Coco

0056825

Studio : Disney – Pixar
Réalisateurs : Lee Unkrich, Adrian Molina
Audio : Anglais, Français
Durée : 105 minutes
Sortie : 6 avril 2018
Genre: Jeunesse, Fantastique
Lien Amazon

 

Synopsis:

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz.
Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d’amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel…

 

Rien n’est plus important que ceux que vous aimez…

 

Mon avis:

Voici encore un Disney Pixar qui m’a comblée. Il est vrai qu’après avoir lu l’histoire, j’étais sceptique. Un dessin animé qui parle de la mort, mouais… Curieuse, j’ai fini par aller le voir, et quelle heureuse surprise. Ce film est adorable, émouvant, rythmé et étonnamment coloré.

On suit les aventures de Miguel et de sa famille qui se préparent à fêter la traditionnelle fête mexicaine des morts, el Dia de los muertos. Ce petit garçon est passionné de musique, mais il ne comprend pas pourquoi sa famille l’a en horreur. Il compte bien élucider ce mystère.

Coco nous offre un voyage poétique dans un monde qui mêle les êtres vivants et morts. L’histoire m’a captivé, et comme Miguel on se demande pourquoi la musique a-t-elle était bannie dans sa famille. C’est un plaisir de le suivre, et de connaitre les membres de sa famille disparue. On y découvre l’importance qu’à la mémoire familiale. C’est un véritable ode à la vie qui ne pourra que vous touchez. Et que dire de la musique, si ce n’est qu’elle m’a donné envie de sortir ma guitare ! En tout cas, je vous recommande vivement  d’aller le découvrir, si ce n’est pas encore fait.

5 étoiles

La baronessa di Carini

la-locandina-di-la-baronessa-di-carini-218552

Synopsis:

Sicile, 1860. Laura est donnée en mariage au baron de Carini, Don Mariano La Grua, un homme violent et autoritaire. La vie de la jeune baronne semble destinée au malheur jusqu’à la rencontre avec Luca Corbara, un jeune noble qui arrive en Sicile, à la recherche de ses origines grâce à un médaillon sur lequel est inscrit un nom de provenance mytérieuse : Vernagallo.

Lien vers la bande d’annonce: https://www.youtube.com/watch?time_continue=29&v=XymKYTCoM6I

 

 

Mon avis:

La Baronne de Carini est un film en 2 parties de 1h40 diffusée en 2007 sur Rai Uno, une chaîne italienne. L’histoire se déroule en 1860, en Sicile. La comtesse Laura quitte le couvent pour épouser un homme froid et violent, le baron de Carini, Don Mariano La Grua. Sa vie n’est pas facile, elle ne sort très peu, son mari préférant la voir cloîtrer dans son domaine. Dès ses premiers pas, elle s’est sentie mal à l’aise dans cet environnement. L’arrivée de Luca Corbara, un cartographe venu dessiner le fief de La Grua, va l’aider à résoudre un certain nombre de mystères les concernant tous les deux.

J’ai aimé retrouver Vittoria Puccini, que l’on peut voir dans la série Elisa di Rivombrosa. J’ai fait aussi la connaissance de Luca Argentero, qui est un homme très charmant. Même si leur histoire d’amour commence très vite, on arrive tout de même à y croire. Les deux acteurs forment un beau couple et dégage une alchimie. En plus de cette romance, on peut voir les progrès de la science. La pratique de l’hypnose et la cartographie avec les étoiles nous sont dévoilés.

Le synopsis est basé sur une légende sicilienne qui raconte la vie tragique de Laura Lanza, une baronne assassinée au XVIe siècle. Le fantôme de cette jeune femme hanterait le château. La légende a tout de même était modifiée dans la série. Le meurtrier de Laura serait son père, qui l’aurait surprise avec son amant. Le château que l’on peut voir, est d’ailleurs le véritable, soit le château de Mussomeli.

