Discutons ensemble, RDV du Blog

J’ai illustré un livre – L’aventure continue avec une nouvelle publication

L’année dernière, je vous ai présenté un beau projet livresque réalisé avec des collégiens, auquel j’ai pris part. Il portait le nom de Sacrés sacs de… Noeux

Hé bien, sachez que cette année l’aventure a repris !

Depuis quelques mois, je travaille sur la conception de l’ouvrage. Et cette année, les élèves de 2 classes de quatrième ont choisi de réaliser ce recueil de nouvelles, avec une dimension graphique.  Une nouveauté qui n’est pas la seule, vu qu’en plus d’avoir écrit différentes nouvelles en groupe, une héroïne principale et ses amis guideront ces intrigues. C’est ainsi qu’en relation avec leur professeur de lettres et l’auteur Michaël Moslonka, qu’une nouvelle aventure prend forme.

Ses jeunes écrivains en herbes ont donc donnés vie pendant plusieurs semaines, à 8 récits d’enquêtes policières. Sur les traces du célèbre Sherlock Holmes, leur héroïne Raphaëlle Pears va devoir déjouer bien des mystères…

Encore une fois, pas d’écrit pour moi, mais la création de la couverture avec la mise en valeur de l’héroïne principale, créée par un élève, la 4ème de couverture, et la mise en page de l’ouvrage final.

Et sans plus attendre, voici la couverture de l’ouvrage !

Livre 3D - Les enquêtes de Raph

Ce projet est initié et soutenu par Mr Bollier du Salon du Polar de Noeux-les-Mines, par Mme Urbanski de l’Office Culturel Noeuxois, la librairie La Ruche aux Livres de Wavrin et le département du Pas-de-Calais. Le recueil devait voir le jour lors du Salon du Polar en début d’année 2021, mais celui-ci comme beaucoup d’autre a été annulé. On espère donc que les conditions sanitaires puissent nous permettre de faire un petit évènement en juin !

Enfin, vous pouvez retrouver les articles consacrés au premier ouvrage ci-dessous:

Article 1 Sacrés sacs de... Noeux - Collectif - La Voix du Nord

Article 2

Article 3 

Article 4                                                                                               Crédit photo: La Voix du Nord

Discutons ensemble, RDV du Blog

Fitvia – Une marque de thé et d’infusion bien-être

Cela faisait un petit moment que je ne vous avez pas fait un article pour vous faire découvrir une marque que j’utilise, et bien sûr dans le domaine du thé ! En tant que grande amatrice, j’ai eu envie de vous parler de FITVIA, une marque Allemande que j’ai découvert l’année passée, et qui propose de supers produits !

Tous leurs thés, ou plutôt infusions, sont élaborés par des experts et contiennent une sélection d’ingrédients du monde entier: Chine, Inde, Sri Lanka, etc. Parmi ces infusions de fruits et de plantes, on retrouve aussi des cocktails avec du thé vert ou du thé semi-fermenté, appelé Oolong. Et autant dire que leur produits sont de grandes qualités, puisqu’on a aucun mal à reconnaitre un morceau de kiwi séché, une fleur, voir même un morceau de pamplemousse. Quel plaisir quand on se prépare notre infusion, et de voir clairement les produits.

La gamme de produits Fitvia prône surtout un accompagnement dans un mode de vie sain. J’avoue ne pas avoir été attirée par leurs produits parce qu’ils allaient me faire perdre du poids, mais plutôt par la variété de saveurs et leur goûts.

 

Voici leurs différentes gammes et objectifs:

Gamme Slim: Les thés Slim ont pour objectif de nous accompagner dans notre parcours de perte de poids et pour nous procurer une sensation de légèreté.

Gamme Détox: Les thés Détox vous offrent le plaisir de déguster un thé fruité dans le cadre d’un régime détoxifiant. Ce sont de parfaits compagnons fruités et frais qui nous accompagnent dans notre cure détox.

Gamme Beauty: Les thés Beauty soulignent la « beauté intérieure ». Si une bonne nutrition est essentielle pour avoir une peau lumineuse, il ne faut pas négliger l’hydratation et la protection de notre organisme.

Gamme Harmony: Depuis mai 2020, une nouvelle gamme de produits vient compléter les thés fitvia. La gamme Harmony comprend des thés qui conviennent à toute la famille.

