Classique, Livres

Littérature : Les grandes œuvres tout simplement de Collectif

Littérature : Les grandes oeuvres tout simplement de Collectif

Éditeur : Prisma
Pages : 352 pages
Parution : 13 Octobre 2016
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Classique, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

En quoi les contes des Mille et Une Nuits ont-ils influencé la littérature moderne? Pourquoi les écrits de Voltaire ont-ils bouleversé la société française du XVIIIe siècle ? Comment des auteurs aussi différents que Victor Hugo, Jane Austen ou Italo Calvino ont-ils contribué à faire évoluer le roman ? Ce livre passionnant se lit comme une épopée à travers des siècles de création littéraire, de l’Antiquité à nos jours. Pièces de théâtre, romans et poésies : une centaine d’œuvres majeures ont été retenues dans cet ouvrage pour leurs qualités esthétiques mais aussi l’influence qu’elles ont exercée sur la création littéraire postérieure. Parmi les auteurs figurent les génies incontestés de la littérature européenne – notamment française et anglaise – mais aussi les grands noms de la littérature étrangère contemporaine tels que le Colombien Gabriel Garcia Marquez ou le Japonais Haruki Murakami.

 

Mon avis:

Voici un ouvrage très intéressant pour ceux qui veulent en savoir plus sur la littérature, les grandes œuvres qui ont marqué une époque et leur contexte, ainsi que ses grands écrivains qu’on continue de lire aujourd’hui et au fil des siècles.

Ce livre est avant tout construit de manière chronologique, et on peut le voir comme une encyclopédie de la littérature. On commence ainsi notre voyage historique à partir de 3000 av. J-C. Hé oui un premier livre écrit avait déjà vu le jour, il s’agit de l’épopée de Gilgamesh (environ 2100 av. J-C). Dans cette première partie nommée « Héros et légendes », on découvre ses grands noms de personnages qui inspirent toujours la littérature moderne. Mais surtout on découvre dans quel contexte historique, ils ont vu le jour. On parle bien entendu de la poésie et du théâtre grecque, de la guerre de Troie, de la Rome antique… ou encore de grands noms comme Homère, Sophocle ou Aristote. De nombreuses illustrations et schémas sont présents pour nous expliquer au mieux chaque période, ce qui rend le livre très instructif et accessible. Des citations et des œuvres d’art dynamisent aussi le récit. En plus de voir ce livre comme une encyclopédie, on peut dire aussi qu’il enrichit notre culture générale, et nous rappelle des souvenirs de nos cours de français à l’école primaire ou au collège ! Information importante à souligner, il faut savoir qu’on nous fait des résumés de grands ouvrages littéraires, et par conséquent on se fait spoiler un peu l’histoire. Dans mon cas, je n’ai pas trouvé ça gênant. J’ai juste encore plus envie de mettre certains livres dans ma wish-list ! Alors forcément, avec un aussi gros pavé qui retrace la littérature début ses débuts, on a forcément des périodes ou des genres qu’on préfère, et c’est bien normal. Mais grâce à ce livre, la curiosité prime, et j’ai même envie de découvrir des livres qui, quelques jours avant ma lecture de cet ouvrage, m’aurait étonné de voir dans ma wish-list ! Il faut aussi savoir partir à l’aventure, et découvrir autre chose ! Et donc à la suite de la partie consacré aux « Héros et légendes », on retrouve « De la renaissance aux Lumières », puis « Le romantisme et l’essor du roman », « Peindre la réalité », « Rupture avec la tradition », « L’écriture d’après-guerre », et enfin « La littérature contemporaine ».

