Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Prisonnière de son amour de Romane Rose

xcover-5395

Éditeur : Autoédité
Pages : 334 pages
Parution : 5 Décembre 2019
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Sur ordre de son roi Henri VII, Harald chevalier sans terres se doit d’épouser Kathleen, fille du seigneur Woolton décrété traître envers la couronne et pendu haut et court. Il reçoit dans la corbeille de mariage la dangereuse mission d’éradiquer les renégats et de conquérir la Gardienne du Nord, Silkoch, la forteresse austère. Il ne peut se douter du piège tendu pour le perdre, ni même imaginer que sous ses airs d’idiote, une redoutable adversaire se dressera face à sa volonté. Qui gagnera la bataille du cœur ?

 

Mon avis:

Voici le premier livre que je lis de l’auteure, et on peut dire que c’est très prometteur !

L’histoire nous emmène en Angleterre à l’époque de la guerre des Deux-Roses, sous le règne d’Henri VII. Afin de remercier un chevalier qui lui a sauvé sa vie, le roi le promet en mariage, et lui offre ainsi des terres et un titre de Comte au premier enfant né. Harald s’attendait à bien autre chose. Epouser une fille squelettique, froide et fille d’un traitre… D’autant plus qu’il aura aussi pour mission d’aller sur les terres de Gardienne du Nord à Silkoch, et d’y maitriser la rébellion qui y règne. Kathleen pour sa part, voit ce mariage forcé comme une libération. Elle se sent oppressée à la cour, et à hâte de retourner sur ses terres, même si elles abritent de lourds secrets. Nos héros seront-ils faire face aux surprises qui les attendent !?

Ce roman nous offre une histoire au plus proche des personnages, qu’on apprend à découvrir au fil des pages. Leur première rencontre est certes difficile. Qui dit mariage arrangé, dit qu’il n’est pas souhaité. D’autant plus que chacun craint pour sa vie, pour diverses raisons. Grand combattant, Harald est assez têtu, et ne sait comment se comporter avec Kathleen, qui ne cesse de le fuir. Tout comme lui, elle en a peur. Peur qu’il se débarrasse d’elle, et que seul le domaine qu’il lui est octroyé l’intéresse. Entre secrets, complots et trahisons, l’auteure nous offre une intrigue musclée. J’avouerais que des fois, j’ai eu envie de secouer nos deux héros. Kathleen en début d’ouvrage, se cache dans un rôle afin de s’effacer. Mais plus les chapitres avancent, et plus on a envie de savoir ce qu’il lui est arrivé. On ne peut que se douter que son passé est lourd, et c’est bien le cas. Elle se révèle être une héroïne forte, et qui sait se relever. Elle le prouvera mainte et mainte fois dans ce roman. J’ai vraiment adoré l’héroïne. Quant à Harald, on peut dire qu’il est assez doué pour mettre les pieds dans le plat ! Il ne fait qu’empirer sa situation auprès de Kathleen, et sans s’en rendre compte. Un petit jeu du chat et de la souris, s’en suit. D’autres personnages interviennent régulièrement dans l’intrigue, et sont tout aussi passionnant. Margaret a un certain don pour nous énerver; quant à Hugo et John, les amis de Harald, ils auront un rôle très important. J’ai aimé les suivre. Mais il ne faut pas oublier nos amis animaux, comme Attila, Hartane ou Finn. Quant aux contextes historiques et politiques, il n’est pas oublié tout au long du roman, avec des rebondissements à prévoir, et une présence du souverain, et d’une passation de pouvoir pas évidente. Il doit asseoir son autorité, sans créer de conflits supplémentaires.

