Classique, Livres

Littérature : Les grandes œuvres tout simplement de Collectif

Littérature : Les grandes oeuvres tout simplement de Collectif

Éditeur : Prisma
Pages : 352 pages
Parution : 13 Octobre 2016
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Classique, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

En quoi les contes des Mille et Une Nuits ont-ils influencé la littérature moderne? Pourquoi les écrits de Voltaire ont-ils bouleversé la société française du XVIIIe siècle ? Comment des auteurs aussi différents que Victor Hugo, Jane Austen ou Italo Calvino ont-ils contribué à faire évoluer le roman ? Ce livre passionnant se lit comme une épopée à travers des siècles de création littéraire, de l’Antiquité à nos jours. Pièces de théâtre, romans et poésies : une centaine d’œuvres majeures ont été retenues dans cet ouvrage pour leurs qualités esthétiques mais aussi l’influence qu’elles ont exercée sur la création littéraire postérieure. Parmi les auteurs figurent les génies incontestés de la littérature européenne – notamment française et anglaise – mais aussi les grands noms de la littérature étrangère contemporaine tels que le Colombien Gabriel Garcia Marquez ou le Japonais Haruki Murakami.

 

Mon avis:

Voici un ouvrage très intéressant pour ceux qui veulent en savoir plus sur la littérature, les grandes œuvres qui ont marqué une époque et leur contexte, ainsi que ses grands écrivains qu’on continue de lire aujourd’hui et au fil des siècles.

Ce livre est avant tout construit de manière chronologique, et on peut le voir comme une encyclopédie de la littérature. On commence ainsi notre voyage historique à partir de 3000 av. J-C. Hé oui un premier livre écrit avait déjà vu le jour, il s’agit de l’épopée de Gilgamesh (environ 2100 av. J-C). Dans cette première partie nommée « Héros et légendes », on découvre ses grands noms de personnages qui inspirent toujours la littérature moderne. Mais surtout on découvre dans quel contexte historique, ils ont vu le jour. On parle bien entendu de la poésie et du théâtre grecque, de la guerre de Troie, de la Rome antique… ou encore de grands noms comme Homère, Sophocle ou Aristote. De nombreuses illustrations et schémas sont présents pour nous expliquer au mieux chaque période, ce qui rend le livre très instructif et accessible. Des citations et des œuvres d’art dynamisent aussi le récit. En plus de voir ce livre comme une encyclopédie, on peut dire aussi qu’il enrichit notre culture générale, et nous rappelle des souvenirs de nos cours de français à l’école primaire ou au collège ! Information importante à souligner, il faut savoir qu’on nous fait des résumés de grands ouvrages littéraires, et par conséquent on se fait spoiler un peu l’histoire. Dans mon cas, je n’ai pas trouvé ça gênant. J’ai juste encore plus envie de mettre certains livres dans ma wish-list ! Alors forcément, avec un aussi gros pavé qui retrace la littérature début ses débuts, on a forcément des périodes ou des genres qu’on préfère, et c’est bien normal. Mais grâce à ce livre, la curiosité prime, et j’ai même envie de découvrir des livres qui, quelques jours avant ma lecture de cet ouvrage, m’aurait étonné de voir dans ma wish-list ! Il faut aussi savoir partir à l’aventure, et découvrir autre chose ! Et donc à la suite de la partie consacré aux « Héros et légendes », on retrouve « De la renaissance aux Lumières », puis « Le romantisme et l’essor du roman », « Peindre la réalité », « Rupture avec la tradition », « L’écriture d’après-guerre », et enfin « La littérature contemporaine ».

