Le clan Murray, tome 1 : La promesse des highlands de Hannah Howell

couv28865510

 

L’histoire:

Saura-t-elle gagner le coeur de son amour d’enfance ?
Alors qu’elle n’est encore qu’une fillette, Elspeth Murray sauve la vie d’un chevalier, Cormac Armstrong. Sans le savoir, ce dernier ravit son coeur à jamais. Bien des années plus tard, c’est le même homme qui va la tirer des griffes d’un prétendant indésirable. La petite fille est devenue une jeune guérisseuse d’une beauté à couper le souffle. Hélas, Cormac est déjà promis à la cruelle et perfide Isabel Douglas. Elspeth va devoir se battre  pour conquérir l’homme qu’elle aime et elle n’envisage pas une seule seconde de perdre.

 

Mon avis:

Je profite d’une relecture de ce livre pour vous en donner mon avis. L’avantage de déménager, c’est de retomber sur des anciens coups de cœur, qui nous tendent les bras pour retomber dans leur univers !

Retournons à notre ouvrage. Ici nous faisons la connaissance d’Elspeth Murray et Cormac Armstrong. Elle est encore une enfant, et lui un adolescent lors de leur première rencontre. Âgée de neuf ans, Elspeth trouve Cormac blessé sur les terres de sa famille. Ce dernier lui demande de fuir et de ne pas l’aider, pour lui éviter des ennuis. En effet Cormac est pourchassé, et on souhaite sa mort. Déjà très têtue, elle décide de le soigner. Comme sa mère, Elspeth a des dons de guérisseuse et sait ressentir les sentiments des gens qui l’entourent. Elle a tout de suite confiance en ce jeune homme, et sait qu’il lui dit la vérité. Après un séjour auprès du clan Murray, il finit par se remettre de ses blessures, et par partir. Elspeth le gardera toujours dans son cœur.

Et c’est justement dix ans après leur première rencontre qu’elle retrouve cet homme qui hante ses rêves. Alors qu’elle vient de se faire enlever, c’est Cormac qui vient à son secours. Ils s’enfuient ensemble, et c’est le début de leur aventure. Elspeth est toujours amoureuse de lui, et elle compte bien le faire succomber à son charme par tous les moyens. Mais celui-ci, est déjà promis à une femme depuis plus de dix ans, Isabel Douglas. Même si elle est dépeinte comme une grâce qui a eu 4 maris et qui sont tous morts, il n’en croit pas un mot. Il compte honorer sa promesse, c’est une question d’honneur pour lui.

J’ai tout de suite été attachée au personnage d’Elspeth. Disons que je me suis reconnue en elle. Son côté empathique, à soigner et à recueillir tous les nécessiteux, j’étais comme elle petite. En plus de ça, Elspeth est aussi quelqu’un de débrouillarde, courageuse et intelligente. Elle n’a pas peur de dire ce qu’elle pense.

Concernant Cormac, on apprend à le connaitre au fil des pages. Il est têtu, et ne veut pas reconnaître ce qu’on lui dit. Des fois, on a envie de le secouer pour ça. Quand on découvre son passé familial, on comprend pourquoi il est si borné et pourquoi il tient à cette promesse d’adolescent. Mais c’est aussi quelqu’un au grand cœur, et sur qui on peut compter.

J’ai aimé dans cette histoire, que ce soit Elspeth qui tienne les reines. Leur aventure m’aura bien fait sourire. Une mention spéciale à Bouillasse, un chat qui a un grand rôle à jouer ! Il m’a fait clairement craqué. Le clan Murray est aussi très attachant tout comme les parents d’Elspeth. J’ai hâte d’en découvrir plus sur cette famille.

Une fiancée à tout prix de Stephanie Laurens

couv37655080

L’histoire:

Lorsque sa sœur cadette la presse de se trouver un fiancé, Henrietta est dubitative. L’idée du mariage lui paraît surfaite, et pour cause : elle s’est fait une spécialité de fournir aux jeunes femmes des renseignements sur leurs futurs époux, afin qu’elles ne déchantent pas après leurs noces. Ce rôle, qui lui vaut le surnom de « démarieuse », elle le tient à la perfection ! Même quand elle a la délicate mission d’ouvrir les yeux de son amie Melinda sur le trop séduisant James Glossup, qui ne veut l’épouser que par intérêt. Ce que Henrietta n’avait pas prévu, pourtant, c’est que le prétendant éconduit se retourne contre elle et la menace… à moins qu’elle ne l’aide à retrouver au plus vite une fiancée.

