Films, Littérature anglaise (Angleterre)

L’Amant de Lady Chatterley (Lady Chatterley’s Lover – Netflix 2022)

Acteurs : Emma Corrin, Jack O’Connell, Matthew Duckett, Faye Marsay, Ella Hunt, Joely Richardson
Réalisateur : Laure de Clermont-Tonnerre
Audio : Anglais, Français
Durée : 126 minutes
Genre: Historique, Romance

 

L’histoire:

En épousant Sir Clifford Chatterley, Connie est devenue Lady Chatterley, s’assurant par là une vie de privilèges et d’abondance. Mais cette union idéaliste s’apparente bientôt à une prison quand Clifford revient paralysé de la Première Guerre mondiale. De son côté, Connie rencontre Oliver Mellors, le garde-chasse du domaine, et en tombe amoureuse. Les rencontres secrètes des deux amants vont être pour Connie l’occasion d’un éveil à la sensualité et à la sexualité. Mais quand leur liaison alimente les rumeurs dans le voisinage, la jeune femme doit prendre une décision qui va changer sa vie : suivre son cœur ou revenir à son mari et endurer ce que la société édouardienne attend d’elle.

 

Mon avis:

Adapté du roman de D. H. Lawrence, on suit le parcours de Connie qui vient de s’unir à un riche aristocrate, Clifford Chatterley. Mais tout bascule quand ce dernier revient du front paralysé et impuissant. Ils quittent Londres et ses fêtes fastueuses, pour la demeure familiale en pleine campagne anglaise. Devenant l’infirmière de son mari, elle doit s’occuper de tout dans le domaine. Cette charge aussi bien mentale que physique, l’anéantie peu à peu. Dans cette société étriquée où tout repose sur le paraitre, Clifford lui fait une proposition scandaleuse afin de perpétuer la lignée des Chatterley. Néanmoins, Connie ne supporte plus cette servitude attendue et souhaite retrouver sa liberté…

Netflix nous offre une nouvelle version de ce roman, qui a été interdit pendant plusieurs années en Grande-Bretagne pour son intrigue trop érotique. Dans les rôles titres de Connie et Oliver, ce sont les acteurs Emma Corrin et Jack O’Connell, qui nous offrent une belle alchimie à l’écran. En quête d’indépendance et d’épanouissement, la jeune Lady Chatterley fait lors d’une de ses balades échappatoires, la rencontre du garde-chasse du domaine. Il lui offrira tout ce qu’elle souhaite : de l’attention, de la tendresse, du bonheur et une prise en compte de ses besoins et de son désir sexuel. Et c’est plus qu’un lien intime qui les unira, tous les deux ayant connu la douleur et la perte de leurs confiances en eux-mêmes.

De nombreuses scènes intimistes torrides et sensuelles sont présentes dans le film. C’est avec beaucoup de sensibilité qu’elles sont mises en scène, où le plaisir féminin et masculin se retrouvent à la même échelle et sans tabou. Des messages féministes en ressort, comme le fait qu’une femme peut revendiquer la possession de son corps et sa liberté de choix. Un sujet d’autant plus d’actualité.

Alors que je ne m’attendais pas à grand chose de cette adaptation, ce fut finalement une belle surprise, surtout grâce à la performance des acteurs. A découvrir !

Littérature anglaise (Angleterre), Séries

Hotel Portofino

Acteurs : Natascha McElhone, Mark Umbers, Anna Chancellor, Oliver Dench, Claude Scott-Mitchell, Assad Zaman
Réalisateur : Matt Baker
Audio : Français
Durée : 360 minutes
Genre: Historique, Drame
Lien Amazon

 

L’histoire:

Pendant les années folles, une famille britannique décide de fonder un luxueux hôtel sur la Riviera italienne. Alors qu’il n’est ouvert que depuis quelques semaines, les problèmes s’accumulent pour sa copropriétaire Bella Ainsworth : manque de personnel et d’argent liquide, clients exigeants et politicien local, Signor Danioni menaçant. Pour que la quiétude revienne dans la magnifique station balnéaire de Portofino et alors que le fascisme de Mussolini est en plein essor, Bella va devoir mobiliser toute son énergie…

Série adaptée du roman de J.P. O’Connel

.