En bref, je dirais que ce livre est certes consacré à la littérature, mais on en oublie pas pour autant l’Histoire qui a marqué certains récits par les bouleversements économiques et sociaux qui ont engendré, ou les guerres, ou encore les épidémies. Un livre à avoir dans sa bibliothèque, pour le feuilleter encore et encore ! Une balade dans l’histoire de ses grands noms très enrichissante.

note 4,5 étoiles

Album, Littérature Hongroise (Hongrie), Littérature italienne (Italie), Livres

Le grand livre des dragons de Anna Lang et Federica Magrin

 

Le grand livre des dragons de Anna Lang et Federica Magrin

Éditeur : Gautier Languereau
Pages : 72 pages
Parution : 23 Octobre 2019
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Jeunesse
Lien Amazon

 

 

Synopsis:

Et si un jour tu tombais sur un œuf de dragon ? Tu aurais bien besoin de ce guide complet pour tout savoir sur les races de dragons existantes mais aussi leurs caractéristiques, anatomie, défenses secrètes… Tu trouveras aussi les clefs pour les apprivoiser et les emmener avec toi pour de grandes aventures ! Tous ne sont pas de si terribles créatures…enfin, cela dépend lesquels… Apprenti dragonnier, ce livre est pour toi !

 

 

Mon avis:

En tant que grande fan de dragons, voici un album superbement illustré et conté. Certes, on nous présente chaque race de dragons comme une encyclopédie, mais on n’oublie pas pour autant le lecteur. Dès l’introduction, on sent que notre place sera importante dans cette lecture. On fait d’abord connaissance avec les dragons occidentaux, puis orientaux et enfin spéciaux. Puis la dernière partie de l’ouvrage est consacré à nos cours d’apprenti dragonnier. 

A chaque page, on ne peut que s’émerveiller par les illustrations qui sont splendides. Le texte nous explique chaque spécificité de chacun des dragons que l’on rencontre, tout en gardant une note d’humour. On fait véritablement un avec l’ouvrage, qui nous emmène vraiment à la découverte de chaque espèce. Même si visuellement et textuellement j’étais déjà enchantée par l’ouvrage, la dernière partie m’a bien plu, et nous réserve des surprises, toujours remplies d’humour, de bonne humeur, et d’enseignement. On nous apprend comment éduquer un dragon, comment lui apprendre à bien se tenir, à avoir des bonnes manières… Mais finalement toutes ses règles et conseils sont aussi bien utiles pour le petit dragon qui sommeil en nous ! 

Un véritable coup de cœur pour cet album, pour son sujet, ses illustrations, l’implication du lecteur qui n’a pas été mis de côté dans cette encyclopédie, et pour la surprise finale en fin d’ouvrage qui m’a fait totalement succomber.

note 5 étoiles

 

Le grand livre des dragons de Anna Lang et Federica Magrin918fvmSwP2LLe grand livre des dragons de Anna Lang et Federica Magrin

 

Album, Littérature américaine (Etats-Unis), Littérature irlandaise (Irlande), Livres

Rébellion chez les crayons de Oliver Jeffers et Drew Daywalt

couv25469175

Éditeur : Kaléidoscope
Pages : 38 pages
Parution : 7 Septembre 2011
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Jeunesse
Lien Amazon

 

Synopsis:

Un petit garçon reçoit plein de lettres de réclamation de ses crayons de couleurs. Par exemple le rouge : pourquoi est-il toujours préposé aux camions de pompiers ? La solution pour les calmer ? Tous les mélanger pour faire un beau dessin !

 

Mon avis:

Voici un album parfaitement dans l’air du temps. Peut-être pour vous aussi, les vacances sont finies, et que le chemin de la rentrée arrive. En tout cas, avez-vous pensé à inspecter votre trousse !? Puisque Duncan, notre jeune héros, a eu une sacré surprise. Tous ses crayons de cire sont partis de sa boite, à la place une série de lettres avec pleines de revendications, rien que ça ! Et notre héros, aime ses crayons, alors il va devoir trouver une solution…

Voici un album qui m’a fait passer un très bon moment, j’ai souri et on peut même dire éclaté de rire ! Ici la parole est donnée aux crayons, et chacun à un message a passer. Le crayon rouge trouve qu’il travaille trop, le Jaune pense qu’il doit être le seul à représenter le soleil et pas le Orange, le Noir trouve qu’il n’est pas assez utilisé, le Bleu, lui, n’en peut plus de la charge de travail qu’il a et demande du repos, et le Rose se sent délaissé. Beaucoup de sentiments se bousculent à travers toutes ses lettres de rébellions: épuisement, frustration, jalousie… le tout exprimé avec humour. Chacun ont finalement leurs personnalités, et sont comme humanisés. On comprend très bien leurs messages, qui en glissent d’autre, et dénoncent aussi les codes de la société. Pourquoi le crayon rose serait pour les filles ? Comme le suggère Rose, un dinosaure rose ou un monstre rose, c’est tout à fait possible ! Notre héros va donc retrouver ses crayons, et laisser place plutôt à son imaginaire sans limite ni contrainte. 

