Séries

Doc – Nelle tue manie

DOC

Acteurs : Luca Argentero, Matilde Gioli, Gianmarco Saurino, Sara Lazzaro, Silvia Mazzieri,
Simona Tabasco, Giovanni Scifoni, Alberto Malanchino, Maria Rosaria Russo, Gianmarco Saurino, Raffaele Esposito, Pierpaolo Spollon, Elisa Di Eusanio
Réalisateur : Viola Rispoli, Francesco Arlanch
Audio : Italien, Français
Durée : 150 minutes
Genre: Médical, Drame

 

L’histoire:

Les aventures d’un médecin, qui, suite à un traumatisme crânien, souffre d’une perte de mémoire partielle permanente mais trouve toujours une nouvelle manière d’exercer sa profession.

La série est inspirée de la véritable histoire de Pierdante Piccioni, médécin à l’hôpital de Lodi, en 2013, impliqué dans un accident de voiture qui lui a causé un traumatisme crânien. Il y perd 12 ans de sa mémoire mais recommencera à travailler.

 

Mon avis:

Récemment diffusée sur TF1, la série italienne DOC suit les aventures d’un médecin, qui, après avoir reçu une balle dans la tête, souffre d’une perte de mémoire partielle permanente. Il n’a plus aucun souvenir de ces 12 dernières années. Tous ses proches sont soudain devenus des étrangers, et l’hôpital est le seul endroit où il se sent vraiment chez lui. Il va alors trouver une manière de continuer à exercer sa profession, réapprendre son métier et reprendre en main sa vie personnelle.

Cette histoire incroyable est pourtant vraie. Le personnage existe réellement. Son nom n’est pas Andrea Fanti mais Pierdante Piccioni et il a, tout comme son homologue télévisé, été victime d’une perte de mémoire de 12 ans. Il a raconté son histoire dans un livre, intitulé Meno dodici (qui signifie « Moins douze » en français), publié en 2016 et encore inédit en France.

Vous serez sûrement étonné que je vous parle d’une série médicale sur le blog, étant plutôt habitué à des articles sur des séries historiques. Hé bien, justement il y a un lien et il s’appelle Luca Argentero ! J’ai connu cet acteur dans la mini série La baronessa di Carini au côté de Vittoria Puccini, et je l’ai grandement apprécié. C’est ainsi que je me suis intéressée à la série, et j’ai tout de suite accrochée. Pourtant pas très fan des séries qui se déroulent dans le milieu de la médecine, j’ai été touchée par l’histoire. Peut-être est-ce aussi dû au fait qu’elle est inspirée d’une histoire vraie, qui la rend d’autant plus touchante et emplie d’émotion. Il faut d’ailleurs savoir que Pierdante Piccioni a participé à l’élaboration du scénario; on le voit aussi dans l’épisode 2 où il incarne un patient; et a coaché Luca Argentero pour l’interprétation de son personnage. J’ai d’ailleurs trouvé l’interprétation de l’acteur très impressionnante, il joue finalement 3 rôles, 3 personnalités différentes d’un même homme.

Comme vous l’aurez compris, j’ai grandement aimé cette série. Je ne peux que vous la recommander. Même si vous ne regardez pas ce genre de série habituellement, peut-être que comme moi vous allez être conquis par son côté très humain. 

 

 

L’acteur Luca Argentero avec le Dr. Pierdante Piccioni.

Luca Argentero et Pierdante Piccioni

Actu Period Drama, RDV du Blog

Actu Period Drama #20

actu period drama

 

The Nevers

The Nevers est une nouvelle série de science-fiction victorienne produite par HBO et dirigé par Joss Whedon (jusqu’à son abandon).

Composée de six épisodes, l’histoire se déroule dans durant le règne de Victoria, à la fin du XIXe Siècle au Royaume-Uni, alors que Londres est assaillie par les «Touched», des gens, principalement des femmes, qui manifestent soudainement des capacités anormales ou surnaturelles, charmantes ou très dérangeantes.

Au casting, on retrouvera notamment Olivia Williams (Dollhouse), Elizabeth Berrington, James Norton (Grantchester), Tom Riley (Da Vinci’s Demons), Denis O’Hare, Ben Chaplin (La Ligne Rouge), ou encore Nick Frost (Shaun of the Dead), et Eleanor Tomlinson (Poldark).

