Jake Gryphon, tome 1 : Le dernier héritier de E.G. Foley

couv14465453

Éditeur : Hachette
Collection : Aventure
Pages : 300 pages
Parution : 18 Avril 2018
Tome : 01/??
Format: Broché
Genre: Jeunesse, Fantastique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Jake est un orphelin comme les autres. Son quotidien : vol de tourtes, cache-cache avec la police, et courses-poursuites à travers les rues de Londres. Mais depuis ses douze ans, il se passe des choses bizarres. Voire… totalement étranges. Il est capable de déplacer des objets par la pensée (pratique !). Ou bien de parler avec des fantômes (étonnant !). Sans compter ce lord qui prétend être son oncle et veut le faire disparaître. Et voilà Jake catapulté dans un monde plein de magie, peuplé de créatures de légende, où le danger rôde partout. Heureusement, le jeune pickpocket va découvrir qu’il peut compter sur ses amis !

 

Mon avis:

Merci aux éditions Hachette et à NetGalley pour cette lecture qui se révèle être un coup de cœur.

Jake est un jeune orphelin de 12 ans qui traîne dans les bas fonds de Londres, à l’époque victorienne. Il a une réputation de voleur, ce qu’il lui a valu quelques ennuis avec la justice. Heureusement sa meilleure amie irlandaise, Dani, et là pour lui remonter les bretelles quand il faut. Mais Jack n’est pas un enfant comme les autres, il voit des fantômes et parle avec eux, et il arrive même à faire bouger des objets par la pensée. Ce qu’il lui vaux de beaux mal de cranes quand il utilise trop souvent ses pouvoirs. Alors qu’il mène son train train quotidien, sa vie va d’un seul coup basculer vers une course poursuite, où de nombreux secrets lui seront dévoilés ainsi qu’un monde magique, dont il ne soupçonnait pas l’existence.

Jack est un enfant bien débrouillard et il a une sacrée repartie. J’ai bien aimé le passage où il dit qu’il n’a pas volé la tourte, mais que c’était elle qui était venue à lui ! De bons moments de fous rires garantie avec ce petit numéro. Avec lui et Dani, on découvre un monde magique peuplé de créatures fantastiques en plein cœur de Londres. On s’attache très vite à ce petit aventurier, et comme lui, on veut découvrir le mystère de sa naissance et de ses dons magiques. D’autres personnages s’intègrent vite au récit, et viennent l’enrichir. Comme Derek, qui sera un vrai piller pour Jack. Grâce à lui il découvrira qui il est réellement, mais aussi apprendra à maîtriser ses pouvoirs.

Ce premier tome me rappelle un peu Harry Potter avec un univers différent. La touche historique avec la reine Victoria a achevée de me convaincre. J’ai hâte de lire les autres tomes de cette saga qui s’annonce prometteuse. Il y a déjà 6 tomes de sorties, et le tome 2 sort le 11 juillet, j’ai vraiment hâte de continuer à suivre ses aventures. Ce qui m’a aussi surprise, c’est que ce tome n’a pas un auteur, mais deux. Il s’agit d’un couple qui l’écrit ensemble, Eric et Gaelen. Et autant dire que ce livre est très bien écrit. Une fois commencée, on ne peut plus le lâcher. Si vous ne le connaissez pas, allez-y foncez. C’est une pépite qui mérite d’être mise en valeur.

5 étoiles

Qui décide, tous les soirs, d’allumer les étoiles ? de Carine Bausière

couv38444457

Éditeur : Ravet-Anceau
Pages : 200 pages
Parution : 22 Août 2016
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Jeunesse, Témoignage

Lien Amazon

 

L’histoire:

Moi, c’est Camille. Je ne peux pas dire que je nage dans le bonheur. Mon père n’y comprend rien aux trucs de filles, mon petit frère Babar me colle constamment et je n’ai toujours pas de chéri. Mais surtout, surtout, je n’ai plus de maman. Elle est morte brutalement et nous a tous laissés complètement déboussolés. Heureusement, je peux compter sur Benjamin pour me remonter le moral avec ses blagues presque drôles. Benjamin, c’est mon meilleur ami. Ce serait aussi mon amoureux idéal s’il ne préférait pas les garçons.
J’ai un grand rêve : quitter Roubaix pour découvrir New York, ses buildings et son effervescence permanente. Mais avant de le réaliser, je dois régler mes problèmes. Ça, ce n’est pas une mince affaire !