En bref, je dirais que ce livre est certes consacré à la littérature, mais on en oublie pas pour autant l’Histoire qui a marqué certains récits par les bouleversements économiques et sociaux qui ont engendré, ou les guerres, ou encore les épidémies. Un livre à avoir dans sa bibliothèque, pour le feuilleter encore et encore ! Une balade dans l’histoire de ses grands noms très enrichissante.

note 4,5 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Passions Londoniennes, tome 3 : James de Aurélie Depraz

41i9nksdzxl

Éditeur : Autoédité
Pages : 337 pages
Parution : 21 Juin 2020
Tome : 03/03
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Angleterre, 1821

Aylana est désespérée. La vie de son frère John ne tient plus qu’à un fil, et la seule solution qu’il lui reste est d’en appeler… à la clémence du roi.
Elle. Une roturière. À qui Sa Majesté n’accordera pas même l’ombre d’une audience. Et pour qui Elle ne lèvera pas l’ongle du petit doigt. À moins…
À moins de l’approcher grâce à l’un de Ses plus fidèles compagnons de débauche, qui jouit de Son estime et de Sa plus grande confiance : James Eastlake. James Eastlake, auquel son frère, le duc de Somerset, la recommande avec réticence. James Eastlake, qui traîne derrière lui une réputation exécrable. James Eastlake, qui l’a même offensée il y a plusieurs années. James Eastlake, enfin, qui n’acceptera jamais de l’aider, au vu de l’affront qu’elle lui a elle-même fait subir en retour à l’époque.
James Eastlake… qui reste son seul espoir, malgré tout.
Aylana n’a pas le choix. Elle ira à Londres. Elle trouvera cet homme. Et elle le suppliera d’intercéder en sa faveur. Et ce, quel qu’en soit le prix.

 

Mon avis:

Place au dernier tome de cette trilogie, qui sera un coup de cœur pour moi au grand complet ! James est donc le petit dernier de cette équipe infernale, qui ne nous a pas encore dévoilé ses secrets, et son histoire. Jeune noble, comme son ami Alexander, il n’a point envie de se marier, et d’appartenir à une seule femme. Il aime trop les femmes pour en avoir qu’une seule dans son lit, et tout le monde le sait, jusque dans les journaux. Il enchaîne ainsi les histoires, et aime vivre dans le luxe, ce qui contrarie bien sa mère. Jusqu’au jour où Alyana arrive dans sa vie pour lui demander de l’aide. Solliciter l’aide d’un libertin connu, quelle drôle d’idée, mais elle n’a pas le choix, il en va de la vie de son frère qui risque la mort. Seul lui peut l’aider, grâce à ses relations avec le roi. Une aventure qui va emmener nos deux héros pas là où ils s’attendaient…

Quelle magnifique trilogie qui a su m’emporter jusqu’à la fin. Même si avec James, on peut très bien s’attendre à ce qu’il va se passer, hé bien il peut quand même nous surprendre ! Fils de duc, ce dernier vit dans l’opulence. Entre ses sorties avec ses amies, sa passion pour l’art, et les belles femmes, il ne s’ennuie pas. A ses côtés, on retrouve Alyana, une jeune fille de basse extraction mais cultivée, qui a travaillé en tant que dame de compagnie, et aujourd’hui enseignante. C’est aussi une féministe, passionnée par Mary Wollstonecraft, une femme de lettre et philosophe, mère de Mary Shelley (Frankenstein). Comme toujours, j’adore toutes les références historiques que nous glissent l’auteure dans ses romans. Et encore une fois, nous sommes gâtées entre Napoléon, George IV, Casanova, la passion de nos deux héros pour l’art, mais aussi la continuité de la révolution industrielle, on a de quoi se documenter. Mais revenons à notre intrigue et nos héros, dont on pourrait penser que tout opposent, mais finalement ils ne sont assez complémentaires. Aylana est certes jeune et innocente, mais c’est aussi une femme au grand courage, et qui est prête à tout pour sauver la vie de son frère. Certes, elle éprouve des craintes, mais elle a toujours combattue dans la vie, et ne va pas s’arrêter là. James en est d’ailleurs impressionné, et elle ne se laisse pas faire quand il la provoque. Et forcément il aime ça. Mais il est vrai que sa requête n’est pas évidente, d’autant plus que le Roi est comme lui, un homme à femmes. Il va pourtant l’aider, et ils vont ainsi apprendre à se connaitre, et développer ensemble leur passion pour l’art.

