Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Comme une aurore dans la brume de Aurélie Depraz

 

couv17963911

Éditeur : Autoédité
Pages : 282 pages
Parution : 18 Octobre 2019
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Sørjevik, Norvège, 871
Haakon est furieux. Son jarl et meilleur ami, Loken, lui a imposé de s’occuper de la captive qu’ils ont repêchée en pleine mer du Nord jusqu’à ce qu’ils aient pu obtenir sa rançon. Or, la naufragée refuse de décliner son identité et sa beauté éveille en lui autant de souvenirs douloureux que son caractère l’insupporte.
L’hiver approche. Si elle ne parle pas maintenant, toute tentative de rançonnage sera reportée et il devra la surveiller jusqu’au printemps. Et ça, c’est strictement hors de question. Parce qu’elle est intenable, caractérielle et… aussi désirable qu’interdite.
Quant à la jeune femme, elle semble bien décidée à ne pas lui rendre la tâche facile, à bien plus d’un égard…
Un voyage au cœur des fjords du Rogaland, au temps des grandes expéditions vikings, des guerres entre clans et royaumes scandinaves et de l’exploration maritime des nouvelles voies du nord.

 

Mon avis:

Ce nouveau roman nous emmène à la découverte du peuple viking, en territoire norvégien. Alors qu’ils rentrent d’une escapade, le navire du Jarl Loken et de ses guerriers portent secours à un naufragé. A leur grande surprise, il s’agit d’une femme de haute lignée. Tout de suite il s’imagine la rançon qu’elle pourrait leur faire gagner. Mais déjà il faut qu’elle passe l’hiver, qui est bien rude sur leur territoire, et qu’elle guérit. Une lourde tache que le Jarl confit à Haakon, son meilleur ami. Ce dernier est furieux d’autant plus que la demoiselle à son caractère, et elle refuse de décliner son identité. Voilà qu’il va devoir l’accueillir dans sa ferme en Rogaland, et en plus prendre soin d’elle. Une épreuve qui ne sera pas de tout repos, mais qu’il lui réservera aussi bien des surprises !

Voici une bien belle romance historique et un coup de cœur. Très vite, je me suis attachée au personnage d’Aélis, et comme les Vikings, je me demandais qui pouvait-elle être, et comment elle avait pu se retrouver en pleine mer du Nord, mais aussi qui lui avait fait subir d’aussi dur sévisse. Grâce à Gisla, l’esclave et la nourrice d’Haakon, on va apprendre à mieux la connaitre, et pour notre plus grand plaisir comprendre la vie des Vikings et leurs coutumes. Puisque ce n’est pas avec les échanges qu’elle entretient avec Haakon, qu’on va en apprendre beaucoup ! Aussi têtu l’un que l’autre, leurs discussions sont musclées. Mais on comprend aussi que tous les deux ont un lourd passé, qui nous sera dévoilé au fil de notre lecture. Tous les deux ont connu la douleur et la trahison, et il est difficile de refaire confiance à quelqu’un ensuite.

Avec Comme une aurore dans la brume, on a le droit à deux personnages principaux très attachants, et on peut même dire addictifs. Les personnages secondaires sont tout aussi importants, et bien mis en valeur. Il est vrai que les romans de l’auteure sont tous assez courts, environ 200 pages, mais j’ai trouvé celui-ci très riche. Ce qui a sûrement déclenché mon coup de cœur. Comme à son habitude, on a le droit à beaucoup d’information historique, et termes d’époque en norrois. On se retrouve ainsi vraiment plongé dans l’Histoire, et dans une belle épopée qu’on peut facilement s’imaginer.

Et petit détail qui m’a fait sourire, c’est qu’il y a un norsk skogkatt dans l’intrigue. Il s’agit d’un chat norvégien, et je partage justement mon quotidien depuis quelques mois avec un chaton de sa race ! C’est la première fois que je vois son nom dans un ouvrage.

En bref, je dirais qu’il s’agit d’une très belle romance, avec un aspect historique bien développé, et des personnages très touchant. Une lecture addictive et un coup de cœur !

note 5 étoiles

Films, Littérature anglaise (Angleterre)

Emma (2020)

Emma

Acteurs : Anya Taylor-Joy, Johnny Flynn, Josh O’Connor, Callum Turner, Mia Goth, Miranda Hart, Bill Nighy, Rupert Graves, Gemma Whelan
Réalisateur : Autumn de Wilde
Audio : Anglais, Français
Durée : 124 minutes
Genre: Drame, Romance, Historique

 

L’histoire:

Adaptation du roman éponyme de Jane Austen sorti en 1815.

