Bande dessinée, Littérature française (France), Livres, Mes coups de cœur

Simone Veil : L’immortelle de Hervé Duphot et Pascal Bresson

Éditeur : Marabout
Pages : 184 pages
Parution : 27 Juin 2018
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Biographie
Lien Amazon

 

L’histoire:

Simone Veil, née Jacob, rescapée de la Shoah, a fait de la lutte pour les droits des femmes son combat. Une lutte contre le sexisme, la misogynie et pour la dignité qu’elle porta au sein de l’Assemblée nationale alors qu’elle était Ministre de la Santé. Une bataille qu’elle ne cessa jamais de mener. Disparue le 30 juin 2017, elle entre au Panthéon le 1er juillet 2018.

 

Mon avis:

Très bel hommage à Simone Veil, ce roman graphique revient sur son parcours, de son enfance à ses combats menés pour la France.

L’intrigue commence en novembre 1974, alors qu’elle est Ministre de la Santé et qu’elle est sur le point de présenter la loi en faveur de l’Interruption Volontaire de Grossesse à l’Assemblée Nationale. Accompagné de plusieurs flash-backs, qui nous font revivre son enfance à Nice jusqu’à sa captivité et les horreurs de la Shoah, on suite le parcours de la loi Veil de son examen au vote.

Forcément, on ne peut rester de marbre après la lecture de cet ouvrage, magnifiquement réalisé et mis en page. Le parcours de Simone Veil m’a toujours impressionné. Quelle femme, quel courage, quelle force de caractère… On pourrait continuer pendant très longtemps la liste de superbes qualificatifs qui la décrive.

Je crois, toujours, que cela sert à quelque chose de se battre.

Centré sur la loi en faveur de l’avortement, cette biographie est amenée d’une façon originale. On ne peut arrêter notre lecture, tellement addictive. Les nombreux flash-backs peuvent certes rebuter. Sachez qu’ils sont très bien intégrés dans la narration, et dans les illustrations en nous proposant un code couleur. Rien que visuellement, on sait à quelle époque on se trouve. J’ai trouvé cette idée merveilleuse.

Le contenu peut bien sûr être choquant: entre le racisme nazi, le génocide juif, mais aussi le sexisme, les actes et paroles brutales qu’elle a reçue par les politiques et les contestataires…

– N’oubliez jamais ce qu’ils nous ont fait ! Il faut transmettre, témoigner, c’est une nécessité aussi urgente que cruciale pour nos jeunes. C’est en se projetant dans un avenir commun, en ayant foi dans les valeurs de la démocratie et du respect d’autrui qu’ils parviendront à dire non à toutes les idéologies de haine et de violence, et qu’ils construiront un monde plus juste et plus fraternel…

Une lecture émouvante, un superbe hommage à une grande dame.

Discutons ensemble, Mes coups de cœur, RDV du Blog

Mes livres préférées lues en 2022

Alors que 2023 arrive, il est temps de faire un bilan de mes lectures qui m’ont le plus marquées cette année. Peut-être que vous allez faire des découvertes, ou partager (ou non !) mon avis.

 

Littérature jeunesse

Le magicien d’Oz de Lyman Franck Baum et MinaLima

Classique de la littérature jeunesse, cette lecture fut une révélation, d’autant plus grâce à cette édition illustrée et animée par les studios MinaLima. Une histoire passionnante loin des contes de fées traditionnels et emplie de joie, de bonne humeur et de beaux messages.

 

Mémoires de la forêt : Les souvenirs de Ferdinand Taupe de Mickaël Brun-Arnaud et Sanoe

Une lecture coup de cœur poétique et attachante qui évoque la maladie d’Alzheimer, en nous faisant participer à une enquête sur le passé de Monsieur Taupe. Une œuvre à découvrir, si ce n’est pas déjà fait !

 

Hôtel Heartwood, tome 1 : Une maison pour Mona de Kallie George et Stephanie Graegin

Premier tome d’une quadrilogie pleine de tendresse et avec de beaux messages de tolérances, de bienveillance et de lutte contre les inégalités.

