Discutons ensemble, RDV du Blog

Lecture numérique #2 : ma liseuse Vivlio

Lecture numérique

Il y a un peu plus de deux ans maintenant, je vous partageais mon expérience pour la lecture numérique dans cet article, et mon choix pour une tablette avec des applications de lecture, que je vous ai présenté à ce moment.

Aujourd’hui, je lis de plus en plus en numérique, même si ma préférence pour le papier demeure toujours. Ainsi, quand j’ai aimé un ouvrage numérique, il me le faut en papier. Depuis je possède une wish-list de livres à acheter en format papier, que j’ai déjà lu !

Mais il y a un an, j’ai décidé de regarder de plus près les liseuses. Je reçois de plus en plus de service presse en format numérique, que ce soit via des plateformes comme NetGalley, ou directement auprès de maisons d’édition ou d’auteurs. Les applications que je vous ai présentées il y a deux ans, offrent un bon confort de lecture. On peut vraiment paramétrer notre ebook comme on le souhaite (et je peux vous le confirmer maintenant, elles ont autant d’options qu’une liseuse), mais le hic est la luminosité… Et là le problème vient du support, la tablette !
Quand votre travail vous fait passer toute votre journée sur un écran LCD, et qu’au soir vous lisez aussi sur ce genre d’écran, les yeux fatiguent. Même si on peut régler comme on le souhaite la lumière ou sa couleur, ça reste un écran LCD. Les liseuses proposent elles un écran à encre imprimé, et plus confortable pour nos yeux, l’effet est le même qu’une feuille de papier. En plus, on peut lire en plein soleil, adieu les reflets sur l’écran !

 

Mais voilà, quelle liseuse choisir ?

Il est vrai que quand on veut se lancer, il n’est pas facile de faire son choix. On a bien sûr tous entendu parler des grands noms, comme les liseuses Kobo de la Fnac et les liseuses Kindle d’Amazon. Il est vrai que les deux enseignes proposent un sacré catalogue d’ouvrages, mais elles possèdent chacun un petit handicap, du moins pour moi. Les kindle ont leur propre format en .azw, et les kobo ne proposent pas d’audio.

C’est pour cela, que je suis allée faire un tour chez les concurrents, et j’ai trouvé mon bonheur chez Vivlio.

 

Ma liseuse Vivlio

Ayant déjà une première expérience de la lecture numérique, le choix des formats est très important pour moi. Je souhaitais donc une liseuse qui en propose beaucoup, avec une grande autonomie, une belle capacité de stockage, une taille pas trop encombrante (j’aime beaucoup le format poche, mais pas broché), et le plus serait l’étanchéité. Je suis une grande miss catastrophe, donc si j’en viens à renverser ma tasse de thé, au moins ça ne serait pas grave !

Vivlio Touch HD PlusMon choix c’est donc tourné vers la liseuse Vivlio Touch HD Plus. Anciennement connue sous le nom de PocketBook et TEA, la marque a récemment changé de nom. Elle n’est donc pas novice dans le domaine, et a déjà sorti plus d’une quinzaine de modèles différents. Au niveau de ses caractéristiques, elle possède une mémoire de 16go; un écran de 6 pouces haute définition et étanche; une grande autonomie (je ne l’ai rechargé que trois fois en un an!); une connectivité audio avec ou sans fil grâce au Bluetooth qui permet d’écouter de la musique, mais bien entendu aussi des livres audio, ainsi que de bénéficier d’une synthèse vocale sur nos ebooks (c’est une voix automatique qui transforme nos ebooks en version audible)… Bref, une petite liseuse très complète et qui fait mon bonheur depuis bientôt un an !

Et le plus supplémentaire, la marque est française ! Je suis donc d’autant plus fière d’avoir trouvé mon bonheur chez eux, et je suis ainsi libre de commander mes livres sur plusieurs plateformes, et quand il est nécessaire de convertir le fichier (comme c’est le cas pour les achats sur Amazon) La liseuse lit ainsi très bien les fichiers .azw converti, par exemple avec le logiciel Calibre. Niveau prix, elle reste aussi accessible, d’autant plus qu’on trouve souvent des offres promotionnelles ! Et en surprise, on a aussi un panel d’ebooks offerts (et pas des classiques littéraires libres de droit !!!)

