Bande dessinée, Littérature française (France), Livres

Miss Charity, tome 1 : L’enfance de l’art de Loïc Clément, Marie-Aude Murail et Anne Montel

couv57792418

Éditeur : Rue de Sèvres
Pages : 120 pages
Parution : 19 Février 2020
Tome : 01/??
Format: Bande dessinée
Genre: Historique, Jeunesse

Lien Amazon

 

Synopsis:

En 1880, Charity est une petite fille de la bonne société anglaise. Endeuillée par la mort de ses petites sœurs, sa famille lui accorde peu d’attention ; aussi se réfugie-t-elle auprès de sa bonne, Tabitha. Elle élève également des souris dans la nursery, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope et apprend Shakespeare par cœur, espérant qu’un jour quelque chose rompra sa solitude.

 

Mon avis:

Je m’étais déjà régalée avec le roman, et aujourd’hui je me régale à nouveau avec cette adaptation pleine de charme et lumineuse.

On redécouvre ainsi l’enfance de Charity sous la plume de Loïc Clément et les superbes aquarelles d’Anne Montel. On retrouve la personnalité pleine de vie de la petite fille, qu’on a découvert dans le roman. Avec cette première partie, on l’a suit de ses 5 ans à ses 15 ans, à l’époque Victorienne. Jeune fille de la bonne société britannique, Charity préfère largement s’émerveiller de la richesse de nature et de ses occupants, que des salons, des textes religieux et de la broderie.

J’ai adoré redécouvrir l’enfance de Charity avec cette adaptation particulièrement réussit. La lecture comme les dessins ont réussi à m’émerveiller, comme l’avait si bien fait le roman. Je me suis tout de suite reconnue en cette petite fille, ayant grandi à la campagne, et adorant passer du temps dans le jardin. Même si on n’a pas vécu à la même époque, et je n’ai donc pas connu les mêmes rigueurs d’éducation pour une jeune fille, je me retrouve en sa personnalité. Enfant réservée, mais emplie de curiosité, Charity s’émerveille de chaque découverte. Le monde adulte l’ennuie profondément, trop fermé pour elle, qui est en quête constante de liberté.

Une magnifique adaptation, tellement hâte de découvrir la suite.

 

note 5 étoiles

 

 

Lien vers ma critique du roman

Jeunesse, Littérature française (France), Livres

Les Chroniques Extraordinaires d’Amédée Pan, tome 1 : Un vent de fronde de Virginie Singeot-Fabre

Les Chroniques extraordinaires d’Amédée Pan, tome 1 : Un vent de fronde de Virgine Singeot-Fabre

Éditeur : Faute de frappe
Pages : 153 pages
Parution : 20 Janvier 2020
Tome : 01/??
Format: Broché
Genre: Fantastique, Jeunesse
Lien Achat

 

L’histoire:

Prenez un garçon timide et rêveur. Faites-le voyager grâce à une faille spatio-temporelle incroyable, propice à de folles et périlleuses aventures…
Telle est l’histoire d’Amédée Pan.
Plongé au cœur de la Fronde, en 1652, il devra rivaliser d’ingéniosité et de courage pour aider Elise, une jeune révolutionnaire dont les parents ont été enlevés.
Amédée Pan, un ingénieux mélange d’action, Histoire et fantastique !

 

Mon avis:

Avec ce roman, nous faisons la connaissance d’un jeune garçon nommé Amédée Paniewkoczki, alias Amédée Pan. Lors d’un voyage scolaire au Panthéon à notre époque, un de ses camarades le pousse sur la pendule de Foucault. Amédée se trouve propulsé dans un autre temps, une autre époque. Il se réveille alors qu’une jeune fille est à côté de lui, et l’aventure commence en direct du XVIIème siècle.

Amédée est un jeune garçon solitaire, souvent dans la lune, et qui a peu confiance en lui. Très vite on s’attache à son personnage, qui arrive à garder son sang froid face à l’aventure extraordinaire qui lui arrive. Il se retrouve quand-même en 1652, à poser des tracts contre le fameux Mazarin en plein Paris, qui peine à reconnaître. Comme quoi les cours d’Histoire sont importants pour assembler toutes les pièces du puzzle qui s’offre à lui ! En compagnie de son amie Elise, on se s’ennuie pas une seule seconde et on se laisse porter dans l’aventure qui les attend. L’écriture est simple, et éveille notre imaginaire. J’ai particulièrement apprécié le petit mot d’entrée et de fin, comme un journal intime. Je trouve que cela apporte un petit plus au roman.

