Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

Les chevaliers des Highlands de Monica McCarty

 

Aujourd’hui, je consacre cet article pour vous présenter une saga que j’ai adoré : Les chevaliers des Highlands de Monica McCarty

 

Une saga difficile à trouver, enfin rééditée

Devenue difficilement trouvable en neuf et en occasion, les éditions J’ai Lu et France Loisirs avaient tentées une réédition sous forme d’intégral de trois ouvrages il y a quelques années, qui n’a jamais été poursuivie.

Un autre choix a finalement été fait cette année avec cette réédition, dans la collection « La bibliothèque idéale » chez les éditions J’ai Lu. Elle permettra enfin de retrouver tous les ouvrages de la saga, qui compte douze tomes.

A ce jour, les trois premiers sont disponibles. Le quatrième tome arrive au mois d’octobre.

 

Que nous raconte l’histoire de cette saga ?

L’intrigue nous emmène au moyen-âge, où les conflits entre les anglais et les écossais sont nombreux. Robert de Bruce a pour projet de revendiquer le trône d’Écosse. Et pour cela, il doit rallier à sa cause les meilleurs guerriers : les highlanders. C’est ainsi que le contexte de la saga s’installe. Chaque tome est consacré à un membre de cette garde secrète qui grandit et dont le pouvoir s’affirme au fil des tomes.

 

J’ai dévoré chaque tome de cette saga, dont plusieurs sont des coups de cœur. Il m’arrive même d’en faire souvent une relecture. C’est aussi pour cela que j’écris cet article, je pense qu’elle mérite d’être plus connue !

 

Alors, si vous êtes fan de romances historiques, qui est ici inspirée de faits réels, n’hésitez pas ! De plus à la fin de chaque ouvrage, l’auteure mentionne les personnages qui ont existés et leurs destins.

 

Découvrez aussi mes chroniques de cette superbe saga:  tome 1  –  tome 2  –  tome 3  –  tome 4  –  tome 5  –  tome 6  –  tome 7  –  tome 8  –  tome 9  –  tome 10  –  tome 11  –  tome 12

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

La cuisinière de Castamar de Fernando J. Muñez

Éditeur : Charleston
Pages : 688 pages
Parution : 15 Juin 2022
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Clara, une jeune femme tombée en disgrâce, souffre d’agoraphobie depuis qu’elle a perdu son père de manière soudaine. Sa cuisine prodigieuse lui ouvre les portes du duché de Castamar comme employée, et son arrivée chamboule le monde apathique de don Diego, le duc. Ce dernier, depuis qu’il a perdu son épouse dans un accident, vit isolé dans son grand manoir, entouré de son personnel. Clara découvrira vite que le calme qui entoure la propriété est le prélude d’un orage dévastateur dont le centre sera Castamar, son seigneur et elle-même.

Fernando J. Muñez tisse pour son lecteur, avec une prose détaillée et délicate, une trame de personnages, intrigues, amours, envies, secrets et mensonges qui s’entrecroisent dans une impeccable reconstitution de l’Espagne de 1720.

 

Mon avis:

L’année dernière, sortait sur Netflix l’adaptation du roman en série. Aujourd’hui, nous avons la possibilité de pouvoir faire connaissance avec l’œuvre originale, enfin traduite en français.

Plongeons au XVIIIe siècle en Espagne auprès d’une famille aristocratique. On y fait la connaissance de Clara Belmonte. Tout juste arrivée au domaine de Castamar comme commise de cuisine, la jeune fille attire les regards. Son talent de cuisinière se fait remarquer jusqu’au duc Don Diego en personne. Une situation qui va entrainer bien des bouleversements…

J’ai apprécié notre héroïne dès le début, autant dans le roman que dans l’adaptation. Souffrant d’agoraphobie (peur des lieux publics et des espaces ouverts) depuis le décès de son père, Clara espère un nouveau commencement avec cette place chez les Castamar. Son histoire avec le duc se fait progressivement et on s’attache à leur histoire.