 

Sur ce, je vous laisse découvrir une vidéo de présentation créé par Vivlio

 

Ainsi que deux liens de test produit chez Les Numériques et Clubic

 

Et bien entendu, je suis disponible pour toutes questions !

Discutons ensemble, RDV du Blog

#PetitsGestes pour une planète zéro déchet avec Les Tendances d’Emma

Les Tendances d'Emma

ça y est juillet est arrivé, et les vacances d’été peuvent enfin commencer ! Peut-être êtes-vous déjà en vacances, ou pensez-vous à vos vacances prochaines… Alors, pour ce nouvel article, j’ai eu envie de vous faire découvrir une nouvelle routine bien-être et beauté, que j’ai adopté avec la marque « Les Tendances d’Emma », et qui en plus est profitable pour notre planète. Et quoi de mieux qu’un moment de pause dans notre routine quotidienne pour tester un nouveau produit !?

Déjà saviez-vous que le coton jetable c’est : 25% de tous les pesticides et insecticides utilisés pour 2% des cultures, 175000 litres d’eau, 125g de pesticides et insecticides pour la simple culture du coton nécessaire à la fabrication d’un tee-shirt de 150g… 

Alors que diriez-vous d’aider pour changer ça, en faisant un #petitgeste ?

 

Aujourd’hui une tendance zéro déchet et une lutte anti-gaspillage tendent à se développer, et ça commence en changeant nos gestes du quotidien. C’est dans cette optique d’écologie que la marque s’est développé il y a maintenant 10 ans. Elle propose des kits pratiques et réutilisables qu’on peut utiliser couramment. Et le plus, c’est qu’on peut les tester, hé oui ! Je vous dévoile de suite mon expérience.

 

Ma rencontre avec Les Tendances d’Emma

Sujet maintenant devenu d’actualité, on a tous entendu parler de tous ces produits jetables qu’on gaspille au quotidien, et dont il y a tant d’alternatives. Mais il est vrai qu’il faut déjà se lancer… Et ce n’est pas forcément évident, ne sachant pas vraiment à quoi s’attendre, quand on n’a pas vraiment de conseils proches. Même si je n’ai rencontré aucune personne de la société, la marque propose tout de même sur leur site, quelque chose de très intéressant. On peut tester certains produits pour se faire une première idée !

 

Test d’un produit beauté: les carrés démaquillants lavables

Les Tendances d’Emma propose sur son site un Kit Eco Test Beauté qui nous permet de tester 3 matières (coton bio biface, bambou et eucalyptus) pour remplacer nos cotons démaquillants jetables. Certes, il faut les acheter, mais on est remboursé par un bon d’achat, frais de port compris. Et aucune pression, le bon est valable un an ! Je me suis donc laissée tenter, et autant dire que j’ai succombé à cette nouvelle méthode de soin et bien-être. En plus d’être lavable, et donc beaucoup plus écologique, ce sont des petites merveilles. Qu’est-ce-que c’est doux ! J’ai ainsi dit adieu aux disques en coton sans problème au bout de 2 mois de test. Le plus compliqué a été de choisir la matière, et j’ai craqué pour l’eucalyptus.

Ci-dessous le mode d’emploi :

comment-utiliser-kit-eco-belle-bois-demaquillage-zero-dechet-tendances-emma
Illustration venant du site Les Tendances d’Emma

Je me suis ainsi procurée des carrés à l’eucalyptus, ainsi que des gants layering tellement doux eux aussi. Et je vais bientôt craquer pour les dissolvettes pour le vernis !

 

#PETITSGESTES POUR UNE PLANÈTE ZÉRO DÉCHET

Et finalement pourquoi s’arrêter là !? Puisque oui la marque propose aussi des produits pour la famille et la maison.

On peut tous devenir éco-citoyen, il faut juste se lancer. Et autant dire que c’est quand même plus économique que ces produits qu’on achète sans cesse, et qu’on jette !

 

Quelques liens utiles

Voici le lien pour visiter le site Internet Les Tendances d’Emma. N’hésitez pas à bien fouiller, ils proposent pas mal de produits, et d’explications qui assez souvent illustrés. Il y a aussi une partie blog, où ils proposent des conseils.

