Actu Period Drama, RDV du Blog

Actu Period Drama #13

actu period drama

 

Sissi – The Empress

Netflix prépare un nouveau projet de mini-série consacrée à l’Impératrice Sissi. Intitulée The Empress, elle sera composée de six épisodes de 45 minutes, racontant la vie de la souveraine autrichienne, notamment les premiers mois de sa vie à la cour de Vienne, mais également le contexte historique, à savoir « la crise de Crimée, l’occupation de l’Italie du Nord par l’Autriche ou la guerre avec la Prusse. » La mini-série cherchera également à mettre en avant certaines « figures et leur entourage qui n’ont, jusqu’à présent pas été montrés ».

Le casting n’a pas encore été dévoilé. La suite au prochain numéro !

Wikipédia Élisabeth de Wittelsbach - Sissi

 

The Dig

Adapté du roman éponyme de John Preston, et d’une histoire vraie post seconde guerre mondiale, « The Dig » raconte l’histoire d’Edith Pretty, une veuve qui a le pressentiment que son terrain contient des objets de valeur enterrés. Pour s’en assurer, elle recrute un archéologue local, Basil Brown, qui établit la découverte comme une des plus grandes de l’Histoire. Le cinéaste australien Simon Stone (The Daughter) réalisera le long-métrage britannique, qui sera produit par Gabrielle Tana (Philomena). Du côté du casting, on retrouve Carey Mulligan, Ralph Fiennes, Lily James, et Johnny Flynn.

En collaboration avec la BBC, le film sera disponible sur Netflix. A défaut d’avoir une date de sortie, découvrez quelques photos du tournage.

imageimage-1image-2image-3

 

Emily

Un nouveau projet de biopic sur Emily Brontë est prévu pour 2021, il reviendra sur ses premières années. On retrouve au commande de cette réalisation Frances O’Connor (Fanny Price dans Mansfield Park 1999), quant au rôle d’Emily il a été confié à Emma Mackey, révélation de la série Sex Education. Le casting comprend également Joe Alwyn (La Favorite) qui incarnera l’amant d’Emily avec lequel elle est en conflit, Fionn Whitehead (Dunkerque) qui jouera son frère de génie autodestructeur et enfin Emily Beecham (Little Joe) qui incarnera Charlotte Brontë, sa sœur. Pour l’instant son autre sœur Anne, n’est pas mentionnée.

Bronte

Littérature française, Livres, Romance, Romance historique

Pour l’amour d’une Sasunnach de Aurélie Depraz

Pour l’amour d’une Sasunnach de Aurélie Depraz

Éditeur : Autoédité
Pages : 200 pages
Parution : 4 Juin 2018
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Ecosse, 1374 Pour apaiser les tensions scotto-anglaises de la fin du XIVe s., le roi d’Angleterre Edouard III offre en mariage, avec l’appui du monarque écossais, les trois plus belles filles nobles de son royaume aux trois plus puissants seigneurs d’Ecosse. Ian MacAlistair, seigneur d’Argyll, a le mariage en horreur et ne porte guère les Anglais dans son cœur. Les Highlanders refusent l’idée même de cette alliance et Ian chérit sa liberté plus que tout au monde. Tiraillé entre raisons personnelles et géopolitiques, entre passé et avenir, sa tête et son cœur, Ian doit choisir : céder, et affronter les foudres de ses compatriotes, ou refuser, et déclencher l’ire du roi d’Angleterre. En accueillant la jeune Anglaise aux charmes indéniables sous son toit le temps de discuter de sa décision avec les chefs de clan voisins, Ian rencontre son destin. Une romance à l’écossaise, à la fois historique et teintée d’érotisme, ancrée dans le cadre et l’imaginaire idylliques de l’Ecosse médiévale.