Entre fous rires et émotions, une histoire qui ne laisse pas indifférente. Un pur moment de bonheur et haut en couleur ! 

note 4,5 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Passions Londoniennes, tome 3 : James de Aurélie Depraz

41i9nksdzxl

Éditeur : Autoédité
Pages : 337 pages
Parution : 21 Juin 2020
Tome : 03/03
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Angleterre, 1821

Aylana est désespérée. La vie de son frère John ne tient plus qu’à un fil, et la seule solution qu’il lui reste est d’en appeler… à la clémence du roi.
Elle. Une roturière. À qui Sa Majesté n’accordera pas même l’ombre d’une audience. Et pour qui Elle ne lèvera pas l’ongle du petit doigt. À moins…
À moins de l’approcher grâce à l’un de Ses plus fidèles compagnons de débauche, qui jouit de Son estime et de Sa plus grande confiance : James Eastlake. James Eastlake, auquel son frère, le duc de Somerset, la recommande avec réticence. James Eastlake, qui traîne derrière lui une réputation exécrable. James Eastlake, qui l’a même offensée il y a plusieurs années. James Eastlake, enfin, qui n’acceptera jamais de l’aider, au vu de l’affront qu’elle lui a elle-même fait subir en retour à l’époque.
James Eastlake… qui reste son seul espoir, malgré tout.
Aylana n’a pas le choix. Elle ira à Londres. Elle trouvera cet homme. Et elle le suppliera d’intercéder en sa faveur. Et ce, quel qu’en soit le prix.

 

Mon avis:

Place au dernier tome de cette trilogie, qui sera un coup de cœur pour moi au grand complet ! James est donc le petit dernier de cette équipe infernale, qui ne nous a pas encore dévoilé ses secrets, et son histoire. Jeune noble, comme son ami Alexander, il n’a point envie de se marier, et d’appartenir à une seule femme. Il aime trop les femmes pour en avoir qu’une seule dans son lit, et tout le monde le sait, jusque dans les journaux. Il enchaîne ainsi les histoires, et aime vivre dans le luxe, ce qui contrarie bien sa mère. Jusqu’au jour où Alyana arrive dans sa vie pour lui demander de l’aide. Solliciter l’aide d’un libertin connu, quelle drôle d’idée, mais elle n’a pas le choix, il en va de la vie de son frère qui risque la mort. Seul lui peut l’aider, grâce à ses relations avec le roi. Une aventure qui va emmener nos deux héros pas là où ils s’attendaient…

Quelle magnifique trilogie qui a su m’emporter jusqu’à la fin. Même si avec James, on peut très bien s’attendre à ce qu’il va se passer, hé bien il peut quand même nous surprendre ! Fils de duc, ce dernier vit dans l’opulence. Entre ses sorties avec ses amies, sa passion pour l’art, et les belles femmes, il ne s’ennuie pas. A ses côtés, on retrouve Alyana, une jeune fille de basse extraction mais cultivée, qui a travaillé en tant que dame de compagnie, et aujourd’hui enseignante. C’est aussi une féministe, passionnée par Mary Wollstonecraft, une femme de lettre et philosophe, mère de Mary Shelley (Frankenstein). Comme toujours, j’adore toutes les références historiques que nous glissent l’auteure dans ses romans. Et encore une fois, nous sommes gâtées entre Napoléon, George IV, Casanova, la passion de nos deux héros pour l’art, mais aussi la continuité de la révolution industrielle, on a de quoi se documenter. Mais revenons à notre intrigue et nos héros, dont on pourrait penser que tout opposent, mais finalement ils ne sont assez complémentaires. Aylana est certes jeune et innocente, mais c’est aussi une femme au grand courage, et qui est prête à tout pour sauver la vie de son frère. Certes, elle éprouve des craintes, mais elle a toujours combattue dans la vie, et ne va pas s’arrêter là. James en est d’ailleurs impressionné, et elle ne se laisse pas faire quand il la provoque. Et forcément il aime ça. Mais il est vrai que sa requête n’est pas évidente, d’autant plus que le Roi est comme lui, un homme à femmes. Il va pourtant l’aider, et ils vont ainsi apprendre à se connaitre, et développer ensemble leur passion pour l’art.

