Films, Littérature anglaise (Angleterre)

La Dynastie Carey-Lewis

La Dynastie des Carey-Lewis

Acteurs : Emily Mortimer, Keira Knightley, Paul Bettany, Peter O’Toole, Katie Ryder Richardson, Joanna Lumley
Réalisateur : Giles Foster
Audio : Français
Durée : 400 minutes
Genre: Historique, Drame
Lien Amazon Intégrale Film Partie 1 Partie 2

.

L’histoire:

1936, Cornouailles. À quatorze ans, Judith se retrouve seule dans un pensionnat. Heureusement, elle trouve du réconfort auprès de son amie Loveday et des membres de sa famille, passant les plus belles heures de son adolescence dans leur merveilleux domaine Nancherrow. Mais la Seconde Guerre mondiale va bientôt la séparer une nouvelle fois de ceux qu’elle aime…

.

Mon avis:

La Dynastie des Carey-Lewis est un téléfilm anglais en deux parties, adapté du roman Retour en Cornouailles écrit par Rosamunde Pilcher. Une suite a été réalisée l’année qui suit.  

L’histoire commence en 1936 en Angleterre, où Judith Dunbar se retrouve seule à St. Ursula, un collège de jeunes filles. Sa tante Louise, devient alors sa tutrice légale. Ses parents et sa jeune sœur peuvent ainsi s’installer à Singapour (à ce moment une colonie britannique). Sur place, elle se lie d’amitié avec Loveday Carey-Lewis, qui l’emmène avec elle à chaque vacance à Nancherrow, le domaine que possède sa famille en Cornouailles. Judith y découvre un monde de richesse et de privilège. La famille de son amie l’accueille comme si elle était l’une des leurs. Elle profite alors d’une adolescence pleine d’insouciance et d’extravagance. Une situation qui ne va pas durer avec l’arrivée de la seconde guerre mondiale, et le décès de sa tante… Bien des épreuves attendra la jeune femme.

La première partie de l’histoire est intéressante. Cette réalisation n’est certes pas très récentes, mais cela n’empêche pas qu’on s’attache vite au personnage de Judith, comme Loveday (même si des fois elle peut être agaçante à cause de son caractère excentrique !) La famille Carey-Lewis est très riche, et peut faire penser à la famille Crawley. Comme dans Downton Abbey, on suit la vie de cette riche famille anglaise, leurs fêtes prestigieuses, les relations entre maitres domestiques… Le tout dans ce contexte historique d’avant, pendant et après seconde guerre mondiale.

Par contre, il est vrai que je n’ai pas du tout accroché à la seconde partie. On peut même dire qu’elle n’était pas du tout nécessaire. Le premier téléfilm nous offre d’ailleurs une fin plus que suffisante. Le scénario traine en longueur sans surprise et les acteurs ne sont pas les mêmes… Cette suite est une déception. Mais comme dit plus haut, on peut s’en passer !

Une adaptation en soit sympathique à découvrir, même s’il ne faut pas s’attendre à la qualité de la série Downton Abbey, vous pourrez être déçu. Ce téléfilm signe aussi les premiers pas de Keira Knightley, qu’on aperçoit pendant les 30 premières minutes et qui joue l’héroïne adolescente. 

Films, Littérature néerlandaise (Pays-Bas)

Antonia : La Chef d’Orchestre

Antonia, la Chef d'orchestre

Acteurs : Christanne de Bruijn, Benjamin Wainwright, Richard Sammel
Réalisateur : Maria Peters
Audio : Français, Néerlandais
Durée : 137 minutes
Genre: Biopic
Lien Amazon

.

L’histoire:

L’HISTOIRE VRAIE DE LA PREMIÈRE FEMME CHEF D’ORCHESTRE

New York, 1926. Passionnée et ambitieuse, Antonia rêve de devenir chef d’orchestre. Malgré son talent, tout le monde refuse de la prendre au sérieux car Antonia est… une femme. Elle s’engage dans le combat de sa vie au risque de mettre fin à sa liaison avec le séduisant Frank Thomsen.