 

Mon avis:

Petit plongeon en Ecosse au XIVème siècle, où les conflits avec l’Angleterre sont toujours d’actualité. On suit les périples d’une jeune anglaise, Alannah d’Harcourt promise à Ian MacAlistair par le roi d’Angleterre, en signe de paix entre les deux pays. C’est un voyage de plusieurs semaines qui contraint Alannah à quitter son cocon familial, pour rejoindre des contrées lointaines, qu’elle ne connait pas, tout comme son futur époux. Une cohabitation qui s’annonce forcément difficile, mais est-ce que ça va durer !?

Pour l’amour d’un Sasunnach est le premier roman publié par Aurélie Depraz, et pour tout vous dire je suis impressionnée. Comme pour le précédent que j’ai lu à l’époque des vikings, on ressent son implication à bien vouloir recréer un contexte historique réel. Même si j’ai un peu moins utilisé les notes, comme pour le roman qui concernait les vikings, connaissant mieux les Highlands, je trouve toujours super d’avoir des explications qui nous immergent dans l’époque. J’adore quand les auteurs nous dévoilent leurs recherches, soit via des notes, et des écrits en fin de roman. C’est super intéressant.

Concernant l’intrigue, je dirais que le roman se passe en deux temps. Avec une première partie concernant la rencontre avec Alannah qui découvre l’Ecosse, son peuple et son futur mari Ian. Puis un second temps qui redonne un coup de fouet à l’intrigue, pour notre plus grand plaisir, avec des moments d’actions et de révélations. Je vais me répéter, mais pour un premier roman, c’est vraiment très bien écrit, et on s’accroche très vite aux personnages principaux. J’ai tout de suite aimé Alannah, qui arrive pratiquement toute seule dans un pays inconnu, mais qui ne se laisse pas démonter pour autant, même si elle est sur ses gardes. Et à ses côtés, Ian qui la taquine. C’était d’autant plus appréciable d’en découvrir d’avantage sur ses origines en deuxième partie de roman. Un personnage très attachant tout comme Alannah. J’ai bien aimé ce couple.

Encore une fois, j’ai passé un très bon moment avec ce roman, et ça faisait d’ailleurs un petit moment que je n’avais pas lu une romance historique écossaise. J’ai d’autant plus apprécié. Et je tiens aussi à féliciter l’auteure, puisque pour une première fois, c’est vraiment très bien réussi. J’ai d’autant plus envie de lire la suite de ses ouvrages, pour voir l’évolution de sa plume. Mais tiens donc, j’en ai deux autres dans ma PAL 😉

note 4 étoiles

Littérature suisse, Livres, Romance, Romance historique

Le coeur de Lucy, tome 1 : Au-delà de la raison de Marilyn Stellini

Le coeur de Lucy, tome 1 : Au-delà de la raison de Marilyn Stellini

Éditeur : Milady Romance
Pages : 432 pages
Parution : 28 août 2015
Tome : 01/02
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

L’histoire:

Angleterre, époque victorienne. Lucy Hadley n’a que faire des mondanités de la haute société et ses talents de guérisseuse lui valent une réputation de sorcière. Appelée au chevet du comte de Lauderdale, qui est gravement malade, elle rencontre le meilleur ami de celui-ci, Jack de Nerval. C’est le début d’une liaison orageuse avec un homme qu’elle aime d’un amour inconditionnel. Mais le cœur du duc n’est plus à prendre : Jack est marié et père de famille… Les tourments de Lucy ne font que commencer.

Mon avis:

Lucy Hadley est une jeune lady de 19 ans. Orpheline de père et abandonnée par sa mère, elle récolte ainsi une mauvaise réputation de la société. Elle vit à Dunram avec son demi-frère Henry et sa femme Bethany, ainsi qu’avec son neveu et son autre demi-frère Aaron. Dans son foyer, elle aide les domestiques dans leur quotidien, et surtout, elle est connue pour ses dons de guérisseuse. C’est ainsi, alors qu’elle se trouve chez sa vieille amie pour se procurer des herbes, qu’elle vient en aide au valet du comte Allan de Lauderdale, qui cherche une guérisseuse pour aider son maître fort malade. Elle se rend à son chevet en Ecosse. Sur place, elle fait la connaissance du meilleur ami du comte, Jack de Nerval, dont elle tombe immédiatement sous le charme. Mais celui-ci est marié, et à même une petite fille…

