Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

La perle cachée de Mary Balogh

 

La perle cachée de Mary Balogh

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 382 pages
Parution : 17 Octobre 2018
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Harcelée par son tuteur, Fleur Bradshaw a préféré plonger dans les bas-fonds de Londres pour lui échapper. Et c’est là qu’affamée, seule et perdue, en échange d’un repas et de quelques pièces, elle s’offre un soir à un inconnu défiguré par une horrible cicatrice. Mais la chance lui sourit enfin quand elle est engagée comme gouvernante pour s’occuper de la fille du duc de Ridgeway. Quelle n’est pas sa stupeur de reconnaître sous les traits de son employeur le sinistre balafré qui a pris sa virginité ! Un homme décidément énigmatique, torturé, qui l’effraie autant qu’il la fascine…

 

Mon avis:

Fleur est une jeune noble anglaise qui a été obligée de fuir sa résidence, après un grave accident. Elle vit, ou plutôt essaye de survivre, à Londres sous une fausse identité. A bout de force, elle se voit obligée de se sacrifier, de vendre son corps pour ne pas mourir de faim. Son premier client est un homme impressionnant et défiguré par la guerre. Après avoir partagé ce moment, gênant pour les deux, il se montre généreux et lui offre un repas. Il va même plus loin, en la faisant rechercher pour l’engager comme gouvernante auprès de sa fille. Ignorant tout, Fleur est plus que ravie et soulagée. Arrivée au domaine du Duc de Ridgeway, elle fait la connaissance de sa femme, qui ne l’apprécie gère et de sa fille de 5 ans, bien trop gâtée et en manque d’éducation et d’affection. Mais qu’elle n’est pas sa surprise, quand elle découvre qui est vraiment le père. Des craintes s’ajoutent à son passé déjà bien douloureux, qu’elle tente de cacher au mieux, et ça ne sera pas facile. Et dans cette histoire, elle n’est pas la seule à souffrir.

J’ai grandement apprécié ma lecture par son originalité. Ici on suit le parcours de plusieurs personnages forts dans l’histoire. Même s’il y a quelques répétitions, qui peuvent rendre un peu lourde notre lecture, elle est quand même très plaisante. Fleur et Adam sont des personnages très attachants, tout comme sa fille Pamela qui a juste besoin d’être entourée, et on peut même citer Sybil, sa mère qui aurait besoin qu’on la secoue un peu, mais dont on finit tout de même par s’accrocher. Au fil des pages, des semaines, des mois et même des années, on apprend à connaitre le passé de chacun, des obstacles que la vie leur a réservée, et ce n’est pas facile pour eux. C’est ainsi donc plusieurs histoires que l’on suit, et avec leurs secrets de chacun qui amènent même à une enquête. On voyage aussi de Londres, à la résidence du Duc, puis à celle de Fleur. Même si on se doute de certains points, l’auteure arrive tout de même à nous surprendre avec certaines révélations. L’histoire devient par être addictive, avec une touche de suspense.

Mais il est vrai que l’histoire des personnages est assez dur, on peut parler aussi bien de drame que de romance. Le fait qu’il y ait plusieurs histoires en une, rend aussi le roman particulier, et ça en est aussi sa force. Cette lecture restera une agréable surprise.

note 4,5 étoiles

Littérature anglaise (Angleterre), Séries

Belgravia

Belgravia

Acteurs: Tom Wilkinson, Tamsin Greig, Philip Glenister, Harriet Walter, Alice Eve, Tara Fitzgerald, Ella Purnell, Richard Goulding, James Fleet, Adam James, Paul Ritter et Saskia Reeves
Réalisateur : Julian Fellowes
Audio : Anglais
Durée : 360 minutes
Genre: Historique, Romance, Drame

 

L’histoire:

A la veille de la bataille de Waterloo, la famille de bourgeois Trenchard participe au bal donné par la comtesse de Richmond. Au cours de cette soirée, une série d’événements se déclenche et qui auront des répercussions des décennies après

 

Mon avis:

Après avoir lu le roman, je me suis plongée dans l’adaptation en série du livre de Julien Fellowes, et produit par lui-même. Et autant dire que je suis totalement sous le charme. On peut même dire que j’ai préféré l’adaptation au livre !

