Sorties culturelles

Le château de Seneffe et son musée de l’Orfèvrerie

DSC04148

Le château de Seneffe, situé en Belgique est un château construit au XVIIIe siècle et qui abrite le musée de l’orfèvrerie. 500 objets de la collection d’orfèvrerie sont ainsi mis en scène dans le château.

IMG_20190907_102721IMG_20190907_102746IMG_20190907_103327IMG_20190907_105740IMG_20190907_112758

De style néoclassique, il est construit de 1763 à 1768 pour un homme d’affaires Julien Depestre (devenu comte de Seneffe et de Turnhout en 1767) par l’architecte Laurent-Benoît Dewez.  En 1774, il décède et sa veuve Isabelle Cogels poursuit la réalisation du projet. Leur fils aîné Joseph Depestre partage l’intérêt de ses parents pour le domaine. Il confie l’aménagement du parc à l’architecte Charles De Wailly et au sculpteur Augustin Pajou. Il fait malheureusement de mauvaises affaires et se réfugie à l’étranger. En 1798, les Pays-Bas autrichiens ayant été réunis à la République française, le domaine est confisqué par le gouvernement qui le met en vente. Il passe ensuite de mains en mains, le château est ainsi restauré, puis mis à l’abandon, puis dilapidé. L’État belge finit par l’acquérir en 1969, et décide d’y héberger un musée de l’orfèvrerie de la Communauté française, dont le noyau est constitué par la collection de Claude et Juliette D’Allemagne, à la suite d’une donation.

IMG_20190907_102930IMG_20190907_104546IMG_20190907_104713IMG_20190907_104930IMG_20190907_105248IMG_20190907_105758IMG_20190907_110031IMG_20190907_110945IMG_20190907_110102

Malheureusement comme le château a été dilapidé, ce ne sont que des donations qui l’habitent. Il y a juste les murs et leurs peintures qui sont d’origines, et le magnifique parquet. Je pense que c’est la première fois que je prend un parquet en photo. Vous allez comprendre pourquoi ci-dessous ! D’ailleurs pour la visite, on nous fait porter des chaussons pour ne pas l’abîmer.

IMG_20190907_102911IMG_20190907_103243img_20190907_105230.jpgIMG_20190907_105447IMG_20190907_110000IMG_20190907_112224IMG_20190907_111539

Le château se trouve dans un parc de 22 hectares comprenant une orangerie, un théâtre néoclassique, une volière, un parc à l’anglaise avec un jardin à la française, un étang et une île reliée à la rive par un pont très romantique.

DSC04154DSC04183DSC04165DSC04189img_20190907_134014.jpg

Livres

Elegance of ruins de Laura del C.

cover_2

Éditeur : Autoédition
Pages : 73 pages
Parution : 7 Décembre 2018
Tome : 01/01
Format: Art Book
Lien Blurb

 

L’histoire:

Il existe deux manières de visiter le monde : se laisser guider dans les différents sites touristiques ou se lancer à la recherche des lieux oubliés de tous et sortir des sentiers battus. J’ai opté pour la deuxième alternative. L’activité de l’exploration urbaine est particulière, elle consiste à visiter ou infiltrer des lieux fermés au public. Je parcours l’Europe depuis huit ans, sac à dos et appareil photo en main, à la découverte de ces petits bouts d’histoire méconnus et secrets. A travers cet ouvrage voyagez avec moi sans prendre le risque de vous faire voir ou de vous faire prendre.

 

Mon avis:

Voilà depuis quelques années que je suis le travail de Laura, une photographe qui redonne un peu vie à ces monuments oubliés de presque tous. Quand j’ai vu qu’elle avait publié un livre sur ses aventures, j’ai tout de suite sauté le pas pour me le procurer. Je suis certes une grande fan de châteaux, comme vous le savez tous, mais c’est avec autant d’intérêt que j’ai découvert les autres lieux qui nous sont présentés. Au programme: châteaux et manoirs; édifices religieux; pensionnats; véhicules: bus, trains, voitures, et avions; théâtres, cinémas, hôtels et parcs d’attraction. Différentes explorations nous sont ainsi offertes et mises en lumière.