Avec ce roman, on se retrouve avec un scénario de romance impossible, et même de triangle amoureux. Le personnage de Lucy m’a tout de suite intriguée, un peu à mi-chemin du personnage de Cendrillon avec des pouvoirs exotériques. Mais il est vrai qu’au fur et à mesure, j’ai eu un peu plus de mal à accrocher. Lucy est quand même censé être une jeune fille de bonne famille qui a grandi dans un orphelinat, comme son amie Judith. Et je l’ai trouvé trop libre dans ses actions, on a même tendance à oublier qu’on est dans l’évoque victorienne. Elle est peut être en dehors des conventions, mais on va un peu trop loin à mon goût. Lucy a un caractère fougueux, direct et passionné; elle se déplace le plus souvent toute seule, sans aucun accompagnement; son langage est assez limite pour une dame; elle consomme de l’alcool fort dans des bars; et dans les nombreuses scènes érotiques, l’effeuillage est assez rapide. A cette époque, les femmes sont censées avoir plusieurs couches de vêtements…

Sinon il est vrai que l’auteure écrit bien, et c’est pour cela que je me suis laissée porter jusqu’à la fin, même si j’ai fini par me lasser des personnages principaux, et que je trouve que le caractère historique n’est pas vraiment respecté. J’ai particulièrement aimé les échanges épistolaires, et les informations sur les plantes pour soigner tel ou tel symptôme. Je me suis aussi amusée sur Internet à regarder les pouvoirs de chacune, et j’ai par conséquent appris beaucoup. Mais il est vrai que je n’enchaînerais pas avec le deuxième et dernier tome.

note 2,5 étoiles

Littérature anglaise, Séries

Sanditon

9781409192909

Acteurs: Rose Williams, Theo James, Anne Reid, Kris Marshall, Jack Fox, Crystal Clarke, Charlotte Spencer, Kate Ashfield, Leo Suter
Réalisateur : Andrew Davies
Audio : Anglais
Durée : 360 minutes
Genre: Historique, Romance, Drame

 

L’histoire:

D’après le dernier roman inachevé de Jane Austen.

Début du XIXe siècle. Angleterre. L’aristocratie découvre les bienfaits des bains hydrothérapiques. Une famille, les Parker, décide de faire de Sanditon, un village de pêcheurs paisible, une station balnéaire prisée par la haute société anglaise.

 

 

Mon avis:

Sanditon est une petite ville de bord de mer en plein développement. La famille des Parker souhaite en faire la nouvelle station balnéaire à la mode. De vastes plans sont ainsi lancés en architecture et en événementiel. Mais encore faut-il réussir à mobiliser la bonne société.

Après toutes les critiques négatives que j’ai pu lire sur cette mini série, j’avoue avoir mis énormément de temps à la regarder, afin de me faire mon propre avis. Il est vrai qu’on est finalement assez loin de l’univers de Jane Austen, et de son humour qu’on retrouve très peu dans cette adaptation. Et c’est pourquoi, j’ai plus voulu découvrir cette série comme une création originale d’Andrew Davies, son réalisateur.

Je dirais avoir trouvé l’intrigue intéressante, comme les personnages de Charlotte Heywood, l’une des héroïnes de l’histoire qui va aider le frère aîné, Tom Parker dans ses projets; ou Lady Denham, une dame de la haute société, dont les membres de sa famille court après son argent; ou encore Georgiana Lambe, une héritière métisse. Mais autant dire que je n’ai pas du tout accroché avec l’un des héros, Sidney Parker. Ce personnage est tellement inconstant, et incompréhensible. Je ne comprends pas du tout ce qu’a voulu faire le réalisateur avec lui… Un Darcy odieu, mal dans sa peau et froid ? Encore faudrait-il arriver à le suivre… Je trouve aussi qu’on s’intéresse un peu trop à la romance, au point d’en créer un triangle, et que de nombreux sujets de l’intrigue ont été délaissé et manquaient d’être approfondis. Et il y avait pourtant matière à réaliser une bonne série, que ce soit par les thèmes développés, ou les personnages présents. J’aurais par exemple souhaité en savoir plus sur Georgiana, ou Clara. Finalement, on peut même se demander ce que cette dernière a apporté à l’histoire.

