Littérature anglaise, Livres, Romance, Romance historique

La saga des Bedwyn, tome 4 : L’amour ou la guerre de Mary Balogh

La saga des Bedwyn, tome 4 : L'amour ou la guerre de Mary Balogh

Éditeur : J’ai lu pour elle
Collection: Aventures et Passions
Pages : 382 pages
Parution : 21 Mai 2014
Tome : 04/06
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Un scandale a contraint Gervase Ashford à fuir l’Angleterre. Neuf ans plus tard, il n’a toujours pas oublié l’humiliation infligée par le duc de Bewcastle et, lorsqu’il croise la sœur de ce dernier à Bruxelles, il y voit l’occasion rêvée de se venger. Quelle proie facile que cette ravissante jeune fille sans expérience pour un séducteur comme lui ! Gervase jubile déjà à l’idée de l’esclandre qu’il va provoquer. Mais la bataille de Waterloo éclate et, dans le tumulte de l’Histoire, le cynique manipulateur perd son cœur. S’en remettra-t-il lorsque Morgan, ayant découvert son projet, décidera à son tour de prendre sa revanche ?

 

Mon avis:

Pour le quatrième tome de cette saga, Mary Balogh nous offre une construction différente pour cette intrigue en deux parties, dans deux pays. On retrouve la benjamine de la famille Bedwyn, Morgan qui vient de faire ses débuts, et a été présentée à la reine. En séjour à Bruxelles, avec la famille d’une de ses amies, elle alterne soirées et bals, où elle fait la rencontre de Gervase Ashford, comte de Rosthorn. Cet homme cache en fait bien des secrets, et un passé qui le hante. Jeune débutante, elle ne se rend pas compte de ce double jeu qui s’installe, et la réalité des tensions politiques vient encore plus troubler la situation, avec la bataille de Waterloo.

Avec la première partie du roman, on voit naître une amitié et une passion entre nos deux héros, avec en toile de fond un climat d’affrontement qui se prépare. Le passé qui hante Gervase nous est caché, et on se demande pourquoi il y a une telle haine envers les Bedwyn. Un jeu qui s’avère difficile, il souhaite se venger en utilisant Morgan, mais il en fait les frais en s’attachant à la demoiselle. Morgan ne sait rien de tout cela, et le prend en amitié, et même plus. Avec la disparition de son frère sur le front, elle se voit obligé de rentrer en Angleterre, pour faire l’annonce de la triste nouvelle à sa famille. Et c’est ainsi qu’elle va découvrir le jeu de vengeance que voulait lui jouer Gervase.

Après une première partie marquée par les tensions, il est vrai que je me suis un peu ennuyée avec la seconde, où le rythme et le conflit napoléonien n’était plus présent. Et cette idée de retournement de vengeance de la part de Morgan, avec cette volonté de briser le cœur de Gervase, comme il avait brisé le sien, ne m’a pas convaincue. Mais il est vrai, que je voulais en savoir plus sur le passé de cet homme qui m’intrigue, et j’ai été gâtée, vu que je m’attendais à certains points, mais pas à tous ! Merci pour la surprise !

Je dirais que c’est le tome que j’ai le moins aimé de la saga. Après un début prometteur, je me suis lassée de la deuxième partie avec ce va et vient dans le jeu de séduction. Je compte bien entendu continuer la saga, et je suis d’ailleurs curieuse de savoir ce qui est arrivé à Alleyne.

 

3 étoiles

Littérature anglaise, Livres, Romance, Romance historique

La saga des Bedwyn, tome 3 : Fausses fiançailles de Mary Balogh

La saga des Bedwyn, tome 3 : Fausses fiançailles de Mary Balogh

Éditeur : J’ai lu pour elle
Collection: Aventures et Passions
Pages : 371 pages
Parution : 22 Janvier 2014
Tome : 03/06
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Orgueilleuse et forte tête, lady Freyja Bedwin n’hésite pas lorsqu’un inconnu s’introduit dans sa chambre en pleine nuit : elle lui flanque un coup de poing sur le nez. Quelques jours plus tard, à Bath, elle le reconnaît. Il s’agit en fait du marquis de Hallmere. Et ce jeune homme malicieux, aussi peu conventionnel qu’elle, finit par gagner sa sympathie. Aussi accepte-t-elle de fausses fiançailles pour l’aider à échapper à un mariage indésirable. Ce sera amusant, et ainsi elle clouera le bec à ceux qui la traitent déjà de vieille fille. Sans se douter que cette comédie va l’entraîner bien plus loin que prévu…

 

Mon avis:

Avec ce troisième tome de la saga, c’est autour de Freyja Bedwyn de se livrer. Et à vrai dire, j’avais hâte d’en savoir plus sur son personnage, qui m’a dès le début intrigué. C’est une femme forte, qui a beaucoup de caractère, et qui n’a pas sa langue dans sa poche (ni son poing!) C’est aussi quelqu’un qui a été blessée par la vie, et qui en porte toujours les cicatrices. Elle a 25 ans, et est considérée comme une vieille fille par la société, vu qu’elle n’est toujours pas mariée. En fait, elle a faillit l’être deux fois, mais son fiancé est mort, et le frère de celui-ci dont elle était amoureuse, en a choisi une autre. C’est d’ailleurs pour le fuir qu’elle est à Bath, auprès d’une amie et de sa mère. Mais alors, un fameux jeune homme va faire irruption dans sa vie, et tout chambouler. La première fois pas de manière très convenable, vu que c’est dans sa chambre qu’elle le trouve, alors qu’il tente de fuir quelqu’un. Et qu’elle ne fut pas sa surprise quand elle le retrouve quelques jours plus tard à Bath, et qu’elle découvre qu’il est le marquis d’Hallmere. Même si elle lui a mis son poing dans son nez, elle n’a pas froid aux yeux et n’hésitera pas à recommencer. Alors que ce Joshua Moore se trouve dans une fâcheuse situation que lui impose sa tante, il demande l’aide de Freyja, et les fausses fiançailles commencent, mais pas comme ils l’avaient envisagé !