Encore une très belle romance, rythmée et riche en révélation, qui a su me captiver. Je pense qu’Aylana est mon personnage féminin préféré de cette trilogie, suivi de Jay, pour le personnage masculin. J’ai vraiment adoré chacun des romans. Alors, si vous ne connaissez pas, lancez vous !

note 5 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance paranormale

La réfugiée des Highlands de Gaida Mendoza

71fy4pg222l

Éditeur : Gloriana
Pages : 368 pages
Parution : 10 Février 2020
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique, Fantastique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Une famille riche… Un mariage de convenance… Un voyage dans les Highlands… Un soupçon de magie… Alors qu’Anna doit prochainement se marier, elle s’offre le luxe d’un dernier voyage en solitaire sur les terres écossaises, dans le but de fuir ce mariage dont elle ne veut pas. Mais c’était sans compter l’intervention magique d’un effrit qui va la propulser dans le passé, à une époque aux mœurs différentes des siennes.

 

Mon avis:

Gaida Mendoza, nous livre son premier roman qui nous emmène découvrir Anna, une jeune femme dont la famille est très à cheval sur les convenances, et souhaite qu’elle s’unisse à une famille qui possède les mêmes idées. En soit un mariage de convenance, dont elle ne veut pas. Elle fuit ainsi en Ecosse, et va faire une étrange rencontre avec une créature magique, qui va bouleverser sa vie et la propulse à une époque inconnue sur les terres du clan Kincaid. L’aventure commence, et bien des surprises vont en découler.

L’intrigue de ce roman est constitué de deux parties. La première nous emmène en Ecosse, et dans le passé. On suit Anna qui se trouve désorientée après ce voyage dans le temps, et qui est ramenée semi-consciente au château du clan, par le laird lui-même, Ariyal Kincaid. Entre eux, les discussions sont quelques peu explosives, on s’amuse bien. Elle vient du futur, mais il ne la croit pas, malgré son attitude étrange. On tourne les pages avec plaisir, l’histoire est rythmée. Mais c’est surtout la seconde partie qui m’a le plus étonnée, et même surprise. Là clairement, on rentre plus dans la fantasy, et la magie. Ce changement de registre est déconcertant, et ça m’a plu. On se demande vraiment comment l’histoire va s’enchaîner, et c’est à ce moment que j’ai commencé à m’attacher aux personnages. Pauvre Anna, elle en a tellement subi, et ce n’est pas fini. Multiples complots et phénomènes magiques nous tiennent en haleine, et on a enfin réponse à nos questions sur le vécu de nos personnages.

Pour un premier roman, celui-ci est réussi, même si c’est plus la deuxième partie qui m’a le plus intriguée. Une aventure originale qui m’a un peu fait penser à la saga Les Highlander de Karen Marie Moning Un bon moment de lecture !

 

note 3,5 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Passions Londoniennes, tome 2 : Jay de Aurélie Depraz

couv29965538

Éditeur : Autoédité
Pages : 313 pages
Parution : 1er Mai 2020
Tome : 02/03
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Londres, 1819
Jay Stenson a tout bâti de ses mains. Né dans la rue, au cœur des quartiers londoniens les plus pauvres, il a su s’élever dans la société à la seule force du poignet et finir à la tête d’un véritable empire industriel.
Pourtant, il est une chose que son argent, jusqu’à présent, n’a pas su acheter : le bonheur de sa sœur, la très jeune Elisa. Prêt à tout pour l’intégrer (malgré elle s’il le faut) aux milieux huppés qu’il fréquente désormais et l’aider à se lancer dans la vie, il décide de faire appel à une jeune aristocrate. La mission de cette dernière : éduquer Elisa et en faire une lady. Une vraie. À son image.
Mais la belle Amanda Keat, elle aussi, a de graves problèmes à résoudre. Quant à ses vues sur le monde, elles sont bien loin de celles de ce roturier de Stenson… dont le franc-parler, les manières abruptes et le manque total de tact l’agacent au plus haut point…
Jay : quand les classes sociales du début du XIXe siècle se rencontrent, se repoussent et s’attirent, au temps de la Première Révolution Industrielle…