En bref, je dirais avoir passé un bon moment de lecture et d’évasion avec ce roman. Mais autant dire que ce roman est plus historique, que fantastique. Il n’y a que cette notion de voyage dans le temps, qu’on a au début ou à la fin, qui apporte cette touche. D’ailleurs, comme ce roman s’adresse avant tout à un public jeunesse, il est vrai que j’aurai bien apprécié une partie « Pour aller plus loin » à la fin du roman, avec des repères historiques. Cela peut être une idée, surtout que les enfants aiment généralement la période du Roi Soleil, qui est passionnant. En tout cas, c’était mon cas !

Merci aux éditions Faute de frappe pour ce super ouvrage.

3,5 étoiles

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

La saga des Bedwyn, tome 5 : L’inconnu de la forêt de Mary Balogh

La saga des Bedwyn, tome 5 : L'inconnu de la forêt de Mary Balogh

Éditeur : J’ai lu pour elle
Collection: Aventures et Passions
Pages : 376 pages
Parution : 3 Septembre 2014
Tome : 05/06
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Blessé à la bataille de Waterloo, Alleyne Bedwyn reprend conscience dans un bordel de Bruxelles, incapable de se rappeler qui il est. Il tombe sous le charme de celle à qui il doit la vie, Rachel, une jeune Anglaise en perdition recueillie par quatre prostituées au grand coeur. Or, celles-ci viennent de se faire dérober toutes leurs économies. Pour leur venir en aide, Rachel est prête à utiliser sa fortune personnelle. Seul souci : son oncle ne la lui remettra que si elle se marie. Alleyne lui propose donc de se faire passer pour son époux. Et les voici en route pour Londres, accompagnés des quatre belles de nuit déguisées en dames du monde…

 

Mon avis:

Avec ce cinquième tome, on se retrouve à nouveau en Belgique, au moment où Morgan y est avec ses amis. Comme on l’a su dans le roman précédent, lors de la bataille de Waterloo, Alleyne Bedwyn est porté disparu. Alors qu’il avait une importante missive à transmettre, il est gravement blessé et finit par faire une lourde chute dans la forêt de Soignes. C’est là que Rachel, une jeune anglaise, aidée par un soldat, vont lui venir en aide. Lorsqu’il reprend connaissance, Alleyne a perdu la mémoire, il ne sait plus qui il est. Mais il se rend vite compte qu’il est dans un bordel en plein Bruxelles, avec ces quatre prostitués au maquillage bien prononcé, et qui n’ont pas leur langue dans leur poche. Parmi ces femmes se trouvent aussi Rachel, sa sauveuse. Un endroit bien inhabituel pour une jeune noble, qui n’a malheureusement plus d’argent avec elle, à cause d’un faux pasteur, qui a aussi roulé les quatre prostitués, dont l’une est son ancienne gouvernante. Rachel s’en veut terriblement, et souhaite les dédommager en allant récupérer son héritage en Angleterre. Comme elle n’a pas encore 25 ans, Alleyne qui n’a toujours pas retrouvé la mémoire et qui en a peur, propose d’aider Rachel. Ils se font alors passer pour des jeunes mariés devant son oncle. Et c’est là que l’aventure commence !

N’ayant pas grandement apprécié le tome précédent, j’étais tout de même très curieuse de découvrir ce qu’il était arrivé à Alleyne. Il se trouve que cette histoire se déroule en parallèle de celle de sa sœur. Comme le précédent, on se retrouve avec une première partie en Belgique, puis une seconde en Angleterre. Hé bien autant dire que cette fois ci, cela ne m’a pas du tout gênée, et cela je le dois aux personnages qui m’ont plu. L’ambiance qui règne dans ce roman est simple et remplie d’humour, avec un quatuor féminin de choc. J’ai souvent ri face à l’imagination débordante des quatre prostitués. Rachel est une jeune fille qui a un lourd passé, n’ayant pas eu l’occasion d’affronter le monde, elle est assez candide, mais tout de même touchante. Alleyne quant à lui est totalement perdu de ne pas savoir qui il est, et apprend à se faire une nouvelle identité.  Attaché l’un à l’autre, leur relation est assez tendue, comme Alleyne ne connait pas son statut. Des craintes et des non-dits s’accumulent, ce qui rend leur fausse relation de couple compliquée. Cette fois la famille Bedwyn est très peu présente, et c’est plus la famille de Rachel qu’on découvre, et qui nous réserve des surprises. C’est aussi ce qui m’a plu dans ce roman, c’est qu’il y a des faits dont je ne m’y attendais pas, contre d’autres que je soupçonnais.