En bref, une très belle romance historique que j’ai apprécié découvrir, autant pour la plume de l’auteure qui m’était inconnue, que pour l’intrigue qui nous est contée. Juste petit bémol, sans gravité pour la lecture, je n’aime pas du tout la couverture ! Mais bon, une fois la page tournée, on ne la voit plus !!!  

note 4 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Passions Londoniennes, tome 3 : James de Aurélie Depraz

41i9nksdzxl

Éditeur : Autoédité
Pages : 337 pages
Parution : 21 Juin 2020
Tome : 03/03
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Angleterre, 1821

Aylana est désespérée. La vie de son frère John ne tient plus qu’à un fil, et la seule solution qu’il lui reste est d’en appeler… à la clémence du roi.
Elle. Une roturière. À qui Sa Majesté n’accordera pas même l’ombre d’une audience. Et pour qui Elle ne lèvera pas l’ongle du petit doigt. À moins…
À moins de l’approcher grâce à l’un de Ses plus fidèles compagnons de débauche, qui jouit de Son estime et de Sa plus grande confiance : James Eastlake. James Eastlake, auquel son frère, le duc de Somerset, la recommande avec réticence. James Eastlake, qui traîne derrière lui une réputation exécrable. James Eastlake, qui l’a même offensée il y a plusieurs années. James Eastlake, enfin, qui n’acceptera jamais de l’aider, au vu de l’affront qu’elle lui a elle-même fait subir en retour à l’époque.
James Eastlake… qui reste son seul espoir, malgré tout.
Aylana n’a pas le choix. Elle ira à Londres. Elle trouvera cet homme. Et elle le suppliera d’intercéder en sa faveur. Et ce, quel qu’en soit le prix.

 

Mon avis:

Place au dernier tome de cette trilogie, qui sera un coup de cœur pour moi au grand complet ! James est donc le petit dernier de cette équipe infernale, qui ne nous a pas encore dévoilé ses secrets, et son histoire. Jeune noble, comme son ami Alexander, il n’a point envie de se marier, et d’appartenir à une seule femme. Il aime trop les femmes pour en avoir qu’une seule dans son lit, et tout le monde le sait, jusque dans les journaux. Il enchaîne ainsi les histoires, et aime vivre dans le luxe, ce qui contrarie bien sa mère. Jusqu’au jour où Alyana arrive dans sa vie pour lui demander de l’aide. Solliciter l’aide d’un libertin connu, quelle drôle d’idée, mais elle n’a pas le choix, il en va de la vie de son frère qui risque la mort. Seul lui peut l’aider, grâce à ses relations avec le roi. Une aventure qui va emmener nos deux héros pas là où ils s’attendaient…

Quelle magnifique trilogie qui a su m’emporter jusqu’à la fin. Même si avec James, on peut très bien s’attendre à ce qu’il va se passer, hé bien il peut quand même nous surprendre ! Fils de duc, ce dernier vit dans l’opulence. Entre ses sorties avec ses amies, sa passion pour l’art, et les belles femmes, il ne s’ennuie pas. A ses côtés, on retrouve Alyana, une jeune fille de basse extraction mais cultivée, qui a travaillé en tant que dame de compagnie, et aujourd’hui enseignante. C’est aussi une féministe, passionnée par Mary Wollstonecraft, une femme de lettre et philosophe, mère de Mary Shelley (Frankenstein). Comme toujours, j’adore toutes les références historiques que nous glissent l’auteure dans ses romans. Et encore une fois, nous sommes gâtées entre Napoléon, George IV, Casanova, la passion de nos deux héros pour l’art, mais aussi la continuité de la révolution industrielle, on a de quoi se documenter. Mais revenons à notre intrigue et nos héros, dont on pourrait penser que tout opposent, mais finalement ils ne sont assez complémentaires. Aylana est certes jeune et innocente, mais c’est aussi une femme au grand courage, et qui est prête à tout pour sauver la vie de son frère. Certes, elle éprouve des craintes, mais elle a toujours combattue dans la vie, et ne va pas s’arrêter là. James en est d’ailleurs impressionné, et elle ne se laisse pas faire quand il la provoque. Et forcément il aime ça. Mais il est vrai que sa requête n’est pas évidente, d’autant plus que le Roi est comme lui, un homme à femmes. Il va pourtant l’aider, et ils vont ainsi apprendre à se connaitre, et développer ensemble leur passion pour l’art.