Avant de nous dévoiler ses superbes clichés, on fait un peu plus connaissance avec notre photographe qui nous dévoile un peu son parcours et sa passion. Cette première partie est très intéressante, et nous permet de vraiment être immergée dans son travail, mais aussi de savoir comment elle en est arrivée là. C’est d’ailleurs très intéressant et un point fort, de pouvoir avoir un texte explicatif de certains clichés. Escalade, course poursuite, alarme… l’exploration urbaine n’est pas de tout repos ! Ce que j’ai apprécié aussi dans ma lecture, c’est de savoir ce qu’est devenu le monument. Certains ont été détruis depuis, mais tous n’ont pas eu un sort sinistre (bon ok, très peu)

Maintenant, place aux clichés. Mais comment décrire un travail qui m’émeut autant… Il est vrai qu’à chaque fois, j’ai l’impression d’y être, sans y être pour autant. Je me laisse aller à rêver, comme assez souvent lors de mes visites. Comment la vie était dans ce monument, comment en est-il arrivé là, quelle est son histoire, comment a-t-il pu être oublié… Les images peuvent avoir aussi un côté effrayant, quand on voit notre patrimoine partir en poussière, ou être détruit.

Mais trêve de paroles, voici quelques photos extraites de l’ouvrage !

Sans titre 1Sans titre 2Sans titre 3Sans titre 4

Pour en découvrir plus, voici son compte Flickr

 

4,5 étoiles

Sorties culturelles

Château d’Antoing

Château d'Antoing

Le Château d’Antoing est une demeure au style néogothique qui a une riche histoire s’étendant sur plusieurs siècles.

Son architecture originale vient de plusieurs modifications. D’abord une position fortifiée, le « trou d’Antoing » offrant une vue imprenable de Tournai à Mons, il devient au un domaine exclusivement ecclésiastique, abritant des moines de sexe féminin. A la fin du Xe siècle, un chapitre de 14 chanoines leur succède. Ensuite, le Comte de Flandre y installe un homme d’armes pour surveiller le passage du fleuve et au fil des siècles, cet homme devint chevalier, baron et finalement prince. N’ayant point de descendance mâle, le domaine passe à la riche famille de Melun qui va y réaliser d’importants travaux. C’est au milieu du XVIème siècle, qu’une haute tour en briques surmontée d’une échauguette et un manoir de style renaissance hispano-flamand apparaissent, une partie des remparts est aussi détruite. Les troubles politiques et religieux font que le château passe de la famille de Melun à la famille des princes de Ligne, les actuels propriétaires. Au XIX° siècle, Eugène de Ligne décide de rénover le château. Il est redessiné dans le style néo-gothique par le célèbre architecte français Viollet-le-Duc, qui lui donne son petit charme de conte de fée.

IMG_20190908_164253

Toujours habité, le manoir ne se visite pas, mais on peut avoir une visite guidée pour découvrir la muraille d’enceinte et le bolwerk; le musée lapidaire avec les gisants et orants des d’Antoing, de Melun et de Ligne; et le donjon avec l’oubliette, la salle des chevaliers et la chambre du seigneur.

DSC04190

DSC04192

IMG_20190908_164944Château d'Antoing

IMG_20190908_161617IMG_20190908_162158

IMG_20190908_163959

Durant ses siècles, le site a accueilli de grand hommes comme Philippe le Bon, Charles le Téméraire, Maximilien d’Autriche et l’étudiant Charles de Gaulle, lors de l’année scolaire 1907-1908.

 

Et avec un château de cet âge, vous devez bien vous douter qu’il y a une petite légende !!!

La légende du château
Comme bien d’autres, ce château aurait son revenant. Son histoire est la suivante : un jour durant le Moyen Age, la forteresse fut attaquée. Elle fut prise et totalement détruite. Le baron d’Antoing, dont le nom n’est pas parvenu jusqu’à nous, périt au sein des ruines fumantes. Son ombre hanta le château rebâti. La légende raconte que pour le voir il faut monter dans la grosse tour sur le coup de minuit. Au deuxième étage se trouve une petite chambre avec un miroir (véridique), et si l’on se regarde dans celui-ci, alors nous apparaîtra une ombre. L’ombre d’un chevalier armé de pied en cap. Après quelques instants, celui-ci s’enfuira dans l’escalier en faisant entendre ses plaintes. Ce sont des soupirs sans fin, l’éternelle complainte du revenant, le fantôme du vieux baron.

Sorties culturelles

Château d’Attre et l’exposition « Impression de P’art Etre » au siècle des Lumières

953115_1

La château d’Attre est un sublime château du XVIIIème siècle implanté dans un parc de 17 hectares. Le château fut construit sur les fondations d’une ancienne forteresse médiévale, habité par la famille Franeau d’Hyon, Comtes de Gomegnies, chambellans à la Cour des Habsbourgs d’Autriche. Désirant une demeure plus moderne et dans le goût du temps, les propriétaires firent raser la forteresse et combler les douves en 1752.

Celle-ci a d’ailleurs servit de lieu de séjour à l’archiduchesse Marie-Christine d’Autriche (sœur de Marie-Antoinette) et à son mari, Albert de Saxe Teschen, gouverneurs des Pays-Bas. Leur chambre est toujours existante, et n’a jamais été utilisé depuis.

