Jeunesse, Littérature américaine (Etats-Unis), Livres

Catherine, princesse de Russie : Saint Pétersbourg, 1743-1745 de Kristiana Gregory

Catherine, princesse de Russie : Saint-Pétersbourg, 1743-1745 de Kristiana Gregory

Éditeur : Gallimard Jeunesse
Collection: Mon Histoire

Pages : 176 pages
Parution : 31 Août 2006
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Jeunesse, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

« 4 janvier 1744. Mère s’est penchée pour prendre mon menton dans sa main. « Ne répétez à personne ce que je vais vous dire, ni à votre frère ni même à Mademoiselle. Compris ? » J’ai acquiescé. « Si vous obtenez la faveur du roi, vous et moi devrons quitter la Prusse en traîneau pour gagner Saint-Pétersbourg où nous rencontrerons l’impératrice Élisabeth. Elle vous a choisie, vous, ma pauvre fille ingrate, pour être la fiancée de Pierre. À moins que vous ne gâchiez vos chances, vous l’épouserez et un jour, vous régnerez tous deux sur la Russie. »Sophie, princesse sans fortune de Poméranie, est choisie par l’impératrice de Russie pour devenir la fiancée de son neveu, Pierre, qui doit lui succéder. La jeune fille et sa mère quittent la Prusse pour s’installer à la cour de Saint-Pétersbourg. Décidée à conquérir l’affection du peuple, Sophie apprend le russe et, à la veille de son mariage, se convertit à la religion orthodoxe sous le nom de Catherine.

 

Mon avis:

Avant de vous présenter le roman, j’ai plutôt envie de vous présenter la collection « Mon histoire » de chez Gallimard, que j’affectionne tant. Il s’agit de journaux intimes qui nous raconte la jeunesse de grands personnages historiques. Ils sont d’ailleurs très soignées, avec les pages jaunies et le contour des pages arrachées, soit comme un vrai journal intime. En plus de l’histoire qui nous est conté, on retrouve toujours en fin d’ouvrage, des informations complémentaires sur le personnage qu’on a appris à découvrir. Ici, il s’agit de Catherine, la Grande, ou plutôt Sophie Augusta Frederika d’Anhalt-Zerbst. On fait sa connaissance alors qu’elle a tout juste 14 ans en Prusse, où la guerre avec la Russie fait rage. C’est ainsi qu’elle se voit promise à Pierre III Fiodorovitch, empereur de Russie, et va devoir grandement changer pour ce mariage forcé, jusqu’à son prénom.

On suit pendant 2 ans le parcours de Sophie, future Catherine II, et Impératrice de Russie. Jeune fille au grand caractère, elle doit apprendre à découvrir la cour russe, apprendre cette nouvelle langue, et les codes de la future vie qui l’attend. On s’attache très vite à son personnage qui n’a pas froid aux yeux. On arrive déjà très bien à s’imaginer quelle grande dame elle va devenir. La rencontre avec son futur mari n’est pas transcendante. Même s’ils sont tous les deux encore des enfants, cela se sent plus chez Pierre. Et la jeune fille n’hésite pas à l’ignorer. On sent déjà son ambition, et sa volonté à détenir le trône. Juste 2 ans, il est vrai que c’est court pour découvrir son parcours, mais c’est aussi à la fois impressionnant de voir comment elle est prête à tout tenter, pour aller au plus près de ses ambitions. Un récit très intéressant, à découvrir.

