Films

L’histoire de Pixar

L’Histoire de Pixar

Acteurs: John Lasseter, Brad Bird, John Musker, Ron Clements, George Lucas, Frank Thomas, Stacy Keach
Réalisateur : Leslie Iwerks
Audio : Français
Durée : 90 minutes
Genre: Documentaire

 

L’histoire:

« L’histoire de Pixar » emmène le public dans les coulisses d’une entreprise révolutionnaire, qui a lancé la nouvelle génération d’animation et changé à jamais le visage du cinéma. Leslie Iwerks, la cinéaste nominée aux oscars (court-métrage documentaire), raconte l’histoire captivante du démarrage de Bay Area qui a révolutionné Hollywood, avec des séquences inédites prises dans la collection de Pixar, des animations historiques tirées des archives et des récits de première…

 

Mon avis:

Il y a plus de 100 ans, des artistes aimaient le dessin. Leur magie nous ouvrait de nouveaux horizons.

Avec ce reportage, on suit l’idée de trois visionnaires qui ont passé le dessin animé, de la 2D à la 3D. Il s’agit d’Ed Catmull, Steeve Jobs et John Lasseter.

On commence par faire la connaissance de ce dernier, lors de son entrée chez California Institut of Art, au coté de grands noms, comme Tim Burton, John Musker et Brad Bird. John commence ensuite son parcours chez Disney, avec notamment Rox et Rouky, mais les restrictions budgétaires sont déjà bien présentes, et empêchent quelque peu l’évolution de l’animation. Avec l’arrivée de Tron, un mélange d’informatique et d’animation traditionnelle, cette nouvelle technique fait peur à Disney, et il est licencié. La peur de l’ordinateur est là, mais la course vers l’espace prouve le contraire… Les images de synthèse voient le jour, et les techniques classiques peuvent être révolutionnées.

Georges Lucas avec Lucas Films utilisent cette nouvelle technique avec notamment La guerre des Etoiles. John rejoint alors Lucas Films avec Ed Catmull. Il est alors le seul animateur dans une équipe très variée en compétences, il y avait des scientifiques, des informaticiens, des architectes… Une première animation voit le jour dans le film Young Sherlock Holmes en 1985, et c’est un grand succès. Un ordinateur est ainsi développé, le Pixar Image, qui sera vraiment lancé avec la rencontre de Steeve Jobs, qui va les soutenir financièrement.

Plusieurs court-métrages sont ainsi créés, dont le premier avec la fameuse lampe. Des récompenses font connaitre leur travail, et des animations publicitaires les font connaitre au grand public. Mais les logiciels ne rapportent pas suffisamment, et Steeve Jobs perd de l’argent. Disney offre alors à l’équipe la réalisation de leur rêve, la création d’un long métrage: Toy Story !

L’animation en images de synthèse voit le jour, et c’est le succès !

L’art défit la technologie. La technologie inspire l’art.

Ce qui est super avec ce reportage, c’est qu’on suit vraiment tout le parcours de la naissance de Pixar, des personnes importantes qui l’ont créé, et on découvre les dessous du premier long métrage. On voit vraiment tous les détails, les différents scénarios, les dessins préparatoires, le travail entre techniciens et artistes, le travail des acteurs… jusqu’à la nécessité de la création d’un studio Pixar et de son entrée en bourse, et la peur que le projet suivant ne fonctionne pas autant. Il s’agit de 1001 pattes, qui grâce à de nouveaux progrès techniques, devient le film d’animation le plus rentable des années 1990. On suit ensuite les difficultés qu’a connu la création de Toy Story 2, et le recrutement de deux nouveaux animateurs: Pete Docter a qui on doit Monstres et Cie, Andrew Stanton avec Nemo et Brad Bird avec Les Indestructibles.

Un documentaire qui est tout bonnement passionnant. On se sent vraiment plongé dans l’univers de l’animation, de la naissance à la mise en vie des images de synthèse, de l’histoire et du parcours fou de trois visionnaires, jusqu’aux conditions et ambiances de travail, et des conflits entre Disney et Pixar.

 

note 5 étoiles

Films

Klaus

4323300

Réalisateur : Sergio Pablos
Audio : Français
Durée : 100 minutes
Genre: Animation

 

L’histoire:

Jesper, qui s’est distingué comme le pire élève de son école de facteurs, écope d’une mission sur une île enneigée, au nord du Cercle arctique. Là-bas, les habitants ne s’entendent pas et ne se parlent presque jamais. Autant dire qu’ils n’entretiennent pas non plus de correspondance ! Alors que Jesper est sur le point d’abandonner, il trouve une alliée en la personne d’Alva, l’institutrice de l’île, et fait la connaissance de Klaus, mystérieux menuisier qui vit seul dans son chalet regorgeant de jouets artisanaux. Grâce à ces relations amicales inattendues, la petite ville de Smeerensburg retrouve la joie de vivre. C’est ainsi que ses habitants découvrent la générosité entre voisins, les contes de fée et la tradition des chaussettes soigneusement accrochées à la cheminée pour Noël !

