Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Maman les p’tits bateaux de Claire Mazard

maman-les-p-tits-bateaux

Éditeur : Casterman
Pages : 72 pages
Parution : 27 Juillet 2000
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Jeunesse, Drame
Lien Amazon – Editions Le Muscadier

 

L’histoire:

« Depuis le 15 mai 1996, il est venu tous les mercredis. Sauf un. Malade. … Dix-huit… Dix-neuf… Vingt mercredis que ça dure. Je ne m’en sortirai jamais. Vingt. Un chiffre rond. Pour une fille qui ne tourne pas rond. »
Maman, les p’tits bateaux est le récit à la première personne de la souffrance d’une collégienne de douze ans victime d’un inceste, crime que la loi condamne mais qu’il est souvent difficile de dénoncer. Surtout quand on n’est pas sûre de soi, surtout quand le coupable semble si charmant aux yeux de tous…
 

Mon avis:

Ce roman nous livre l’histoire de Marie-Bénédicte, 12 ans. Son entourage la voit changer sans comprendre, en pensant plutôt à une crise passagère d’adolescence. Mais il s’agit d’une tout autre raison. Son quotidien a changé depuis que son oncle Laurent, au doux surnom de Tildou, a commencé à abuser d’elle. Depuis ce jour, la scène se répète chaque mercredi après-midi, alors que la jeune fille rentre de l’école, et qu’elle est seule à la maison. A son anniversaire, ses parents lui offrent un ordinateur, qui devient pour la jeune fille, son seul confident.

Au vu du sujet, vous devez forcément vous douter que l’histoire est poignante et touchante: on y parle d’inceste. L’auteure a d’ailleurs choisi d’écrire ce récit à la première personne, comme un journal intime, où l’on se sent au plus proche des sentiments du personnage. Entre confidence et flash-back, on découvre ce que lui a fait son oncle, et ce dont elle n’ose parler à personne. Son quotidien est devenu un enfer, et il se répète. Culpabilité, peur, incompréhension, colère… une collection de sentiment se mêlent au cours de notre lecture. Au fil des pages, on voit qu’il y a des mains tendues, de diverses personnes qui lui sont offertes. Et même si la réaction n’est pas immédiate, on y voit l’importance de ne rien lâcher. Un jour, une brèche s’ouvre et c’est ainsi le premier pas vers la lumière.

Même si l’histoire est dure, elle est racontée simplement sans tabou. Ici, il s’agit d’une fiction, mais c’est aussi un appel à l’aide pour aider les victimes à se libérer, et pour faire réagir leur entourage.

note 4,5 étoiles

Bande dessinée, Littérature anglaise (Angleterre), Littérature française (France), Livres

La Gazette du Château, tome 3 de Xavier Dorison et Félix Delep

La Gazette du Château, tome 3 de Xavier Dorison et Félix Delep

Éditeur : Casterman
Pages : 24 pages
Parution : 21 Août 2019
Tome : 3/??
Format: Album
Genre: Fantastique, Drame

Lien Amazon Album
Lien Amazon BD

L’histoire:

Les hommes sont partis. Dans le château, il ne reste plus que les animaux : poules, chèvres, ânes et moutons s’épuisent à la tâche pour le prestige du Président Silvio et sa cruelle milice de chiens. La dictature et la terreur règnent… A moins que certains animaux ne décident d’entrer en résistance.

Dans ce 3e numéro de la Gazette du Château, Miss B et le lapin César invitent les autres animaux du Château à résister par le rire – l’une des seules armes efficaces pour contrer la dictature du président Silvio…

Mon avis:

Après un début où la terreur de la dictature régnait, les résultats de la résistance au régime commencent à apparaitre. Un rat, un lapin et une chatte s’unissent ensemble pour trouver une solution, autre que la force.

Beaucoup d’espoir et de positivité guident ce récit, qui se finit par une belle conclusion qui fait réfléchir. Le choix fait par nos héros est tout simplement brillant. Il faut en effet agir pour le bien de tous, mais pas n’importe comment. La prise de conscience collective fait que cette résistance se transforme en miracle, comme se conclut si bien cette bande dessinée sur ce terme. De très beaux discours sont échangés par nos personnages. De superbes messages y sont glissés, ce qui me donnent d’ailleurs envie de redécouvrir le roman dont est inspiré cette bande dessiné « La Ferme des animaux de George Orwell »

Une bande dessinée qui vaut le détour !

note 4,5 étoiles

Il est beaucoup plus aisé que vous ne l’imaginez de vaincre la haine par l’amour, le mensonge par la vérité, et la violence… par l’acceptation d’un peu de souffrance. Rendez l’injustice visible. Faites cessez la peur. Ce sont les seuls moyens qui vous sortiront de votre prison. Tous les autres… vous condamneront à jamais. La vraie question n’est pas de savoir si vous pouvez les vaincre… mais si vous le voulez.

