Littérature anglaise (Angleterre), Livres

Harry Potter illustré tome 1 : Harry Potter à l’école des sorciers de J. K. Rowling et MinaLima

Harry Potter, illustré (MinaLima), tome 1 : Harry Potter à l'école des sorciers de J. K. Rowling et MinaLima

Éditeur : Gallimard Jeunesse
Pages : 368 pages
Parution : 22 Octobre 2020
Tome : 01/07
Format: Relié
Genre: Fantasy

Lien Amazon

 

L’histoire:

Une édition collector exceptionnelle conçue pour les fans de tous âges par MinaLima, le studio mondialement célébré, à l’origine de l’univers graphique des films Harry Potter et Les Animaux Fantastiques.

Découvrez ou redécouvrez le texte intégral de J.K. Rowling avec de sublimes illustrations en couleurs et huit surprises animées: ouvrez la lettre de Poudlard, parcourez le Chemin de Traverse, faites apparaître un festin dans la Grande Salle… Vivez comme jamais auparavant l’aventure du plus célèbre des sorciers!

Première édition épuisée – NOUVELLE ÉDITION disponible le 10 juin 2021

 

Mon avis:

Ayant déjà la version illustrée par Jim Kay, j’ai hésité à me procurer aussi cette version. Et autant dire qu’après avoir vu plusieurs magnifiques vidéos et photos de l’intérieur de l’ouvrage, j’ai facilement craqué. Cette adaptation n’a rien avoir avec le travail de Jim Kay. La société  MinaLima Design propose une autre mise en lumière de l’œuvre avec des illustrations propres à eux, mais surtout certaines scènes en pop up, voir en 3D avec des accessoires. 

Et quel plaisir de redécouvrir l’histoire et de tourner les pages une nouvelle fois. J’avouerais avoir pris le temps avec cette relecture, pour vraiment me mettre en immersion avec l’univers créé. Et je suis totalement sous le charme ! Ce livre est très soigné, et chaque page est un émerveillement. Je dirais tout de même que ce livre est plutôt un livre de collection. Bien fini, il est quand même fragile. Je ne le mettrais pas entre les mains d’un enfant en bas âge.

Il me tarde maintenant de découvrir les prochains tomes, mais aussi leurs autres créations. Très peu existe en français, mais de grands classiques de la littérature jeunesse commencent tout doucement à sortir, comme « Le livre de la jungle » Une occasion peut-être de redécouvrir l’histoire ! 

 

Pour en découvrir plus sur l’intérieur du livre, voici mon premier réel qui en dévoile les dessous !

 

Bande dessinée, Littérature anglaise (Angleterre), Littérature française (France), Livres

La Gazette du Château, tome 3 de Xavier Dorison et Félix Delep

La Gazette du Château, tome 3 de Xavier Dorison et Félix Delep

Éditeur : Casterman
Pages : 24 pages
Parution : 21 Août 2019
Tome : 3/??
Format: Album
Genre: Fantastique, Drame

Lien Amazon Album
Lien Amazon BD

L’histoire:

Les hommes sont partis. Dans le château, il ne reste plus que les animaux : poules, chèvres, ânes et moutons s’épuisent à la tâche pour le prestige du Président Silvio et sa cruelle milice de chiens. La dictature et la terreur règnent… A moins que certains animaux ne décident d’entrer en résistance.

Dans ce 3e numéro de la Gazette du Château, Miss B et le lapin César invitent les autres animaux du Château à résister par le rire – l’une des seules armes efficaces pour contrer la dictature du président Silvio…

Mon avis:

Après un début où la terreur de la dictature régnait, les résultats de la résistance au régime commencent à apparaitre. Un rat, un lapin et une chatte s’unissent ensemble pour trouver une solution, autre que la force.

