Bande dessinée, Littérature française (France), Livres, Mes coups de cœur

Simone Veil : L’immortelle de Hervé Duphot et Pascal Bresson

Éditeur : Marabout
Pages : 184 pages
Parution : 27 Juin 2018
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Biographie
Lien Amazon

 

L’histoire:

Simone Veil, née Jacob, rescapée de la Shoah, a fait de la lutte pour les droits des femmes son combat. Une lutte contre le sexisme, la misogynie et pour la dignité qu’elle porta au sein de l’Assemblée nationale alors qu’elle était Ministre de la Santé. Une bataille qu’elle ne cessa jamais de mener. Disparue le 30 juin 2017, elle entre au Panthéon le 1er juillet 2018.

 

Mon avis:

Très bel hommage à Simone Veil, ce roman graphique revient sur son parcours, de son enfance à ses combats menés pour la France.

L’intrigue commence en novembre 1974, alors qu’elle est Ministre de la Santé et qu’elle est sur le point de présenter la loi en faveur de l’Interruption Volontaire de Grossesse à l’Assemblée Nationale. Accompagné de plusieurs flash-backs, qui nous font revivre son enfance à Nice jusqu’à sa captivité et les horreurs de la Shoah, on suite le parcours de la loi Veil de son examen au vote.

Forcément, on ne peut rester de marbre après la lecture de cet ouvrage, magnifiquement réalisé et mis en page. Le parcours de Simone Veil m’a toujours impressionné. Quelle femme, quel courage, quelle force de caractère… On pourrait continuer pendant très longtemps la liste de superbes qualificatifs qui la décrive.

Je crois, toujours, que cela sert à quelque chose de se battre.

Centré sur la loi en faveur de l’avortement, cette biographie est amenée d’une façon originale. On ne peut arrêter notre lecture, tellement addictive. Les nombreux flash-backs peuvent certes rebuter. Sachez qu’ils sont très bien intégrés dans la narration, et dans les illustrations en nous proposant un code couleur. Rien que visuellement, on sait à quelle époque on se trouve. J’ai trouvé cette idée merveilleuse.

Le contenu peut bien sûr être choquant: entre le racisme nazi, le génocide juif, mais aussi le sexisme, les actes et paroles brutales qu’elle a reçue par les politiques et les contestataires…

– N’oubliez jamais ce qu’ils nous ont fait ! Il faut transmettre, témoigner, c’est une nécessité aussi urgente que cruciale pour nos jeunes. C’est en se projetant dans un avenir commun, en ayant foi dans les valeurs de la démocratie et du respect d’autrui qu’ils parviendront à dire non à toutes les idéologies de haine et de violence, et qu’ils construiront un monde plus juste et plus fraternel…

Une lecture émouvante, un superbe hommage à une grande dame.

Bande dessinée, Classique, Littérature française (France), Livres

Orgueil et préjugés, tome 1 : Les cinq filles de Mrs. Bennet de Aurore et Jane Austen

Éditeur : Soleil
Pages : 48 pages
Parution : 18 Septembre 2019
Tome : 01/03
Format: Album
Lien Amazon

 

L’histoire:

Tout Longbourn est en émoi depuis l’arrivée du fortuné Mr Bingley ! Menacée par un testament laissant toute la fortune de la famille à un lointain cousin, Mrs Bennet espère assurer son avenir en mariant l’une de ses cinq filles à ce riche héritier.

 

Mon avis:

Adapté du célèbre roman de Jane Austen, Aurore nous offre sa vision à la fois illustrée et romancée de cette œuvre. On retrouve la famille Bennet dans leur quotidien routinier, qui sera pour leur plus grand bonheur chamboulé.

Orgueil et Préjugés a été retranscrit dans un nombre incalculable de fois : mini-série, film, manga… Avec ce premier tome, on nous propose une nouvelle version qui se découpe en trois bande-dessinée. Grande passionnée de Jane Austen, je suis toujours adepte d’en découvrir d’autres. Même si je me rends compte que je commence à connaitre un certain nombre de répliques par cœur ! Je peux donc vous confirmer que certaines libertés ont été prises avec le texte original, sans me déranger. Tous les éléments clés sont présents, jusqu’aux notes d’humour qu’on apprécie tellement dans ce roman. J’ai grandement apprécié la fin choisit pour cet opus, parfaitement en adéquation avec l’histoire.