 

Mon avis:

Avec ce roman, on fait connaissance avec Camille, une jeune adolescente qui nous livre  son quotidien bien difficile depuis le décès soudain de sa maman. Heureusement que son meilleur ami est là, puisque ce n’est pas son père, ni son petit frère qui vont l’aider.

Le contexte du roman est certes bien triste, mais c’est avec une note d’optimisme qu’a décidé d’utiliser l’auteur, pour nous raconter son histoire. On découvre le combat de Camille pour sortir la tête de l’eau, et on est forcément touchée dans sa lutte. On penserait presque au récit d’une histoire vraie, avec quelques notes humoristes qui se mêlent à l’histoire. L’auteur nous livre un beau moment de vie qui ne peut pas nous laisser indifférent. En plus du deuil, des thèmes importants y sont dépeint comme la monoparentalité, l’homosexualité, l’adoption…

J’ai souri quand j’ai vu que l’intrigue se passait à Roubaix. Habitant à Lille, donc juste à côté, il est rare de voir Roubaix mis en lumière dans un roman !

 

3 étoiles

Un raccourci dans le temps, tome 1 de Madeleine L’Engle

couv47177780

Éditeur : Hachette
Collection: Hors-séries
Pages : 300 pages
Parution : 25 Octobre 2017
Tome : 01/05
Format: Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

L’histoire:

Meg Murry ne dort pas cette nuit. Dehors, la tempête fait rage et son père est parti depuis si longtemps… Charles Wallace, son petit frère, est dans la cuisine. Il attend Meg. Il sait qu’elle va descendre. Et qu’une fabuleuse vieille dame, Mrs. Quiproquo, va frapper à la porte et les emmener à la recherche de leur père, dans la cinquième dimension.

 

Bande d’annonce du film:

 

Mon avis:

Merci à NetGalley et aux éditions Hachette pour cette lecture. Avec la sortie prochaine du film, j’avais justement envie de lire le roman avant.

Meg est une jeune fille qui vit avec ses frères et sa mère, chercheuse en laboratoire. Leur père est parti du jour au lendemain, sans donner de nouvelles. La famille pense que c’est pour ses recherches, lui même étant un chercheur. Parmi ses frères, il y a le petit Charles, qui est déjà très intelligent pour son âge. Tous les deux possèdent des dons particuliers. Une nuit, il fait une découverte et de drôles rencontres. Il compte bien en parler à Meg, il a peut-être une idée de où se trouve leur père. Que l’aventure commence !

Après un début un peu long, d’un seul coup le rythme change. C’est d’ailleurs un peu perturbant. Les enfants partent sans rien dire avec une seule idée en tête: retrouver leur père. On entre dans un monde totalement fantastique, qui me rappelle les images du trailer. En compagnie des trois fées, Mrs. Qui, Mrs. Quidam et Mrs. Quiproquo ils vont se faire un nouvel ami, Calvin O’Keefe, qui rejoint leur aventure. Ils vont ainsi découvrir un nouvel univers, avec de nouvelles planètes peuplées de créatures des fois bienveillantes, des fois non.

Même si l’intrigue et l’univers sont intéressants, je me suis parfois ennuyée avec cette lecture. Les personnages sont plaisants, mais je n’ai pas réussi plus que ça à m’attacher à eux. J’avoue être un peu perplexe à la fin de cette lecture. Disons que c’est surtout l’univers qui m’a charmé, et m’a fait poursuivre ma lecture. Je reste un peu sur ma fin, en manque d’explication. Mais je suis tout de même curieuse de découvrir le film.

