Jeunesse, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Harry Potter, illustrée, tome 5 : Harry Potter et l’Ordre du Phénix de J. K. Rowling, Jim Kay et Neil Packer

Éditeur : Gallimard
Pages : 576 pages
Parution : 27 Octobre 2022
Tome : 05/07
Format: Broché
Genre: Jeunesse, Fantasy

Lien Amazon

 

L’histoire:

À quinze ans, Harry s’apprête à entrer en cinquième année à Poudlard. Et s’il est heureux de retrouver le monde des sorciers, il n’a jamais été aussi anxieux. L’adolescence, la perspective des examens importants en fin d’année et ces étranges cauchemars… Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour et, plus que jamais, Harry sent peser sur lui une terrible menace. Une menace que le ministère de la Magie ne semble pas prendre au sérieux, contrairement à Dumbledore. Poudlard devient alors le terrain d’une véritable lutte de pouvoir. La résistance s’organise autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours…

 

Mon avis:

C’est toujours avec une grande émotion que je me replonge dans la saga Harry Potter qui m’a accompagnée de mes années primaires jusqu’au lycée ! Une aventure livresque qui m’a vue grandir et qui m’a aussi fait aimer la lecture ! Avec ce cinquième tome, illustré pour la dernière fois par Jim Kay, un tournant nous attend. La magie a certes un côté éblouissant, mais cache aussi une certaine noirceur. On quitte d’ailleurs le quatrième tome sur un évènement difficile qui marquera nos apprentis sorciers, et bien plus.

L’histoire commence bien entendu à Privet Drive, où Harry doit supporter son oncle, sa tante et son cousin. Lors d’un concours de circonstance, il se fait repérer par le ministère de la magie. Il peut bien sûr compter sur ses amis et de nouvelles connaissances pour le soutenir et l’aider. Et c’est dans cette atmosphère lourde et sombre que des complots et des rassemblements se préparent. L’Ordre du Phénix se reconstitue, l’Armée de Dumbledore se crée, Dolores Ombrage surveille et prend le pouvoir en devenant grande inquisitrice…

Ayant regardé un certain nombre de fois les films, je me doutais que j’avais forcément oublié des passages. Les romans se faisant de plus en plus long, de nombreuses scènes n’y apparaissent pas ou des rebondissements sont simplifiés voir modifiés. Ce qui m’a le plus marqué, c’est le changement de caractère de nos personnages principaux, qui sont parfois agaçants et énervants. Adieu l’enfance, place à la crise d’adolescence et tout ce qui s’en suit ! L’insolence, la jalousie, le début de la sexualité, la personne qui a envie de rien faire et qui s’apitoie sur son sort… On souhait tellement secouer Harry, Ron et Hermione, alors que d’autre se révèle, comme Neville. De nouveaux personnages très attachants entrent en scène, comme Luna Lovegood et Nymphadora Tonks. On en découvre d’ailleurs plus sur elles dans le roman.

Pour les illustrations, elles sont principalement réalisées par Jim Kay. Neil Packer a produit quelques petites insertions, voir des doubles pages de texture. Il est vrai que leur style n’est pas le même. Je me demande ce que ça va donner pour les deux derniers tomes, surtout les personnages. Pour coller à l’histoire, des pages sont complètement noires, ce qui peut dérouter. On sait ainsi à quoi s’attendre. Il y a toujours de très belles créations qui m’émerveillent. A noter, que des fois le texte n’est pas toujours très lisible. Toutefois, cela arrive rarement.

Encore une fois, un très beau livre qui me remémore ma première découverte de l’œuvre, et certaines scènes de son adaptation au cinéma.

 

Classique, Jeunesse, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Alice au Pays des Merveilles suivi par De l’autre côté du miroir, illustré de Lewis Carroll et MinaLima

Éditeur : Flammarion
Pages : 320 pages

Parution : 19 octobre 2022
Tome : 01/01
Format : Relié
Genre: Classique, Jeunesse

Lien Amazon

.

