Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Le lion qui ne savait pas chasser (mais qui devient roi) de Jean-Sébastien Blanck et Jonathan Bousma

51uwhy3lol

Éditeur : Alzabane
Pages : 118 pages
Parution : 1 Décembre 2011
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Jeunesse
Lien Amazon

.

L’histoire:

Au début des temps, quand les villes n’étaient encore que des villages de huttes, vivait dans la savane un pauvre lion qui ne savait pas chasser. Il était si maladroit qu’il faisait rire tous les autres animaux. Mais un jour, tandis qu’il pleurait sur son sort, il rencontra un macaque très malin. Le singe lui souffla une drôle d’idée et alors, tout changea…

..

Mon avis:

Acheté lors de la foire du livre du Bruxelles et après quelques échanges avec l’auteur, il était temps que je sorte ce livre de ma bibliothèque ! Accompagné d’un CD audio, le texte est traduit en trois langues : français, espagnol et anglais. On peut ainsi apprécier l’histoire différemment, soi en l’écoutant, ou dans une autre langue. 

L’histoire nous emmène à la découverte de ce lion qui a de grandes difficultés à s’intégrer, puisqu’il n’arrive pas à chasser. Même un simple papillon, il n’arrive pas à l’attraper. Et même quand on lui demande de rugir, afin de faire peur, il n’arrive pas non plus. Quel est l’avenir de ce lion rejeté par tous… C’est alors qu’il rencontre sur son chemin un vieux singe macaque qui a une idée pour lui…

Dans l’univers des fables, le récit est amusant et aussi bien engagé. On prend du plaisir à tourner les pages magnifiquement illustrées dans un style ancien avec des enluminures. Son contenu est assez court, et rempli de sous-entendu. On comprend bien les critiques qui sont faites, notamment envers la vie politique. Un livre jeunesse qui pourra plaire au petit comme au grand. 

note 3 étoiles

Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Contes d’ailleurs et d’autre part de Pierre Gripari

Contes d'ailleurs et d'autre part de Pierre Gripari

Éditeur : Grasset
Pages : 192 pages
Parution : 2 Mai 2012
Tome : 01/01
Format : Poche
Genre : Jeunesse
Lien Amazon

.

L’histoire:

Dans ces huit contes inspirés des folklores russe, français, italien ou d’Afrique du Nord, des sorcières côtoient un diable aux cheveux blancs, une petite sœur plus maline que ses frères, une demoiselle scarabée amoureuse, ou encore un bagada farceur…
La fantaisie inimitable de Pierre Gripari s’empare d’histoires d’ici, d’ailleurs et d’autre part, pour le plus grand plaisir de l’imagination !

Prix des Incorruptibles

.

Mon avis:

Pierre Gripari est un auteur que j’ai lu quand j’étais enfant, et qui m’a marqué avec notamment le célèbre livre « La sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca ». C’est donc avec grand plaisir que je découvre ce recueil de huit nouveaux contes.

On commence l’aventure avec « Mademoiselle Scarabée », un conte venant d’Afrique du Nord et qui nous propose une bonne entrée en matière. Dès la première page, j’ai explosé de rire ! Très court, juste sept pages, il est très divertissant et tout en rime.
On continue avec « Madame La-terre-est-basse ». Assez court lui aussi, c’est surtout le travail d’écriture qui m’impressionne et les beaux messages passés à travers l’histoire. Une bien belle réalisation.
Ensuite autour de l’histoire du Diable aux cheveux blancs, où j’ai aussi bien rigolé. Le texte est un peu plus long et quel plaisir de le découvrir.
« L’histoire du Bagada » nous emmène en banlieue parisienne dans un petit appartement avec un petit diable farceur. J’avoue avoir moins accrochée à ce conte, puisque finalement à la fin, on ne sait pas ce qu’est un bagada (ou bien je n’ai pas compris !)
On reste en France avec « Le voyage de Saint Déodat », qui met en sein un village juste avant la seconde guerre mondiale. Le scénario est très original, puisqu’ici ce n’est pas un personnage notre narrateur, mais bien Saint-Déodat, un village de moins de deux mille habitants sur une surface d’un kilomètre. On revisite l’Histoire, les grands noms, les grandes dates, les grands évènements. Il s’agit de mon coup de cœur.
L’aventure continue avec « Petite sœur », un long conte en plusieurs parties. Celui-ci est plus classique, même si le style de l’auteur lui donne beaucoup de charme. On ne peut pas s’ennuyer avec ses écrits.
L’auteur se met ensuite en scène avec « L’eau qui rend invisible » en référence à un livre que je n’ai pas lu, les Contes de la Folie-Méricourt, où il est question d’une bouteille ou plutôt de son contenu. Tout comme une précédente histoire, je n’ai pas trop accroché alors que j’ai quand même bien rigolé.
Enfin, le recueil s’achève avec un conte russe « Sadko » qui est un cithariste. J’ai grandement aimé connaitre ce musicien. On peut dire ainsi que ce recueil s’achève très bien !

