Littérature anglaise (Angleterre), Séries

The Essex Serpent

Acteurs : Claire Danes, Tom Hiddleston, Frank Dillane, Hayley Squires, Clémence Poesy
Réalisateur : Anna Symon
Audio : Français
Durée : 270 minutes
Genre: Historique, Drame

L’histoire:

Cora Seaborne, jeune veuve férue de paléontologie, quitte Londres en compagnie de son fils Francis et de sa nourrice Martha pour s’installer à Aldwinter, dans l’Essex, où elle se lie avec le pasteur William Ransome et sa famille. Elle s’intéresse à la rumeur qui met tout le lieu en émoi : le Serpent de l’Essex, monstre marin aux allures de dragon apparu deux siècles plus tôt, aurait-il ressurgi de l’estuaire du Blackwater ?

Adaptation de l’ouvrage « Le serpent de l’Essex » de Sarah Perry.

.

Mon avis:

Mini-série de six épisodes, The Essex Serpent est adapté du roman gothique de Sarah Perry. L’intrigue se déroule dans l’Angleterre victorienne où une jeune femme a disparu dans les marais de l’Essex. La presse fait circuler la rumeur qu’une créature hante le comté, dont la légende daterait du XVIe siècle. Cora Seaborne, jeune veuve tout juste libéré de son mari violent, quitte Londres afin d’en savoir plus sur cette créature et continuer ses recherches en paléontologie.

Cette nouvelle production nous conte une histoire sous deux dimensions. La première est historique, avec les préoccupations et évolutions de l’époque, comme les avancées de la médecine, la révolution industrielle et aussi avec les premières luttes ouvrières et féministes. Puis s’ajoute une dimension fantastique et thriller, qui met en scène une véritable légende (à l’image du monstre du Loch Ness. Oui, la légende du serpent de l’Essex existe bien !) C’est dans ce contexte qu’on suit Cora, accompagnée de son fils et de sa domestique Martha, qui s’installe à Aldwinter. Les villageois ne croient pas en sa science qui voudrait que le serpent soit un « fossile vivant ». Pour eux, il est là pour les punir de leurs pêchés. Accompagné du pasteur William Ransome, ils doivent essayer de calmer l’hystérie qui gagne la communauté.

Globalement, j’ai bien aimé cette mini-série, même si certains passages manquaient de développement et de construction. Etrangement, le début est bien puis au milieu du scénario, j’ai eu l’impression qu’il a été écrit différemment. Il existe donc certaines incohérences sans explications… En tout cas, le moins que l’on puisse reconnaitre est que le casting est très bon. Les mises en scènes sont aussi très bien réalisées, tout comme les costumes et les lieux de tournage. J’ai d’ailleurs un coup de cœur pour le générique qui reprend le graphisme des éditions anglaises du roman.

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

Le club des survivants, tome 1 : Une demande en mariage de Mary Balogh

61tzrbxst9l

Éditeur : J’ai lu
Pages : 384 pages
Parution : 15 Avril 2015
Tome : 01/07
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

.

L’histoire:

Au domaine de Penderris, on soigne les corps et les âmes blessés. C’est ici qu’on accueille les valeureux officiers rescapés des guerres napoléoniennes. Et si lord Trentham, récemment anobli pour ses faits d’armes, a la chance d’être valide, son traumatisme n’en est pas moins profond. Désormais, il a un titre à transmettre, et doit donc se marier. Or quelle femme voudrait de lui alors qu’il se déteste lui-même ? Peut-être cette jeune veuve, lady Muir. Elle aussi a eu son lot de souffrances, mais c’est une lady raffinée, tandis que lui n’est qu’un rustre. Et il a beau être fou d’elle, un monde les sépare.

.