 

Mon avis:

Une fiancée à tout prix, est le premier roman de Stephanie Laurens que je lis, et c’est une belle surprise. Dès les premières pages, nous faisons la rencontre de Henrietta, une « vieille fille » de presque trente ans qui n’est toujours pas mariée, à la grande tristesse de sa petite sœur Mary. D’autant plus qu’une tradition de la famille Cynster veut que Henrietta se marie, pour qu’ainsi Mary est aussi son mariage d’amour, grâce à un fameux collier. Mais comment cette jeune femme, peut trouver un époux, alors qu’on la surnomme la « démarieuse » !? En effet Henrietta est connue pour conseiller les jeunes femmes sur leurs prétendants et découvrir si leurs intentions sont honorables ou pas. C’est ainsi qu’elle va faire la rencontre de James Glossup, qui est un ami de son frère, et dont elle vient juste de conseiller à son amie Melinda de ne pas l’épouser. James vient donc la voir, pour lui expliquer sa situation et elle lui propose ainsi son aide pour trouver une épouse. James doit impérativement épouser une jeune femme avant le 1er juin afin de toucher l’héritage de sa tante. Et il lui reste peu de temps.

J’ai vraiment apprécié ce duo Henrietta / James. Je les ai tout de suite trouvé très touchant. Leur histoire est pour le moins originale, et a réussit à me captiver. On passe ainsi de bons moment à courir les bals, à rencontrer les familles nobles londoniennes du 19ème siècle. Heureusement tout de même qu’un peu de suspense arrive en deuxième partie du roman, vu que je me serais ennuyée. Ce tournant dans l’histoire m’a tout de même quelque peu surprise, mais m’a permit de rester accroché à ma lecture.

Le tome 2 attend dans ma PAL, et je viens bientôt m’y plonger pour en découvrir plus sur Mary, la petite sœur d’Henrietta.

The vanishing girl, tome 2 : The decaying empire de Laura Thalassa

couv54088746

L’histoire:

Entraînée au métier d’espionne par le gouvernement américain qui utilise sa faculté à se téléporter pour mener des missions à haut risque, Ember Pierce se réveille dans un hôpital de Los Angeles. Elle ne se souvient que de l’essentiel : elle a été piégée et sa dernière mission aurait dû lui coûter la vie.
Utilisant ses facultés de téléportation, elle réapparaît dans la chambre de Caden Hawthorne qui a passé ces dix derniers mois à la croire morte. La jeune femme fantomatique qu’il voit ne ressemble plus à celle de ses souvenirs : ses cheveux sont plus longs, sa peau est plus pâle et son regard est hanté. Lorsqu’Ember lui révèle qu’une personne de confiance l’a trahie, une seule échappatoire s’offre désormais à eux. Sans savoir qui est leur ami et qui est leur ennemi, Ember et Caden se lancent dans la mission la plus périlleuse de leur vie : rester ensemble et survivre.

 

Mon avis:

Je tiens à remercier NetGalley et AmazonCrossing de m’avoir permis de découvrir ce deuxième tome.

Après la fin tendue du premier tome à cause d’une mission qui ne se déroule pas comme prévue, dû notamment à une trahison, on ne peut que se précipiter sur ce tome. On retrouve Ember, dix mois plus tard qui se réveille du coma. Tout le monde la croyait morte, dont son partenaire Caden, qui a la surprise de la voir se téléporter dans sa chambre. Tous les deux ont bien changé. Ember découvre un corps qu’elle ne reconnait pas, balafré de grandes cicatrices et aminci. Elle se rappelle au fur et à mesure de ce qui s’est passé, et une certaine noirceur naît en elle. Caden, pour penser à autre chose qu’à la mort de celle qu’il aimait, a enchaîné les missions et les entraînements au risque de perdre la vie. Alors, quand ils se retrouvent enfin, ils sont d’autant plus motiver à s’enfuir ensemble.

L’univers de ce roman est différent du premier. On se sent perdu comme nos personnages principaux, à qui faire confiance, comment réussir à affronter et rependre le court d’une vie, et combien de temps va-t-elle durer… Beaucoup plus d’actions et d’émotions se succèdent au fil des pages. On stresse pour Ember et Caden qui sont dans une situation délicate, mais on rigole aussi comme dans le premier tome, de leurs joutes verbales. Ces petits moments relâchent la tension générale présente. L’écriture de l’auteur est toujours aussi addictive. On dévore littéralement les pages.

