Classique, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Pamela : Ou la vertu recompensée de Samuel Richardson

Pamela : Ou la vertu recompensée de Samuel Richardson

Éditeur : 10/18
Pages : 480 pages
Parution : 7 Février 2019
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Classique, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

À la mort de sa maîtresse, Paméla, jeune domestique d’une grande beauté, doit subir et repousser les assauts de son nouveau maître, M.B…, pris d’une violente passion pour elle. Farouchement décidée à conserver sa vertu, la jeune fille va user de tous les subterfuges pour échapper aux séductions, menaces et manigances de M.B…, et le conduire à une extrémité inattendue.

Paméla fut l’un des succès les plus éclatants de la scène littéraire européenne du XVIIIe sc. Il a consacré Richardson, qui devint plus tard l’auteur préféré de Jane Austen, comme l’un des écrivains majeurs de l’histoire de la littérature anglaise. Roman sous forme de lettres et de journal, dont nous publions ici les deux premiers livres les plus célèbres, Paméla est non seulement une œuvre d’une finesse psychologique novatrice, mais aussi une étude incisive du pouvoir et de ses abus.

 

Mon avis:

Paméla Andrews est une jeune fille de 15 ans, issue d’un milieu modeste, qui a été prise en affection par une noble, dont elle est sa femme de chambre. Sa mort prématurée, met Pamela dans une situation compliquée lorsque le fils de sa bienfaitrice, Mr B., décide de lui faire des avances et de la séduire. Elle ne compte pas céder et souhaite être reconduite chez ses parents. Mais cela ne va pas être facile de faire entendre raison à ce gentlemen…

Roman classique épistolaire écrit au XVIIIe siècle, Samuel Richardson a inspiré de grands noms de la littérature, comme Diderot, Rousseau, les sœurs Brönte ou encore Jane Austen. Les nombreuses préfaces en début d’ouvrage en font part, ainsi que le retentissement qu’a eu ce roman à sa publication. Elles sont d’ailleurs très intéressantes et rédigées par plusieurs personnes.

J’ai surtout souhaité lire ce roman puisqu’il a inspiré la série historique italienne Elisa di Rivombrosa. Et je vous avouerais que la tâche n’a pas été facile ! Le style épistolaire est assez lourd et j’ai mis du temps pour m’y accrocher. La narration commence d’abord sous forme de lettres que l’héroïne échange avec ses parents, puis se poursuit sous forme de journal intime. On y découvre les conditions de vie au XVIIIe siècle, les relations entre les nobles et les domestiques et la place de la femme. Mr B. est d’abord décrit comme un homme mauvais qui utilise son pouvoir sur autrui à force de ruses et de chantages. Pamela, qui est très jeune au début du roman, fait tout de même très mature pour son âge et surtout pour l’époque. De nombreux passages font références à la religion. Notre héroïne est croyante pratiquante et loue souvent le seigneur dans ses écrits. D’autres passages sont quelques peu violents, ce qui ne facilite pas non plus la lecture. Mais finalement, ils sont aussi révélateurs de l’époque.

Au fil de notre lecture, on finit tout de même par comprendre pourquoi l’ouvrage a autant fait parler de lui. C’est une œuvre importante de la littérature européenne, que je suis contente d’avoir réussi à lire.

 

Petit retour sur la série télé

Si vous ne connaissez pas cette série italienne, découvrez ma chronique d’Elisa di Rivombrosa dont ce roman a inspiré la réalisatrice Cinzia Th Torrini.

Il existe 2 saisons, dont la première a été diffusée sur TF1 et une série dérivée.

Sur cette photo, on découvre Elisa alias Pamela dans le roman et sa bienfaitrice qui l’a prise à son service.

Album, Classique, Jeunesse, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Princesse Sara de Frances Hodgson Burnett et Nathalie Novi

Princesse Sara de Frances Hodgson Burnett et Nathalie Novi

Éditeur : Albin Michel Jeunesse
Pages : 96 pages
Parution : 3 Novembre 2021
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Jeunesse, Classique
Lien Amazon

.