Pour revenir rapidement sur l’intrigue, on suit la famille Trenchard, une famille qui a réussi à s’établir dans la bourgeoisie grâce aux affaires fleurissantes de Mr James Trenchard, le père. Alors à Bruxelles à la veille de la bataille de Waterloo, ils arrivent à être invités à un bal organisé par la duchesse de Richmond, au grand bonheur de leur fille Sophia qui est éprise d’un futur comte. Mais leur venue à cet événement aura des conséquences pour les décennies à venir.

Composée de 6 épisodes, on retrouve une trame qui est chère à Julian Fellowes, et que l’on a pu voir dans une autre série: la cohabitation entre différentes classes sociales, les secrets familiaux, le rapport avec l’argent et l’héritage, les trahisons, les amours interdits, les malversations politiques et déshonneurs. Déjà très bien abordé dans le roman, j’ai trouvé que dans la série le message passait mieux, et m’a totalement hypnotisé ! Point de lenteur dans l’intrigue, je l’ai même trouvé assez dynamique ainsi mise en scène. Et comme toujours Julian Fellowes nous régale avec de superbes lieux de tournage et costumes. Un véritable plongeon dans l’Angleterre victorienne. Du côté des acteurs, je les ai trouvés très convaincant. Beaucoup de découverte, il y en a très peu que je connaissais, mais certains on fait justement une apparition dans Downton Abbey !

En tout cas une très belle série. Et comme quoi on peut aimer une série plus que le roman dont il est adapté !

note 4,5 étoiles - série

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

Belgravia de Julian Fellowes

Belgravia de Julian Fellowes

Éditeur : 10/18
Pages : 528 pages
Parution : 1er Juin 2017
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Le 15 juin 1815, le bal devenu légendaire de la duchesse de Richmond réunit à Bruxelles tous les grands noms de la société anglaise. La plupart des beaux officiers présents ce soir-là périront quelques heures plus tard sur le champ de bataille de Waterloo, faisant de cette réception l’une des plus tragiques de l’histoire. Mais cette nuit va aussi bouleverser le destin de Sophia Trenchard, la ravissante fille du responsable de l’intendance du duc de Wellington. Vingt-cinq ans plus tard, les Trenchard, en pleine ascension sociale, se sont installés dans le nouveau quartier de Belgravia et pensaient laisser derrière eux ces terribles événements. Mais dans un monde en mutation où l’aristocratie côtoie désormais la classe émergente des nouveaux riches, certains sont prêts à tout pour que les secrets du passé ne menacent pas leurs privilèges…Amours contrariées, intrigues entre classes sociales, sans oublier le rôle des domestiques : on retrouve dans ce roman tout le talent et le charme de l’auteur de Downton Abbey

 

Mon avis:

Julian Fellowes, célèbre créateur de Downton Abbey, nous emmène dans un nouveau monde avec son nouveau roman. L’histoire commence en 1815 à Bruxelles, à la veille d’une grande bataille. Un grand bal est organisé par la duchesse de Richmond, où toute la haute société est présente. Sophia Trenchard a réussi à obtenir des invitations et va pouvoir afficher son amour pour un futur comte. Sauf que la famille Trenchard ne fait pas partie de la haute société. Alors que la soirée se passe très bien, elle va faire une terrible découverte. Cette réception va être aussi marquante pour d’autres, puisque le lendemain une grande partie des jeunes hommes présents seront tués lors de la bataille de Waterloo face à Napoléon.
25 ans plus tard, à Londres, quelques-uns ont survécus, réécrit leur histoire, mais les secrets sont toujours là, et peut-être au bord d’éclater…

Avec ce roman, on suit une série de personnages de tous rangs, un peu comme Downton Abbey. Entre intrigues, suspens et secrets, on ne s’ennuie pas. Mais il est vrai qu’au début j’ai eu un peu de mal à accrocher, la narration étant assez platonique, puis je me suis laissée prendre au jeu. Les personnages finissent par être attachants. Le contexte historique est aussi bien écrit et documenté. On finit par retrouver l’ambiance british décrite par certains auteurs de grands noms: comme Jane Austen, ou Elisabeth Gaskell (sans la touche de piquant!). J’aurai tout de même passé un bon moment de lecture, mais sans grand surprise.