Emma Woodhouse tente de faire rencontre aux célibataires de son cercle d’amis leur âme sœur.

 

Mon avis:

Emma est le livre de Jane Austen que j’ai le moins apprécié, mais autant dire qu’après avoir vu ce film, je vais peut-être lui laisser une seconde chance. En lisant ces quelques mots, vous comprendrez bien entendu que j’ai bien apprécié cette adaptation. Et qu’est-ce que j’ai rigolé ! J’ai trouvé qu’on retrouvait bien l’humour de l’auteure, et c’est surtout ce que j’ai aimé. Une adaptation fidèle à sa créatrice. Du côté de la scénographie, elle est juste magnifique. Que de beaux décors et lieux de tournage, j’ai d’ailleurs reconnu un château que l’on voit dans Poldark. Les costumes sont tout aussi réussis, mais je suis un peu moins fan de la bande sonore (mais ce n’est pas bien grave!). On voit vraiment qu’il y a eu un grand travail sur l’esthétique que renvoi le film, on se sent vraiment plongé dans une autre époque en toute délicatesse. Le casting est aussi très bon. Je ne connaissais pas du tout Anya Taylor-Joy, et autant dire qu’elle m’a convaincue dans son rôle d’Emma. Du côté de l’intrigue, on nous offre une belle critique de la bourgeoisie du XIXe siècle, comme Jane Austen c’est si bien le faire, et je dirais avec une petite touche de modernité et de fraîcheur très agréable. Un film qui a su me surprendre agréablement, et je pense même le regarder à nouveau avec plaisir.

 

note 4,5 étoiles - film

 

Et si comme moi, vous êtes tombé sous le charme des lieux de tournage, voici une vidéo qui nous en montre encore et encore, pour notre plus grand plaisir !

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Shaena de Aurélie Depraz

Shaena de Aurélie Depraz

Éditeur : Autoédité
Pages : 232 pages
Parution : 18 Mai 2019
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Extrême nord de l’Ecosse, 1214
Quand Connor revient à CastleWhite après neuf ans d’absence, c’est pour constater que les desseins de son père, le seigneur de Caithness, n’ont pas changé à son égard : quoique grabataire et alcoolique, il n’a pas renoncé à le contraindre à épouser la fille de leur pire ennemi : le jarl des Orcades. Une Scandinave ! Quand tout le monde sait que c’est à ces chiens de Vikings qu’on doit la mort de Tormond !
Connor est catégorique. S’il doit se marier un jour, ce sera avec une Ecossaise. Jamais il n’épousera cette sauvageonne dont il a gardé le souvenir, une gamine d’à peine dix ans, maigre, plate et farouche.
Peu importe qu’elle ait grandi, peu importe sa beauté, ce que leurs pères peuvent comploter. Peu importe qu’il soit devenu homme, peu importe qu’elle soit devenue femme. Rien ni personne ne le fera changer d’avis.
Pas même elle.

 

Mon avis:

Après s’être enfui du domaine familial pour éviter un mariage arrangé, Connor MacKay est finalement de retour à CastleWhite avec Sean, son meilleur ami, à la demande d’un petit frère qu’il ne connait pas encore. Neuf ans sont passés, mais le malaise entre lui et son père est toujours là. Sur place, il découvre l’état de délabrement du château. Beaucoup de travail l’attend, et il doit surtout reprendre les alliances, car l’ennemi, ses fameux norvégiens qui ont tué son frère aîné, sont toujours là. Mais comment faire, quand il y a tant de choses à reprendre, et que le mariage arrangé pour sauvegarder la paix est tout à l’ordre du jour. Un écossais et une norvégienne, une idée qui a toujours déplu à Connor. Est-ce que ce sera toujours le cas quand il aura fait la connaissance de la fameuse norvégienne !?