Et aussi: Gamme Immune, Gamme Power…

 

Même si les prix des thés peuvent paraitre élevés, sachez que la marque fait très souvent des promotions, et pas un simple 10% ! Très actif sur les réseaux sociaux, vous verrez souvent passer un -40% ou des offres avec des cadeaux en supplément de votre commande.

Et justement en parlant de cadeaux, j’ai aussi craquée pour les accessoires de cette marque, et notamment pour leurs superbes thermos !

 

Mes thés/infusions testées:

Mandarin Slim Tea : Composée principalement de mandarine, d’ananas, de gingembre et de garcinia cambogia;
cette infusion est presque un coup de coeur, et je l’ai déjà re-commandée !

Coconut Slim Tea : Composée principalement de noix de coco, de garcinia cambogia, de feuilles de moringa et de rooibos vert, cette infusion m’a surprise par son goût mais je l’ai trouvé trop sucrée pour moi. Je ne bois jamais mon thé avec du sucre !

Green Power Detox Tea : Composée principalement de kiwi, de feuilles de moringa, de feuilles d’orties et de thé vert Matcha, ce produit est mon coup de cœur que j’ai déjà re-commandée plusieurs fois !

Watermelon Slim Tea : Composée principalement de melon, de moringa, de garcinia cambogia et de gingembre; j’ai aussi trouvée cette infusion trop sucrée pour moi, même si son goût est très appréciable.

Grapefruit Slim Tea : Composée principalement de pamplemousse, d’aloe vera, de thé vert et de garcinia cambogia;
j’apprécie grandement cette infusion

Peach Detox Tea : Composée principalement de pêches, moringa, feuilles d’orties et rooibos; j’apprécie beaucoup cette infusion.

 

Alors si vous êtes tentée, allez faire un tour sur le site internet de Fitvia

Discutons ensemble, RDV du Blog

Un MOOC sur la littérature française du XVIIIème, le siècle des Lumières

 
Je reviens vers vous avec un nouveau MOOC consacré à la littérature française du XVIIIème siècle. Pour les amateurs de cette époque, ou ceux qui souhaitebt en savoir plus, il est possible de s’inscrire sur la plateforme Fun Mooc, dont je vous mets le lien en bas de cet article. 
 
Les cours commencent le 25 janvier 2021, et vous pouvez vous inscrire jusqu’au 26 mars 2021
 
 
MOOC « 18e siècle : le combat des Lumières »
 

 

Ce cours porte sur l’histoire de la littérature et des idées du 18e siècle français. Il vise à présenter l’ensemble du siècle, les œuvres et les auteurs aussi bien que les combats d’idées qui traversent les Lumières. L’accent sera mis sur les « grands auteurs » (Montesquieu, Prévost, Marivaux, Voltaire, Rousseau, Diderot, Sade…) qui constituent le bagage culturel requis pour avoir une idée générale du siècle, mais sans négliger tout ce que la recherche récente à mis en valeur en terme de mouvements de fond, représentés par des auteurs qui ont une place moins individualisée au panthéon littéraire mais qui n’en sont pas moins importants (textes clandestins, romans libertins, développement des femmes de Lettres, etc.). On veillera à donner les éléments de cadrage historique qui permettent de situer les mutations importantes des genres dynamiques du moment (roman, théâtre) aussi bien que les débats intellectuels et la manière dont ils s’incarnent dans des œuvres majeures.

 

Ce cours s’adresse à toute personne souhaitant compléter sa culture générale sur le 18e siècle français, en France ou à l’étranger. Il ne demande pas de prérequis, mais simplement un intérêt pour la culture et la littérature française.

 

Voici le sommaire des sujets abordés:

Salon 1 – Histoire, politique, littérature au XVIIIe siècle

Salon 2 – L’essor du roman

Salon 3 – L’aventure de l’Encyclopédie

Salon 4 – Un siècle de théâtre

Salon 5 – Les lumières en action

Salon 6 – La Révolution et le tournant des Lumières

 

 

Alors vous êtes intéressé ?

Rendez-vous sur ce lien pour vous inscrire !