DSC03584

Ce château est un très beau témoignage de l’époque, vu que le mobilier et même les papiers peints sur les murs sont d’origine. De style Louis XV, le château est constitué d’un corps principal encadré de deux ailes. Il est constitué de deux niveaux en grès, pierre calcaire et briques enduites.

Le parc est constitué d’un jardin à l’anglaise et parc forestier, il abrite quelques monuments tels qu’une tour en ruine, un colombier du XVème siècle, un ermitage, la fameuse tour Vignou (dont tout une légende lui est liée), un chalet suisse, un pavillon des bains… ainsi que « le Rocher  » : un grotte artificielle réalisée pour l’archiduchesse pour ses partie de chasse. Construit de 1782 à 1788 avec des pierres, cette étonnante ‘folie’ qui a coûtait bien chère, mesure 24 mètres de haut nécessita le travail de 40 ouvriers. Quatre tunnels mènent le visiteur au cœur du rocher.

A noter aussi que la château a servit de décor pour les films des Visiteurs !

DSC03534DSC03574DSC03570DSC03539

Le château accueille actuellement l’exposition « Impression de P’art Etre » au siècle des Lumières, qui met en valeur des vêtements en papier du XVIIIème siècle. Ils sont d’ailleurs très impressionnants, vu que de loin on ne voit pas que c’est du papier. C’est seulement en s’approchant, qu’on voit que c’est chiffonné, et qu’on est devant une superbe création en papier.

La visite guidée du château est très intéressante, peut être un peu courte. Ma soif de curiosité n’a pas été totalement satisfaite! On visite que quelques ailes du château, vu que celui-ci est toujours habité. Et ce sont de pure merveilles, on ne s’est plus où regarder que ce soit les murs, le mobilier, et même les plafonds ! Par contre on a aucune info sur l’exposition, mais un guide très complet est là pour répondre à nos questions.

DSC03497DSC03501DSC03498DSC03499DSC03504DSC03521rpt

Sorties culturelles

Le château d’Hardelot: Centre culturel de l’Entente Cordiale

DSC00358

Un peu d’Histoire

Ce manoir de style néo-gothique a été construit sur les vestiges d’un château-fort du XIIIe siècle, appartenant aux Comtes de Boulogne. Plusieurs fois malmené et détruit, c’est au XIXème siècle que John-Robinson Whitley décide de faire une nouvelle station balnéaire digne du Touquet-Paris-Plage, dont il est le co-fondateur, afin d’y accueillir la noblesse britannique et française. Le château, devenu manoir, est ainsi réhabilité et devient un lieu mondain, qui sera par la suite cédé à l’Abbé Bouly, puis racheté par la municipalité et le département, pour devenir le « Centre culturel de l’Entente Cordiale ».

Autour du château s’étendent des jardins anglais et un théâtre élisabéthain (qui a reçu l’approbation de la reine Elisabeth II).

smacap_Brightsdr_HDRBsmacap_BrightDSC03315

Place aux pièces intérieurs 

Le salon et le fumoir sont de style néogothique, pièces de convivialité et très cosy. Le fumoir était réservé aux hommes qui s’y retrouvaient après le repas,  pour déguster une liqueur et un bon cigare.

La salle de billard est la salle pièce qui a pu être restauré à son état d’origine.

DSC03334DSC03327DSC03317

Dans le vestibule et la salle à manger, on retrouve un style victorien: parquet anglais, et papier peint à motif. On buste de Victoria et d’Albert sont présent. Sur la table, nous est présenté à gauche un service à la française, et sur la droite à l’anglaise. En France, les dents de fourchettes pointent vers le bas, et la lame du couteau est dirigée vers l’assiette. Les verres sont disposés dans l’alignement du couteau, avec un angle de 45°. En Angleterre, les dents de fourchettes sont disposées vers le haut, comme les cuillères, et les couteaux vers l’extérieur. Les verres sont quant à eux disposés en ligne droite.

DSC03335DSC03351DSC03348DSC03349

Les appartements de John Whitley sont de style art nouveau. Sur le lit est présenté un maillot de bain homme et femme.

DSC03377DSC03374DSC03379

Le cabinet des curiosités est consacré au dernier propriétaire, l’abbé Bouly. ll s’agit de son cabinet de travail qui a été reconstitué avec œuvres d’art et animaux naturalisés.

DSC03389DSC03393

Enfin la bibliothèque est de style néogothique, en référence au donjon médiéval où elle se trouve. Une grande collection d’œuvres de Dickens y sont présentes, ainsi que son buste, en référence aux quatre étés successifs qu’il a passé à Boulogne sur mer.