En bref, ce recueil nous offre différent scénario et sujet très bien contés. Quelques illustrations sont aussi présentes, et égayent les histoires. Une bien belle découverte !

note 3,5 étoiles

Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Maman les p’tits bateaux de Claire Mazard

maman-les-p-tits-bateaux

Éditeur : Casterman
Pages : 72 pages
Parution : 27 Juillet 2000
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Jeunesse, Drame
Lien Amazon – Editions Le Muscadier

 

L’histoire:

« Depuis le 15 mai 1996, il est venu tous les mercredis. Sauf un. Malade. … Dix-huit… Dix-neuf… Vingt mercredis que ça dure. Je ne m’en sortirai jamais. Vingt. Un chiffre rond. Pour une fille qui ne tourne pas rond. »
Maman, les p’tits bateaux est le récit à la première personne de la souffrance d’une collégienne de douze ans victime d’un inceste, crime que la loi condamne mais qu’il est souvent difficile de dénoncer. Surtout quand on n’est pas sûre de soi, surtout quand le coupable semble si charmant aux yeux de tous…
 

Mon avis:

Ce roman nous livre l’histoire de Marie-Bénédicte, 12 ans. Son entourage la voit changer sans comprendre, en pensant plutôt à une crise passagère d’adolescence. Mais il s’agit d’une tout autre raison. Son quotidien a changé depuis que son oncle Laurent, au doux surnom de Tildou, a commencé à abuser d’elle. Depuis ce jour, la scène se répète chaque mercredi après-midi, alors que la jeune fille rentre de l’école, et qu’elle est seule à la maison. A son anniversaire, ses parents lui offrent un ordinateur, qui devient pour la jeune fille, son seul confident.

Au vu du sujet, vous devez forcément vous douter que l’histoire est poignante et touchante: on y parle d’inceste. L’auteure a d’ailleurs choisi d’écrire ce récit à la première personne, comme un journal intime, où l’on se sent au plus proche des sentiments du personnage. Entre confidence et flash-back, on découvre ce que lui a fait son oncle, et ce dont elle n’ose parler à personne. Son quotidien est devenu un enfer, et il se répète. Culpabilité, peur, incompréhension, colère… une collection de sentiment se mêlent au cours de notre lecture. Au fil des pages, on voit qu’il y a des mains tendues, de diverses personnes qui lui sont offertes. Et même si la réaction n’est pas immédiate, on y voit l’importance de ne rien lâcher. Un jour, une brèche s’ouvre et c’est ainsi le premier pas vers la lumière.

Même si l’histoire est dure, elle est racontée simplement sans tabou. Ici, il s’agit d’une fiction, mais c’est aussi un appel à l’aide pour aider les victimes à se libérer, et pour faire réagir leur entourage.

note 4,5 étoiles

Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Charlock, tome 3 : L’affaire du collier de Benjamin Lacombe et Sébastien Perez

Charlock, tome 3 : L'affaire du collier de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe

Éditeur : Flammarion Jeunesse
Pages : 80 pages
Parution : 14 Avril 2021
Tome : 03/??
Format: Album
Genre: Jeunesse, Policier
Lien Amazon

 

L’histoire:

Autriche, 1763.
Chapristi, le collier de la reine Lisbeth a disparu ! Charlock n’a que quelques heures avant le bal royal pour éclaircir ce mystère. Avec ses amis oiseaux, chiens et hérisson, Charlock se lance sur la piste du voleur.
Par les moustaches de Charlock, encore une enquête à résoudre !
 