L’histoire:

Sara a été élevée en Inde par son père, un capitaine anglais. À son septième anniversaire, elle est envoyée à Londres pour étudier dans le pensionnat de Miss Minchin. Fortunée, elle s’y retrouve favorite ; mais tout bascule lorsque son père disparaît tragiquement – et sa richesse avec lui. Sara devient alors le souffre-douleur du pensionnat. Son imagination lui permet cependant de s’évader et de jouer à son jeu préféré, « Supposons que ». Et si, et si… et si Sara était une princesse ?

.

Mon avis:

Classique de la littérature jeunesse, Frances Hodgson Burnett nous livre l’histoire de Sara (qui est d’ailleurs inspirée de sa propre vie). Son père, le capitaine anglais Raph Crewe en mission dans les Indes, souhaite offrir à sa fille une éducation anglaise en l’envoyant dans un pensionnat aristocratique à Londres. Agée de 12 ans, Sara qui a vécu de nombreuses années à ses côtés, va alors vivre des aventures éprouvantes et aussi merveilleuses…

Cet album signe ma première rencontre avec Sara. (Il ne me semble pas avoir vu l’adaptation quand j’étais enfant, ou j’en ai tout simplement plus de souvenirs !) Et quelle héroïne impressionnante et fascinante. La vie n’a pas été tendre avec elle. Sa mère est décédée très tôt, et là voilà dans un pensionnat seule. Au début, elle est vue comme l’élève favorite. Elle se sent même trop gâtée. Mais, tout bascule après la réception d’une lettre annonçant le décès de son père et la perte de sa fortune. Elle est alors comme une simple domestique, et se voit confier plein de tâches pénibles à effectuer. Combative, elle ne se laisse pas aller, et se met à songer à des histoires fantastiques. Sa bonté et son cœur pur lui offrira de bien belles surprises.

Autant pour l’intrigue que pour les illustrations, j’ai apprécié tourner les pages de cet ouvrage. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’il s’agit de la traduction du texte original publié sous forme de feuilleton en 1888. L’épopée de Sara est superbe. Même si les épreuves qu’elle traverse sont difficiles, ce n’est pas avec négativité qu’elle les voit. Sa personnalité et son imagination l’emmène loin, jusqu’à lui ouvrir des portes insoupçonnables. Une bien belle histoire qui fait rêver ! On ne peut que s’attacher à son personnage. Encore un classique que je suis contente d’avoir découvert !

 

note 4,5 étoiles

 

 

Classique, Jeunesse, Littérature américaine (Etats-Unis), Livres

Le magicien d’Oz de Lyman Franck Baum et MinaLima

Le magicien d'Oz de Lyman Frank Baum et MinaLima

Éditeur : Flammarion Jeunesse
Pages : 256 pages

Parution : 3 Novembre 2021
Tome : 01/01
Format : Relié
Genre: Classique, Jeunesse

Lien Amazon

.

L’histoire:

« En route, nous partons pour la Cité d’Émeraude demander au grand Oz comment retourner au Kansas. »

Partez à l’aventure avec Dorothée au pays magique d’Oz ! Accompagnée de l’Épouvantail, du Bûcheron-en-fer-blanc et du Lion Poltron, la jeune fille devra relever de nombreux défis pour parvenir à la merveilleuse Cité d’Émeraude. En chemin, elle trouvera aussi le vrai sens de l’amitié. Découvrez un grand classique de la littérature américaine dans cette superbe édition intégrale. Enrichi d’illustrations et d’animations originales du célèbre studio MinaLima, cet ouvrage au charme unique enchantera les lecteurs de tous âges.