En France, The Nevers devrait être diffusée sur OCS.

 

Persuasion

On en sait plus concernant le casting de la nouvelle adaptation du roman de Jane Austen, dirigée par Mahalia Belo. Joel Fry jouera Wentworth face à Sarah Snook en Anne Elliot.

 

Les Trois Mousquetaires

Quelques mois après avoir annoncé l’adaptation du roman d’Alexandre Dumas « Les Trois mousquetaires » en deux films, Pathé dévoile le casting. Du côté des français, on trouve François Civil, Vincent Cassel, Romain Duris et Pio Marmaï qui joueront les célèbres mousquetaires, respectivement D’Artagnan, Athos, Aramis et Portos, pendant qu’Eva Green incarnera Milady et Louis Garrel, Louis XIII. La comédienne franco-algérienne Lyna Khoudri sera Constance Bonacieux, la luxembourgeoise Vicky Krieps jouera la Reine Anne d’Autriche, et enfin le Franco-Britannique Oliver Jackson-Cohen incarnera le Duc de Buckingham.

Le tournage des films aura lieu à partir de juillet 2021 dans l’hexagone et devrait s’étaler sur 7 mois.

Les Trois Mousquetaires

 

Bridgerton – Saison 2

Alors que Netflix a officialisé il y a quelques semaines la commande de la saison 2, avec une superbe mise en lumière de Lady Whistledown, on commence aussi a en savoir plus sur le casting et qui va interpréter le rôle de Kate Sheffield (qui s’appellera Kate Sharma dans la série).

Et il s’agit de Simone Ashley (vu dans Sex Education ou encore Broadchurch) qui incarnera cette nouvelle héroïne au coté de Jonathan Bailey.

Bridgerton Saison 2

Bridgerton Saison 2« La ville est en émoi depuis qu’on a appris les dernières rumeurs, et il me revient donc l’honneur de vous en faire part : La chronique des Bridgerton reviendra bien pour une deuxième saison – c’est officiel ! J’espère que vous avez mis de côté une bouteille de ratafia pour fêter dignement cette excellente nouvelle. Les merveilleux comédiens de la série seront en tournage au printemps 2021. L’auteur de ces lignes a appris, selon des sources fiables, que Lord Anthony Bridgerton a l’intention d’être la coqueluche de la nouvelle saison mondaine. Je me tiendrai prête à prendre ma plume pour vous relater la moindre de ses rencontres galantes. Cependant, cher lecteur, chère lectrice, avant que vous ne vous précipitiez vers la rubrique Commentaires et ne l’inondiez de demandes de détails sordides, sachez que je n’ai pas l’intention de dévoiler davantage de précisions à l’heure actuelle. La patience, après tout, est une vertu. Bien sincèrement, Lady Whistledown. »

Films, Littérature anglaise (Angleterre)

The Dig

Acteurs : Ralph Fiennes, Carey Mulligan, Lily James, Johnny Flynn
Réalisateur : Simon Stone
Audio : Anglais, Français
Durée : 112 minutes
Genre: Drame, Historique

 

L’histoire:

Une riche veuve engage un archéologue amateur pour exhumer une sépulture dans sa propriété. Ils découvrent alors un ancien navire funéraire saxon et son trésor qui pourrait bouleverser l’histoire de l’humanité. Ensemble, ils doivent se serrer les coudes face au British Museum qui entend bien s’emparer du vaisseau en prétendant l’avoir découvert …

D’après le roman de John Preston.

 

Mon avis:

Sorti le 29 janvier sur la plateforme de streaming Netflix, The Dig raconte l’histoire vraie d’une spectaculaire découverte archéologique: le trésor de Sutton Hoo, dans le Suffolk, en 1939. Il s’agit de l’une des plus grandes découvertes archéologiques jamais réalisée en Angleterre, qui a mis au jour un gigantesque site funéraire : un bateau anglo-saxon enterré de 24 mètres de long, regorgeant de 263 bijoux et d’artefacts datant du VIIe siècle. Le film est aussi une adaptation du livre qui porte le même nom de John Preston, dont sa tante Peggy Piggot a participé aux fouilles et a d’ailleurs trouvé le premier fragment d’or.