Découvrez l’histoire d’Antonia Brico, la toute première femme à devenir chef d’orchestre. Un portrait époustouflant d’une femme libre et forte du XXème siècle, une superbe reconstitution des années folles et une histoire d’amour qui n’a pas fini de vous émouvoir.

.

Mon avis:

Comme vous le savez, ou vous avez pu le voir, j’aime beaucoup lire et regarder des adaptations de romans ou des histoires inspirées de faits réels. Et autant dire que ce film a une certaine particularité. Il se trouve que la réalisatrice, Maria Peters, est aussi la romancière qui a écrit le roman ! C’est pour cela que j’ai d’abord voulu découvrir ses écrits, et ensuite voir comment elle les avait adaptés à l’écran. Et ce fut une très bonne surprise !

Mais revenons d’abord à l’histoire qui est inspirée de la vie d’Antonia Brico, une jeune femme qui a combattu pour réaliser son rêve et devenir cheffe d’orchestre. 

Lorsqu’elle est enfant, ses parents quittent les Pays-Bas pour les États-Unis. Ils y mènent une vie simple. Un jour, son père lui ramène un vieux piano abandonné, elle peut alors se plonger dans sa passion pour la musique. Elle se rend aussi souvent aux concerts gratuits, et travaille comme placeuse dans un théâtre. Un jour, Willem Mengelberg, un grand chef d’orchestre hollandais y propose la 4e Symphonie de Gustav Mahler. Elle ne peut manquer cela et se glisse dans la salle, ce qui conduit à son expulsion. Cet évènement entrainera dans sa vie un bouleversement, mais aussi de nouvelles rencontres.

Après avoir découvert les deux versions textuelles et visuelles, je vous avouerais avoir passé un super moment avec ce film. On se laisse transporter par les images, le décor et son esthétisme. Les lieux de tournage, tout comme les costumes sont très convainquant, et on se laisse avec plaisir conter l’histoire. Concernant les acteurs, j’ai apprécié Christanne de Bruijn dans le rôle principal et Benjamin Wainwright dans le rôle de Franck Thomsen. Mais j’ai eu surtout un coup de cœur pour Scott Turner Schofield qui interprète Robin Jones, un ami d’Antonia Brico, qui a su me toucher.

Un film divertissant qui nous donne bien envie d’en découvrir plus sur cette femme singulière.

note 4 étoiles - film

Ma chronique du roman

Littérature américaine (Etats-Unis), Séries

Le livre perdu des sortilèges (A Discovery Of Witches)

41tz1pohi0l._sx324_bo1204203200_

Studio : Koba Films
Acteurs : Matthew Goode, Teresa Palmer, Edward Bluemel, Louise Brealey
Réalisateurs : Alice Troughton
Audio : Anglais, Français
Durée : 336 minutes
Sortie : 12 juin 2019
Genre: Fantastique, Adaptation de roman
Lien Amazon

 

L’histoire:

D’APRÈS LA SAGA FANTASTIQUE DE DÉBORAH HARKNESS

La brillante historienne Diana Bishop est une sorcière en déni de ses origines. Lorsqu’elle trouve par mégarde un ancien manuscrit dans la bibliothèque d’Oxford, elle comprend qu’un danger pèse, tant sur les vampires que sur ses semblables. Sur son chemin, elle croise Matthew Clairmont, un énigmatique vampire.
Ces deux derniers vont  former une alliance invraisemblable afin de découvrir leurs origines à travers  ce livre magique et s’assurer qu’il ne tombe pas entre de mauvaises mains. Mais la naissance de leurs sentiments amoureux risque de bouleverser les tabous ancestraux et de secouer la paix fragile qui règne entre ces créatures surnaturelles.

0671790

 

Mon avis:

Adaptée de la trilogie de Deborah Harkness, Le livre perdu des sortilèges, A Discovery of Witches est une série fantastique qui nous fait découvrir un monde où vivent humains, vampires, sorciers et démons.

Dès les premières minutes, j’ai tout de suite été captivée par cette série. Le couple principal dégage beaucoup de charisme, et est très convaincant. D’ailleurs un très bon casting compose cette série. Matthew Goode (The Crown) et Teresa Palmer (Tu ne tueras point) incarnent les personnages principaux, aux côtés d’Alex Kingston (Doctor Who) et Owen Teale (Game of Thrones).