En parallèle de cette romance, des mystères non élucidés tourmentent les occupants, et donnent du rythme à l’intrigue qui commencent assez longuement. Entre la vie des domestiques et celle des aristocrates, on découvre les us et coutumes de l’époque dans un contexte historique bien décrit: on en apprend plus sur la guerre de succession avec la victoire des Bourbons et sur les différences de statuts sociales mais aussi raciales, l’esclavage et le commerce d’êtres humains étaient encore présents.

Une lecture intéressante qui me donne envie de revoir la série, qui est d’ailleurs assez fidèle au roman.

Ma chronique de la série

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

Le club des survivants, tome 3 : L’échappée belle de Mary Balogh

Le Club des survivants, tome 3 : L'Echappée belle de Mary Balogh

Éditeur : J’ai lu
Pages : 384 pages
Parution : 2 Septembre 2015
Tome : 03/07
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

.

L’histoire:

Après s’être dévouée corps et âme à son époux, Samantha McKay espère profiter un peu de la vie. C’est compter sans sa belle-famille qui veut lui faire porter le deuil et la cloîtrer. Ces gens sectaires sont persuadés que le sang bohémien qui coule dans ses veines la poussera à déshonorer leur nom. Effectivement, la jeune veuve a bien l’intention de se rebeller et de faire une proposition scandaleuse à son nouveau voisin, sir Benedict. Infirme, lui qui se rêvait général ne se sent plus à sa place nulle part. Pourquoi n’aiderait-il pas Samantha à fuir au Pays de Galles où elle possède une chaumière ? Ainsi commence l’échappée belle de ces deux êtres à qui la guerre a tout pris mais qui, dans le secret de leur cœur, gardent espoir de reconquérir leur liberté…

.

Mon avis:

Benedict n’a pas pu rejoindre ses amis du club lors d’un grand évènement se déroulant dans le précèdent tome, et on en connait la cause aujourd’hui. Ancien combattant, il a failli perdre la vie et ses jambes. Sa force et son courage lui ont permis de remarcher. Maintenant c’est pour la quête de sa liberté qu’il doit combattre, sa famille ayant pris possession de ses terres. Une tâche qui n’est pas aisée et qui va l’amener à rencontrer une jeune veuve ayant le même désir…

Sir Benedict Harper a lutté de nombreuses années pour réussir à remarcher, alors que personne n’y croyait. Ce combat accomplit, il doit reprendre en main sa vie. Contrairement à ses amis, il se sent perdu et ne sait pas comment s’y prendre et quoi faire. Lors d’une promenade sur les terres de sa soeur, il fait la rencontre de Samantha MacKay, une jeune veuve. Cette dernière est forcée par sa belle famille à subir un deuil très contraignant, après avoir passé des mois à soigner son mari blessé lui aussi par la guerre. Ces quelques échanges entraineront une amitié qui permettra à Samantha de prendre la fuite alors que son destin s’annonce bien compliqué.

Nos deux héros ont certes du courage, mais il n’est pas toujours facile de se relever après les épreuves qu’ils ont subi. Alors que Samantha a besoin d’aide pour démarrer une nouvelle vie, Benedict a besoin de retrouver confiance pour avancer. Un duo parfait et une intrigue qui nous surprend en seconde partie avec rebondissements imprévus.

Ce tome est en dessous du précèdent à cause d’une longue première partie, mais il me donne tout de même envie de poursuivre l’aventure. Place au quatrième tome destiné à Flavian Arnott !

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

Le club des survivants, tome 2 : Un mariage surprise de Mary Balogh

61qneeeo1al

Éditeur : J’ai lu
Pages : 384 pages
Parution : 20 Mai 2015
Tome : 02/07
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

.