Mais pour finir tout de même sur une note un peu plus joyeuse, ITV nous gâte toujours avec de beaux paysages, lieux de tournage, monuments et costumes. Je dirais que je suis tout de même contente d’avoir vu cette adaptation, mais je suis clairement sur ma faim. Il y a vraiment des moments où j’accrochais à l’histoire, c’est dommage.

 

note 2 étoiles

Littérature française, Livres, Romance, Romance historique

Les sœurs Charbrey, tome 2 : Un mari récalcitrant de Cassandra O’Donnell

Les soeurs Charbrey, tome 2 : Un mari récalcitrant de Cassandra O'Donnell

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 250 pages
Parution : 24 Juin 2015
Tome : 02/02
Format: Semi-Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

– Ton fiancé sait-il à quel point tu peux être insolente dans l’intimité ?
– Non, mais moi je sais à quel point tu peux être mufle devant tout le monde, rétorqua Rosalie avec un sourire glacial.
Rosalie Charbrey ne parvient pas à y croire. Comment le duc de Langford, l’homme qui l’a séduite et abandonnée deux années plus tôt, ose-t-il se comporter d’une manière aussi odieuse ? Que cherche-t-il après tout ce temps ? À ruiner son bonheur et son prochain mariage avec le jeune et charmant vicomte d’Edgfield ? Bah, peu importe si ce débauché semble, pour une raison obscure, déterminé à lui rendre la vie impossible, Rosalie est fermement décidée, elle, à résister aussi bien à ses assauts qu’à gagner la guerre que « Sa Grâce » vient de lui déclarer…

 

Mon avis:

Deux ans se sont passés depuis le dernier tome. Rosalie Charbrey est devenue une jeune femme accomplie, et son roman a beaucoup de succès. Un nouveau manuscrit est même en cours, même si peu de monde sait vraiment qui se cache derrière ce faux nom d’auteur. Elle est aussi depuis fiancée au vicomte d’Edgfield, un vrai gentleman, avec qui elle doit se marier dans trois semaines. Mais c’est sans compter sur le retour du duc John de Langford, qui l’a lâchement abandonné sans raison, et l’a fait énormément souffrir. Grand ami depuis toujours du comte de Greenwald, celui-ci sait qu’il s’est mal conduit envers la jeune fille. Et c’est sous le choc qu’il apprend le mariage de cette dernière. Une mission secrète dont personne n’était au courant a dû le faire partir, et ça lui cause d’ailleurs bien des soucis. Lui qui s’était promis de ne jamais se rattacher à quelqu’un depuis le décès de sa femme, ne s’attendait à tomber amoureux. Mais cette histoire est assez mal partie pour l’instant, et sa situation ne l’aide pas…

J’ai grandement aimé retrouver la petite famille Charbrey, mais surtout la sacrée Morgana. Malcom est devenu un vrai chef de famille, et s’occupe très bien des sœurs de sa femme. Et sa nouvelle mission est justement d’accompagner Rosalie à Londres pour rejoindre sa tante, et son futur époux. Beaucoup plus sage que sa sœur aînée, Rosalie est tout de même en dehors des convenances de la société, même si elle fait tout pour le cacher. L’intrigue est pour le coup très différente du premier tome, où très vite on comprend qu’un complot se monte, en rapport aux fameux deux ans d’absence du duc de Langford. Dans ce tome, pas beaucoup de nouveaux personnages, mais on en apprend plus sur ceux dont on a déjà fait la connaissance.