 

Discutons ensemble, RDV du Blog

Un MOOC sur la bande dessinée, les romans graphiques et les mangas dès le 30 novembre 2020

MOOC Culturel - Fondation Orange

Au mois de mars dernier, je vous ai écrit un article sur la #CultureChezNous avec 3 MOOC sur la littérature auxquels j’ai participé. Sachez qu’aujourd’hui la Fondation Orange, en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, en ouvre un nouveau pour notre plus grand bonheur !

Envie d’en savoir plus sur l’histoire de la bande dessinée, ses maisons d’éditions, ou ses grands auteurs phares… On y découvrira aussi tous les secrets de sa conception et ses codes.

 

Voici la bande d’annonce de la formation

 

Et le programme 

Introduction

1 – L’image et le récit

Les racines de la BD sont anciennes et multiples. Mais au XIXe siècle, certains dessinateurs posent les fondations du genre. Ils inspireront des générations entières d’auteurs. Les connaissez-vous ?

2 – La BD, reine des journaux

C’est l’époque des “p’tits mickeys”, des héros inoubliables et des récits à suivre, dévorés dans des illustrés que l’on guette avec impatience dans la boîte à lettre ou chez le marchand de journaux…

3 – La BD sort des cases

La BD se diversifie furieusement et noue des liens avec le cinéma, la vidéo, le spectacle vivant… Le roman graphique s’impose comme une nouvelle forme de littérature. Mais les formes plus classiques connaissent toujours un immense succès !

Conclusion

 

 

Pour vous inscrire, rendez-vous ici. Les cours commencent à partir du 30 Novembre

 

Alors tenté !?

En tout cas, je m’y suis inscrite !

MOOC culturel - Fondation Orange

Discutons ensemble, RDV du Blog

Ensemble préservons notre patrimoine: la maison natale de Colette à besoin de nous !

La maison natale de Colette

Sidonie-Gabrielle Colette, mieux connue comme Colette, reste l’une des auteures les plus libres et respectées de la littérature française. Femme de lettres, mais également mime, comédienne, actrice et journaliste, on la connait principalement pour la série littéraire des Claudine ( Claudine à l’école, Claudine à Paris, Claudine en ménage, Claudine s’en va, La Retraite sentimentale)

Aujourd’hui c’est un article bien spécial que j’écris. Grande passionnée des monuments historiques, la pandémie qui nous touche en ce moment affecte énormément de secteur, et touche très fortement le tourisme et notre patrimoine. Après la maison de l’auteure anglaise Jane Austen, qui a finalement réussi à être sauvée grâce à des dons, c’est la maison natale de Colette qui est touchée.  Celle-ci est gérée par une association qui ne bénéficie d’aucune subvention, et dépend quasi exclusivement des entrées payantes. Et malheureusement avec un musée fermé pendant plusieurs mois, et une ouverte avec une restriction du nombre de visiteurs, il est difficile pour la structure de survire

Dans cette maison, Colette passa les 18 premières années de sa vie. Mais, plus que sa demeure d’enfance, la maison est le personnage central qui traverse toute son œuvre, dès son premier roman (Claudine à l’école, en 1900) où le village qui y est dépeint, Montigny, est en fait Saint-Sauveur.

La maison de Colette

Afin d’aider l’association « Lire Magazine » a créé une campagne Ulule d’appel aux dons, où des contreparties si vous le désirez, sont proposées. On a le droit de choisir entre un dossier numérique réalisé par le magazine sur Colette, un abonnement au magazine, ou encore un pass pour aller visiter la maison.

Découvrez-en plus ici: https://fr.ulule.com/soutien-colette-lire/

Pour ma part, j’y ai participée, et je suis curieuse de lire le numéro spécial du magazine, afin d’en savoir plus sur cette grande dame. J’avais déjà très apprécié le biopic lui étant consacré, avec dans le rôle principal Keira Knighley. A voir, si vous ne l’avez pas vu !

Colette photographiée par Henri Manuel (vers 1910)
Colette photographiée par Henri Manuel (vers 1910)

« Ma maison reste pour moi ce qu’elle fut toujours : une relique, un terrier, une citadelle, le musée de ma jeunesse », écrit Colette

Reportage en noir et blanc, où Colette nous présente elle-même sa maison !

