Littérature française (France), Livres, Romance, Romance paranormale

La réfugiée des Highlands de Gaida Mendoza

71fy4pg222l

Éditeur : Gloriana
Pages : 368 pages
Parution : 10 Février 2020
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique, Fantastique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Une famille riche… Un mariage de convenance… Un voyage dans les Highlands… Un soupçon de magie… Alors qu’Anna doit prochainement se marier, elle s’offre le luxe d’un dernier voyage en solitaire sur les terres écossaises, dans le but de fuir ce mariage dont elle ne veut pas. Mais c’était sans compter l’intervention magique d’un effrit qui va la propulser dans le passé, à une époque aux mœurs différentes des siennes.

 

Mon avis:

Gaida Mendoza, nous livre son premier roman qui nous emmène découvrir Anna, une jeune femme dont la famille est très à cheval sur les convenances, et souhaite qu’elle s’unisse à une famille qui possède les mêmes idées. En soit un mariage de convenance, dont elle ne veut pas. Elle fuit ainsi en Ecosse, et va faire une étrange rencontre avec une créature magique, qui va bouleverser sa vie et la propulse à une époque inconnue sur les terres du clan Kincaid. L’aventure commence, et bien des surprises vont en découler.

L’intrigue de ce roman est constitué de deux parties. La première nous emmène en Ecosse, et dans le passé. On suit Anna qui se trouve désorientée après ce voyage dans le temps, et qui est ramenée semi-consciente au château du clan, par le laird lui-même, Ariyal Kincaid. Entre eux, les discussions sont quelques peu explosives, on s’amuse bien. Elle vient du futur, mais il ne la croit pas, malgré son attitude étrange. On tourne les pages avec plaisir, l’histoire est rythmée. Mais c’est surtout la seconde partie qui m’a le plus étonnée, et même surprise. Là clairement, on rentre plus dans la fantasy, et la magie. Ce changement de registre est déconcertant, et ça m’a plu. On se demande vraiment comment l’histoire va s’enchaîner, et c’est à ce moment que j’ai commencé à m’attacher aux personnages. Pauvre Anna, elle en a tellement subi, et ce n’est pas fini. Multiples complots et phénomènes magiques nous tiennent en haleine, et on a enfin réponse à nos questions sur le vécu de nos personnages.

Pour un premier roman, celui-ci est réussi, même si c’est plus la deuxième partie qui m’a le plus intriguée. Une aventure originale qui m’a un peu fait penser à la saga Les Highlander de Karen Marie Moning Un bon moment de lecture !

 

note 3,5 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Shaena de Aurélie Depraz

Shaena de Aurélie Depraz

Éditeur : Autoédité
Pages : 232 pages
Parution : 18 Mai 2019
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Extrême nord de l’Ecosse, 1214
Quand Connor revient à CastleWhite après neuf ans d’absence, c’est pour constater que les desseins de son père, le seigneur de Caithness, n’ont pas changé à son égard : quoique grabataire et alcoolique, il n’a pas renoncé à le contraindre à épouser la fille de leur pire ennemi : le jarl des Orcades. Une Scandinave ! Quand tout le monde sait que c’est à ces chiens de Vikings qu’on doit la mort de Tormond !
Connor est catégorique. S’il doit se marier un jour, ce sera avec une Ecossaise. Jamais il n’épousera cette sauvageonne dont il a gardé le souvenir, une gamine d’à peine dix ans, maigre, plate et farouche.
Peu importe qu’elle ait grandi, peu importe sa beauté, ce que leurs pères peuvent comploter. Peu importe qu’il soit devenu homme, peu importe qu’elle soit devenue femme. Rien ni personne ne le fera changer d’avis.
Pas même elle.