Aurélie Depraz nous offre ici une nouvelle immersion en Ecosse, au Moyen Age, et au temps des Vikings. Un mélange très intéressant, qui change de mes habitudes livresques du genre. Connor MacKay est un grand guerrier, et fidèle aux idées que l’on peut se faire d’un Highlander. Quand il prend la fuite à ses 17 ans avec son meilleur ami, c’est grâce à leur talant à l’épée qu’ils survivent. Mais quand il reçoit la lettre de Neil, un petit frère qu’il ne connaît même pas, il n’a pas d’autre choix que de retourner chez lui, et affronter ce qu’il l’attend. La mort de son frère lors d’une attaque viking, l’a profondément touché, et depuis sa mère est aussi décédée. Un personnage vaillant et au grand courage que la vie n’a pas épargnée. A ses côtés, Shaena Jónsdóttir, une jeune norvégienne qui très tôt s’est vue promise à Connor, alors qu’elle n’avait que 9 ans. Son père ne lui laisse pas vraiment le choix, et il est prêt à tout pour que cette union est lieu. Il est vrai qu’en découvrant au fur et à mesure cette intrigue, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à une de mes sagas préférés « Les chevaliers de Highlands » de Monica McCarty. Même si on n’est pas du tout dans le même contexte historique, et la même époque, un lien avec le premier tome de la saga m’y a fait penser. ça m’a d’ailleurs fait sourire, d’autant plus que j’ai littéralement dévorée cette saga, qu’il m’arrive de relire. Mais revenons à nos héros que j’ai appréciés suivre. L’histoire est rythmée, et très agréable à lire. On s’imagine facilement avec eux, et on assiste à leur histoire qui nous touche. J’ai passé à nouveau un très bon moment de détente avec cette lecture qui a su me captiver du début jusqu’à la fin.

 

note 4,5 étoiles

Littérature sud-africaine (Afrique du Sud), Livres

La vie sur mesure de Marius Gabriel

La vie sur mesure de Marius Gabriel

Éditeur : Amazon Crossing
Pages : 411 pages
Parution : 28 Avril 2020
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

La jeune mariée Copper Reilly arrive à Paris en 1944, peu après la Libération. Tandis que la ville est en fête, elle se sent prisonnière de son mariage malheureux. Quand son époux commet l’infidélité de trop, Copper demande la séparation.
Désormais seule, elle se lie d’amitié avec un étrange couturier rencontré dans l’arrière-boutique d’une maison de haute couture sur le déclin. Sa nature timide contraste avec le génie audacieux de ses créations. Il s’appelle Christian Dior. Copper devient sa muse et, convaincue de son talent, met tout en œuvre pour l’aider à lancer sa marque.
Elle se retrouve plongée dans l’éblouissant milieu de la mode parisien et armée de son appareil photo et de sa machine à écrire, s’y fait une place en tant que journaliste. Alors qu’elle s’interroge sur ses aspirations profondes, elle rencontre deux jeunes hommes bien différents entre lesquels son cœur balance… Dans une ville en pleine reconstruction, Copper saura-t-elle se créer une vie sur mesure ?

 

Mon avis:

Cooper est une jeune mariée américaine qui débarque à Paris à l’automne 1944. Suite à la rupture avec son mari beaucoup trop volage, elle reprend goût à la liberté. Libre de vivre sa vie, de faire ce qu’elle veut et de discuter avec qui elle veut. C’est ainsi qu’elle se lance dans le journalisme. Elle rencontre un couturier encore bien méconnu à ce moment, un certain Christian Dior. La suite de l’histoire va nous permettre de découvrir le début de la carrière de ce dernier, mais aussi d’autres personnages d’époque, réels et fictifs.

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman. L’auteur a écrit beaucoup de romans sous deux noms différents, et c’est la première fois que je découvre sa plume. L’histoire est très intéressante, et enrichie de personnages pittoresques et attachants. L’aspect historique est aussi très intéressant. On part à la découverte de la vie parisienne, dans les quelques mois et années qui ont suivi la libération. Le style est léger, mais il met très bien en scène des thématiques et des événements importants et difficiles d’après-guerre, comme le féminisme, l’homosexualité, la cohabitation avec les nazis, les manifestations sociales ou encore la situation politique. Des messages forts sont ainsi passés, tout en suivant le parcours de l’héroïne principale, Cooper, dans ses questionnements, ses avancées et le début d’une nouvelle romance.