Malgré avoir passé encore un super moment avec ce roman, ce qui me fruste un peu, c’est que toutes les questions que l’on avait à la fin du premier tome, hé bien elles sont encore pratiquement toutes là. Comme les détails sur le projet Prométhée, où les secrets qui entourent Ember et Caden. Plus qu’à attendre le troisième tome, nommé The disappearing act, dont aucune date de sortie n’est encore connue, surement pour 2018. Hâte d’avoir les réponses à mes questions, et de découvrir ce qui va encore arriver à nos héros. Ont-ils bien trouver la liberté ? Il y a de gros doutes à la fin du roman… Dans quelle aventure ont ils bien pu tomber…

The vanishing girl, tome 1 de Laura Thalassa

couv20892378

L’histoire:

Chaque nuit, après s’être endormie, Ember Pierce disparaît. Elle peut alors se téléporter n’importe où: à l’étranger dans une ville inconnue ou dans la chambre d’un garçon qui la fait craquer. Après dix minutes, son temps écoulé, elle retourne dans son lit. C’est un secret qu’elle a réussi à conserver pendant ces cinq dernières années. Mais, maintenant, quelqu’un d’autre est au courant.
Une semaine après son dix-huitième anniversaire, un garçon superbe, Caden Hawthorne, la kidnappe et la livre au gouvernement avant de disparaître sous ses yeux. Ember comprend alors deux choses : elle n’est pas seule et les gens comme elle – les téléporteurs – sont utilisés comme une arme.
Expédiée dans un camp d’entraînement quasi militaire, Ember découvre qu’on lui a affecté Caden comme partenaire. Ils doivent désormais travailler main dans la main lors de missions de téléportation pour le gouvernement, toutes plus risquées les unes que les autres. Mais Ember compte retrouver sa liberté et elle se rapproche de Caden, qui semble détenir la clef qui la fera sortir de cette prison. Si elle parvient à rester en vie !

 

Mon avis:

Pour commencer, je tiens à remercier NetGalley de m’avoir fait découvrir cet ouvrage. Je vais dorénavant faire plus attention aux publications d’AmazonCrossing que je ne connaissais pas vraiment.

Je dirais que cette lecture est un coup de cœur. J’ai tout de suite était accrochée par l’histoire de Ember. On fait la connaissance de cette adolescente dès les premières pages. Elle parait comme une jeune fille de 18 ans, comme les autres. Elle va au lycée, a une meilleure amie… Dans son enfance, elle a connu plusieurs déménagements. Elle en comprend la raison, quand son quotidien est d’un seul coup chamboulé. Ember n’est pas comme les autres, chaque nuit elle se téléporte pendant 10 minutes depuis sa puberté. Alors que les fédéraux viennent l’enlever de chez elle, elle apprend que ses parents qui n’arrivaient pas à avoir d’enfants, se sont portés volontaires pour un programme gouvernemental. Emmenée de force dans un centre militaire, elle fait la connaissance de son partenaire désigné, Caden, qui est comme elle. Il peut lui aussi se téléporter, ainsi que d’autres membres de ce centre. Elle comprend très vite, qu’elle n’est qu’un pion dans ce programme, et qu’elle va devoir démêler le vrai du faux, si elle souhaite rester en vie et s’enfuir vivante.

J’ai tout de suite bien aimé le personnage d’Ember. On s’attache très vite à elle, et on se pose pleins de questions comme elle. L’intrigue est vraiment très bien ficelée. On arrive facilement à se mettre à sa place. C’est un véritable plaisir de tourner les pages, pour en découvrir plus sur ce projet, et découvrir l’entrainement qui lui font subir. Sa relation avec son partenaire, Caden est aussi intéressante. Au contraire d’Ember, Caden est dans le centre depuis sa puberté, abandonné par sa famille. Leur relation se construit au fur et à mesure. Ce jeune homme, dont son devoir est de protéger sa jeune partenaire, et aussi sensible. Il a été formé comme soldat pour le gouvernement depuis plus longtemps qu’elle, mais il garde tout de même l’esprit ouvert. Leur relation est dès le départ torride, et fait place à une attirance mutuelle.

Quand j’ai commencé à lire ce roman, je n’ai pu m’empêcher de penser à une série que j’aimais beaucoup adolescente, Dark Angel. L’héroïne, Max, a été elle aussi génétique modifiée afin de devenir un super soldat. L’histoire est tout de même ici différente. En tout cas, si vous cherchez une dystopie qui sort de l’ordinaire, je vous la conseille vivement. Pour ma part, je vais de ce pas me plonger dans le tome 2 !