Concernant les liens pour avoir les produits à tester, voici celui pour tester les carrés démaquillants en 3 matières et un autre pour tester les produits pour bébé Comme dit plus haut, ils sont entièrement remboursables, frais de port compris sous forme de bons d’achat.

Et enfin un autre lien pour découvrir les avantages des différents tissus.

 

Les Tendances d'Emma

Discutons ensemble, RDV du Blog

Le roman féminin, c’est quoi au juste ? Retour sur la conférence donnée au Festival du Livre Romantique

cropped-logo_flr-rvb_avecfleurs-1

Lors du Festival du Livre Romantique qui a eu lieu du 30 novembre au 1er décembre 2019 à Dunkerque, j’ai eu l’occasion d’assister à une conférence qui m’a particulièrement intéressée, et dont j’ai eu envie de vous en faire un retour.

Festival destiné à la littérature féminine, la conférence avait pour but de définir ce qu’est le roman féminin. Un sujet bien vaste, qui m’a tout de suite attiré. C’est vrai, comment vraiment définir ce genre…

Agnès Caubet du site « Les Romantiques », qui a fondé sur Paris il y a quelques années le Festival du Roman Féminin, nous en a dévoilé tous les secrets !

 


 

Quand on pense au roman féminin, la première chose qui vient en tête est que ce sont des romans écrits par des femmes. Mais les femmes écrivent des choses diverses et variées. Nous dirons donc plutôt que le roman féminin est un genre littéraire lu par des femmes, en majorité.

Alors, pourquoi parle-t-on de roman féminin et pas de roman masculin ?
En fait, il existe bien des romans masculins, soit lus en majorité par des hommes. Par exemple les SAS de Gérard de Villiers, le roman d’espionnage, le roman d’aventure…

Pourquoi les hommes ne lisent-ils pas la même chose que nous ?
On peut penser à la gestion des émotions. On ne réagit pas de la même manière. Les hommes ne sont pas à l’aise avec la description des émotions, et les écrits qui suscitent des émotions. Ils sont plus à l’aise avec l’idée de dénoncer, de voir la réalité de façon un peu crue, alors que les femmes vont plutôt chercher la détente et l’évasion dans leurs lectures. Bien sûr, il ne faut pas trop généraliser, la littérature féminine vient aussi remplir d’autres fonctions, comme la découverte d’autres lieux, d’autres cultures, d’autres époques, ou la réflexion sur des questions sociales…

La raison principale de cette différence est donc la fonction que chacun attribue à la lecture, ce qu’on y cherche, ce à quoi elles nous servent.

Le roman féminin est finalement très optimiste. Dans les intrigues, on nous montre comment les rapports hommes-femmes peuvent se passer. L’idée n’est pas d’être naïf, mais plutôt d’offrir de nouvelles perspectives et espérances. 

Le roman féminin est aussi qualifié de populaire. Mais, qu’est ce qu’est la littérature populaire ? C’est un style qui est né au XIXème siècle à partir de l’alphabétisation de masse de la population. A l’époque, la lecture concernait l’élite, soit les intellectuels. Le lectorat populaire ne cherche pas la réflexion, mais plutôt l’évasion avec un happy end. On peut citer par exemple les romans policiers avec à la fin la justice qui triomphe, ou encore l’imaginaire avec la victoire contre le mal.

Alors, comment définir ce genre ?
Il peut être divisé en 4 sous-genre, et l’on parle finalement plus de littérature féminine.
la romance avec l’histoire d’un couple et un happy end obligatoire
la chick lit, le feel good et la comédie romantique avec un ton léger, même si des thèmes importants peuvent être abordés, mais de manière douce
l’urban fantasy et la romance paranormale avec un focus sur l’héroïne pour le premier et souvent un triangle amoureux, et un couple avec happy end pour le deuxième
le roman féminin avec une héroïne forte et son parcours (où il n’y a pas forcément un happy end), et avec un ton plus profond voir grave que le feel good

 


 

Voilà mon compte-rendu de cette conférence, qui j’espère vous aura plu. Vous pouvez aussi retrouver son intégralité sur le site « Les Romantiques ».