 

Mon avis:

Après avoir fait la connaissance d’Alexander lors du premier tome, place à Jay, membre de ce trio de célibataire endurcit. Enfin pas tant que ça ! Jay, comparé à ses amis, n’est pas un homme de la noblesse. C’est à la sueur de son front, qu’il a réussi à s’en sortir des bas fond de Londres. Très jeune, il a dû prendre en charge sa demi-sœur, et a tout fait pour lui offrir une vie digne. Et aujourd’hui, alors qu’ils ont quitté les quartiers pauvres, pour rejoindre la haute société, Elisa ne se sent pas à l’aise avec ce monde qu’elle ne connait pas. C’est là que Jay à l’idée de trouver une jeune lady pour lui apprendre les us et coutumes de la noblesse. Amanda Keat, jeune veuve qui rencontre bien des difficultés, finit par accepter la mission qu’on lui propose. Et bien des surprises vont en découler !

J’étais très heureuse d’apprendre que le tome 2 allait être consacré à Jay. Dans le premier tome, son personnage haut combien hardi, m’a tout de suite intrigué. Et quel bonheur d’en découvrir plus sur lui, son passé, les épreuves qu’il a dû affronter, et la force et le courage qu’ils l’ont amené à changer sa destinée. Jay est des plus déterminés, et hors de question de cacher ses origines, au grand dam de ses amis, et de la jeune lady Amanda qui sera offusquée plus d’une fois de ses manières. Alors qu’Elisa apprend beaucoup d’Amanda, hors de question pour Jay de devenir un gentleman. Même si ce dernier, écoute tout de même ce que dit Amanda, pour mieux nous surprendre. De son côté Amanda connait bien des difficultés depuis la perte de son mari, et en plus elle n’a plus de nouvelles de son frère qu’elle sait en difficulté. Mais hors de question pour elle de solliciter l’aide de Jay, qui en a déjà assez fait pour elle. En femme indépendante, elle ne manque pas non plus de courage, elle souhaite se débrouiller seule.

Autant dire que ces deux personnages étaient faits pour se rencontrer, et on ne s’ennuie pas avec l’intrigue, qui est très rythmé, que ce soit par leur échange ou action. On peut même dire que j’ai littéralement dévoré cet ouvrage qui m’a passionné. J’ai eu un coup de cœur pour Jay, son histoire et sa personne. Et comme toujours avec l’auteure on apprend des détails croustillants sur l’Histoire. Et grâce aux cours avec Elisa, on découvre la vie quotidienne d’une lady, comment servir le thé, comment se servir d’un éventail pour passer des messages, ou encore le langage des fleurs. Purement passionnant ! Encore une fois, je ressors très contente de cette lecture, et c’est même un coup de cœur.

En résumé, une très belle romance historique qui défit les classes sociales, et qui nous livre des détails croustillants sur la vie des différents quartiers londoniens.

 

note 5 étoiles

Jeunesse, Littérature américaine (Etats-Unis), Livres

Catherine, princesse de Russie : Saint Pétersbourg, 1743-1745 de Kristiana Gregory

Catherine, princesse de Russie : Saint-Pétersbourg, 1743-1745 de Kristiana Gregory

Éditeur : Gallimard Jeunesse
Collection: Mon Histoire

Pages : 176 pages
Parution : 31 Août 2006
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Jeunesse, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