Beaucoup d’espoir et de positivité guident ce récit, qui se finit par une belle conclusion qui fait réfléchir. Le choix fait par nos héros est tout simplement brillant. Il faut en effet agir pour le bien de tous, mais pas n’importe comment. La prise de conscience collective fait que cette résistance se transforme en miracle, comme se conclut si bien cette bande dessinée sur ce terme. De très beaux discours sont échangés par nos personnages. De superbes messages y sont glissés, ce qui me donnent d’ailleurs envie de redécouvrir le roman dont est inspiré cette bande dessiné « La Ferme des animaux de George Orwell »

Une bande dessinée qui vaut le détour !

note 4,5 étoiles

Il est beaucoup plus aisé que vous ne l’imaginez de vaincre la haine par l’amour, le mensonge par la vérité, et la violence… par l’acceptation d’un peu de souffrance. Rendez l’injustice visible. Faites cessez la peur. Ce sont les seuls moyens qui vous sortiront de votre prison. Tous les autres… vous condamneront à jamais. La vraie question n’est pas de savoir si vous pouvez les vaincre… mais si vous le voulez.

Littérature américaine (Etats-Unis), Livres, Romance, Romance historique

La chronique des Bridgerton, tome 7 : Hyacinthe de Julia Quinn

La chronique des Bridgerton, tome 7 : Hyacinthe de Julia Quinn

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 320 pages
Parution : 17 Aout 2016
Tome : 07/09
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Hyacinthe, la cadette des Bridgerton, l’une des meilleures familles du Londres dans les années 1820, est-elle destinée au célibat ? Trop fine mouche, trop directe, la jeune fille n’a rien de l’héritière effacée qu’attendent les hommes de la bonne société. Pourtant ce n’est pas une raison pour finir vieille fille ! Certes, quand Gareth Saint-Clair, un aristocrate à la réputation douteuse, croise son chemin, on est loin du coup de foudre. Mais la traduction, à quatre mains, d’un journal intime écrit en italien va jouer un rôle qui n’était pas du tout prévu…

 

Mon avis:

Avant dernier tome des aventures de la famille Bridgerton, Hyacinthe est la petite dernière de la famille. Quelque peu impertinente et sûr d’elle, elle repousse tous les candidats au mariage. Alors qu’elle fait la lecture comme tous les mardis à Lady Danbury, elle fait la connaissance de son petit-fils, Gareth Saint-Clair. Celui-ci vient de perdre son frère, et recherche quelqu’un qui puisse traduire le journal intime de son autre grand-mère, qui est en italien. Hyacinthe lui propose son aide, et commence ainsi une sacrée aventure riche en rebondissements…

Voilà une intrigue et un couple que j’ai grandement aimé à l’image des premiers tomes. Comme Eloise, Hyacinthe n’a pas sa langue dans sa poche, et n’hésite pas à donner son avis même quand celui-ci est déplacé. On ne s’ennuie pas du tout avec elle, et les joutes verbales sont de la partie, d’autant plus avec Lady Danbury et Gareth Saint-Clair. La traduction de ce journal intime va permettre à Hyacinthe de sortir de sa routine quotidienne, et de lui apporter un peu de piquant dans sa vie. D’autant plus qu’elle a aussi quelqu’un de taille avec qui échanger. Gareth ne se laisse pas intimider par la fougue de la jeune femme, qui la surprend dans un premier temps, puis qu’il apprécie ensuite. Ce jeu de traduction va devenir un jeu d’enquête et de chasse aux énigmes. Il faut dire que la grand-mère italienne de Gareth gardait un secret, et elle a tout fait pour que celui-ci soit bien protégé. Leurs sentiments évoluent au fil de leur parcours, et je n’ai eu aucun mal à y croire. Même si j’aurais aimé quelques pages en plus, surtout que l’on se retrouve plongé dans une aventure avec à la clé un beau trésor et la réponse à certaines questions sur les origines de Gareth. C’est d’ailleurs ce point qu’il le rend sur la retenu, et on peut le comprendre. Hyacinthe vient d’une grande famille aimante, lui n’a eu que son frère récemment décédé, et Lady Danbury. Son père le hais, et il le fait bien comprendre même devant Hyacinthe.

Une romance très intéressante, qui aurait bien mérité quelques chapitres en plus, mais qui a su me convaincre. J’avais beaucoup apprécié le personnage d’Eloise, mais quand son tour est arrivé, le roman m’a quelque peu déçu. Hyacinthe est du même tempérament, je suis heureuse d’avoir passée un bon moment de lecture avec elle, ce qui rattrape mes petites déceptions des précédents. Et aussi quel plaisir de retrouver le personnage de Lady Danbury qui occupe une place importante dans ce roman. J’aime beaucoup sa personne.