 

logo les romantiques_small

Discutons ensemble, RDV du Blog

My Fiit Challenge de Justine Gallice et Thibault Geoffrey

My Fiit Challenge de Justine Gallice et Thibault Geoffrey

Avec le confinement, beaucoup de vidéos sont en ligne pour faire du sport chez soi. Cela m’a donné envie de vous parler d’un challenge sportif auquel j’ai participé il y a quelques années, et que je recommence depuis quelques semaines. Il s’agit du My Fiit Challenge, organisé par Justine Gallice et Thibault Geoffrey.

 

Qu’est ce que le My Fiit Challenge ?

Ce challenge se déroule pendant 2 mois avec en moyenne 35 cours de Hiit (High Intensity Interval Training : Entrainement fractionné de haute-intensité) 3 à 4 fois par semaine, et qui durent une petite trentaine de minutes.

Les cours se déroulent en direct sur un groupe fermé de Facebook, auquel on est ajouté une fois inscrit. Elles sont aussi visibles en replay et on peut y accéder à tout moment, même plusieurs années après, ce qui est actuellement mon cas !

Le hiit est un type d’entraînement cardio, avec un enchaînement de plusieurs exercices. Il s’agit de l’activité la plus efficace pour se muscler et maigrir à la fois.

 

Qui sont les organisateurs, Justine Gallice et Thibault Geoffrey ?

Sans titre 4Justine Gallice est une influence qui transmet chaque jour sur les réseaux, son univers, sa passion pour le sport et la musculation. Elle fait partie du top 5 en France des personnalités du fitness les plus suivies.

Thibault Geoffrey est coach sportif et auteur du livre « Mes Recettes Healthy » Il est aussi très actif sur les réseaux sociaux, et donne des conseils quotidiens sur la nutrition et le sport.

Tous les deux sont des personnalités très accessibles, et qui répondent à nos questions et nous donnent des conseils.

 

Mon retour sur cette expérience 

Pour ma part, j’ai participé à la deuxième édition du challenge. Il en existe actuellement 4 versions, qui proposent à chaque fois des cours différents.

J’ai grandement appréciée cette expérience, où l’on se soutient tous ensemble même à distance, et surtout où l’on peut échanger. Si l’on n’a pas bien compris un exercice, on peut trouver réponse à notre question. Les coachs sont vraiment très accessibles, et une bonne ambiance règne.

Ce que j’ai grandement apprécié aussi, c’est que Justine est rarement seule, soit accompagnée de Thibault ou d’un invité. Ce qui fait que l’un se met face à la caméra, et l’autre de côté. On peut ainsi bien visualiser le mouvement. On les prépare d’ailleurs à chaque fois en échauffement, avant le commencement du cours.

De plus, on peut retrouver tous les cours sur pdf, mais surtout les vidéos sont toujours accessibles, même quand le challenge est fini.

Il y a aussi quelques vidéos bonus, où l’on parle par exemple de nutrition…

Autre point important, les hitt sont parfaitement accessibles pour les débutants, pas besoin d’être un grand sportif. Chacun avance à son rythme. Même si les séances sont courtes, ne soyez pas étonné si vous marchez en canard ensuite ! Bonjour les courbatures, on voit d’ailleurs très vite des résultats sur notre corps. En tout cas, cela c’est vite remarqué pour moi, et je ne suis pas la seule quand on voit les résultats sur le site officiel.

 

Comment y participer ?

Hé bien, même s’il n’y a pas de nouveau challenge, on peut toujours avoir accès au challenge 3 et 4 en replay, et à prix promo. Deux mois de cours à 27€ !

Si ça vous dit de participer ou d’avoir plus d’info, rendez-vous sur le site officiel du challenge

En tout cas, n’hésitez pas si vous avez des questions, je me ferais un plaisir d’y répondre !

Sans titre 3

Discutons ensemble, RDV du Blog

#CultureChezNous avec 3 MOOC sur la littérature

Fun Mooc

 

Envie de vous divertir ? Pensez aux MOOC sur la littérature !

Hier sur mon compte Instagram, je vous présentais 3 MOOC consacrés à des genres littéraires qui sont en ligne sur la plate forme Fun-MOOC. Au vu de la situation actuelle, ils ont eu l’idée de rouvrir ces 3 formations. Je les ai toutes suivies, donc n’hésitez pas si vous avez des questions, je serais ravie d’y répondre !

 

Déjà qu’est ce qu’un MOOC?