L’histoire:

 

Mon avis:

C’est toujours un plaisir de redécouvrir de grands classiques de la littérature jeunesse, grâce à ses sublimes éditions mises en scènes par le studio MinaLima. Et, c’est autour d’Alice de nous conter ses aventures. Alors qu’elle s’ennuie et que sa sœur est plongée dans la lecture de son livre, elle voit passer un lapin. Cela n’est pas surprenant de prime abord. Pourtant, celui-ci a les yeux roses, parle et se met à sortir une montre à gousset. La course poursuite commence alors vers un pays merveilleux…

Il s’agit de ma seconde lecture, et j’avouerai qu’encore une fois, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages principaux. Ce n’est que mon avis, vu qu’en soit c’est très bien écrit et j’ai passé tout de même un bon moment. L’épopée que vit Alice est des plus rocambolesques et pas toujours si merveilleuse. Certaines situations peuvent être effrayantes, mais la jeune fille ne se laissent pas déstabiliser pour autant. Quand la conclusion arrive, on l’apprécie doublement pour elle, et cela démontre le grand talent imaginaire de son auteur, Lewis Carrol.

Les illustrations et les animations confirment à nouveau la force qu’on Miraphora Mina et Eduardo Lima pour nous émerveiller. Autant dire qu’elles ont participées à m’offrir une lecture des plus agréables.

– Ma chère Alice, dans les jardins de la mémoire, dans le palais des rêves, c’est là que nous nous retrouverons.
– Mais le rêve, ce n’est pas la réalité…
-Qui peut dire où commence l’un et où s’arrête l’autre?

PS: Retrouvez bientôt sur mon compte Instagram un réel des premières pages !

 

Mes chroniques des autres livres illustrés et animés par le studio MinaLima

Peter Pan

Le magicien d’Oz

Le livre de la jungle

Blanche Neige et autres contre de Grimm

Harry Potter tome 1

Harry Potter tome 2

Bande dessinée, Classique, Littérature anglaise (Angleterre), Littérature espagnole (Espagne), Livres

Un chant de Noël de Jose Luis Munuera

Éditeur : Dargaud
Pages : 80 pages
Parution : 10 Novembre 2022
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Londres, 1843.
Tous les habitants, les mieux lotis comme les plus démunis, s’apprêtent à fêter Noël.
Tous, à l’exception de Scrooge. Aux yeux de cette riche commerçante, insensible au malheur des autres comme à l’atmosphère de liesse qui baigne la cité, seuls le travail et l’argent ont de l’importance.
On la dit radine, égoïste et mesquine. Elle préfère considérer qu’elle a l’esprit pratique. Et tandis que les festivités illuminent la ville et le cœur de ses habitants, Scrooge rumine sa misanthropie…
Une nuit, des esprits viennent lui rendre visite. Ils l’emmènent avec eux, à la rencontre de la jeune fille qu’elle était, quelques années plus tôt, lorsque la cupidité n’avait pas encore rongé son cœur. Mais aussi à la découverte de celle qu’elle aurait pu devenir si elle avait choisi la voie de la bonté…

 

Mon avis:

Inspiré d’Un chant de Noel de Charles Dickens, cette bande dessinée est une belle surprise. On fait la connaissance du célèbre Scrooge qui n’aime pas Noel, et cette fois-ci notre héros de l’histoire est en fait une femme.

Pour elle, les fêtes de Noel, ce ne sont que des sornettes et une perte de temps. Elle accorde tout de même à son employé sa journée. De retour chez elle, Scrooge se fait prendre au piège par trois esprits, qui vont lui faire revivre son passé et son futur possible.

Très bien réalisé, le texte nous enchante tout comme les illustrations. La froideur de Scrooge ne nous empêche pas d’être attaché à elle. Surtout quand on parcourt son passé, et que l’on comprend pourquoi elle en est arrivé là. Même si des libertés sont prises, on retrouve l’esprit du conte original de Dickens. Ce personnage que l’on pense si haissable, ne l’est finalement pas tant que ça. Les apparences peuvent être trompeuses !

Une superbe adaptation que j’ai adoré découvrir et que je ne peux que vous conseiller.

Films, Littérature anglaise (Angleterre)

L’Amant de Lady Chatterley (Lady Chatterley’s Lover – Netflix 2022)

Acteurs : Emma Corrin, Jack O’Connell, Matthew Duckett, Faye Marsay, Ella Hunt, Joely Richardson
Réalisateur : Laure de Clermont-Tonnerre
Audio : Anglais, Français
Durée : 126 minutes
Genre: Historique, Romance

 

L’histoire:

En épousant Sir Clifford Chatterley, Connie est devenue Lady Chatterley, s’assurant par là une vie de privilèges et d’abondance. Mais cette union idéaliste s’apparente bientôt à une prison quand Clifford revient paralysé de la Première Guerre mondiale. De son côté, Connie rencontre Oliver Mellors, le garde-chasse du domaine, et en tombe amoureuse. Les rencontres secrètes des deux amants vont être pour Connie l’occasion d’un éveil à la sensualité et à la sexualité. Mais quand leur liaison alimente les rumeurs dans le voisinage, la jeune femme doit prendre une décision qui va changer sa vie : suivre son cœur ou revenir à son mari et endurer ce que la société édouardienne attend d’elle.