 

Mon avis:

Classique de la littérature jeunesse, le magicien d’Oz de Lyman Franck Baum a été publié en 1900 aux Etats-Unis, puis traduit pour la première fois en 1931 en France. On y fait la connaissance de Dorothée et son chien Toto. Après un cyclone, ils se retrouvent propulsés dans un autre monde dès plus merveilleux. Très bien accueillie, la jeune fille souhaite tout de même qu’une chose : retourner chez son oncle et sa tante dans le Kansas. Et cela, seul le grand et redoutable Oz peut le réaliser. L’aventure commence alors pour Dorothée qui prend la direction de la Cité d’Emeraude. Et elle ne sera pas seule…

Il s’agit de ma première rencontre avec ce grand classique et quelle belle surprise. Il est vrai qu’il ne faisait pas parti de mes priorités dans ma découverte d’œuvres littéraires phares. La superbe édition du studio MinaLima m’a fait changer d’avis, et j’en suis très contente, vu que cette lecture est un coup de cœur.

Comme indiqué dans la préface, l’auteur a voulu moderniser les contes de fées traditionnels loin des génies, des nains, des fées et des péripéties qui font peurs. Dans ce roman, on retrouve des personnages simples comme un épouvantail qui rêve d’une cervelle, un bûcheron de fer-blanc qui rêve d’un cœur et un lion froussard qui rêve de courage. On suit le périple de nos héros avec émerveillement, en compagnie d’illustrations magnifiques. L’histoire est passionnante et défilent finalement à très grande vitesse, tellement on est accroché à cette aventure. De nobles valeurs nous sont aussi communiquées telles que l’amitié, la solidarité, l’entraide, l’écoute ou le courage. Au fil des pages, on est touché par la complicité entre Dorothée et ses amis qui surmontent ensemble chaque épreuve.

Le magicien d’Oz est un livre empli de douceur et de joie, qui nous fait retrouver notre âme d’enfant, et nous transmet une belle morale !

Le magicien d'Oz de Lyman Frank Baum et MinaLima

Maintenant, j’ai d’autant plus hâte de découvrir Peter Pan dans la même collection (qui n’a pas encore rejoint ma PAL) et les prochaines parutions: Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll et Blanche Neige et autres contes de Grimm qui arrivent cet automne !

PS: Retrouvez sur mon compte Instagram un réel avec les premières pages de l’ouvrage, afin de découvrir les magnifiques illustrations et animations !

 

 

Album, Classique, Jeunesse, Littérature suédoise (Suède), Livres

Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède de Selma Lagerlöf et Yvan Duque

Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède de Selma Lagerlöf

Éditeur : Albin Jeunesse
Pages : 160 pages
Parution : 30 Octobre 2019
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Jeunesse, Classique
Lien Amazon

.

L’histoire:

Dans cette aventure extraordinaire, un jeune garnement se retrouve transformé en lutin et, pour se racheter, parcourt son pays sur le dos d’un jars, avec qui il se lie d’amitié. Les épreuves qu’il rencontre seront autant de rites initiatiques, qui lui permettront peut-être de redevenir un vrai petit garçon… Un classique publié en France en 1912 pour la première fois.

.

Mon avis:

Depuis quelques temps, les éditions Albin Michel rééditent des classiques de la littérature jeunesse sous forme d’album illustré. Collection dirigée par Benjamin Lacombe, un auteur et illustrateur que j’adore, c’est ainsi l’occasion de redécouvrir certain classique, ou d’en découvrir tout simplement.

Pour moi, les aventures de Nils Holgersson sont une première, et quel plaisir de faire connaissance avec cette belle histoire en compagnie de magnifiques illustrations qui nous font voyager.

Nils est un jeune garçon qui enchaine les bêtises. Un jour, il rencontre un tomte, un lutin suédois, et parce qu’il s’est moqué de lui, il est ensorcelé…et devient tomte lui-même. L’aventure commence pour le jeune garçon qui se retrouve embarqué dans une traversée de la Suède avec un troupeau d’oies sauvages. On parcours avec lui chaque comté de ce territoire scandinave, en s’imaginant les paysages, la faune et la flore. Au fil de la lecture, nous sommes tentés d’ouvrir une carte, afin de suivre au mieux l’expédition de notre jeune héros et d’ainsi parcours avec lui la Suède. Et autant dire que l’auteure sait nous faire rêver, mais surtout voyager. On apprend beaucoup sur la culture du pays, ses légendes, ses croyances, son histoire. On se sent nous même enchanté par les rencontres faites, comme si on faisait partie intégrante de ce voyage.