Un MOOC (Massive Open Online Course, en anglais) soit Formation en Ligne Ouverte à Tous (FLOT), ou Cours en Ligne Ouvert et Massif (CLOM), est un type ouvert de formation à distance capable d’accueillir un grand nombre de participants. L’appelation MOOC est passée dans le langage courant en France, et est désormais reconnue par les principaux dictionnaires.

Les participants aux cours, enseignants et élèves, sont dispersés géographiquement et communiquent uniquement par Internet. Des ressources éducatives libres sont souvent utilisées. Dans le monde anglophone, il peut arriver que plus de 100 000 personnes soient réunies pour un cours.

Merci Wikipédia !

Vous l’aurez compris, un MOOC est une formation ouverte à tous sur Internet, et pour tout niveau. Et dans notre cas, c’est gratuit !

 

1. MOOC Il était une fois la littérature jeunesse, de l’université de Liège

MOOC sur la littérature jeunesse et adolescente

Il s’agit de la session 4 qui a commencé en 2019. Vous pouvez encore participer jusqu’au 31 mai. C’est mon préféré !

https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:ulg+108002+session04/about

 

2. MOOC Fantasy, de l’Angleterre victorienne au Trône de fer, de l’université d’Artois

MOOC Fantasy

Il s’agit d’une archive de la session 3 qui a été ouverte spécialement. Il n’y aura donc pas d’attestation de suivi, mais vous avez accès directement à tous les cours.

https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:univartois+35001+session03/about

 

3. MOOC La science-fiction : explorer le futur au présent, de l’université d’Artois

MOOC science-fiction : explorer le futur au présent

Il s’agit de la session 3, et les cours commenceront le 28 avril. Les inscriptions sont ouvertes.

https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:univartois+35002+session03/about

 

Amusez-vous bien en faisant des découvertes, tout en restant chez vous !

Discutons ensemble, RDV du Blog

J’ai illustré un livre – Découvrez le récit de mon aventure #4

Voilà maintenant plus d’une semaine que Sacrés sacs de… Noeux, écrit par deux classes de quatrième, a été présenté lors du salon du Polar de Noeux-les-Mines.

Livre 3D

Que d’émotion de lire la joie de ces jeunes écrivains en possession de leur livre, et la mienne aussi, en voyant leur réaction et entendant leur commentaire sur l’ouvrage. Pendant ce salon, ils ont pu recevoir le livre, ainsi qu’un autre écrit par Michaël Moslonka, l’auteur qui les a soutenus pendant ce projet. Un travail de longue haleine qui a commencé en septembre et qui leur a offert une belle expérience en écriture.

C’était aussi pour moi une belle aventure, puisque comme j’ai pu vous le révéler précédemment, mes dessins n’étaient jamais sortis de mon cercle familial, et un beau défi vu que je ne suis pas une grande amatrice de polar ! Quand j’ai pu voir en vrai mon travail, je vous avouerais que je n’ai pas réagi. Pour rappel, j’ai réalisé la couverture, la mise en page, et quelques illustrations à l’intérieur de l’ouvrage. C’est plutôt quand je l’ai vu au milieu d’autres livres, et quand Franck Thillier l’a pris au salon lors de la conférence pour le feuilleter, que là je me suis dit : Whaou, c’est mon livre ! Enfin en partie ! Un super moment, qui m’a permis de faire de belles rencontres, et qui m’a aussi donné envie de reprendre le dessin, et pourquoi pas de suivre des cours ou des stages. Je n’en ai jamais pris, et j’aimerais bien avoir des retours sur ce que je fais, et apprendre de nouvelles techniques. J’ai entendu de très bons échos sur ma couverture, mais il est vrai que le plus beau est de voir les élèves sourires quand tu dévoiles ton travail. Tellement contente que ça leur ait plu, puisque c’est avant tout pour eux ces illustrations !

Salon
Crédit photo: La Voix du Nord

 

Si vous êtes intéressé pour vous le procurer, un petit nombre est commercialisé. Le prix est donc de 4.45€ + frais d’envoi.

Discutons ensemble, RDV du Blog

J’ai illustré un livre – Découvrez le récit de mon aventure #3

Le 9 février arrive, et il est grand temps pour moi de vous dévoiler l’image de la couverture de Sacrés sacs de… Noeux, écrit par deux classes de quatrième du collège Anatole France de Noeux-les-Mines (62) !