Jeunesse, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Madame Pamplemousse et la confiserie enchantée de Rupert Kingfisher

 

812aqdiuyyl

Éditeur : Albin Michel
Pages : 144 pages
Parution : 31 Octobre 2012
Tome : 03/03
Format: Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

L’histoire:

C’est l’hiver à Paris et Madeleine a quelques problèmes à l’école. Mirabelle, une nouvelle élève, la harcèle. Madeleine a trop honte pour demander de l’aide à ses amis, Madame Pamplemousse et Camembert, mais elle se lie d’amitié avec une femme nommée Madame Bonbon, propriétaire d’un magasin qui semble être une confiserie. Les sucreries que Madame Bonbon donne à Madeleine ont un puissant effet magique et la rendent tout d’abord assez forte pour affronter Mirabelle. Mais ils la plongent bientôt dans un monde étrange et enchanté dont elle s’aperçoit qu’elle ne peut s’échapper. Car Madame Bonbon n’est autre qu’une vieille ennemie de Madame Pamplemousse, venue à paris pour prendre sa revanche. Ce troisième et dernier épisode de Madame Pamplemousse entraîne le lecteur dans un monde onirique quelque peu inquiétant où amitié et loyauté sont les clefs de la liberté…

 

Mon avis:

Voici le troisième et dernier tome des aventures de Madeleine. Notre jeune héroïne rencontres des problèmes à l’école. Mal dans sa peau, elle n’ose pas se confier à son amie Madame Pamplemousse. Madeleine est triste depuis l’arrivée de Mirabelle, une nouvelle élève qui la maltraite. Désespérée, elle fait la rencontre de Madame Bonbon. Propriétaire d’une confiserie, elle lui donne une friandise qui la rendra plus forte. Mais les effets magiques de ses chocolats lui réservent malheureusement bien des surprises.

Quel plaisir de me replonger dans cette histoire, mais autant dire que celle-ci est un peu plus noire que les précédentes. Comme le souligne l’intrigue, des thèmes importants y sont abordés comme l’isolement et le harcèlement scolaire. Alors bien sûr, on retrouve nos personnages phares comme Madame Pamplemousse, dont on va découvrir son passé, et ce lien qui la rattache à Madame Bonbon. Mais il est vrai qu’on peut se demander pourquoi ce changement de style. Ici la magie est moins présente, et du coup diffère bien avec des deux tomes précédents. On approfondit plus la psychologie des personnages, en apportant des faits sociaux. La plume de Rupert Kingfisher n’en reste pas moins très agréable à lire, tout comme les illustrations de Sue Hellard, qui nous ôteront quelques sourires.

Un conte qui nous fait moins rêver, mais qui se veut plus proche de la réalité.

 

note 3 étoiles

Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Mulan: Le roman du film de Christophe Rosson

81dc1-datjl

Éditeur : Hachette
Pages : 264 pages
Parution : 4 Mars 2020
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

Synopsis:

Mulan se sent à l’étroit dans son petit village de Chine. Les traditions locales sont à mille lieues de ses rêves d’aventures et de grands espaces. après que son entrevue avec la marieuse a tourné au fiasco, la jeune femme craint de ne jamais pouvoir faire honneur à sa famille.
Mais lorsque l’empereur décrète que chaque famille doit envoyer un garçon pour lutter contre des hordes d’envahisseurs, elle décide de se déguiser en homme et de partir se battre à la place de son père.
Mulan saura-t-elle devenir l’héroïne que toute la Chine attend ?

 

Mon avis:

Mulan est une jeune chinoise qui vit avec sa sœur et ses parents. Comme toutes les jeunes filles de son age, son avenir est déjà tout planifié. Elle va devoir se marier à un homme choisit par une dame marieuse, rester à leur maison pour s’occuper de son mari, de leurs enfants et faire les tâches ménagères. Soit, un avenir tout de règles sans aucune liberté. Mulan pense différemment. Alors lorsque l’Empereur est en danger à cause d’une attaque des ruanruan, il réquisitionne le peuple. Chaque famille doit envoyer un homme pour se battre. Et c’est Mulan déguisée en homme qui y va. Impuissante, sa famille se voit obliger de laisser faire. Un chemin semé d’embûche attend la jeune fille, et bien des surprises.