En bref, je dirais que j’ai passé un très bon moment de lecture. Ce nouveau couple est intéressant, mais je tiens tout de même à souligner que la fin était quand même assez rapide, et je suis quelque peu triste de ne pas avoir eu plus de détails sur la fameuse rencontre. Tant pis ! Maintenant il est vrai que j’ai hâte de me plonger dans le dernier tome consacré au Duc de Bewcastle, un personnage qui fait que m’intriguer depuis le début de la saga. En même temps, il y a de quoi !!

 

4,5 étoiles

 

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

La saga des Bedwyn, tome 4 : L’amour ou la guerre de Mary Balogh

La saga des Bedwyn, tome 4 : L'amour ou la guerre de Mary Balogh

Éditeur : J’ai lu pour elle
Collection: Aventures et Passions
Pages : 382 pages
Parution : 21 Mai 2014
Tome : 04/06
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Un scandale a contraint Gervase Ashford à fuir l’Angleterre. Neuf ans plus tard, il n’a toujours pas oublié l’humiliation infligée par le duc de Bewcastle et, lorsqu’il croise la sœur de ce dernier à Bruxelles, il y voit l’occasion rêvée de se venger. Quelle proie facile que cette ravissante jeune fille sans expérience pour un séducteur comme lui ! Gervase jubile déjà à l’idée de l’esclandre qu’il va provoquer. Mais la bataille de Waterloo éclate et, dans le tumulte de l’Histoire, le cynique manipulateur perd son cœur. S’en remettra-t-il lorsque Morgan, ayant découvert son projet, décidera à son tour de prendre sa revanche ?

 

Mon avis:

Pour le quatrième tome de cette saga, Mary Balogh nous offre une construction différente pour cette intrigue en deux parties, dans deux pays. On retrouve la benjamine de la famille Bedwyn, Morgan qui vient de faire ses débuts, et a été présentée à la reine. En séjour à Bruxelles, avec la famille d’une de ses amies, elle alterne soirées et bals, où elle fait la rencontre de Gervase Ashford, comte de Rosthorn. Cet homme cache en fait bien des secrets, et un passé qui le hante. Jeune débutante, elle ne se rend pas compte de ce double jeu qui s’installe, et la réalité des tensions politiques vient encore plus troubler la situation, avec la bataille de Waterloo.

Avec la première partie du roman, on voit naître une amitié et une passion entre nos deux héros, avec en toile de fond un climat d’affrontement qui se prépare. Le passé qui hante Gervase nous est caché, et on se demande pourquoi il y a une telle haine envers les Bedwyn. Un jeu qui s’avère difficile, il souhaite se venger en utilisant Morgan, mais il en fait les frais en s’attachant à la demoiselle. Morgan ne sait rien de tout cela, et le prend en amitié, et même plus. Avec la disparition de son frère sur le front, elle se voit obligé de rentrer en Angleterre, pour faire l’annonce de la triste nouvelle à sa famille. Et c’est ainsi qu’elle va découvrir le jeu de vengeance que voulait lui jouer Gervase.

Après une première partie marquée par les tensions, il est vrai que je me suis un peu ennuyée avec la seconde, où le rythme et le conflit napoléonien n’était plus présent. Et cette idée de retournement de vengeance de la part de Morgan, avec cette volonté de briser le cœur de Gervase, comme il avait brisé le sien, ne m’a pas convaincue. Mais il est vrai, que je voulais en savoir plus sur le passé de cet homme qui m’intrigue, et j’ai été gâtée, vu que je m’attendais à certains points, mais pas à tous ! Merci pour la surprise !

Je dirais que c’est le tome que j’ai le moins aimé de la saga. Après un début prometteur, je me suis lassée de la deuxième partie avec ce va et vient dans le jeu de séduction. Je compte bien entendu continuer la saga, et je suis d’ailleurs curieuse de savoir ce qui est arrivé à Alleyne.