 
Comme expliqué précédemment, ces jeunes écrivains ont inventé pendant 4 mois, 14 nouvelles policières en compagnie de leur professeure de lettres, Mme Crivier, et de l’écrivain Michaël Moslonka. Les sujets abordés sont divers : on y parle de meurtre, de vol, d’enlèvement, de harcèlement… Un ouvrage qui recueille plein d’enquêtes policières plus ou moins longues, avec ses mystères à résoudre. Il y en a pour tous les goûts !

 
Lors du salon du polar qui se déroulera le 9 février à la salle Brassens de Noeux-les-Mines, les jeunes écrivains pourront recevoir leur recueil, en compagnie de grands noms du monde du polar, comme Franck Thilliez. Je vous avouerais avoir lu chaque nouvelle, et que j’ai un petit faible pour celle qui se nomme : « Trahisons et harcèlement ». Rien que dans le titre, vous vous douterez bien du sujet. Comme souvent dans les nouvelles, on leur reproche que ce soit trop court, mais je dirais que son petit plus à celle-ci, c’est qu’elle m’a particulièrement touchée et émue.

 
Concernant mon ressenti global après la lecture de cet ouvrage, il est vrai que j’étais particulièrement impressionnée, et je n’ai pas pu m’empêcher de me replonger dans mes années collège. Si j’en avais eu la possibilité, et cela aurait été super, aurais-je réussi à écrire ainsi ?! En tout cas une chose est sûre, il y aurait eu un petit côté fantastique à l’histoire, avec un petit fantôme qui aurait cherché à se venger de son meurtrier, ou autre !

 

Sans plus attendre, je vous dévoile la couverture de l’ouvrage en compagnie de ses goodies, ainsi que sa quatrième de couverture.

Livre et goodies Illustration Sacrés sacs de... Noeux

Si vous êtes intéressé pour vous le procurer, et découvrir les aventures imaginées par ses collégiens, il suffit de m’envoyer un message. Un petit nombre sera commercialisé, et on vous demande juste de payer les frais d’impression et d’expédition.

Le prix est donc de 4.45€ + frais d’envoi.

Illustration Sacrés sacs de... Noeux

Titre des 14 nouvelles:

– Un vol mystérieux
– Thanksgiving
– Le coupable si près de nous…
– L’enlèvement suspect
– Le crime du chantier
– Crimes sur crimes
– Trahisons et harcèlement
– Un passé toujours présent
– Une violence quotidienne
– Une famille en danger
– Une femme blessée
– Le mystérieux meurtre du lac
– Un collégien kidnappé
– Effet miroir

Illustration Sacrés sacs de... Noeux texte couv

Discutons ensemble, RDV du Blog

J’ai illustré un livre – Découvrez le récit de mon aventure #2

Il y a quelques semaines, je vous dévoilais ma participation à un super projet, la création d’un recueil de nouvelles policières, écrites par des collégiens, avec le concours de plusieurs personnes et organisations.

Depuis ce début de semaine, le recueil est enfin entre les mains de l’imprimeur. J’ai déjà pu voir quelques impressions de la version « test », et j’en suis super fière. Que d’émotions, d’avoir pu participer à cette superbe aventure. Elle a demandé du temps, de l’investissement, du dépassement personnel ; car c’est une première pour moi ; mais c’est surtout une super aventure humaine qui a réuni beaucoup de monde.

 

Lors de mon précédent article, que vous pouvez retrouver en cliquant ici, je vous ai dévoilé le contexte du projet et mon retour sur la conférence de presse, où j’ai dévoilé la première version de la couverture.

Je continue donc mon récit, avec d’autres détails sur ce livre, qui se nomme d’ailleurs : Sacrés sacs de… Noeux 

 

Les illustrations 

Ma première mission était surtout de réaliser l’illustration de la couverture. En plus de cette dernière, qui a pris bien des couleurs depuis la conférence de presse, j’ai aussi réalisé deux illustrations pour la préface de l’ouvrage, et la partie consacrée aux dédicaces. J’ai aussi réalisé quelques croquis pour séparer et introduire les nouvelles, qui n’avaient pas de dessins attitrés. En plus d’avoir écrits les nouvelles, ces jeunes écrivains ont aussi réalisé des dessins illustrant chacune de leurs histoires. Quelques-unes en étant dépourvues, j’ai repris les crayons !