 

 

Littérature graphique

Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède de Selma Lagerlöf et Yvan Duque

Ecrit par Selma Lagerlöf, la première femme à recevoir le Prix Nobel de littérature, ce classique fantastique réédité sous forme d’album, nous emmène dans une traversée de la Suède. J’ai apprécié l’écriture et aussi découvrir plus sur la culture et les croyances du pays.

 

La fille maudite du capitaine pirate, tome 1 de Jeremy A. Bastian

Une bande dessinée purement spectaculaire autant pour l’histoire, que pour les illustrations dignes d’enluminure. Quatre tomes sont prévus au total, le dernier est toujours en cours de production.

 

 

Littérature romantique

La Duchesse de Buckingham de Shannen Malka

Une lecture coup de cœur qui nous plongent à la fois dans les bas-fonds de Londres et dans le palais de Buckingham, le tout rythmé par de nombreux rebondissements. De très belles références sont présentes avec Oliver Twist de Charles Dickens et Le songe d’une nuit d’été de William Shakespeare.

 

 

Littérature SFFF

Blackwater, tome 1 : La Crue de Michael McDowell

La fameuse saga qui n’est pas passée inaperçue cette année, et que je commence tout doucement à découvrir. On y suit l’histoire de la fortunée famille Caskey de 1919 à 1970 (soit en 6 romans). Un premier tome qui a été à la hauteur de mes attentes. J’enchainerais avec le troisième prochainement.

 

 

Autre

Rage against the machisme de Mathilde Larrère

Une lecture qui offre une première approche des luttes pour le droit des femmes du XVIIIe siècle à nos jours. Un ouvrage très bien réalisé avec en plus une bibliographie qui nous permet d’aller plus loin très facilement.

 

 

 

 

Passez un bon réveillon et (avec quelques heures d’avance) tous mes vœux pour 2023 !

Que cette année soit riche en découvertes livresques !

Littérature française (France), Livres, Mes coups de cœur, Romance, Romance historique

La Duchesse de Buckingham de Shannen Malka

Éditeur : Hurlevent
Pages : 472 pages
Parution : 26 Septembre 2022
Tome : 01/01
Format: Relié
Genre: Romance, Historique

 

L’histoire:

Angleterre, 1841. Elena Quincy, fille du comte de Winchester, mène une existence paisible au cœur de la campagne anglaise, dans un écrin de verdure qu’elle se plaît à parcourir à cheval, au détriment de ses leçons d’étiquette dont elle se passerait volontiers. Mais le calme de son quotidien est brisé lorsqu’elle assiste dans la ville de Southampton à une scène d’une rare violence entre un maître d’œuvre et son employé, un enfant d’à peine dix ans.
Cet événement bouleverse Elena qui ne parviendra pas à retrouver la sérénité avant d’en avoir apporté un peu à ces enfants. Une décision qui la mène, bien malgré elle, dans l’entourage de la reine Victoria.
À Buckingham Palace, Elena découvre un milieu qu’elle ne connaît pas et est emportée dans le tourbillon de complots et de mondanités qu’est la cour. Et alors qu’elle se fait quelques alliés et que la passion amoureuse s’invite, des figures menaçantes commencent à se dessiner, avides de la plonger dans le déshonneur, tandis qu’au-delà des grilles majestueuses du palais, le peuple gronde.

 

Mon avis:

Elena Quincy vit avec son père et ses quatre frères dans un grand domaine qu’elle ne quitte jamais. Alors, quand son père lui accorde enfin le loisir de pouvoir sortir dans le village avoisinant, elle saute de joie. Ne connaissant rien au monde et à ce qui l’entoure, elle assiste à une scène qui la choque et où personne ne réagit. Outrée, elle ne peut rester sans rien faire, au risque de désobéir à des ordres qui vont lui ouvrir des portes vers l’inconnu…

Comment rester inactive face à la violence infantile et aux conditions de vie de jeunes enfants ? Elena ne compte pas rester dans le rang, quitte à s’attirer les foudres du gouvernement. C’est ainsi qu’elle se voit convoquée auprès de la reine Victoria et devient sa dame de compagnie. Une étiquette bien difficile à porter entre les commérages, manigances et somptuosité de la cour, alors que dehors la pauvreté est aux portes. Se faisant remarquer à nouveaux par ses actions, c’est en compagnie de Lord Brooke qu’elle recevra des leçons pour mieux comprendre le contexte; et Lord Osbourne qui l’accompagnera dans ses engagements qui ne seront pas de tout repos et riches de surprises.