En bref, une bonne intrigue avec un fond historique qui nous plonge dans des sujets importants de l’après guerre, des thèmes et personnages forts, et la découverte de la renaissance de la mode.

note 4 étoiles

Actu Period Drama, RDV du Blog

Actu Period Drama #13

actu period drama

 

Sissi – The Empress

Netflix prépare un nouveau projet de mini-série consacrée à l’Impératrice Sissi. Intitulée The Empress, elle sera composée de six épisodes de 45 minutes, racontant la vie de la souveraine autrichienne, notamment les premiers mois de sa vie à la cour de Vienne, mais également le contexte historique, à savoir « la crise de Crimée, l’occupation de l’Italie du Nord par l’Autriche ou la guerre avec la Prusse. » La mini-série cherchera également à mettre en avant certaines « figures et leur entourage qui n’ont, jusqu’à présent pas été montrés ».

Le casting n’a pas encore été dévoilé. La suite au prochain numéro !

Wikipédia Élisabeth de Wittelsbach - Sissi

 

The Dig

Adapté du roman éponyme de John Preston, et d’une histoire vraie post seconde guerre mondiale, « The Dig » raconte l’histoire d’Edith Pretty, une veuve qui a le pressentiment que son terrain contient des objets de valeur enterrés. Pour s’en assurer, elle recrute un archéologue local, Basil Brown, qui établit la découverte comme une des plus grandes de l’Histoire. Le cinéaste australien Simon Stone (The Daughter) réalisera le long-métrage britannique, qui sera produit par Gabrielle Tana (Philomena). Du côté du casting, on retrouve Carey Mulligan, Ralph Fiennes, Lily James, et Johnny Flynn.

En collaboration avec la BBC, le film sera disponible sur Netflix. A défaut d’avoir une date de sortie, découvrez quelques photos du tournage.

imageimage-1image-2image-3

 

Emily

Un nouveau projet de biopic sur Emily Brontë est prévu pour 2021, il reviendra sur ses premières années. On retrouve au commande de cette réalisation Frances O’Connor (Fanny Price dans Mansfield Park 1999), quant au rôle d’Emily il a été confié à Emma Mackey, révélation de la série Sex Education. Le casting comprend également Joe Alwyn (La Favorite) qui incarnera l’amant d’Emily avec lequel elle est en conflit, Fionn Whitehead (Dunkerque) qui jouera son frère de génie autodestructeur et enfin Emily Beecham (Little Joe) qui incarnera Charlotte Brontë, sa sœur. Pour l’instant son autre sœur Anne, n’est pas mentionnée.

Bronte

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Pour l’amour d’une Sasunnach de Aurélie Depraz

Pour l’amour d’une Sasunnach de Aurélie Depraz

Éditeur : Autoédité
Pages : 200 pages
Parution : 4 Juin 2018
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Ecosse, 1374 Pour apaiser les tensions scotto-anglaises de la fin du XIVe s., le roi d’Angleterre Edouard III offre en mariage, avec l’appui du monarque écossais, les trois plus belles filles nobles de son royaume aux trois plus puissants seigneurs d’Ecosse. Ian MacAlistair, seigneur d’Argyll, a le mariage en horreur et ne porte guère les Anglais dans son cœur. Les Highlanders refusent l’idée même de cette alliance et Ian chérit sa liberté plus que tout au monde. Tiraillé entre raisons personnelles et géopolitiques, entre passé et avenir, sa tête et son cœur, Ian doit choisir : céder, et affronter les foudres de ses compatriotes, ou refuser, et déclencher l’ire du roi d’Angleterre. En accueillant la jeune Anglaise aux charmes indéniables sous son toit le temps de discuter de sa décision avec les chefs de clan voisins, Ian rencontre son destin. Une romance à l’écossaise, à la fois historique et teintée d’érotisme, ancrée dans le cadre et l’imaginaire idylliques de l’Ecosse médiévale.

 

Mon avis:

Petit plongeon en Ecosse au XIVème siècle, où les conflits avec l’Angleterre sont toujours d’actualité. On suit les périples d’une jeune anglaise, Alannah d’Harcourt promise à Ian MacAlistair par le roi d’Angleterre, en signe de paix entre les deux pays. C’est un voyage de plusieurs semaines qui contraint Alannah à quitter son cocon familial, pour rejoindre des contrées lointaines, qu’elle ne connait pas, tout comme son futur époux. Une cohabitation qui s’annonce forcément difficile, mais est-ce que ça va durer !?