La plus douce des victoires de Kristina Cook

la-plus-douce-des-victoires-9782290142400-3

L’histoire:

Il faut bien se marier un jour… Frederick Stoneham, baron de Worthington, est d’accord pour épouser lady Eleanor Ashton. La jeune fille, qu’il a brièvement rencontrée quelques années auparavant, est dépourvue de charme, mais qu’importe ! seule sa dot l’intéresse. Devenu l’époux de cette godiche, il pourra à son aise dilapider son argent et collectionner les maîtresses. Or la jeune fille, blessée par l’attitude humiliante qu’il a eue envers elle quatre ans plus tôt, refuse cette union. Léger détail, elle s’est métamorphosée en une déesse grecque ! Face à cette beauté qui lui tient tête, le débauché comprend qu’il va devoir batailler s’il veut remporter la plus douce des victoires…

 

Mon avis:

Voici une romance assez courte et toute en douceur avec quelques notes poétiques et mélodique.

Dès les premières pages on fait la connaissance de Frederick Stoneham, qui a dû passer son enfance en Irlande. De retour en Angleterre, son père a conclu pour lui un contrat de mariage avec une jeune fille qu’il avait déjà rencontré plus jeune, tout à fait passable dans son souvenir. Sauf que cette demoiselle a bien changé. Eleanor Ashton est devenue une vraie lady. Cela le dérange, vu qu’il n’est plus insensible à son charme, et qu’il souhaitait continuer sa vie de débauche.

De son côté, Eleanor Ashton, est très surprise que son père ait accepté ce contrat de mariage, vu la réputation de Frederick. Et ce qui la gêne encore plus, c’est qu’elle a eu des sentiments pour lui, et qu’il l’a horriblement blessée. Elle compte bien demander à son père de rompre ce contrat qui est tout bonnement inacceptable. En allant se confier à sa meilleure amie Selena Henley, elle se voit embarquer dans une aventure avec le mari de cette dernière, mais aussi son ami qui n’est nul autre que Frederik.

J’ai bien aimé le personnage de Frédéric. Derrière les rumeurs qui court à son propos, cet homme a le cœur bon. Au fil des pages, on apprend à le connaitre, et on s’attache à lui. Même si il a eu des maîtresses et un passé de joueur, il cache sa vraie nature.

Eleanor est aussi attachante. D’un tempérament jovial, que l’étiquette lui demande de contenir, elle a aussi peur de ses sentiments. C’est à un jeu de séduction va devoir se livrer ce jeune couple.

Des passages de poésies, et de musiques rendent de la douceur à leur histoire. Et les beaux paysages austiens sont aussi là pour nous charmer.

Le buveur d’encre de Eric Sanvoisin et Martin Matje – Edition dyslexique

9782092576434

L’histoire:

Le fils du libraire déteste les livres. Son passe-temps favori consiste à guetter les pickpockets, qu’il encourage en pensée à le débarrasser de ces objets encombrants et pleins de feuilles. Un jour, il surprend un curieux voleur qui, muni d’une paille, avale les mots d’un livre entier. Il s’agit d’un vampire qui boit l’encre des livres…

 

Mon avis:

Cette critique sera différente des autres. Je vais vous parler de l’histoire comme habituellement, mais aussi de la mise en forme du livre qui est spéciale. En effet celle-ci a été adaptée pour les enfants dyslexiques. Cela me tenait à cœur de voir ce que les éditeurs faisaient aujourd’hui pour aider les enfants. Moi-même plus jeune, j’étais dyslexique, mais aussi très têtue. A l’époque, seule une orthophoniste nous aidait. En tout cas, c’était mon cas. J’avais des difficultés, et j’ai ainsi dû redoubler mon CE2 n’arrivant toujours pas à lire correctement. Je disais plus haut que j’étais têtue, et je ne faisais donc pas beaucoup d’effort avec l’orthophoniste. J’ai accumulé les lacunes, et c’est en CM1 que la passion pour la lecture est arrivée avec Harry Potter. Le premier tome venait de sortir en poche, et ma sœur me l’avait offert. Vous devez comprendre que cette saga a une valeur sentimentale pour moi. Je me sentais seule face à mes multi échecs scolaire. Un peu comme Harry Potter rejeté par son oncle et sa tante, dans son placard à balais. Je me suis identifiée à ce personnage et j’ai réussi à trouver de la motivation pour être comme les autres, et réussir à lire. On me disait que je n’aurai pas mon brevet, que je n’arriverai à rien. Eh bien, mon brevet, je l’ai eu. J’ai même eu un bac général, et je suis diplômée d’un bac+3 aujourd’hui. Tout cela pour dire, que je suis heureuse de voir qu’on fait de plus en plus de chose pour aider ces enfants. Ce livre a été étudié, pour faciliter et donner envie à ces enfants, de réussir à lire et de devenir des lecteurs. La police, les interlignes, la longueur des phrases, la mise en valeur de certains termes, un code couleur, un papier différent… c’est grâce à toutes ces adaptations que la lecture est facilitée. Quel plaisir de lire ce livre. Sa lisibilité est vraiment améliorée, et les problèmes de compréhension sont anticipés avec des définitions. Je pense que ces livres en aideront beaucoup.