Le scénario est très bien monté, et on retrouve la magie des livres. J’ai d’ailleurs bien envie de les relire. Pour les fans de la trilogie, je ne serais pas vous dire si la série est fidèle à 100% à la trilogie, ça fait trop longtemps que je les ai lus, mais en tout cas je me suis souvenue de certain points au fil des épisodes. Pour ceux qui vont découvrir l’histoire, même si elle peut faire penser un peu à Twilight, je vous rassure, pour ceux qui en ont besoin, nous en sommes loin. L’histoire a une identité bien à elle. Ce que j’ai aussi aimé dans la série, c’est que ce n’est pas surfait en effets spéciaux. C’est simple, et ça fait du bien. J’ai apprécié aussi ce rapport avec l’Histoire, et ces superbes lieux qu’on découvre: la ville d’Oxford, un très beau château français et bien sûr Venise.

Et c’est avec grande impatience que j’ai hâte de découvrir la suite en image? Vu qu’en effet la série a été renouvelée pour une saison 2 et 3, au vu de son succès.

4,5 étoiles - série

Séries

Victoria

302205

Studio : Koba Films
Acteurs : Jenna Coleman, Tom Hughes, Catherine H. Flemming
Réalisateur : Daisy Goodwin
Audio : Français, Anglais
Durée : 832 minutes
Genre: Drame, Romance, Historique
Lien Amazon Saison 1 et Saison 2

 

L’histoire:

1837. Énergique, la jeune Victoria est en rupture avec l’éducation stricte donnée par sa mère, la Duchesse de Kent, et son odieux beau-père. Ses premières années de règne sont un combat permanent et émaillées de nombreux scandales. La sagesse du Lord Melbourne, son Premier ministre, est d’un rare réconfort mais leur complicité fait parler à Buckingham. Le ténébreux Albert lui est alors présenté…

 

Mon avis:

Après avoir vu un nombre incalculable de fois le film Victoria, les jeunes années d’une reine, j’avais en mémoire un certain nombre de scènes qu’on allait forcément retrouver. La prestation d’Emily Blunt, qui incarne Victoria dans le film m’a particulièrement marqué, mais autant dire que Jenna Coleman est aussi très convaincante dans ce rôle. J’ai donc enchaîné les épisodes et les deux saisons avec grand plaisir.

On découvre ainsi les premiers pas de Victoria, couronnée en 1838 à l’âge de 18 ans. Elle se retrouve du jour au lendemain à la tête d’un pays, et dans un monde essentiellement masculin. La jeune reine va devoir s’affirmer et se battre pour se faire respecter, mais aussi préserver son intimité. Créée par Daisy Goodwin, qui s’est basée sur les journaux intimes de la reine pour écrire son scénario, on suit un certain nombre d’événements historiques qui ont apporté changement au Royaume-Uni: l’industrialisation, les trains à vapeur, l’éclairage au gaz, et les peurs liées à ces révolutions technologiques. Mais aussi des événements difficiles comme la guerre, ou la famine en Irlande.

La saison 3 est actuellement diffusé sur ITV, j’ai doublement hâte de découvrir la suite de cette série, qui nous propose de magnifiques décors et costumes. Mais aussi de retrouver cette société en pleine mutation par les avancées qui arrivent à grands pas.

Seule petite note, j’aurais aimé que la rencontre entre Victoria et Albert dure un peu plus longtemps. On est quand même sur un format série, j’aurai donc préféré que ça ne se fasse pas qu’en un seul épisode, et aussi rapide.