Quel bonheur quand j’ai appris que Disney aller adapter Mulan en film, tout comme Aladdin ou la Belle et la Bête. Je suis le projet depuis un moment, vu que Mulan est mon Disney préféré. Alors forcément voir la date de sortie du film être constamment reculée, ce n’est pas facile. Mais bon, en attendant le roman du film permet de nous offrir un premier aperçu. Et comme dans le dessin animé, on retrouve bien une Mulan féministe, rebelle, indépendante, courageuse, attachante et intelligente. Je l’ai toujours vu comme un modèle, cette adaptation en fait un bel éloge. Bien entendu comme beaucoup, on peut le constater dans les bandes d’annonces, l’absence de Mushu m’attriste. Il est remplacé dans l’histoire par un phénix, et il y a aussi quelques changements par rapport au dessin animé qu’on connait. On aura le droit à une version un peu différente de l’histoire. En tout cas, je pense que l’on aura un très beau film. On retrouve forcément des thèmes importants, comme la place de la femme dans une société où la tradition est fortement encrée, la Chine traditionnelle, mais j’ai l’impression que le féminisme sera d’autant plus important dans cette adaptation. En plus du personnage indépendant de Mulan, il y a aussi une sorcière dont son importance n’est pas à négliger. Aladdin nous avait déjà offert un changement dans ce sens, avec une nouvelle chanson lourde de sens, ici ça s’annonce encore plus fort.

Hé bien maintenant j’ai envie de dire, plus qu’à attendre le 19 août !

note 3,5 étoiles

 

Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Les Chroniques Extraordinaires d’Amédée Pan, tome 1 : Un vent de fronde de Virginie Singeot-Fabre

Les Chroniques extraordinaires d’Amédée Pan, tome 1 : Un vent de fronde de Virgine Singeot-Fabre

Éditeur : Faute de frappe
Pages : 153 pages
Parution : 20 Janvier 2020
Tome : 01/??
Format: Broché
Genre: Fantastique, Jeunesse
Lien Achat

 

L’histoire:

Prenez un garçon timide et rêveur. Faites-le voyager grâce à une faille spatio-temporelle incroyable, propice à de folles et périlleuses aventures…
Telle est l’histoire d’Amédée Pan.
Plongé au cœur de la Fronde, en 1652, il devra rivaliser d’ingéniosité et de courage pour aider Elise, une jeune révolutionnaire dont les parents ont été enlevés.
Amédée Pan, un ingénieux mélange d’action, Histoire et fantastique !

 

Mon avis:

Avec ce roman, nous faisons la connaissance d’un jeune garçon nommé Amédée Paniewkoczki, alias Amédée Pan. Lors d’un voyage scolaire au Panthéon à notre époque, un de ses camarades le pousse sur la pendule de Foucault. Amédée se trouve propulsé dans un autre temps, une autre époque. Il se réveille alors qu’une jeune fille est à côté de lui, et l’aventure commence en direct du XVIIème siècle.

Amédée est un jeune garçon solitaire, souvent dans la lune, et qui a peu confiance en lui. Très vite on s’attache à son personnage, qui arrive à garder son sang froid face à l’aventure extraordinaire qui lui arrive. Il se retrouve quand-même en 1652, à poser des tracts contre le fameux Mazarin en plein Paris, qui peine à reconnaître. Comme quoi les cours d’Histoire sont importants pour assembler toutes les pièces du puzzle qui s’offre à lui ! En compagnie de son amie Elise, on se s’ennuie pas une seule seconde et on se laisse porter dans l’aventure qui les attend. L’écriture est simple, et éveille notre imaginaire. J’ai particulièrement apprécié le petit mot d’entrée et de fin, comme un journal intime. Je trouve que cela apporte un petit plus au roman.

En bref, je dirais avoir passé un bon moment de lecture et d’évasion avec ce roman. Mais autant dire que ce roman est plus historique, que fantastique. Il n’y a que cette notion de voyage dans le temps, qu’on a au début ou à la fin, qui apporte cette touche. D’ailleurs, comme ce roman s’adresse avant tout à un public jeunesse, il est vrai que j’aurai bien apprécié une partie « Pour aller plus loin » à la fin du roman, avec des repères historiques. Cela peut être une idée, surtout que les enfants aiment généralement la période du Roi Soleil, qui est passionnant. En tout cas, c’était mon cas !