Je découvre avec cet ouvrage les talents de conteuse de Selma Lagerlöf, qui fut d’ailleurs la première femme à recevoir le Prix Nobel de littérature. Et quelle révélation !

Pour ce qui est des illustrations, elles sont toutes aussi enchanteresses que l’histoire et participent à nous emmener loin dans notre imagination. 

note 4,5 étoiles

 

 

Classique, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Une femme d’imagination et autres contes de Thomas Hardy

91govmzn2ul

Éditeur : Le Livre de Poche
Pages : 168 pages
Parution : 11 Mars 2015
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Classique, Historique
Lien Amazon

.

L’histoire:

Dans le sud-ouest de l’Angleterre , au début du XIXe siècle, quatre destins de femmes meurtries par l’amour : amour impossible pour un soldat étranger, amour ensorcelé pour un violoniste de village, amour refusé par un fils trop rigide, amour rêvé pour un homme jamais rencontré…

Comme dans Tess d’Urberville et Jude l’obscur, Thomas Hardy conte à merveille dans ces courts textes les tourments de l’âme féminine et la brutalité d’une société où le sentiment n’a pas sa place.

.

Mon avis:

Dans ce recueil, nous découvrons quatre nouvelles de Thomas Hardy, quatre désillusions amoureuses de femmes du XIXe siècle : Phyllis, Sophy, Caroline et Ella

Dans la première, « Le hussard mélancolique de la légion germanique », l’auteur nous conte la rencontre amoureuse entre une jeune fille déjà promise en mariage et un soldat en garnison. Le choix devra se faire entre le cœur et la raison…

Dans « Le veto du fils », on assiste au refus absolu d’un fils qui ne souhaite pas que sa mère se remarie, considérant le prétendant en dessous de sa classe sociale.

« Le violoneux des contredanses » raconte la passion d’une femme pour un musicien sans trop de scrupules, et ses malheureuses conséquences.

Enfin, avec « Une femme d’imagination », c’est l’histoire d’une femme mariée qui devient folle d’un poète qu’elle ne connait que par ses mots.

Ce n’est pas la première fois que je lis les écrits de Thomas Hardy, et autant dire que je suis toujours aussi fan de sa plume. Même si je n’ai pas forcément accrochée à toutes les histoires qui nous sont contées, on passe tout de même un bon moment. Mais il faut se rappeler qu’avec l’auteur nous n’avons pas toujours le droit à des happy end !

Les personnages sont très approfondit et les intrigues prenantes. On se retrouve face à des convenances sociales et morales qui entravent le destin de beaucoup de femmes de cette époque.

note 3,5 étoiles

Classique, Jeunesse, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Le livre de la jungle de Rudyard Kipling et MinaLima

Le Livre de la Jungle, illustré (MinaLima) de Rudyard Kipling et MinaLima

Éditeur : Flammarion Jeunesse
Pages : 320 pages

Parution : 18 Novembre 2020
Tome : 01/01
Format : Relié
Genre: Classique, Jeunesse

Lien Amazon

.

L’histoire:

Plongez au cœur de la mystérieuse jungle indienne, où les singes de balancent de liane en liane et les tigres règnent en maîtres. La nature sauvage du Livre de la Jungle est célébrée de façon inédite dans cette édition superbement illustrée. Enrichi d’illustrations et d’animations originales créées par le fameux studio MinaLima, cet ouvrage unique enchantera les lecteurs de tous âges.