Maintenant j’ai hâte de voir son adaptation en série. A l’époque, je n’avais pas loupé un seul épisode de Downton Abbey, je suis curieuse de découvrir la mise en scène de ce roman à l’écran.

 

note 4 étoiles

Films, Littérature anglaise (Angleterre)

Emma (2020)

Emma

Acteurs : Anya Taylor-Joy, Johnny Flynn, Josh O’Connor, Callum Turner, Mia Goth, Miranda Hart, Bill Nighy, Rupert Graves, Gemma Whelan
Réalisateur : Autumn de Wilde
Audio : Anglais, Français
Durée : 124 minutes
Genre: Drame, Romance, Historique

 

L’histoire:

Adaptation du roman éponyme de Jane Austen sorti en 1815.

Emma Woodhouse tente de faire rencontre aux célibataires de son cercle d’amis leur âme sœur.

 

Mon avis:

Emma est le livre de Jane Austen que j’ai le moins apprécié, mais autant dire qu’après avoir vu ce film, je vais peut-être lui laisser une seconde chance. En lisant ces quelques mots, vous comprendrez bien entendu que j’ai bien apprécié cette adaptation. Et qu’est-ce que j’ai rigolé ! J’ai trouvé qu’on retrouvait bien l’humour de l’auteure, et c’est surtout ce que j’ai aimé. Une adaptation fidèle à sa créatrice. Du côté de la scénographie, elle est juste magnifique. Que de beaux décors et lieux de tournage, j’ai d’ailleurs reconnu un château que l’on voit dans Poldark. Les costumes sont tout aussi réussis, mais je suis un peu moins fan de la bande sonore (mais ce n’est pas bien grave!). On voit vraiment qu’il y a eu un grand travail sur l’esthétique que renvoi le film, on se sent vraiment plongé dans une autre époque en toute délicatesse. Le casting est aussi très bon. Je ne connaissais pas du tout Anya Taylor-Joy, et autant dire qu’elle m’a convaincue dans son rôle d’Emma. Du côté de l’intrigue, on nous offre une belle critique de la bourgeoisie du XIXe siècle, comme Jane Austen c’est si bien le faire, et je dirais avec une petite touche de modernité et de fraîcheur très agréable. Un film qui a su me surprendre agréablement, et je pense même le regarder à nouveau avec plaisir.

 

note 4,5 étoiles - film

 

Et si comme moi, vous êtes tombé sous le charme des lieux de tournage, voici une vidéo qui nous en montre encore et encore, pour notre plus grand plaisir !

Littérature anglaise (Angleterre), Séries

Sanditon

9781409192909

Acteurs: Rose Williams, Theo James, Anne Reid, Kris Marshall, Jack Fox, Crystal Clarke, Charlotte Spencer, Kate Ashfield, Leo Suter
Réalisateur : Andrew Davies
Audio : Anglais
Durée : 360 minutes
Genre: Historique, Romance, Drame

 

L’histoire:

D’après le dernier roman inachevé de Jane Austen.

Début du XIXe siècle. Angleterre. L’aristocratie découvre les bienfaits des bains hydrothérapiques. Une famille, les Parker, décide de faire de Sanditon, un village de pêcheurs paisible, une station balnéaire prisée par la haute société anglaise.

 

 

Mon avis:

Sanditon est une petite ville de bord de mer en plein développement. La famille des Parker souhaite en faire la nouvelle station balnéaire à la mode. De vastes plans sont ainsi lancés en architecture et en événementiel. Mais encore faut-il réussir à mobiliser la bonne société.