« 4 janvier 1744. Mère s’est penchée pour prendre mon menton dans sa main. « Ne répétez à personne ce que je vais vous dire, ni à votre frère ni même à Mademoiselle. Compris ? » J’ai acquiescé. « Si vous obtenez la faveur du roi, vous et moi devrons quitter la Prusse en traîneau pour gagner Saint-Pétersbourg où nous rencontrerons l’impératrice Élisabeth. Elle vous a choisie, vous, ma pauvre fille ingrate, pour être la fiancée de Pierre. À moins que vous ne gâchiez vos chances, vous l’épouserez et un jour, vous régnerez tous deux sur la Russie. »Sophie, princesse sans fortune de Poméranie, est choisie par l’impératrice de Russie pour devenir la fiancée de son neveu, Pierre, qui doit lui succéder. La jeune fille et sa mère quittent la Prusse pour s’installer à la cour de Saint-Pétersbourg. Décidée à conquérir l’affection du peuple, Sophie apprend le russe et, à la veille de son mariage, se convertit à la religion orthodoxe sous le nom de Catherine.

 

Mon avis:

Avant de vous présenter le roman, j’ai plutôt envie de vous présenter la collection « Mon histoire » de chez Gallimard, que j’affectionne tant. Il s’agit de journaux intimes qui nous raconte la jeunesse de grands personnages historiques. Ils sont d’ailleurs très soignées, avec les pages jaunies et le contour des pages arrachées, soit comme un vrai journal intime. En plus de l’histoire qui nous est conté, on retrouve toujours en fin d’ouvrage, des informations complémentaires sur le personnage qu’on a appris à découvrir. Ici, il s’agit de Catherine, la Grande, ou plutôt Sophie Augusta Frederika d’Anhalt-Zerbst. On fait sa connaissance alors qu’elle a tout juste 14 ans en Prusse, où la guerre avec la Russie fait rage. C’est ainsi qu’elle se voit promise à Pierre III Fiodorovitch, empereur de Russie, et va devoir grandement changer pour ce mariage forcé, jusqu’à son prénom.

On suit pendant 2 ans le parcours de Sophie, future Catherine II, et Impératrice de Russie. Jeune fille au grand caractère, elle doit apprendre à découvrir la cour russe, apprendre cette nouvelle langue, et les codes de la future vie qui l’attend. On s’attache très vite à son personnage qui n’a pas froid aux yeux. On arrive déjà très bien à s’imaginer quelle grande dame elle va devenir. La rencontre avec son futur mari n’est pas transcendante. Même s’ils sont tous les deux encore des enfants, cela se sent plus chez Pierre. Et la jeune fille n’hésite pas à l’ignorer. On sent déjà son ambition, et sa volonté à détenir le trône. Juste 2 ans, il est vrai que c’est court pour découvrir son parcours, mais c’est aussi à la fois impressionnant de voir comment elle est prête à tout tenter, pour aller au plus près de ses ambitions. Un récit très intéressant, à découvrir.

Littérature belge (Belgique), Livres, Romance, Romance historique

Le Destin des cœurs perdus, tome 1 : Les Damoiselles de Castel Dark de JC Staignier

81i3tl1sn-l

Éditeur : Something Else
Pages : 364 pages
Parution : 11 Juin 2019
Tome : 01/??
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Angleterre, 1390.

Par ordre du roi, les trois filles aînées du comte Clayton de Percival se rendent à Hill House pour rencontrer le duc de Templeton. Lorsque les portes du château se referment sur Mary, Jane et Ilyana, elles ignorent que leur destinée vient de basculer.

À Castel Dark, le domaine familial, Aelis, la benjamine au caractère rebelle tente de s’imposer dans une société où les hommes dominent.

Entre l’amour, la passion et la haine, les damoiselles de Castel Dark trouveront-elles le courage d’affronter leur avenir ?

