Littérature française, Livres, Romance, Romance historique

Les sœurs Charbrey, tome 1 : Sans orgueil ni préjugé de Cassandra O’Donnell

Les soeurs Charbrey, tome 1 : Sans orgueil ni préjugé de Cassandra O'Donnell

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 252 pages
Parution : 22 Mars 2013
Tome : 01/02
Format: Semi-Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Le mariage ? Morgana Charbrey ne veut pas en entendre parler ! Elle préfère son indépendance et les sciences, passion qu’elle dissimule derrière une prétendue maladie, loin des regards courroucés de la bonne société.
Lorsqu’elle apprend que le manuscrit de sa sœur a été refusé par un éditeur méprisant l’intellect féminin, Morgana décide d’aller confronter ce personnage cynique et détestable.
Si ce dernier pense pouvoir confondre la demoiselle à coups de reparties cinglantes et de sourires enjôleurs, il ne sait pas encore à qui il a affaire…

 

Mon avis:

Ce premier tome est pour moi une relecture, mais on peut tout de même parler de redécouverte, vu qu’il se trouve que je l’avais totalement oublié. L’ayant lu à sa sortie soit en 2013, il est vrai que j’ai oublié les éléments principaux de l’intrigue. On peut dire que c’est comme une première lecture. Je pourrais ainsi enchaîner avec le second tome, que je n’ai pour le coup jamais lu !

Cette histoire est consacrée à Morgana Charbrey, qui est l’aînée de la famille. Cette jeune femme de 23 ans, vit avec ses 3 sœurs et son oncle. Suite au décès de leurs parents, elle est devenue une mère de substitution surtout pour la petite dernière, qui n’avait alors que 2 ans. De caractère entêtée et indépendante, son oncle n’a rien pu dire, et donc à 16 ans, Morgana s’est chargée de tout: de la gestion de la maison à l’éducation de ses sœurs, mais en ne laissant pas pour autant sa passion pour les sciences et l’ingénierie de côté. En conséquence, pour ne pas mettre en disgrâce sa famille, son oncle et sa tante la font passer pour malade, afin qu’elle puisse assouvir sa soif de liberté, et de ne pas avoir de mari. Elle souhaite toutefois un destin différent pour sa sœur Rosalie, qui vient tout juste de fêter ses 18 ans. Elle souhaite qu’elle fasse son entrée dans le monde, et trouve un mari. Cette dernière n’a pas le caractère d’indépendance et l’exubérance de sa sœur aînée, mais est tout de même une femme passionnée par les mots. Elle a en effet écrit un roman, et espère être publiée. Morgana décide de l’accompagner à Londres chez sa tante pour sa première saison, et d’être son chaperon. Elle lui fait aussi une promesse, d’aller rencontrer l’éditeur de son livre, et ça ne sera pas un mince affaire… Le comte Greenwald est un vrai coureur de jupon, et cette première rencontre ne laissera pas nos héros indifférents…

J’ai vraiment adoré les personnages de Morgana et de Malcom. On ne s’ennuie pas une seule seconde avec eux. Aussi entêtés et exubérants l’un que l’autre, ils sont parfaits ! J’ai adoré leurs échanges, toujours dans la confrontation. Ils ne mâchent pas leurs mots. D’ailleurs certains ne sont pas conseillés pour une jeune femme , et c’est bien ce qui attire le comte. Disons aussi que le personnage de Morgana est bien en dehors de critères de la société. Une femme qui ose dire les choses, qui se passionne par les œuvres de De Vinci, et qui les conçoit elle-même; elle est clairement anticonventionnelle, et c’est ce qui fait son charme. Elle est forte et intelligente, et ne se laisse pas marcher sur les pieds sans aucune honte. Malcom a aussi connu son lot de difficulté. Jeune écossais et fils unique, il est très vite envoyé en pensionnat à Londres loin de sa famille. Gentleman au charme fou, il en profite bien.