Merci aux éditions Faute de frappe pour ce super ouvrage.

3,5 étoiles

Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Martin et la divine chipie de François Vincent

Martin et la divine chipie de François Vincent

Éditeur : Didier Jeunesse
Pages : 96 pages
Parution : 5 Février 2020
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Jeunesse
Lien Amazon

 

L’histoire:

Le jeune Martin quitte son petit village pour se rendre à la capitale, bien décidé à y faire fortune. L’aventure l’attend au premier croisement : Après avoir porté secours à une jeune meunière, celle-ci lui offre 3 objets magiques. Une bourse qui lui apporte une richesse inépuisable, une trompette qui lui promet la protection d’un chevalier et une ceinture qui l’emmène où il veut. Quel bonheur, Martin n’est même pas arrivé en ville qu’il a déjà tout ce qu’il souhaite !
C’est sans compter sur la convoitise d’une Divine Demoiselle qui sait repérer un naïf quand elle en voit un…

 

Mon avis:

Le jeune Martin quitte son petit village de Gondenans-les-Moulins pour se rendre à Paris, il espère y faire fortune. Quelque peu naïf, notre jeune héros va vivre de grandes aventures. Et la chance semble lui sourire, dans un premier temps. Au premier croisement, il aide une jeune meunière qui lui offre 3 objets magiques. Rien que ça ! Une bourse qui lui apporte une richesse inépuisable, une trompette qui lui promet la protection d’un chevalier, et une ceinture qui l’emmène où il souhaite. Mais rien ne se passe comme prévu, avec l’arrivée d’une Divine Demoiselle…

Martin et la Divine Chipie est un conte pour enfant très agréable à lire et humoristique. Le début de l’intrigue est simple, un jeune garçon qui quitte sa famille pour gagner de l’argent. Mais Martin est bien jeune, mais autant dire aussi débrouillard. De nombreuses épreuves l’attendent les plus surprenantes les unes que les autres. On ne s’ennuie pas une seule seconde avec notre petit héros. J’ai grandement aimé les bouleversements de situation. Tout n’est pas tout rose dans la vie, et il faut toujours garder espoir et prendre son courage à deux mains ! Comme dans de nombreux contes, on y retrouve tous les éléments: un peu de magie, un héros et un méchant, une morale et une belle fin (même si ce n’est pas toujours le cas pour ce dernier point).

J’ai aussi beaucoup aimé la plume de l’auteur remplie de joie, qui sait nous faire sourire, ou grincer des dents quand on voit le danger arriver pour Martin. Les illustrations que l’on peut voir dans le récit, sont aussi très bien réalisées, comme la couverture qui nous donne un petit aperçu de l’intrigue. Regardez bien Divine Chipie sur l’illustration ! On sait d’avance qu’on va s’amuser, et c’est réussit.

Un joli conte rythmé qui a su me charmer, à lire pour les petits comme pour les grands ! Merci aux éditions Didier Jeunesse pour cet envoi.

 

4,5 étoiles

 

 » C’est moi le p’tit Martin de Gondenans-les-Moulins
Je m’en vais à Paris pour mener la belle vie
La fortune sourit aux garçons dégourdis
et dégourdi je le suis, ma mère me l’a toujours dit ! « 

Jeunesse, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Harry Potter, illustrée, tome 4 : Harry Potter et la coupe de feu de J. K. Rowling et Jim Kay

Harry Potter, illustrée, tome 4 : Harry Potter et la coupe de feu de J. K. Rowling et Jim Kay

Éditeur : Gallimard
Pages : 464 pages
Parution : 24 Octobre 2019
Tome : 04/07
Format: Broché
Genre: Jeunesse, Fantasy

Lien Amazon

 

L’histoire:

Harry Potter a quatorze ans et entre en quatrième année au collège de Poudlard. Une grande nouvelle attend Harry, Ron et Hermione à leur arrivée : la tenue d’un tournoi de magie exceptionnel entre les plus célèbres écoles de sorcellerie. Déjà les délégations étrangères font leur entrée. Harry se réjouit… Trop vite. Il va se trouver plongé au coeur des événements les plus dramatiques qu’il ait jamais eu à affronter. Dans ce quatrième tome bouleversant, drôle, fascinant, qui révèle la richesse des enjeux en cours, Harry Potter doit faire face et relever d’immenses défis.