 

Mon avis:

Adapté du roman de D. H. Lawrence, on suit le parcours de Connie qui vient de s’unir à un riche aristocrate, Clifford Chatterley. Mais tout bascule quand ce dernier revient du front paralysé et impuissant. Ils quittent Londres et ses fêtes fastueuses, pour la demeure familiale en pleine campagne anglaise. Devenant l’infirmière de son mari, elle doit s’occuper de tout dans le domaine. Cette charge aussi bien mentale que physique, l’anéantie peu à peu. Dans cette société étriquée où tout repose sur le paraitre, Clifford lui fait une proposition scandaleuse afin de perpétuer la lignée des Chatterley. Néanmoins, Connie ne supporte plus cette servitude attendue et souhaite retrouver sa liberté…

Netflix nous offre une nouvelle version de ce roman, qui a été interdit pendant plusieurs années en Grande-Bretagne pour son intrigue trop érotique. Dans les rôles titres de Connie et Oliver, ce sont les acteurs Emma Corrin et Jack O’Connell, qui nous offrent une belle alchimie à l’écran. En quête d’indépendance et d’épanouissement, la jeune Lady Chatterley fait lors d’une de ses balades échappatoires, la rencontre du garde-chasse du domaine. Il lui offrira tout ce qu’elle souhaite : de l’attention, de la tendresse, du bonheur et une prise en compte de ses besoins et de son désir sexuel. Et c’est plus qu’un lien intime qui les unira, tous les deux ayant connu la douleur et la perte de leurs confiances en eux-mêmes.

De nombreuses scènes intimistes torrides et sensuelles sont présentes dans le film. C’est avec beaucoup de sensibilité qu’elles sont mises en scène, où le plaisir féminin et masculin se retrouvent à la même échelle et sans tabou. Des messages féministes en ressort, comme le fait qu’une femme peut revendiquer la possession de son corps et sa liberté de choix. Un sujet d’autant plus d’actualité.

Alors que je ne m’attendais pas à grand chose de cette adaptation, ce fut finalement une belle surprise, surtout grâce à la performance des acteurs. A découvrir !

Littérature anglaise (Angleterre), Séries

Hotel Portofino

Acteurs : Natascha McElhone, Mark Umbers, Anna Chancellor, Oliver Dench, Claude Scott-Mitchell, Assad Zaman
Réalisateur : Matt Baker
Audio : Français
Durée : 360 minutes
Genre: Historique, Drame
Lien Amazon

 

L’histoire:

Pendant les années folles, une famille britannique décide de fonder un luxueux hôtel sur la Riviera italienne. Alors qu’il n’est ouvert que depuis quelques semaines, les problèmes s’accumulent pour sa copropriétaire Bella Ainsworth : manque de personnel et d’argent liquide, clients exigeants et politicien local, Signor Danioni menaçant. Pour que la quiétude revienne dans la magnifique station balnéaire de Portofino et alors que le fascisme de Mussolini est en plein essor, Bella va devoir mobiliser toute son énergie…

Série adaptée du roman de J.P. O’Connel

.

Mon avis:

Période de l’entre-deux-guerres, nous suivons le lancement d’un hôtel en Italie mené par une famille anglaise. Bella Ainsworth a imaginé ce complexe luxueux pour offrir un cadre dépaysant pour ses compatriotes. Mais entre les tensions familiales et la montée du fascisme en Italie, l’ambiance n’est finalement pas de tout repos…

Une série télé qui se passe dans un hôtel, je ne peux que penser à la superbe série espagnole Grand Hotel ! Mais la comparaison s’arrête là, le contexte historique n’étant pas le même. On retrouve Bella sur la riviera italienne en compagnie de sa famille et de ses premiers clients. Ces derniers sont particulièrement difficiles à satisfaire. Issue de la haute société anglaise, la jeune propriétaire ne se laisse pas abattre. C’est un nouveau défi pour elle et pour ses enfants. Son fils est encore traumatisé par ce qu’il a subi pendant la guerre, comme sa fille qui a perdu son mari et doit élever seule sa fille. Un contexte familial pas évident à gérer, où se rajoute aussi son mari. Au-delà de ses tracas, Bella prend plaisir à être là pour ses clients, comme auprès de ses domestiques. Même si elle souhaite rester politiquement neutre, les idées de Mussolini ne laissent pas indifférent tout le monde et cela va lui attirer des ennuis.

