Livres, Romance, Romance historique

Le parfum de nos souvenirs de Camille Di Maio

couv68188388

Éditeur : Milady
Pages : 506 pages
Parution : 12 Septembre 2018
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Dans l’Angleterre d’avant-guerre, Julianne Westcott enchaîne les bals et ne manque pas de prétendants. Lors d’une visite à son frère placé en institut, elle rencontre Kyle McCarthy, un jeune séminariste irlandais. Malgré les avertissements de sa famille, Julianne tombe amoureuse de Kyle et quitte tout pour se marier avec lui. Mais alors que la guerre secoue le monde et que le Blitz décime l’Angleterre, un tragique accident oblige Julianne à tout abandonner et à se forger une vie nouvelle faite de mensonges. Mais un jour la vérité la rattrapera et elle devra alors faire face à son passé.

 

Mon avis:

Ce roman nous plonge dans les années 1937, à Liverpool. On fait la connaissance de Julianne Wescott, qui est une jeune femme dont le destin semble toute tracé. Issue d’une famille bourgeoise, elle mène une vie tranquille. Ce chemin tout tracé change, quand elle fait la rencontre de ce beau jardinier irlandais, Kyle McCarthy, qui se destine à devenir prêtre… Tous les deux ne restent pas insensibles, et c’est en secret que va continuer leur histoire, dans une atmosphère de tension, dû à la guerre.

Cette romance se lit facilement et nous réserve quelques surprises. L’auteure a en effet trouvé le moyen de nous tenir en haleine jusqu’à la fin du roman. J’ai apprécié le personnage de Julianne, qui veut être moderne et mettre les convenances de côté, même si je n’ai pas toujours compris ses réactions. Kyle est attachant et drôle, mais peut être un peu trop surfait. Leur duo fonctionne tout de même très bien. Mais un point a fait que j’ai été quelque peu déçu par cette histoire, je m’attendais à voir intégré plus de faits historiques sur le Blitz. C’est plus un roman d’avant et d’après guerre finalement. ça reste tout de même une bonne découverte.

Livres, Romance historique

Le club des menteurs, tome 1 : L’espion de la couronne de Celeste Bradley

couv46662087

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 348 pages
Parution : 2 Juillet 2014
Tome : 01/05
Format: Poche
Genre: Romance, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Le 7 avril 1813, dans un moment d’exaspération, Agatha Cunnington s’était inventé un mari, Mortimer Applequist. Ce subterfuge lui avait permis de voyager tranquillement jusqu’à Londres, de louer une petite maison et d’embaucher quelques domestiques à qui elle avait expliqué que son époux était en voyage. Jouissant désormais d’une pleine liberté, elle allait pouvoir enquêter sur la disparition de son frère. Malheureusement, vanter à qui voulait l’entendre les qualités et les exploits de Mortimer avait éveillé des curiosités. Il fallait maintenant trouver un homme pour tenir ce rôle pendant quelques jours. Quelqu’un d’assez fruste pour ne pas poser de questions. Agatha avait donc jeté son dévolu sur un ramoneur. Mais une fois lavé de la suie qui masquait son visage, l’inconnu avait révélé une beauté de dieu grec. Un visage parfait, un corps de rêve – épaules carrées, torse musclé, ventre plat… Bonté divine !

 

Mon avis:
Dès les premières pages, nous rentrons directement dans l’action. James Cunnington, le frère d’Agatha notre héroïne, a disparu. Cette dernière n’a plus de nouvelles, et décide de partir pour Londres, afin d’enquêter. Le problème est que son statut de femme célibataire risque de la gêner dans son enquête. C’est pourquoi elle décide de changer de nom, et s’invente même un mari : Mortimer Applequist. Tranquille dans un premier temps, elle peut ainsi s’intégrer auprès de l’aristocratie anglaise. Mais quand les ladies deviennent beaucoup trop curieuses, et veulent rencontrer son mari, Agatha doit vite agir, et trouver quelqu’un pour interpréter le rôle de ce fameux mari. C’est alors qu’elle croise en chemin un certain Simon, un ramoneur, qui une fois transformé se révèle être un parfait gentleman. Mais Simon n’est pas un simple ramoneur, et lui aussi à des secrets…