 

3 étoiles

Jeunesse, Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Harry Potter, illustrée, tome 4 : Harry Potter et la coupe de feu de J. K. Rowling et Jim Kay

Harry Potter, illustrée, tome 4 : Harry Potter et la coupe de feu de J. K. Rowling et Jim Kay

Éditeur : Gallimard
Pages : 464 pages
Parution : 24 Octobre 2019
Tome : 04/07
Format: Broché
Genre: Jeunesse, Fantasy

Lien Amazon

 

L’histoire:

Harry Potter a quatorze ans et entre en quatrième année au collège de Poudlard. Une grande nouvelle attend Harry, Ron et Hermione à leur arrivée : la tenue d’un tournoi de magie exceptionnel entre les plus célèbres écoles de sorcellerie. Déjà les délégations étrangères font leur entrée. Harry se réjouit… Trop vite. Il va se trouver plongé au coeur des événements les plus dramatiques qu’il ait jamais eu à affronter. Dans ce quatrième tome bouleversant, drôle, fascinant, qui révèle la richesse des enjeux en cours, Harry Potter doit faire face et relever d’immenses défis.

 

Mon avis:

Quelque plaisir de pouvoir retrouver la saga Harry Potter, avec cette sublime version illustrée. C’est l’occasion pour moi de refaire une relecture à chaque fois. Et autant dire qu’avec ce tome, il y avait plein de passages que j’avais oublié. Après c’est normal, les livres contiennent de plus en plus de chapitres, et si je me souviens que de ce qui est montré dans les films, forcément il manque plein d’information, sinon chacun des films durerait 6h, et encore !

Ce quatrième opus est vu comme un tournant dans la vie d’Harry Potter. Ce tome est beaucoup plus sombre que les précédents. Le retour de Voldemort oblige, il compte bien rattraper ce qu’il a échoué 14 ans plutôt… Harry n’est pas pour autant seul, d’autant plus qu’il a récupéré autour de lui les chers amis de son père, en les personnes de Remus Lupin, et Sirius Black (un de mes personnages préférés avec notre trio!) Et cette année, ce n’est pas une rentrée classique qu’attendent nos sorciers en herbe, place au Tournoi des Trois Sorciers.

L’ambiance est ainsi plus différente que les autres tomes, elle est plus mature, le trio grandit. Les sentiments de ces jeunes adolescents naissent et se voient bousculer. On est moins dans un univers enfantin, nos héros grandissent, et on le voit notamment avec les rêves d’Harry, ou encore des discours plus enclins avec la société et la politique. Hermione devient par exemple, une fervente militante pour libération des Elfes de maison, j’avoue que j’avais un peu oublié ce passage, honte à moi ! Le ministère s’incruste de plus en plus dans les affaires de l’école, et il y a de plus en plus de tensions. A côté de ça on rencontre de nouveaux personnages, et on affine nos relations avec certain. Qu’est-ce que je peux adorer Dobby, il m’a toujours fait sourire et rigolé. On en sait un peu plus sur la famille Weasley, notamment avec la rencontre de Bill, ou avec les nouveaux projets de Fred et George !

De côté des illustrations, j’admire toujours autant le travail de Jim Kay qui arrive à recréer son propre univers. Elles sont comme toujours superbes, et font vraiment honneur aux écrits de J.K. Rowling. Il est vrai que j’aurai voulu encore plus d’illustrations, ce sont souvent les chapitres clés qui en possèdent. Mais bon, il est quand même richement illustré, et magnifique. Comme toujours, je vais dire que j’ai hâte d’avoir le suivant pour une nouvelle relecture, mais comment toujours il va falloir patienter ! Mais vu la qualité du travail, la patience est récompensée !

4,5 étoiles

25431

Bande dessinée, Littérature espagnole (Espagne), Livres

Waluk, tome 1 : La Grande Traversée de de Emilio Ruiz et Ana Miralles

Waluk, tome 1 : La Grande Traversée de de Emilio Ruiz et Ana Miralles

Éditeur : Dargaud
Pages : 48 pages
Parution : 7 Février 2020
Tome : 01/??
Format: Bande dessinée
Genre: Jeunesse
Lien Amazon

 

L’histoire :

Waluk est un jeune ours abandonné par sa maman car il était assez grand pour vivre seul. Mais comment survivre quand on n’a jamais vécu seul ?
Sa rencontre avec Esquimo, un vieil ours expérimenté, va changer sa vie.
Notre ourson Waluk va peu à peu découvrir sa vie d’ours. Il va apprendre à pécher, à chasser, et surtout à se méfier du seul véritable ennemi des ours, cette étrange créature sans poils : l’homme.