 

Mon avis:

Comme peut-être pour certains d’entre vous, mes souvenirs liés au Livre de la Jungle sont surtout issus du dessin animé de Disney plutôt que de sa version livresque… J’ai donc voulu en découvrir plus avec le superbe édition signée MinaLima. Et quelle surprise d’apprendre qu’il s’agit en réalité d’un recueil de sept histoires, dont seules les trois premières concernent Mowgli et ses aventures.

Ces sept histoires sont toutes accompagnées par des chansons très poétiques, ça en fait déjà toutes leurs originalités. Certaines se déroulent dans la Jungle, dans une forêt située en Inde, d’autres en Alaska.

Les trois premières narrent ainsi les aventures du célèbre Mowgli, de la panthère noire Bagheera, de l’ours Baloo, de l’impitoyable tigre Shere Khan et du python Kaa. Même s’il me reste quelques souvenirs de l’histoire, ça était un grand plaisir de la redécouvrir. J’ai d’ailleurs trouvé que l’adaptation vu par Disney est assez fidèle au texte original.

Vient ensuite “Le Phoque Blanc” appelé Kotick est qui va tenter de trouver un foyer sûr pour son peuple afin de les protéger des massacres perpétués par les humains. Puis “Rikki–Tikki–Tavi“ qui est une mangouste qui va être adoptée par une famille britannique après les avoir protégée d’un couple de mortels cobras royaux Nag et Nagaina. Ensuite nous avons “Toomaï des Éléphants” où on suit un soigneur d’éléphants en quête de magie. Et enfin, nous avons “Service de la Reine” qui traite de comment utiliser les animaux sur un champ de bataille.

J’avouerais que ces dernières nouvelles ne m’ont pas autant passionnées, et que ce sont plutôt les somptueuses illustrations qui m’ont fait voyager. Hautes en couleur, parfois sombres ou lumineuses, on ne se lasse pas de tourner les pages et de découvrir quelle sera la prochaine surprise que l’on aura le droit de déplier ou d’animer.  

Rudyard Kipling est clairement un grand écrivain, qui n’hésite pas à nous passer des messages dans ses histoires, et à nous faire réfléchir sur des actions de la société. J’ai grandement apprécié ses chansons et ses poèmes, et j’avoue que j’avais plus hâte de les lire à la fin de chaque nouvelle, que des fois la nouvelle elle-même !

En bref, un classique superbement égayé pour toutes ses illustrations et insertions pop-up, et qui m’a permis de redécouvrir l’histoire de Mowgli et bien d’autres. Un bel objet à avoir dans sa bibliothèque. Tellement hâte de découvrir les deux autres qui sortent en octobre (Le magicien d’Oz et Peter Pan), et le tome 2 d’Harry Potter. 

note 4 étoiles

large-kaas-hunting-print-scaled-1500x1500

PS: Comme pour Harry Potter, je vous ferais un Réel avec les premières pages de l’ouvrage prochainement sur mon compte Instagram !

 

Littérature autrichienne (Autriche), Livres, Romance, Romance historique

Vingt-quatre heures de la vie d’une femme et Le Voyage dans le passé de Stefan Zweig

71u5gnoq7zl

Éditeur : Pocket
Pages : 144 pages

Parution : 3 Avril 2014
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Romance, Historique

Lien Amazon

.

 

L’histoire:

24h de la vie d’une femme. Au début du XXe siècle, une petite pension sur la Riviera. Grand émoi chez les clients de l’établissement : l’épouse d’un des pensionnaires, Mme Henriette, est partie avec un jeune homme qui pourtant n’avait passé là qu’une journée. Seul le narrateur prend la défense de cette créature sans moralité. Et il ne trouvera comme alliée qu’une vieille dame anglaise sèche et distinguée. C’est elle qui, au cours d’une longue conversation, lui expliquera quels feux mal éteints cette aventure a ranimés chez elle.
Le Voyage dans le passé. Neuf ans après s’être vus pour la dernière fois, un homme et une femme qui se sont aimés se retrouvent. Plus aucun obstacle n’existe à leur amour, mais à mesure que les heures passent et malgré leurs efforts, ils ne parviennent pas à faire revivre leurs sentiments. Elle se sait devenue vieille, lui réclame qu’elle tienne sa promesse avant de prendre bientôt conscience que le temps a effectivement rendu vaine toute tentative pour renouer le fil de leur amour.