 

Mon avis:

Klaus, film d’animation disponible sur Netflix, nous propose une revisite des légendes de Noël. Nous sommes ainsi embarqués en Scandinavie au XIXe siècle, où l’on rencontre Jesper Johensson. C’est un jeune homme exaspérant, qui vit dans le luxe, et qui ne veut rien faire de sa vie, à part être servit et qu’on réponde à ses moindres désirs. Mais le père voit le destin de son fils très différemment, et l’oblige à travailler, ce qui n’est point un succès. Afin de le faire réagir, il lui propose un chantage, et l’envoi dans la ville sinistre de Smeerensburg, dans le Cercle Polaire. Il aura pour mission d’envoyer un quota de lettres dans un temps donné, sinon il sera déshérité… Et la tâche ne s’avoue pas facile, les habitants sont quelques peu spéciaux, et vont donner du fil à retordre à ce jeune facteur.

Vous allez me dire, où est le lien avec Noël !? Hé bien justement c’est ce que j’aime dans ce film. On se demande justement quand le fameux personnage va arriver, et dans quel contexte. Même si Jesper est une véritable tête à claque, on finit par s’attacher à lui. Les habitants de cette petite île, habitués à une guerre de clans depuis des siècles ne lui rend pas la vie facile. Mais c’est dans les enfants, la nouvelle génération, que vient l’espoir d’une vie nouvelle. Et c’est justement avec eux, que Jesper va pouvoir se révéler et faire d’agréables rencontres. Le chantage est toujours présent, qui au début de l’aventure parait comme une véritable échappatoire, mais vers le milieu de l’histoire, c’est un changement radical qui se produit, et notre héros en a bien conscience. Le personnage de Monsieur Klaus finit par entrer en scène, et même si on peut en avoir peur au début, c’est un homme charmant, dont on va découvrir l’histoire au fur et à mesure, et voir naître en lui le Père Noël.

Tourné en 2D traditionnel, Klaus est une véritable réussite. Empli d’émotions, et de beaux messages pleins d’espoir et d’amour, cette superbe réalisation signée de Sergio Pablos, co-créateur de Moi, moche et méchant, ne nous laisse pas indifférent. On rigole, on sourit, et on peut même en avoir les larmes aux yeux, en suivant l’aventure de nos héros. L’univers de Noël nous est dévoilé au fur et à mesure. Chaque petite anecdote, qui en fait le mythe nous rend heureux, et nous amène le sourire.

A vous maintenant de plonger dans la magie de Noël, et de retrouver vos yeux d’enfants !

5 étoiles

Films

Coco

0056825

Studio : Disney – Pixar
Réalisateurs : Lee Unkrich, Adrian Molina
Audio : Anglais, Français
Durée : 105 minutes
Sortie : 6 avril 2018
Genre: Jeunesse, Fantastique
Lien Amazon

 

Synopsis:

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz.
Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d’amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel…

 

Rien n’est plus important que ceux que vous aimez…

 

Mon avis:

Voici encore un Disney Pixar qui m’a comblée. Il est vrai qu’après avoir lu l’histoire, j’étais sceptique. Un dessin animé qui parle de la mort, mouais… Curieuse, j’ai fini par aller le voir, et quelle heureuse surprise. Ce film est adorable, émouvant, rythmé et étonnamment coloré.

On suit les aventures de Miguel et de sa famille qui se préparent à fêter la traditionnelle fête mexicaine des morts, el Dia de los muertos. Ce petit garçon est passionné de musique, mais il ne comprend pas pourquoi sa famille l’a en horreur. Il compte bien élucider ce mystère.

Coco nous offre un voyage poétique dans un monde qui mêle les êtres vivants et morts. L’histoire m’a captivé, et comme Miguel on se demande pourquoi la musique a-t-elle était bannie dans sa famille. C’est un plaisir de le suivre, et de connaitre les membres de sa famille disparue. On y découvre l’importance qu’à la mémoire familiale. C’est un véritable ode à la vie qui ne pourra que vous touchez. Et que dire de la musique, si ce n’est qu’elle m’a donné envie de sortir ma guitare ! En tout cas, je vous recommande vivement  d’aller le découvrir, si ce n’est pas encore fait.

5 étoiles

Bande dessinée, Littérature française (France), Livres

Le grand méchant renard de Benjamin Renner

couv8366841

Éditeur : Delcourt
Collection: Shampooing

Pages : 192 pages
Parution : 25 Janvier 2015
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

L’histoire :

Un renard chétif tente de se faire une place de prédateur face à un lapin idiot, un cochon jardinier, un chien paresseux et une poule caractérielle. Il a trouvé une stratégie : il compte voler des œufs, élever les poussins, les effrayer et les manger.

 

Mon avis :

Avec Le Grand Méchant Renard, entrez dans un monde plein douceur et d’amour. Dès les premières pages, on ne peut s’empêcher de rigoler et de s’attendrir devant les personnages, tous les uns aussi touchant.  On passe un pur moment de bonheur à suivre les péripéties de notre renard, et à se demander comme il va s’en sortir. Une fois que nous sommes entré dans l’histoire, on est happé jusqu’à la fin.

Ce livre est un régal autant pour l’histoire que pour les illustrations parfaitement réalisées.