 

Mon avis:

Après s’être enfui du domaine familial pour éviter un mariage arrangé, Connor MacKay est finalement de retour à CastleWhite avec Sean, son meilleur ami, à la demande d’un petit frère qu’il ne connait pas encore. Neuf ans sont passés, mais le malaise entre lui et son père est toujours là. Sur place, il découvre l’état de délabrement du château. Beaucoup de travail l’attend, et il doit surtout reprendre les alliances, car l’ennemi, ses fameux norvégiens qui ont tué son frère aîné, sont toujours là. Mais comment faire, quand il y a tant de choses à reprendre, et que le mariage arrangé pour sauvegarder la paix est tout à l’ordre du jour. Un écossais et une norvégienne, une idée qui a toujours déplu à Connor. Est-ce que ce sera toujours le cas quand il aura fait la connaissance de la fameuse norvégienne !?

Aurélie Depraz nous offre ici une nouvelle immersion en Ecosse, au Moyen Age, et au temps des Vikings. Un mélange très intéressant, qui change de mes habitudes livresques du genre. Connor MacKay est un grand guerrier, et fidèle aux idées que l’on peut se faire d’un Highlander. Quand il prend la fuite à ses 17 ans avec son meilleur ami, c’est grâce à leur talant à l’épée qu’ils survivent. Mais quand il reçoit la lettre de Neil, un petit frère qu’il ne connaît même pas, il n’a pas d’autre choix que de retourner chez lui, et affronter ce qu’il l’attend. La mort de son frère lors d’une attaque viking, l’a profondément touché, et depuis sa mère est aussi décédée. Un personnage vaillant et au grand courage que la vie n’a pas épargnée. A ses côtés, Shaena Jónsdóttir, une jeune norvégienne qui très tôt s’est vue promise à Connor, alors qu’elle n’avait que 9 ans. Son père ne lui laisse pas vraiment le choix, et il est prêt à tout pour que cette union est lieu. Il est vrai qu’en découvrant au fur et à mesure cette intrigue, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à une de mes sagas préférés « Les chevaliers de Highlands » de Monica McCarty. Même si on n’est pas du tout dans le même contexte historique, et la même époque, un lien avec le premier tome de la saga m’y a fait penser. ça m’a d’ailleurs fait sourire, d’autant plus que j’ai littéralement dévorée cette saga, qu’il m’arrive de relire. Mais revenons à nos héros que j’ai appréciés suivre. L’histoire est rythmée, et très agréable à lire. On s’imagine facilement avec eux, et on assiste à leur histoire qui nous touche. J’ai passé à nouveau un très bon moment de détente avec cette lecture qui a su me captiver du début jusqu’à la fin.

 

note 4,5 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Pour l’amour d’une Sasunnach de Aurélie Depraz

Pour l’amour d’une Sasunnach de Aurélie Depraz

Éditeur : Autoédité
Pages : 200 pages
Parution : 4 Juin 2018
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Ecosse, 1374 Pour apaiser les tensions scotto-anglaises de la fin du XIVe s., le roi d’Angleterre Edouard III offre en mariage, avec l’appui du monarque écossais, les trois plus belles filles nobles de son royaume aux trois plus puissants seigneurs d’Ecosse. Ian MacAlistair, seigneur d’Argyll, a le mariage en horreur et ne porte guère les Anglais dans son cœur. Les Highlanders refusent l’idée même de cette alliance et Ian chérit sa liberté plus que tout au monde. Tiraillé entre raisons personnelles et géopolitiques, entre passé et avenir, sa tête et son cœur, Ian doit choisir : céder, et affronter les foudres de ses compatriotes, ou refuser, et déclencher l’ire du roi d’Angleterre. En accueillant la jeune Anglaise aux charmes indéniables sous son toit le temps de discuter de sa décision avec les chefs de clan voisins, Ian rencontre son destin. Une romance à l’écossaise, à la fois historique et teintée d’érotisme, ancrée dans le cadre et l’imaginaire idylliques de l’Ecosse médiévale.