J’ai tellement apprécié ma lecture que c’est un coup de cœur. Quel plaisir de tourner les pages, qui nous plongent à la fois dans les bas-fonds de Londres et dans le palais de Buckingham, le tout rythmé par de nombreux rebondissements. Le sujet historique est entièrement maîtrisé et on découvre ce qu’est la vie pendant l’ère victorienne jusqu’à la politique intérieure. J’ai grandement appris. Des références à Oliver Twist de Charles Dickens sont insérés dans l’intrigue, tout comme Le songe d’une nuit d’été de William Shakespeare. J’ai bien envie de me faire une relecture !

Concernant les personnages, Elena m’a fait penser à Elisa Scalzy de la série télé Elisa di Rivombrosa qui est inspiré de roman de Samuel Richardson. Fougueuse et entêtée, la jeune femme n’a pas peur de se mettre en danger pour soutenir ses convictions. La cause infantile lui est chère et elle est prête à tout, même si des fois ses actions trop rapides attirent des conséquences négatives. Quant aux personnages masculins, Lord Brooke m’a rappelé Fitzwilliam Darcy d’Orgueil et Préjugés de Jane Austen. Très froid, on se doute qu’il cache un lourd secret. Et pour Lord Osborne, j’ai eu envie de douter de lui tellement souvent que je ne savais plus quoi en penser !

En bref, une superbe romance historique sous le règne de Victoria à découvrir !

Jeunesse, Littérature française (France), Livres, Mes coups de cœur

Mémoires de la forêt : Les souvenirs de Ferdinand Taupe de Mickaël Brun-Arnaud et Sanoe

Éditeur : L’Ecole des Loisirs
Pages : 320 pages
Parution : 16 Mars 2022
Tome : 01/??
Format: Broché
Genre: Jeunesse
Lien Amazon

 

L’histoire:

Dans la forêt de Bellécorce, au creux du chêne où Archibald Renard tient sa librairie, chaque animal qui le souhaite peut déposer le livre qu’il a écrit et espérer qu’il soit un jour acheté. Depuis que ses souvenirs le fuient, Ferdinand Taupe cherche désespérément à retrouver l’ouvrage qu’il a écrit pour compiler ses mém6oires, afin de se rappeler les choses qu’il a faites et les gens qu’il a aimés. Il en existe un seul exemplaire, déposé à la librairie il y a des années. Mais justement, un mystérieux client vient de partir avec… À l’aide de vieilles photographies, Archibald et Ferdinand se lancent sur ses traces en forêt, dans un périple à la frontière du rêve, des souvenirs et de la réalité.

 

Mon avis:

Au sein de la librairie de Bellécorce, Archibald Renard reçoit tous les habitants de la forêt. Lors d’une visite de Ferdinand Taupe, un habitué des lieux, son entrée ne passe pas inaperçue. Perdu, il cherche désespérément quelque chose, et il a du mal à l’expliquer à Archibald, qui souhaite l’aider. Alors qu’il retrouve ses mots, le libraire est gêné. Le livre tant désiré par son ami vient d’être vendu à un inconnu. L’aventure commence alors pour Archibald et Ferdinand, à la recherche du fameux ouvrage et bien plus…

Atteint de la maladie de l’Oublie-tout, Ferdinand Taupe aimerait retrouver ses souvenirs et savoir où se trouve sa femme, Maude. Et quoi de mieux que se procurer le livre qu’il a écrit « Mémoire d’Outre-Terre » qui raconte toutes ses péripéties. Mais encore faut-il le trouver… Sur une idée d’Archibald Renard et à l’aide d’anciennes photos, ils vont se rendre ensemble dans des lieux du passé de son ami, en espérant que le mystérieux acheteur sera curieux de les découvrir, au fil de sa lecture. Une escapade de deux semaines commence, qui amènera nos amis à la rencontre de Pétunia Marmotte, Gédéon Hibou Duchêne, Elisabeth Poule… et bien d’autres.