DSC03371DSC03394DSC03395

Quelques détails sur le mobilier

Sorties culturelles

Le château de Versailles

DSC02636

Classé depuis 30 ans au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO, le château de Versailles constitue l’une des plus belles réalisations de l’art français au XVIIe siècle. Symbole de la gloire de France, Versailles est un complexe de châteaux et palais. Il a été la résidence des plus importants rois de France, et principalement Louis XIV, Louis XV et Louis XVI.

Le Roi-Soleil a fait appel aux meilleurs architectes de son temps pour construire ces bâtiments imposants et magnifiques, et a sollicité de nombreux peintres pour la réalisation des décors du palais. La Grande Galerie des Glaces et les Grands Appartements du Roi et de la Reine, sont constitué d’une succession d’éléments ayant une magnifique harmonie architecturale et s’étale sur 67 000 m² pour plus de 2 000 pièces.

 

Le parc du Château de Versailles quant à lui s’étend sur plus de 800 ha, dont 90 ha de jardins, et comprend de prestigieux éléments dont, parmi les plus réputés, le Grand Trianon, le petit Trianon, le grand canal, l’orangerie et le hameau de la Reine.

 

J’étais très contente de découvrir enfin ce fabuleux château, mais je suis restée sur ma fin. Je n’ai pas apprécié les boutiques à tout va, qui font vraiment « attrapes touristes ». Par contre le spectacle des grandes eaux musicales restera gravé dans ma mémoire, c’était vraiment fabuleux.

 

Sorties culturelles

Le domaine de Marie Antoinette

DSC02556

Pas très loin du célèbre château de Versailles, se trouve le Domaine de Marie-Antoinette qui se compose du Grand Trianon, du Petit Trianon et du Hameau de la Reine, lieux de vies de la reine Marie-Antoinette.

J’ai particulièrement aimé cette visite qui a su garder son authenticité et son charme, contrairement à ce que j’ai ressentie pour Versailles (mais ça c’est une autre histoire, que je vous dévoilerais dans un autre article)

 

Le Grand Trianon
Le Grand Trianon a été construit en 1687 par Jules Hardouin Mansart, pour que Louis XIV puisse fuir les fastes de la Cour et s’y reposer en compagnie de ses dames. A la fois intimiste et raffiné, le palais de marbre rose à l’inspiration italienne respire la poésie.
C’est un vrai havre de paix à deux pas de Versailles. Il m’a particulièrement plu et marqué. J’y retournerais avec grand plaisir.


Le Petit Trianon
Le Petit Trianon est un cadeau de Louis XVI à sa femme Marie-Antoinette. Il a été construit sous Louis XV, pour Madame de Pompadour, par Ange-Jacques Gabriel.  Dissimulé par de longues allées d’arbres, le Petit Trianon dévoile petit à petit ses trésors. C’est à l’intérieur que l’on imagine facilement la vie que devait avoir Marie-Antoinette. On découvre ainsi les salons de jeu et de loisirs, les appartements privés de la Reine et son surprenant cabinet des Glaces mouvantes…

A l’extérieur, on peut admirer la beauté du jardin anglais et le superbe Temple de l’Amour.

DSC02572

 

Le Hameau de la Reine
A côté des Trianon, Marie-Antoinette se fait aussi construire un véritable petit village normand. Onze maisons sont réparties autour d’un grand lac, surmonté d’un phare. Calme et quiétude s’en dégage.

 

Sorties culturelles

Le domaine du Château de Belœil, le Versailles belge

IMG_20170418_152305103_HDR

Le Château de Belœil et son parc, sont implantés depuis huit siècles dans la province du Hainaut en Belgique. Il est la propriété des Princes de Ligne depuis le XIVe siècle, est entièrement meublé et contient une riche collection d’objets d’art du XVe au XIXe siècle dont la célèbre bibliothèque aux 20.000 volumes !

Aujourd’hui, il est toujours habité par la famille.

Le parc est constitué d’un superbe jardin à la française, une alternance harmonieuse d’eau et de verdure, d’ombre et de lumière, qui s’étend sur 25 hectares.

Il est considéré comme le Versailles belge. Niveau taille, il est beaucoup plus petit. Mais pour le reste autant dire qu’il arrive largement à sa hauteur.

 

Le Domaine de Belœil accueille chaque année au printemps un concours d’amaryllis. J’en ai profité pour aller le visiter à ce moment. Découvrez-le sans plus attendre en photos !

 

L’intérieur du château

 

L’extérieur du château

 

La bibliothèque

 

Le parc

 

Bien sûr à la fin de la visite, il y avait un stand où des oignons d’amaryllis étaient en vente. Et voici le super amaryllis double que j’ai acheté là bas.

IMG_20170522_181040894_HDR