 

Mon avis:

Petit plongeon en Ecosse au XIVème siècle, où les conflits avec l’Angleterre sont toujours d’actualité. On suit les périples d’une jeune anglaise, Alannah d’Harcourt promise à Ian MacAlistair par le roi d’Angleterre, en signe de paix entre les deux pays. C’est un voyage de plusieurs semaines qui contraint Alannah à quitter son cocon familial, pour rejoindre des contrées lointaines, qu’elle ne connait pas, tout comme son futur époux. Une cohabitation qui s’annonce forcément difficile, mais est-ce que ça va durer !?

Pour l’amour d’un Sasunnach est le premier roman publié par Aurélie Depraz, et pour tout vous dire je suis impressionnée. Comme pour le précédent que j’ai lu à l’époque des vikings, on ressent son implication à bien vouloir recréer un contexte historique réel. Même si j’ai un peu moins utilisé les notes, comme pour le roman qui concernait les vikings, connaissant mieux les Highlands, je trouve toujours super d’avoir des explications qui nous immergent dans l’époque. J’adore quand les auteurs nous dévoilent leurs recherches, soit via des notes, et des écrits en fin de roman. C’est super intéressant.

Concernant l’intrigue, je dirais que le roman se passe en deux temps. Avec une première partie concernant la rencontre avec Alannah qui découvre l’Ecosse, son peuple et son futur mari Ian. Puis un second temps qui redonne un coup de fouet à l’intrigue, pour notre plus grand plaisir, avec des moments d’actions et de révélations. Je vais me répéter, mais pour un premier roman, c’est vraiment très bien écrit, et on s’accroche très vite aux personnages principaux. J’ai tout de suite aimé Alannah, qui arrive pratiquement toute seule dans un pays inconnu, mais qui ne se laisse pas démonter pour autant, même si elle est sur ses gardes. Et à ses côtés, Ian qui la taquine. C’était d’autant plus appréciable d’en découvrir d’avantage sur ses origines en deuxième partie de roman. Un personnage très attachant tout comme Alannah. J’ai bien aimé ce couple.

Encore une fois, j’ai passé un très bon moment avec ce roman, et ça faisait d’ailleurs un petit moment que je n’avais pas lu une romance historique écossaise. J’ai d’autant plus apprécié. Et je tiens aussi à féliciter l’auteure, puisque pour une première fois, c’est vraiment très bien réussi. J’ai d’autant plus envie de lire la suite de ses ouvrages, pour voir l’évolution de sa plume. Mais tiens donc, j’en ai deux autres dans ma PAL 😉

note 4 étoiles

Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Un bûcher sous la neige de Susan Fletcher

couv7265394

Éditeur : J’ai lu
Pages : 475 pages
Parution : 29 Mars 2013
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Au cœur de l’Ecosse du XVe siècle, Corrag, jeune fille accusée de sorcellerie, attend le bûcher. Dans le clair-obscur d’une prison putride, le révérend Charles Leslie, venu d’Irlande, l’interroge sur les massacres dont elle a été témoin. Mais, depuis sa geôle, la voix de Corrag s’élève au-dessus des légendes de sorcières et raconte les Highlands enneigés, les cascades où elle lave sa peau poussiéreuse. Jour après jour, la créature maudite s’efface. Et du coin de sa cellule émane une lumière, une grâce, qui vient semer le trouble dans l’esprit de Charles.

 

Mon avis:

Nous plongeons en Ecosse au XVème siècle, où Corrag croupit au fond d’une prison en attendant d’être brûlée vive. Elle est accusée d’être une sorcière. Mais son véritable crime est en fait d’avoir été le témoin gênant d’un massacre perpétré à Glencoe, contre le clan MacDonald, fidèle partisans de Jacques II, roi déchu et exilé. Un homme, le révérend Charles Leslie, fervent jacobite, vient discrètement l’interroger pour réunir des preuves contre Guillaume d’Orange qu’il soupçonne d’avoir fomenté ce massacre. Corrag accepte de lui en parler à condition qu’il entende l’histoire de sa vie.