Au total, ce sont donc 5 illustrations et dessins que j’ai ajouté à l’ouvrage, en plus de la couverture.

Et comme je ne me suis pas arrêtée là, j’ai réalisé aussi quelques goodies : le traditionnel marque page, et deux cartes ! J’espère qu’ils leur plairont.

 

J’aime beaucoup le dessin depuis toute petite, mais il est vrai que ce fut un beau défi. Déjà, le premier est que je ne suis pas une grande amatrice du genre policier. Donc, inventer un univers graphique n’a pas été évident. On peut dire que les classiques du genre m’ont sauvé. Même si je ne suis pas fan, j’apprécie tout de même Sherlock Holmes, Hercule Poirot, ou Arsène Lupin !

Le second défi est que je n’avais pas vraiment les moyens techniques pour bien travailler. Je n’ai pas de tablette graphique. Du coup c’était dessin au crayon, puis je le scannais avec mon imprimante, et je le retouchais sur mon ordinateur, pour pouvoir enfin le coloriser ou non. On s’en sort toujours ! Je vous laisse imaginer le temps passé ! L’une des trois illustrations que j’ai réalisées m’a pris deux jours et demi. D’ailleurs, celle-ci je ne l’ai presque pas retouché. Elle est faite à l’encre de Chine, et j’ai voulu la laisser intacte.

Bref cette aventure m’a aussi permis de découvrir une autre manière de dessiner, et j’ai bien apprécié. Maintenant, une idée me trotte dans la tête, je m’achète une tablette graphique, ou non ! Il va falloir déjà que je me renseigne, et autant le dire, je n’y connais rien ! Alors, si vous avez des conseils, je suis bien sur toute ouïe !

Carte postale bis

Et pour illustrer cette partie, et vous mettre un peu l’eau à la bouche, voici l’illustration que j’ai réalisé à l’encre de chine, et que j’ai modifié pour en faire un goodie. Une carte qui reprend le titre du livre.

Et non, ce n’est pas la couverture finale, il va falloir patienter encore un peu !

 

 

 

 

 

 

La mise en page et le choix de la police d’écriture

En plus d’avoir réalisé les illustrations, j’avais aussi pour mission finale de faire la mise en page pour l’envoi auprès de l’imprimeur.

Mais ce n’est pas vraiment de ça, que j’ai envie de vous parler, mais plutôt de la police de caractère choisie. Il a été fait le choix de rendre ce livre accessible à tous. Comme le collège accueille des élèves dyslexiques, il a été choisi d’utiliser la police OpenDyslexic

Déjà utilisée, notamment par les éditions Castelmore, cette police de caractère a été inventée au début des années 2010, par Abelardo Gonzalez. Elle permet d’améliorer la clarté et éviter certaines confusions pendant la lecture chez les dyslexiques. Les lettres sont par exemple légèrement inclinées, pour les identifier plus facilement. Certains caractères sont aussi plus longs, mixant des hauteurs différentes, afin de ne pas les confondre. L’espacement est aussi agrandi pour plus de légèreté. Plusieurs ajustements ont été ainsi réalisés pour assurer plus de confort et de facilité pendant la lecture.

Voici quelques exemples d’ajustement :

capture-de28099ecc81cran-2018-04-04-acc80-10.25.42-300x167-1  capture-de28099ecc81cran-2018-04-04-acc80-10.27.58-300x187-1  capture-de28099ecc81cran-2018-04-04-acc80-10.40.05-300x183-1

 

Un choix qui m’a particulièrement touché, ayant été moi-même dyslexique. Je sais que lire peut-être difficile, et décourageant. Encore aujourd’hui, il m’arrive d’être confrontée à cette difficulté, quand je suis très fatiguée. Les lettres me jouent des tours, et j’en viens à avoir du mal à les identifier.

 

Sans titre 1
Campagne réalisée par Manon Molinaro

 

Pour en savoir plus sur cette police, voici le lien d’un blog qui explique très bien le travail effectué.

 

 

J’achève ce second article avec ces nouvelles révélations, et je vous donne rendez-vous bientôt pour un troisième !