Grâce à ses décors et ses costumes, on se sent plongé dans les années 20. Les paysages sont magnifiques et dignes de cartes postales, même si le tournage a eu lieu en Croatie et non en Italie. Entre complot, vol, secret, mariage organisé et jalousie, cette première saison à Portofino n’est pas de tout repos pour ses occupants. Composé de 6 épisodes, l’intrigue se déroule assez vite et on reste avec quelques questions. A savoir qu’une deuxième partie est actuellement en cours de tournage. Elle y répondra sûrement.

Un bon moment de passé à la découverte de cette nouvelle série. Je suis bien curieuse de lire le roman dont elle est inspirée.

Discutons ensemble, Littérature anglaise (Angleterre), Livres, RDV du Blog

Ma collection sur Jane Austen

Admiratrice et fan de Jane Austen, la bannière de mon blog que j’ai dessiné à l’aquarelle en fait d’ailleurs référence.

Sur une idée de Justine, il est temps pour moi de vous dévoiler ma petite collection sur cette grande écrivaine anglaise du XIXème siècle !

 

1. Ses romans

J’ai découvert Jane Austen grâce au film Raison et Sentiments de 1995 tourné avec Emma Thompson, Kate Winslet, Hugh Grant et Alan Rickman. Ayant grandement aimé cette adaptation, je me suis procurée le roman chez les éditions France Loisirs. Ce n’est donc pas par Orgueil et Préjugés que j’ai découvert l’auteure ! Il n’arrive qu’en troisième position, vu que j’ai enchaîné avec le deuxième roman que contenait le livre, Persuasion.

Ayant grandement apprécié mes lectures, j’ai continué avec Orgueil et Préjugés, Emma et Mansfield Park.

Ma collection de romans de Jane Austen s’est amplifiée au fil des années. Les superbes éditions collectors chez Hauteville avec les illustrations de Hugh Thomson, un célèbre illustrateur victorien, m’ont conquises. S’ajoute aussi les romans illustrés par Margaux Motin que j’achète lors de pré-vente chez les éditions Ulule afin de réceptionner de superbes goodies, comme des ex-libris.

Autant dire que oui, j’ai le même roman en plusieurs éditions et ce qui veut dire aussi avec plusieurs traductions. Et c’est d’ailleurs un sujet très important, puisque d’une traduction à l’autre, des passages peuvent être bien différents… Je vous conseille d’ailleurs de lire cet article qui pourra vous orienter au mieux, pour choisir la bonne traduction des œuvres de Jane Austen !

 

2. Ses adaptations en films et séries

Ayant connue Jane Austen grâce à une adaptation, j’en ai bien entendu plusieurs en DVD, dont le fabuleux coffret intégrale de la BBC chez Koba Film.

S’ajoute aussi des films, dont forcément Raison et Sentiments 1995, Orgueil et Préjugés 2005, Emma 2020 (qui m’a réconcilié avec le roman)…

Je sais que j’ai encore pas mal d’adaptations des années 70 et plus à découvrir, dont certaines sont très connues. Encore des visionnages à programmer !

 

3. La figurine de Jane Austen

Sorti il y a quelques années, je n’ai pas pu résister à m’acheter cette figurine. Même si je ne suis pas une grande fan de la marque Funko Pop, je l’ai trouvé très bien réalisée.

Elle rend très bien dans ma bibliothèque !

 

4. Les marque-pages

Grande fan de marque page, j’adore en choisir un à chacune de mes lectures. Le choix peut se faire en fonction du thème, du genre littéraire ou tout simplement de mon envie. J’en ai plusieurs et voici mon petit dernier qui est un cadeau !