Pour ceux qui s’attendent à lire une austenerie, sachez que le personnage de Morgana est entre Elizabeth Bennet et Jo March, mais avec une démesure fois 1000 ! Rosalie est quant à elle plus proche de Jane Bennet, pour son côté réservé, joie de vie, et plus rangée. Pour ce qui est de notre cher Darcy, c’est un peu pareil. Ici on a le droit à un Darcy highlander, mais ça ne m’a pas choquée. (Bon je suis en grande fan des highlands, je ne peux qu’approuver !) Quant à Charles Bingley, ici il est incarné par le duc de Langford, un parfait débauché comme son ami. Je dirais donc que ce roman est plutôt librement inspiré d’Orgueil et Préjugés, et qu’il y fait plutôt quelques clins d’œil, comme pour le nom du roman de Rosalie qui fait référence au premier roman de Jane Austen « Le cœur et la raison », plus connu sous le nom « Raison et Sentiments ».

En bref, je dirais que j’ai vraiment passé un bon moment de lecture, que j’ai bien rigolé par les actions et les discours de nos héros. Je suis curieuse de découvrir l’histoire de Rosalie, dont le second tome lui est consacré.

note 4,5 étoiles

 

Séries

The English Game

The English Game

Acteurs: Edward Holcroft, Kevin Guthrie, Charlotte Hope, Niamh Walsh, Craig Parkinson, James Harkness
Réalisateur : Julian Fellowes
Audio : Français
Durée : 6 × 58 minutes
Genre: Historique, Romance, Drame

L’histoire:

Angleterre, années 1870. Deux footballeurs issus de classes sociales différentes tissent des liens qui contribueront à démocratiser un sport alors réservé à l’élite.

 

Mon avis:

Je commencerais cet avis par, « je ne pensais pas que j’allais autant apprécier! » N’étant pas spécialement fan de foot, et ne connaissant même pas les règles, c’est plus la curiosité qui m’a poussé à regarder cette série, mais aussi la présence de Julian Fellowes à la direction. Hé bien autant dire, ce fut une belle surprise !

Du côté du scénario, on se retrouve donc en 1879 en Angleterre, où les débuts du football moderne en est à ses balbutiements. L’équipe de Darwen, constituée d’ouvriers d’une filature de coton du Nord de l’Angleterre, se qualifie pour la première fois en quart de finale de la Coupe d’Angleterre. Pour tenter de battre les aristocrates des Old Etonians qui règnent sans partage sur ce jeu comme sur ses règles, le propriétaire de l’équipe embauche deux joueurs écossais, contrevenant ainsi au principe d’amateurisme fixé par la Fédération. C’est le début d’une professionnalisation qui est très mal acceptée par l’aristocratie, comme par les travailleurs encore non rémunérés dans ce contexte de crise du coton qui affecte le pays et son industrie. Mais surtout par la popularité de ce sport, que l’on suit le destin parallèle de deux joueurs légendaires, Lord Arthur Kinnaird et Fergus « Fergie » Suter, qui nous raconte aussi l’opposition entre classes sociales.

Ce n’est donc pas qu’une série sur le ballon rond, puisque Julian Fellowes traite un sujet important de lutte des classes, où les deux personnages principaux en sont chacun un représentant. Voilà pourquoi cette série a su me passionner. Dans ce cadre romanesque, la dimension sociétaire est très bien décrite et exploitée. On évoque le syndicalisme, le patronat, les grèves, le sort des filles-mères, l’alcoolisme, les femmes battues, les différences de condition de vie… Le scénario est vraiment prenant, les costumes sont sublimes, même les tenues de sport !

Voici donc une mini série que je ne peux que vous conseiller de voir. Elle est actuellement disponible sur Netflix, et est composée de six épisodes. En tout cas, ce fut une belle surprise pour moi !

 

note 4,5 étoiles - série

Actu Period Drama, RDV du Blog

Actu Period Drama #12

actu period drama

 

Leonardo

Nouveau projet de série écrite par Frank Spotnitz (le créateur de Les Médicis) et Steve Thompson, Leonardo raconte en 8 épisodes, l’histoire du génie italien le plus célèbre du monde, Léonard De Vinci.