Mon avis:

Période de l’entre-deux-guerres, nous suivons le lancement d’un hôtel en Italie mené par une famille anglaise. Bella Ainsworth a imaginé ce complexe luxueux pour offrir un cadre dépaysant pour ses compatriotes. Mais entre les tensions familiales et la montée du fascisme en Italie, l’ambiance n’est finalement pas de tout repos…

Une série télé qui se passe dans un hôtel, je ne peux que penser à la superbe série espagnole Grand Hotel ! Mais la comparaison s’arrête là, le contexte historique n’étant pas le même. On retrouve Bella sur la riviera italienne en compagnie de sa famille et de ses premiers clients. Ces derniers sont particulièrement difficiles à satisfaire. Issue de la haute société anglaise, la jeune propriétaire ne se laisse pas abattre. C’est un nouveau défi pour elle et pour ses enfants. Son fils est encore traumatisé par ce qu’il a subi pendant la guerre, comme sa fille qui a perdu son mari et doit élever seule sa fille. Un contexte familial pas évident à gérer, où se rajoute aussi son mari. Au-delà de ses tracas, Bella prend plaisir à être là pour ses clients, comme auprès de ses domestiques. Même si elle souhaite rester politiquement neutre, les idées de Mussolini ne laissent pas indifférent tout le monde et cela va lui attirer des ennuis.

Grâce à ses décors et ses costumes, on se sent plongé dans les années 20. Les paysages sont magnifiques et dignes de cartes postales, même si le tournage a eu lieu en Croatie et non en Italie. Entre complot, vol, secret, mariage organisé et jalousie, cette première saison à Portofino n’est pas de tout repos pour ses occupants. Composé de 6 épisodes, l’intrigue se déroule assez vite et on reste avec quelques questions. A savoir qu’une deuxième partie est actuellement en cours de tournage. Elle y répondra sûrement.

Un bon moment de passé à la découverte de cette nouvelle série. Je suis bien curieuse de lire le roman dont elle est inspirée.

Films, Littérature américaine (Etats-Unis), Littérature ecossaise (Ecosse)

Enola Holmes 2

Acteurs : Millie Bobby Brown, Henry Cavill, Helena Bonham Carter, Louis Partridge, Susan Wokoma
Réalisateur : Harry Bradbeer
Audio : Anglais, Français
Durée : 120 minutes
Genre: Policier, Historique, Jeunesse

 

L’histoire:

Marchant dans les pas de son célèbre frère, Enola Holmes s’attaque à sa première affaire officielle en tant que détective privée ! Mais alors qu’elle se lance à la recherche d’une jeune fille disparue, une conspiration explosive laisse entrevoir un dangereux mystère que seul le soutien de ses amis (et de Sherlock lui-même) lui permettra d’élucider.

 

 

Mon avis:

C’est avec plaisir qu’on retrouve Enola Holmes dans un second opus. Désormais détective privée tout comme son célèbre frère Sherlock Holmes, Elena se sent prête pour ressourdre une nouvelle enquête. Mais encore faudrait-il qu’elle ait des clients. Une jeune femme enquêtrice, qu’elle drôle d’idée pour nombreux de ces visiteurs… Jusqu’à l’arrivée d’une jeune fille qui révèle la disparition inquiétante de sa sœur. L’aventure peut alors commencer !

Si vous avez aimé le premier film, sachez que le second est dans la même lignée. Enola s’adresse toujours à nous et avec autant de dynamisme. Intransigeante, elle ne se laisse pas faire et est prête à tout pour trouver des réponses, et solutionner ce nouveau mystère. Sa mère est plus présente pour l’aider à sortir de situations compliquées, ainsi que son frère Sherlock qui souhaite l’aider contre son avis. Pour ce qui est de Mycroft, il a disparu. Beaucoup de scènes d’action viennent rythmer l’intrigue. On ne s’ennuie pas et on passe un très bon moment. D’ailleurs, on aperçoit un personnage phare du roman de Sir Arthur Conan Doyle faire une première entrée à la fin du film. Cela promet pour la suite, puisqu’en effet il y en aura bien une !

Toujours engagée pour la cause des femmes, un fait réel est intégré au scénario. La première grève des ouvrières des manufactures d’allumettes à Londres en 1888, qui ont dénoncées leurs mauvaises conditions de travail. Mentionné dans le générique de fin, on peut ainsi se renseigner sur ce mouvement qui a marqué l’histoire de l’Angleterre. Il s’agit de la première manifestation menée par des femmes.

Actu Period Drama, RDV du Blog

Actu Period Drama #32 Les sorties de films historiques et séries historiques

actu period drama

.

The Pale Blue Eye

Création Netflix attendu pour le 6 janvier 2023, ce film de Scott Cooper met en scène Christian Bale, Harry Melling, Gillian Anderson. Inspiré des écrits de Edgar Allan Poe, un premier teaser vient d’être dévoilé.