La modernité se ressent plutôt dans les illustrations avec des traits de manga pour les personnages. Peut-être qu’un nouveau public sera ainsi intéressé pour découvrir les écrits de Jane Austen. Je signalerais tout de même qu’il y a une forte ressemblance entre les cinq sœurs. Pour un public qui découvre pour la première fois l’histoire, c’est dérangeant de ne pas savoir laquelle parle… Toutefois, de superbes mises en scène sont présentes, nous plongeant dans la campagne anglaise du XIXème siècle. Les décors sont très soignés et avec précision. C’est un plaisir de tourner les pages et de se remémorer certaines scènes.

Je suis bien curieuse de découvrir la suite. Cette première partie m’a d’ailleurs redonné envie de relire le roman !

Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Contes et légendes du Nord de Caroline Dhery

Éditeur : Auzou
Pages : 44 pages

Parution : 28 Octobre 2022
Tome : 01/01
Format : Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

.

L’histoire:

Un magnifique coffret contenant l’histoire de Aline, une petit fille norvégienne, qui découvre dans la bibliothèque un incroyable recueil de légendes Samies – les peuples de Laponie et du grand Nord. Mais la bibliothécaire lui interdit de lire ce livre et en déchire les pages. Emportées par le vent, Aline court derrière chaque page pour les récupérer et découvrir ces contes merveilleux d’hiver. L’enfant accompagne Aline dans sa découverte des contes. Chaque jour, il découvre avec Aline une nouvelle page, du 1er au 24 décembre. A la fin, le 25 décembre, l’enfant reçoit une couverture et du ruban pour créer son propre recueil avec tous les contes qu’il a découverts.

 

Mon avis:

Cet album de l’avent se présente en coffret. 24 enveloppes contiennent une page, que l’on pourra assembler à la fin. En plus, on trouve un guide avec l’histoire d’Aline, une jeune norvégienne passionnée de littérature. C’est d’ailleurs elle, qui va nous guider et nous explique pourquoi ces pages sont séparées l’une de l’autre.

Plongeons en 1902 à Tromso en Norvège. Alors qu’Alice se rend dans la bibliothèque de son village à la recherche d’un nouveau recueil de conte, un évènement va se produire… C’est ainsi qu’elle fera la connaissance de Simeen, un jeune garçon de religion Samie, dont les histoires parlent de son peuple.

Ce sont six contes et légendes qui demandent d’être rassemblés pour en découvrir tout le sens. Plusieurs m’ont plu comme :

  • La gardien du soleil, qui nous emmène au cœur de la Scandinavie, où la tribu des Doaivu est plongé dans l’obscurité. Deux jeunes garçons découvrent qu’il n’y en a pas été toujours le cas, et veulent remettre les choses en ordre. Une belle épopée s’offre à nous.
  • Le roi des ours, incarné par le grand-père Pelu, dont la mission est de changer les saisons. De la magie en compagnie d’un chamane, d’une sorcière, d’un dieu et d’une jeune fille au grand courage.
  • La forêt des géants, où une histoire d’amour à la Roméo et Juliette, mais une version avec des géants, des ogres et une sorcière. Une belle histoire et une conclusion touchante.
  • La lampe de Pekka, soit un homme cupide et vaniteux qui a capturé des âmes pendant 2000 ans afin de rester en vie. Une situation qui ne dura pas avec l’arrivée d’une jeune fille.

Toutefois, certains m’ont moins convaincues comme:

  • Le passeur d’aurores: où l’on fait la connaissance de Kettu, un renardeau aveugle. Depuis sa naissance, il fait toujours le même rêve. Il découvrira plus tard qu’il s’agit d’un message… J’ai trouvé la fin brutale dans le sens où Kettu accepte très vite sa destinée.
  • L’incroyable chevelure de Sedna, une légende de Laponie qui inculque le respect des femmes et de la mer. La conclusion est intéressante, mais il y a une erreur dans l’intrigue. Cela peut arriver !