Mon avis:

Découverte d’une nouvelle saga écrite par Mary Balogh qui se penche sur les traumatismes de la guerre, qu’ils soient physiques ou morals. On fait ainsi la rencontre de Hugh, devenu Lord Trentham suite à un exploit sur le champ de bataille. Il en garde de nombreuses blessures, non dans sa chair mais dans son âme. Invité chez ses amis pour leurs retrouvailles annuelles, il vient en aide à une jeune femme qui vient de faire une chute sur la plage. Lady Muir, jeune veuve, est alors en visite chez une amie. Les échanges entre eux sont plus qu’explosifs. Hugh n’aime pas les aristocrates qui sont trop guindés à son goût, et Gwen trouve son sauveur brut et froid. Forcé à se côtoyer, ils vont devoir apprendre à se connaitre et des surprises arriveront…

L’auteure aborde une thématique intéressante, et j’ai déjà hâte d’en savoir plus sur les autres anciens habitants de Penderris. Gwendoline est un personnage attachant, qui a subi plusieurs pertes récemment. Issue de la haute société et ayant une bonne éducation, elle n’hésite tout de même pas à sortir des rangs, surtout avec les propos soutenus par Hugh. Venant du monde des affaires, il ne veut pas avoir affaire à la noblesse, même s’il en fait partie dorénavant. Ancien militaire, il est renfermé sur ses idées et lui même. En convalescence au domaine, ils vont devoir se supporter, tout en comparant leur monde pas si différent, pour ensuite se retrouver sur Londres. Même si un certain nombre de clichés sont là, j’ai passé un bon moment avec ce premier tome. Nos héros vont devoir apprendre à vivre et accepter leur passé pour réussir à se reconstruire. Rafraichissants, sincères et amusants, j’ai grandement apprécié leurs échanges !

Pour information, on retrouve le début de l’histoire de certains personnages, dans les préquels de la saga des Bedwyn soit « Une nuit pour s’aimer » et « Le bel été de Lauren ».

note 3,5 étoiles

Album, Classique, Jeunesse, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Princesse Sara de Frances Hodgson Burnett et Nathalie Novi

Princesse Sara de Frances Hodgson Burnett et Nathalie Novi

Éditeur : Albin Michel Jeunesse
Pages : 96 pages
Parution : 3 Novembre 2021
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Jeunesse, Classique
Lien Amazon

.

L’histoire:

Sara a été élevée en Inde par son père, un capitaine anglais. À son septième anniversaire, elle est envoyée à Londres pour étudier dans le pensionnat de Miss Minchin. Fortunée, elle s’y retrouve favorite ; mais tout bascule lorsque son père disparaît tragiquement – et sa richesse avec lui. Sara devient alors le souffre-douleur du pensionnat. Son imagination lui permet cependant de s’évader et de jouer à son jeu préféré, « Supposons que ». Et si, et si… et si Sara était une princesse ?

.

Mon avis:

Classique de la littérature jeunesse, Frances Hodgson Burnett nous livre l’histoire de Sara (qui est d’ailleurs inspirée de sa propre vie). Son père, le capitaine anglais Raph Crewe en mission dans les Indes, souhaite offrir à sa fille une éducation anglaise en l’envoyant dans un pensionnat aristocratique à Londres. Agée de 12 ans, Sara qui a vécu de nombreuses années à ses côtés, va alors vivre des aventures éprouvantes et aussi merveilleuses…

Cet album signe ma première rencontre avec Sara. (Il ne me semble pas avoir vu l’adaptation quand j’étais enfant, ou j’en ai tout simplement plus de souvenirs !) Et quelle héroïne impressionnante et fascinante. La vie n’a pas été tendre avec elle. Sa mère est décédée très tôt, et là voilà dans un pensionnat seule. Au début, elle est vue comme l’élève favorite. Elle se sent même trop gâtée. Mais, tout bascule après la réception d’une lettre annonçant le décès de son père et la perte de sa fortune. Elle est alors comme une simple domestique, et se voit confier plein de tâches pénibles à effectuer. Combative, elle ne se laisse pas aller, et se met à songer à des histoires fantastiques. Sa bonté et son cœur pur lui offrira de bien belles surprises.

Autant pour l’intrigue que pour les illustrations, j’ai apprécié tourner les pages de cet ouvrage. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’il s’agit de la traduction du texte original publié sous forme de feuilleton en 1888. L’épopée de Sara est superbe. Même si les épreuves qu’elle traverse sont difficiles, ce n’est pas avec négativité qu’elle les voit. Sa personnalité et son imagination l’emmène loin, jusqu’à lui ouvrir des portes insoupçonnables. Une bien belle histoire qui fait rêver ! On ne peut que s’attacher à son personnage. Encore un classique que je suis contente d’avoir découvert !