Expliquer des maladies à des enfants n’est jamais évident. L’auteur a d’ailleurs travaillé dans une unité de maladie neuro-évolutive. Il connait bien son sujet. L’Oublie-tout évoque bien entendu la maladie d’Alzheimer. Dans un contexte poétique et attachant, on suit cette enquête très touchante sur le passé de Monsieur Taupe, qui l’oublie de plus en plus et s’égare des fois dans des moments de folie. Au cœur de la forêt, c’est avec une certaine appréhension, excitation et plaisir qu’on tourne les pages de ce roman, afin d’en connaitre plus sur ce personnage si singulier qu’est Ferdinand Taupe. Totalement absorbée par la narration qui évoque l’amitié, l’amour, mais aussi le deuil et le mensonge, cette lecture fut passionnante.

De magnifiques illustrations à l’aquarelle nous accompagne aussi au fil de notre lecture. On y découvre soit des pages entières ou des dessins qui s’insèrent dans le texte. Un carnet de croquis est aussi présent dans les dernières pages.

En bref, un ouvrage coup de cœur qui a su me transporter dans un univers qui nous touche tous.

Littérature française (France), Livres, Mes coups de cœur, Romance, Romance historique

Prophétie d’automne de Sarah M. Carr

Éditeur : Bookmark
Pages : 328 pages
Parution : 27 Mai 2019
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Ailsa, jeune femme du clan Cameron, passionnée, rebelle, (et pourtant fidèle à l’honneur des siens), se retrouve malgré elle porteuse d’une prophétie qui va bouleverser son existence.
Duncan MacLean, futur héritier du clan MacLean, a toujours été rejeté par un père rongé par la jalousie, car convaincu que son fils était le fruit d’un adultère.
La mort du patriarche délivrera le jeune laird de ses démons et lui ouvrira les portes d’une rédemption dont il se croyait proscrit.
Deux êtres que tout oppose, un guerrier sombre et une jeune femme solaire, se retrouvent à jamais liés par le destin, lorsque leurs chemins se croisent par hasard, un jour d’automne sur les bords du Loch Linnhe.

 

Mon avis:

Dans un climat de tension entre l’Angleterre et l’Ecosse, les clans écossais doivent se rassembler pour affronter ce conflit ensemble et unis. C’est ainsi qu’une alliance par le mariage qui est conclu entre le clan Cameron et MacLean. Liée par une prophétie, la jeune fille accepte cette union alors qu’elle ne connait rien de son futur époux. Destin, surprises et déconvenues seront au rendez-vous…

Ailsa Cameron est une jeune femme au grand caractère. Personne ne l’empêche de sortir seule. Ce jour, alors qu’elle se rend au loch Linnhe, une banshee se révèle à elle. Cet esprit lui livre le message que son destin va changer et qu’elle doit l’accepter pour son épanouissement futur. Alors, quand son père lui apprend qu’elle doit se marier au nouveau Laird MacLean, elle approuve sans broncher. Accompagnée de son frère, elle se rend sur les terres de son futur époux pour célébrer son mariage. Elle y découvre un homme pas si inconnu, mais très froid et dur. Duncan MacLean a été rejeté par son père, et il le vit encore très difficilement. Colérique, abusant de la boisson et des femmes, voilà un conjoint bien difficile pour Ailsa, qui n’a pas l’intention de se laisser faire, et ne mâche pas ses mots envers lui.

Au fil des pages, nous suivons l’évolution de leur relation. Ponctuée de moments malsains, de douleurs, de doutes et de quiproquos, la situation finit par s’apaiser quand ces deux grands caractères finissent par se comprendre et communiquer. Très vite on s’attache au personnage d’Ailsa, qui peut compter sur le frère du Laird, Niall, et sur sa suivante, Sileas, pour l’aider. Le personnage de Duncan est plus sombre. Il met du temps à se dévoiler à cause de son lourd passé. Maladroit et entêté, on finit par s’attacher à lui en seconde partie de roman, quand des péripéties viennent rythmer l’intrigue.