Après toutes les critiques négatives que j’ai pu lire sur cette mini série, j’avoue avoir mis énormément de temps à la regarder, afin de me faire mon propre avis. Il est vrai qu’on est finalement assez loin de l’univers de Jane Austen, et de son humour qu’on retrouve très peu dans cette adaptation. Et c’est pourquoi, j’ai plus voulu découvrir cette série comme une création originale d’Andrew Davies, son réalisateur.

Je dirais avoir trouvé l’intrigue intéressante, comme les personnages de Charlotte Heywood, l’une des héroïnes de l’histoire qui va aider le frère aîné, Tom Parker dans ses projets; ou Lady Denham, une dame de la haute société, dont les membres de sa famille court après son argent; ou encore Georgiana Lambe, une héritière métisse. Mais autant dire que je n’ai pas du tout accroché avec l’un des héros, Sidney Parker. Ce personnage est tellement inconstant, et incompréhensible. Je ne comprends pas du tout ce qu’a voulu faire le réalisateur avec lui… Un Darcy odieu, mal dans sa peau et froid ? Encore faudrait-il arriver à le suivre… Je trouve aussi qu’on s’intéresse un peu trop à la romance, au point d’en créer un triangle, et que de nombreux sujets de l’intrigue ont été délaissé et manquaient d’être approfondis. Et il y avait pourtant matière à réaliser une bonne série, que ce soit par les thèmes développés, ou les personnages présents. J’aurais par exemple souhaité en savoir plus sur Georgiana, ou Clara. Finalement, on peut même se demander ce que cette dernière a apporté à l’histoire.

Mais pour finir tout de même sur une note un peu plus joyeuse, ITV nous gâte toujours avec de beaux paysages, lieux de tournage, monuments et costumes. Je dirais que je suis tout de même contente d’avoir vu cette adaptation, mais je suis clairement sur ma faim. Il y a vraiment des moments où j’accrochais à l’histoire, c’est dommage.

 

note 2 étoiles

Films, Littérature anglaise (Angleterre)

Chambre avec vue (A Room With The View)

Chambre avec vue (A Room With The View)

Acteurs : Helena Bonham Carter, Daniel Day-Lewis, Julian Sands, Maggie Smith, Simon Callow, Judi Dench, Denholm Elliott, Patrick Godfrey
Réalisateur : James Ivory
Audio : Anglais, Français
Durée : 117 minutes
Genre: Drame, Romance, Historique

 

L’histoire:

Italie, début du XXe siècle. Lucy Honeychurch, jeune Anglaise de bonne famille, est en villégiature à Florence avec Charlotte Bartlett, une cousine plus âgée. À la pension Bertolini où elles séjournent, elles retrouvent leur pasteur, M. Beebe, et font la connaissance de leurs compatriotes. Parmi eux, un jeune homme va attirer l’attention de Lucy : venu avec son père, George Emerson est un libre-penseur, spontané et rêveur. Leur attirance mutuelle donnera lieu à un baiser passionné dont sera témoin Charlotte, provoquant le départ précipité des deux cousines. Quelques mois plus tard, alors que Lucy est désormais fiancée au très pompeux Cecil Vyse, George Emerson fait son retour dans la vie de la jeune femme…

 

Mon avis:

Chambre avec vue est une adaptation du roman « Avec vue sur l’Arno » d’Edward Morgan Forster. Le réalisateur James Ivory, en fait d’ailleurs un beau clin d’œil en montant le film sous forme de chapitrage, et en annonçant avec une illustration et un titre, le tableau qui va suivre. J’ai trouvé cette construction intéressante et très originale.