Synopsis: Une série de meurtres commis en 1830 à l’académie militaire de West Point, un jeune élève officier, qui sera plus tard connu dans le monde entier sous le nom d’Edgar Allan Poe, décide d’enquêter.

 

Lady Chatterley’s Lover

Adaptation Netflix du roman de D.H. Lawrence, découvrez la bande d’annonce de ce film qui sera disponible le 2 décembre sur la plateforme.

Synopsis: En épousant Sir Clifford Chatterley, Connie est devenue Lady Chatterley, s’assurant par là une vie de privilèges et d’abondance. Mais cette union idéaliste s’apparente bientôt à une prison quand Clifford revient paralysé de la Première Guerre mondiale. De son côté, Connie rencontre Oliver Mellors, le garde-chasse du domaine, et en tombe amoureuse. Les rencontres secrètes des deux amants vont être pour Connie l’occasion d’un éveil à la sensualité et à la sexualité. Mais quand leur liaison alimente les rumeurs dans le voisinage, la jeune femme doit prendre une décision qui va changer sa vie : suivre son cœur ou revenir à son mari et endurer ce que la société édouardienne attend d’elle.

 

Sanditon – Saison 3

Alors que la saison 3 est annoncée pour 2023, sans date exacte, les premières images viennent d’être dévoilée.

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

La Duchesse de Buckingham de Shannen Malka

Éditeur : Hurlevent
Pages : 472 pages
Parution : 26 Septembre 2022
Tome : 01/01
Format: Relié
Genre: Romance, Historique

 

L’histoire:

Angleterre, 1841. Elena Quincy, fille du comte de Winchester, mène une existence paisible au cœur de la campagne anglaise, dans un écrin de verdure qu’elle se plaît à parcourir à cheval, au détriment de ses leçons d’étiquette dont elle se passerait volontiers. Mais le calme de son quotidien est brisé lorsqu’elle assiste dans la ville de Southampton à une scène d’une rare violence entre un maître d’œuvre et son employé, un enfant d’à peine dix ans.
Cet événement bouleverse Elena qui ne parviendra pas à retrouver la sérénité avant d’en avoir apporté un peu à ces enfants. Une décision qui la mène, bien malgré elle, dans l’entourage de la reine Victoria.
À Buckingham Palace, Elena découvre un milieu qu’elle ne connaît pas et est emportée dans le tourbillon de complots et de mondanités qu’est la cour. Et alors qu’elle se fait quelques alliés et que la passion amoureuse s’invite, des figures menaçantes commencent à se dessiner, avides de la plonger dans le déshonneur, tandis qu’au-delà des grilles majestueuses du palais, le peuple gronde.

 

Mon avis:

Elena Quincy vit avec son père et ses quatre frères dans un grand domaine qu’elle ne quitte jamais. Alors, quand son père lui accorde enfin le loisir de pouvoir sortir dans le village avoisinant, elle saute de joie. Ne connaissant rien au monde et à ce qui l’entoure, elle assiste à une scène qui la choque et où personne ne réagit. Outrée, elle ne peut rester sans rien faire, au risque de désobéir à des ordres qui vont lui ouvrir des portes vers l’inconnu…

Comment rester inactive face à la violence infantile et aux conditions de vie de jeunes enfants ? Elena ne compte pas rester dans le rang, quitte à s’attirer les foudres du gouvernement. C’est ainsi qu’elle se voit convoquée auprès de la reine Victoria et devient sa dame de compagnie. Une étiquette bien difficile à porter entre les commérages, manigances et somptuosité de la cour, alors que dehors la pauvreté est aux portes. Se faisant remarquer à nouveaux par ses actions, c’est en compagnie de Lord Brooke qu’elle recevra des leçons pour mieux comprendre le contexte; et Lord Osbourne qui l’accompagnera dans ses engagements qui ne seront pas de tout repos et riches de surprises.

J’ai tellement apprécié ma lecture que c’est un coup de cœur. Quel plaisir de tourner les pages, qui nous plongent à la fois dans les bas-fonds de Londres et dans le palais de Buckingham, le tout rythmé par de nombreux rebondissements. Le sujet historique est entièrement maîtrisé et on découvre ce qu’est la vie pendant l’ère victorienne jusqu’à la politique intérieure. J’ai grandement appris. Des références à Oliver Twist de Charles Dickens sont insérés dans l’intrigue, tout comme Le songe d’une nuit d’été de William Shakespeare. J’ai bien envie de me faire une relecture !