2,5 étoiles

Hôtel Grand Amour de Sjoerd Kuyper

couv12408112

Éditeur : Didier Jeunesse
Collection: Fiction
Pages : 224 pages
Parution : 11 Octobre 2017
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

L’histoire:

Au moment où Vic, 13 ans, marque le but qui qualifie son équipe, son père s’effondre, victime d’un infarctus. Il est emmené d’urgence à l’hôpital et Vic et ses trois sœurs doivent alors gérer seuls l’hôtel familial. Très vite, c’est le grand n’importe quoi ! Les clients s’enfuient, les créanciers débarquent : il ne reste plus que quinze jours pour sauver l’hôtel ! Sans rien dire à leur père…

 

Mon avis:

Merci à NetGalley et aux éditions Didier Jeunesse pour cette découverte.

Vic est un jeune garçon passionné de football, et qui vit avec ses trois sœurs et son père dans son hôtel. Il rêve d’intégrer l’Ajax, le club de foot de la ville d’Amsterdam. Alors qu’il marque le but de la victoire lors de la finale du championnat, son père fait une crise cardiaque. Pour lui venir en aide alors qu’il est toujours hospitalisé, Vic va alors tout faire pour gérer l’hôtel familial en compagnie de ses trois sœurs. Mais ce n’est pas facile de s’occuper d’un hôtel qu’on en a pas les compétences. Il y a des dettes à rembourser, des clients qui partent un à un… et il ne faut pas inquiéter leur père qui se repose. Et pour cela tous les moyens sont bons pour relever ce défi !

Même si le thème en lui-même est dur, leur père est à l’hôpital et leur mère est morte d’un cancer, le roman joue la note humoristique pour raconter l’histoire de Vic. C’est un peu comme un journal intime, où Vic nous raconte ses mésaventures via un vieux magnétophone. Il est désormais l’homme de la maison et c’est à lui de tout gérer: l’hôtel et les filles. Comme tout adolescent, il passe par des phases difficiles, et les filles c’est bien trop compliqué à comprendre !

L’auteur aborde ainsi des sujets du quotidien qui ne sont pas facile. La manière dont il nous l’amène avec humour nous invite à la réflexion. Vous l’aurez compris, amour et rigolade rythme ce livre. C’est vraiment une belle découverte, que je vous invite vous aussi à découvrir.

4,5 étoiles

Léo, tome 1 : Mon secret est une chance de Gwenaële Barussaud

couv67683272

Éditeur : Rageot
Pages : 256 pages
Parution : 17 Janvier 2018
Tome : 01/??
Format: Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

L’histoire:

1869. Le fabuleux destin de Léo Desilles, une jeune fille qui conquiert sa liberté, de Paris à Guernesey.

1869. Jeune ouvrière, Léo apprend par ses parents qu’elle est la fille de riches Parisiens ! Pour les approcher, elle devient bonne boulevard Saint-Germain. Va-t-elle renier sa famille de cœur pour entrer dans un monde luxueux  ? Un journaliste républicain, Émilien, la trouble et lui fait découvrir des pans insoupçonnés de sa nouvelle liberté…

 

Mon avis:

Je remercie NetGalley et les éditions Rageot pour cette nouvelle lecture !

Nous voilà plongé à la fin du XIXème siècle avec Léonore, dite Léo. C’est une jeune ouvrière qui travaille dans une usine de chocolat, avec sa famille en banlieue parisienne. L’entreprise est prospère, et se voit récompenser par l’empereur Napoléon III. Le gérant de l’entreprise et une délégation de 10 salariés, sont ainsi invités à se rendre à Paris pour rencontrer sa majesté. Alors que notre jeune héroïne apprend qu’elle est sélectionnée pour ce voyage, ses parents lui font une grande révélation. Elle n’est pas leur fille biologique. Elle serait née à Paris d’une famille d’aristocrates. Léo va profiter alors de cette visite pour en savoir plus sur sa famille, et sur elle-même.