Encore une très belle romance, rythmée et riche en révélation, qui a su me captiver. Je pense qu’Aylana est mon personnage féminin préféré de cette trilogie, suivi de Jay, pour le personnage masculin. J’ai vraiment adoré chacun des romans. Alors, si vous ne connaissez pas, lancez vous !

note 5 étoiles

Classique, Littérature française (France), Livres

« J’ai tellement envie de vous » : Lettres d’amour 1585-1610 de Henri IV

917a0wvzg2l

Éditeur : Le livre de poche
Collection: La lettre et la plume
Pages : 352 pages
Parution : 7 Septembre 2011
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Classique, Autobiographie
Lien Amazon

 

Synopsis:

Le bon roi Henri aimait tant les femmes qu’il faillit mettre sa couronne en péril pour les beaux yeux de ses maîtresses. Amant souvent trompé, mari toujours infidèle, les sentiments ne comptaient guère pour ce conquérant aussi intrépide au combat qu’à la poursuite de celles qui éveillaient ses sens.
La mort de la belle Gabrielle d’Estrées lui fit couler des larmes mais elles furent vite séchées par Henriette d’Entragues qu’il fit pratiquement cohabiter avec son épouse légitime, Marie de Médicis.
Dans cette correspondance qui couvre près de vingt-cinq années -des premières amours du jeune roi de Navarre à sa dernière idylle avec Charlotte de Montmorency, il se montre sentimental et libertin, maniant avec élégance l’humour, la malice et le mensonge.

 

Mon avis:

Dans ce recueil, on découvre les lettres du roi Henri IV écrite entre 1585 et 1610, à ses diverses maîtresses, mais aussi à ses épouses comme Marguerite de Valois, sa première épouse, ou Marie de Médicis.

A travers ses lettres, on suit aussi le parcours du roi, et les notes nous aident beaucoup à ne pas perdre le fil entre chaque histoire. On apprend beaucoup sur sa personne, un grand libertin connu, dont les familles nobles n’existaient à envoyer leurs filles dans le lit de ce dernier. On découvre aussi son caractère et ses réactions, des fois étonnantes, faces aux potins de la cours, ou de sa vie de souverain, ou dans sa vie de famille. Il est vrai qu’il est dommage, de ne pas avoir les réponses, il y a quand même près de 300 lettres. Heureusement que l’éditrice du livre est là pour nous apporter les détails, sinon on serait vite perdu. Il y a des lettres et des passages très intéressants, d’autres un peu redondants.

ça reste tout du moins un ouvrage très intéressant pour mieux connaitre le roi, ses pensées et ses agissements. Toutefois, il ne m’a pas transporté comme les autres ouvrages de la collection. Peut-être un peu trop long, même si, il faut le dire, il écrit très bien.

note 3 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance paranormale

La réfugiée des Highlands de Gaida Mendoza

71fy4pg222l

Éditeur : Gloriana
Pages : 368 pages
Parution : 10 Février 2020
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Romance, Historique, Fantastique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Une famille riche… Un mariage de convenance… Un voyage dans les Highlands… Un soupçon de magie… Alors qu’Anna doit prochainement se marier, elle s’offre le luxe d’un dernier voyage en solitaire sur les terres écossaises, dans le but de fuir ce mariage dont elle ne veut pas. Mais c’était sans compter l’intervention magique d’un effrit qui va la propulser dans le passé, à une époque aux mœurs différentes des siennes.

 

Mon avis:

Gaida Mendoza, nous livre son premier roman qui nous emmène découvrir Anna, une jeune femme dont la famille est très à cheval sur les convenances, et souhaite qu’elle s’unisse à une famille qui possède les mêmes idées. En soit un mariage de convenance, dont elle ne veut pas. Elle fuit ainsi en Ecosse, et va faire une étrange rencontre avec une créature magique, qui va bouleverser sa vie et la propulse à une époque inconnue sur les terres du clan Kincaid. L’aventure commence, et bien des surprises vont en découler.