Pour information, l’histoire existe aussi en film, et j’ai hâte de le découvrir !

 

5 étoiles

Films, Littérature française (France)

La mécanique du coeur

8193fti9icl-_sy445_

Studio : EuropaCorp
Acteurs : Mathias Malzieu, Olivia Ruiz, Grand Corps Malade, Jean Rochefort, Rossy de Palma
Réalisateurs : Stéphane Berla, Mathias Malzieu
Audio : Français
Durée : 94 minutes
Sortie DVD : 2 Juillet 2014
Genre: Animation
Lien Amazon

 

L’histoire:

Édimbourg 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. Le Docteur Madeleine le sauve en remplaçant son cœur défectueux par une horloge mécanique. Il survivra avec ce bricolage magique à condition de respecter 3 lois: premièrement ne pas toucher à ses aiguilles, deuxièmement maîtriser sa colère et surtout ne jamais Ô grand jamais, tomber amoureux. Sa rencontre avec Miss Acacia, une petite chanteuse de rue, va précipiter la cadence de ses aiguilles. Prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel un Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais, à Paris jusqu’aux portes de l’Andalousie.

 

 

Mon avis:

Ce film d’animation inspiré d’un livre éponyme de Mathias Malzieu met parfaitement en lumière la magie du livre.

Les personnages sont tout d’abord très attachant et pleins de charme. Des voix de célébrités talentueuses leurs sont attribués. On retrouve ainsi Bashung, Olivia Ruiz, Jean Rochefort, Grand Corps Malade, Arthur H et évidemment Mathias Malzieu. Comme avec le livre, on se laisse conter l’histoire qui nous fait voyager et rire. Le graphisme des images du film peut faire penser à l’univers de Tim Burton. Il reste tout de même familial, grâce aux beaux messages qui y sont véhiculés.

En bref, une magnifique histoire, une bande originale incroyable, des dialogues amusants, des acteurs talentueux, des images qui font rêver, du romantisme, et surtout de la poésie ! Comme il est marqué sur l’affiche, « un chef d’oeuvre » !

 

4,5 étoiles - film

Films, RDV du Blog, Top 10

Top 10 – Dessins animés

disney-s-characters-disney-8774283-1920-1200

 

On se retrouve avec un nouveau top 10 spécial dessins animés

Voici une liste de films que j’adore regarder, et dont certains me rappelle mon enfance !

 

1. Mulan

51hdjjfcselJe n’ai jamais été princesse petite, du coup je m’entendais très bien avec Mulan. Elle m’a toujours fasciné par son grand courage, et sa force de caractère. C’est un dessin animé que j’adore regarder encore et encore. J’ai hâte de voir l’adaptation en film de ce dessin animé qui est d’ailleurs en préparation.

 

 

 

 

 

 

2. Anastasia

95313322

Un autre dessin animé que j’adorais regarder petite, et qui me suit toujours. Ici il y a bien une princesse, mais elle ne le sait pas au début du film ! Elle est en quête de son identité et part à l’aventure pour savoir qui elle est. Autant l’avouer, j’avais un petit faible pour Dimitri !

 

 

 

 

 

 

3. Dragons

19343191

Un dessin animé que j’ai découvert adolescente, et que je regarde encore.

 

 

 

 

 

 

 

4. Zambezia

mv5bnteynze5mdc3nf5bml5banbnxkftztcwnja3mzaxoa-_v1_ux182_cr00182268_al_

Autre dessin animé découvert plus tard et qui me fascine. En France, il est sorti sous le nom de « Drôles d’oiseaux », mais je n’aime pas ce nom, je trouve qu’il ne lui rend pas justice. Si vous ne le connaissez pas, alors foncez !

 

 

 

 

 

 

5. Age de glace

affiche De beaux moments de fous rires avec cette saga. C’est rare que j’arrive à accrocher totalement avec les suites de dessins animés, mais celles-ci sont bien réalisées.

 

 

 

 

 

 

 

6. Shrek

69199338_af

Avec ce film, on rigole bien aussi. C’est toujours avec un grand plaisir que je me repasse les aventures de Shrek. Pour le coup, j’ai trouvé les suites un peu moins bien réalisées, mais elles restent toujours aussi drôle, et surtout il y a bien pire.

 

 

 

 

 

 

7. Pocahontas

03-229150

On retourne avec un dessin animé que j’ai vu enfant. Je me souviens avoir eu la poupée à l’effigie de l’héroïne. Aujourd’hui, je ne le regarde pas aussi souvent que les autres, mais je me souviens qu’il a bercé mon enfance.

 

 

 

 

 

 

8. Ratatouille

rattatoul

On retourne avec un dessin animé plus récent dont je ne me lasse pas de voir encore et encore.

 

 

 

 

 

 

 

 

9. Moi, moche et méchant

ob_4e8aa5_moi-moche-et-mechant-1

Un autre dessin animé qui est toujours d’actualité pour passer un bon moment à rigoler.

 

 

 

 

 

 

 

10. Monstres Academy 

20484519 Le petit dernier de la liste, parce qu’il en faut bien un !