Tout comme le livre, nous commençons notre voyage en Italie, à Florence où de sublimes paysages nous sont proposés. On rentre directement dans l’action avec ce problème de chambres, qui n’ont pas vu sur l’Arno, comme l’avaient demandées Lucy Honeychurch et sa cousine Charlotte. Il est d’ailleurs très agréable de retrouver Maggie Smith et Helena Bonham Carter (presque à leurs débuts). Ici le rôle de Lucy change énormément de ce qu’on a l’habitude de voir des rôles de cette dernière, et de l’univers de Tim Burton qu’on lui connait bien. Même si Lucy est une jeune fille toute timide, et encadrée par les conventions de l’époque, elle est aussi une femme moderne qui n’attend qu’à être révélée. Avec ce rôle, on voit bien le talent de l’actrice. Son personnage nous emmène ainsi à la découverte de Florence, de ses plus beaux chef-d’œuvres, et d’ailleurs la réalisation est superbe. Cette scène champêtre du premier baiser passionné ne peut que marquer l’esprit. Le rythme est certes assez lent, introduit à chaque fois par un nouveau plan. Le personnage de Charlotte nous amuse, comme leur connaissance faite en Italie, ou le petit frère de Lucy. Au contraire, le personnage de Cecil est des plus agaçants, sans vie, il nous donne envie de le secouer, ce qui peut quand même nous faire rire.

Le film est surtout intéressant à voir pour les superbes images qu’il nous propose à la fois de la Toscane, et du Sussex. Mais il est vrai que sa lenteur peut en décourager certains. Il reste un beau moment de poésie accompagnée de belles musiques, et d’une petite touche de féminisme.

note 4 étoiles - film

Classique, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Avec vue sur l’Arno de Edward Morgan Forster

Avec vue sur l'Arno de Edward Morgan Forster

Éditeur : Robert Laffont
Pages : 368 pages
Parution : 9 Novembre 2017
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Classique, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Lucy Honeychurch n’aurait jamais pu partir à la découverte de l’Italie comme toute jeune Anglaise de bonne famille sans la surveillance d’un chaperon zélé, sa cousine Charlotte. A leur arrivée à Florence, les deux voyageuses constatent avec dépit que la chambre qui leur a été réservée n’a pas de vue sur l’Arno. En violation de toutes les convenances, deux inconnus, M. Emerson et son fils George, leur proposent de leur échanger la leur qui, elle, donne sur le fleuve. L’attitude cavalière de George envers Lucy et le peu de résistance qu’elle lui oppose poussent Charlotte à décider d’abréger leur séjour. Mais le hasard va à nouveau réunir les Emerson et les Honeychurch, en Angleterre cette fois… Un roman délicieux sur l’éveil des sentiments et le poids des conventions sociales par un des maîtres de la littérature anglaise.

 

Mon avis:

Lucy Honeychurch, jeune fille de la haute société anglaise, est en voyage avec sa cousine, Charlotte Bartlett, qui se doit de la chaperonner. Logées dans une pension de famille en Italie, elles sont déçues de constater à leur arrivée, que leurs chambres ne donnent pas vue sur l’Arno, mais sur l’arrière du bâtiment et sur une petite cour pas très accueillante.
Mr Emerson et son fils, leurs proposent donc d’échanger leurs chambres, vu que les leurs donnent justement sur le fleuve. C’est ainsi que commence l’histoire de Lucy et du jeune George Emerson.

J’ai particulièrement apprécié les personnages de cette histoire, qui se déroule bien sûr en Italie, mais aussi en Angleterre. Lucy est l’exemple parfait des jeunes filles de l’époque, parfaitement éduquée par des discours formatés et rigides. Elle est assez naïve et timide, mais grâce à son grand cœur, elle arrive à avoir un esprit ouvert. Son voyage à Florence va être comme libérateur pour elle. Curieuse et intéressée par le monde qui l’entoure, c’est rempli d’une certaine assurance qu’elle va rentrer chez elle. Quelques péripéties se sont passées lors de son voyage, et ça ne va pas s’arrêter. C’est très intéressant de voir son évolution. En jeune femme moderne, elle hésite moins à défier les convenances du monde dans lequel elle vit. A ses côtés, George est clairement anti conventionnel, tout comme son père. Deux personnages tout aussi intéressants à suivre, en retrait du protocole et des convenances.