 

Mon avis:

Avec ce premier tome de la saga, Le Destin des cœurs perdus, nous voilà parti pour un voyage au XIVème siècle, en Angleterre. On fait la connaissance avec la famille du comte Clayton de Percival. Ils ont six enfants : Anton, Thomas, Mary, Jane, Ilyana et Aelis. Les garçons ont une vingtaine d’année, et des caractères bien différents. Anton est connu pour courir après les damoiselles, tandis que Thomas est plus réservé. Quant aux sœurs, suivent Mary et Jane, les aînées, la douce Ilyana, et la petite rebelle de la famille, Aelis. La benjamine fête justement son anniversaire, et c’est lors d’une grande fête que des émissaires du Roi sont envoyés. La fratrie profite d’un statut particulier auprès du Roi, et c’est ainsi pour eux un grand honneur d’envoyer leur trois filles aînées séjourner à Hill House, afin d’être présentées au duc Arthur de Templeton pour une union. Alors que Jane et Mary se réjouissent de ce voyage, Ilyana, la plus jeune n’en a pas envie. Mais le destin est en route, et place aux surprises !

L’auteure nous offre une intrigue avec plusieurs points de vues, et pleine de rebondissements. L’époque moyenâgeuse n’était pas facile pour les femmes, et on ne nous épargne rien. Histoires d’amour, mais aussi drames, meurtres et combats sont aussi au rendez-vous. Je vous avouerais avoir eu un peu de mal à entrer dans l’histoire au début, et surtout à m’attacher aux personnages principaux, mais j’ai fini par être emportée dans l’aventure au fil des pages. La famille de Percival est touchante. Vivant à l’écart de la haute société, ils ont mis en place leurs propres règles et sont assez proches de leurs serviteurs. Même si l’auteure a pris certaines libertés historiques, et elle l’avoue en introduction, on se sent tout de même transportée dans cette époque. Ainsi ne vous attachez pas trop aux personnages, on est dans une période où le sang avait tendance à couler à flot (petit clin d’œil à Game of Thrones!). Au fur et à mesure que l’histoire avance, on ressent les émotions des personnages, on rigole, on est ému, mais aussi on a mal pour eux. Un roman qui ne nous laisse pas de marbre, et avec une fin des plus saisissante…

En bref, une fresque familiale qui ne laisse pas insensible, fidèle à son siècle, ou bonté et cruauté se mêlent. Un premier tome intéressant qui met tous les sens en émoi !

note 3,5 étoiles

 

 

Album, Littérature belge (Belgique), Littérature française (France), Livres

Les plus belles légendes de France de Madeleine Mansiet et Quentin Gréban

51qpwih8mql

Éditeur : Hemma
Pages : 115 pages
Parution : 9 Octobre 2008
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

L’histoire:

Transmises de génération en génération, les légendes ont toujours fasciné petits et grands. Dans ce livre, 16 histoires issues des plus belles régions de France sont contées par Madeleine Mansiet et illustrées par les douces aquarelles de Quentin Gréban. Un voyage dans le temps merveilleux et envoûtant…

 

Mon avis:

Voici un très beau livre qui nous fait voyager en France métropolitaine, mais aussi d’Outre-Mer, à la découverte de légendes qui ont su laisser leurs empreintes. A travers les régions de France, en passant par la Corse, Tahiti et la Réunion, on découvre plusieurs histoires plus ou moins anciennes, avec des fois une note de fantastique, et des romances qui n’ont pas toujours connu des happy-end.

J’ai particulièrement aimé celle de ma région sur l’âne perdu, Saint Martin et la fameuse pâtisserie « craquendoules », que je ne connais même pas. Je vais devoir goûter ça ! J’ai aussi aimé celle qui nous emmène en Réunion à la découverte du fameux pirate Olivier Levasseur et son trésor, ou encore la légende autour du premier cocotier à Tahiti, l’histoire de Carcassonne, ou encore de Marseille. Savez-vous qu’on a notre propre monstre du Loch Ness en France !? Le moins que l’on puisse dire, c’est que j’ai fait de nombreuses découvertes. Mais ce que j’ai surtout apprécié, c’est les illustrations à l’aquarelle toutes en poésie et en finesse. Forcément par rapport à l’histoire, certaines sont plus touchantes que d’autres, mais j’ai grandement aimé cet univers créé. Vous pourrez trouver quelques photos sur mon compte Instagram !