 

note 4,5 étoiles

 

Contemporain, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Les mystères de Grantchester, tome 1 : Sidney Chambers et l’ombre de la mort de James Runcie

Les mystères de Grantchester, tome 1 : Sidney Chambers et l'ombre de la mort de James Runcie

Éditeur : Babel
Pages : 357 pages

Parution : 3 Novembre 2021
Tome : 01/06
Format : Poche
Genre: Policier

Lien Amazon

.

L’histoire:

Sidney Chambers est le jeune pasteur de la petite paroisse de Grantchester. Grand, brun, les yeux noisette et l’air rassurant, Sidney est un homme d’Eglise peu conventionnel qui peut aller là où la police ne le peut pas. Avec son ami George Keating, inspecteur à Scotland Yard, il enquête sur le suicide d’un avocat de Cambridge, un scandaleux vol de bijoux perpétré, lors d’une soirée de Nouvel An et une affaire de faux en art qui met l’un de ses amis en très grand danger. Sidney découvre qu’un détective, comme un prêtre, doit avant tout savoir sonder l’âme humaine…

So british sans jamais verser dans la caricature, s’inscrivant clairement dans la tradition du père Brown de Chesterton, ce délicieux mystery, premier volet d’une série adaptée pour la télévision sous le titre Grantchester, enchaîne de savoureuses énigmes qui se dévorent comme des scones à l’heure du thé.

 

Mon avis:

Plongeons dans les années 1950, à la rencontre de Sidney Chambers, un jeune chanoine qui exerce dans la petite ville de Grantchester en Angleterre. Ami avec l’inspecteur Geordie Keating, ils vont vivre de sacrés aventures, en enquêtant et résolvant ensemble plusieurs mystères. 

Avant de lire ce roman, j’ai déjà visionné quelques épisodes de la série télé adaptée de ce roman, Grantchester, avec l’excellent James Norton incarnant Sidney. Et quoi de mieux que le mois anglais, un challenge qui se déroule en ce moment et pendant tout le mois de juin, pour sortir enfin ce roman de ma PAL ! 

Sidney Chambers est un trentenaire célibataire, ancien officier des Scots Guards (un des régiments d’élite de la Garde royale britannique) durant la Seconde Guerre Mondiale, aimant le jazz, la littérature, le cricket et le whisky. Cultivé et ouvert à autrui, il passe son temps entre sa paroisse et le collège Corpus Christi, où il est directeur d’études.
Lors d’un enterrement, une femme lui fait part de ses doutes sur la mort du défunt. Une première enquête commence sur ce prétendu suicide.
Ensuite, cinq autres histoires s’enchaînent sous forme de nouvelles, en gardant un fil conducteur qui nous permet de mieux connaitre la vie personnelle de nos personnages clés.

Même si je lis très peu de roman policier, j’ai apprécié le charme so british de ce roman et surtout le personnage si charismatique de Sidney, tout comme dans la série. Le contexte historique n’est pas oublié avec le besoin de reconstruction d’après-guerre, tout de même bercée par des notes de jazz et des gorgées de whisky !

note 3,5 étoiles

Album, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Le livre disparu de Colin Thompson

le-livre-disparu

Éditeur : Circonflexe
Pages : 32 pages
Parution : 30 août 2013
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Jeunesse
Lien Amazon

L’histoire:

Nous sommes dans une bibliothèque contenant tous les ouvrages possibles et inimaginables. Tous ? Non, il en manque un, « Comment ne jamais vieillir », qui a disparu depuis 200 ans. Le petit Peter et sa famille vivent dans une des nombreuses cités qui s’animent la nuit, entre les livres. Il rêve de trouver le livre perdu et de connaître enfin le secret de la jeunesse éternelle ! Commence alors pour le petit garçon un voyage initiatique à travers les étagères, les rayonnages jusqu’à la rencontre du Vieil Enfant.