Concernant les personnages, Elena m’a fait penser à Elisa Scalzy de la série télé Elisa di Rivombrosa qui est inspiré de roman de Samuel Richardson. Fougueuse et entêtée, la jeune femme n’a pas peur de se mettre en danger pour soutenir ses convictions. La cause infantile lui est chère et elle est prête à tout, même si des fois ses actions trop rapides attirent des conséquences négatives. Quant aux personnages masculins, Lord Brooke m’a rappelé Fitzwilliam Darcy d’Orgueil et Préjugés de Jane Austen. Très froid, on se doute qu’il cache un lourd secret. Et pour Lord Osborne, j’ai eu envie de douter de lui tellement souvent que je ne savais plus quoi en penser !

En bref, une superbe romance historique sous le règne de Victoria à découvrir !

Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

La liste de Mr Malcolm de Suzanne Allain

Éditeur : J’ai lu
Pages : 288 pages
Parution : 1 Septembre 2021
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Julia Thistlewaite est folle de rage. Elle espérait épouser l’honorable Mr Malcolm, mais il la juge indigne de porter son nom. Et pourquoi ? Parce qu’il a eu le culot de dresser la liste des qualités indispensables pour avoir le privilège d’être sa femme et, bien sûr, Julia ne remplit pas tous les critères.
Ce snob mérite une bonne leçon. Décidée à se venger, Julia fait appel à la douce Selina, qui devra jouer le rôle de la fiancée idéale et charmer Malcolm… puis l’humilier publiquement en refusant sa demande en mariage.
Entre faux-semblants, intrigues de boudoir et chassés-croisés amoureux, ce plan machiavélique va connaître bien des rebondissements !

 

Mon avis:

Julia Thistlewaite est une jeune femme très sûre d’elle et qui a toujours eu tout ce qu’elle souhaitait. Alors, quand Mr Malcolm ose se jouer d’elle en la repoussant, elle ne compte pas se laisser faire et souhaite l’humilier. C’est ainsi qu’elle fait appel à son ami Selina pour monter un plan contre lui et cette fameuse liste de femmes parfaites qu’il a osé dresser…

L’intrigue du roman commence très vite, alors que Lord Cassidy demande des comptes à l’honorable Jeremy Malcolm, qui aurait flirté avec sa cousine et laissé tomber par la suite. Sa fameuse liste est alors évoquée, lui expliquant qu’elle ne remplissait pas les conditions pour être son épouse. Cela met Julia hors d’elle. Selina vient alors à la rescousse, et elles conçoivent un rôle qu’elle devra jouer, avec l’aide de son cousin. Mais celle-ci n’est pas trop pour et préférerait se faire un avis d’elle-même sur ce jeune homme. La première rencontre arrive lors d’un bal, et bien entendu cela ne se passe pas tout à fait comme prévu.

Le personnage de Julia est vraiment l’archétype de la personne pourrie gâtée. Elle en devient agaçante au fil de la lecture et s’est fait pour ! Manipulatrice, elle pense qu’elle peut tout avoir très simplement dans la vie et qu’elle n’aura point de refus. On comprend alors ses folies qu’elle commet et ses revirements sans grandes pondérations. Son amie Selina est bien différente, plus réfléchit et ayant de la culture, elle s’aperçoit très vite que cette vengeance n’a pas lieu d’être. Mais comment raisonner quelqu’un qui ne veut pas l’être. Quant à Jeremy, il est très sûr de sa personne. « Le bourreau des cœurs », « le briseur de rêves de ces dames », on en apprend plus sur sa personnalité en fin de roman et on finit par s’attacher à sa personne.

En soit un roman assez court, mais il s’agit du premier roman de l’auteure. J’aurais souhaité un peu plus de description, des personnages et histoires plus développés, bien qu’on passe un très bon moment. Mouvementé, on ne manque pas de révélations au fil des pages. On rit face à des situations rocambolesques. On se doute du dénouement.

Une lecture agréable et qui a déjà son adaptation en film !

Ma chronique du film ici

Bande dessinée, Littérature américaine (Etats-Unis), Livres

La fille maudite du capitaine pirate, tome 3 de Jeremy A. Bastian

Éditeur : La Cerise
Pages : 48 pages
Parution : 12 Novembre 2021
Tome : 03/04
Format: Album
Genre: Historique, Fantastique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Plus bas, toujours bas… la fille maudite du capitaine pirate plonge au plus profond des mers de l’Omerta, toujours en quête de son père. Guidée par le sabre du Danois noir, croisant dangers et nouveaux alliés, vers le secret que cache la caverne au fond de la faille ! Dans cette suite tant attendue de la série qui l’a fait découvrir, Jeremy Bastian déploie tout son talent pour nous embarquer plus loin encore dans cet univers d’une richesse infinie.