Mon avis:

Voici encore une superbe aventure, qui met en scène Charlock et ses amis. Pour ce troisième livre, il nous emmène en Autriche au XVIIIème, où la Reine Poupette 1ere, dite Lisbeth de Toinette, ne retrouve plus son collier qu’elle comptait porter pour le bal du soir. Une nouvelle enquête se profile, où les préjugés ont la vie dure…

Ecrite par Sébastien Perez et illustrée par Benjamin Lacombe, c’est toujours un plaisir de découvrir la nouvelle intrigue inventée par ses deux héros de la plume et du pinceau ! Dès la couverture, on se doute forcément de qui est incarnée sous la peau de ce carlin, avec cette coiffe si majestueuse et par les nombreuses références, qui sont si drôles. On déambule dans le château avec notre fidèle Charlock, mais aussi dans le jardin, la forêt et le monde enfermé… Il y aurait de quoi hérisser le poil de notre ami, mais il est toujours d’attaque pour résoudre un mystère. Qui a donc volé le collier de la reine et pourquoi… Accompagné par Clémentine le mandarin, Mars l’épagneul et Sigmund le hérisson, l’enquête commence. Très rythmé comme à son habitude, entre jeux de mots, scènes abracadabrantes, c’est un réel plaisir de tourner les pages de ce roman qui se conclut avec une belle leçon de vie.

Nous sommes transportés du début jusqu’à la fin, et toujours avec le sourire aux lèvres. Encore une superbe enquête à découvrir, chaperlipopette !

note 5 étoiles

Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Adèle et les noces de la reine Margot de Silène Edgar

910edkhxo3l

Éditeur : Castelmore
Pages : 256 pages
Parution : 15 Avril 2015
Tome : 01/01
Format : Broché
Genre : Jeunesse, Historique
Lien Amazon

.

L’histoire:

Entre 2015 et 1572, Adèle doit choisir !

Adèle en a marre de ses parents, qui ne comprennent jamais rien. Au collège, elle préfère passer du temps avec ses copines qu’étudier. Aussi, quand elle apprend qu’elle doit lire un livre en entier pendant les vacances, c’est une véritable punition…

Mais dans ses rêves, la nuit, l’impossible se produit ! Adèle est à la Cour, au XVIe siècle, au milieu des personnages de La Reine Margot !

Elle rencontre même un beau jeune homme…

Ce qu’Adèle vit en 1572 vaut-il la peine de sacrifier ses amis et sa famille de 2015 ?

.

Mon avis:

Adèle se sent perdue dans sa vie depuis la mort de sa grand-mère. Ses parents sont très occupés, et ne lui accordent que très peu de temps. Son niveau scolaire au collège a chuté, et c’est donc comme une punition qu’elle prend la lecture du livre d’Alexandre Dumas, consacré à La Reine Margot. Ce pavé de plus de 400 pages va tout de même lui réserver une surprise, et bientôt envahir sa vie…

Très vite on s’attache à cette adolescente qui vient de perdre ses repères et qui est en quête d’attention et d’affection. Et autant dire que son échappatoire doit en faire rêver plus d’un. Qui n’a pas rêvé de se perdre littéralement dans un roman, et d’en vivre l’intrigue… Hé bien, c’est ce qu’Adèle vit, plongée dans le XVIème siècle en faisant partie des demoiselles d’honneur de la Reine Margot. Elle vit le massacre de la Saint Barthélémy en 1572, fait la connaissance de Catherine de Médicis, et découvre les mœurs et coutumes de l’époque. Elle peut ainsi mieux se rendre compte des évolutions qui ont suivi, comme les progrès de la médecine ou la place de la femme dans la société. A travers ses aventures, c’est aussi un roman qui traite de difficultés actuelles: celles du deuil, de la solitude, du mal-être, de l’acceptation, de la complexité de mettre des mots sur des émotions nouvelles et mal comprises…

Une bien belle histoire richement documentée et touchante.