 

 

 

Actu Period Drama, RDV du Blog

Actu Period Drama #20

actu period drama

 

The Nevers

The Nevers est une nouvelle série de science-fiction victorienne produite par HBO et dirigé par Joss Whedon (jusqu’à son abandon).

Composée de six épisodes, l’histoire se déroule dans durant le règne de Victoria, à la fin du XIXe Siècle au Royaume-Uni, alors que Londres est assaillie par les «Touched», des gens, principalement des femmes, qui manifestent soudainement des capacités anormales ou surnaturelles, charmantes ou très dérangeantes.

Au casting, on retrouvera notamment Olivia Williams (Dollhouse), Elizabeth Berrington, James Norton (Grantchester), Tom Riley (Da Vinci’s Demons), Denis O’Hare, Ben Chaplin (La Ligne Rouge), ou encore Nick Frost (Shaun of the Dead), et Eleanor Tomlinson (Poldark).

En France, The Nevers devrait être diffusée sur OCS.

 

Persuasion

On en sait plus concernant le casting de la nouvelle adaptation du roman de Jane Austen, dirigée par Mahalia Belo. Joel Fry jouera Wentworth face à Sarah Snook en Anne Elliot.

 

Les Trois Mousquetaires

Quelques mois après avoir annoncé l’adaptation du roman d’Alexandre Dumas « Les Trois mousquetaires » en deux films, Pathé dévoile le casting. Du côté des français, on trouve François Civil, Vincent Cassel, Romain Duris et Pio Marmaï qui joueront les célèbres mousquetaires, respectivement D’Artagnan, Athos, Aramis et Portos, pendant qu’Eva Green incarnera Milady et Louis Garrel, Louis XIII. La comédienne franco-algérienne Lyna Khoudri sera Constance Bonacieux, la luxembourgeoise Vicky Krieps jouera la Reine Anne d’Autriche, et enfin le Franco-Britannique Oliver Jackson-Cohen incarnera le Duc de Buckingham.

Le tournage des films aura lieu à partir de juillet 2021 dans l’hexagone et devrait s’étaler sur 7 mois.

Les Trois Mousquetaires

 

Bridgerton – Saison 2

Alors que Netflix a officialisé il y a quelques semaines la commande de la saison 2, avec une superbe mise en lumière de Lady Whistledown, on commence aussi a en savoir plus sur le casting et qui va interpréter le rôle de Kate Sheffield (qui s’appellera Kate Sharma dans la série).

Et il s’agit de Simone Ashley (vu dans Sex Education ou encore Broadchurch) qui incarnera cette nouvelle héroïne au coté de Jonathan Bailey.

Bridgerton Saison 2

Bridgerton Saison 2« La ville est en émoi depuis qu’on a appris les dernières rumeurs, et il me revient donc l’honneur de vous en faire part : La chronique des Bridgerton reviendra bien pour une deuxième saison – c’est officiel ! J’espère que vous avez mis de côté une bouteille de ratafia pour fêter dignement cette excellente nouvelle. Les merveilleux comédiens de la série seront en tournage au printemps 2021. L’auteur de ces lignes a appris, selon des sources fiables, que Lord Anthony Bridgerton a l’intention d’être la coqueluche de la nouvelle saison mondaine. Je me tiendrai prête à prendre ma plume pour vous relater la moindre de ses rencontres galantes. Cependant, cher lecteur, chère lectrice, avant que vous ne vous précipitiez vers la rubrique Commentaires et ne l’inondiez de demandes de détails sordides, sachez que je n’ai pas l’intention de dévoiler davantage de précisions à l’heure actuelle. La patience, après tout, est une vertu. Bien sincèrement, Lady Whistledown. »

Bande dessinée, Littérature française (France), Livres

Edelweiss de Lucy Mazel et Cédric Mayen

Éditeur : Vents d’Ouest
Pages : 96 pages
Parution : 14 Juin 2017
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Contemporain, Romance

Lien Amazon

 

L’histoire:

Été 1947, Boulogne-Billancourt. Lors d’un bal typique de l’après-guerre, Edmond, jeune ouvrier chez Renault, rencontre Olympe, fille de politicien. Il ne se doute pas qu’elle va bouleverser sa vie. Passionnée d’alpinisme, la jeune femme n’a qu’un rêve : escalader le Mont-Blanc pour égaler la prouesse de son aïeule Henriette d’Angeville. Malgré son manque d’expérience, Edmond promet qu’il l’aidera à le réaliser. Seulement, le train-train quotidien et plusieurs drames vont petit à petit émousser leur détermination… Mais qu’importe, l’amour est plus fort que tout, dit-on. Et s’il est capable de déplacer des montagnes, il peut aussi aider à les gravir.