4 étoiles - série

Films, Littérature espagnole (Espagne)

Palmiers dans la neige

208_354856

Studio : Koba Films
Acteurs : Mario Casas, Adriana Ugarte, Macarena Garcia, Berta Vazquez, Alain Hernandez
Réalisateurs : Fernando Gonzalez Molina
Audio : Espagnol, Français
Durée : 163 minutes
Sortie : 1 Février 2017
Genre: Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

1953. Les frères Kilian et Jacobo quittent les montagnes enneigées de Huesca pour une île au large de la Guinée afin de travailler dans une plantation de cacao. Kilian tombe fou amoureux d’une jolie indigène, un amour interdit en ces temps coloniaux… Un demi-siècle plus tard, Clarence retrouve une ancienne lettre de son oncle Kilian. Intriguée par le récit, elle part pour l’île tropicale dans l’espoir de découvrir les secrets de sa famille…

Acclamé par 2,5 millions de spectateurs et avec 5 nominations aux GOYA, PALMIERS DANS LA NEIGE est l’un des plus grands succès du cinéma espagnol d’aujourd’hui. Fresque romanesque à grand spectacle, le film est magistralement interprété par le duo en vogue : ADRIANA UGARTE (Julieta, L’espionne de Tanger) et MARIO CASAS (3 mètres au-dessus du ciel, J’ai envie de toi). Laissez-vous emporter par cette inoubliable histoire d’amour.

 

Mon avis:

Ce film est tiré du roman de Luz Gabas du même nom, qui n’est pour l’instant pas traduit en français mais uniquement disponible en espagnol. Il raconte l’histoire d’une famille espagnole dans les Pyrénées. Alors qu’on assiste à la disparation d’un homme, sa nièce Clarence apprend que jadis sa famille a été expulsée de Guinée Equatoriale, une colonie espagnole. Son oncle Killian était parti en Guinée avec son frère dans les années 50 pour travailler dans une plantation de cacao. Il y découvre la violence de l’esclavage, mais aussi l’amour en la personne de Bisila, une jeune femme indigène. Et cette relation n’est pas du goût de tout le monde, d’autant plus que les tensions entre les noirs et les blancs s’intensifient.

A travers ce film, on suit deux histoires: celle de Killian, son père et son frère de 1950 à 1960; et celle de Clarence, trente ans plus tard, la fille de Rodrigo, le frère de Killian.
Même si la romance est au cœur de ce film, on n’oublie pas pour autant le contexte historique. Des thèmes sérieux sont abordés tels que l’esclavagisme, la place des femmes dans la société de l’époque, ou encore le fonctionnement des colonies. L’histoire est captivante et même si le film dure près de trois heures, on ne s’ennuie pas. Les décors sont magnifiques, et le casting est très bon.

4 étoiles - film

Séries

Grand Hotel

Studio : Koba Films
Acteurs : Adriana Ozores, Amaia Salamanca, Antonio Reyes, Iván Morales, Concha Velasco, Yon González, Fele Martínez, Pep Anton Muñoz
Réalisateurs : Silvia Quer, Carlos Sedes
Audio : Français
Durée : 2730 minutes
Sortie : 10 Mai 2016
Genre: Historique, Romance, Drame
Lien Amazon – Coffret 5 saisons

 

L’histoire:

Espagne, 1905. Julio Olmedo, jeune homme d’origine modeste se rend à Cantaloa pour rendre visite à sa sœur Cristina, employée comme femme de chambre au prestigieux Grand Hôtel. A son arrivée, il découvre qu’elle a été renvoyée et qu’elle n’a pas donné signe de vie depuis plus d’un mois… Persuadé que sa disparition cache quelque chose, Julio décide de rester et s’installe au Grand Hôtel. Se gardant bien de révéler sa véritable identité, le jeune homme parvient à se faire embaucher en tant que serveur pour ce qui lui permet de débuter son enquête… et de faire la connaissance de la très belle Alicia, la fille de Doña Teresa Alarcón, la propriétaire du Grand Hôtel… Mais Julio va vite découvrir qu’au Grand Hôtel, personne n’est ce qu’il paraît être. Personne n’est à l’abri du danger et de la suspicion…Un réseau complexe de mensonges, d’amour, de secrets et de trahison… dans un cadre incomparable

 

Mon avis:

Voici une série espagnole que je souhaite vous faire découvrir, si ce n’est pas déjà fait !

Pour ceux qui ne connaissent pas cette série, je suis sûr que de prime abord vous allez penser à Downton Abbey. Le point commun est que l’on suit une famille de la noblesse, avec une touche d’Agatha Christie dans l’intrigue !