 

5. Les livres dérivés sur Jane Austen et ses œuvres

Ma collection de livres s’agrandit avec notamment des biographies ou témoignages. Je possède notamment: Du fond de mon cœur : Lettres à ses nièces de Jane Austen; Jane Austen : Une Passion Anglaise de Fiona Stafford; Un portrait de Jane Austen de David Cecil; Biographics Austen de Sophie Collins; Pas de femmes parfaites, s’il vous plaît de Jane Austen …

Et pour s’amuser un peu, j’ai aussi Orgueil et Préjugés en Énigmes
de Richard Galland et un livre de coloriage.

Et j’en ai encore un certain nombre qui m’attendent dans ma wish-list !

 

6. Les austenerie

Concernant les austeneries, j’en ai une bien belle collection, autant en livres qu’en films ou séries. Elles n’ont pas été toutes chroniquées, mais vous pouvez retrouver celles présentes sur le blog en cliquant ici !

En tout cas, voici la liste de ce que j’ai lue : Confessions d’une fan de Jane Austen et Tribulations d’une fan de Jane Austen de Laurie Viera Rigler; Le musée imaginaire de Jane Austen de Fabrice Colin et Nathalie Novi; Les filles de Mr Darcy de Elizabeth Aston; Cher Mr Darcy, Le journal de Mr Darcy et Le journal du Capitaine Wentworth de Amanda Grange; Amour, Orgueil et Préjugés et Constance & Séduction de Jess Swann; Une saison à Longbourn de Jo Baker; Caroline Bingley et Charlotte Collins de Jennifer Becton; Noël et Préjugés de la #TeamRomCom; La mort s’invite à Pemberley de P. D. James; La renaissance de Pemberley de Lise Antunes Simoes; Préjugés et Orgueil de Lynn Messina; Coup de foudre à Austenland de Shannon Hale…

Et pour ce qui est des films et séries, j’ai vue : Coup de Foudre à Bollywood; Lost in Austen; Le Journal de Bridget Jones; Austenland; Amour, Orgueil et Préjugés; Mariage, Orgueil et Préjugés; Au cœur de l’amour; Noel à Pemberley; Pride and Prejudice and Zombies; Orgueil, Préjugés et Sortilèges…

 

7. Le tote bag

Quand Jane Austen m’accompagne jusque dans mes sorties ! Ce magnifique tote bag m’a été offert et il est vrai que je m’en sers souvent, sauf pour faire mes courses alimentaires. Je ne voudrais pas qu’il y ait une tâche que je n’arriverais pas à ravoir. Vous reconnaîtrez peut-être l’illustration, elle est aussi de Hugh Thomson !

 

8. Les mugs

Qui dit Angleterre, dit forcément thé. J’ai donc aussi deux mugs à son effigie ! Il en existe d’ailleurs beaucoup soit la représentant ou ses œuvres.

 

 

 

 

Et pour finir cette présentation de ma collection, dont je suis sûr d’avoir oublié des éléments, vous pouvez voir que ma passion pour cette auteure anglaise s’affiche sur tous les supports ! Et notamment comme dit plus haut, l’identité graphique de mon blog.

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

Le club des survivants, tome 3 : L’échappée belle de Mary Balogh

Le Club des survivants, tome 3 : L'Echappée belle de Mary Balogh

Éditeur : J’ai lu
Pages : 384 pages
Parution : 2 Septembre 2015
Tome : 03/07
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

.

L’histoire:

Après s’être dévouée corps et âme à son époux, Samantha McKay espère profiter un peu de la vie. C’est compter sans sa belle-famille qui veut lui faire porter le deuil et la cloîtrer. Ces gens sectaires sont persuadés que le sang bohémien qui coule dans ses veines la poussera à déshonorer leur nom. Effectivement, la jeune veuve a bien l’intention de se rebeller et de faire une proposition scandaleuse à son nouveau voisin, sir Benedict. Infirme, lui qui se rêvait général ne se sent plus à sa place nulle part. Pourquoi n’aiderait-il pas Samantha à fuir au Pays de Galles où elle possède une chaumière ? Ainsi commence l’échappée belle de ces deux êtres à qui la guerre a tout pris mais qui, dans le secret de leur cœur, gardent espoir de reconquérir leur liberté…

.