Encore une très belle romance, rythmée et riche en révélation, qui a su me captiver. Je pense qu’Aylana est mon personnage féminin préféré de cette trilogie, suivi de Jay, pour le personnage masculin. J’ai vraiment adoré chacun des romans. Alors, si vous ne connaissez pas, lancez vous !

note 5 étoiles

Classique, Littérature française (France), Livres

« J’ai tellement envie de vous » : Lettres d’amour 1585-1610 de Henri IV

917a0wvzg2l

Éditeur : Le livre de poche
Collection: La lettre et la plume
Pages : 352 pages
Parution : 7 Septembre 2011
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Classique, Autobiographie
Lien Amazon

 

Synopsis:

Le bon roi Henri aimait tant les femmes qu’il faillit mettre sa couronne en péril pour les beaux yeux de ses maîtresses. Amant souvent trompé, mari toujours infidèle, les sentiments ne comptaient guère pour ce conquérant aussi intrépide au combat qu’à la poursuite de celles qui éveillaient ses sens.
La mort de la belle Gabrielle d’Estrées lui fit couler des larmes mais elles furent vite séchées par Henriette d’Entragues qu’il fit pratiquement cohabiter avec son épouse légitime, Marie de Médicis.
Dans cette correspondance qui couvre près de vingt-cinq années -des premières amours du jeune roi de Navarre à sa dernière idylle avec Charlotte de Montmorency, il se montre sentimental et libertin, maniant avec élégance l’humour, la malice et le mensonge.

 

Mon avis:

Dans ce recueil, on découvre les lettres du roi Henri IV écrite entre 1585 et 1610, à ses diverses maîtresses, mais aussi à ses épouses comme Marguerite de Valois, sa première épouse, ou Marie de Médicis.

A travers ses lettres, on suit aussi le parcours du roi, et les notes nous aident beaucoup à ne pas perdre le fil entre chaque histoire. On apprend beaucoup sur sa personne, un grand libertin connu, dont les familles nobles n’existaient à envoyer leurs filles dans le lit de ce dernier. On découvre aussi son caractère et ses réactions, des fois étonnantes, faces aux potins de la cours, ou de sa vie de souverain, ou dans sa vie de famille. Il est vrai qu’il est dommage, de ne pas avoir les réponses, il y a quand même près de 300 lettres. Heureusement que l’éditrice du livre est là pour nous apporter les détails, sinon on serait vite perdu. Il y a des lettres et des passages très intéressants, d’autres un peu redondants.

ça reste tout du moins un ouvrage très intéressant pour mieux connaitre le roi, ses pensées et ses agissements. Toutefois, il ne m’a pas transporté comme les autres ouvrages de la collection. Peut-être un peu trop long, même si, il faut le dire, il écrit très bien.

note 3 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance paranormale

La réfugiée des Highlands de Gaida Mendoza

71fy4pg222l

Éditeur : Gloriana
Pages : 368 pages
Parution : 10 Février 2020
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique, Fantastique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Une famille riche… Un mariage de convenance… Un voyage dans les Highlands… Un soupçon de magie… Alors qu’Anna doit prochainement se marier, elle s’offre le luxe d’un dernier voyage en solitaire sur les terres écossaises, dans le but de fuir ce mariage dont elle ne veut pas. Mais c’était sans compter l’intervention magique d’un effrit qui va la propulser dans le passé, à une époque aux mœurs différentes des siennes.

 

Mon avis:

Gaida Mendoza, nous livre son premier roman qui nous emmène découvrir Anna, une jeune femme dont la famille est très à cheval sur les convenances, et souhaite qu’elle s’unisse à une famille qui possède les mêmes idées. En soit un mariage de convenance, dont elle ne veut pas. Elle fuit ainsi en Ecosse, et va faire une étrange rencontre avec une créature magique, qui va bouleverser sa vie et la propulse à une époque inconnue sur les terres du clan Kincaid. L’aventure commence, et bien des surprises vont en découler.

L’intrigue de ce roman est constitué de deux parties. La première nous emmène en Ecosse, et dans le passé. On suit Anna qui se trouve désorientée après ce voyage dans le temps, et qui est ramenée semi-consciente au château du clan, par le laird lui-même, Ariyal Kincaid. Entre eux, les discussions sont quelques peu explosives, on s’amuse bien. Elle vient du futur, mais il ne la croit pas, malgré son attitude étrange. On tourne les pages avec plaisir, l’histoire est rythmée. Mais c’est surtout la seconde partie qui m’a le plus étonnée, et même surprise. Là clairement, on rentre plus dans la fantasy, et la magie. Ce changement de registre est déconcertant, et ça m’a plu. On se demande vraiment comment l’histoire va s’enchaîner, et c’est à ce moment que j’ai commencé à m’attacher aux personnages. Pauvre Anna, elle en a tellement subi, et ce n’est pas fini. Multiples complots et phénomènes magiques nous tiennent en haleine, et on a enfin réponse à nos questions sur le vécu de nos personnages.