Quelques liens:

Site Ulule pour participer à la collecte

Ma chronique du biopic sur Colette

Site officiel du musée

Article de presse de TV5Monde

Reportage de France 3 Bourgogne Franche-Comté

Discutons ensemble, RDV du Blog

Lecture numérique #2 : ma liseuse Vivlio

Lecture numérique

Il y a un peu plus de deux ans maintenant, je vous partageais mon expérience pour la lecture numérique dans cet article, et mon choix pour une tablette avec des applications de lecture, que je vous ai présenté à ce moment.

Aujourd’hui, je lis de plus en plus en numérique, même si ma préférence pour le papier demeure toujours. Ainsi, quand j’ai aimé un ouvrage numérique, il me le faut en papier. Depuis je possède une wish-list de livres à acheter en format papier, que j’ai déjà lu !

Mais il y a un an, j’ai décidé de regarder de plus près les liseuses. Je reçois de plus en plus de service presse en format numérique, que ce soit via des plateformes comme NetGalley, ou directement auprès de maisons d’édition ou d’auteurs. Les applications que je vous ai présentées il y a deux ans, offrent un bon confort de lecture. On peut vraiment paramétrer notre ebook comme on le souhaite (et je peux vous le confirmer maintenant, elles ont autant d’options qu’une liseuse), mais le hic est la luminosité… Et là le problème vient du support, la tablette !
Quand votre travail vous fait passer toute votre journée sur un écran LCD, et qu’au soir vous lisez aussi sur ce genre d’écran, les yeux fatiguent. Même si on peut régler comme on le souhaite la lumière ou sa couleur, ça reste un écran LCD. Les liseuses proposent elles un écran à encre imprimé, et plus confortable pour nos yeux, l’effet est le même qu’une feuille de papier. En plus, on peut lire en plein soleil, adieu les reflets sur l’écran !

 

Mais voilà, quelle liseuse choisir ?

Il est vrai que quand on veut se lancer, il n’est pas facile de faire son choix. On a bien sûr tous entendu parler des grands noms, comme les liseuses Kobo de la Fnac et les liseuses Kindle d’Amazon. Il est vrai que les deux enseignes proposent un sacré catalogue d’ouvrages, mais elles possèdent chacun un petit handicap, du moins pour moi. Les kindle ont leur propre format en .azw, et les kobo ne proposent pas d’audio.

C’est pour cela, que je suis allée faire un tour chez les concurrents, et j’ai trouvé mon bonheur chez Vivlio.

 

Ma liseuse Vivlio

Ayant déjà une première expérience de la lecture numérique, le choix des formats est très important pour moi. Je souhaitais donc une liseuse qui en propose beaucoup, avec une grande autonomie, une belle capacité de stockage, une taille pas trop encombrante (j’aime beaucoup le format poche, mais pas broché), et le plus serait l’étanchéité. Je suis une grande miss catastrophe, donc si j’en viens à renverser ma tasse de thé, au moins ça ne serait pas grave !

Vivlio Touch HD PlusMon choix c’est donc tourné vers la liseuse Vivlio Touch HD Plus. Anciennement connue sous le nom de PocketBook et TEA, la marque a récemment changé de nom. Elle n’est donc pas novice dans le domaine, et a déjà sorti plus d’une quinzaine de modèles différents. Au niveau de ses caractéristiques, elle possède une mémoire de 16go; un écran de 6 pouces haute définition et étanche; une grande autonomie (je ne l’ai rechargé que trois fois en un an!); une connectivité audio avec ou sans fil grâce au Bluetooth qui permet d’écouter de la musique, mais bien entendu aussi des livres audio, ainsi que de bénéficier d’une synthèse vocale sur nos ebooks (c’est une voix automatique qui transforme nos ebooks en version audible)… Bref, une petite liseuse très complète et qui fait mon bonheur depuis bientôt un an !

Et le plus supplémentaire, la marque est française ! Je suis donc d’autant plus fière d’avoir trouvé mon bonheur chez eux, et je suis ainsi libre de commander mes livres sur plusieurs plateformes, et quand il est nécessaire de convertir le fichier (comme c’est le cas pour les achats sur Amazon) La liseuse lit ainsi très bien les fichiers .azw converti, par exemple avec le logiciel Calibre. Niveau prix, elle reste aussi accessible, d’autant plus qu’on trouve souvent des offres promotionnelles ! Et en surprise, on a aussi un panel d’ebooks offerts (et pas des classiques littéraires libres de droit !!!)