J’ai particulièrement apprécié ma lecture qui se révèle rythmée. On ne s’ennuie pas une seule seconde, avec ce couple Agatha/Simon qui savent nous surprendre. Je retiens surtout les quiproquos du départ qui entraînent des situations cocasses. On passe un agréable moment, en découvrant au fur et à mesure, l’intrigue autour de la disparition du frère de notre héroïne. Agatha est impressionnante dans son rôle, elle tient véritablement les rênes de l’histoire. C’est un personnage débrouillard au fort caractère, comme j’apprécie. Simon est quant à lui très charmant. Les personnages secondaires sont tout aussi intéressants et attachants. Ce roman est comme un petit mixte entre Downton Abbey et James Bond ! En résumé, des bons moments de rire vous attendent, de charme et d’action. Une bonne découverte, j’ai hâte de découvrir les tomes prochains !

4,5 étoiles

 

Jeunesse, Livres

Emile, l’intraitable Zola de Bertrand Puard

couv62318827

Éditeur : Hachette
Pages : 200 pages
Parution : 29 Août 2018
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Jeunesse, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Émile mène une vie bien tranquille à Aix-en-Provence, où il partage son temps entre le collège, les balades avec son camarade Paul Cézanne dans les oliveraies et des rendez-vous secrets avec son amoureuse.
Mais une grande nouvelle vient bouleverser le futur écrivain : son père lui aurait laissé un trésor ! Émile se lance alors dans un immense jeu de piste qui le conduit à Paris, la ville de tous les mystères. À qui peut-il faire confiance ? Qui sont ses ennemis ? D’aventure en aventure, le jeune Zola est au moins sûr d’une chose : il aura plein d’histoires à coucher sur le papier, quand il rentrera chez lui – s’il rentre

 

Mon avis:

Avec ce roman jeunesse, on suit les pas du jeune Émile Zola, et de son ami Paul Cézanne, tous les deux collégiens à Aix en Provence. Un soir, il reçoit un courrier, et c’est le départ d’une aventure, à la découverte du secret de son père.

Ce roman est inspiré de faits réels. On retrouve notamment des personnages comme Nana et Gervaise, que l’on peut retrouver dans ses romans. Mais aussi des décors emblématiques de ses futures œuvres littéraires. J’ai apprécié ma lecture, où l’on peut redécouvrir ce grand écrivain autrement. Au fil de la lecture, les thèmes de la pauvreté, de la vie ouvrière et bourgeoise, et de l’injustice sont abordés. Des thèmes que l’on a justement l’habitude de le voir défendre. J’ai passé un bon moment de lecture, tout en étant pas complètement convaincue. Je trouve que l’histoire était peut-être un peu trop survolée, et qu’elle méritait d’être plus approfondie. L’idée est intéressante, mais je m’attendais à plus.

A savoir que l’auteur a écrit un ouvrage avec le même principe sur Alexandre Dumas, nommé « Alexandre : l’intrépide Dumas », et qu’il a d’autres projets dans ce sens.

3 étoiles

Livres, Romance, Romance historique

Les frères Kincaid, tome 3 : Le guerrier de Lily Blackwood

couv67735922

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 312 pages
Parution : 31 Octobre 2018
Tome : 03/03
Format: Poche
Genre: Romance, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Face à la menace d’une incursion armée, Derryth MacClaren fuit la forteresse d’Inverhaven et tombe dans une embuscade. Elle devient le trophée de guerre du chef ennemi. Sauvée du déshonneur par sir Cull, dit le Sans Nom, Derryth se fait passer pour une vulgaire paysanne et accepte de partager sa tente. Succombant bientôt au charme de ce colosse blond qui sait l’éveiller aux joies de la volupté, elle se donne à lui corps et âme. Mais la marque mystérieuse qu’il porte gravée dans sa chair va changer leur destinée à jamais…

 

Mon avis:

Troisième tome et dernier de cette trilogie sur les frères Kincaid. L’intrigue reprend quelques mois plus tard, on retrouve Elspeth et Niall qui tente de convaincre Derryth de quitter le château. Le comte de Buchan est proche, et ils souhaitent voir leur demi-sœur en sécurité. En pleine nuit, ils décident de faire partir un convoi, où elle voyagera sous une fausse identité. Mais cette escapade ne va pas se passer comme prévu, ils sont pris dans une embuscade. Alors que des hommes tentent de la violer, un Highlander vient à son secours, et va tout faire pour la protéger. Cull est le chef de l’armée de Buchan, et un soldat de la couronne. Très vite il va voir que la petite souillon qu’il a récupérée, n’en est pas une, et qu’elle va lui créer quelques problèmes.

Le personnage de Cull, le sans nom, est très intéressant, et il ne connait rien de son passé. Autrefois esclave, c’est le comte Buchan qui l’a acheté pour en faire un guerrier. Il sert ainsi la couronne depuis un certain nombre d’année, et aujourd’hui il vient en aide à Buchan pour un raid contre le clan Kincaid, qui aurait désobéit à la couronne. Mais c’est avant tout à la couronne, dont va sa loyauté, même s’il n’oublie pas que le comte l’a aidé enfant. Derryth n’a rien à voir avec les précédentes héroïnes. Durant son enfance, elle a été choyée, et aujourd’hui se retrouver comme une simple paysanne, et difficile pour elle. Mais elle ne manque pas de ressources, et nous fera d’ailleurs bien rire. Tout comme Cull, elle est attirée par ce guerrier qu’il l’a sauvé. Mais sa loyauté va envers les Kincaid, et Cull veut les anéantir. Au fil des pages, on se demande quand et comment va arriver la fameuse révélation. C’est avec une certaine impatience qu’on les tourne. Et l’auteure joue bien avec notre patience. J’avais regretté dans le précédent tome le manque d’action. Dans celui-ci, elle est plus présente, même si j’ai trouvé la conclusion un peu trop rapide. Je tiens aussi à noter que j’ai eu un coup de cœur pour le personnage de Robert Stewart, le fils du comte Buchan, que l’on retrouve aussi dans le précédent tome. J’aimerais bien qu’il y ait un livre qu’il lui soit consacré. Peut-être un jour, qui sait !

4 étoiles

Films

Mary Shelley

3529250

Acteurs : Elle Fanning, Douglas Booth, Tom Sturridge, Bel Powley, Owen Richards
Réalisateur : Haifaa Al Mansour
Audio : Anglais
Durée: 121 minutes
Genre: Drame, Romance, Historique

 

L’histoire:

En 1814, Mary Wollstonecraft Godwin entame une relation passionnée et scandaleuse avec le poète Percy Shelley et s’enfuit avec lui. Elle a 16 ans. Condamné par les bienpensants, leur amour tumultueux se nourrit de leurs idées progressistes. En 1816, le couple est invité à passer l’été à Genève, au bord du lac Léman, dans la demeure de Lord Byron. Lors d’une nuit d’orage, à la faveur d’un pari, Mary a l’idée du personnage de Frankenstein. Dans une société qui ne laissait aucune place aux femmes de lettres, Mary Shelley, 18 ans à peine, allait révolutionner la littérature et marquer la culture populaire à tout jamais.

Mary Shelley : Photo Elle Fanning

 

Mon avis:

Ce biopic retrace la vie de Mary Wollstonecraft Godwin, de l’âge de 15 ans à 18 ans, de sa passion avec Percy Shelley, au moment où elle devient la créatrice du fameux Frankenstein.

J’ai eu la chance de pouvoir le découvrir en avant première, avec en première partie une présentation de la réalisation. Je ne connaissais pas la réalisatrice du film, Haifaa Al Mansour, et après l’avoir vu, on voit qu’elle y a mis son cœur, et que l’histoire et le parcours de Mary lui parlaient, même encore aujourd’hui. Quel plaisir de pouvoir découvrir l’histoire de cette grande dame, auteure de Frankenstein (que j’ai d’ailleurs envie de redécouvrir maintenant) Malgré les épreuves de la vie, elle a su croire en ses rêves et en sa liberté. Il est vrai que dans le film, il y a de nombreuses scènes de débauches, mais on voit ainsi son caractère s’affirmer, comme son courage et sa force. On y prône l’indépendance d’une femme en avance sur son temps, et le féminisme naissant.