Léo est une jeune fille simple, discrète et quelque peu naïve. Sa vie n’est que routine, et elle ne connait pas grand chose de son pays. Mais elle s’en contente, elle ne rêve pas de grande aventure comme sa sœur ou sa meilleure amie, et c’est pourtant ce qu’il l’attend. Quand elle apprend qu’elle doit se rendre à Paris, et que ses parents ne sont pas ses vrais parents, c’est comme un coup de massue qui tombe sur elle. Au fil des pages nous voyons Léonore grandir. Elle découvre des lieux qui sont nouveau pour elle, mais surtout s’intéresse aux problèmes de son pays, grâce à Emilien. Ce jeune garçon est un révolutionnaire qui travaille pour un journal. Il va lui apporter une grande aide dans son enquête, et sera un grand soutien pour elle. Elle se pose de nombreuses questions qu’elle cherche à élucider, comme elle nous sommes curieux.

Le livre nous tient en haleine jusqu’à la fin. L’écriture est fluide et très intéressante. Des faits historiques, ainsi que des personnages clés sont cités. La lecture est très agréable.

J’ai hâte de connaitre la suite des aventures de Léo, et de voir comment les événements historiques vont l’accompagner.

3,5 étoiles

Madame Pamplemousse et ses Fabuleux Délices de Rupert Kingfisher

couv21206313

Éditeur : Albin Michel
Collection: Milady Romance

Pages : 125 pages
Parution : 29 Février 2012
Tome : 01/03
Format: Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

L’histoire:

Comme chaque été, Madeleine est forcée de travailler dans l’immonde restaurant, Le Cochon hurleur, de son détestable oncle, monsieur Lard.
Mais un jour elle découvre par hasard l’épicerie la plus mystérieuse de Paris.
La boutique est tenue par madame Pamplemousse, et cette dame prépare les plus étranges, les plus délectables, les plus exceptionnels, les plus époustouflants délices au monde…

 

Mon avis:

Voici un conte qui vous fera retrouver votre âme d’enfant !

On fait la rencontre de Madeleine, une petite fille, qui chaque été, est envoyée par ses parents chez son oncle, Monsieur Lard. Celui-ci possède un restaurant à Paris, « Le Cochon hurleur », où des plats gras et pas très bons y sont servi. Son oncle est un tyran, il est mauvais avec ses employés et surtout avec Madeleine, dont il est jaloux de son talent de cuisinière. Lors d’une course express, Madeleine rencontre Madame Pamplemousse. Cette dame est mystérieuse et toute vêtue de noir, son curieux chat-pirate Camembert, la suit partout. Elle possède une boutique aux préparations des plus bizarres: des têtes de python à la réglisse, sauterelles à l’huile d’estragon… Madame Pamplemousse fournit à Madeleine, un de ces mets délicats, et c’est là que toute l’histoire de complot commence…

J’ai tout de suite accrochée au personnage de Madeleine. Elle est très touchante, et comme elle, nous sommes interloqués par toutes ces découvertes. Madame Pamplemousse reste très mystérieuse, et ne nous a pas dévoilé encore tous ses secrets. On la retrouve dans les deux autres tomes de cette trilogie. On en apprendra sûrement plus sur elle ensuite. Je suis vraiment intriguée par son personnage, mais aussi son chat. Camembert m’a bien fait rigolé.

L’écriture de ce livre est une pure merveille. Une fois commencée, on ne peut se détacher de ce sublime ouvrage. L’auteur sait magner les mots à la perfection, pour nous emmener dans ce monde fantastique et humoristique. Le tout est illustré de manière très harmonieuse et délicate. Comme tous les contes, une morale nous attend à la fin. Seul petit bémol, j’ai trouvé que celle-ci arrivée un peu trop vite.

4,5 étoiles

Le buveur d’encre de Eric Sanvoisin et Martin Matje – Edition dyslexique

9782092576434

Éditeur : Nathan
Collection: dyscool / Premiers romans

Pages : 96 pages
Parution : 13 Juillet 2017
Tome : 01/07
Format: Poche
Genre: Jeunesse, Fantastique

Lien Amazon – Edition dyslexie
Lien Amazon – Edition classique

 

L’histoire:

Le fils du libraire déteste les livres. Son passe-temps favori consiste à guetter les pickpockets, qu’il encourage en pensée à le débarrasser de ces objets encombrants et pleins de feuilles. Un jour, il surprend un curieux voleur qui, muni d’une paille, avale les mots d’un livre entier. Il s’agit d’un vampire qui boit l’encre des livres…