L’histoire:

C’est l’émoi à Barton Coombs, où le vicomte Darleigh est de retour après avoir été blessé à la guerre. Le pauvre garçon a perdu la vue. Aussitôt un complot s’organise chez ses voisins, les March. Leur fille Henrietta est en âge de se marier, le vicomte est riche, il ne reste plus qu’à les réunir, quitte à organiser un petit traquenard. Ce plan sournois sera déjoué par la cousine de Henrietta, la discrète Sophia, qui vit chez les March en tant que parente pauvre. La sanction est immédiate : elle est jetée à la rue. Mais le vicomte s’émeut du sort de cette jeune personne si droite, à qui il doit une fière chandelle. Et il lui propose un bien étrange arrangement…

.

Mon avis:

Ce second tome est consacré à Vincent Hunt, le vicomte Darleigh. Aveugle depuis un lourd accident lors des guerres napoléoniennes, sa famille a pris l’habitude de le surprotéger et souhaite lui trouver une femme pour qu’elle s’occupe de lui. Ne supportant plus leur comportement, le jeune homme prend la fuite, pour se réfugier dans un petit village qu’il a connu enfant. Mais l’arrivée du vicomte ne passe pas inaperçu, et les villageois ont aussi tous une idée en tête… abuser de lui. Sophia, qui assiste à ces complots, ne compte pas les laisser faire, mais à quel prix…

Membre du club des survivants, j’ai déjà pu faire connaissance avec Vincent dans le premier tome. Son personnage m’a d’ailleurs interpellé piur son humour et sa joie de vivre. C’est donc avec grand bonheur que j’ai pu enchainer ma lecture et en connaitre plus sur son histoire.

Même si Sophia et Vincent sont assez différents, ils ont tout de même un point commun: tous les deux sont opprimés par leur famille. Sophia est la parente pauvre que les March ont dû accueillir. Elle est plus considérée comme une servante et bonne à tout faire. Quant à Vincent, il ne peut disposer de sa propre vie, sa famille décidant tout pour lui. Dès les premières lignes, il y a forcément une image qui nous vient en tête, celle de Cendrillon et de son prince. Un couple qui est souvent repris dans la littérature sentimentale, qu’on finit par oublier au fil des pages pour se concentrer vraiment sur nos personnages principaux, leurs passés et leurs avenirs à construire. Attachants et courageux, on les suit dans leur combat. Le récit est très bien amené. Certes un peu calme, mais cela ne nous empêche pas de nous sentir immerger avec Sophia et Vincent.

Une seconde partie qui m’a conquise et qui montre le talent de narration de Mary Balogh.

 

Classique, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Pamela : Ou la vertu recompensée de Samuel Richardson

Pamela : Ou la vertu recompensée de Samuel Richardson

Éditeur : 10/18
Pages : 480 pages
Parution : 7 Février 2019
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Classique, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

À la mort de sa maîtresse, Paméla, jeune domestique d’une grande beauté, doit subir et repousser les assauts de son nouveau maître, M.B…, pris d’une violente passion pour elle. Farouchement décidée à conserver sa vertu, la jeune fille va user de tous les subterfuges pour échapper aux séductions, menaces et manigances de M.B…, et le conduire à une extrémité inattendue.

Paméla fut l’un des succès les plus éclatants de la scène littéraire européenne du XVIIIe sc. Il a consacré Richardson, qui devint plus tard l’auteur préféré de Jane Austen, comme l’un des écrivains majeurs de l’histoire de la littérature anglaise. Roman sous forme de lettres et de journal, dont nous publions ici les deux premiers livres les plus célèbres, Paméla est non seulement une œuvre d’une finesse psychologique novatrice, mais aussi une étude incisive du pouvoir et de ses abus.