Sont aussi mis en scène Percy Shelley, dont ses beaux poèmes sont si bien mis en valeur, mais aussi Lord Byron. On voit qu’ils n’ont connu aucune stabilité dans leur vie, et c’est attristant. Comment réussir à se construire sans point de repère…

Du côté des acteurs, j’ai apprécié revoir Maisie Williams et Stephen Dillane de Games of Throne, ainsi que Joanne Froggatt de Downton Abbey.  Mais c’est surtout Elle Fanning qui m’a impressionnée dans son rôle. Elle a su interpréter cette jeune fille forte et courageuse, qui est Mary Shelley.

Même s’il y a eu des petits moments où j’ai décroché, je suis vraiment heureuse d’avoir pu voir ce film. Il met aussi en lumière de très beaux paysages, surtout dans les premières minutes. Je garde en mémoire cette sublime cascade, qui m’a émerveillé. Et enfin, dernière petite note pour la BO du film qui est superbe, et nous envoûte. Je vous invite à l’écouter, et bien sûr à aller le voir le film !

4,5 étoiles - film

Livres, Romance, Romance historique

Les frères Kincaid, tome 2 : Le rebelle de Lily Blackwood

Couverture Les frères Kincaid, tome 2 : Le rebelle

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 375 pages
Parution : 1 Novembre 2017
Tome : 02/03
Format: Poche
Genre: Romance, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Depuis l’enfance, Magnus se croit le bâtard de laird Alwyn qui lui fait mener une vie de réprouvé et l’a élevé dans la haine du clan Kincaid, leur ennemi juré. Or, laird Kincaid dévoile à Magnus qu’il est en réalité son frère cadet et qu’Alwyn a assassiné leur père pour s’approprier leurs terres. Dès lors, Magnus n’a qu’une idée en tête : se venger d’Alwyn. Et quel meilleur moyen pour l’atteindre dans sa fierté que de voler la fiancée de Hugh, le fils légitime ? Car dès que ses yeux se sont posés sur Tara, il s’est promis qu’elle lui appartiendrait…

 

Mon avis:

Dans ce second tome, on retrouve Magnus alias Faelan Braewick, un personnage que nous avions découvert précédemment. L’histoire reprend alors qu’il vient de découvrir qu’il n’est pas le fils bâtard du Laird Alwyn, mais l’un des trois fils du Laird Kincaid. Mais Magnus ne sait plus où il en est. Une chose est sûr, le Laird Alwyn est responsable du meurtre de ses parents, et il veut les venger. Il décide de retourner à Burnbryde Castle, pour en apprendre plus sur les origines de la trahison. Mais, c’est à ce moment qu’entre en scène Tara Iverach, qui est destinée à épouser le fils du Laird Alwyn, Hugh. Pupille du comte de Buchan, elle a passé cinq ans dans un couvent. Ce dernier lui annonce la mort de sa sœur aînée, et lui ordonne de prendre sa place dans un mariage. Arrivée à la forteresse, elle découvre que son fiancé n’est qu’un brute. Elle compte tout faire pour échapper à ce mariage, et découvrir le mystère qu’entoure la mort de sa sœur.

Ce tome reprend la même trame que le précédent, et c’est bien dommage. On retrouve notre héros qui souhaite découvrir la vérité et se venger, et notre héroïne avec un désir de liberté. Les personnages de Magnus et Tara, sont tout de même intéressants, et nous souhaitons aussi en savoir plus sur leurs passés respectifs, et sur la fameuse trahison envers le clan Kincaid. Mais malheureusement, en plus d’avoir choisi la même manière d’apporter l’intrigue, il manque pas mal d’action dans ce roman, et je suis restée sur ma fin. J’ai tout de même passé un bon moment de lecture, et j’étais contente que le tome commence en continuité du précédent. Je reste tout de même curieuse de savoir ce que nous réserve le tome prochain.