Mon avis:

Plongeons dans une bibliothèque qui contient tous les livres publiés dans le monde. Enfin presque. L’un d’entre eux est manquant depuis longtemps. Son titre est : « Comment ne jamais vieillir ». Le jeune Peter, curieux de cette absence, compte bien tout faire pour le retrouver et relever ce défi.

Cet album est vraiment spécial et spectaculaire. On ne lit pas que son contenu textuel, mais aussi ses illustrations qui sont impressionnantes. Au fil des pages, celles-ci nous cachent de belles surprises. L’intrigue se passant dans une bibliothèque, de nombreux livres sont présents. Leurs titres sont tous aussi intéressant à découvrir, que les messages secrètement enfouit. On passe du temps à tourner les pages, à la recherche de chaque indice et a les admirer.

Une fois l’histoire achevée, on se dit que ce n’est pas seulement la recherche d’un livre perdu qui nous est contée. Les dimensions psychologiques et philosophiques sont tellement plus grandes. Qu’est ce que la vie? Faut il avoir peur de vieillir? Vivre longtemps, est-ce la clé du bonheur ? Qu’est-ce que le bonheur… Des questions qu’un enfant ne se posera pas. Cela rend l’album intriguant. Il peut ainsi être confié à différent public, grâce à ces multiples sens de lecture et d’interprétation. Une superbe découverte, dont j’ai déjà envie de redécouvrir !

note 4,5 étoiles

Classique, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Une femme d’imagination et autres contes de Thomas Hardy

91govmzn2ul

Éditeur : Le Livre de Poche
Pages : 168 pages
Parution : 11 Mars 2015
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Classique, Historique
Lien Amazon

.

L’histoire:

Dans le sud-ouest de l’Angleterre , au début du XIXe siècle, quatre destins de femmes meurtries par l’amour : amour impossible pour un soldat étranger, amour ensorcelé pour un violoniste de village, amour refusé par un fils trop rigide, amour rêvé pour un homme jamais rencontré…

Comme dans Tess d’Urberville et Jude l’obscur, Thomas Hardy conte à merveille dans ces courts textes les tourments de l’âme féminine et la brutalité d’une société où le sentiment n’a pas sa place.

.

Mon avis:

Dans ce recueil, nous découvrons quatre nouvelles de Thomas Hardy, quatre désillusions amoureuses de femmes du XIXe siècle : Phyllis, Sophy, Caroline et Ella

Dans la première, « Le hussard mélancolique de la légion germanique », l’auteur nous conte la rencontre amoureuse entre une jeune fille déjà promise en mariage et un soldat en garnison. Le choix devra se faire entre le cœur et la raison…

Dans « Le veto du fils », on assiste au refus absolu d’un fils qui ne souhaite pas que sa mère se remarie, considérant le prétendant en dessous de sa classe sociale.

« Le violoneux des contredanses » raconte la passion d’une femme pour un musicien sans trop de scrupules, et ses malheureuses conséquences.

Enfin, avec « Une femme d’imagination », c’est l’histoire d’une femme mariée qui devient folle d’un poète qu’elle ne connait que par ses mots.

Ce n’est pas la première fois que je lis les écrits de Thomas Hardy, et autant dire que je suis toujours aussi fan de sa plume. Même si je n’ai pas forcément accrochée à toutes les histoires qui nous sont contées, on passe tout de même un bon moment. Mais il faut se rappeler qu’avec l’auteur nous n’avons pas toujours le droit à des happy end !

Les personnages sont très approfondit et les intrigues prenantes. On se retrouve face à des convenances sociales et morales qui entravent le destin de beaucoup de femmes de cette époque.

note 3,5 étoiles

Littérature anglaise (Angleterre), Séries

The Pursuit of Love

mv5botqzzjflntgtodqyzi00y2i5lwe4mmqtyzk0odkzmwixzdnmxkeyxkfqcgdeqxvymjkwotaymdu40._v1_

Acteurs : Lily James, Emily Beecham, Dominic West, Assaad Bouab, Andrew Scott, Shazad Latif et Freddie Fox
Réalisateur : Emily Mortimer
Audio : Anglais
Durée : 180 minutes
Genre: Drame

L’histoire:

Entre la Première Guerre mondiale et la Seconde, les péripéties amoureuses de Linda Radlett. Aînée d’une riche famille anglaise, au gré de ses rencontres, elle va connaître les bouleversements sociaux et politiques de la première moitié du XXème siècle.

