle. Finalement, rien de vraiment anormal pour une enfant. À un détail près : elle fait également parler les statues et voit des fantômes !
Cette particularité rend son éducation plus compliquée, d’autant qu’Evelÿne ne maitrise pas encore ses pouvoirs. Les sœurs décident alors de la confier, ainsi que Benedict, au mystérieux Neil Farfadet, un chapelier londonien qui aidera la fillette à découvrir qui elle est vraiment.

.

Mon avis:

Abandonnée pour suspicion de sorcellerie, Evelÿne est élevée par des religieuses dans un couvent. Avec son chat Benedict, la petite fille à l’énergie débordante ne va pas tarder à découvrir l’étendue de ses pouvoirs qui sont quelque peu incontrôlables ! 

Ce premier tome introduit l’histoire de cette petite chipie dans le Londres du XIXème siècle. Au fur et à mesure, elle découvre l’ampleur de ses pouvoirs : elle peut voir les fantômes, parler avec son chat et faire parler les statues. Prises aux dépourvues, les sœurs la confient à Neil Farfadet, un chapelier, afin de l’aider à comprendre ses pouvoirs. Elle pourra ainsi devenir une grande sorcière. 

Une entrée en matière qui laisse entrevoir de belles perspectives pour la suite. Des thèmes intéressants commencent à apparaitre, même si ce tome de présentation de l’univers n’a pas eu le temps de les développer. Les planches sont superbes et hautes en couleur. Une originalité s’en dégage et ça m’a agréablement surprise. En bref, une bande dessinée intrigante qui donne envie d’aller plus loin dans l’aventure.

 

 

Bande dessinée, Littérature française (France), Livres

D’un Renoir à l’autre de Jak Lemonnier et Eddy Simon

D'un Renoir à l'autre de Jak Lemonnier et Eddy Simon

Éditeur : 21 g
Pages : 128 pages
Parution : 24 Aout 2018
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Biographie
Lien Amazon

.

L’histoire:

Chez les Renoir, l’art est une affaire de famille !
La voie est tracée par Pierre-Auguste, peintre à l’origine du mouvement impressionniste avec Monet, Cézanne, Degas… , et se poursuit avec Jean, cinéaste poétique avant-gardiste. Un des maîtres incontestés de la peinture moderne française du XIXe siècle a donné naissance à l’un des plus grands réalisateurs du XXe siècle. Des tableaux du père aux films du fils, la filiation artistique révèle une même quête, un même idéal, une même source d’inspiration : une ode à la liberté qui se nourrit d’une profonde humanité et de l’amour du vrai.

..

Mon avis:

Ce livre se concentre sur le parcours de deux grands artistes père et fils : Pierre-Auguste Renoir, grand peintre et créateur du mouvement impressionniste; et Jean Renoir, un réalisateur majeur du XXe siècle. Divisé en plusieurs parties, on suit leur parcours de manière non chronologique, mais plus pour mettre en lumière comment l’art et la vision de l’un, ont influencés sur l’autre.

Cela a été un grand plaisir de découvrir cet ouvrage. Même si la construction peut surprendre au début, on comprend vite pourquoi le choix a été fait. Ici ce n’est pas d’un artiste que l’on parle, mais de deux, et aussi et surtout de leur regard très proche sur leurs travaux. J’ai grandement appris sur Pierre Auguste, et aussi sur Jean que je connaissais moins bien. Leurs arts ont beaux êtres différents, on reconnait bien leurs valeurs de liberté et leurs touches personnelles et familiales. Les films de Jean sont par exemple largement inspirés des toiles de son père.

L’intrigue est très bien documentée, j’ai particulièrement aimé les notes qui nous permettent de nous recentrer sur le contexte historique: des censures imposés par Napoléon III à leur assouplissement; de la révolution de certains élèves des Beaux Arts contre les codes, qui amène un regroupement puis au mouvement des impressionnistes; ainsi que l’arrivée de la première guerre mondiale et de la seconde, et de cette constante recherche de liberté importante pour le père comme le fils.

Les illustrations sont toutes aussi envoutantes que le texte. Toutes en sensibilités, on ressent parfaitement le lien intimiste et artistique entre les deux hommes.

Un très beau livre biographique sur deux grands artistes dont la passion pour l’image les a réuni. Une bien belle découverte.

 

note 4,5 étoiles

 

Bande dessinée, Littérature française (France), Livres

Le rendez-vous d’onze heures de André Houot

Le rendez-vous d'onze heures de André Houot

Éditeur : du Long Bec
Pages : 72 pages
Parution : 22 Janvier 2016
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Biographie

Lien Amazon

.

L’histoire:

Suisse, fin décembre 1877. Au crépuscule de sa vie, le peintre Gustave Courbet rencontre un mystérieux visiteur… S’en suit une discussion dans laquelle le peintre va revivre tous les épisodes de sa vie mouvementée, depuis les bords de la Loue près d’Ornans jusqu’à son séjour en Suisse, en passant par le Paris de la Commune. Sous le trait unique d’André Houot, Courbet prend vie et nous le suivons tout au long de ses engagements artistiques et politiques, et partageons son intimité. La première édition comportera un supplément autour des lieux qui ont inspiré le peintre.

.

Mon avis:

Cette biographie en bande dessinée de Gustave Courbet est scénarisée et dessinée par André Houot. On revient sur le parcours de cet grand artiste, connu aussi pour être un homme à scandales.

Né en 1819 à Ornans, dans une petite commune du Doubs, nous le suivons dès son plus jeune âge. Des parties de pêche à la truite ou aux écrevisses dans la Loue ou le Lison, en passant par son ascension et sa réussite à Paris, jusqu’à son exil et sa mort en Suisse, sa vie nous est contée avec beaucoup de justesse. Un seul tome, c’est certes court pour raconter le parcours d’une vie.  Mais j’ai envie de dire, on s’y attend quand on voit le format choisi et surtout le nombre de pages. Certains passages sont ainsi vite traités et sans transitions. Nous avons tout de même le droit à de nombreuses références et notes dans l’ouvrage.

Du côté des illustrations, c’est fait avec beaucoup de goût et de précision. On est rapidement séduit par la beauté des paysages franc-comtois et parisiens, et de la précision des reconstitutions historiques.

Une belle réussite et un bon moment de lecture.

note 4 étoiles