L’intrigue du film est certes romancée, mais les deux personnages principaux, à savoir la propriétaire des lieux, Edith Pretty, et l’archéologue amateur qu’elle embauche, Basil Brown, ont réellement existé. Edith Pretty est une riche veuve adepte d’archéologie qui engage Basil Brown pour sonder une partie de ses terres, cachette supposée de vestiges vikings. Le tout se passe alors que le Royaume-Uni s’apprête à déclarer la guerre à l’Allemagne nazie. Basil Brown ne se laisse pas facilement convaincre par cette mission, mais finit tout de même par l’accepter. Les premiers jours de fouilles sont assez compliqués et pas très fructueux, mais le trésor qui va finir par apparaitre va se révéler encore plus lointain et précieux. Et bien sûr, cette affaire ne va pas rester longtemps secrète, si bien que le British Museum envoie des représentants sur le site pour voler cette trouvaille.

Entre rebondissement et contemplation, j’ai été directement happée par l’histoire qui nous est contée. Et autant dire que les acteurs y sont pour quelque chose. Carey Mulligan et Ralph Fiennes forment un très beau duo. On ne peut rester insensible à l’histoire, et c’est d’ailleurs avec beaucoup d’émotions que certaines scènes nous touchent. Et que dire des très beaux paysages que l’on découvre, à l’image de l’affiche et des photos promos. A mi-chemin de nouveaux personnages interviennent, et même s’ils ne sont pas tous très « utiles » on se laisse prendre au jeu. Un film simple qui mêle tendresse et mélancolie dans cette période de troubles qui annonce la seconde guerre mondiale.

 

 

 

Quelques infos sur Sutton Hoo:

Le trésor de Sutton Hoo établi en 1939 est considéré comme une découverte majeure de l’histoire anglo-saxonne. Mais contrairement à ce qu’indiquent le film et le livre, le site a été fouillé à plusieurs reprises entre 1938, date de la découverte des premiers éléments, et 1939.

Les objets découverts étaient nombreux et parmi eux, certains composent aujourd’hui l’une des plus belles expositions du British Museum. Un casque de parade, qui aurait pu appartenir à un guerrier, voire à un roi anglo-saxon, mort au début du VIIe siècle. Mais aucun corps n’a été trouvé dans la sépulture. Pour les spécialistes, le guerrier enterré dans le bateau tombe pourrait être le roi anglo-saxon Rædwald d’Est-Anglie. Les dates inscrites sur les pièces retrouvées sur le site coïncident avec son règne de 599 et 624 environ.

 

 

Films

Miss Révolution (Misbehaviour)

Miss Révolution - Misbehaviour

Acteurs : Keira Knightley, Gugu Mbatha-Raw, Greg Kinnear, Jessie Buckley, Ruby Bentall, Lily Newmark, Maya Kelly, John Heffernan
Réalisateur : Philippa Lowthorpe
Audio : Anglais, Français
Durée : 116 minutes
Genre: Historique, Comédie
Lien Amazon

 

L’histoire:

En 1970, la compétition Miss World prend place à Londres. La cérémonie est animée par une légende de la comédie américaine : Bob Hope. Regardé en direct par plus de cent millions de téléspectateurs à travers le monde, le concours de beauté prend une tournure inattendue et politique lorsque le mouvement de libération des femmes s’empare de la scène.

 

Mon avis:

Miss Révolution, alias Misbehaviour, nous plonge dans les années 1970 en Grande Bretagne, au début des mouvements féministes. Inspiré d’une histoire vraie, on suit les coulisses du concours Miss Monde qu’organise Eric Morley, dans lequel pour la première fois il y a une représentante de l’Afrique du Sud noire. En parallèle, on fait la connaissance d’une mère divorcée, Sally Alexander qui souhaite reprendre ses études d’Histoire à l’université. Lors d’une sortie, elle rencontre la leader d’un mouvement féministe Jo Robinson. Ensemble, les deux femmes vont unir leurs forces pour saboter le concours de miss qu’elles trouvent dégradant pour les femmes. Une élection qui marquera pour de nombreuses raisons.