 

Mon avis:

Olympe est une jeune fille issue d’une famille aisée de politicien. Indépendante et féministe, elle a voulu très tôt être autonome, en quittant son domicile familial et en travaillant dans la mode, qu’elle compte bien révolutionner. Mais depuis longtemps un rêve trotte dans sa tête, celui de reproduire l’exploit d’Henriette d’Angeville son aïeule, et de conquérir le Mont Blanc. Mais la période de la deuxième guerre mondiale, alors qu’elle habite Paris, n’est guère propice à cette réalisation. C’est lors d’un soir d’été qu’elle fera la rencontre d’Edmond, un jeune ouvrier de chez Renault. Leur destin va alors se lier.

Voici une histoire pleine d’émotions qui nous est contée. Cela a beau être une fiction, quelques faits réels et personnages historiques y sont glissés. On y retrouve en action Simone de Beauvoir, ou encore des références à Henriette d’Angeville, surnommé « la fiancée du Mont Blanc » Elle est d’ailleurs la deuxième femme a avoir gravit son sommet après Marie Paradis. Mais revenons à notre intrigue, et à nos personnages principaux que l’on va suivre pendant plusieurs années: de 1947, année de leur rencontre, jusqu’à 1969, date d’un grand moment tellement émouvant. Après un début de romance assez difficile, où les conditions sociales de nos amoureux sont mises en avant, notre heureux couple compte bien gravir encore d’autres obstacles et nous surprendre. Dans ce contexte d’après guerre, où l’émancipation de la femme commence à faire débat, tout comme la lutte des classes, leur parcours se voit quelque peu semé d’embuches, ce qui renforce leur amour mais aussi leur force et leur courage. On se retrouve comme saisi par cette histoire et ce beau témoignage que l’on tient entre nos mains. On en devient presque mélancolique sur la fin. La vie n’est certes pas un long fleuve tranquille, mais à leur image et à leur exploit, tellement belle.

Les illustrations sont aussi toutes en douceur et en poésie, avec des traits travaillés et précis, ce qui nous permet d’être au plus proches de nos héros. Des atmosphères sont aussi créés, avec en premier lieu des tons chatoyants et vifs pour la période parisienne, et plus pastels pour retranscrire la beauté des paysages de montagne.

En bref, un roman graphique attendrissant et engagé qui nous livre une histoire tellement belle et émouvante.

 

RDV du Blog, Top Ten Tuesday

Top Ten Tuesday: Les 10 auteurs que j’ai découvert en 2020

Top Ten Tuesday

Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur le blog Frogzine.

Voici mon top 10 : Les 10 auteurs que j’ai découvert en 2020

Aurélie Depraz

« Née à Paris en 1987, j’écris depuis presque aussi longtemps que je sais tenir un stylo : poèmes, correspondances, journaux intimes, carnets de voyage, ébauches de romans. C’est également dans l’enfance que j’acquiers ma passion pour l’Histoire (que je dois à deux professeurs extraordinaires), pour la photographie (que je tiens de mon père), pour la littérature (encore des profs extraordinaires) et pour les voyages, les contrées reculées, la géographie (fruit de six années d’expatriation entre mes 8 et 14 ans).
Je vis à Bordeaux avec mon compagnon et conjugue, entre deux scénarios, différentes activités professionnelles afférentes à l’œnotourisme, à l’enseignement privé de matières littéraires et à la préparation d’élèves au baccalauréat. »

Gaida Mendoza

JC Staignier

Jc Staignier est auteure de romance historique.
Originaire du Pays noir, les initiales de son pseudonyme auteur sont celles de son père.
« Les Damoiselles de Castel Dark » (2018) est son premier roman.

Jim

Jim, de son vrai nom Thierry Terrasson, est un auteur de bande dessinée et de courts métrages. Il publie également sous le pseudonyme de Téhy.
Scénariste, dessinateur, il travaille aussi bien pour le dessin animé que pour la bande dessinée. Il a publié plus de 90 albums (plus d’un million d’albums vendus cumulés sous le pseudo Jim).