 

Mon avis:

Paméla Andrews est une jeune fille de 15 ans, issue d’un milieu modeste, qui a été prise en affection par une noble, dont elle est sa femme de chambre. Sa mort prématurée, met Pamela dans une situation compliquée lorsque le fils de sa bienfaitrice, Mr B., décide de lui faire des avances et de la séduire. Elle ne compte pas céder et souhaite être reconduite chez ses parents. Mais cela ne va pas être facile de faire entendre raison à ce gentlemen…

Roman classique épistolaire écrit au XVIIIe siècle, Samuel Richardson a inspiré de grands noms de la littérature, comme Diderot, Rousseau, les sœurs Brönte ou encore Jane Austen. Les nombreuses préfaces en début d’ouvrage en font part, ainsi que le retentissement qu’a eu ce roman à sa publication. Elles sont d’ailleurs très intéressantes et rédigées par plusieurs personnes.

J’ai surtout souhaité lire ce roman puisqu’il a inspiré la série historique italienne Elisa di Rivombrosa. Et je vous avouerais que la tâche n’a pas été facile ! Le style épistolaire est assez lourd et j’ai mis du temps pour m’y accrocher. La narration commence d’abord sous forme de lettres que l’héroïne échange avec ses parents, puis se poursuit sous forme de journal intime. On y découvre les conditions de vie au XVIIIe siècle, les relations entre les nobles et les domestiques et la place de la femme. Mr B. est d’abord décrit comme un homme mauvais qui utilise son pouvoir sur autrui à force de ruses et de chantages. Pamela, qui est très jeune au début du roman, fait tout de même très mature pour son âge et surtout pour l’époque. De nombreux passages font références à la religion. Notre héroïne est croyante pratiquante et loue souvent le seigneur dans ses écrits. D’autres passages sont quelques peu violents, ce qui ne facilite pas non plus la lecture. Mais finalement, ils sont aussi révélateurs de l’époque.

Au fil de notre lecture, on finit tout de même par comprendre pourquoi l’ouvrage a autant fait parler de lui. C’est une œuvre importante de la littérature européenne, que je suis contente d’avoir réussi à lire.

 

Petit retour sur la série télé

Si vous ne connaissez pas cette série italienne, découvrez ma chronique d’Elisa di Rivombrosa dont ce roman a inspiré la réalisatrice Cinzia Th Torrini.

Il existe 2 saisons, dont la première a été diffusée sur TF1 et une série dérivée.

Sur cette photo, on découvre Elisa alias Pamela dans le roman et sa bienfaitrice qui l’a prise à son service.

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

Le club des survivants, tome 1 : Une demande en mariage de Mary Balogh

61tzrbxst9l

Éditeur : J’ai lu
Pages : 384 pages
Parution : 15 Avril 2015
Tome : 01/07
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

.

L’histoire:

Au domaine de Penderris, on soigne les corps et les âmes blessés. C’est ici qu’on accueille les valeureux officiers rescapés des guerres napoléoniennes. Et si lord Trentham, récemment anobli pour ses faits d’armes, a la chance d’être valide, son traumatisme n’en est pas moins profond. Désormais, il a un titre à transmettre, et doit donc se marier. Or quelle femme voudrait de lui alors qu’il se déteste lui-même ? Peut-être cette jeune veuve, lady Muir. Elle aussi a eu son lot de souffrances, mais c’est une lady raffinée, tandis que lui n’est qu’un rustre. Et il a beau être fou d’elle, un monde les sépare.

.

Mon avis:

Découverte d’une nouvelle saga écrite par Mary Balogh qui se penche sur les traumatismes de la guerre, qu’ils soient physiques ou morals. On fait ainsi la rencontre de Hugh, devenu Lord Trentham suite à un exploit sur le champ de bataille. Il en garde de nombreuses blessures, non dans sa chair mais dans son âme. Invité chez ses amis pour leurs retrouvailles annuelles, il vient en aide à une jeune femme qui vient de faire une chute sur la plage. Lady Muir, jeune veuve, est alors en visite chez une amie. Les échanges entre eux sont plus qu’explosifs. Hugh n’aime pas les aristocrates qui sont trop guindés à son goût, et Gwen trouve son sauveur brut et froid. Forcé à se côtoyer, ils vont devoir apprendre à se connaitre et des surprises arriveront…