Pour l’amour d’un Sasunnach est le premier roman publié par Aurélie Depraz, et pour tout vous dire je suis impressionnée. Comme pour le précédent que j’ai lu à l’époque des vikings, on ressent son implication à bien vouloir recréer un contexte historique réel. Même si j’ai un peu moins utilisé les notes, comme pour le roman qui concernait les vikings, connaissant mieux les Highlands, je trouve toujours super d’avoir des explications qui nous immergent dans l’époque. J’adore quand les auteurs nous dévoilent leurs recherches, soit via des notes, et des écrits en fin de roman. C’est super intéressant.

Concernant l’intrigue, je dirais que le roman se passe en deux temps. Avec une première partie concernant la rencontre avec Alannah qui découvre l’Ecosse, son peuple et son futur mari Ian. Puis un second temps qui redonne un coup de fouet à l’intrigue, pour notre plus grand plaisir, avec des moments d’actions et de révélations. Je vais me répéter, mais pour un premier roman, c’est vraiment très bien écrit, et on s’accroche très vite aux personnages principaux. J’ai tout de suite aimé Alannah, qui arrive pratiquement toute seule dans un pays inconnu, mais qui ne se laisse pas démonter pour autant, même si elle est sur ses gardes. Et à ses côtés, Ian qui la taquine. C’était d’autant plus appréciable d’en découvrir d’avantage sur ses origines en deuxième partie de roman. Un personnage très attachant tout comme Alannah. J’ai bien aimé ce couple.

Encore une fois, j’ai passé un très bon moment avec ce roman, et ça faisait d’ailleurs un petit moment que je n’avais pas lu une romance historique écossaise. J’ai d’autant plus apprécié. Et je tiens aussi à féliciter l’auteure, puisque pour une première fois, c’est vraiment très bien réussi. J’ai d’autant plus envie de lire la suite de ses ouvrages, pour voir l’évolution de sa plume. Mais tiens donc, j’en ai deux autres dans ma PAL 😉

note 4 étoiles

Littérature suisse (Suisse), Livres, Romance, Romance historique

Le coeur de Lucy, tome 1 : Au-delà de la raison de Marilyn Stellini

Le coeur de Lucy, tome 1 : Au-delà de la raison de Marilyn Stellini

Éditeur : Milady Romance
Pages : 432 pages
Parution : 28 août 2015
Tome : 01/02
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

L’histoire:

Angleterre, époque victorienne. Lucy Hadley n’a que faire des mondanités de la haute société et ses talents de guérisseuse lui valent une réputation de sorcière. Appelée au chevet du comte de Lauderdale, qui est gravement malade, elle rencontre le meilleur ami de celui-ci, Jack de Nerval. C’est le début d’une liaison orageuse avec un homme qu’elle aime d’un amour inconditionnel. Mais le cœur du duc n’est plus à prendre : Jack est marié et père de famille… Les tourments de Lucy ne font que commencer.

Mon avis:

Lucy Hadley est une jeune lady de 19 ans. Orpheline de père et abandonnée par sa mère, elle récolte ainsi une mauvaise réputation de la société. Elle vit à Dunram avec son demi-frère Henry et sa femme Bethany, ainsi qu’avec son neveu et son autre demi-frère Aaron. Dans son foyer, elle aide les domestiques dans leur quotidien, et surtout, elle est connue pour ses dons de guérisseuse. C’est ainsi, alors qu’elle se trouve chez sa vieille amie pour se procurer des herbes, qu’elle vient en aide au valet du comte Allan de Lauderdale, qui cherche une guérisseuse pour aider son maître fort malade. Elle se rend à son chevet en Ecosse. Sur place, elle fait la connaissance du meilleur ami du comte, Jack de Nerval, dont elle tombe immédiatement sous le charme. Mais celui-ci est marié, et à même une petite fille…

