Littérature belge (Belgique), Livres, Romance, Romance historique

Le Destin des cœurs perdus, tome 1 : Les Damoiselles de Castel Dark de JC Staignier

81i3tl1sn-l

Éditeur : Something Else
Pages : 364 pages
Parution : 11 Juin 2019
Tome : 01/??
Format: Broché
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Angleterre, 1390.

Par ordre du roi, les trois filles aînées du comte Clayton de Percival se rendent à Hill House pour rencontrer le duc de Templeton. Lorsque les portes du château se referment sur Mary, Jane et Ilyana, elles ignorent que leur destinée vient de basculer.

À Castel Dark, le domaine familial, Aelis, la benjamine au caractère rebelle tente de s’imposer dans une société où les hommes dominent.

Entre l’amour, la passion et la haine, les damoiselles de Castel Dark trouveront-elles le courage d’affronter leur avenir ?

 

Mon avis:

Avec ce premier tome de la saga, Le Destin des cœurs perdus, nous voilà parti pour un voyage au XIVème siècle, en Angleterre. On fait la connaissance avec la famille du comte Clayton de Percival. Ils ont six enfants : Anton, Thomas, Mary, Jane, Ilyana et Aelis. Les garçons ont une vingtaine d’année, et des caractères bien différents. Anton est connu pour courir après les damoiselles, tandis que Thomas est plus réservé. Quant aux sœurs, suivent Mary et Jane, les aînées, la douce Ilyana, et la petite rebelle de la famille, Aelis. La benjamine fête justement son anniversaire, et c’est lors d’une grande fête que des émissaires du Roi sont envoyés. La fratrie profite d’un statut particulier auprès du Roi, et c’est ainsi pour eux un grand honneur d’envoyer leur trois filles aînées séjourner à Hill House, afin d’être présentées au duc Arthur de Templeton pour une union. Alors que Jane et Mary se réjouissent de ce voyage, Ilyana, la plus jeune n’en a pas envie. Mais le destin est en route, et place aux surprises !

L’auteure nous offre une intrigue avec plusieurs points de vues, et pleine de rebondissements. L’époque moyenâgeuse n’était pas facile pour les femmes, et on ne nous épargne rien. Histoires d’amour, mais aussi drames, meurtres et combats sont aussi au rendez-vous. Je vous avouerais avoir eu un peu de mal à entrer dans l’histoire au début, et surtout à m’attacher aux personnages principaux, mais j’ai fini par être emportée dans l’aventure au fil des pages. La famille de Percival est touchante. Vivant à l’écart de la haute société, ils ont mis en place leurs propres règles et sont assez proches de leurs serviteurs. Même si l’auteure a pris certaines libertés historiques, et elle l’avoue en introduction, on se sent tout de même transportée dans cette époque. Ainsi ne vous attachez pas trop aux personnages, on est dans une période où le sang avait tendance à couler à flot (petit clin d’œil à Game of Thrones!). Au fur et à mesure que l’histoire avance, on ressent les émotions des personnages, on rigole, on est ému, mais aussi on a mal pour eux. Un roman qui ne nous laisse pas de marbre, et avec une fin des plus saisissante…

En bref, une fresque familiale qui ne laisse pas insensible, fidèle à son siècle, ou bonté et cruauté se mêlent. Un premier tome intéressant qui met tous les sens en émoi !

note 3,5 étoiles