Déjà je souhaiterais souligner que tous les faits décrits dans ce film, jusqu’aux noms des personnages principaux sont réels. D’ailleurs on retrouve ces personnes à la fin du film, ainsi que leurs parcours depuis ce fameux jour. Diffusée en direct à la télévision, le concours de Miss Monde a toujours attiré des millions de spectateurs. Cette soirée du 20 novembre 1970 au Royal Albert Hall de Londres inscrit un tournant. Le film n’est pas là pour critiquer les concours de beauté, et au contraire il montre bien comment ils peuvent aider certaines participantes à s’affranchir de leur condition sociale ou abattre des barrières raciales. On le voit d’ailleurs bien à la fin du film avec le chemin qu’elles ont toutes parcourues. Il décrit plutôt les circonstances dans lesquelles ils sont organisés à l’époque: les prises de mensurations, des candidates de peaux blanches pour chaque pays, le peu de liberté dans les prises de parole, les défilés où la femme est observée de face et de derrière… Il dénonce aussi le patriarcat, le pouvoir des hommes sur les femmes jusqu’à leur sexualité.

Même si ce film est là pour divertir, il est tout de même engagé et fait réfléchir sur l’égalité des sexes et le racisme. Certains points sont toujours d’actualités et font polémiques, même 50 ans après. En début de film, on voit d’ailleurs une femme allaitée son enfant en plein dans une réunion. Un geste qui fait toujours parler, et qui m’a fait penser à cette pub de Nana qui a tant fait réagir. Oui, notre sang n’est pas bleu, mais bien rouge ! Mais revenons au film et à l’histoire de cette soirée, qui a commencé par une bombe qui a explosé devant le théâtre. Les féministes ont d’ailleurs été incriminées dans un premier temps, mais c’est bien leur action pendant l’élection qui fera parler d’elles et changer les consciences. Pendant cette cérémonie bouleversée par leur action militante, une première femme noire est élue Miss Monde, devant les caméras du monde entier. Il s’agit de Jennifer Hosten, candidate de La Grenade, accompagnée de sa première dauphine, Pearl Jansen venue d’Afrique du Sud, en plein apartheid. Cette élection aura aussi permis de mettre en lumière le Mouvement de Libération des Femmes, ce qui deviendra le point de départ de leur expansion, mais aussi elles seront enfin écoutées. Le 20 novembre 1970 écrit le début de changement politique, le développement du féminisme, et une première lutte contre le racisme. Miss Monde 1970 aura marqué l’Histoire !

Du côté des acteurs, on retrouve Keira Knightley qui incarne parfaitement Sally Alexander et Gugu Mbatha-Raw qui interprète brillamment Jennifer Hosten. On retrouve aussi des têtes connues que l’on a pu voir dans Harry Potter comme Rhys Evans, ou encore dans Downton Abbey avec Phyllis Logan, ou dans Poldark avec Ruby Bentall. J’ai passé un bon moment avec ce film, qui m’a ensuite incité à rechercher des informations sur cette élection et ces femmes. J’ai moi-même participé il y a quelques années à Miss France, et j’ai aimé en savoir plus. Ils ont d’ailleurs fêté le centenaire cette année, et on voit bien l’évolution sur tous les points. En bref, un film divertissant à découvrir !

 

 

Actu Period Drama, RDV du Blog

Actu Period Drama #19

actu period drama

 

The Dig

Annoncé il y a quelques temps par Netflix Production, voici les premières images de The dig inspiré du roman de John Preston. Le film est annoncé pour le 29 janvier 2021.

Synopsis: Une riche veuve engage un archéologue amateur pour exhumer une sépulture dans sa propriété. Ils découvrent alors un ancien navire funéraire saxon et son trésor qui pourrait bouleverser l’histoire de l’humanité. Ensemble, ils doivent se serrer les coudes face au British Museum qui entend bien s’emparer du vaisseau en prétendant l’avoir découvert …

The digThe digThe digThe digThe digThe dig

 

El Cid

Cette nouvelle série espagnole retrace l’histoire de El Cid, alias Rodrigo Díaz de Vivar, un chevalier mercenaire chrétien, héros de la Reconquista. Elle est attendue pour le 18 décembre sur la plateforme Amazon Prime. 

Ce grand homme sera interprété par Jaime Lorente, connu pour avoir joué dans La Casa del Papel ou Elite 

Synopsis: Un homme pris entre deux mondes et deux cultures. Un noble, un héros, un mercenaire, un vassal, mais aussi un homme qui aurait pu être roi. El Cid avait des siècles d’avance sur son temps et a été transcendé par sa propre légende.