Même si j’ai à nouveau dévoré ce roman, je pense qu’il aurait pu être un coup de cœur. L’intrigue nous amène en effet plus d’aventure et d’action. Surtout à la fin, quand les mystères commencent à se dévoiler (dont je ne dirais rien, pour ne pas vous gâcher le plaisir) Mais seulement voilà, je trouve qu’ils n’ont pas été assez détaillés, un peu trop survolés. Ou bien, est-ce ma nature curieuse, mais je trouve qu’on tenait quelque chose de palpitant, qui aurait pu l’être encore plus. Mais autant dire, que ça n’a pas gâchée ma lecture pour autant, j’ai même passé un super moment, peut-être un peu sur ma faim du coup !

 

note 4,5 étoiles

 

Films, Littérature anglaise

Chambre avec vue (A Room With The View)

Chambre avec vue (A Room With The View)

Acteurs : Helena Bonham Carter, Daniel Day-Lewis, Julian Sands, Maggie Smith, Simon Callow, Judi Dench, Denholm Elliott, Patrick Godfrey
Réalisateur : James Ivory
Audio : Anglais, Français
Durée : 117 minutes
Genre: Drame, Romance, Historique

 

L’histoire:

Italie, début du XXe siècle. Lucy Honeychurch, jeune Anglaise de bonne famille, est en villégiature à Florence avec Charlotte Bartlett, une cousine plus âgée. À la pension Bertolini où elles séjournent, elles retrouvent leur pasteur, M. Beebe, et font la connaissance de leurs compatriotes. Parmi eux, un jeune homme va attirer l’attention de Lucy : venu avec son père, George Emerson est un libre-penseur, spontané et rêveur. Leur attirance mutuelle donnera lieu à un baiser passionné dont sera témoin Charlotte, provoquant le départ précipité des deux cousines. Quelques mois plus tard, alors que Lucy est désormais fiancée au très pompeux Cecil Vyse, George Emerson fait son retour dans la vie de la jeune femme…

 

Mon avis:

Chambre avec vue est une adaptation du roman « Avec vue sur l’Arno » d’Edward Morgan Forster. Le réalisateur James Ivory, en fait d’ailleurs un beau clin d’œil en montant le film sous forme de chapitrage, et en annonçant avec une illustration et un titre, le tableau qui va suivre. J’ai trouvé cette construction intéressante et très originale.

Tout comme le livre, nous commençons notre voyage en Italie, à Florence où de sublimes paysages nous sont proposés. On rentre directement dans l’action avec ce problème de chambres, qui n’ont pas vu sur l’Arno, comme l’avaient demandées Lucy Honeychurch et sa cousine Charlotte. Il est d’ailleurs très agréable de retrouver Maggie Smith et Helena Bonham Carter (presque à leurs débuts). Ici le rôle de Lucy change énormément de ce qu’on a l’habitude de voir des rôles de cette dernière, et de l’univers de Tim Burton qu’on lui connait bien. Même si Lucy est une jeune fille toute timide, et encadrée par les conventions de l’époque, elle est aussi une femme moderne qui n’attend qu’à être révélée. Avec ce rôle, on voit bien le talent de l’actrice. Son personnage nous emmène ainsi à la découverte de Florence, de ses plus beaux chef-d’œuvres, et d’ailleurs la réalisation est superbe. Cette scène champêtre du premier baiser passionné ne peut que marquer l’esprit. Le rythme est certes assez lent, introduit à chaque fois par un nouveau plan. Le personnage de Charlotte nous amuse, comme leur connaissance faite en Italie, ou le petit frère de Lucy. Au contraire, le personnage de Cecil est des plus agaçants, sans vie, il nous donne envie de le secouer, ce qui peut quand même nous faire rire.