Avec ce roman, on se retrouve avec un scénario de romance impossible, et même de triangle amoureux. Le personnage de Lucy m’a tout de suite intriguée, un peu à mi-chemin du personnage de Cendrillon avec des pouvoirs exotériques. Mais il est vrai qu’au fur et à mesure, j’ai eu un peu plus de mal à accrocher. Lucy est quand même censé être une jeune fille de bonne famille qui a grandi dans un orphelinat, comme son amie Judith. Et je l’ai trouvé trop libre dans ses actions, on a même tendance à oublier qu’on est dans l’évoque victorienne. Elle est peut être en dehors des conventions, mais on va un peu trop loin à mon goût. Lucy a un caractère fougueux, direct et passionné; elle se déplace le plus souvent toute seule, sans aucun accompagnement; son langage est assez limite pour une dame; elle consomme de l’alcool fort dans des bars; et dans les nombreuses scènes érotiques, l’effeuillage est assez rapide. A cette époque, les femmes sont censées avoir plusieurs couches de vêtements…

Sinon il est vrai que l’auteure écrit bien, et c’est pour cela que je me suis laissée porter jusqu’à la fin, même si j’ai fini par me lasser des personnages principaux, et que je trouve que le caractère historique n’est pas vraiment respecté. J’ai particulièrement aimé les échanges épistolaires, et les informations sur les plantes pour soigner tel ou tel symptôme. Je me suis aussi amusée sur Internet à regarder les pouvoirs de chacune, et j’ai par conséquent appris beaucoup. Mais il est vrai que je n’enchaînerais pas avec le deuxième et dernier tome.

note 2,5 étoiles

Littérature anglaise (Angleterre), Séries

Sanditon

9781409192909

Acteurs: Rose Williams, Theo James, Anne Reid, Kris Marshall, Jack Fox, Crystal Clarke, Charlotte Spencer, Kate Ashfield, Leo Suter
Réalisateur : Andrew Davies
Audio : Anglais
Durée : 360 minutes
Genre: Historique, Romance, Drame

 

L’histoire:

D’après le dernier roman inachevé de Jane Austen.

Début du XIXe siècle. Angleterre. L’aristocratie découvre les bienfaits des bains hydrothérapiques. Une famille, les Parker, décide de faire de Sanditon, un village de pêcheurs paisible, une station balnéaire prisée par la haute société anglaise.

 

 

Mon avis:

Sanditon est une petite ville de bord de mer en plein développement. La famille des Parker souhaite en faire la nouvelle station balnéaire à la mode. De vastes plans sont ainsi lancés en architecture et en événementiel. Mais encore faut-il réussir à mobiliser la bonne société.

Après toutes les critiques négatives que j’ai pu lire sur cette mini série, j’avoue avoir mis énormément de temps à la regarder, afin de me faire mon propre avis. Il est vrai qu’on est finalement assez loin de l’univers de Jane Austen, et de son humour qu’on retrouve très peu dans cette adaptation. Et c’est pourquoi, j’ai plus voulu découvrir cette série comme une création originale d’Andrew Davies, son réalisateur.

Je dirais avoir trouvé l’intrigue intéressante, comme les personnages de Charlotte Heywood, l’une des héroïnes de l’histoire qui va aider le frère aîné, Tom Parker dans ses projets; ou Lady Denham, une dame de la haute société, dont les membres de sa famille court après son argent; ou encore Georgiana Lambe, une héritière métisse. Mais autant dire que je n’ai pas du tout accroché avec l’un des héros, Sidney Parker. Ce personnage est tellement inconstant, et incompréhensible. Je ne comprends pas du tout ce qu’a voulu faire le réalisateur avec lui… Un Darcy odieu, mal dans sa peau et froid ? Encore faudrait-il arriver à le suivre… Je trouve aussi qu’on s’intéresse un peu trop à la romance, au point d’en créer un triangle, et que de nombreux sujets de l’intrigue ont été délaissé et manquaient d’être approfondis. Et il y avait pourtant matière à réaliser une bonne série, que ce soit par les thèmes développés, ou les personnages présents. J’aurais par exemple souhaité en savoir plus sur Georgiana, ou Clara. Finalement, on peut même se demander ce que cette dernière a apporté à l’histoire.

Mais pour finir tout de même sur une note un peu plus joyeuse, ITV nous gâte toujours avec de beaux paysages, lieux de tournage, monuments et costumes. Je dirais que je suis tout de même contente d’avoir vu cette adaptation, mais je suis clairement sur ma faim. Il y a vraiment des moments où j’accrochais à l’histoire, c’est dommage.

 

note 2 étoiles