L’auteure aborde une thématique intéressante, et j’ai déjà hâte d’en savoir plus sur les autres anciens habitants de Penderris. Gwendoline est un personnage attachant, qui a subi plusieurs pertes récemment. Issue de la haute société et ayant une bonne éducation, elle n’hésite tout de même pas à sortir des rangs, surtout avec les propos soutenus par Hugh. Venant du monde des affaires, il ne veut pas avoir affaire à la noblesse, même s’il en fait partie dorénavant. Ancien militaire, il est renfermé sur ses idées et lui même. En convalescence au domaine, ils vont devoir se supporter, tout en comparant leur monde pas si différent, pour ensuite se retrouver sur Londres. Même si un certain nombre de clichés sont là, j’ai passé un bon moment avec ce premier tome. Nos héros vont devoir apprendre à vivre et accepter leur passé pour réussir à se reconstruire. Rafraichissants, sincères et amusants, j’ai grandement apprécié leurs échanges !

Pour information, on retrouve le début de l’histoire de certains personnages, dans les préquels de la saga des Bedwyn soit « Une nuit pour s’aimer » et « Le bel été de Lauren ».

note 3,5 étoiles

Séries

The Gilded Age

The Gilded Age

Acteurs : Carrie Coon, Taissa Farmiga, Christine Baranski, Cynthia Nixon, Morgan Spector, Jeanne Tripplehorn, Donna Murphy, Katie Finneran, Linda Emond 
Réalisateur : Julian Fellowes
Audio : Français
Durée : 540 minutes
Genre: Drame, Historique

.

L’histoire:

En 1882, à la mort de son père, la jeune Marian Brook découvre qu’il ne lui a rien laissé. Elle quitte donc sa Pennsylvanie natale pour aller vivre chez ses tantes Agnes et Ada à New York, une ville en pleine mutation. En parallèle, George Russell, qui a amassé une fortune grâce à l’industrie ferroviaire, s’installe avec sa famille dans une magnifique demeure qu’il ont fait construire en face de chez Agnes. De part et d’autre de la rue, deux mondes s’opposent, en cette fin de XIXe siècle. Ce conflit entre les vieilles familles traditionnelles et les nouveaux riches new yorkais, dans des décors et des costumes somptueux, est une création de Julian Fellowes, à qui l’on doit « Downton Abbey », série qui connut il y a quelques années un succès phénoménal.

.

Mon avis:

Pour cette nouvelle série, Julian Fellowes nous emmène dans le New York de 1880, qui connait des évolutions que la vieille aristocratie a du mal à accepter. Entre lutte des classes, affrontement avec les nouveaux riches et idées révolutionnaires, The Gilded Age nous ouvre les portes de la «période dorée» de l’après-guerre de Sécession.

Un nouveau New-York est en train de se dessiner, quand Marian Brook arrive chez ses tantes, Agnes et Ada Van Rhijn, qui incarnent l’âge d’or de cette ville en pleine effervescence. Accompagnée de Peggy Scott, une jeune femme noire, lettrée et érudite qui souhaite écrire, elles vont devoir se trouver une place dans ce monde qui mêle tradition et modernité. Au fil des épisodes, on suit les relations complexes entre le New-York d’hier et de demain, comme à l’image de ces deux maisons qui se font face le long de la cinquième avenue. L’une est habitée par les Russell, une nouvelle famille fortunée qui a la volonté de s’imposer auprès des aristocrates en place, et l’autre les Van Rhijn qui ne comptent pas modifier leurs habitudes et leur cercle de connaissance.