Susan Fletcher nous raconte avec poésie dans la vie de Corrag.  C’est un roman plein de péripéties, riche en émotions et qui se lit avec plaisir. Tellement bien écrit que l’on s’y voit facilement. On se croit sur ce cheval, ou dans ce cachot, à arpenter les Highlands aux différentes saisons avec toutes les richesses que la nature peut offrir. Nous sommes pressée de connaitre le dénouement, mais en même temps nous craignons la fonte de la neige. Malgré ses malheurs, Corrag reste tolérante. Elle voit de la beauté partout. L’histoire nous montre qu’il faut se réjouir du peu qui nous entoure, et que le bonheur est à porté de main. L’alternance entre la narration de Corrag et les lettres que le révérend écrit à sa femme, rendent la lecture attrayante. Même si des fois, j’ai pu noter quelques longueurs, on dévore les pages très facilement. A noter aussi que l’histoire est basée sur de faits réels.

4,5 étoiles

Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

Le diable s’habille en tartan de Teresa Medeiros

81punfnlwtl

Éditeur : Milady Romance
Pages : 432 pages
Parution : 29 Mai 2015
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Emmaline Marlowe est sur le point d’épouser le puissant chef du clan Hepburn afin de sauver sa famille de la ruine, quand Jamie Sinclair l’enlève. Ennemi juré de Hepburn, le ravisseur d’Emma est tout l’inverse de son fiancé : beau, viril, audacieux…
Jamie s’attend à tomber sur une Anglaise timorée, pas sur une beauté troublante au caractère bien trempé. Les deux jeunes gens ne peuvent se permettre d’oublier qu’ils sont ennemis, pourtant leur attirance va troubler les règles du jeu.

 

Mon avis:

Emmaline Marlow est une jeune anglaise, qui accepte pour sauver sa famille en manque de fortune, d’épouser le chef du clan Hepburn, vieux et riche. Le jour du mariage, elle est enlevée devant l’autel par un jeune highlander, Jamie Sinclair. Une haine existe depuis bien longtemps entre ces deux clans, et voila que la jeune fille se trouve au milieu de cette guerre. Mais en sera-t-elle vraiment une pour Emmaline !?

L’intrigue est sympathique, mais soyons honnête pas forcément révolutionnaire. Le titre de l’ouvrage l’est plus, avec sa référence à un célèbre roman et film. Le personnage de Emma est extrêmement naïf, mais heureusement la jeune fille se dévoile au fil des pages, et cache en fait un vrai caractère. Jamie, le fameux diable, n’en est finalement pas un. C’est plutôt le passé de ses ancêtres qui lui fait porter ce titre. Une dure vérité l’entoure, et c’est ce qui rythmera le roman. D’où vient donc la haine entre ses deux clans… Par contre, ce qui m’a le plus dérangé dans ce roman, c’est les descriptions. Trop de descriptions, tuent les descriptions ! Quand vous êtes au plein milieu d’un dialogue, et qu’il faut tourner la page pour avoir la réplique qui suit, c’est frustrant. D’autant plus que ça n’arrive pas qu’une seule fois. J’avoue que pour rendre ma lecture plus plaisante, j’ai sauté quelques lignes !

Pour conclure, la romance entre nos deux héros est certes intéressante, on finit par s’attacher à eux, mais j’ai trouvé le style quelque peu lourd.

 

note 2,5 étoiles

Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

Noces écossaises, tome 1 : La méprise du Highlander de Gayle Callen

couv60046645

Éditeur : Harlequin
Collection: Victoria
Pages : 352 pages
Parution : 1 Novembre 2016
Tome : 01/03
Format: Poche
Genre: Romance, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Riona ne sait pas ce qui est le pire : avoir été enlevée par le chef des McCallum, ou que celui-ci l’ait confondue avec sa cousine, qui lui a été promise avec une dot considérable. La situation paraît absurde, et pourtant son ravisseur refuse de reconnaître son erreur, persistant même à affirmer qu’elle cherche à rompre l’engagement pris par leurs familles. Et elle ne va certainement pas attendre que son oncle revienne de voyage pour rétablir la vérité. Non, elle s’enfuira coûte que coûte, au risque de déclencher une guerre des clans.

