Jeunesse, Littérature française (France), Livres

La cascadeuse des nuages de Sandrine Beau

Éditeur : Alice Jeunesse
Pages : 151 pages
Parution : 26 Septembre 2016
Genre: Jeunesse, Historique

.

L’histoire:

Elise Deroche est la première femme à obtenir son brevet de pilote d’avion en France et à concourir avec les hommes. A l’aube du 20e siècle, les femmes demeurent toute leur vie sous la tutelle de leur père ou de leur époux. Mais, fougueuse et frondeuse, Elise est avant tout une femme libre !

 

Mon avis:

Elise est une jeune femme en quête de liberté et qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense, au grand dam de ses parents. Alors, quand l’âge de sa majorité arrive, elle annonce qu’elle sera comédienne, qu’elle va vivre à Paris et étudiera aux Beaux Arts. Elle a tout planifié pour avoir enfin son indépendance et prendre ainsi sa vie en main. Sa rencontre avec son voisin Charles, ne la laisse pas indifférente. Au fil des échanges, il finit par lui montrer son avion: un biplan Voisin. Elise devient alors “la cascadeuse des nuages” et cela ne sera pas au goût de tout le monde…

Vive et impulsive, Elise croit au changement de la place des femmes dans la société. En 1910, les mouvements féministes gagnent de plus en plus en importance. Elle compte ajouter sa pierre à l’édifice en devenant la première femme à obtenir son brevet de pilote. Son compagnon Charles la guide du mieux qu’il peut, en lui inculquant des cours de pilotages. Dino, le mécanicien est ébahit devant les accomplissements de la jeune femme. Et son petit frère Anatole est bien sûr son premier supporter. Mais ces derniers vont devoir s’épauler pour soutenir Elise, qui est victime de médisances et de complots. Elise attire toutefois les curieux qui l’admirent et l’encourage.

Librement inspiré de l’histoire d’Elisa Deroche, j’ai apprécié découvrir cette femme. La construction de la narration est originale. A deux voix, on découvrir d’abord l’histoire grâce à Anatole, puis sous forme de carnet intime avec les mots d’Elise. Cela peut être déroutant au début, d’autant plus que certains évènements peuvent être racontés deux fois. J’ai trouvé le procédé original, mais il ne dynamisait pas l’intrigue parfois lente.

Aussi, j’aurais bien aimé trouver en fin d’ouvrage une biographie et quelques illustrations du biplan. Le livre parle d’un certain nombre de faits qui ont existé. Cela aurait été bien d’avoir toutes ces dates clés.

En bref, une bonne lecture qui nous permet d’en apprendre plus sur Elisa Deroche et sur la vie des femmes au début du XXème siècle

 

Qui était Elisa Deroche, la première femme au monde à avoir obtenu son brevet de pilote-aviatrice ?

Connue sous le pseudonyme de baronne Raymonde de Laroche, Elisa Deroche est une actrice et aviatrice française née en 1882 à Paris.

Le 8 mars 1910, elle entre dans l’Histoire, en obtenant le brevet de pilote N°36 de la part de l’Aéro-Club de France. Charles Voisin, l’un des deux fondateurs du constructeur éponyme, est son professeur et ami intime.

Aviatrice de tous les temps, elle participe à beaucoup de meetings en France qu’à l’étranger. A Saint-Pétersbourg, elle obtient même les félicitations du tsar Nicolas II.

Au fil de sa carrière, elle obtient de nombreux prix et bât des records. 

Jeunesse, Littérature canadienne (Canada), Livres

Hôtel Heartwood, tome 3 : Ensemble, c’est mieux de Kallie George et Stephanie Graegin

Éditeur : Casterman
Pages : 192 pages

Parution : 15 Mai 2019
Tome : 03/04
Genre: Jeunesse

.

L’histoire:

Hip hip hip, c’est le printemps !
À Heartwood, prenez du bon temps !