 

Mon avis:

Cette critique sera différente des autres. Je vais vous parler de l’histoire comme habituellement, mais aussi de la mise en forme du livre qui est spéciale. En effet celle-ci a été adaptée pour les enfants dyslexiques. Cela me tenait à cœur de voir ce que les éditeurs faisaient aujourd’hui pour aider les enfants. Moi-même plus jeune, j’étais dyslexique, mais aussi très têtue. A l’époque, seule une orthophoniste nous aidait. En tout cas, c’était mon cas. J’avais des difficultés, et j’ai ainsi dû redoubler mon CE2 n’arrivant toujours pas à lire correctement. Je disais plus haut que j’étais têtue, et je ne faisais donc pas beaucoup d’effort avec l’orthophoniste. J’ai accumulé les lacunes, et c’est en CM1 que la passion pour la lecture est arrivée avec Harry Potter. Le premier tome venait de sortir en poche, et ma sœur me l’avait offert. Vous devez comprendre que cette saga a une valeur sentimentale pour moi. Je me sentais seule face à mes multi échecs scolaire. Un peu comme Harry Potter rejeté par son oncle et sa tante, dans son placard à balais. Je me suis identifiée à ce personnage et j’ai réussi à trouver de la motivation pour être comme les autres, et réussir à lire. On me disait que je n’aurai pas mon brevet, que je n’arriverai à rien. Eh bien, mon brevet, je l’ai eu. J’ai même eu un bac général, et je suis diplômée d’un bac+3 aujourd’hui. Tout cela pour dire, que je suis heureuse de voir qu’on fait de plus en plus de chose pour aider ces enfants. Ce livre a été étudié, pour faciliter et donner envie à ces enfants, de réussir à lire et de devenir des lecteurs. La police, les interlignes, la longueur des phrases, la mise en valeur de certains termes, un code couleur, un papier différent… c’est grâce à toutes ces adaptations que la lecture est facilitée. Quel plaisir de lire ce livre. Sa lisibilité est vraiment améliorée, et les problèmes de compréhension sont anticipés avec des définitions. Je pense que ces livres en aideront beaucoup.

Concernant l’histoire de ce roman, je ne l’ai pas choisi par hasard ! Odilon est un petit garçon qui n’aime pas les livres, et il ne comprend pas la passion de son père, qu’il trouve même maladive. Mais Odilon est aussi un grand curieux. Alors quand des bizarreries arrivent dans la librairie de son père, il se doit d’enquêter pour en savoir plus sur ses mystères. Cette histoire est très plaisante à découvrir. Je n’ai pas eu trop de mal à entrer dans le personnage d’Odilon, car ma famille est passionnée de lecture. Le personnage d’Odilon est touchant. L’histoire est très bien amenée, et on sent la passion pour les livres de son auteur. Un coup de cœur pour cette histoire qui m’a fait craquer !

5 étoiles

Apprentie Geisha : Journal d’Ayami – Tokyo, 1923 de Isabelle Duquesnoy

couv20427482

Éditeur : Gallimard Jeunesse
Collection: Mon Histoire

Pages : 192 pages
Parution : 28 Août 2014
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Jeunesse, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Japon, 1923. À l’âge de douze ans, Ayami est vendue à une okiya, une maison d’éducation de geishas, à Tokyo. D’abord cantonnée aux tâches ménagères, elle devient maïko – apprentie geisha – et prend un nouveau nom : Mitsuko. On lui enseigne l’ikebana, le chant, la danse des éventails… Ses aînées lui montrent comment marcher gracieusement, sourire aux plaisanteries des clients sans montrer ses dents, nouer la ceinture de son kimono. L’apprentissage est exigeant mais la jeune fille ne se décourage pas et révèle de grandes aptitudes. C’est alors qu’un tremblement de terre ravage le pays. Tokyo est gravement touché ainsi que sa ville natale, où Mitsuko part à la recherche de sa famille

 

Mon avis:

Avec ce journal intime, on découvre la vie quotidienne d’une apprentie geisha faite de joies et d’épreuves, en commençant par la séparation avec sa famille. On découvre également les traditions ancestrales du Japon, en passant par les costumes et les arts. La vie de Mitsuko, apprentie geisha, occupe une place centrale de le récit mais l’auteure évoque également la condition paysanne et la survie après un tremblement de terre.