Il est vrai que le trame de l’histoire fait déjà vu: un mariage arrangé, des héros que tout opposent… Mais pour un premier roman, l’auteure surprend par une narration bien construite, qui sait nous tenir en haleine. Grâce à la fluidité qui est installée, on croit ce qui nous est conté. Il y a aussi quelques éléments historiques qui sont ajoutés, pour notre plus grand plaisir (et je n’aurais pas été contre d’en avoir plus !)

En bref, un très bon moment de lecture qui m’a fait replonger dans les Highlands du XIIIe siècle.

Bande dessinée, Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Mes coups de cœur

La fille maudite du capitaine pirate, tome 2 de Jeremy A. Bastian

Éditeur : La Cerise
Pages : 72 pages
Parution : 8 Septembre 2016
Tome : 02/04
Format: Album
Genre: Historique, Fantastique
Lien Amazon

 

L’histoire:

La Fille Maudite du Capitaine Pirate poursuit sa quête labyrinthique à la recherche de son père, un capitaine pirate des obscures mers d’Omerta, dont elle n’a jamais connu le nom ni le visage. Voici enfin le second volet de l’œuvre monumentale de Jeremy Bastian, sans équivalent dans la bande dessinée moderne. Empruntant aussi bien à Gustave Doré, Jerome Bosch ou Alfred Durer, les enluminures de Jeremy Bastian nous ouvrent les portes d’une constellation d’arrière-mondes imaginaires.

 

Mon avis:

Quel plaisir de retrouver la fille maudite du capitaine pirate, qui était en mauvaise posture à la fin du premier tome, dans sa quête pour retrouver son père.

Bien entendu, le récit reprend là où il s’était arrêté en mer d’Omerta. Grâce à ses amis, Poivre d’As, le perroquet, et Halek et Haftu, les espadons en cuirasse, la jeune fille est secourue et prête pour de nouvelles aventures et péripéties. Scènes d’action et passages rigolos se mêlent, comme lorsqu’un capitaine qui a visiblement bu trop de rhum, se trompent entre les mots gruyères et cuillères ou pires tartes, pires rattes et pirates. Le fou rire est garantie. Et aussi ces scènes de combat où même le texte change d’orientation pour devenir vertical ou autre.

La mise en page et les dessins m’avaient déjà des plus impressionnés dans la première partie. Et c’est toujours le cas aujourd’hui. On passe au temps de temps à lire l’intrigue, qu’à regarder les illustrations sublimes.

Petite précision, on passe quand même d’un ouvrage pour le premier tome de 124 pages avec trois chapitres, à un ouvrage de 55 pages avec un seul chapitre… Surprenant… Si c’est pour que l’auteur illustrateur soigne aussi bien ces tomes suivants, je dis oui ! Ils nous offrent un travail de précision, que l’on peut scruter encore et encore, et découvrir de nouveaux détails. Encore une fois, bravo l’artiste !

En tout cas, j’ai hâte de lire le tome 3 qui justement m’attend dans ma PAL.

Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Mes coups de cœur, Romance, Romance historique

Les chevaliers des Highlands de Monica McCarty

 

Aujourd’hui, je consacre cet article pour vous présenter une saga que j’ai adoré : Les chevaliers des Highlands de Monica McCarty

 

Une saga difficile à trouver, enfin rééditée

Devenue difficilement trouvable en neuf et en occasion, les éditions J’ai Lu et France Loisirs avaient tentées une réédition sous forme d’intégral de trois ouvrages il y a quelques années, qui n’a jamais été poursuivie.

Un autre choix a finalement été fait cette année avec cette réédition, dans la collection « La bibliothèque idéale » chez les éditions J’ai Lu. Elle permettra enfin de retrouver tous les ouvrages de la saga, qui compte douze tomes.

A ce jour, les trois premiers sont disponibles. Le quatrième tome arrive au mois d’octobre.

 

Que nous raconte l’histoire de cette saga ?