Littérature japonaise (Japon), Livres, Manga

Venise de Jirô Taniguchi

Venise de Jirô Taniguchi

Éditeur : Casterman
Pages : 120 pages
Parution : 29 Novembre 2017
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Contemporain, Art Book

Lien Amazon

 

L’histoire:

Un homme arpente Venise hors des sentiers touristiques, sur les traces de son histoire familiale. Il se surprend parfois à flâner, se perd le long des canaux, s’arrête pour observer. A mesure que les brumes du passé se dissipent, c’est une nouvelle cartographie de la Sérénissime qui se dessine : contemplative et intrigante, majestueuse et intime.

 

Mon avis:

Cela faisait un petit moment que je souhaitais découvrir les œuvres de Jirô Taniguchi, et que dire à part: quelle merveille !

Ce livre nous emmène en voyage à travers Venise, en compagnie d’un jeune homme en quête de ses origines. Il vient de perdre sa maman, et dans une mystérieuse boite, il découvre de vieilles photos et des peintures. Mais qui est donc cette femme et cette petite fille dans ses bras. Il pense tout de suite que c’est sa grand mère, dont il ne connait que très peu de choses et sa mère. C’est ainsi que la quête commence, et autant dire qu’elle est dépaysante et passionnante !

C’est principalement en images, que nous est relaté l’histoire de cet homme. On se sent comme happé et immergé par cette atmosphère où précision, poésie et émotion règnent. Quelques notes écrites sont là pour nous guider au fil des découvertes que l’on fait avec le personnage principal. Au fil des pages, on se laisse enchanter par les magnifiques illustrations à l’aquarelle. Et c’est dans un cadre apaisant et enchanteur que l’histoire défile tellement vite. D’ailleurs pour notre plus grand bonheur, on a le droit à de belles surprises à la fin du récit. Chaque lieu dévoilé est identifié tel un guide de voyage.

Tout en délicatesse, on est invité au voyage, et il est sûr que j’ai d’autant plus envie de visiter Venise maintenant !

 

 

 

 

 

Bande dessinée, Littérature anglaise (Angleterre), Littérature française (France), Livres

La Gazette du Château, tome 2 de Xavier Dorison et Félix Delep

couv63845741

Éditeur : Casterman
Pages : 24 pages
Parution : 23 Janvier 2019
Tome : 2/??
Format: Album
Genre: Fantastique, Drame

Lien Amazon
Lien Amazon BD

L’histoire:

Les hommes sont partis. Dans le château, il ne reste plus que les animaux : poules, chèvres, ânes et moutons s’épuisent à la tâche pour le prestige du Président Silvio et sa cruelle milice de chiens. La dictature et la terreur règnent… A moins que certains animaux ne décident d’entrer en résistance.

Dans ce 2e numéro de la Gazette du Château, Azelar – un rat aussi saltimbanque qu’itinérant – enseigne à Miss B et César un nouveau type de révolte (la désobéissance) alors que les lecteurs découvrent le sombre contrat liant Silvio aux humains.

Mon avis:

Dans cette seconde partie de l’histoire, la révolte se met d’autant plus en place, ainsi que la terreur qui l’accompagne. On a finit le précèdent tome sur une scène bien triste, mais le combat n’est pas terminé pour autant. Un nouveau protagoniste vient donner de l’espoir, et il en faut bien dans cette ambiance où règne la dictature

Avec cette nouvelle histoire, on prend pleinement conscience du quotidien des personnages. La révolte éveille sur les dérives du régime en place. Le désir de vérité et de liberté se fait plus présent. On finit par s’attacher aux personnages, qui ont soif d’espérance et de renouveau.