3,5 étoiles

Livres, Romance, Romance historique

La mer en hiver de Susanna Kearsley

couv31389749

Éditeur : Pocket
Pages : 576 pages
Parution : 19 Octobre 2017
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Romance, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Au printemps 1708, une flotte de soldats français et écossais échoue à faire revenir James Stewart, le roi exilé, sur ses terres d’Écosse afin de réclamer sa couronne.
De nos jours, Carrie McClelland, écrivain à succès, s’inspire de cet épisode historique pour son nouveau roman. Installée aux abords du château de Slains, au cœur d’un paysage écossais désolé et magnifique, elle crée une héroïne portant le nom d’une de ses ancêtres, Sophia.
Très vite, les lignes se brouillent entre fiction et faits historiques. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au cœur de l’intrigue de 1708, elle découvre une histoire d’amour fascinante, oubliée avec le temps.
Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé…

 

Mon avis:

Carrie McClelland est une auteure canadienne à succès. Elle est actuellement en train d’écrire son nouveau roman, lorsqu’elle décide de rendre visite à une amie en Ecosse. Elle tombe alors sous le charme de ce petit village écossais, Cruden Bay, et du château de Slains. C’est pour elle un vrai coup de cœur, et elle sent que ce lieu l’attire au plus profond d’elle-même. Elle se laisse alors transporter par ses rêves, et décide de narrer l’histoire qui lui vient à elle, celle de son ancêtre Sophia.

Ce roman se déroule ainsi à deux époques en parallèle, au même endroit. On suit d’un côté Sophia Patterson en 1708, soit au début de la rébellion Jacobite, et de l’autre côté Carrie McClelland de nos jours. Quand on lit ses quelques lignes, on ne peut que penser à Oultander, dont l’histoire se déroule en plein pendant la révolte, soit une période historique qui est souvent choisie par les auteurs. C’est donc un double récit qui s’offre à nous, et qui est parfaitement amené par l’auteure. On découvre deux grandes femmes, deux destins, qui ont leurs propres combats à mener. Carrie est une femme indépendante et méticuleuse, elle fait de nombreuses recherches, et c’est très agréable de découvrir les réponses avec elle, tout en gardant une pointe de mystère. Sophia est le personnage qui m’a le plus touché. C’est une femme forte et courageuse, qui arrive à se relever malgré les épreuves. J’ai adoré suivre son parcours dans une période historique remplie de trouble. Même si l’histoire est un peu longue, c’est avec un véritable plaisir que j’ai dévoré cette histoire riche en émotion.

4 étoiles

 

 

Sorties culturelles

Le château de Versailles

DSC02636

Classé depuis 30 ans au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO, le château de Versailles constitue l’une des plus belles réalisations de l’art français au XVIIe siècle. Symbole de la gloire de France, Versailles est un complexe de châteaux et palais. Il a été la résidence des plus importants rois de France, et principalement Louis XIV, Louis XV et Louis XVI.

Le Roi-Soleil a fait appel aux meilleurs architectes de son temps pour construire ces bâtiments imposants et magnifiques, et a sollicité de nombreux peintres pour la réalisation des décors du palais. La Grande Galerie des Glaces et les Grands Appartements du Roi et de la Reine, sont constitué d’une succession d’éléments ayant une magnifique harmonie architecturale et s’étale sur 67 000 m² pour plus de 2 000 pièces.

 

Le parc du Château de Versailles quant à lui s’étend sur plus de 800 ha, dont 90 ha de jardins, et comprend de prestigieux éléments dont, parmi les plus réputés, le Grand Trianon, le petit Trianon, le grand canal, l’orangerie et le hameau de la Reine.

 

J’étais très contente de découvrir enfin ce fabuleux château, mais je suis restée sur ma fin. Je n’ai pas apprécié les boutiques à tout va, qui font vraiment « attrapes touristes ». Par contre le spectacle des grandes eaux musicales restera gravé dans ma mémoire, c’était vraiment fabuleux.