Concernant l’histoire de ce roman, je ne l’ai pas choisi par hasard ! Odilon est un petit garçon qui n’aime pas les livres, et il ne comprend pas la passion de son père, qu’il trouve même maladive. Mais Odilon est aussi un grand curieux. Alors quand des bizarreries arrivent dans la librairie de son père, il se doit d’enquêter pour en savoir plus sur ses mystères. Cette histoire est très plaisante à découvrir. Je n’ai pas eu trop de mal à entrer dans le personnage d’Odilon, car ma famille est passionnée de lecture. Le personnage d’Odilon est touchant. L’histoire est très bien amenée, et on sent la passion pour les livres de son auteur. Un coup de cœur pour cette histoire qui m’a fait craquer !

Scandaleux écossais, tome 1 : Un diable en kilt de Suzanne Enoch

couv64884873

L’histoire:

Ranulf MacLawry a un problème : sa sœur lady Rowena, vexée qu’il lui ait interdit d’assister à la Saison londonienne, s’est sauvée du château de Glengask pour filer à Londres par la malle-poste. Furieux, il débarque chez les Hanover où Winnie s’est réfugiée. Là, il s’oppose à l’effrontée lady Charlotte qui finit par le convaincre de prolonger le séjour de Winnie. Ranulf est donc obligé de côtoyer ces maudits Anglais. Lui, le colosse épris des grands espaces écossais, se trouve entraîné dans une succession de bals où il doit faire preuve d’un minimum d’urbanité. Mais le pire, c’est cette Charlotte qui n’a pas l’air de savoir qu’une femme doit rester à sa place et qui l’exaspère autant qu’elle l’émoustille.

 

Mon avis:

Rowena MacLawry vient de fêter ses 18 ans, et souhaite comme cadeau aller à Londres pour faire sa saison. Mais son frère aîné, refuse catégoriquement qu’elle y aille. Il a les anglais en horreur. Rowena ne compte pas se laisser faire et s’enfuit de Glengask, pour trouver refuge chez les Hanover. Cette famille était des amis de leur mère, anglaise. Ranulf finit par se rendre compte de la disparition de sa sœur, et se doute de sa destination. Il prend directement la direction de Londres, afin de ramener sa sœur manu militari chez eux, en Ecosse. Sauf que cette petite, a décidé de ne pas se laisser faire, et d’autant plus, elle a le soutien de la famille qui l’accueille.

C’est ainsi que Ranulf rencontre Charlotte, l’aînée des Hanover, qui n’est toujours pas mariée. Cette jeune femme de 25 ans, n’hésite pas à le remettre en place comme aucun homme de son clan n’oserait. Ils sont très vite intrigués l’un par l’autre, et autant dire que je n’ai pas cru en leur histoire. Peut-être est-ce à nouveau la première présentation du Highlander comme une grosse brute qui fait peur, et de la lady anglaise comme une simplette à sauver, qui me lasse. Mais c’est avant tout les complots qui existent en arrière-plan, qui m’ont fait continuer ma lecture. Comme assez souvent dans les Highlands, des guerres de clans existent. C’est à nouveau le cas, ici pour ce clan qui a subit divers désastres. Qui se donne autant de mal à nuire à Ranulf ? L’intrigue est bien menée, et m’a convaincue de poursuivre ma lecture. En plus des complots, les personnages secondaires sont intéressants, comme Arran, le frère de Ranulf, et sa sœur Rowena, dont chacun aura le droit à son roman dans cette saga.

Un bon petit moment de lecture, même si j’ai dû m’accrocher. Les livres suivants m’attendent justement dans ma PAL, et c’est avec hâte que j’ai envie d’en savoir plus sur Arran, le prochain héros du tome.