Un bon moment de détente vous attend, avec cette romance entourée de mystère à résoudre.

mussomeli-author-unknown

 

4 étoiles - série

J’ai laissé mon cœur dans les brumes d’Edimbourg de Carolina Lozano

couv19466838

Éditeur : Bayard Jeunesse
Pages : 308 pages
Parution : 30 Janvier 2014
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

Synopsis:

A 17 ans, il parait qu’on n’est pas normal si l’on passe ses soirées dans la bibliothèque de son lycée. Pourtant, je ne suis pas la seule à aimer étudier dans l’enceinte du prestigieux lycée d’Édimbourg, cette antique bâtisse peuplée d’ombres et de mystères. Car aujourd’hui, dans la salle de lecture, j’ai aperçu le plus beau garçon du monde plongé dans un vieux livre. Grand, la peau claire, il ressemblait à l’un de ces guerriers celtes que toute l’Europe redoutait au Moyen-âge. Or, en prêtant à ce garçon des origines aussi lointaines, je ne me suis pas trompée…

 

Mon avis:

Dans cet ouvrage on fait la connaissance de Liadan, une ado barcelonaise qui vient suivre sa scolarité en Ecosse. Après le décès de ces parents, elle souhaite découvrir les racines écossaises de sa mère. Lors de son année scolaire, elle tient après les cours, la bibliothèque du lycée. Elle y fait la rencontre de Alar, mais celui ci cache un secret. Il ne vient pas dans la même monde qu’elle, c’est un fantôme.

Ce que j’ai aimé dans ce livre, c’est les descriptions d’Edimbourg. J’ai encore plus envie de découvrir cette ville maintenant! Ce que j’ai moins aimé, c’est finalement la romance à laquelle je n’ai pas crue. Cela m’a gêné qu’ils puissent se toucher et que des fois il passe à travers les objets. La fin est surprenante aussi, elle arrive rapidement.

3 étoiles

Les amants papillons de Benjamin Lacombe

Éditeur : Seuil
Collection: Jeunesse

Pages : 40 pages
Parution : 8 Janvier 2015
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

L’histoire:

Ce qui intéresse Naoko, c’est d’étudier la littérature ou les haïkus . Pour parvenir à ses fins, elle part à Kyoto, déguisée en garçon, et rencontre Kamo. Inspirée d’une légende populaire, cette histoire romantique est superbement soutenue par de grandes et belles illustrations.

 

Mon avis:

Etant amoureuse des beaux dessins de Benjamin Lacombe, j’ai continué ma découverte avec Les amants papillons. L’histoire raconté ici m’a fortement fait penser au dessin animé Mulan. Cette jeune fille qui remplace son père au combat et se déguise en homme. Ici Naoko ne se déguise pas pour aller combattre mais pour étudier la littérature, ce qui est proscrit pour les femmes. Elle rencontre ainsi Kamo avec qui elle lie une amitié et même plus.

Je n’irai pas plus loin pour ne pas vous dévoiler la fin, mais l’histoire est belle et poétique. Malheureusement ces albums se lisent beaucoup trop vite. Mais bon on peut quand même savourer les magnifiques dessins de Benjamin Lacombe!

5 étoiles

Ondine de Benjamin Lacombe

176267433
Éditeur : Albin Michel
Collection: Jeunesse

Pages : 40 pages
Parution : 1 Juin 2012
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Jeunesse

Lien Amazon
L’histoire:
 Benjamin Lacombe revient avec le mythe d’Ondine à ses amours romantiques et pré-raphaélites. Inspiré par les textes de Friedrich de La Motte-Fouqué et la pièce de Jean Giraudoux, il propose sa version du conte, où prédominent des images très picturales faisant écho aux peintures de Millais ou Waterhouse. Par un savant jeu de calques imprimés, il fait émerger toute la sensualité et la transparence de cet univers aquatique. Vibrant pour le beau chevalier Huldebrande, Ondine se noie dans les tumultes de l’amour, ses marivaudages et ses trahisons. Un grand conte, une épopée romantique dont les thématiques résonnent de manière étonnamment moderne.

 

Mon avis:

Ce livre est juste magnifique. Je dirais qu’il faudrait avoir au moins une fois avoir eu un livre de Benjamin Lacombe entre ses mains. La puissance du livre n’est pas l’histoire, comme on pourrait penser, mais les dessins sublimes.

J’aime beaucoup les livres et contes pour enfants. On peut dire au moins qu’avec celui ci je n’ai pas été déçu. Peut être juste le tarif, qu’ils font qu’ils ne sont pas facilement accessible.

5 étoiles