Pour un premier roman, celui-ci est réussi, même si c’est plus la deuxième partie qui m’a le plus intriguée. Une aventure originale qui m’a un peu fait penser à la saga Les Highlander de Karen Marie Moning Un bon moment de lecture !

 

note 3,5 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Passions Londoniennes, tome 2 : Jay de Aurélie Depraz

couv29965538

Éditeur : Autoédité
Pages : 313 pages
Parution : 1er Mai 2020
Tome : 02/03
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Londres, 1819
Jay Stenson a tout bâti de ses mains. Né dans la rue, au cœur des quartiers londoniens les plus pauvres, il a su s’élever dans la société à la seule force du poignet et finir à la tête d’un véritable empire industriel.
Pourtant, il est une chose que son argent, jusqu’à présent, n’a pas su acheter : le bonheur de sa sœur, la très jeune Elisa. Prêt à tout pour l’intégrer (malgré elle s’il le faut) aux milieux huppés qu’il fréquente désormais et l’aider à se lancer dans la vie, il décide de faire appel à une jeune aristocrate. La mission de cette dernière : éduquer Elisa et en faire une lady. Une vraie. À son image.
Mais la belle Amanda Keat, elle aussi, a de graves problèmes à résoudre. Quant à ses vues sur le monde, elles sont bien loin de celles de ce roturier de Stenson… dont le franc-parler, les manières abruptes et le manque total de tact l’agacent au plus haut point…
Jay : quand les classes sociales du début du XIXe siècle se rencontrent, se repoussent et s’attirent, au temps de la Première Révolution Industrielle…

 

Mon avis:

Après avoir fait la connaissance d’Alexander lors du premier tome, place à Jay, membre de ce trio de célibataire endurcit. Enfin pas tant que ça ! Jay, comparé à ses amis, n’est pas un homme de la noblesse. C’est à la sueur de son front, qu’il a réussi à s’en sortir des bas fond de Londres. Très jeune, il a dû prendre en charge sa demi-sœur, et a tout fait pour lui offrir une vie digne. Et aujourd’hui, alors qu’ils ont quitté les quartiers pauvres, pour rejoindre la haute société, Elisa ne se sent pas à l’aise avec ce monde qu’elle ne connait pas. C’est là que Jay à l’idée de trouver une jeune lady pour lui apprendre les us et coutumes de la noblesse. Amanda Keat, jeune veuve qui rencontre bien des difficultés, finit par accepter la mission qu’on lui propose. Et bien des surprises vont en découler !

J’étais très heureuse d’apprendre que le tome 2 allait être consacré à Jay. Dans le premier tome, son personnage haut combien hardi, m’a tout de suite intrigué. Et quel bonheur d’en découvrir plus sur lui, son passé, les épreuves qu’il a dû affronter, et la force et le courage qu’ils l’ont amené à changer sa destinée. Jay est des plus déterminés, et hors de question de cacher ses origines, au grand dam de ses amis, et de la jeune lady Amanda qui sera offusquée plus d’une fois de ses manières. Alors qu’Elisa apprend beaucoup d’Amanda, hors de question pour Jay de devenir un gentleman. Même si ce dernier, écoute tout de même ce que dit Amanda, pour mieux nous surprendre. De son côté Amanda connait bien des difficultés depuis la perte de son mari, et en plus elle n’a plus de nouvelles de son frère qu’elle sait en difficulté. Mais hors de question pour elle de solliciter l’aide de Jay, qui en a déjà assez fait pour elle. En femme indépendante, elle ne manque pas non plus de courage, elle souhaite se débrouiller seule.