Il s’agit de la famille Alarcón qui dirige d’une main de maître ce grand hôtel familial. Entre romance, action, trahison, complot, manipulation… les épisodes s’enchainent à grande vitesse pour notre plus grand plaisir. On n’en lâche pas une miette !

Une très bonne série à découvrir, avec un fond policier au début du XXème siècle en Espagne.

5 étoiles

Littérature anglaise (Angleterre), Séries

Femmes et filles (Wives and Daugthers)

FEMMES & FILLES (WIVES & DAUGHTERS)

Studio : BBC
Acteurs : Francesca Annis, Michael Gambon, Iain Glen, Justine Waddell, Rosamund Pike
Réalisateurs : Nicholas Renton
Audio : Anglais, Français
Durée : 301 minutes
Sortie DVD : 3 Novembre 2015
Genre: Historique, Adaptation de roman
Lien Amazon

 

L’histoire: 

LE CHEF D’OEUVRE ROMANTIQUE D’ELIZABETH GASKELL

Molly Gibson, 17 ans, vit dans la campagne anglaise avec son père médecin qui l’a élevée seul. Sa vie est bouleversée quand il lui annonce son remariage. Molly fait la connaissance de sa demi-soeur, la ravissante Cynthia. Elles se lient d’amitié. Mais l’amour secret de Molly, le beau Roger Hamley, tombe fou amoureux de Cynthia et lui demande sa main

 

Mon avis :

Encore une superbe mini série de quatre épisodes réalisés par la BBC, qui respecte parfaitement l’oeuvre originale d’Elizabeth Gaskell.

On se retrouve plongé au cœur du XIXème siècle avec Molly Gibson. Elle représente la jeune fille « parfaite » de l’époque. Elle est gentille, douce mais quelque peu naïve, et est toujours disposée à aider les autres. Au fil des épisodes, on suit son histoire qui commence alors que son père se remarie.

J’ai beaucoup aimé les relations que Molly a avec son père, et avec Cynthia, la fille de sa belle-mère. J’ai aussi apprécié le fait qu’on retrouve l’humour de l’auteure, en les personnages du Dr Gibson ou la belle-mère de Molly. L’intrigue suit parfaitement l’histoire originale. Le casting est très bon, comme Keeley Hawes qui interprète la séduisante Cynthia. Les décors sont parfaitement choisi, ainsi que la musique, un coup de cœur pour celle du bal, et la musique d’ouverture.

Une très bonne adaptation à voir et à revoir.

4,5 étoiles - série

Séries

Marguerite Volant

944936-gf

Studio : Koba Films
Acteurs : Catherine Sénart, Pascale Bussières, Pierre Curzi
Réalisateurs : Charles Binamé
Audio : Français
Durée : 495 minutes
Sortie DVD : 8 Mars 2017
Genre: Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

1763. La France cède Québec aux Anglais après la défaite de la Guerre de Sept Ans. La transition de régime est brutale pour les habitants de la lointaine province. Jeune héritière d’un domaine seigneurial, l’impétueuse Marguerite Volant est révoltée par ce changement. Condamnée pour tentative de meurtre, elle prend la fuite avec l’aide du Capitaine anglais James Chase, amoureux d’elle en secret …

MARGUERITE VOLANT est une grande saga au succès international souvent comparée à AUTANT EN EMPORTE LE VENT pour son souffle romantique. Merveilleusement interprétée par Catherine Sénart et Pascale Buissières, revivez une page d’histoire pleine de passion et de fougue dans les paysages sauvages des Amériques.

 

Mon avis: 

Marguerite Volant est une mini-série québécoise composée de 11 épisodes de 45 minutes. L’intrigue se passe en Nouvelle-France (Canada) au XVIIIème siècle. Marguerite Volant est la fille du seigneur Claude Volant. Elle voit sa vie bouleversée à la suite d’événements plus dramatiques les uns que les autres.

Cette saga, nous offre une belle fresque romanesque « old school ». L’interprétation est convaincante et les décors sont superbes. Même si il y a quelques longueurs, l’intrigue nous tient en haleine.

3 étoiles