En soit, un bon moment de passé avec cette lecture. J’ai d’autant plus apprécié qu’il y ait une histoire pour accompagner la lecture de chaque conte.

En fin d’ouvrage, on a le droit à quelques informations sur les Samis. Ce peuple autochtone est toujours présent en Norvège, Suède, Finlande et Russie. Cela m’a donnée envie d’en savoir plus sur eux.

Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Mon roman de l’avent : Le renne mystérieux de Natacha Godeau

Éditeur : Auzou
Pages : 196 pages

Parution : 22 Octobre 2021
Tome : 01/01
Format : Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

.

L’histoire:

Elliot vit avec ses parents éleveurs de rennes à l’orée de la forêt. Pour les fêtes de Noël, sa cousine Flore vient lui rendre visite. En revenant de la gare, ils rencontrent un étrange vieil homme, fabricant de jouets, à la recherche de son animal égaré. De retour à l’élevage, ils réalisent qu’un des rennes a un comportement bizarre… son pelage brille étonnamment, on dirait presque qu’il vole ! Serait-il magique ?

Une histoire enchanteresse avec un chapitre à découvrir par jour pour patienter jusqu’à Noël.

 

Mon avis:

En ce mois de décembre, Elliot va faire la connaissance de sa cousine Flore qui vient d’un pays africain. Elle va passer ses vacances avec lui dans le grand nord. Une rencontre forte agréable qui ne sera pas de tout repos. Mais qui est donc ce mystérieux inconnu, et quels sont ces bruits étranges… Une enquête est à résoudre !

Avant de vous parler de l’histoire, j’aimerais tout d’abord vous présenter comment est conçu l’ouvrage. Pour lire ce roman de l’avent, chaque jour il fallait découper les pages d’un chapitre. Cela ajoutait clairement du plaisir avant la lecture du chapitre du jour. Très bien réalisé avec des pointillés pour déceler délicatement chaque page, le livre est en aucun cas abimé. Je trouve cette idée de conception fantastique.

Revenons à notre intrigue qui est toute aussi merveilleuse. Les parents d’Elliot sont éleveurs de rennes, et le jeune garçon aime s’occuper d’eux. Il en a surnommé un Furieux et il porte plutôt bien son prénom. Quant à Flore, ses parents s’occupent d’organiser des safaris. Au temps dire que c’est un sacré voyage pour elle. Adieu les éléphants pour les rennes et le sable pour la neige. Un gros changement et les surprises ne vont pas s’arrêter là… Tout juste arrivée, des évènements surnaturels se déroulent. Les enfants n’y croyant pas tout à fait, essayent de trouver une explication logique. Diamant, un renne blessé recueilli par la famille entre alors en scène, ainsi qu’un objet obscur.

J’ai grandement apprécié cette lecture. Les personnages sont attachants, tout comme notre renne mystérieux. On se doute forcément de l’identité secrète de deux personnages. Le troisième a été une surprise pour moi. On passe un très bon moment avec cette famille touchante et grâce aussi à ces moments féériques. Une dose de magie que j’aurais souhaitée plus marquante en fin d’ouvrage, avec plus d’émerveillement de la part des enfants. Cela reste une très bonne lecture et je me laisserais tenter l’année prochaine avec les autres romans de l’avent de la maison d’édition.

Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Loudmila et la montagne volante de Cécile Alix

Éditeur : Poulpe Fictions
Pages : 168 pages

Parution : 13 Octobre 2022
Tome : 01/01
Format : Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

.

L’histoire:

Une extraordinaire épopée dans le grand froid à travers des terres mystérieuses !

À la mort de la chamane Chilali, Loudmila doit partir pour la Montagne volante afin d’y déposer l’âme de sa vieille amie. Son voyage s’annonce périlleux, entre dunes de glace, terres magiques et créatures inquiétantes. Heureusement, la jeune fille n’est pas seule. Accompagnée du renne Ishka, parviendra-t-elle à affronter tous ces dangers et à libérer l’âme de Chilali ?

Un roman à l’ambiance envoûtante sur le voyage et l’amitié !