 

note 3 étoiles

Actu Period Drama, RDV du Blog

Actu Period Drama #15

actu period drama

 

La Révolution

Netflix nous proposera prochainement une nouvelle mini-série en 8 épisodes « La Révolution ». Créée par Aurélien Molas, on découvre une autre vision de la Révolution française, avec une touche de fantastique, comme nous le dévoile l’intrigue.

Royaume de France, 1787. Enquêtant sur une série de meurtres mystérieux, Joseph Guillotin – futur inventeur de la guillotine – découvre l’existence d’un nouveau virus : le sang bleu. La maladie se propage au sein de l’aristocratie et pousse la noblesse à attaquer le peuple. C’est le début d’une révolte … Et si on nous avait menti depuis plus de deux siècles ? Voici la véritable histoire de la Révolution Française…

Du côté du casting, on retrouve Amir El Kacem qui incarnera Joseph Guillotin, un jeune médecin qui inventa la guillotine. Lionel Erdogan sera Albert Guillotin, frère du héros et combattant fougueux de retour des Etats-Unis où il participa à la guerre d’Indépendance américaine. Marilou Aussilloux sera Élise de Montargis, une aristocrate libre et émancipée. Laurent Lucas jouera l’oncle de cette dernière. Et, Gaïa Weiss incarnera Marianne, jeune femme indomptable à la tête de la Fraternité… Seront aussi présents, les comédiens : Isabel Gonzalez, Doudou Mastas, Dimitri Storoge, Julien Frison, Amelia Lacquemant et Coline Beal.

Sortie prévue pour Octobre 2020 sur Netflix

thumbnailthumbnail-2La Révolutionthumbnail-1La Révolutionlarevolution3-810x601-1

 

Les Aventures du jeune Voltaire

Cette mini-série historique en quatre épisodes, est réalisée par Alain Tasma et commandée par France Télévision. Elle revient sur le parcours du célèbre philosophe des Lumières: Voltaire. Au casting, on retrouve dans le rôle-titre Thomas Solivérès, et pour le Voltaire plus âgé, Bernard Le Coq. Ils donneront la réplique à Hippolyte Girardot, Thibault de Montalembert, Constance Dollé et Valérie Bonneton. Le tournage vient de s’achever. La sortie est prévue pour cette année, sans date précise.

Comment devient-on Voltaire – le géant de la Pensée, le maître du Blasphème dont les combats, vont accoucher de la Révolution Française ? C’est le sujet de cette mini-série. Si l’on connaît le vénérable philosophe, refugié à Ferney, on connaît moins le Jeune Voltaire.
Roturier de naissance, le futur Voltaire va bousculer toutes les conventions sociales et religieuses de son temps. Embastillé deux fois, exilé en Angleterre, historiographe de Louis XV, détesté par la Cour de France, millionnaire à 40 ans grâce à des spéculations. Voltaire veut tout : la gloire, les femmes et l’argent !

5696726-thomas-soliveres-tournage-de-la-serie-950x0-2

 

Ammonite

Nouveau film de Francis Lee, Ammonite, raconte l’histoire de deux femmes, inspirée de faits réels.

1840. Mary Anning fut une paléontologue renommée mais vit aujourd’hui modestement avec sa mère sur la côte sud et sauvage de l’Angleterre. Mary glane des ammonites sur la plage et les vend à des touristes fortunés. L’un d’eux, en partance pour un voyage d’affaires, lui demande de prendre en pension son épouse convalescente, Charlotte. C’est le début d’une histoire d’amour passionnée qui défiera toutes les barrières sociales et changera leurs vies à jamais.

Sortie prévue le 31 mars 2021