The Gilded Age se trouve être dans la même lignée que la série Downton Abbey. Comme cette dernière, on y suit au plus près la vie des maîtres et des serviteurs, et s’ajoute au scénario la confrontation entre anciens et nouveaux riches, ainsi qu’entre blancs et noirs. Le tout avec un casting de qualité, des costumes magnifiques, des lieux et décors sublimes, dont nous gâtent à chaque fois le réalisateur. Même si j’ai trouvé par moment l’intrigue un peu longue, le dynamisme finit par revenir et nous tient en haleine jusqu’à la fin de cette première saison. A noter qu’une saison 2 est d’ailleurs déjà prévu !

note 3,5 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Un Highlander pour un autre de Aurélie Depraz

Un Highlander pour un autre de Aurélie Depraz

Éditeur : Autoédité
Pages : 305 pages
Parution : 10 Mars 2022
Tome : 02/03
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Écosse, 1374
Quand son oncle lui a demandé d’enlever Alison de Masny, une jeune aristocrate anglaise, afin d’en obtenir une rançon, Liam ne s’attendait certes pas à tomber sur une enquiquineuse pareille. Non seulement la petite de Masny se rebiffe à la moindre de ses instructions, mais elle se trouve être en outre beaucoup trop désirable pour la paix de son âme – et pour sa propre sécurité.
Bientôt, ce qui devait n’être qu’un simple rapt vire pour lui au cauchemar. Liam déteste les Anglais, son clan a besoin de cet argent, et la jeune femme qu’il se surprend à convoiter malgré lui se trouve être promise à un membre puissant de sa propre famille… Sans compter son frère cadet, prêt à tout pour supprimer la moindre trace anglo-saxonne des Hautes Terres !
Un Highlander pour un autre : Une histoire d’amour, de désir, de haine et de conflits au cœur des Highlands, au lendemain des guerres d’indépendance écossaises.
Ce roman s’inscrit dans la série Sasunnachs & Highlanders. Il peut être lu indépendamment ou en complément des deux autres tomes, Pour l’amour d’une Sasunnach (tome 1, paru en 2018) et L’Écossaise d’Inverness (tome 3, parution prévue fin 2022).

 

Mon avis:

Pour répondre à l’appel de ses fans après le succès de « Pour l’amour d’une Sasunnach », Aurélie Depraz nous réserve une belle surprise. Ce n’est pas une suite, mais bien deux qu’a préparé l’auteure ! Découverte de cette nouvelle aventure, qui garde la même charte que le premier et dont les héros sont d’ailleurs cités dans cet ouvrage.

Alors qu’elle quitte son couvent en France pour rejoindre son promis écossais Baltair Callahan, seigneur de Galloway, Alison de Masny, fille de Marguerite de Norfolk, est enlevée par des Highlanders contre une rançon. Pour une première fois en Ecosse, la jeune fille est servie et n’est pas prête de se laisser faire, au grand dam de Liam MacWilliam. Celui-ci a grandement besoin de cet argent pour aider son clan. Un long périple les attend et il sera rempli de péripéties et décontenances.

Comme à son habitude, nous avons le droit à un contexte historique richement documenté et de très belles descriptions qui nous permettent de nous plonger pleinement dans cette aventure. Le personnage d’Alison est attachant, même si des fois j’ai eu envie de la secouer ! Cette jeune anglaise qui a été élevée et cloitrée dans un couvent, ne connait pas grand-chose de la vie. En grande rêveuse et entêtée, elle pense que la situation ne va pas durer longtemps. A ces côtés, on retrouve Liam, un highlander qui connait une histoire de famille bien compliquée. J’ai grandement aimé son personnage, sa proximité avec sa soeur Seonaid, et la complexité du lien qu’il entretient avec son frère Aeden.
J’ai globalement bien aimé ma lecture. Même si on se doute de la fin, les héros secondaires apportent la surprise et entretiennent le suspense. J’aurais peut-être aimé une conclusion un peu plus longue, la tension étant en place depuis quelques pages.

En bref, un bon moment de lecture et une suite à cette trilogie qui arrive en fin d’année !

note 4 étoiles