 

Modern Austen

La chaîne américaine CW a décidé de produire une nouvelle série nommée « Modern Austen », dont chaque saison adaptera un roman différent de Jane Austen. La première saison modernisera Orgueil et Préjudice et se déroulera à San Francisco. On ne sait pas encore quand la série sera diffusée et aucune indication n’a été donnée sur le casting. 

 

The Plague Year

Michael Hirst, créateur de la série Vikings, se lance dans un nouveau projet de série qui aura pour thème la peste noire. Elle se déroulera à Londres en 1665, lorsque la capitale britannique a été foudroyée par une épidémie de peste bubonique dévastatrice, aussi connu comme la Grande Peste de Londres. Sous le format d’une mini-série, les épisodes se concentreront sur des Londoniens n’ayant pas pu ou voulu fuir la ville, ainsi que sur leur lutte pour s’adapter à cet environnement régi par de nouvelles règles et trouver un moyen de s’accrocher dans cette période dictée par la peur, la paranoïa et la suspicion.

 

Mothering Sunday

Adaptation du roman de Graham Swift, la sortie de ce film est prévue pour 2021, et dévoile déjà un casting très intéressant: Josh O’Connor, Olivia Colman, Colin Firth, Odessa Young, Sope Dirisu, Glenda Jackson et Alfredo Tavares.

Découvrez ci-dessous un résumé et une première photo !

Synopsis: 1924, Beechwood en Angleterre. Jane Fairchild est la bonne de la famille d’aristocrates, les Niven. A l’occasion de la fête des mères, ses patrons lui accordent une journée de repos. Seulement, orpheline, Jane profite de l’occasion pour retrouver son amant, Paul. Ce dernier est le fils des voisins des Niven et il est fiancé à Emma Hobnay. Les Niven qui ont perdu leur fils lors de la Première Guerre mondiale se réjouisse du futur mariage de Paul comme si celui-ci était leur propre enfant…

Mothering Sunday

Actu Period Drama, RDV du Blog

Actu Period Drama #18

actu period drama

 

Becoming Elizabeth

Après The Spanish Princess, la chaine Starz compte bien continuer de produire des séries sur de grandes reines, et c’est ainsi qu’elle annonce la commande de Becoming Elizabeth basé sur l’histoire de la jeune Elizabeth Tudor, qui sera interprétée par l’actrice allemande Alicia von Rittberg.

Fille orpheline d’Henry VIII et de sa seconde femme Anne Boleyn, Elizabeth avait été déclarée illégitime après l’annulation du mariage de ses parents, mais un long parcours semé d’embûches, de trahisons et de relations interdites, elle a fini par monter sur le trône.

Becoming Elizabeth se composera de 8 épisodes qui devront sortir courant 2021. 

 

Eleanor of Aquitaine

En plus de la série sur Elizabeth, Starz compte aussi produire une série sur Aliénor d’Aquitaine, reine des Francs puis reine d’Angleterre, mère de Henri le Jeune, Jeanne d’Angleterre et Richard Cœur de Lion. Celle-ci sera adaptée des livres de Alison Weir, à savoir Eleanor Of Aquitaine: By the Wrath of God, Queen of England et The Captive Queen, actuellement non traduit en français. 

Aucune date n’est pour l’instant annoncé, ni casting.

 

Ines del Alma Mia

Ines del Alma Mia est coproduction internationale entre l’Espagne, le Chili et l’Argentine basée sur le roman du même nom d’Isabel Allende, qui a d’ailleurs été traduit dans plus de 30 langues. On ne sait pas encore si on l’aura en France, mais en tout cas un partenariat a été fait avec Amazon Prime. 

La série raconte l’histoire de la première femme espagnole à arriver sur les côtes du Chili avec les Conquistadors dans les années 1500. Véritable personnage historique, Ines Suarez (Elena Rivera) a aidé à revendiquer le territoire pour l’Espagne et a participé à la fondation de l’actuelle ville de Santiago du Chili. Isabel Allende réinvente la vie d’Inès, celle de son amant et celle de son mari. Basé sur des événements historiques réels, le roman évoque le conflit et le drame entourant l’arrivée des Conquistadors au Chili, tout en mettant en lumière Ines, une femme puissante longtemps oubliée par l’histoire. C’est un roman épique sur fond d’amour et de conquête.