 

Mon avis :

Merci beaucoup aux éditions Dargaud de me faire à nouveau confiance avec l’envoi de cette bande dessinée en avant première. Un régal !

Waluk est un jeune ours abandonné par sa maman, du jour au lendemain. Il se retrouve seul, et il ne sait pas comment s’en sortir. Et surtout, il ne sait pas comment faire pour manger. Alors, qu’il a très faim, il fait la rencontre d’Esquimo, un vieil ours expérimenté, qui va lui changer la vie.

Ce premier tome est très émouvant et touchant. On suit l’aventure de Waluk qui apprend beaucoup auprès d’Esquimo. On découvre aussi d’autres animaux qui vivent sur la banquise, notamment une étrange créature sans poils: l’homme. A travers cette histoire attendrissante, on ne perd pas l’actualité. La glace qui fond, le réchauffement de la planète, la montée des eaux, l’extinction de certaines races d’animaux… On y voit d’ailleurs des touristes, venus admirer ses animaux en voies extinctions, ou des scientifiques les étudier, et les nourrir pour les amadouer. L’histoire nous apporte aussi de belles valeurs : le courage, la persévérance, la confiance, le respect… et une belle leçon de vie.

Il est vrai qu’à la lecture de cette bande dessinée on se sent plus ours, qu’humain. Et on  a même honte de notre comportement, qui n’est pas exagéré dans le récit. Plusieurs petits gestes peuvent être fait pour préserver notre planète, il faut s’y mettre.

Du côté des illustrations, elles sont superbes très douces et pures. C’est un bonheur de tourner les pages.

Maintenant, je suis curieuse de connaitre la suite, d’autant plus dans la situation qu’on nous a laissé.

 

Bande dessinée, Littérature française (France), Littérature italienne (Italie), Livres

Obie Koul, tome 1 : Un week-end sur deux chez mon père de Pierre Makyo et Alessia Buffolo

Obie Koul, tome 1 : Un week-end sur deux chez mon père de Pierre Makyo et Alessia Buffolo

Éditeur : Kennes
Pages : 56 pages
Parution : 22 Mai 2019
Tome : 01/??
Format: Bande dessinée
Genre: Jeunesse, Science-Fiction
Lien Amazon

 

L’histoire :

Mia vit sur terre, Elzeki est extraterrestre. Mia a été enlevée par Elzeki lors d’une mission d’exploration. Ils se sont aimés, puis séparés. De leur amour hétéroplanétaire est né un fils, Obie. À 12 ans, l’adolescent ne sait toujours rien des origines de son père. Lorsque ses parents lui expliquent enfin la vérité, il n’en revient pas. Dorénavant, il va devoir passer un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires sur une autre planète…
Trop cool!

 

Mon avis :

Primée par le conseil départemental de Loir-et-Cher, et nouveau gagnant du Prix des Collèges 2020 au 47e Festival International de la BD d’Angoulême, cette bande dessinée nous fait entrer dans le monde d’Obie Koul. Un jeune héros de 12 ans qui a priori a un parcours pour le moins commun. Il vient tout juste d’emménager avec sa mère dans un nouvel appartement, dans une nouvelle ville. La rentrée arrive pour lui, mais aussi pour sa mère, qui est professeur de math dans le même collège que lui. Depuis tout petit, il voit son père que très rarement, soit disant très occupé par son travail. Mais cette rentrée se passe difficilement. Il se retrouve pris à parti entre deux bandes rivales, et il subit dès le premier jour leur harcèlement… Sa mère est en panique, et son père a alors une idée. Il implante à son fils un certain élément… Obie se demande alors beaucoup de questions sur son père, qu’il connait assez peu.

Cette bande dessinée est très sympathique et reprend les contextes actuels de notre société, comme les familles monoparentales, ou le harcèlement scolaire. Une certaine ambiance de violence y règne, contrecarrés par certains moments affectifs et drôles, mais surtout par cet univers de science-fiction. Mais il est vrai que j’ai tout de même été quelque peu gênée dans ma lecture. Même si j’ai bien rigolé, le questionnement sur son père intervient quand même assez tard. 12 ans, c’est long… Et les fameuses révélations ne le dérangent en aucun point. ça fait quand même un peu gros, et beaucoup d’un seul coup…

Du côté des illustrations, elles sont très bien réalisées, et on sent l’inspiration venir du cinéma, avec des personnages clés de la science-fiction.