Ce roman est finalement une très belle romance, qui commence dans un cadre idyllique en plein Florence, et se poursuit dans ces paysages paisibles de la campagne anglaise, vers une passion naissante. Même s’il n’a pas été évident au début de rentrer dans l’histoire, ce fut tout de même un bon moment de lecture.

note 3,5 étoiles

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

La saga des Bedwyn, tome 6 : Le mystérieux duc de Bewcastle de Mary Balogh

La saga des Bedwyn, tome 6 : Le mysterieux duc de Bewcastle de Mary Balogh

Éditeur : J’ai lu pour elle
Collection: Aventures et Passions
Pages : 311 pages
Parution : 19 Novembre 2014
Tome : 06/06
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

L’arrogant duc de Bewcastle ne côtoie que la société la plus raffinée. Aussi prend-il pour une domestique maladroite la brunette mal fagotée qui vient de l’asperger de citronnade. En réalité, il s’agit de Christine Derrick, une jeune veuve aussi gaffeuse qu’impertinente. D’abord agacé, Wulfric est vite séduit par sa joie de vivre. Sans détours, il lui propose de devenir son protecteur. À sa grande stupeur, Christine refuse. En proie à des tourments qu’il n’imaginait pas, le duc en vient à demander sa main. Aucune femme sensée ne déclinerait une proposition si mirifique. Mais Christine n’est pas comme les autres : elle veut un mari qui ait un cœur…

 

Mon avis:

Place au dernier tome de la saga, et j’avoue que j’avais hâte d’en savoir plus sur le duc de Bewcastle. Et c’est justement à son tour de se livrer pour clore en beauté cette aventure. Quelques mois sont passés depuis le cinquième tome, et Wulfric se sent seul. Tous ses frères et sœurs sont partis, et construisent leur vie ailleurs, de son côté il vient de perdre sa maîtresse qu’il connaissait depuis plusieurs années. Lors d’un moment d’inattention, il se retrouve invité à passer quinze jours à la campagne. C’est ainsi qu’il va faire la rencontre de Christine Derrick, une jeune veuve quelque peu exubérante et maladroite. D’ailleurs leur premier rencontre l’est, et il n’est pas prêt à l’oublier.

Christine est une jeune femme extrêmement gaffeuse, qui ne manque pas de se faire remarquer par ses maladresses. Veuve depuis deux ans, elle était mariée au frère d’un vicomte, ce qui lui a permis de faire partie de la haute société quelques années. Depuis, elle vit en retrait chez sa mère et sa sœur. Invitée par une amie à contre cœur, elle espère passer inaperçu pendant ces deux semaines, mais ce n’est sans compter sa maladresse qui commence directement avec le duc de Bewcastle. Wulfric la prend d’abord pour une domestique, vu ses manières et son manque de convenance. Quelle surprise pour lui quand il apprend qui elle est réellement. Sans vraiment le savoir, elle suscite son intérêt, et avec son cœur froid, il lui fait une proposition indécente, qu’elle refuse. Mais ce n’est pas pour autant qu’ils vont se perdre de vu, et c’est alors qu’on va découvrir qui se cache vraiment sous cette carapace de glace.

Voici un couple tellement pas assorti et tellement complémentaire. J’ai grandement apprécié le personnage de Christine. Bon peut-être qu’il y avait un peu trop de moment gainant à mon goût, mais qu’est-ce-que j’ai rigolé. C’est une jeune femme vive, au contraire de Wulfric, qui a été oppressé très jeune à cause du statut qu’il a dû occuper. On apprend enfin à le connaitre mieux, il se dévoile peu à peu, et j’ai aussi aimé être surprise par l’intrigue. Il y a clairement des éléments que je n’ai pas du tout vu venir, et j’ai apprécié. On revoit aussi toute la famille Bedwyn, et on découvre leur évolution. On n’a pu que s’attacher à certains membres de cette super famille, pas comme les autres.

Une super saga qui se conclu merveilleusement. Et je suis contente d’avoir découvert cette auteure.

note 4,5 étoiles