note 3,5 étoiles

Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Charlock, tome 2 : Le trafic de croquettes de Benjamin Lacombe et Sébastien Perez

71mough1lrl

Éditeur : Flammarion Jeunesse
Pages : 80 pages
Parution : 30 Septembre 2020
Tome : 02/??
Format: Album
Genre: Jeunesse, Policier
Lien Amazon

L’histoire:

Sur les toits de New York, Charlock est en grande discussion avec son ami Claude, un pigeon qui louche. Soudain, il aperçoit un combat entre des chats errants et des chiens. Ces derniers accusant les autres d’empoisonner leurs croquettes, le chat détective s’empare de l’affaire, bien décidé à démêler le vrai du faux.

Mon avis:

Une nouvelle aventure commence pour notre ami Charlock que l’on retrouve en 1917 à New York. Alors qu’il discute avec Claude, le pigeon qui louche, un évènement vient troubler leur quiétude. Une bagarre est sur le point d’arriver entre le gang des chats, les Chappuccini et du gang des chiens, les Pet shop Dogs. Mais foi de Charlock, celui-ci va tout faire pour empêcher cette querelle de s’envenimer…

Quel plaisir de plonger dans le second tome, qui dès les premières pages, nous fait rigoler et nous emmène avec le même rythme que le premier. Entre jeux de mots, une enquête rocambolesque, et quelques sublimes illustrations, ce roman nous apporte une nouvelle fois la joie de vivre. Et qu’est-ce que c’est agréable, en ces temps troublés. Après Paris, le duo Benjamin Lacombe et Sébastien Perez, nous invite donc à découvrir les rues de New York au début du siècle dernier. On suit avec grand entrain l’aventure des nouveaux amis de Charlock, et ce trafic de croquettes empoissées. On rencontre Ed le loubard et Joe le cocker, qui ont besoin des talents d’enquêteur de Charlock, pour découvrir qui sème la panique dans les rues de la ville et rend malade les chiens.

Une enquête qui nous transporte dès les premiers mots jusqu’à la fin. Et ils savent nous tenir en haleine, et nous surprendre. Une intrigue une nouvelle fois très bien menée, et avec une nouvelle conclusion qui nous invite à réfléchir.

Chapristi, vivement la suite !!

note 4,5 étoiles

Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Charlock, tome 1 : La disparition des souris de Benjamin Lacombe et Sébastien Perez

71bklryqzil

Éditeur : Flammarion Jeunesse
Pages : 80 pages
Parution : 30 Septembre 2020
Tome : 01/??
Format: Album
Genre: Jeunesse, Policier
Lien Amazon

 

L’histoire:

Charlock est un chat hors norme. Grâce à son flair exceptionnel et son sens de la déduction, il parvient à résoudre les enquêtes les plus compliquées. Lorsque Magali la souris disparaît mystérieusement, il met son costume de détective et, aidé de ses amis, part à sa recherche.

 

Mon avis:

Quel plaisir de retrouver Benjamin Lacombe et Sébastien Perez pour cette nouvelle saga, qui met en scène Charlock. On fait sa connaissance à 1975 à Paris, alors qu’il vient d’être adopté par Mamzel Marcelle. Après avoir fait le tour de ce grand appartement, il finit quand-même par s’ennuyer un peu. Jusqu’au jour où il rencontre Magali, la petite souris. Une histoire d’amitié s’en suit, mais malheureusement un jour son amie est introuvable. Notre héros aux moustaches va devoir enquêter, mais pas seul, il peut compter sur ses fidèles amis du quartier pour ressourdre ce mystère !

Comme à chaque fois, Sébastien Perez nous berce par ses mots rempli d’humour et de joie de vivre. Quel plaisir de tourner les pages, et de dévorer cette histoire. Le nom de notre héros est parfaitement choisi, et vous fera forcément penser à un célèbre enquêteur. Tout comme ce personnage de fiction créé par Sir Arthur Conan Doyle, notre chat est un fin observateur, et est prêt à tout pour retrouver son amie, Magali qui a disparu. Accompagné par un autre chat, Mallow, Wawa le chihuahua, Choupachoups le lapin, et Cacahouette le cacatoès, ils sont prêts à attaquer cette enquête de disparition. Et qu’est ce qu’on rigole ! J’ai adoré retrouver toutes ses expressions françaises adaptées dans l’histoire, comme  » Par mes moustaches, regarde! », mais aussi une coutume que l’on a tous connu enfant, qui est revisitée. Un pur moment de bonheur, qui peut que vous faire exploser de rire. Et que dire des illustrations de Benjamin Lacombe toujours aussi sublimes. Je suis clairement fan de cette nouvelle saga, vivement la suite. Oh mais tiens, le tome 2 est sorti en même temps que le tome 1. A l’attaque, et vous aussi n’hésitez pas à découvrir cette aventure pleine de malice !