.

 

Mon avis:

Ce livre nous propose de découvrir deux courts récits, deux portraits de femmes tout en douceur et en sensibilité.

Le premier se déroule dans les années 1904, dans une petite pension de famille sur la Côte d’Azur, où l’une des pensionnaires s’enfuie avec un jeune homme, en laissant derrière elle mari et enfants. Le scandale éclate envers cette dame qui a oublié les bonnes manières, les mœurs de la société et la bienséance. Seule Mrs C, une vieille aristocrate anglaise, prendra sa défense y trouvant un écho avec son histoire personnelle, et contera ainsi 24h de sa vie oubliée.

Le deuxième commence sur les quais de la gare de Francfort. Un jeune homme de condition modeste, Ludwig, tombe amoureux de l’épouse de son employeur. Mais Ludwig est muté au Mexique. Et ce ne sera pas pendant deux ans qu’ils seront séparés, mais neuf ans…

Stefan Zweig sait comme toujours nous enchanter. Les nouvelles sont certes courtes, on ne connait même pas le nom exact de tous nos personnages, mais on arrive tout de même à s’y attacher grâce aux analyses poussées que proposent l’auteur. Une histoire en amène un autre, avec des enchainements rapides qui nous empêche de nous ennuyer. Le passage dans la première nouvelle sur la longue description des mains faite par Mrs C, où elle nous parle de sa fascination, est particulièrement bluffant.

 

Classique, Littérature française (France), Livres

Arsène Lupin, gentleman cambrioleur de Maurice Leblanc

Arsène Lupin gentleman cambrioleur de Maurice Leblanc

Éditeur : Hachette
Pages : 288 pages
Parution : 13 Janvier 2021
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Classique, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Arsène Lupin est arrêté : l’aventure est-elle donc finie pour lui ? Erreur ! Elle ne fait que commencer. C’est quand il est sous les verrous que la police devrait se méfier. Lupin change de domicile, de costume, de tête et d’écriture, connaît tous les passages secrets et prend rendez-vous avec ses victimes avant de les cambrioler ! C’est le plus gentleman de tous les filous.

 

Mon avis:

Avec la sortie de l’adaptation en série sur Netflix des célèbres aventures d’Arsène Lupin avec Omar Sy, autant dire que l’on voit les livres de Maurice Leblanc partout ! Et j’ai d’ailleurs eu aussi envie de me replonger dans ses aventures, avant de découvrir la série.

Ce premier volume réunit plusieurs histoires qui mettent en scène notre célébrissime cambrioleur français. Il exerce son activité avec facilité et ingéniosité, avant d’être arrêté et mené en prison par l’inspecteur Ganimard… Mais avec adresse, il arrive à s’échapper de nouveau !

J’ai apprécié la découverte de ces nouvelles, bien que certaines sont assez rapides. On passe tout de même un très bon moment. Arsène Lupin est un personnage plein de charme, espiègle, vif et bourré d’humour. J’ai pris beaucoup de plaisir à le suivre dans ses nombreuses aventures. L’histoire est rythmée, parfois atypique et comporte des retournements de situation et rebondissements inattendus, mais toujours bien pensés.

Incarné au théâtre, au cinéma et à la télévision par André Brulé, John Barrymore, Robert Lamoureux, Georges Descrières, Jean-Claude Brialy, François Dunoyer et Romain Duris, le personnage créé par Maurice Leblanc a clairement su traverser les siècles, depuis la parution du recueil en 1907. Je suis maintenant bien curieuse de découvrir cette nouvelle adaptation.