D’après La Poursuite de l’Amour de Nancy Mitford (1945).

.

Mon avis:

Cette mini-série en 3 épisodes est produite par la BBC et Amazon Studio, et réalisée par l’actrice Emily Mortimer. L’histoire met en scène les péripéties amoureuses de Linda Radlett, fille d’une riche famille anglaise fantasque, et de sa meilleure amie et cousine Fanny Logan, durant la période d’entre-deux-guerres en Angleterre.

Rythmée, décalée et haut en couleur, l’intrigue de cette série ne peut vous laisser de marbre. Il y a certes quelques partis-pris par rapport au contexte historique, et une bande son moderne, mais je ne les trouve pas choquants et même plutôt en accord avec l’univers créé. Nous avons affaire à deux jeunes filles de l’aristocratie anglaise en quête de l’amour rêvé. Education différente, dit forcément vision du monde et caractère différents. Et ses jeunes filles vont en voir leurs vies bouleverser.

J’ai particulièrement été impressionnée par la performance de Lily James, même si son rôle de Linda peut être quelque peu agaçant par son excentricité. Son duo avec Emily Beecham est d’ailleurs très convainquant, on sent une réelle complicité entre les actrices. Et que dire des décors et des costumes qui sont aussi superbes.

En tout cas, encore une série qui m’aura donné envie de découvrir le roman dont il est adapté !

Contemporain, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

La poursuite de l’amour de Nancy Mitford

La poursuite de l'amour de Nancy Mitford

Éditeur : 10/18
Pages : 256 pages
Parution : 7 décembre 2006
Tome : 01/01
Format : Poche
Genre : Romance, Contemporain
Lien Amazon

.

L’histoire:

Deux jeunes femmes à la poursuite de l’amour, tel est le sujet définitivement intemporel de ce roman. Elles sont cousines germaines et s’aiment tendrement. Autant Fanny se montre prudente et raisonnable dans cette quête, autant Linda, romanesque et sans frein, risque son va-tout chaque fois qu’elle s’éprend d’un homme ! La morale de l’histoire est tirée par Lord Merlin pour qui l’on se trompe toujours quand on est jeune : « L’amour, c’est pour les grandes personnes. » Avec ses excentriques, ses belles, ses châteaux et sa campagne – bref tout ce qui fait le charme pas toujours discret mais éternel, de la verte Albion -, l’inoubliable fresque des Radlett et des Montdore compte au rang des joyaux de l’humour anglais.

.

Mon avis:

Ce roman met en scène le destin de deux jeunes femmes pendant la période d’entre deux guerres en Angleterre. La première est Linda, l’un des nombreux enfants des Radlett, une famille aristocratique déjantée, et sa cousine Fanny qui a été recueillie par sa tante, alors que sa mère voulait poursuivre ses aventures et voyages. Meilleures amies et toujours ensemble, elles sont tout de même bien différentes de caractère. Fanny est raisonnable et réfléchie; Linda est frivole et impulsive, notamment en amour… Sous le regard de Fanny, on va suivre leurs péripéties de leurs entrées dans le monde…

Récemment adapté par la BBC, j’ai eu envie de découvrir le lire après avoir vu la mini-série. Il faut savoir que le roman est aussi semi-autobiographique. Ce point m’a d’ailleurs poussé à m’y intéresser, et ainsi en découvrir plus sur la famille Mitford. La famille des Radlett présentée dans le roman, a en effet de nombreux points communs avec la famille de l’auteure.

Et quel plaisir de lire ce roman riche en humour et en extravagance ! Les personnages sont très attachants, même si leurs désinvoltures peuvent des fois être choquantes. Entre déboires amoureux, convenances et modernité, critique de la société et de l’aristocratie, les aventures de Linda et Fanny leur réservent bien des surprises et des obstacles à franchir. La fin est tout de même quelque peu abrupte, mais je m’y attendais après avoir vu l’adaptation.

note 3,5 étoiles