 

Mon avis:

De retour auprès de la fille du capitaine pirate, qu’on a laissé précédemment aux portes de la grotte du Diable. Mais quelle aventure va-t-il encore lui arriver…

C’est toujours un plaisir de se replonger dans cette sublime bande dessinée qui commence directement dans l’action. Notre héroïne est plus motivée que jamais à retrouver son père, et est prête à tout. L’enquête continue avec quelques révélations, mais il est vrai que je m’attendais à en apprendre plus…

Ce troisième tome est encore plus court que le précèdent, et l’intrigue apparait de plus en plus décousue et stagne. Niveau graphique, nous sommes servis. Deux doubles pages riches en détails sont même insérées dans l’ouvrage. Le travail réalisé est toujours aussi époustouflant et déroutant. Devoir tourner sa lecture dans tous les sens pour pouvoir lire une phrase entière, ou appuyer dans le centre du livre pour réussir à en lire une autre… c’est peut-être pousser un peu loin. Bien que ce soit toujours un régal à regarder.

J’ai tout de même passé un bon moment, et j’ai d’autant plus hâte de connaitre la suite et la fin de cette histoire.

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Prophétie d’automne de Sarah M. Carr

Éditeur : Bookmark
Pages : 328 pages
Parution : 27 Mai 2019
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Ailsa, jeune femme du clan Cameron, passionnée, rebelle, (et pourtant fidèle à l’honneur des siens), se retrouve malgré elle porteuse d’une prophétie qui va bouleverser son existence.
Duncan MacLean, futur héritier du clan MacLean, a toujours été rejeté par un père rongé par la jalousie, car convaincu que son fils était le fruit d’un adultère.
La mort du patriarche délivrera le jeune laird de ses démons et lui ouvrira les portes d’une rédemption dont il se croyait proscrit.
Deux êtres que tout oppose, un guerrier sombre et une jeune femme solaire, se retrouvent à jamais liés par le destin, lorsque leurs chemins se croisent par hasard, un jour d’automne sur les bords du Loch Linnhe.

 

Mon avis:

Dans un climat de tension entre l’Angleterre et l’Ecosse, les clans écossais doivent se rassembler pour affronter ce conflit ensemble et unis. C’est ainsi qu’une alliance par le mariage qui est conclu entre le clan Cameron et MacLean. Liée par une prophétie, la jeune fille accepte cette union alors qu’elle ne connait rien de son futur époux. Destin, surprises et déconvenues seront au rendez-vous…

Ailsa Cameron est une jeune femme au grand caractère. Personne ne l’empêche de sortir seule. Ce jour, alors qu’elle se rend au loch Linnhe, une banshee se révèle à elle. Cet esprit lui livre le message que son destin va changer et qu’elle doit l’accepter pour son épanouissement futur. Alors, quand son père lui apprend qu’elle doit se marier au nouveau Laird MacLean, elle approuve sans broncher. Accompagnée de son frère, elle se rend sur les terres de son futur époux pour célébrer son mariage. Elle y découvre un homme pas si inconnu, mais très froid et dur. Duncan MacLean a été rejeté par son père, et il le vit encore très difficilement. Colérique, abusant de la boisson et des femmes, voilà un conjoint bien difficile pour Ailsa, qui n’a pas l’intention de se laisser faire, et ne mâche pas ses mots envers lui.

Au fil des pages, nous suivons l’évolution de leur relation. Ponctuée de moments malsains, de douleurs, de doutes et de quiproquos, la situation finit par s’apaiser quand ces deux grands caractères finissent par se comprendre et communiquer. Très vite on s’attache au personnage d’Ailsa, qui peut compter sur le frère du Laird, Niall, et sur sa suivante, Sileas, pour l’aider. Le personnage de Duncan est plus sombre. Il met du temps à se dévoiler à cause de son lourd passé. Maladroit et entêté, on finit par s’attacher à lui en seconde partie de roman, quand des péripéties viennent rythmer l’intrigue.

Il est vrai que le trame de l’histoire fait déjà vu: un mariage arrangé, des héros que tout opposent… Mais pour un premier roman, l’auteure surprend par une narration bien construite, qui sait nous tenir en haleine. Grâce à la fluidité qui est installée, on croit ce qui nous est conté. Il y a aussi quelques éléments historiques qui sont ajoutés, pour notre plus grand plaisir (et je n’aurais pas été contre d’en avoir plus !)

En bref, un très bon moment de lecture qui m’a fait replonger dans les Highlands du XIIIe siècle.