Autant dire que ces deux personnages étaient faits pour se rencontrer, et on ne s’ennuie pas avec l’intrigue, qui est très rythmé, que ce soit par leur échange ou action. On peut même dire que j’ai littéralement dévoré cet ouvrage qui m’a passionné. J’ai eu un coup de cœur pour Jay, son histoire et sa personne. Et comme toujours avec l’auteure on apprend des détails croustillants sur l’Histoire. Et grâce aux cours avec Elisa, on découvre la vie quotidienne d’une lady, comment servir le thé, comment se servir d’un éventail pour passer des messages, ou encore le langage des fleurs. Purement passionnant ! Encore une fois, je ressors très contente de cette lecture, et c’est même un coup de cœur.

En résumé, une très belle romance historique qui défit les classes sociales, et qui nous livre des détails croustillants sur la vie des différents quartiers londoniens.

 

note 5 étoiles

Bande dessinée, Littérature française (France), Livres

Le château des étoiles (revues), tome 15 : De l’éther à la Terre de Alex Alice, Alain Ayroles et Étienne Jung

couv43465808

Éditeur : Rue de Sèvres
Pages : 32 pages
Parution : 18 Mars 2020
Tome : 15/??
Format: Album
Genre: Science-Fiction

Lien Amazon

 

L’histoire:

1874, menacés par les aigles de Bismarck qui envahissent Mars, Hans, Séraphin, Sophie, Loïc et la princesse trouvent refuge dans le Château des étoiles. Ils y trouvent le roi Ludwig totalement dépourvu de raison et la source d’énergie tant recherchée qui est détruite lors d un combat les affrontant à Van Gudden. Nos héros décident alors de retourner sur Terre pour demander l’aide de Napoléon III. Séraphin y découvre qu’en échange du savoir-faire de son père, la France ne rentre pas en conflit avec la Prusse pour la conquête de Mars. Bismarck est désormais libre d’y exploiter les réserves d’éthérite et d’asservir les Martiaux. Tandis que son père lui demande de ne pas s’immiscer dans les enjeux géopolitiques en cours, les tensions s’intensifient, Séraphin comprend qu’il doit assumer seul ses décisions et son engagement.

 

Mon avis:

Avec ce nouveau numéro, c’est le retour sur Terre pour Séraphin, Sophie, Hans, Loic et le Capitaine Schneidig, en compagnie de la Princesse Martienne. Ils sont à la quête d’allié pour aider son peuple. Et c’est vers Napoléon III qu’ils vont se diriger. Mais après un an d’absence sur Terre, ils doivent d’abord découvrir ce qui s’est passé sur leur planète pendant ce temps.

Pour ce quinzième numéro, l’histoire s’annonce toujours aussi passionnante. Ils ont une mission importante à réaliser au côté de la princesse martienne. Et beaucoup de surprises les attendent, et pas toujours de bonnes nouvelles, comme pour Loïc. La conquête de l’espace a aussi bien évoluée depuis leur dernier passage sur Terre. Les Français et les Anglais ont aussi développé leur appareil pour coloniser Vénus, et d’autres y pensent aussi.

Alex Alice sait nous tenir en haleine à chaque page, et nous enchanter avec ses magnifiques planches. Ici on a le droit à la capitale française, et la mode de l’époque du XIXème siècle. Un régal pour les yeux comme toujours. Je suis bien contente d’avoir poursuivit ma lecture de cette saga.

 

Du côté de la série dérivée Les Chimères de Vénus, on continue à suivre les péripéties d’Hélène Martin et d’Aurélien. On visite aussi le fameux Excelsior. Je dirais que je suis un peu moins emballée par cette histoire, mais ce n’est que le début !

 

note 4 étoiles

 

Bande dessinée, Littérature française (France), Livres

Le château des étoiles (revues), tome 14 : La citadelle hors du temps de Alex Alice, Alain Ayroles et Étienne Jung

Le château des étoiles (revues), tome 14 : La citadelle hors du temps de Alex Alice, Alain Ayroles et Étienne Jung

Éditeur : Rue de Sèvres
Pages : 32 pages
Parution : 19 Février 2020
Tome : 14/??
Format: Album
Genre: Science-Fiction

Lien Amazon

 

L’histoire:

1874, menacés par les aigles de Bismarck qui envahissent Mars, Hans, Séraphin, Sophie, Loïc et la princesse trouvent refuge dans le Château des étoiles. Ils y trouvent le roi Ludwig totalement dépourvu de raison et la source d’énergie tant recherchée qui est détruite lors d un combat les affrontant à Van Gudden. Nos héros décident alors de retourner sur Terre pour demander l’aide de Napoléon III. Séraphin y découvre qu’en échange du savoir-faire de son père, la France ne rentre pas en conflit avec la Prusse pour la conquête de Mars. Bismarck est désormais libre d’y exploiter les réserves d’éthérite et d’asservir les Martiaux. Tandis que son père lui demande de ne pas s’immiscer dans les enjeux géopolitiques en cours, les tensions s’intensifient, Séraphin comprend qu’il doit assumer seul ses décisions et son engagement.