L’heure est à la fête à l’Hôtel Heartwood ! Quoi de plus excitant qu’un festival de printemps pour attirer de nouveaux clients ? Le concours de l’œuf le plus mignon déchaîne les passions parmi les animaux. Henry, le jeune écureuil facétieux et turbulent, fait des siennes aussi ! Seule Mona semble soucieuse. La rumeur court qu’un hôtel dernier cri va ouvrir dans la forêt. Et si cette saison était la dernière pour son cher Heartwood ?

 

Mon avis:

Le printemps est en place. A l’hôtel Heartwood, tout le monde s’active pour accueillir de nouveaux clients. Monsieur Heartwood étant si fatigué, tous ses employés ont réussi à le convaincre de prendre des vacances. Le bal du printemps se fera sans lui. Un nouvel évènement que la souris Mona va découvrir et qui va lui réserver quelques surprises…

 

Notre amie Mona, toujours aussi enthousiaste, va découvrir qu’un nouvel hôtel est en cours de construction au sein de la forêt des Fougères. Quel raz-de-marais crée cette nouvelle. Gilles, le lézard, souhaite en mettre plein la vue en créant non pas un bal, mais un festival avec divers concours. Cela cause bien du travail à Mona, qui doit aussi supporter le petit-frère de Tilly. Il faut dire qu’Henry est bien remuant et pas très discrets. Sa meilleure amie n’est plus très présente pour elle et cela amène des soucis.

 

C’est toujours avec grand plaisir que je me plonge dans un nouveau tome de cette saga saisonnière. Cette fois, une ambiance bien mouvementée règne au sein de l’hôtel Heartwood. Notre héroïne Mona est inquiète au vu de la situation générale. Avec Henry et Tilly, elle devient envieuse et agacée. On la connait tellement plus rayonnante. Pour autant, elle ne va pas perdre son courage et sa force légendaire pour faire face aux évènements.

 

Avec ce troisième tome, l’auteure nous réserve de nombreux rebondissements. L’intrigue est si bien ficelée, qu’on ne s’y attend pas. Comme toujours, de beaux messages sont passés : « Tout seul on va plus vite, ensemble, on va plus loin. »

 

En bref, une aventure toujours aussi passionnante à lire et pleine de joie de vivre. Et comme le dit Mona, encore une histoire “récoeurjouissant” !

 

Album, Jeunesse, Littérature allemande (Allemagne), Livres

Einstein : Le fantastique voyage d’une souris dans l’espace-temps de Torben Kuhlmann

Éditeur : NordSud
Pages : 128 pages
Parution : 22 Octobre 2021
Genre: Jeunesse

.

L’histoire:

Et si une petite souris aventureuse et obstinée avait rencontré Albert Einstein…
Est-ce que cela expliquerait comment Einstein a révolutionné la physique et notre représentation de l’espace et du temps ?

“L’imagination est plus importante que le savoir, car le savoir est limité “. Albert Einstein

.

Mon avis:

Impatiente de se retrouver à Berne pour la grande fête mondiale du fromage, la petite souris décompte chaque jour de son calendrier et ne quitte pas son horloge. Le grand départ arrive, mais c’est la déconvenue. Les lieux sont vides… Comment est-ce possible ? Hélas, elle est arrivée avec un jour de retard. Pour elle, il n’y a qu’une solution “remonter le cours du temps” Remplie d’espoir et persévérante, l’aventure va être riche en surprises et en rencontres… jusqu’à un certain physicien qui a obtenu un prix nobel !

Qui réfléchit trop au temps doit remettre les pendules à l’heure. Dicton d’une petite souris.

Notre petite scientifique est prête à tout pour rattraper ses 24 heures de retard pour du fromage. Ingénieuse, elle va utiliser des tactiques qui ne seront pas toujours fructueuses. Un horloger va lui expliquer une brève histoire du temps et elle ira aussi à le fameux office des brevets de Berne.

Tout en douceur et en émerveillement, on découvre l’univers et le travail d’Albert Einstein. On va même jusqu’à le rencontrer en 1905 ! Très vite, on rentre dans l’atmosphère et on ne peut plus le quitter. Tout comme notre héroïne si émouvante, on a envie nous aussi d’un bon plateau de fromage !