Le casting est composé de l’ex-acteur de Poldark, Aidan Turner dans le rôle de Léonard, de l’acteur de The Good Doctor, Freddie Highmore dans le rôle de Stefano Giraldi, un officier enquêtant sur un cas de meurtre dont De Vinci est soupçonné, l’Italienne Matilda de Angelis dans le rôle de Catherine De Cremone, Robin Renucci dans le rôle de Piero De Vinci et Giancarlo Giannini dans celui du professeur de Léonard, Andrea Del Verrocchio. Il s’agit d’une production de Lux Vide en collaboration avec Rai Fiction, Big Light Productions, France Télévisions, et en coproduction avec Sony Pictures Television.

Comme vous pouvez le deviner, le tournage qui se passait en Italie est actuellement à l’arrêt. 

Leonardo

 

 

Miss Scarlet and The Duke

C’est l’histoire d’Eliza Scarlet, la toute première femme détective, dans le Londres du 19e siècle. A ses côtés, l’Inspecteur William Wellington, alcoolique, joueur et coureur de jupons, aussi connu sous le nom du Duke. Ensemble, ils vont résoudre des affaires dans le Londres des années 1850.

La première saison de cette série se compose de 6 épisodes met à l’affiche Kate Phillips, Stuart Martin, Ansu Kabia, Andrew Gower, Matthew Malone et Simon Ludder. Elle est actuellement en cours de diffusion en Angleterre.

Nous n’avons pas encore de date et de confirmation de diffusion pour la France

Miss Scarlet And The Dukemv5bndm1y2fmzjetodk4mc00n2e2lwexmjctmgu5ywjlnjm2njq5xkeyxkfqcgdeqxvyndk3odk4oq4040._v1_sy999_cr00676999_al_mv5bm2vmzddimwitotq3ms00ntzhltgxymytm2q3ymixzdu1mjm5xkeyxkfqcgdeqxvyndk3odk4oq4040._v1_sy1000_cr006751000_al_mv5byjvkngnlntgtyjljny00mmezltg3nzetmtrhywqxnwi5nthlxkeyxkfqcgdeqxvyndk3odk4oq4040._v1_sy1000_cr006471000_al_mv5bzgnlodhkogetowjiyy00y2rmltk0ytmtytzhzjbkyjnmnwq4xkeyxkfqcgdeqxvyoti3odcymjq40._v1_mv5bzgu5ymezn2ytnwvlny00nzm5lthlyzmtmdc3odiwzjq1mjm1xkeyxkfqcgdeqxvyoti3odcymjq40._v1_

 

Littérature anglaise, Livres, Romance, Romance historique

La saga des Bedwyn, tome 6 : Le mystérieux duc de Bewcastle de Mary Balogh

La saga des Bedwyn, tome 6 : Le mysterieux duc de Bewcastle de Mary Balogh

Éditeur : J’ai lu pour elle
Collection: Aventures et Passions
Pages : 311 pages
Parution : 19 Novembre 2014
Tome : 06/06
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

L’arrogant duc de Bewcastle ne côtoie que la société la plus raffinée. Aussi prend-il pour une domestique maladroite la brunette mal fagotée qui vient de l’asperger de citronnade. En réalité, il s’agit de Christine Derrick, une jeune veuve aussi gaffeuse qu’impertinente. D’abord agacé, Wulfric est vite séduit par sa joie de vivre. Sans détours, il lui propose de devenir son protecteur. À sa grande stupeur, Christine refuse. En proie à des tourments qu’il n’imaginait pas, le duc en vient à demander sa main. Aucune femme sensée ne déclinerait une proposition si mirifique. Mais Christine n’est pas comme les autres : elle veut un mari qui ait un cœur…

 

Mon avis:

Place au dernier tome de la saga, et j’avoue que j’avais hâte d’en savoir plus sur le duc de Bewcastle. Et c’est justement à son tour de se livrer pour clore en beauté cette aventure. Quelques mois sont passés depuis le cinquième tome, et Wulfric se sent seul. Tous ses frères et sœurs sont partis, et construisent leur vie ailleurs, de son côté il vient de perdre sa maîtresse qu’il connaissait depuis plusieurs années. Lors d’un moment d’inattention, il se retrouve invité à passer quinze jours à la campagne. C’est ainsi qu’il va faire la rencontre de Christine Derrick, une jeune veuve quelque peu exubérante et maladroite. D’ailleurs leur premier rencontre l’est, et il n’est pas prêt à l’oublier.

Christine est une jeune femme extrêmement gaffeuse, qui ne manque pas de se faire remarquer par ses maladresses. Veuve depuis deux ans, elle était mariée au frère d’un vicomte, ce qui lui a permis de faire partie de la haute société quelques années. Depuis, elle vit en retrait chez sa mère et sa sœur. Invitée par une amie à contre cœur, elle espère passer inaperçu pendant ces deux semaines, mais ce n’est sans compter sa maladresse qui commence directement avec le duc de Bewcastle. Wulfric la prend d’abord pour une domestique, vu ses manières et son manque de convenance. Quelle surprise pour lui quand il apprend qui elle est réellement. Sans vraiment le savoir, elle suscite son intérêt, et avec son cœur froid, il lui fait une proposition indécente, qu’elle refuse. Mais ce n’est pas pour autant qu’ils vont se perdre de vu, et c’est alors qu’on va découvrir qui se cache vraiment sous cette carapace de glace.

Voici un couple tellement pas assorti et tellement complémentaire. J’ai grandement apprécié le personnage de Christine. Bon peut-être qu’il y avait un peu trop de moment gainant à mon goût, mais qu’est-ce-que j’ai rigolé. C’est une jeune femme vive, au contraire de Wulfric, qui a été oppressé très jeune à cause du statut qu’il a dû occuper. On apprend enfin à le connaitre mieux, il se dévoile peu à peu, et j’ai aussi aimé être surprise par l’intrigue. Il y a clairement des éléments que je n’ai pas du tout vu venir, et j’ai apprécié. On revoit aussi toute la famille Bedwyn, et on découvre leur évolution. On n’a pu que s’attacher à certains membres de cette super famille, pas comme les autres.

Une super saga qui se conclu merveilleusement. Et je suis contente d’avoir découvert cette auteure.

note 4,5 étoiles

Littérature américaine, Séries

Le cœur a ses raisons (When Calls the Heart)

Le cœur a ses raisons (When Calls the Heart)

Acteurs: Erin Krakow, Paul Greene, Lori Loughlin
Réalisateur : Michael Landon Jr.
Audio : Français
Durée : 60 × 60 minutes
Genre: Historique, Romance, Drame
Lien Amazon – Saison 1

L’histoire:

Elizabeth Thatcher, une jeune institutrice, entreprend un voyage vers l’Ouest. Issue d’une bonne famille, elle va découvrir Coal Valley, une ville minière habitée principalement par des veuves et des enfants, à cause d’un coup de grisou qui a coûté la vie à beaucoup d’hommes. Elizabeth va vite entrer en conflit avec le seul policier de la ville, qui a été envoyé à Coal Valley pour la protéger. Touchée par le destin des habitants, elle mettra tout son cœur pour aider les veuves et orphelins menacés d’expulsion…

 

Mon avis:

Le cœur a ses raisons est une série télévisée américaine, basée sur la série de roman du même nom écrite par Janette Oke. Disponible sur Netflix, je viens de finir la première saison.