Julia Quinn

Julia Quinn est le pseudonyme de Julie Pottinger (née Cotler), auteure américaine de romances historiques.
Ses romans ont été traduits dans 13 langues et elle apparaît neuf fois dans la liste des bestsellers du New York Times.

Léna Forestier

Léna Forestier a commencé à écrire à 10 ans, fascinée par Jo March, l’héroïne des Quatre filles du Dr March, qui écrit le soir, cachée dans son grenier. Des années plus tard, une séance de lecture à voix haute de ses « romans » de l’époque, un soir d’été en famille, a été source d’un fou rire général et mémorable… Il n’empêche, le virus était attrapé. Depuis, Léna mène une existence d’autrice deux en une : côté pile, romance contemporaine et historique ; côté face, littérature générale et livres pour la jeunesse, sous un autre nom. Comme Jo, elle a le goût du secret.

Loïc Clément

Loïc Clément est scénariste de bande dessinée et auteur pour la jeunesse.
Il est à la fois critique littéraire, bibliothécaire et enseignant de l’histoire de la bande dessinée.
Bibliothécaire, diplômé de l’IUT à Bordeaux, il a travaillé pour la bibliothèque de « La Joie par les livres » à Clamart qui dépendait du CNL pour enfants. C’est à cette époque-là qu’il a commencé à rédiger des critiques BD pour leur « Revue des livres pour enfants ».

Romane Rose

Ruth Brown

Ruth Brown est une illustratrice de livres pour enfants. Elle s’intéresse très jeune à l’art et au dessin et s’oriente alors vers une carrière artistique. En 1961, elle intègre le prestigieux Royal College of Art.
Une fois diplômée, elle travaille pour la BBC, réalisant des décors pour des émissions pour enfants jusqu’au jour où elle se lance dans l’illustration pour enfants.
Son succès est immédiat et inaugure le début d’une liste déjà longue et remarquée d’albums.

Valérie Motté

Tourangelle d’origine, Valérie Motté est productrice artistique (Vavélie productions). Après vingt-cinq années dans les métiers du divertissement et de l’audiovisuel (radio, télévision), elle devient indépendante. Elle est également l’auteur de plusieurs ouvrages de développement personnel, dont Douceurs angéliques chez Pygmalion.

Yuki Okada

Yuki Okada est une scénariste et dessinatrice japonaise.

Dans « Adieu, mon utérus », elle raconte son parcours suite au diagnostique de son cancer de l’utérus. Elle est maman d’une petite fille et son mari est aussi mangaka.

Films, Littérature anglaise (Angleterre)

The Dig

Acteurs : Ralph Fiennes, Carey Mulligan, Lily James, Johnny Flynn
Réalisateur : Simon Stone
Audio : Anglais, Français
Durée : 112 minutes
Genre: Drame, Historique

 

L’histoire:

Une riche veuve engage un archéologue amateur pour exhumer une sépulture dans sa propriété. Ils découvrent alors un ancien navire funéraire saxon et son trésor qui pourrait bouleverser l’histoire de l’humanité. Ensemble, ils doivent se serrer les coudes face au British Museum qui entend bien s’emparer du vaisseau en prétendant l’avoir découvert …

D’après le roman de John Preston.

 

Mon avis:

Sorti le 29 janvier sur la plateforme de streaming Netflix, The Dig raconte l’histoire vraie d’une spectaculaire découverte archéologique: le trésor de Sutton Hoo, dans le Suffolk, en 1939. Il s’agit de l’une des plus grandes découvertes archéologiques jamais réalisée en Angleterre, qui a mis au jour un gigantesque site funéraire : un bateau anglo-saxon enterré de 24 mètres de long, regorgeant de 263 bijoux et d’artefacts datant du VIIe siècle. Le film est aussi une adaptation du livre qui porte le même nom de John Preston, dont sa tante Peggy Piggot a participé aux fouilles et a d’ailleurs trouvé le premier fragment d’or.