 

Mon avis:

Dans un camp d’hiver du Grand Nord, Loudmila partage un igloo avec sa « petite mère » Chilali, une vieille chamane de la tribu. Sentant ses derniers jours arrivés, elle lui fredonne un chant d’adieu. Son âme va devoir entamer un long voyage vers la Montagne volante pour pouvoir reposer en paix. Mais Williwaw le terrible, un esprit mauvais, va semer le trouble… Une longue aventure attend alors Loudmila vers ce lieu sacré, afin que l’âme de Chilali soit préservée.

Un fil des pages, on découvre une jeune fille au grand courage et à la force de caractère. Alors qu’elle se met en route seule vers un lieu secret dont personne n’est revenu, des rencontres étonnantes vont croiser son chemin. Entre le renne Ishka qui deviendra son ami, les Petits Patineurs, le gardien de Kobek, le capitaine et marin de Takoë… il y a aussi des lieux fantastiques très divers comme le désert de cristal, l’oasis de Wadibadou, la mer polaire, des plages de sable noir… et enfin des créatures surprenantes à l’image des chamoaskis, des zébroises, des champiprouts ou les papillons rêveurs…

L’auteure nous offre une histoire poétique accompagnée de chants et de messages. Elle attire notre attention sur l’importance de la transmission des valeurs familiales, de la mémoire et des traditions.

Littérature française (France), Livres, Mes coups de cœur, Romance, Romance historique

La Duchesse de Buckingham de Shannen Malka

Éditeur : Hurlevent
Pages : 472 pages
Parution : 26 Septembre 2022
Tome : 01/01
Format: Relié
Genre: Romance, Historique

 

L’histoire:

Angleterre, 1841. Elena Quincy, fille du comte de Winchester, mène une existence paisible au cœur de la campagne anglaise, dans un écrin de verdure qu’elle se plaît à parcourir à cheval, au détriment de ses leçons d’étiquette dont elle se passerait volontiers. Mais le calme de son quotidien est brisé lorsqu’elle assiste dans la ville de Southampton à une scène d’une rare violence entre un maître d’œuvre et son employé, un enfant d’à peine dix ans.
Cet événement bouleverse Elena qui ne parviendra pas à retrouver la sérénité avant d’en avoir apporté un peu à ces enfants. Une décision qui la mène, bien malgré elle, dans l’entourage de la reine Victoria.
À Buckingham Palace, Elena découvre un milieu qu’elle ne connaît pas et est emportée dans le tourbillon de complots et de mondanités qu’est la cour. Et alors qu’elle se fait quelques alliés et que la passion amoureuse s’invite, des figures menaçantes commencent à se dessiner, avides de la plonger dans le déshonneur, tandis qu’au-delà des grilles majestueuses du palais, le peuple gronde.

 

Mon avis:

Elena Quincy vit avec son père et ses quatre frères dans un grand domaine qu’elle ne quitte jamais. Alors, quand son père lui accorde enfin le loisir de pouvoir sortir dans le village avoisinant, elle saute de joie. Ne connaissant rien au monde et à ce qui l’entoure, elle assiste à une scène qui la choque et où personne ne réagit. Outrée, elle ne peut rester sans rien faire, au risque de désobéir à des ordres qui vont lui ouvrir des portes vers l’inconnu…

Comment rester inactive face à la violence infantile et aux conditions de vie de jeunes enfants ? Elena ne compte pas rester dans le rang, quitte à s’attirer les foudres du gouvernement. C’est ainsi qu’elle se voit convoquée auprès de la reine Victoria et devient sa dame de compagnie. Une étiquette bien difficile à porter entre les commérages, manigances et somptuosité de la cour, alors que dehors la pauvreté est aux portes. Se faisant remarquer à nouveaux par ses actions, c’est en compagnie de Lord Brooke qu’elle recevra des leçons pour mieux comprendre le contexte; et Lord Osbourne qui l’accompagnera dans ses engagements qui ne seront pas de tout repos et riches de surprises.