 

Mon avis:

Hugh McCallum, chef de clan, décide d’enlever sa fiancée Catriona Duff, suite à l’entrevue qui s’est mal passée avec son futur beau-père, qui tente de revenir sur le contrat qui lie les deux familles. Riona essaye désespérément de convaincre son ravisseur, qu’il s’est trompé de personne. Sa cousine porte le même prénom qu’elle, et c’est avec elle qu’il est fiancée. Mais ce Highlander ne veut rien savoir, il pense qu’elle tente de fuir leur engagement, elle aussi.

Avec cette nouvelle romance, nous voilà embarquée dans une nouvelle histoire de guerre clan. L’intrigue était certes original, mais autant dire que je me suis ennuyée dans ma lecture. Il est vrai qu’on peut tout à fait comprendre notre héros, qui ne veut pas croire sa future fiancée. Comment deux personnes peuvent avoir le même nom. Pour lui c’est impossible, il ne cherche pas plus loin, et au contraire il cherche à l’amadouer. Après leur arrivée sur les terres des McCallum, Hugh doit asseoir son autorité, contrairement à Riona qui essaye de voir comment s’échapper, et le convaincre qu’elle n’est pas la bonne personne. Il n’y a pas vraiment d’action dans le roman, on bouge assez peu une fois arrivé dans le domaine, et surtout la révélation est acceptée trop rapidement à mon goût. Ayant le deuxième tome dans ma PAL, je compte bien enchaîner. Vu le résumé, je pense que je devrais avoir le droit à l’action qui me manquait.

2 étoiles

 

Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

Scandaleux écossais, tome 4 : La flamboyante des highlands de Suzanne Enoch

couv73609206

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 380 pages
Parution : 1 Mars 2017
Tome : 04/04
Format: Poche
Genre: Romance, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Lord Munro MacLawry était sur la piste d’un cerf sur son domaine de Glengask quand il se fait brûler la politesse par une ravissante braconnière. Il découvre bientôt que la mystérieuse inconnue s’est réfugiée avec sa soeur dans les ruines de l’abbaye. Qui sont ces fugitives ? Lorsqu’il tente de les approcher, la rousse flamboyante le menace de son mousquet en jurant comme un charretier. Son impudence et ses formes généreuses aiguisent l’intérêt de Munro. Il veut cette sauvageonne et il l’aura ! Sauf que, cette fois, la proie sait se défendre.

 

Mon avis:

Après avoir découvert l’histoire de Ranulf, Arran et Winnie MacLawry dans les précédents tomes, c’est au tour de Munro de nous dévoiler son histoire. Toute sa famille file le parfait amour, mais ça n’intéresse pas Munro qui veut garder son indépendance, mais son frère en a décidé autrement. Il ne compte pas se laisser faire. Il fuit ainsi très souvent le domaine familial, dont les cris des nouveaux nés, et le bonheur conjugale de sa famille le déplaît. Lors d’une partie de chaise, il fait la rencontre d’une jeune femme, habillée en homme, qui a trouvé refuge dans une vieille abbaye en ruine dans son domaine. Catriona a un fort caractère et n’hésite pas à tenir en joue Munro, que même ses frères n’osent pas affronter. Le jeu du chat et de la souris va ainsi commencer, et notre Highlander n’est pas prêt à laisser tomber.