L’intrigue du film est certes romancée, mais les deux personnages principaux, à savoir la propriétaire des lieux, Edith Pretty, et l’archéologue amateur qu’elle embauche, Basil Brown, ont réellement existé. Edith Pretty est une riche veuve adepte d’archéologie qui engage Basil Brown pour sonder une partie de ses terres, cachette supposée de vestiges vikings. Le tout se passe alors que le Royaume-Uni s’apprête à déclarer la guerre à l’Allemagne nazie. Basil Brown ne se laisse pas facilement convaincre par cette mission, mais finit tout de même par l’accepter. Les premiers jours de fouilles sont assez compliqués et pas très fructueux, mais le trésor qui va finir par apparaitre va se révéler encore plus lointain et précieux. Et bien sûr, cette affaire ne va pas rester longtemps secrète, si bien que le British Museum envoie des représentants sur le site pour voler cette trouvaille.

Entre rebondissement et contemplation, j’ai été directement happée par l’histoire qui nous est contée. Et autant dire que les acteurs y sont pour quelque chose. Carey Mulligan et Ralph Fiennes forment un très beau duo. On ne peut rester insensible à l’histoire, et c’est d’ailleurs avec beaucoup d’émotions que certaines scènes nous touchent. Et que dire des très beaux paysages que l’on découvre, à l’image de l’affiche et des photos promos. A mi-chemin de nouveaux personnages interviennent, et même s’ils ne sont pas tous très « utiles » on se laisse prendre au jeu. Un film simple qui mêle tendresse et mélancolie dans cette période de troubles qui annonce la seconde guerre mondiale.

 

 

 

Quelques infos sur Sutton Hoo:

Le trésor de Sutton Hoo établi en 1939 est considéré comme une découverte majeure de l’histoire anglo-saxonne. Mais contrairement à ce qu’indiquent le film et le livre, le site a été fouillé à plusieurs reprises entre 1938, date de la découverte des premiers éléments, et 1939.

Les objets découverts étaient nombreux et parmi eux, certains composent aujourd’hui l’une des plus belles expositions du British Museum. Un casque de parade, qui aurait pu appartenir à un guerrier, voire à un roi anglo-saxon, mort au début du VIIe siècle. Mais aucun corps n’a été trouvé dans la sépulture. Pour les spécialistes, le guerrier enterré dans le bateau tombe pourrait être le roi anglo-saxon Rædwald d’Est-Anglie. Les dates inscrites sur les pièces retrouvées sur le site coïncident avec son règne de 599 et 624 environ.

 

 

Littérature japonaise (Japon), Livres, Manga

Venise de Jirô Taniguchi

Venise de Jirô Taniguchi

Éditeur : Casterman
Pages : 120 pages
Parution : 29 Novembre 2017
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Contemporain, Art Book

Lien Amazon

 

L’histoire:

Un homme arpente Venise hors des sentiers touristiques, sur les traces de son histoire familiale. Il se surprend parfois à flâner, se perd le long des canaux, s’arrête pour observer. A mesure que les brumes du passé se dissipent, c’est une nouvelle cartographie de la Sérénissime qui se dessine : contemplative et intrigante, majestueuse et intime.

 

Mon avis:

Cela faisait un petit moment que je souhaitais découvrir les œuvres de Jirô Taniguchi, et que dire à part: quelle merveille !

Ce livre nous emmène en voyage à travers Venise, en compagnie d’un jeune homme en quête de ses origines. Il vient de perdre sa maman, et dans une mystérieuse boite, il découvre de vieilles photos et des peintures. Mais qui est donc cette femme et cette petite fille dans ses bras. Il pense tout de suite que c’est sa grand mère, dont il ne connait que très peu de choses et sa mère. C’est ainsi que la quête commence, et autant dire qu’elle est dépaysante et passionnante !

C’est principalement en images, que nous est relaté l’histoire de cet homme. On se sent comme happé et immergé par cette atmosphère où précision, poésie et émotion règnent. Quelques notes écrites sont là pour nous guider au fil des découvertes que l’on fait avec le personnage principal. Au fil des pages, on se laisse enchanter par les magnifiques illustrations à l’aquarelle. Et c’est dans un cadre apaisant et enchanteur que l’histoire défile tellement vite. D’ailleurs pour notre plus grand bonheur, on a le droit à de belles surprises à la fin du récit. Chaque lieu dévoilé est identifié tel un guide de voyage.

Tout en délicatesse, on est invité au voyage, et il est sûr que j’ai d’autant plus envie de visiter Venise maintenant !