On fait la connaissance d’Elizabeth Thatcher, une jeune femme de bonne famille en quête de liberté et d’indépendance. Elle quitte sa famille pour devenir institutrice dans une ville minière. Il est vraiment qu’avec ce scénario, j’ai pensé à un film et une série adapté aussi de roman: Under the Greenwood Tree, qui raconte l’histoire d’une institutrice dans un village d’ouvrier, et Poldark pour le contexte de la mine. Mais autant dire qu’avec une production de la Hallmark, on est très loin des productions de ITV et de la BBC, où le contexte historique et social sont quelque peu délaissés ici. A vrai dire, je m’y attendais un peu, au vu de leur production de téléfilm. Il y a tout de même un épisode où les femmes prennent la place des hommes dans la mine, qui m’a plu. Tout de même pas assez développé, et il y avait matière. Mais bon, ce n’est pas la spécialité de la production. Il est vrai que je serais aussi curieuse de découvrir les romans, afin de savoir s’ils sont plus engagés, mais n’existant pas en français, ça ne sera point possible. Je dirais que j’ai tout de même passé un bon moment à visionner cette première saison, qui est certes légère, mais divertissante. Cette série me fait penser aussi à une autre que je regardais enfant, pour l’ambiance : Docteur Quinn.

Je compte continuer par curiosité, et voir ce que la suite réserve. Connaissez-vous cette série, et l’avez-vous regardé ?

 

note 3 étoiles

Littérature anglaise, Livres, Romance, Romance historique

La saga des Bedwyn, tome 5 : L’inconnu de la forêt de Mary Balogh

La saga des Bedwyn, tome 5 : L'inconnu de la forêt de Mary Balogh

Éditeur : J’ai lu pour elle
Collection: Aventures et Passions
Pages : 376 pages
Parution : 3 Septembre 2014
Tome : 05/06
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Blessé à la bataille de Waterloo, Alleyne Bedwyn reprend conscience dans un bordel de Bruxelles, incapable de se rappeler qui il est. Il tombe sous le charme de celle à qui il doit la vie, Rachel, une jeune Anglaise en perdition recueillie par quatre prostituées au grand coeur. Or, celles-ci viennent de se faire dérober toutes leurs économies. Pour leur venir en aide, Rachel est prête à utiliser sa fortune personnelle. Seul souci : son oncle ne la lui remettra que si elle se marie. Alleyne lui propose donc de se faire passer pour son époux. Et les voici en route pour Londres, accompagnés des quatre belles de nuit déguisées en dames du monde…

 

Mon avis:

Avec ce cinquième tome, on se retrouve à nouveau en Belgique, au moment où Morgan y est avec ses amis. Comme on l’a su dans le roman précédent, lors de la bataille de Waterloo, Alleyne Bedwyn est porté disparu. Alors qu’il avait une importante missive à transmettre, il est gravement blessé et finit par faire une lourde chute dans la forêt de Soignes. C’est là que Rachel, une jeune anglaise, aidée par un soldat, vont lui venir en aide. Lorsqu’il reprend connaissance, Alleyne a perdu la mémoire, il ne sait plus qui il est. Mais il se rend vite compte qu’il est dans un bordel en plein Bruxelles, avec ces quatre prostitués au maquillage bien prononcé, et qui n’ont pas leur langue dans leur poche. Parmi ces femmes se trouvent aussi Rachel, sa sauveuse. Un endroit bien inhabituel pour une jeune noble, qui n’a malheureusement plus d’argent avec elle, à cause d’un faux pasteur, qui a aussi roulé les quatre prostitués, dont l’une est son ancienne gouvernante. Rachel s’en veut terriblement, et souhaite les dédommager en allant récupérer son héritage en Angleterre. Comme elle n’a pas encore 25 ans, Alleyne qui n’a toujours pas retrouvé la mémoire et qui en a peur, propose d’aider Rachel. Ils se font alors passer pour des jeunes mariés devant son oncle. Et c’est là que l’aventure commence !