Le format de cette bande dessinée, nous permet de nous plonger encore plus dans l’ambiance du récit. Les illustrations sont très soignées. Et j’apprécie surtout les petits bonus que nous offre ce format journal. Surtout avec une histoire de dictature, où tous ses encarts enrichissent le mouvement. 

note 3,5 étoiles

Bande dessinée, Littérature anglaise (Angleterre), Littérature française (France), Livres

La Gazette du Château, tome 1 de Xavier Dorison et Félix Delep

couv57661569Éditeur : Casterman
Pages : 24 pages
Parution : 25 avril 2018
Tome : 1/??
Format: Album
Genre: Fantastique

Lien Amazon
Lien Amazon BD

L’histoire:

Les hommes sont partis. Dans le château, il ne reste plus que les animaux : poules, chèvres, ânes et moutons s’épuisent à la tâche pour le prestige du Président Silvio et sa cruelle milice de chiens. La dictature et la terreur règnent… A moins que certains animaux ne décident d’entrer en résistance.

Ce 1er des 3 numéros de la Gazette du Château – organe de propagande du président Silvio – relate la répression sanguinaire menée par la meute de n°1 contre la révolte violente des animaux.

Mon avis:

Xavier Dorison et Félix Delep revisitent sous le format d’une bande-dessinée la ferme des Animaux de George Orwell. Composé de trois numéros pour cette première partie de l’histoire, La Gazette du Château se présente comme un journal avec un édito, des articles importants, des notes, l’horoscope, la météo et même des petites annonces. 

Dès les premières pages, l’ambiance est donnée. Dans cette ferme-château, qui a été abandonnée par les hommes, c’est un taureau qui, a l’aide d’une meute de chiens, a installé une dictature. C’est ainsi qu’on entre dans le vif du sujet avec l’exécution sauvage d’une poule qui avait voulu cacher un œuf. Puis d’autres scènes s’enchainent dans une ambiance assez noire, voulu par ce régime autoritaire. Les animaux se font ainsi exploiter, n’ont aucune liberté, tandis que le président Silvio et son entourage vivent posément.  

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le rythme est soutenu et poignant. Une poignée d’animaux tente de faire tomber le régime, mais la répression est sanglante. Les illustrations accompagnent parfaitement la narration avec dynamisme. 

Vu le sujet et comment il est traité, cette bande dessinée n’est clairement pas adaptée à un jeune public.

note 3,5 étoiles

Bande dessinée, Littérature française (France), Livres

Betty Boob de Vero Cazot et Julie Rocheleau

couv59545110

Éditeur : Casterman
Pages : 184 pages
Parution : 13 Septembre 2017
Tome : 01/01
Format: Bande dessinée
Genre: Contemporain

Lien Amazon

 

L’histoire:

Elle a perdu son sein gauche, son job et son mec. Elle ne le sait pas encore, mais c’est le meilleur jour de sa vie.

 

Mon avis:

J’ai longtemps entendu parler de cette bande dessinée qui traite d’un sujet délicat, l’après cancer du sein. On suit ainsi l’histoire d’Elisabeth qui vient de subir une mastectomie, soit l’ablation d’un de ses seins. Elle passe par tous les stades après son opération, le déni, l’incompréhension, la honte, la colère… Elle va devoir apprendre à se reconstruire, et à aimer ce corps qui a perdu un morceau de sa féminité.

Ce qui est d’abord très étonnant dans cette bande dessinée, c’est qu’il y a très peu de texte, et qu’on reste dans la même colorimétrie de noir, blanc, rouge et jaune tout au long de notre lecture. Au fil des pages, on comprend très vite que c’est un véritable ode à la vie, que nous tenons entre les mains. Aucune étape de la vie d’Elisabeth ne nous est cachée. Le regard des autres est dur, elle en perd son amour propre. Ce corps qui est pourtant le sien, mais qu’elle ne reconnait plus, déclenche un véritable malaise. Mais les auteures nous apportent ce témoignage de façon loufoque et burlesque. Et c’est même avec une note de poésie, que cette histoire nous est contée. Des passages sont durs et éprouvants, mais on retrouve tout de même une certaine tendresse dans les traits de crayons. Elisabeth va faire de nouvelles rencontres, retrouver sa joie de vivre et sa force. En plus de l’épreuve de surmonter une maladie, cette bande dessinée nous fait réfléchir sur le « corps parfait » prôné par la société et les médias, mais aussi les traumatismes qui en découlent. Même si je n’ai pas tout compris les références dans l’ouvrage, ce fut une belle découverte. Vous pouvez d’ailleurs découvrir l’ambiance via la vidéo ci-dessous, qui reprend une musique présente dans le livre. C’est assez extravagant !

 

3,5 étoiles