Le film est surtout intéressant à voir pour les superbes images qu’il nous propose à la fois de la Toscane, et du Sussex. Mais il est vrai que sa lenteur peut en décourager certains. Il reste un beau moment de poésie accompagnée de belles musiques, et d’une petite touche de féminisme.

note 4 étoiles - film

Classique, Littérature anglaise, Livres

Avec vue sur l’Arno de Edward Morgan Forster

Avec vue sur l'Arno de Edward Morgan Forster

Éditeur : Robert Laffont
Pages : 368 pages
Parution : 9 Novembre 2017
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Classique, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Lucy Honeychurch n’aurait jamais pu partir à la découverte de l’Italie comme toute jeune Anglaise de bonne famille sans la surveillance d’un chaperon zélé, sa cousine Charlotte. A leur arrivée à Florence, les deux voyageuses constatent avec dépit que la chambre qui leur a été réservée n’a pas de vue sur l’Arno. En violation de toutes les convenances, deux inconnus, M. Emerson et son fils George, leur proposent de leur échanger la leur qui, elle, donne sur le fleuve. L’attitude cavalière de George envers Lucy et le peu de résistance qu’elle lui oppose poussent Charlotte à décider d’abréger leur séjour. Mais le hasard va à nouveau réunir les Emerson et les Honeychurch, en Angleterre cette fois… Un roman délicieux sur l’éveil des sentiments et le poids des conventions sociales par un des maîtres de la littérature anglaise.

 

Mon avis:

Lucy Honeychurch, jeune fille de la haute société anglaise, est en voyage avec sa cousine, Charlotte Bartlett, qui se doit de la chaperonner. Logées dans une pension de famille en Italie, elles sont déçues de constater à leur arrivée, que leurs chambres ne donnent pas vue sur l’Arno, mais sur l’arrière du bâtiment et sur une petite cour pas très accueillante.
Mr Emerson et son fils, leurs proposent donc d’échanger leurs chambres, vu que les leurs donnent justement sur le fleuve. C’est ainsi que commence l’histoire de Lucy et du jeune George Emerson.

J’ai particulièrement apprécié les personnages de cette histoire, qui se déroule bien sûr en Italie, mais aussi en Angleterre. Lucy est l’exemple parfait des jeunes filles de l’époque, parfaitement éduquée par des discours formatés et rigides. Elle est assez naïve et timide, mais grâce à son grand cœur, elle arrive à avoir un esprit ouvert. Son voyage à Florence va être comme libérateur pour elle. Curieuse et intéressée par le monde qui l’entoure, c’est rempli d’une certaine assurance qu’elle va rentrer chez elle. Quelques péripéties se sont passées lors de son voyage, et ça ne va pas s’arrêter. C’est très intéressant de voir son évolution. En jeune femme moderne, elle hésite moins à défier les convenances du monde dans lequel elle vit. A ses côtés, George est clairement anti conventionnel, tout comme son père. Deux personnages tout aussi intéressants à suivre, en retrait du protocole et des convenances.

Ce roman est finalement une très belle romance, qui commence dans un cadre idyllique en plein Florence, et se poursuit dans ces paysages paisibles de la campagne anglaise, vers une passion naissante. Même s’il n’a pas été évident au début de rentrer dans l’histoire, ce fut tout de même un bon moment de lecture.

note 3,5 étoiles

Littérature française, Livres, Romance, Romance historique

L’amour, la mer, le fer et le sang d’Aurélie Depraz

couv65312820

Éditeur : Autoédité
Pages : 254 pages
Parution : 30 Septembre 2018
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Côtes danoises, hiver 865
Sven aime la mer. Il aime les raids, il aime les femmes, il aime son peuple et l’aventure mais… depuis peu, il se prend à rêver de semailles et de moissons, de terres et de cultures et, pourquoi pas, d’une femme, d’un foyer, d’une famille.
Une grande expédition est prévue au printemps. Les rives anglo-saxonnes. Cela tombe bien ! Il paraît que leurs femmes sont belles et leurs terres fertiles. C’est décidé : il en sera. Une épouse, une ferme, un commerce florissant vers le Jutland, et à lui le bonheur d’une vie nouvelle !
Mais quand on n’est rien d’autre, aux yeux de la femme de ses rêves, qu’un païen, un barbare, un envahisseur aux mœurs cruelles… quand on est l’amant d’une femme jalouse et le sujet d’un roi cupide… l’entreprise s’annonce difficile !
L’histoire d’un amour improbable au temps des grandes invasions vikings.