J’ai tellement apprécié ma lecture que c’est un coup de cœur. Quel plaisir de tourner les pages, qui nous plongent à la fois dans les bas-fonds de Londres et dans le palais de Buckingham, le tout rythmé par de nombreux rebondissements. Le sujet historique est entièrement maîtrisé et on découvre ce qu’est la vie pendant l’ère victorienne jusqu’à la politique intérieure. J’ai grandement appris. Des références à Oliver Twist de Charles Dickens sont insérés dans l’intrigue, tout comme Le songe d’une nuit d’été de William Shakespeare. J’ai bien envie de me faire une relecture !

Concernant les personnages, Elena m’a fait penser à Elisa Scalzy de la série télé Elisa di Rivombrosa qui est inspiré de roman de Samuel Richardson. Fougueuse et entêtée, la jeune femme n’a pas peur de se mettre en danger pour soutenir ses convictions. La cause infantile lui est chère et elle est prête à tout, même si des fois ses actions trop rapides attirent des conséquences négatives. Quant aux personnages masculins, Lord Brooke m’a rappelé Fitzwilliam Darcy d’Orgueil et Préjugés de Jane Austen. Très froid, on se doute qu’il cache un lourd secret. Et pour Lord Osborne, j’ai eu envie de douter de lui tellement souvent que je ne savais plus quoi en penser !

En bref, une superbe romance historique sous le règne de Victoria à découvrir !

Jeunesse, Littérature française (France), Livres, Mes coups de cœur

Mémoires de la forêt : Les souvenirs de Ferdinand Taupe de Mickaël Brun-Arnaud et Sanoe

Éditeur : L’Ecole des Loisirs
Pages : 320 pages
Parution : 16 Mars 2022
Tome : 01/??
Format: Broché
Genre: Jeunesse
Lien Amazon

 

L’histoire:

Dans la forêt de Bellécorce, au creux du chêne où Archibald Renard tient sa librairie, chaque animal qui le souhaite peut déposer le livre qu’il a écrit et espérer qu’il soit un jour acheté. Depuis que ses souvenirs le fuient, Ferdinand Taupe cherche désespérément à retrouver l’ouvrage qu’il a écrit pour compiler ses mém6oires, afin de se rappeler les choses qu’il a faites et les gens qu’il a aimés. Il en existe un seul exemplaire, déposé à la librairie il y a des années. Mais justement, un mystérieux client vient de partir avec… À l’aide de vieilles photographies, Archibald et Ferdinand se lancent sur ses traces en forêt, dans un périple à la frontière du rêve, des souvenirs et de la réalité.

 

Mon avis:

Au sein de la librairie de Bellécorce, Archibald Renard reçoit tous les habitants de la forêt. Lors d’une visite de Ferdinand Taupe, un habitué des lieux, son entrée ne passe pas inaperçue. Perdu, il cherche désespérément quelque chose, et il a du mal à l’expliquer à Archibald, qui souhaite l’aider. Alors qu’il retrouve ses mots, le libraire est gêné. Le livre tant désiré par son ami vient d’être vendu à un inconnu. L’aventure commence alors pour Archibald et Ferdinand, à la recherche du fameux ouvrage et bien plus…

Atteint de la maladie de l’Oublie-tout, Ferdinand Taupe aimerait retrouver ses souvenirs et savoir où se trouve sa femme, Maude. Et quoi de mieux que se procurer le livre qu’il a écrit « Mémoire d’Outre-Terre » qui raconte toutes ses péripéties. Mais encore faut-il le trouver… Sur une idée d’Archibald Renard et à l’aide d’anciennes photos, ils vont se rendre ensemble dans des lieux du passé de son ami, en espérant que le mystérieux acheteur sera curieux de les découvrir, au fil de sa lecture. Une escapade de deux semaines commence, qui amènera nos amis à la rencontre de Pétunia Marmotte, Gédéon Hibou Duchêne, Elisabeth Poule… et bien d’autres.

Expliquer des maladies à des enfants n’est jamais évident. L’auteur a d’ailleurs travaillé dans une unité de maladie neuro-évolutive. Il connait bien son sujet. L’Oublie-tout évoque bien entendu la maladie d’Alzheimer. Dans un contexte poétique et attachant, on suit cette enquête très touchante sur le passé de Monsieur Taupe, qui l’oublie de plus en plus et s’égare des fois dans des moments de folie. Au cœur de la forêt, c’est avec une certaine appréhension, excitation et plaisir qu’on tourne les pages de ce roman, afin d’en connaitre plus sur ce personnage si singulier qu’est Ferdinand Taupe. Totalement absorbée par la narration qui évoque l’amitié, l’amour, mais aussi le deuil et le mensonge, cette lecture fut passionnante.