 

Mon avis:

Une nouvelle revue qui nous offre la suite des aventures de la fine équipe, et quelle aventure ! Elle nous en met plein la vue, et nous réserve de belles surprises avec la découverte de personnages recherchés, bons et méchants. Mais non, ce n’est pas encore le père de Séraphin, mais le Roi (Comme le dévoile la couverture de ce volume!)

L’intrigue de ce quatorzième épisode est très rythmée pour notre plus grand plaisir. Et quel bonheur de retrouver le Château de Neuschwanstein. Hé oui, même sur Mars on peut rentrer à l’intérieur de ce superbe monument, mais pour être plus exact, on est dans l’esprit du Roi, qu’on a enfin retrouvé. La princesse Martienne va aussi devoir prendre une décision, son peuple est en danger, et elle n’imagine pas à quel point les Terriens peuvent être mauvais.

En tout cas, encore une fois un super tome, qui me réconforte avec cette saga et qui prouve qu’elle a encore plein de découvertes à nous offrir. Graphiquement l’ouvrage est superbe, d’autant plus avec les magnifiques planches du château, et une histoire palpitante, mais qui bien-sûr se coupe dans un moment saisissant. Forcément, quand il n’y a que 21 pages… ça promet pour la suite !

 

Concernant le récit Les Chimères de Vénus, on suit l’actrice Hélène Martin qui embarque pour Venus, et Aurélien qui vient de s’évader du bagne, et qui est confronté à une étonnante créature. Oh un dinosaure ! Graphiquement, je suis un peu moins enchantée que pour le Château des Etoiles, à voir par la suite tout comme pour l’intrigue. Ici, c’est seulement 8 pages, difficile de se faire un véritable avis. En tout cas, elle semble intéressante.

 

note 4,5 étoiles

 

Album, Littérature belge (Belgique), Littérature française (France), Livres

Les plus belles légendes de France de Madeleine Mansiet et Quentin Gréban

51qpwih8mql

Éditeur : Hemma
Pages : 115 pages
Parution : 9 Octobre 2008
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

L’histoire:

Transmises de génération en génération, les légendes ont toujours fasciné petits et grands. Dans ce livre, 16 histoires issues des plus belles régions de France sont contées par Madeleine Mansiet et illustrées par les douces aquarelles de Quentin Gréban. Un voyage dans le temps merveilleux et envoûtant…

 

Mon avis:

Voici un très beau livre qui nous fait voyager en France métropolitaine, mais aussi d’Outre-Mer, à la découverte de légendes qui ont su laisser leurs empreintes. A travers les régions de France, en passant par la Corse, Tahiti et la Réunion, on découvre plusieurs histoires plus ou moins anciennes, avec des fois une note de fantastique, et des romances qui n’ont pas toujours connu des happy-end.

J’ai particulièrement aimé celle de ma région sur l’âne perdu, Saint Martin et la fameuse pâtisserie « craquendoules », que je ne connais même pas. Je vais devoir goûter ça ! J’ai aussi aimé celle qui nous emmène en Réunion à la découverte du fameux pirate Olivier Levasseur et son trésor, ou encore la légende autour du premier cocotier à Tahiti, l’histoire de Carcassonne, ou encore de Marseille. Savez-vous qu’on a notre propre monstre du Loch Ness en France !? Le moins que l’on puisse dire, c’est que j’ai fait de nombreuses découvertes. Mais ce que j’ai surtout apprécié, c’est les illustrations à l’aquarelle toutes en poésie et en finesse. Forcément par rapport à l’histoire, certaines sont plus touchantes que d’autres, mais j’ai grandement aimé cet univers créé. Vous pourrez trouver quelques photos sur mon compte Instagram !

 

note 3 étoiles