N’ayant pas grandement apprécié le tome précédent, j’étais tout de même très curieuse de découvrir ce qu’il était arrivé à Alleyne. Il se trouve que cette histoire se déroule en parallèle de celle de sa sœur. Comme le précédent, on se retrouve avec une première partie en Belgique, puis une seconde en Angleterre. Hé bien autant dire que cette fois ci, cela ne m’a pas du tout gênée, et cela je le dois aux personnages qui m’ont plu. L’ambiance qui règne dans ce roman est simple et remplie d’humour, avec un quatuor féminin de choc. J’ai souvent ri face à l’imagination débordante des quatre prostitués. Rachel est une jeune fille qui a un lourd passé, n’ayant pas eu l’occasion d’affronter le monde, elle est assez candide, mais tout de même touchante. Alleyne quant à lui est totalement perdu de ne pas savoir qui il est, et apprend à se faire une nouvelle identité.  Attaché l’un à l’autre, leur relation est assez tendue, comme Alleyne ne connait pas son statut. Des craintes et des non-dits s’accumulent, ce qui rend leur fausse relation de couple compliquée. Cette fois la famille Bedwyn est très peu présente, et c’est plus la famille de Rachel qu’on découvre, et qui nous réserve des surprises. C’est aussi ce qui m’a plu dans ce roman, c’est qu’il y a des faits dont je ne m’y attendais pas, contre d’autres que je soupçonnais.

En bref, je dirais que j’ai passé un très bon moment de lecture. Ce nouveau couple est intéressant, mais je tiens tout de même à souligner que la fin était quand même assez rapide, et je suis quelque peu triste de ne pas avoir eu plus de détails sur la fameuse rencontre. Tant pis ! Maintenant il est vrai que j’ai hâte de me plonger dans le dernier tome consacré au Duc de Bewcastle, un personnage qui fait que m’intriguer depuis le début de la saga. En même temps, il y a de quoi !!

 

4,5 étoiles

 

Actu Period Drama, RDV du Blog

Actu Period Drama #11

actu period drama

 

Rebecca

Rebecca est un thriller dramatique britannique réalisé par Ben Wheatley, avec Lily James, Armie Hammer, Sam Riley, Jane Lapotaire, Kristin Scott Thomas. Le tournage est achevée, et la sortie est prévue en 2020 sur Netflix. Il s’agit d’une nouvelle adaptation du roman éponyme de Daphné du Maurier, déjà porté à l’écran par Alfred Hitchcock en 1940.

L’histoire: Un manoir majestueux : Manderley. Un an après sa mort, le charme noir de l’ancienne propriétaire, Rebecca de Winter, hante encore le domaine et ses habitants. La nouvelle épouse, jeune et timide,  de Maxim de Winter pourra-t-elle échapper à cette ombre, à son souvenir ?

 

Belgravia

Comme déjà annoncé dans un article précédent, on retrouvera prochainement Julian Fellowes avec Belgravia, pour une adaptation de son roman portant le même nom. Cette série historique, arrivera le 15 mars sur ITV. Aux Etats-Unis, la diffusion est annoncée pour le 12 avril. En attendant, on en découvre un peu plus avec une nouvelle bande-annonce, deux affiches et quelques images promotionnelles.

belgravia2b2belgravia2b1belgravia2btraa25021446-8028821-image-a-33_1582289814377nintchdbpict000563989059nintchdbpict000563978039nintchdbpict000563978030nintchdbpict000563978023

 

The English Game

Netflix diffusera à partir du 20 mars « The English Game », une nouvelle série conçue par Julian Fellowes sur les débuts du football professionnel à la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne.

La série – déclinée en six épisodes – s’inspire de faits réels, notamment de la véritable histoire de Fergus Suter (1857-1916), un tailleur de pierre écossais considéré comme le premier joueur professionnel de l’histoire du football.

The English Game est réalisée par Birgitte Stærmose (The Spanish Princess) et Tim Fywell (Happy Valley).

Au casting on retrouve Edward Holcroft, Craig Parkinson, Kevin Guthrie, Charlotte Hope, mais aussi James Harkness, Niamh Walsh, Gerard Kearns, Daniel Ings, Henry Lloyd Hughes, Kate Phillips et Joncie Elmore.