 

Sur ce, je vous laisse découvrir une vidéo de présentation créé par Vivlio

 

Ainsi que deux liens de test produit chez Les Numériques et Clubic

 

Et bien entendu, je suis disponible pour toutes questions !

Discutons ensemble, RDV du Blog

#PetitsGestes pour une planète zéro déchet avec Les Tendances d’Emma

Les Tendances d'Emma

ça y est juillet est arrivé, et les vacances d’été peuvent enfin commencer ! Peut-être êtes-vous déjà en vacances, ou pensez-vous à vos vacances prochaines… Alors, pour ce nouvel article, j’ai eu envie de vous faire découvrir une nouvelle routine bien-être et beauté, que j’ai adopté avec la marque « Les Tendances d’Emma », et qui en plus est profitable pour notre planète. Et quoi de mieux qu’un moment de pause dans notre routine quotidienne pour tester un nouveau produit !?

Déjà saviez-vous que le coton jetable c’est : 25% de tous les pesticides et insecticides utilisés pour 2% des cultures, 175000 litres d’eau, 125g de pesticides et insecticides pour la simple culture du coton nécessaire à la fabrication d’un tee-shirt de 150g… 

Alors que diriez-vous d’aider pour changer ça, en faisant un #petitgeste ?

 

Aujourd’hui une tendance zéro déchet et une lutte anti-gaspillage tendent à se développer, et ça commence en changeant nos gestes du quotidien. C’est dans cette optique d’écologie que la marque s’est développé il y a maintenant 10 ans. Elle propose des kits pratiques et réutilisables qu’on peut utiliser couramment. Et le plus, c’est qu’on peut les tester, hé oui ! Je vous dévoile de suite mon expérience.

 

Ma rencontre avec Les Tendances d’Emma

Sujet maintenant devenu d’actualité, on a tous entendu parler de tous ces produits jetables qu’on gaspille au quotidien, et dont il y a tant d’alternatives. Mais il est vrai qu’il faut déjà se lancer… Et ce n’est pas forcément évident, ne sachant pas vraiment à quoi s’attendre, quand on n’a pas vraiment de conseils proches. Même si je n’ai rencontré aucune personne de la société, la marque propose tout de même sur leur site, quelque chose de très intéressant. On peut tester certains produits pour se faire une première idée !

 

Test d’un produit beauté: les carrés démaquillants lavables

Les Tendances d’Emma propose sur son site un Kit Eco Test Beauté qui nous permet de tester 3 matières (coton bio biface, bambou et eucalyptus) pour remplacer nos cotons démaquillants jetables. Certes, il faut les acheter, mais on est remboursé par un bon d’achat, frais de port compris. Et aucune pression, le bon est valable un an ! Je me suis donc laissée tenter, et autant dire que j’ai succombé à cette nouvelle méthode de soin et bien-être. En plus d’être lavable, et donc beaucoup plus écologique, ce sont des petites merveilles. Qu’est-ce-que c’est doux ! J’ai ainsi dit adieu aux disques en coton sans problème au bout de 2 mois de test. Le plus compliqué a été de choisir la matière, et j’ai craqué pour l’eucalyptus.

Ci-dessous le mode d’emploi :

comment-utiliser-kit-eco-belle-bois-demaquillage-zero-dechet-tendances-emma
Illustration venant du site Les Tendances d’Emma

Je me suis ainsi procurée des carrés à l’eucalyptus, ainsi que des gants layering tellement doux eux aussi. Et je vais bientôt craquer pour les dissolvettes pour le vernis !

 

#PETITSGESTES POUR UNE PLANÈTE ZÉRO DÉCHET

Et finalement pourquoi s’arrêter là !? Puisque oui la marque propose aussi des produits pour la famille et la maison.

On peut tous devenir éco-citoyen, il faut juste se lancer. Et autant dire que c’est quand même plus économique que ces produits qu’on achète sans cesse, et qu’on jette !

 

Quelques liens utiles

Voici le lien pour visiter le site Internet Les Tendances d’Emma. N’hésitez pas à bien fouiller, ils proposent pas mal de produits, et d’explications qui assez souvent illustrés. Il y a aussi une partie blog, où ils proposent des conseils.