Et que dire des illustrations tout simplement sublimes. On observe de superbes lieux à l’échelle d’une souris. Ils sont forcément encore plus grandioses. Il faut dire aussi que l’auteur et illustrateur nous gâte. On a le droit souvent à des doubles pages en immersion totale. 

Torben Kuhlmann a un grand talent pour cette histoire qui nous offre une vulgarisation scientifique des travaux d’Einstein sur théorie de la relativité. D’ailleurs à la fin de l’album, une biographie et des explications de ses travaux nous donnent accès à encore plus d’information. Cela me donne doublement envie de lire les autres albums dans le même style écrits sur Lindbergh, Armstrong et Edison.

En bref, une superbe découverte avec une aventurière qui cherche à voyager dans le temps.

Album, Classique, Jeunesse, Littérature ecossaise (Ecosse), Livres

Le vent dans les saules de Kenneth Grahame et Thibault Prugne

Éditeur : Albin Michel Jeunesse
Pages : 144 pages
Parution : 3 Novembre 2021
Genre: Jeunesse, Classique

.

L’histoire:

Imaginez une taupe, un rat, un crapaud et un blaireau, dans la campagne anglaise, au début du siècle dernier. Entre pique-niques et canotage, ce quatuor drôlement assorti nous tend le miroir d’une amitié parfaite. Mais quand le plus batracien d’entre eux se met à dérailler, c’est le groupe entier qui se retrouve embarqué…

Thibault Prugne, de son dessin qui en restitue le calme pastoral comme le souffle épique, nous donne à redécouvrir ce chef-d’œuvre de la littérature britannique.

Texte abrégé et remanié

.

Mon avis:

Le printemps est la saison du grand nettoyage. Taupe s’y attèle, tout en étant quelque peu distrait par la nature qui se réveille. Gambadant vers l’aventure, il croise sur son chemin un rat d’eau, avec qui il traverse la rivière. Une loutre se joint à l’escapade, ainsi qu’un vieux blaireau et un crapaud. Une nouvelle bande d’amis qui va vivre une histoire rocambolesque !

Sur les bords de la Tamise, qui est loin d’être un long fleuve tranquille, nos héros atypiques et aux caractères bien différents évoluent ensemble en compagnie d’autres villageois. Taupe est le naïf de la troupe, Rat l’optimiste et bon vivant, Loutre le père de famille, Blaireau est un peu bourru, et Crapaud est l’orgueilleux et le riche baron Tétard. Et c’est bien sûr ce dernier qui va mettre en danger ses amis, et créer un certain nombre de péripéties des plus folles aux plus imprudentes. Une histoire qui prône l’amitié et l’importante d’avoir des amis sur qui l’on peut compter.

Au fil de cette lecture, les personnages se révèlent attachants, sincères et parfois grotesques ! Des thématiques les plus simples sont abordées en plus de l’amitié. On y retrouve des parcours de vie, du bonheur, de la convivialité et les richesses de la nature. A noter, que les animaux agissent comme les humains et qu’ils se côtoient d’égal à égal. Cela m’a quelque peu déroutée au début. Autre point, l’histoire est essentiellement masculine.

Concernant les illustrations, autant dire que j’en ai pris plein les yeux ! J’ai grandement apprécié le travail précis et émotionnel réalisé, que ce soit pour les grandes illustrations en couleurs ou les petites aux crayons. Comme pour les autres tomes de cette collection, nous avons le droit à une présentation de l’illustrateur et à un descriptif d’une illustration étape par étape.

En bref, un super album au charme anglo-saxon qui nous offre une bouffée d’air frais !