Avec un casting exceptionnel dirigé par Elena Rivera, Eduardo Noriega et Benjamín Vicuña, la série comprend également Carlos Bardem, Francesc Orella, Enrique Arce, Daniela Ramírez, Antonia Giesen, Carlos Serrano, Ismael Martínez, Juan Fernández, Mauricio Paniagua, Andrea Trepat, Nicolás Zárate, Patricia Cuyul, Rafael de la Reguera, Elvis Fuentes, Francisco Ossa, Gastón Salgado et Pedro Fontaine.

Inés del alma mía (20

 

Bridgerton

Adaptation des romans de Julia Quinn « La Chronique des Bridgerton », voici le premier trailer en français et les affiches de cette série en 8 épisodes qui arrivera sur Netflix le 25 décembre. 

Synopsis: À Londres, pendant la Régence, Daphne Bridgerton (Phoebe Dynevor), fille aînée d’une puissante dynastie, est censée se trouver un mari, mais la concurrence est rude ! Espérant suivre l’exemple de ses parents et faire un mariage d’amour, Daphne semble au départ avoir toutes les chances de son côté.  Pourtant, dès lors que son frère aîné se met à rejeter ses prétendants les uns après les autres, le journal à scandales de la haute société londonienne, dirigé par la mystérieuse Lady Whistledown, propage des calomnies sur la jeune femme. C’est alors que débarque le séduisant et frondeur duc d’Hastings (Regé-Jean Page), célibataire endurci et meilleur parti du moment. Bien qu’ils s’en défendent, Daphne et le duc sont incontestablement attirés l’un par l’autre – et les voilà embarqués dans un jeu de dupes, tout en devant composer avec les injonctions de la société concernant leur union potentielle…

Bridgertonbridgerton-season-1-poster-bridgerton-netflix-series-43618653-1080-1350bridgerton-season-1-poster-bridgerton-netflix-series-43618652-864-1280bridgerton-season-1-poster-bridgerton-netflix-series-43618656-1080-1350bridgerton-season-1-poster-bridgerton-netflix-series-43618654-1080-1350bridgerton-season-1-poster-bridgerton-netflix-series-43618655-1080-1350

 

 

Littérature japonaise (Japon), Livres, Manga

Adieu, mon utérus de Yuki Okada

71s89ujvgol

Éditeur : Akata
Pages : 192 pages
Parution : 14 Février 2019
Tome : 01/01
Format: Manga
Genre: Témoignage
Lien Amazon

 

Synopsis:

Dans Adieu, mon utérus, récit autobiographique, Yuki Okada raconte sa lutte contre le cancer. Son chemin sera semé d’embûches, de larmes et de doutes, mais trouvera un écho chez de nombreuses personnes.

Yuki Okada, à trente-trois ans, a tout pour être comblée : mariée et heureuse, mère d’une petite fille, elle exerce également le métier qu’elle aime – autrice de mangas. Aussi, quand elle consulte son médecin à cause de règles anormales, elle ne se doute pas de la terrible nouvelle qui l’attend : malgré son jeune âge, elle développe en effet un cancer du col de l’utérus. Chamboulée et perdue, elle ne saura d’abord pas comment réagir, et affronter cette épreuve que la vie lui impose… Pourtant, très vite, elle comprend qu’il lui faudra faire des choix. Mais entre les avis de ses proches et du corps médical, comment savoir ce qu’elle souhaite vraiment

 

Mon avis:

A trente-trois ans, Yuki est une jeune femme épanouie. Elle vit en parfaite harmonie avec sa petite fille et son mari, et est mangaka. Ce dernier exerce le même métier qu’elle, mais est souvent très pris par son travail pour s’occuper correctement de sa famille. Avec l’aide de sa mère, alias Mamounette, elle arrive à s’en sortir. Ils coulent des jours heureux, jusqu’au jour où Yuki s’inquiète d’avoir des règles trop rapprochées, et consulte son gynécologue. Très vite, le verdict tombe : c’est cancer du col de l’utérus. Un long parcours débute alors pour la famille…