In My Mailbox #3 Braderie 100% BD

442056

In My Mailbox est un moyen de partager les livres reçus dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Rendez-vous animé par le blog Lire Ou Mourir.

 

Tout le week-end de la braderie de Lille, une vingtaine de bouquinistes et de libraires ont installés dans l’atrium du Palais des Beaux-Arts, leur stand d’ouvrages de bandes-dessinées à prix bradés et d’occasion. Curieux et amateurs du 9ème art ont pu rencontrer auteurs et illustrateurs lors de séances de dédicaces.

Voici ci dessous les ouvrages que je me suis offert ! En connaissez-vous certains?

 

couv19003599

Été 1947, Boulogne-Billancourt. Lors d’un bal typique de l’après-guerre, Edmond, jeune ouvrier chez Renault, rencontre Olympe, fille de politicien. Il ne se doute pas qu’elle va bouleverser sa vie. Passionnée d’alpinisme, la jeune femme n’a qu’un rêve : escalader le Mont-Blanc pour égaler la prouesse de son aïeule Henriette d’Angeville. Malgré son manque d’expérience, Edmond promet qu’il l’aidera à le réaliser. Seulement, le train-train quotidien et plusieurs drames vont petit à petit émousser leur détermination… Mais qu’importe, l’amour est plus fort que tout, dit-on. Et s’il est capable de déplacer des montagnes, il peut aussi aider à les gravir.

 

couv71083863

Les jeunes Iraniens rêvent-ils encore d’en finir avec le régime ? Comment se rencontrer dans cette société qui ne le permet jamais ? Comment flirter ? Comment choisir sa femme ou son mari ? Malgré la tradition, malgré le régime. Des journalistes ont interviewé clandestinement de jeunes Iraniens pour donner un éclairage politique et social. Comment échapper à la police pour vivre sa love story ?

 

Dans un petit village de France occupé par l’armée allemande, trois enfants refusent de se soumettre à l’ennemi. Mais comment s’opposer à un si puissant adversaire quand on n’a que treize ans ?

 

couv68223966

Suisse, fin décembre 1877. Au crépuscule de sa vie, le peintre Gustave Courbet rencontre un mystérieux visiteur… S’en suit une discussion dans laquelle le peintre va revivre tous les épisodes de sa vie mouvementée, depuis les bords de la Loue près d’Ornans jusqu’à son séjour en Suisse, en passant par le Paris de la Commune. Sous le trait unique d’André Houot, Courbet prend vie et nous le suivons tout au long de ses engagements artistiques et politiques, et partageons son intimité. La première édition comportera un supplément autour des lieux qui ont inspiré le peintre.

 

couv53979369

Monsieur Van Gogh n’a qu’un seul désir dans la vie, devenir un peintre de talent. Mais les avis des experts et (presque) confrères sont unanimes : il est totalement nul ! Un soir qu’il se trouve en Arles à la recherche de l’inspiration, il sauve la vie d’un chat orange… Et découvre que ce chat, qui s’appelle Vincent, est un peintre extraordinaire, mais aussi un coureur de jupons invétéré, un cambrioleur de haut vol, un fieffé menteur, bref, une véritable fripouille. Van Gogh le convainc très vite de lui apprendre à peindre, et un terrible destin se met alors en marche…

couv50026510

Serait-ce « l’inspiration, la volonté et la passion », qu’il partage avec Claude Monet, qui encouragea Salva Rubio à embrasser ce projet fou ? En 2002, alors étudiant en histoire de l’art, il découvrait, fasciné, l’itinéraire du « jeune rebelle » dans « Histoire de l’impressionnisme » de John Rewald. Quinze ans plus tard, le madrilène se paie le luxe de croquer, à sa manière, le maître de la lumière…

A l’ombre d’une lady de Julie Klassen

couv39326792

 

L’histoire:

Ne supportant plus les infidélités de sa femme, lord Mayfield décide d’emmener son épouse et sa dame de compagnie, Hannah Rogers, à la campagne. Mais lors du voyage, la voiture sombre dans un ravin, n’épargnant que deux personnes. Lorsque Hannah reprend conscience, tout le monde s’obstine à l’appeler lady Mayfield. Si la jeune femme ne se souvient de rien les premiers jours, elle recouvre peu à peu la mémoire et s’apprête à rétablir la vérité. Mais elle en est empêchée par lord Mayfield qui semble prendre un malin plaisir à jouer cette comédie. Et si la vie offrait à Hannah une chance de vivre enfin avec l’homme qu’elle a toujours admiré de loin… ?