L’intrigue de ce roman est constitué de deux parties. La première nous emmène en Ecosse, et dans le passé. On suit Anna qui se trouve désorientée après ce voyage dans le temps, et qui est ramenée semi-consciente au château du clan, par le laird lui-même, Ariyal Kincaid. Entre eux, les discussions sont quelques peu explosives, on s’amuse bien. Elle vient du futur, mais il ne la croit pas, malgré son attitude étrange. On tourne les pages avec plaisir, l’histoire est rythmée. Mais c’est surtout la seconde partie qui m’a le plus étonnée, et même surprise. Là clairement, on rentre plus dans la fantasy, et la magie. Ce changement de registre est déconcertant, et ça m’a plu. On se demande vraiment comment l’histoire va s’enchaîner, et c’est à ce moment que j’ai commencé à m’attacher aux personnages. Pauvre Anna, elle en a tellement subi, et ce n’est pas fini. Multiples complots et phénomènes magiques nous tiennent en haleine, et on a enfin réponse à nos questions sur le vécu de nos personnages.

Pour un premier roman, celui-ci est réussi, même si c’est plus la deuxième partie qui m’a le plus intriguée. Une aventure originale qui m’a un peu fait penser à la saga Les Highlander de Karen Marie Moning Un bon moment de lecture !

 

note 3,5 étoiles

Littérature française (France), Livres, Romance, Romance historique

Passions Londoniennes, tome 2 : Jay de Aurélie Depraz

couv29965538

Éditeur : Autoédité
Pages : 313 pages
Parution : 1er Mai 2020
Tome : 02/03
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Londres, 1819
Jay Stenson a tout bâti de ses mains. Né dans la rue, au cœur des quartiers londoniens les plus pauvres, il a su s’élever dans la société à la seule force du poignet et finir à la tête d’un véritable empire industriel.
Pourtant, il est une chose que son argent, jusqu’à présent, n’a pas su acheter : le bonheur de sa sœur, la très jeune Elisa. Prêt à tout pour l’intégrer (malgré elle s’il le faut) aux milieux huppés qu’il fréquente désormais et l’aider à se lancer dans la vie, il décide de faire appel à une jeune aristocrate. La mission de cette dernière : éduquer Elisa et en faire une lady. Une vraie. À son image.
Mais la belle Amanda Keat, elle aussi, a de graves problèmes à résoudre. Quant à ses vues sur le monde, elles sont bien loin de celles de ce roturier de Stenson… dont le franc-parler, les manières abruptes et le manque total de tact l’agacent au plus haut point…
Jay : quand les classes sociales du début du XIXe siècle se rencontrent, se repoussent et s’attirent, au temps de la Première Révolution Industrielle…

 

Mon avis:

Après avoir fait la connaissance d’Alexander lors du premier tome, place à Jay, membre de ce trio de célibataire endurcit. Enfin pas tant que ça ! Jay, comparé à ses amis, n’est pas un homme de la noblesse. C’est à la sueur de son front, qu’il a réussi à s’en sortir des bas fond de Londres. Très jeune, il a dû prendre en charge sa demi-sœur, et a tout fait pour lui offrir une vie digne. Et aujourd’hui, alors qu’ils ont quitté les quartiers pauvres, pour rejoindre la haute société, Elisa ne se sent pas à l’aise avec ce monde qu’elle ne connait pas. C’est là que Jay à l’idée de trouver une jeune lady pour lui apprendre les us et coutumes de la noblesse. Amanda Keat, jeune veuve qui rencontre bien des difficultés, finit par accepter la mission qu’on lui propose. Et bien des surprises vont en découler !