The English Game

 

Self Made : D’après la vie de Madam C.J. Walker

Cette mini-série de 4 épisodes raconte l’histoire vraie de Madam C.J. Walker, une Afro-américaine qui est devenue la toute première femme millionnaire en créant un véritable empire de la coiffure grâce à des cosmétiques et des produits capillaires conçus pour les personnes noires.

La série, basée sur la biographie On Her Own Ground de A’Lelia Bundles est à découvrir dès le 20 mars sur Netflix.

Self Made : D'après la vie de Madam C.J. Walker

Littérature anglaise, Livres, Romance, Romance historique

La saga des Bedwyn, tome 4 : L’amour ou la guerre de Mary Balogh

La saga des Bedwyn, tome 4 : L'amour ou la guerre de Mary Balogh

Éditeur : J’ai lu pour elle
Collection: Aventures et Passions
Pages : 382 pages
Parution : 21 Mai 2014
Tome : 04/06
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Un scandale a contraint Gervase Ashford à fuir l’Angleterre. Neuf ans plus tard, il n’a toujours pas oublié l’humiliation infligée par le duc de Bewcastle et, lorsqu’il croise la sœur de ce dernier à Bruxelles, il y voit l’occasion rêvée de se venger. Quelle proie facile que cette ravissante jeune fille sans expérience pour un séducteur comme lui ! Gervase jubile déjà à l’idée de l’esclandre qu’il va provoquer. Mais la bataille de Waterloo éclate et, dans le tumulte de l’Histoire, le cynique manipulateur perd son cœur. S’en remettra-t-il lorsque Morgan, ayant découvert son projet, décidera à son tour de prendre sa revanche ?

 

Mon avis:

Pour le quatrième tome de cette saga, Mary Balogh nous offre une construction différente pour cette intrigue en deux parties, dans deux pays. On retrouve la benjamine de la famille Bedwyn, Morgan qui vient de faire ses débuts, et a été présentée à la reine. En séjour à Bruxelles, avec la famille d’une de ses amies, elle alterne soirées et bals, où elle fait la rencontre de Gervase Ashford, comte de Rosthorn. Cet homme cache en fait bien des secrets, et un passé qui le hante. Jeune débutante, elle ne se rend pas compte de ce double jeu qui s’installe, et la réalité des tensions politiques vient encore plus troubler la situation, avec la bataille de Waterloo.

Avec la première partie du roman, on voit naître une amitié et une passion entre nos deux héros, avec en toile de fond un climat d’affrontement qui se prépare. Le passé qui hante Gervase nous est caché, et on se demande pourquoi il y a une telle haine envers les Bedwyn. Un jeu qui s’avère difficile, il souhaite se venger en utilisant Morgan, mais il en fait les frais en s’attachant à la demoiselle. Morgan ne sait rien de tout cela, et le prend en amitié, et même plus. Avec la disparition de son frère sur le front, elle se voit obligé de rentrer en Angleterre, pour faire l’annonce de la triste nouvelle à sa famille. Et c’est ainsi qu’elle va découvrir le jeu de vengeance que voulait lui jouer Gervase.

Après une première partie marquée par les tensions, il est vrai que je me suis un peu ennuyée avec la seconde, où le rythme et le conflit napoléonien n’était plus présent. Et cette idée de retournement de vengeance de la part de Morgan, avec cette volonté de briser le cœur de Gervase, comme il avait brisé le sien, ne m’a pas convaincue. Mais il est vrai, que je voulais en savoir plus sur le passé de cet homme qui m’intrigue, et j’ai été gâtée, vu que je m’attendais à certains points, mais pas à tous ! Merci pour la surprise !

Je dirais que c’est le tome que j’ai le moins aimé de la saga. Après un début prometteur, je me suis lassée de la deuxième partie avec ce va et vient dans le jeu de séduction. Je compte bien entendu continuer la saga, et je suis d’ailleurs curieuse de savoir ce qui est arrivé à Alleyne.

 

3 étoiles