« Ce mystère est bien plus grand que celui des trous dans l’emmental ! »

« Elémentaire, mon cher Charlock »

Jeunesse, Littérature américaine (Etats-Unis), Livres

Catherine, princesse de Russie : Saint Pétersbourg, 1743-1745 de Kristiana Gregory

Catherine, princesse de Russie : Saint-Pétersbourg, 1743-1745 de Kristiana Gregory

Éditeur : Gallimard Jeunesse
Collection: Mon Histoire

Pages : 176 pages
Parution : 31 Août 2006
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Jeunesse, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

« 4 janvier 1744. Mère s’est penchée pour prendre mon menton dans sa main. « Ne répétez à personne ce que je vais vous dire, ni à votre frère ni même à Mademoiselle. Compris ? » J’ai acquiescé. « Si vous obtenez la faveur du roi, vous et moi devrons quitter la Prusse en traîneau pour gagner Saint-Pétersbourg où nous rencontrerons l’impératrice Élisabeth. Elle vous a choisie, vous, ma pauvre fille ingrate, pour être la fiancée de Pierre. À moins que vous ne gâchiez vos chances, vous l’épouserez et un jour, vous régnerez tous deux sur la Russie. »Sophie, princesse sans fortune de Poméranie, est choisie par l’impératrice de Russie pour devenir la fiancée de son neveu, Pierre, qui doit lui succéder. La jeune fille et sa mère quittent la Prusse pour s’installer à la cour de Saint-Pétersbourg. Décidée à conquérir l’affection du peuple, Sophie apprend le russe et, à la veille de son mariage, se convertit à la religion orthodoxe sous le nom de Catherine.

 

Mon avis:

Avant de vous présenter le roman, j’ai plutôt envie de vous présenter la collection « Mon histoire » de chez Gallimard, que j’affectionne tant. Il s’agit de journaux intimes qui nous raconte la jeunesse de grands personnages historiques. Ils sont d’ailleurs très soignées, avec les pages jaunies et le contour des pages arrachées, soit comme un vrai journal intime. En plus de l’histoire qui nous est conté, on retrouve toujours en fin d’ouvrage, des informations complémentaires sur le personnage qu’on a appris à découvrir. Ici, il s’agit de Catherine, la Grande, ou plutôt Sophie Augusta Frederika d’Anhalt-Zerbst. On fait sa connaissance alors qu’elle a tout juste 14 ans en Prusse, où la guerre avec la Russie fait rage. C’est ainsi qu’elle se voit promise à Pierre III Fiodorovitch, empereur de Russie, et va devoir grandement changer pour ce mariage forcé, jusqu’à son prénom.

On suit pendant 2 ans le parcours de Sophie, future Catherine II, et Impératrice de Russie. Jeune fille au grand caractère, elle doit apprendre à découvrir la cour russe, apprendre cette nouvelle langue, et les codes de la future vie qui l’attend. On s’attache très vite à son personnage qui n’a pas froid aux yeux. On arrive déjà très bien à s’imaginer quelle grande dame elle va devenir. La rencontre avec son futur mari n’est pas transcendante. Même s’ils sont tous les deux encore des enfants, cela se sent plus chez Pierre. Et la jeune fille n’hésite pas à l’ignorer. On sent déjà son ambition, et sa volonté à détenir le trône. Juste 2 ans, il est vrai que c’est court pour découvrir son parcours, mais c’est aussi à la fois impressionnant de voir comment elle est prête à tout tenter, pour aller au plus près de ses ambitions. Un récit très intéressant, à découvrir.