L’intrigue nous emmène au moyen-âge, où les conflits entre les anglais et les écossais sont nombreux. Robert de Bruce a pour projet de revendiquer le trône d’Écosse. Et pour cela, il doit rallier à sa cause les meilleurs guerriers : les highlanders. C’est ainsi que le contexte de la saga s’installe. Chaque tome est consacré à un membre de cette garde secrète qui grandit et dont le pouvoir s’affirme au fil des tomes.

 

J’ai dévoré chaque tome de cette saga, dont plusieurs sont des coups de cœur. Il m’arrive même d’en faire souvent une relecture. C’est aussi pour cela que j’écris cet article, je pense qu’elle mérite d’être plus connue !

 

Alors, si vous êtes fan de romances historiques, qui est ici inspirée de faits réels, n’hésitez pas ! De plus à la fin de chaque ouvrage, l’auteure mentionne les personnages qui ont existés et leurs destins.

 

Découvrez aussi mes chroniques de cette superbe saga:  tome 1  –  tome 2  –  tome 3  –  tome 4  –  tome 5  –  tome 6  –  tome 7  –  tome 8  –  tome 9  –  tome 10  –  tome 11  –  tome 12

Littérature française (France), Livres, Mes coups de cœur

Rage against the machisme de Mathilde Larrère

Éditeur : Le livre de poche
Pages : 288 pages
Parution : 2 Février 2022
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Essai
Lien Amazon

 

L’histoire:

Les femmes ont une histoire, une histoire de luttes pour leurs droits, conquis, arrachés, défendus, une histoire de colère contre les discriminations, les inégalités, une « Rage against the Machisme ».

L’historienne Mathilde Larrère retrace les combats féministes de la Révolution française jusqu’au mouvement #MeToo d’aujourd’hui, sur les pas de Louise Michel, de Gisèle Halimi, mais aussi de tant d’autres invisibilisées, comme Pauline Léon, Malika El Fassi, les colleuses contre les féminicides…

À l’histoire, le livre mêle des récits, des documents d’époque, des chansons et des slogans, reflétant l’ardeur et la détermination de celles qui n’acceptent pas l’inégalité des sexes, montrant combien elles se tiennent la main au-delà des siècles.
Luttes pour l’égalité, pour les droits de voter, s’instruire, se défendre, gouverner leurs propres corps, mais aussi pour l’émancipation des femmes des colonies : autant de domaines où la liberté des femmes a été bafouée, autant de droits à conquérir et à défendre, encore, aujourd’hui et demain.

 

Mon avis:

Cet essai historique retrace l’histoire des luttes pour le droit des femmes du XVIIIe siècle à nos jours. Entre sujets féministes, citations engagées, explications de slogans, extraits de textes phares, dates et chiffres clés … on en apprend plus sur le chemin parcouru.

Voici une lecture que j’ai grandement appréciée. Rédigée par l’historienne Mathilde Larrère, chaque sujet est richement agrémenté de sources illustrant les propos. On commence forcément dans l’histoire et l’explication de pourquoi les femmes y sont si peu citées. Puis vient la Révolution française, où plusieurs rôles leur sont confiés et leurs voix se font entendre. Grâce aux femmes révolutionnaires et aux suffragettes, le code civil commence à évoluer vers plus de droits et d’autonomie qui mettent des années à être reconnus.

Des dates peuvent être particulièrement choquantes, puisqu’elles sont proches. Elles concernent nos parents et grands-parents, et aussi nous même. Mais comme dit dans le texte « rien n’est jamais acquis ». D’ailleurs des évènements récents y sont aussi décryptés, comme le mouvement #MeToo ou le hashtag #PayeTonUtérus

Intéressant et surtout accessible, j’ai appris beaucoup avec cette lecture que je compte déjà relire. Les informations données permettent de nous forger une bonne base. Il m’arrivait des fois d’interrompre ma lecture pour me renseigner sur certains sujets évoqués. Des illustrations de Fred Sochard y sont aussi présentes, comme celle de la couverture qui m’a fait sourire. Un ouvrage très bien réalisé avec en plus une bibliographie qui nous permet d’aller plus loin.

Un livre qu’on devrait tous lire à notre rythme. Il permet de comprendre nombreux faits historiques et d’en apprendre plus sur de grandes personnalités.

 

« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. » Simone de Beauvoir