Concernant les liens pour avoir les produits à tester, voici celui pour tester les carrés démaquillants en 3 matières et un autre pour tester les produits pour bébé Comme dit plus haut, ils sont entièrement remboursables, frais de port compris sous forme de bons d’achat.

Et enfin un autre lien pour découvrir les avantages des différents tissus.

 

Les Tendances d'Emma

Discutons ensemble, RDV du Blog

Le roman féminin, c’est quoi au juste ? Retour sur la conférence donnée au Festival du Livre Romantique

cropped-logo_flr-rvb_avecfleurs-1

Lors du Festival du Livre Romantique qui a eu lieu du 30 novembre au 1er décembre 2019 à Dunkerque, j’ai eu l’occasion d’assister à une conférence qui m’a particulièrement intéressée, et dont j’ai eu envie de vous en faire un retour.

Festival destiné à la littérature féminine, la conférence avait pour but de définir ce qu’est le roman féminin. Un sujet bien vaste, qui m’a tout de suite attiré. C’est vrai, comment vraiment définir ce genre…

Agnès Caubet du site « Les Romantiques », qui a fondé sur Paris il y a quelques années le Festival du Roman Féminin, nous en a dévoilé tous les secrets !

 


 

Quand on pense au roman féminin, la première chose qui vient en tête est que ce sont des romans écrits par des femmes. Mais les femmes écrivent des choses diverses et variées. Nous dirons donc plutôt que le roman féminin est un genre littéraire lu par des femmes, en majorité.

Alors, pourquoi parle-t-on de roman féminin et pas de roman masculin ?
En fait, il existe bien des romans masculins, soit lus en majorité par des hommes. Par exemple les SAS de Gérard de Villiers, le roman d’espionnage, le roman d’aventure…

Pourquoi les hommes ne lisent-ils pas la même chose que nous ?
On peut penser à la gestion des émotions. On ne réagit pas de la même manière. Les hommes ne sont pas à l’aise avec la description des émotions, et les écrits qui suscitent des émotions. Ils sont plus à l’aise avec l’idée de dénoncer, de voir la réalité de façon un peu crue, alors que les femmes vont plutôt chercher la détente et l’évasion dans leurs lectures. Bien sûr, il ne faut pas trop généraliser, la littérature féminine vient aussi remplir d’autres fonctions, comme la découverte d’autres lieux, d’autres cultures, d’autres époques, ou la réflexion sur des questions sociales…

La raison principale de cette différence est donc la fonction que chacun attribue à la lecture, ce qu’on y cherche, ce à quoi elles nous servent.

Le roman féminin est finalement très optimiste. Dans les intrigues, on nous montre comment les rapports hommes-femmes peuvent se passer. L’idée n’est pas d’être naïf, mais plutôt d’offrir de nouvelles perspectives et espérances. 

Le roman féminin est aussi qualifié de populaire. Mais, qu’est ce qu’est la littérature populaire ? C’est un style qui est né au XIXème siècle à partir de l’alphabétisation de masse de la population. A l’époque, la lecture concernait l’élite, soit les intellectuels. Le lectorat populaire ne cherche pas la réflexion, mais plutôt l’évasion avec un happy end. On peut citer par exemple les romans policiers avec à la fin la justice qui triomphe, ou encore l’imaginaire avec la victoire contre le mal.

Alors, comment définir ce genre ?
Il peut être divisé en 4 sous-genre, et l’on parle finalement plus de littérature féminine.
la romance avec l’histoire d’un couple et un happy end obligatoire
la chick lit, le feel good et la comédie romantique avec un ton léger, même si des thèmes importants peuvent être abordés, mais de manière douce
l’urban fantasy et la romance paranormale avec un focus sur l’héroïne pour le premier et souvent un triangle amoureux, et un couple avec happy end pour le deuxième
le roman féminin avec une héroïne forte et son parcours (où il n’y a pas forcément un happy end), et avec un ton plus profond voir grave que le feel good

 


 

Voilà mon compte-rendu de cette conférence, qui j’espère vous aura plu. Vous pouvez aussi retrouver son intégralité sur le site « Les Romantiques ».

 

logo les romantiques_small