 

Mon avis:

Petit tour au XIXème siècle en Angleterre avec Hannah Rogers. On fait sa connaissance à Bath, alors qu’elle retourne chez son ancienne employée, Lady Marianna Mayfield, où elle a été embauchée en tant que demoiselle de compagnie. Ayant quitté cet emploi sans demander l’argent qui lui était dû, elle vient le réclamer. Mais Marianna ne compte pas la laisser partir une nouvelle fois, et lui demande de l’accompagner pour son déménagement avec son mari, dans un lieu inconnu. Elle finit par accepter, mais le voyage ne se passe pas comme prévu. Lady et Lord Mayfield ainsi que Hannah sont victime d’un accident. Hannah finit par se réveiller à Clifton House, dans le Devon, amnésique et avec un bras cassé. Tout le monde l’appelle Lady Mayfield. On lui informe que son mari, Lord Mayfield est gravement blessé, et que la troisième personne qui les accompagné n’a surement pas survécu, étant emportée par la mer. Elle finit par reprendre conscience et réaliser qu’il y a un gros malentendu.

Au fil des pages, on découvre un peu plus qui est Hannah, grâce à ses morceaux de souvenir qui lui reviennent en tête. Elle est une jeune femme de confiance, et l’on comprend pourquoi c’est si dur pour elle de mentir. Et d’autant plus de se faire passer pour Marianna, une femme sans cœur.

Lord Malfield met du temps à se remettre de ses blessures. On le découvre qu’à la moitié du roman. Il est attachant, mais a peu confiance en lui. Il est honnête et un vrai gentleman.

De nombreux mystères entourent la vie de nos personnages, ce qui nous tient en haleine. Mais il existe pourtant certaines longueurs dans ce roman. Mais il faut tenir puisque la fin nous réserve des surprises, pour certaines que l’on peut deviner, et d’autres qui peuvent que nous surprendre. De nombreuses intrigues, et un triangle amoureux, vous attendent dans cet ouvrage. Je suis contente d’avoir tenu jusque bout ma lecture, puisque la fin m’a vraiment réconciliée avec les lenteurs, et les retours en arrière des fois mal amené.

Tu as promis que tu vivrais pour moi de Carène Ponte

cover110803-medium

L’histoire:

Quand on a trente ans, on n’est jamais préparé à perdre sa meilleure amie. C’est pourtant le drame que Molly doit affronter quand Marie est emportée par la maladie en quelques mois à peine. Juste avant de mourir, celle-ci demande à Molly de lui faire une promesse : vivre sa vie pleinement, pour elles deux. Elle y tient, alors Molly accepte.

Mais par où commencer ? Lâcher son travail de serveuse ? Rompre avec Germain, l’homme avec lequel elle vit ? Certes, il est comptable et porte des chaussons, mais il est gentil.

Lorsque Molly reçoit quelques jours après l’enterrement un mystérieux paquet contenant douze lettres de Marie, elle comprend que celle qui lui manque tant n’avait pas l’intention de se contenter de paroles en l’air et que son engagement va l’entraîner bien plus loin que ce qu’elle imaginait… 

 

Mon avis:

Merci à NetGalley et aux Editions Michel Lafon pour m’avoir fait découvrir cette pépite.

Au regard du résumé, on peut penser à un livre qui va nous donner un coup de cafard, détrompez-vous. Ce roman est émouvant et nous rend même heureux.

Nous faisons la connaissance de Molly qui s’apprête à vivre une dure épreuve avec la perte de sa meilleure amie, sa sœur de cœur, Marie. Elle lui fait faire une promesse, celle de vivre pleinement sa vie, et d’en profiter pour deux. 12 lettres scellent cet engagement, soit une lettre, ou plutôt un souhait par mois. Marie continue ainsi à accompagner Molly dans cette épreuve et l’aide à réaliser ses rêves.

Ce roman est très touchant et nous offre une belle leçon de vie. La plume de Carène Ponte est envoûtante. Les personnages sont captivants et réalistes. J’ai passé des bons moments à rigoler, à en avoir les larmes aux yeux ! Cette lecture me marquera c’est sûr.