C’était à nouveau très intéressant de suivre la vie de cette jeune fille, mais à vrai dire, j’ai un peu moins accroché à la plume de l’auteure cette fois. J’avoue mettre un peu ennuyée, même si le récit était intéressant.

3 étoiles

Au temps des crinolines : Journal de Charlotte, 1855 de Jean-Côme Noguès

couv34354540

Éditeur : Gallimard Jeunesse
Collection: Mon Histoire

Pages : 192 pages
Parution : 5 Avril 2012
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Jeunesse, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

« Juillet 1855. Papa a tenu sa promesse : nous sommes allés tous les deux à l’Exposition universelle. Il m’a fait remarquer que, sans cette mode absurde des crinolines, le double de public aurait pu entrer.
Mon journal, je ne te dirai pas tout ce que nous avons admiré. Nous avons voyagé dans le monde entier. Je ne savais où donner du regard, la tête pleine de bruits, de parfums étranges, de couleurs. Je me sentais un peu étourdie, mais j’étais avec mon papa au milieu d’une fête somptueuse que je n’aurais jamais imaginée, même dans mes rêves les plus extravagants. »

 

Mon avis:

Via le journal intime de Charlotte, nous sommes invités par notre héroïne de 15 ans, à découvrir avec ses yeux de jeune adolescente, sa vision de la première exposition universelle à Paris. On suit ainsi les déplacements de la reine Victoria, venue elle aussi assister à l’événement.

Jeune fille issue d’un milieu aisé, on découvre ainsi à travers son aventure la mode vestimentaire de l’époque, les mariages arrangés et l’importance de trouver un bon parti, l’éducation qui est inculquée aux filles et son but… On assiste aussi aux volontés de métamorphose de la vie parisienne, avec la naissance des grands magasins.

Un journal tout autant agréable à lire que les autres, qui est comme un témoignage de vie.

3 étoiles

Blanche de Castille : Future Reine de France, 1199-1200 de Catherine de Lasa

couv66573859

Éditeur : Gallimard Jeunesse
Collection: Mon Histoire

Pages : 112 pages
Parution : 19 Septembre 2013
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Jeunesse, Historique

Lien Amazon

 

Synopsis:

Bianca, 12 ans, est la fille des rois de Castille. Pour sceller l’alliance entre l’Espagne et le royaume de France, Bianca épousera le fils du roi Philippe Auguste, le dauphin, futur Louis VIII. Devenue Blanche, elle gagne la cour de France après un long voyage en compagnie d’Aliénor d’Aquitaine. Partagez le journal de Blanche et vivez avec elle le destin fascinant d’une princesse espagnole à la cour de France.

 

Mon avis:

Un nouveau voyage dans l’Histoire grâce à cette collection que j’aime beaucoup. Ici nous suivons le parcours de cette jeune fille espagnole de 12 ans, Bianca, qui se retrouve mariée à un français, le futur roi de France. Initialement, c’était sa sœur qui devait l’épouser, elle se retrouve donc promise du jour au lendemain, à quelqu’un qu’elle ne connait et liée à un pays inconnu. Dès les premières pages, on découvre l’innocence de Bianca (plus connu en France sous le nom de Blanche de Castille) On découvre sa force et son courage, pour une jeune fille qui a seulement 12 ans. Elle quitte très vite sa famille et son pays natal, pour accomplir son devoir, être la nouvelle reine de France. A travers son journal, elle nous dévoile les péripéties de son voyage, ses pensées, ses inquiétudes. Le récit se finit assez rapidement après sa rencontre avec Louis VIII.

Gallimard nous propose ensuite de retracer son parcours de reine puis de régente. On se rend compte que cette petite fille innocente est devenue une grande reine.

Encore une fois, je vous invite à découvrir cette collection qui est juste géniale. Tous les ouvrages sont sur ce lien 

3 étoiles