Jeunesse, Littérature américaine (Etats-Unis), Livres

L’Éléphant du magicien de Kate Di Camillo et Yoko Tanaka

Éditeur : Tourbillon
Pages : 251 pages
Parution : 11 Février 2010
Genre: Jeunesse

 

L’histoire:

Comment croire à l’incroyable et permettre à l’extraordinaire de se produire?
Quand une diseuse de bonne aventure installe sa tente sur la place du marché de la ville de Baltese, le jeune orphelin Peter Augustus Duchêne sait ce qu’il veut lui demander : “Ma soeur vit-elle encore ? Et si oui, comment puis-je la retrouver ?”
L’énigmatique réponse de la voyante (“l’éléphant. L’éléphant te conduira jusqu’à elle”) déclenche une série d’évènements tellement remarquables, tellement improbables que Peter se demande s’il n’est pas en train de rêver. Pourtant tout est réel… absolument tout.

 

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de Peter, qui a promis à la mort de sa mère de prendre soin de sa petite sœur Adèle, tout juste née. Mais la guerre va les séparer. Depuis, il ne cesse de se demander si elle est réellement morte à la naissance, comme on lui dit, ou si elle est toujours en vie…

Onirique, poétique et des fois mélancolique, l’auteure nous offre une très belle histoire d’amour qu’un frère peut avoir envers sa sœur. L’ambiance créée nous fait presque rêver et on s’imagine avec facilité les aventures que vit Peter. Retrouver un éléphant pour qu’un miracle se produise… La mission paraît bien improbable, et pourtant… Finalement, c’est même bien plus que va trouver notre héros.

Même si je note quelques longueurs, j’aime beaucoup la plume de Kate Di Camillo. Pleine de tendresse et humoristique, on passe un bon moment de lecture. Je compte bien découvrir d’autres de ses romans.

Pour accompagner notre lecture, de sublimes illustrations en noir et blanc réalisées par Yoko Tanaka nous émerveillent. On retrouve bien la magie du texte. La précision des traits et tous ces détails m’ont donné envie de m’arrêter plusieurs secondes avant de tourner les pages !

Il est vrai que cette histoire colle très bien à l’adaptation signée Netflix. Juste pour info, il y a plus de personnages dans le roman.

Album, Classique, Jeunesse, Littérature danoise (Danemark), Livres

Poucette de Hans-Christian Andersen et Marco Mazzoni

Éditeur : Albin Michel Jeunesse
Pages : 64 pages
Parution : 7 Novembre 2018
Genre: Jeunesse, Classique

.

L’histoire:

Pas plus haute qu’un pouce, Poucette est une petite fille née dans une tulipe. Elle va de mésaventure en mésaventure, jusqu’au jour où elle rencontre une hirondelle malade et la soigne. Reconnaissante, celle-ci lui propose de l’emmener aux pays chauds…
Bien que Poucette soit petite, seule et sans défense, elle a bon cœur. C’est son aptitude à la compassion qui va lui ouvrir les portes du bonheur…

.

Mon avis:

Née d’un grain d’orge donné par une sorcière à une femme désirant un petit enfant, Poucette voit le jour dans une belle fleur aux couleurs rouges, jaunes et vertes. Charmante et bienveillante, de multiples aventures contre son grès vont lui arriver, et elles seront parfois merveilleuses.

Ce conte très poétique signé Hans-Christian Andersen nous offre une belle histoire qui est loin d’être tranquille pour notre héroïne. Kidnappées à de nombreuses reprises, elle fera tout de même de belles rencontres. Entre le crapaud, les petits poissons, le papillon blanc, le hanneton, la souris, l’hirondelle, la taupe… tout un monde s’ouvre à elle. Au fil de son parcours, de jeune fille on la voit devenir une femme.

L’histoire m’a certes fait passer un bon moment, mais les illustrations encore plus. Dès que je tournais les pages, autant dire que mes yeux étaient plus attirés par le travail graphique que le texte ! Dessinée aux crayons de couleur, Poucette prend vie grâce à Marco Mazzoni. Je ne connaissais pas cet artiste. Son talent m’a émerveillé. J’aime le fait que l’on sent la métamorphose du personnage dans les traits de crayon et les représentations. Magnifique !