En bref, je dirais avoir passé un bon moment de lecture, même si l’intrigue m’a un peu dérangée, j’ai bien rigolé. A voir la suite.

Merci aux éditions Kennes pour ce partage.

3 étoiles

Littérature anglaise (Angleterre), Livres, Romance, Romance historique

La saga des Bedwyn, tome 3 : Fausses fiançailles de Mary Balogh

La saga des Bedwyn, tome 3 : Fausses fiançailles de Mary Balogh

Éditeur : J’ai lu pour elle
Collection: Aventures et Passions
Pages : 371 pages
Parution : 22 Janvier 2014
Tome : 03/06
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Orgueilleuse et forte tête, lady Freyja Bedwin n’hésite pas lorsqu’un inconnu s’introduit dans sa chambre en pleine nuit : elle lui flanque un coup de poing sur le nez. Quelques jours plus tard, à Bath, elle le reconnaît. Il s’agit en fait du marquis de Hallmere. Et ce jeune homme malicieux, aussi peu conventionnel qu’elle, finit par gagner sa sympathie. Aussi accepte-t-elle de fausses fiançailles pour l’aider à échapper à un mariage indésirable. Ce sera amusant, et ainsi elle clouera le bec à ceux qui la traitent déjà de vieille fille. Sans se douter que cette comédie va l’entraîner bien plus loin que prévu…

 

Mon avis:

Avec ce troisième tome de la saga, c’est autour de Freyja Bedwyn de se livrer. Et à vrai dire, j’avais hâte d’en savoir plus sur son personnage, qui m’a dès le début intrigué. C’est une femme forte, qui a beaucoup de caractère, et qui n’a pas sa langue dans sa poche (ni son poing!) C’est aussi quelqu’un qui a été blessée par la vie, et qui en porte toujours les cicatrices. Elle a 25 ans, et est considérée comme une vieille fille par la société, vu qu’elle n’est toujours pas mariée. En fait, elle a faillit l’être deux fois, mais son fiancé est mort, et le frère de celui-ci dont elle était amoureuse, en a choisi une autre. C’est d’ailleurs pour le fuir qu’elle est à Bath, auprès d’une amie et de sa mère. Mais alors, un fameux jeune homme va faire irruption dans sa vie, et tout chambouler. La première fois pas de manière très convenable, vu que c’est dans sa chambre qu’elle le trouve, alors qu’il tente de fuir quelqu’un. Et qu’elle ne fut pas sa surprise quand elle le retrouve quelques jours plus tard à Bath, et qu’elle découvre qu’il est le marquis d’Hallmere. Même si elle lui a mis son poing dans son nez, elle n’a pas froid aux yeux et n’hésitera pas à recommencer. Alors que ce Joshua Moore se trouve dans une fâcheuse situation que lui impose sa tante, il demande l’aide de Freyja, et les fausses fiançailles commencent, mais pas comme ils l’avaient envisagé !

J’ai tout de suite accroché au personnage de Freyja, et j’étais super heureuse d’en connaitre plus sur elle. Et je n’ai pas été déçu ! Elle est très têtue, et n’a que peu faire des convenances. On ne s’ennuie pas une seule seconde. Avec Joshua ils font la paire. Proche et différent à la fois, j’ai aussi grandement aimé son personnage. Son passé n’a pas été facile, et le hante. On en apprend pourquoi au fil du roman, et c’est d’ailleurs agréable de découvrir chaque élément au fur et à mesure. Une partie du roman se passe au château de Lindsey, avec le fameux Wulfric, toujours aussi impressionnant, mais surtout avec tous les membres de la famille Bedwyn, que j’apprécie tellement. C’est ainsi l’occasion de connaitre leur évolution. Alors qu’un élément perturbateur arrive dans l’histoire, la famille Bedwyn se joint à Joshua, et nous emmène dans son domaine en Cornouilles, dont les descriptions font rêver.

L’intrigue est vraiment bien amenée et on ne s’ennuie pas une seule seconde, entre rire et rebondissement, ce roman devient mon premier coup de cœur pour cette année ! Je suis définitivement fan des écrits de Mary Balogh, et j’ai hâte de découvrir la suite !

5 étoiles