Mon avis:

Benedict n’a pas pu rejoindre ses amis du club lors d’un grand évènement se déroulant dans le précèdent tome, et on en connait la cause aujourd’hui. Ancien combattant, il a failli perdre la vie et ses jambes. Sa force et son courage lui ont permis de remarcher. Maintenant c’est pour la quête de sa liberté qu’il doit combattre, sa famille ayant pris possession de ses terres. Une tâche qui n’est pas aisée et qui va l’amener à rencontrer une jeune veuve ayant le même désir…

Sir Benedict Harper a lutté de nombreuses années pour réussir à remarcher, alors que personne n’y croyait. Ce combat accomplit, il doit reprendre en main sa vie. Contrairement à ses amis, il se sent perdu et ne sait pas comment s’y prendre et quoi faire. Lors d’une promenade sur les terres de sa soeur, il fait la rencontre de Samantha MacKay, une jeune veuve. Cette dernière est forcée par sa belle famille à subir un deuil très contraignant, après avoir passé des mois à soigner son mari blessé lui aussi par la guerre. Ces quelques échanges entraineront une amitié qui permettra à Samantha de prendre la fuite alors que son destin s’annonce bien compliqué.

Nos deux héros ont certes du courage, mais il n’est pas toujours facile de se relever après les épreuves qu’ils ont subi. Alors que Samantha a besoin d’aide pour démarrer une nouvelle vie, Benedict a besoin de retrouver confiance pour avancer. Un duo parfait et une intrigue qui nous surprend en seconde partie avec rebondissements imprévus.

Ce tome est en dessous du précèdent à cause d’une longue première partie, mais il me donne tout de même envie de poursuivre l’aventure. Place au quatrième tome destiné à Flavian Arnott !

Films, Littérature anglaise (Angleterre)

Persuasion (Netflix 2022)

persuasion netflix 2022

Acteurs : Cosmo Jarvis, Dakota Johnson, Richard E. Grant
Réalisateur : Carrie Cracknell
Audio : Français
Durée : 117 minutes
Genre: Historique, Romance

.

L’histoire:

L’homme séduisant qu’Anne Elliot a été forcée d’éconduire huit ans auparavant refait irruption dans sa vie. Saisira-t-elle cette seconde chance de vivre le grand amour ?

D’après le roman éponyme de Jane Austen (1817).

.

 

Mon avis:

Cinquième adaptation du roman de Jane Austen, Persuasion nous livre l’histoire d’Anne Elliot. Issue d’une famille noble, la jeune femme est contrainte de rejeter les avances de Frederick Wentworth, à l’époque un simple marin sans rang. Cette décision est encore pénible pour la jeune femme. Et ses émotions vont d’ailleurs être mises à rude épreuve, quand elle va croiser à nouveau son chemin, huit ans après…

Ayant déjà lu plusieurs fois le roman, et vu plusieurs adaptations, je ne m’attendais pas à avoir de grande surprise du côté de l’intrigue, en espérant tout de même qu’elle soit préservée. Vu les mauvaises critiques qui sont déjà en ligne, je vous rassure, les grandes lignes du roman sont bien présentes avec quelques variations et prises de liberté.

Nous ne sommes pas dans une production BBC ou ITV, mais bien Netflix. Et qui dit film signé Netflix, dit forcément une touche de modernité à l’histoire originale. La bande d’annonce nous en donne déjà une idée. Réalisé de la même manière qu’Enola Holmes, le personnage d’Anne Elliot prend directement la parole face caméra et nous parle. Le discours l’est aussi, intégrant des mots comme « playlist », « ex » ou un système de notation qui peut faire sourire. Certaines scènes peuvent en effet dérouter et surprendre, aussi bien de manière positive que négative. J’avouerais que le seul point qui me rebute dans cette adaptation, est le rapport qu’Anne a avec l’alcool. Pourquoi avoir ajouté cette situation à l’intrigue ? Oui, ça me gêne de voir le personnage avec une bouteille de vin dans les mains…

Une fois ces quelques changements acceptés, dont on pouvait d’ailleurs se douter, quel plaisir de retrouver Anne Elliot et son ouverture d’esprit. Des touches d’humour sont présents dans cette version, et j’ai trouvé qu’il collait bien à son personnage. On passe un bon moment à suivre son histoire et ses péripéties, même si l’occasion aurait pu être de la rendre encore plus féministe. En tout cas, quel plaisir de retrouver certains lieux de tournage cultes, qui rendent aussi ce film beau et plaisant. Du côté du casting, les acteurs principaux sont convainquant. Un peu déçu par Lady Russell et Madame Clay qui manquent de prestance.  

En bref, une adaptation plus contemporaine de l’histoire écrite par Jane Austen qui garde tout de même son charme.