 

Mon avis:

Quelque plaisir de pouvoir retrouver la saga Harry Potter, avec cette sublime version illustrée. C’est l’occasion pour moi de refaire une relecture à chaque fois. Et autant dire qu’avec ce tome, il y avait plein de passages que j’avais oublié. Après c’est normal, les livres contiennent de plus en plus de chapitres, et si je me souviens que de ce qui est montré dans les films, forcément il manque plein d’information, sinon chacun des films durerait 6h, et encore !

Ce quatrième opus est vu comme un tournant dans la vie d’Harry Potter. Ce tome est beaucoup plus sombre que les précédents. Le retour de Voldemort oblige, il compte bien rattraper ce qu’il a échoué 14 ans plutôt… Harry n’est pas pour autant seul, d’autant plus qu’il a récupéré autour de lui les chers amis de son père, en les personnes de Remus Lupin, et Sirius Black (un de mes personnages préférés avec notre trio!) Et cette année, ce n’est pas une rentrée classique qu’attendent nos sorciers en herbe, place au Tournoi des Trois Sorciers.

L’ambiance est ainsi plus différente que les autres tomes, elle est plus mature, le trio grandit. Les sentiments de ces jeunes adolescents naissent et se voient bousculer. On est moins dans un univers enfantin, nos héros grandissent, et on le voit notamment avec les rêves d’Harry, ou encore des discours plus enclins avec la société et la politique. Hermione devient par exemple, une fervente militante pour libération des Elfes de maison, j’avoue que j’avais un peu oublié ce passage, honte à moi ! Le ministère s’incruste de plus en plus dans les affaires de l’école, et il y a de plus en plus de tensions. A côté de ça on rencontre de nouveaux personnages, et on affine nos relations avec certain. Qu’est-ce que je peux adorer Dobby, il m’a toujours fait sourire et rigolé. On en sait un peu plus sur la famille Weasley, notamment avec la rencontre de Bill, ou avec les nouveaux projets de Fred et George !

De côté des illustrations, j’admire toujours autant le travail de Jim Kay qui arrive à recréer son propre univers. Elles sont comme toujours superbes, et font vraiment honneur aux écrits de J.K. Rowling. Il est vrai que j’aurai voulu encore plus d’illustrations, ce sont souvent les chapitres clés qui en possèdent. Mais bon, il est quand même richement illustré, et magnifique. Comme toujours, je vais dire que j’ai hâte d’avoir le suivant pour une nouvelle relecture, mais comment toujours il va falloir patienter ! Mais vu la qualité du travail, la patience est récompensée !

4,5 étoiles

25431

Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Les mondes inversés, tome 1 : Homer Pym et le garçon du film de Cendrine Wolf et Anne Plichota

couv40986255

Éditeur : Hachette
Pages : 320 pages
Parution : 15 Janvier 2020
Tome : 01/??
Format: Broché
Genre: Jeunesse, Fantastique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Voilà cinq ans que le père d’Homer Pym a disparu, en plein tournage d’un film sur les voyages mythiques d’Ulysse. Même la police a renoncé à le chercher.

Le jour de ses douze ans, Homer reçoit en cadeau Bibi Two, une gerbille très spéciale qui le conduit dans un monde parallèle, peuplé d’êtres extraordinaires. Le garçon découvre alors l’impensable : son père est prisonnier du monde qu’il a créé !