 

Le retour des highlanders, tome 4 : Le Chef de Margaret Mallory

couv42058281

L’histoire:

Connor, le chef des MacDonald de Sleat, tient le destin de son peuple entre ses mains. Des clans rivaux complotent pour prendre possession de ses terres et le devoir lui dictera qui il combattra, en qui il mettra sa confiance … et même qui il épousera. En cherchant des conseils, Connor se tourne vers Ilysa, une jeune fille avec le don de voyance qui révèle un danger qui approche – et une passion qui brûle seulement pour lui. Mais le guerrier doit faire un mariage pour créer une alliance puissante et la lignée d’Ilysa est beaucoup trop modeste.
Avec ses pouvoirs pour guérir et voir le mal où d’autres ne le peuvent pas, la belle Ilysa s’habille simplement, parle doucement et aime son chef de loin. Pourtant quand Connor chauffe finalement les braises du désir qui ont si longtemps chauffés en elle, Ilysa ressent un bonheur comme elle n’en a jamais connu auparavent. Maintenant, comme il est obligé de placer le devoir avant son bonheur, Ilysa sens que Connor est en grand danger. Pourra-t-elle trouver une façon de prouver qu’elle est la femme qu’il a besoin à ses côtés?

 

Mon avis:

Nous terminons cette saga avec Connor, le chef du clan MacDonald, et avec Ilysa la sœur de Duncan. Forte et sensible, elle n’hésitera pas à déjouer les nombreux pièges destinés à Connor: mariages arrangés, gués-tapants, espions… Connor doit beaucoup à Ilysa, mais ne s’en rend pas compte. Elle est toujours là auprès de lui, pour le conseiller et l’aider. Amoureuse depuis toute petite de son chef, elle sait qu’elle ne peut l’avoir. Connor finit par être lui aussi tiraillé entre son désir et son devoir.

Au fil des livres, on aura vu Ilysa grandir. Cette jeune femme effacée et en retrait, n’est pas comme les autres, grâce à son don de voyance. Elle est d’un grand courage et sa naissance ne l’affecte pas, comme pour son frère Duncan. Elle sait s’imposer et dire les choses quand il le faut. Ce côté l’a rend impressionnante.

Connor est le chef du clan. Et ce n’est pas toujours facile pour lui de prendre des décisions. Il hésite, se pose beaucoup de questions. Il reste quelqu’un de très humble, touchant et attachant. Son amour pour Ilysa va naître au fur et à mesure des pages. Des fois, on a envie de le secouer pour qu’il se rende compte de la situation.

En bref, j’ai bien aimé cette saga qui m’a fait découvrir le genre. L’écriture est agréable et à travers le récit d’un personnage, l’intrigue continue toujours en parallèle. Le fait que l’on retrouve toujours nos personnages, et pouvoir continuer à suivre leurs parcours respectifs, est très intéressant. On retrouve ainsi nos précédents héros auxquels on s’est attachés. Pour ceux qui ont envie de se lancer, n’hésitez pas. Les critiques de la saga sont souvent élogieuses.

La splendeur de l’honneur de Julie Garwood

couv15470280

L’histoire:

Sous le règne de Guillaume II, fils du Conquérant, l’Angleterre est déchiré par les guerres perpétuelles que se livrent ses barons. Après une enfance recluse et solitaire, l’innocente Lady Madelyne est désormais à la merci des caprices de son cruel demi-frère, le baron Louddon. Jusqu’au jour où le terrible Duncan de Wexton, le Loup, attaque sa forteresse, la brûle et emporte avec lui Madelyne en guise de trophée.
Dès l’instant où leur regards se croisent, c’est une autre conquête qui commence. Bien plus tendre, bien plus acharnée.

 

Mon avis:

Dans cet ouvrage, on retrouve bien le style de Julie Garwood avec un héros fort et bourru, Duncan, ainsi qu’une héroïne courageuse, Madelyne.

Dès les premières lignes, nous sommes plongés directement dans l’action, au cœur du Moyen Age. Le Baron Duncan de Wexton, dit le loup, a été capturé par le Baron de Louddon. Lady Madelyne assiste à toute la scène, et compte bien aider le prisonnière de son demi-frère, du traitement que ce dernier lui prodigue. Mais Duncan a un plan, et à ce moment personne ne le soupçonne.

Madelyne est une jeune fille naïve et maladroite, mais au grand courage. Elle ne se rend pas compte du danger qu’elle court, et rend fou ses compagnons qu’ils la protègent.

Quant à Duncan, il ressemble aux héros highlander typique. Grand, beau, musclé, viril, têtu et protecteur, bref une grande brute au cœur tendre. Et j’y ai succombé !

Un livre coup de cœur, qui m’a fait redécouvrir la plume fidèle de Julie Garwood.