J’ai particulièrement aimé l’histoire de Catriona, et le fait qu’on connait son passé très tard dans le roman. Comme Munro, plein d’hypothèses nous viennent, et ça rend la lecture addictive. Elle a très peu confiance aux gens, et veut à tout prix protéger sa demi sœur Elizabeth, qui a fuit elle aussi. Contrairement à sa sœur, Elizabeth est très douce, et a connu une éducation anglaise. Elles sont tout de même très proches, et leur lien est d’ailleurs très beau, ayant gardées contact par des échanges de courriers. Munro comprend très vite que les deux jeunes femmes fuient quelque chose. Même si Catriona ne veut en aucun de son aide, il compte leur apporter quand même. Nos deux personnes sont très complémentaires niveau caractère, mais très têtus.

C’est un plaisir de tourner les pages, et le suspense est bien installé. L’histoire du chat sauvage et de l’ours m’a conquis. Un très bon quatrième tome, qui conclut la saga des MacLawry.

4,5 étoiles

Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

Les frères Kincaid, tome 3 : Le guerrier de Lily Blackwood

couv67735922

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 312 pages
Parution : 31 Octobre 2018
Tome : 03/03
Format: Poche
Genre: Romance, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Face à la menace d’une incursion armée, Derryth MacClaren fuit la forteresse d’Inverhaven et tombe dans une embuscade. Elle devient le trophée de guerre du chef ennemi. Sauvée du déshonneur par sir Cull, dit le Sans Nom, Derryth se fait passer pour une vulgaire paysanne et accepte de partager sa tente. Succombant bientôt au charme de ce colosse blond qui sait l’éveiller aux joies de la volupté, elle se donne à lui corps et âme. Mais la marque mystérieuse qu’il porte gravée dans sa chair va changer leur destinée à jamais…

 

Mon avis:

Troisième tome et dernier de cette trilogie sur les frères Kincaid. L’intrigue reprend quelques mois plus tard, on retrouve Elspeth et Niall qui tente de convaincre Derryth de quitter le château. Le comte de Buchan est proche, et ils souhaitent voir leur demi-sœur en sécurité. En pleine nuit, ils décident de faire partir un convoi, où elle voyagera sous une fausse identité. Mais cette escapade ne va pas se passer comme prévu, ils sont pris dans une embuscade. Alors que des hommes tentent de la violer, un Highlander vient à son secours, et va tout faire pour la protéger. Cull est le chef de l’armée de Buchan, et un soldat de la couronne. Très vite il va voir que la petite souillon qu’il a récupérée, n’en est pas une, et qu’elle va lui créer quelques problèmes.

Le personnage de Cull, le sans nom, est très intéressant, et il ne connait rien de son passé. Autrefois esclave, c’est le comte Buchan qui l’a acheté pour en faire un guerrier. Il sert ainsi la couronne depuis un certain nombre d’année, et aujourd’hui il vient en aide à Buchan pour un raid contre le clan Kincaid, qui aurait désobéit à la couronne. Mais c’est avant tout à la couronne, dont va sa loyauté, même s’il n’oublie pas que le comte l’a aidé enfant. Derryth n’a rien à voir avec les précédentes héroïnes. Durant son enfance, elle a été choyée, et aujourd’hui se retrouver comme une simple paysanne, et difficile pour elle. Mais elle ne manque pas de ressources, et nous fera d’ailleurs bien rire. Tout comme Cull, elle est attirée par ce guerrier qu’il l’a sauvé. Mais sa loyauté va envers les Kincaid, et Cull veut les anéantir. Au fil des pages, on se demande quand et comment va arriver la fameuse révélation. C’est avec une certaine impatience qu’on les tourne. Et l’auteure joue bien avec notre patience. J’avais regretté dans le précédent tome le manque d’action. Dans celui-ci, elle est plus présente, même si j’ai trouvé la conclusion un peu trop rapide. Je tiens aussi à noter que j’ai eu un coup de cœur pour le personnage de Robert Stewart, le fils du comte Buchan, que l’on retrouve aussi dans le précédent tome. J’aimerais bien qu’il y ait un livre qu’il lui soit consacré. Peut-être un jour, qui sait !

4 étoiles