Homer et ses meilleurs amis, Lylou et Sacha, vont devoir faire preuve de ruse et de courage pour libérer M. Pym. D’autant qu’il n’est pas le seul à être bloqué dans le mauvais monde…

 

Mon avis:

Avec ce livre écrit à 4 mains, on rencontre un jeune collégien de 12 ans, Homer, dont le père a disparu il y a 5 ans, en plein tournage d’un film sur les voyages mythiques d’Ulysse. Le jour de son anniversaire, il reçoit en cadeau Bibi Two, une gerbille pour le moins originale. Homer voit alors son quotidien chamboulé, avec la révélation d’un monde parallèle, peuplé d’êtres extraordinaires. Le jeune garçon découvre que son père y est prisonnier, et qu’il n’est pas le seul ! Aidé de ses meilleurs amis, Lylou et Sacha, une grande aventure les attend.

Il est vrai qu’avec cette intrigue, j’ai tout de suite pensé à Percy Jackson. Très vite, on se retrouve plongé dans cet univers fantastique, inspiré de la mythologie grecque. Des personnages et des lieux importants y sont repris, ainsi que des légendes. Ce petit trio d’adolescents est très attachant. Assez différents, ils ont tous leur rôle à jouer dans cette entreprise, qui se révèle palpitante. Retrouver le père d’Homer et le sauver, ne sera pas si facile. Mais il ne faut pas oublier cette gerbille qui parle, et qui est pour le moins très philosophe. Celle-ci s’exprime en vers ! Elle m’aura bien fait rigoler. A noter que pour ce premier tome, l’action se passe principalement dans notre monde. Je suis d’autant plus curieuse de découvrir le prochain, afin de savoir ce que les auteures nous ont réservées, et surtout d’entrer vraiment de ce monde parallèle.

Merci aux éditions Hachette pour cette lecture !

 

3,5 étoiles

Jeunesse, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Harry Potter, illustrée, tome 3 : Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban de J. K. Rowling et Jim Kay

couv68311313

Éditeur : Gallimard
Pages : 332 pages
Parution : 12 Octobre 2017
Tome : 03/07
Format: Broché
Genre: Jeunesse, Fantasy

Lien Amazon

 

L’histoire:

Sirius Black, le dangereux criminel, qui s’est échappé de la forteresse d’Azkaban, recherche Harry Potter. C’est donc sous bonne garde que l’apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme : des cours de divination, la fabrication d’une potion de ratatinage, le dressage des hippogriffes… Mais Harry est-il vraiment à l’abri du danger qui le menace ? Le troisième tome des aventures de Harry Potter vous emportera dans un tourbillon de surprises et d’émotions. Frissons et humour garantis !

 

Mon avis:

Quel plaisir de pouvoir relire les aventures de Harry Potter, le tout illustré par Jim Kay, qui nous offre une nouvelle fois de très belles illustrations.

Ce livre album est tout aussi précieux que les autres. Pour avoir vu un certain nombre de fois les films de la saga Harry Potter, je trouve toujours ça épatant que l’illustrateur a réussi à créer son propre monde, avec des images autant ancrées. Les chapitres se succèdent, sans réelle surprise concernant l’histoire, même si à chaque fois, je découvre que j’ai oublié quelques détails. La surprise vient du coup des illustrations qu’on peut admirer, et qui mettent en scène un personnage, une situation, ou un environnement.

Concernant l’intrigue, avec ce tome on va rencontrer de nouveaux personnages importants, dont des amis du père de Harry. On est aussi dans une ambiance beaucoup plus sombre, où Harry est en danger, on le recherche. Mais il est bien sûr sous bonne protection. En plus, des nouveaux personnages, on découvre aussi de nouvelles créatures fantastiques. Mais c’est surtout l’entrée de Sirius Black, qui me fait aimer ce tome. C’est mon personnage préféré, après notre célèbre trio.

Mais il est vrai que je vais rejoindre la critique. Comparé aux tomes précédents, il y a quand même moins d’illustrations. Je suis donc d’autant plus heureuse qu’on lui laisse plus de temps pour réaliser chaque tome. On passe de 1 an à 2 ans. Il nous faudra aussi patienter plus, mais notre patience en sera récompensée avec de magnifiques illustrations que Jim Kay sait si bien faire.

4 étoiles