J’étais très heureuse d’apprendre que le tome 2 allait être consacré à Jay. Dans le premier tome, son personnage haut combien hardi, m’a tout de suite intrigué. Et quel bonheur d’en découvrir plus sur lui, son passé, les épreuves qu’il a dû affronter, et la force et le courage qu’ils l’ont amené à changer sa destinée. Jay est des plus déterminés, et hors de question de cacher ses origines, au grand dam de ses amis, et de la jeune lady Amanda qui sera offusquée plus d’une fois de ses manières. Alors qu’Elisa apprend beaucoup d’Amanda, hors de question pour Jay de devenir un gentleman. Même si ce dernier, écoute tout de même ce que dit Amanda, pour mieux nous surprendre. De son côté Amanda connait bien des difficultés depuis la perte de son mari, et en plus elle n’a plus de nouvelles de son frère qu’elle sait en difficulté. Mais hors de question pour elle de solliciter l’aide de Jay, qui en a déjà assez fait pour elle. En femme indépendante, elle ne manque pas non plus de courage, elle souhaite se débrouiller seule.

Autant dire que ces deux personnages étaient faits pour se rencontrer, et on ne s’ennuie pas avec l’intrigue, qui est très rythmé, que ce soit par leur échange ou action. On peut même dire que j’ai littéralement dévoré cet ouvrage qui m’a passionné. J’ai eu un coup de cœur pour Jay, son histoire et sa personne. Et comme toujours avec l’auteure on apprend des détails croustillants sur l’Histoire. Et grâce aux cours avec Elisa, on découvre la vie quotidienne d’une lady, comment servir le thé, comment se servir d’un éventail pour passer des messages, ou encore le langage des fleurs. Purement passionnant ! Encore une fois, je ressors très contente de cette lecture, et c’est même un coup de cœur.

En résumé, une très belle romance historique qui défit les classes sociales, et qui nous livre des détails croustillants sur la vie des différents quartiers londoniens.

 

note 5 étoiles

Bande dessinée, Littérature italienne (Italie), Livres

Les sœurs Grémillet, tome 1 : Le rêve de Sarah de Giovanni Di Gregorio et Alessandro Barbucci

Les sœurs Grémillet, tome 1 : Le rêve de Sarah de Giovanni Di Gregorio et Alessandro Barbucci

Éditeur : Dupuis
Pages : 72 pages
Parution : 12 Juin 2020
Tome : 1/??
Format: Album
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

L’histoire:

Plonger dans l’histoire comme dans un rêve… Dans un turquoise lumineux et mélancolique apparaissent pour la première fois les trois soeurs Grémillet, guidées par des méduses qui flottent, jusqu’au grand arbre et son palais de verre. À l’intérieur, une petite méduse lévite au-dessus d’un lit. Sarah, l’aînée, ne s’explique pas ce rêve étrange. Obsédée par ce mystère, elle parviendra à l’élucider avec l’aide de ses deux soeurs.

 

Mon avis:

Avec le premier tome dans cette nouvelle saga, on fait la connaissance de la famille Grémillet, qui est composée de 4 membres. La maman de cette famille se prénomme Magda, et a 3 filles. Sarah, l’aînée qui porte ce titre comme un fardeau; Cassiopée, la cadette toujours dans son petit monde; et Lucille, la benjamine timide et amoureuse des chats. Alors que Sarah fait un rêve des plus bizarre et répétitif, elle a comme l’intuition qu’il y a un lien avec le passé de sa mère. Après tout, les filles ne connaissent pas l’enfance qu’à vécue leur maman, et elles comptent bien enquêter. Quel est donc ce passé mystérieux que cache leur maman ?

J’ai passé un très bon moment de lecture en compagnie de la fine équipe, et j’ai aussi bien rigolé. Les trois sœurs ont des caractères bien différents, et ce n’est pas toujours facile pour elles de s’entendre. Alors faire une enquête à trois, et un cadeau commun pour leur maman, la mission s’annonce compliquée ! L’intrigue qu’on nous dévoile est très touchante, on fait très vite un avec les personnages. Chacune ont une personnalité émouvante et forte. Elles sont vraiment adorables, et on ne peut qu’y succomber. Dans une famille, il y a souvent des secrets, et ce n’est pas toujours facile de passer aux révélations. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elles sont unies, et qu’on a aussi envie de les prendre toutes dans nos bras ! Du côté du graphisme, il est tout en douceur comme l’histoire. Les traits sont fins et lumineux, avec une petite touche de poésie et de fantastique. Un régal !

En bref, une bande dessinée très réussie au cœur d’une famille attendrissante. Une première entrée en matière qui me donne envie de découvrir la suite des aventures de ses trois jeunes sœurs.

note 5 étoiles