C’est avec grand courage, sensibilité et humour que l’auteure nous dévoile son combat sans tabou. Entre les mots et les dessins, on suit le chemin de sa vie. Entre sa rencontre avec son mari, la naissance de sa fille, et le moment fatidique de l’annonce du cancer, on ne la quitte plus. Afin de chasser cette douleur de l’inconnu, elle raconte tout en émotion, les étapes par lesquelles elle est passée, toutes les questions qu’elle s’est posée, toutes les angoisses qu’elle a dû combattre, les dessous du milieu médical au Japon, mais aussi les réactions de son entourage, la présence indéfectible de sa mère, le désarroi de son mari, l’incompréhension de sa petite fille, et le rapport avec les autres femmes qui affrontaient le même combat. Sans jamais s’apitoyer sur son sort, Yuki nous dévoile sa force, avec ce récit plein de joie de vivre et d’optimisme. Comme dans chaque épreuve, on en retire des leçons positives. Ici une famille plus unie que jamais, beaucoup d’amour, et un mari qui a repris son rôle de père et d’époux. Un manga très touchant qui ne peut laisser indifférent, mais aussi qui peut donner du courage à toutes celles et ceux qui passent par cette terrible épreuve, ou voir comment accompagner un proche. En soi, un sujet grave abordé avec douceur et délicatesse. 

note 5 étoiles

 

Jeunesse, Littérature américaine (Etats-Unis), Livres

Catherine, princesse de Russie : Saint Pétersbourg, 1743-1745 de Kristiana Gregory

Catherine, princesse de Russie : Saint-Pétersbourg, 1743-1745 de Kristiana Gregory

Éditeur : Gallimard Jeunesse
Collection: Mon Histoire

Pages : 176 pages
Parution : 31 Août 2006
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Jeunesse, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

« 4 janvier 1744. Mère s’est penchée pour prendre mon menton dans sa main. « Ne répétez à personne ce que je vais vous dire, ni à votre frère ni même à Mademoiselle. Compris ? » J’ai acquiescé. « Si vous obtenez la faveur du roi, vous et moi devrons quitter la Prusse en traîneau pour gagner Saint-Pétersbourg où nous rencontrerons l’impératrice Élisabeth. Elle vous a choisie, vous, ma pauvre fille ingrate, pour être la fiancée de Pierre. À moins que vous ne gâchiez vos chances, vous l’épouserez et un jour, vous régnerez tous deux sur la Russie. »Sophie, princesse sans fortune de Poméranie, est choisie par l’impératrice de Russie pour devenir la fiancée de son neveu, Pierre, qui doit lui succéder. La jeune fille et sa mère quittent la Prusse pour s’installer à la cour de Saint-Pétersbourg. Décidée à conquérir l’affection du peuple, Sophie apprend le russe et, à la veille de son mariage, se convertit à la religion orthodoxe sous le nom de Catherine.

 

Mon avis:

Avant de vous présenter le roman, j’ai plutôt envie de vous présenter la collection « Mon histoire » de chez Gallimard, que j’affectionne tant. Il s’agit de journaux intimes qui nous raconte la jeunesse de grands personnages historiques. Ils sont d’ailleurs très soignées, avec les pages jaunies et le contour des pages arrachées, soit comme un vrai journal intime. En plus de l’histoire qui nous est conté, on retrouve toujours en fin d’ouvrage, des informations complémentaires sur le personnage qu’on a appris à découvrir. Ici, il s’agit de Catherine, la Grande, ou plutôt Sophie Augusta Frederika d’Anhalt-Zerbst. On fait sa connaissance alors qu’elle a tout juste 14 ans en Prusse, où la guerre avec la Russie fait rage. C’est ainsi qu’elle se voit promise à Pierre III Fiodorovitch, empereur de Russie, et va devoir grandement changer pour ce mariage forcé, jusqu’à son prénom.

On suit pendant 2 ans le parcours de Sophie, future Catherine II, et Impératrice de Russie. Jeune fille au grand caractère, elle doit apprendre à découvrir la cour russe, apprendre cette nouvelle langue, et les codes de la future vie qui l’attend. On s’attache très vite à son personnage qui n’a pas froid aux yeux. On arrive déjà très bien à s’imaginer quelle grande dame elle va devenir. La rencontre avec son futur mari n’est pas transcendante. Même s’ils sont tous les deux encore des enfants, cela se sent plus chez Pierre. Et la jeune fille n’hésite pas à l’ignorer. On sent déjà son ambition, et sa volonté à détenir le trône. Juste 2 ans, il est vrai que c’est court pour découvrir son parcours, mais c’est aussi à la fois impressionnant de voir comment elle est prête à tout tenter, pour aller au plus près de ses ambitions. Un récit très intéressant, à découvrir.