 

Mon avis:

Voici le premier roman de l’auteure que je découvre, et qui nous emmène au Moyen Age, au temps des Vikings. On fait la connaissance de Sven, un ténébreux viking, grand guerrier, coureur de jupon et de prime abord assez froid et dur. Ce jeune homme aimerait du changement dans son quotidien, bercé par les raids et les pillages. Il a envie de se poser une bonne fois pour toute, ce qui fait bien rigoler son entourage, à cause de la fameuse réputation qu’il a. Mais il finit par persuader le grand conseil. Débute alors la colonisation de l’Est-Anglie, qui possède des terres fertiles. Il va y faire la rencontre d’une jeune anglo-saxonne de 18 ans, lors de l’attaque de son village. Aalissia est orpheline et l’aînée de la famille. C’est elle qui élève ses jeunes frères et cultive, comme elle peut, les terres de sa famille. La rencontre entre nos deux héros ne commence pas sur de très bonnes bases, mais l’avenir peut réserver des surprises…

J’ai non seulement aimé l’intrigue de ce roman mais aussi appris beaucoup. Grande fan des Highlands, j’ai moins de connaissance sur l’histoire des Vikings. C’est pourquoi j’ai apprécié toutes les notes présentes dans le livre sur ce peuple, et en apprendre davantage sur leur culture. Donc en plus d’une superbe romance (que je vais expliquer ensuite), l’auteure nous offre une super mine d’informations ! C’est très agréable ! J’ai maintenant quelques bases, que j’ai bien envie de développer ! J’ai toujours apprécié d’avoir, à la fin de certain romans historiques, un écrit qui explique le contexte historique, les personnages qui ont inspiré le roman, ce qu’ils sont devenus… Ici Aurélie nous offre plein de détails sur les termes usuels qui définissent leur culture et habitudes. D’ailleurs, pour les petits curieux qui souhaitent en savoir plus, il y a quelques articles d’Histoire sur son blog !

Revenons au roman, à nos personnages, et au contexte qui explique cette nouvelle invasion. Le grand conseil et les rois soutiennent l’idée de Sven, car les terres danoises ne sont pas très riches, et la population augmentent rapidement. Un autre massacre perpétré par ces célèbres guerriers, qui attisent la peur à chaque passage est organisé. Les femmes et les personnes trop vieilles pour tenir une arme sont les seuls épargnées. Mais comment faire pour continuer à vivre auprès de ces bêtes qui ont massacré les leurs… C’est bien le problème qu’éprouve Aalissia envers Sven qui l’a pourtant déjà beaucoup aidée. Jeune femme pieuse et indépendante, elle s’attache au fur et à mesure à Sven, mais elle ne peut oublier le contexte dans lequel il est arrivé. Mais il est différent des autres, comme de ces fameux berserker, toujours en soif de sang. Ils apprennent ainsi à se connaitre, et c’est d’ailleurs ce qu’il m’a plu, et ce qui fait croire en leur romance. On ne s’ennuie pas pour autant, le rythme est soutenu. Il y a de l’action, des découvertes, des moments de partage…. J’ai énormément apprécié Sven, la brute au cœur tendre, qui sait s’armer de patience et d’humour, et à ses côtés, une Aalissia, jeune et indépendante qui souhaite tout maîtriser. J’ai aimé aussi leur complicité naissante, et leur relation avec ses frères.

En bref, une très belle romance, riche en informations historiques que je ne peux que vous recommander.

Merci Aurélie pour ta confiance. Tu m’as offert un très beau voyage dans le temps, en compagnie d’un peuple que j’ai appris à connaitre, comme ton héroïne !

 

note 4 étoiles