De magnifiques illustrations à l’aquarelle nous accompagne aussi au fil de notre lecture. On y découvre soit des pages entières ou des dessins qui s’insèrent dans le texte. Un carnet de croquis est aussi présent dans les dernières pages.

En bref, un ouvrage coup de cœur qui a su me transporter dans un univers qui nous touche tous.

Littérature française (France), Livres, Mes coups de cœur, Romance, Romance historique

Prophétie d’automne de Sarah M. Carr

Éditeur : Bookmark
Pages : 328 pages
Parution : 27 Mai 2019
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Ailsa, jeune femme du clan Cameron, passionnée, rebelle, (et pourtant fidèle à l’honneur des siens), se retrouve malgré elle porteuse d’une prophétie qui va bouleverser son existence.
Duncan MacLean, futur héritier du clan MacLean, a toujours été rejeté par un père rongé par la jalousie, car convaincu que son fils était le fruit d’un adultère.
La mort du patriarche délivrera le jeune laird de ses démons et lui ouvrira les portes d’une rédemption dont il se croyait proscrit.
Deux êtres que tout oppose, un guerrier sombre et une jeune femme solaire, se retrouvent à jamais liés par le destin, lorsque leurs chemins se croisent par hasard, un jour d’automne sur les bords du Loch Linnhe.

 

Mon avis:

Dans un climat de tension entre l’Angleterre et l’Ecosse, les clans écossais doivent se rassembler pour affronter ce conflit ensemble et unis. C’est ainsi qu’une alliance par le mariage qui est conclu entre le clan Cameron et MacLean. Liée par une prophétie, la jeune fille accepte cette union alors qu’elle ne connait rien de son futur époux. Destin, surprises et déconvenues seront au rendez-vous…

Ailsa Cameron est une jeune femme au grand caractère. Personne ne l’empêche de sortir seule. Ce jour, alors qu’elle se rend au loch Linnhe, une banshee se révèle à elle. Cet esprit lui livre le message que son destin va changer et qu’elle doit l’accepter pour son épanouissement futur. Alors, quand son père lui apprend qu’elle doit se marier au nouveau Laird MacLean, elle approuve sans broncher. Accompagnée de son frère, elle se rend sur les terres de son futur époux pour célébrer son mariage. Elle y découvre un homme pas si inconnu, mais très froid et dur. Duncan MacLean a été rejeté par son père, et il le vit encore très difficilement. Colérique, abusant de la boisson et des femmes, voilà un conjoint bien difficile pour Ailsa, qui n’a pas l’intention de se laisser faire, et ne mâche pas ses mots envers lui.

Au fil des pages, nous suivons l’évolution de leur relation. Ponctuée de moments malsains, de douleurs, de doutes et de quiproquos, la situation finit par s’apaiser quand ces deux grands caractères finissent par se comprendre et communiquer. Très vite on s’attache au personnage d’Ailsa, qui peut compter sur le frère du Laird, Niall, et sur sa suivante, Sileas, pour l’aider. Le personnage de Duncan est plus sombre. Il met du temps à se dévoiler à cause de son lourd passé. Maladroit et entêté, on finit par s’attacher à lui en seconde partie de roman, quand des péripéties viennent rythmer l’intrigue.

Il est vrai que le trame de l’histoire fait déjà vu: un mariage arrangé, des héros que tout opposent… Mais pour un premier roman, l’auteure surprend par une narration bien construite, qui sait nous tenir en haleine. Grâce à la fluidité qui est installée, on croit ce qui nous est conté. Il y a aussi quelques éléments historiques qui sont ajoutés, pour notre plus grand plaisir (et je n’aurais pas été contre d’en avoir plus !)

En bref, un très bon moment de lecture qui m’a fait replonger dans les Highlands du XIIIe siècle.