J’ai tout de suite accroché au personnage de Freyja, et j’étais super heureuse d’en connaitre plus sur elle. Et je n’ai pas été déçu ! Elle est très têtue, et n’a que peu faire des convenances. On ne s’ennuie pas une seule seconde. Avec Joshua ils font la paire. Proche et différent à la fois, j’ai aussi grandement aimé son personnage. Son passé n’a pas été facile, et le hante. On en apprend pourquoi au fil du roman, et c’est d’ailleurs agréable de découvrir chaque élément au fur et à mesure. Une partie du roman se passe au château de Lindsey, avec le fameux Wulfric, toujours aussi impressionnant, mais surtout avec tous les membres de la famille Bedwyn, que j’apprécie tellement. C’est ainsi l’occasion de connaitre leur évolution. Alors qu’un élément perturbateur arrive dans l’histoire, la famille Bedwyn se joint à Joshua, et nous emmène dans son domaine en Cornouilles, dont les descriptions font rêver.

L’intrigue est vraiment bien amenée et on ne s’ennuie pas une seule seconde, entre rire et rebondissement, ce roman devient mon premier coup de cœur pour cette année ! Je suis définitivement fan des écrits de Mary Balogh, et j’ai hâte de découvrir la suite !

5 étoiles

Littérature anglaise, Livres, Romance, Romance historique

Le Noël de toutes les promesses de Mary Balogh

couv867617

Éditeur : J’ai lu pour elle
Pages : 256 pages
Parution : 5 Décembre 2018
Tome : 01/01
Format: Poche
Genre: Romance, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Endetté, le comte de Falloden est contraint d’épouser la fille de son créancier, un vulgaire charbonnier. À peine marié à Ellie, il s’empresse de la cacher dans sa résidence à la campagne où la nouvelle comtesse le défie en invitant ses amis du bas peuple. Humilié, Randolph s’apprête à passer le pire Noël de sa vie au côté de cette roturière qui ose le traiter avec arrogance. Un véritable iceberg ! Mais ne dit-on pas que le feu couve sous la glace et que la magie de Noël fait fondre les cœurs les plus endurcis?

 

Mon avis:

Je ne suis pas très romance de Noël, mais comme on en voit un peu partout, je me suis laissée prendre au jeu avec celle-ci écrite par Mary Balogh, dont je commence tout juste à découvrir ses écrits.

On fait la connaissance d’Eleanor et de Randolph qui doivent s’unir rapidement, alors qu’ils ne se connaissent pas. Ce mariage arrangé est proposé par le père d’Eleanor, riche marchand de charbon qui a racheté toutes les dettes de Randolph, comte de Falloden. Il souhaite un mariage qui puisse élever sa fille dans la société, avant de disparaître. Les deux sont contres, et avaient d’autres projets qui ne peuvent réaliser. N’ayant pas le choix, en une semaine, ils deviennent mari et femme. Les débuts sont compliqués, tous les deux ont des préjugés l’un sur l’autre, et sont très entêtés. S’en est d’ailleurs agaçant à certains moments. Aucun ne fait vraiment d’efforts, à part Randolph dans certaines situations. C’est d’ailleurs ce qui m’a le plus gênée dans ma lecture, vu qu’on a du mal à bien connaitre nos personnages principaux. Heureusement les fêtes de Noël arrivent, et c’est une ambiance plus détendue qui nous attend, pour notre plus grand plaisir. On finit par s’attacher quelque peu à Randolph, qui a connu une enfance solitaire et protocolaire. Bataille de boules de neiges, recherche du gui, décoration de la maison, descentes en luges, chants de Noël… redonnent du plaisir à notre lecture.

En bref, je dirais que j’ai tout de même passé un bon moment, mais surtout grâce à l’ambiance de Noël qui m’a divertie, mais pas grâce au couple, qui a eu du mal à se révéler à nous.

3 étoiles

Littérature anglaise, Livres, Romance, Romance historique

La saga des Bedwyn, tome 2 : Rêve éveillé de Mary Balogh

couv20245850

Éditeur : J’ai lu pour elle
Collection: Aventures et Passions
Pages : 376 pages
Parution : 6 Novembre 2013
Tome : 02/06
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Dans la diligence qui l’emmène chez sa tante, la sage Judith échappe à son avanir tout tracé de parente pauvre en rêvant qu’elle est enlevée par un bandit de grand chemin. Or, la voiture verse dans le fossé et Judith est sauvée par un beau cavalier qui dit s’appeler Ralf. Grisée par l’aventure, elle se prétend actrice et, lors d’une nuit d’ivresse, s’abandonne dans ses bras. Puis la réalité reprend son cours. Parvenue chez sa tante, Judith fait connaissance du fiancé de sa cousine. Un certain Lord Rannulf Bedwyn. Qu’elle reconnaît au premier regard…

 

Mon avis:

Il y a quelques semaines je lisais mon premier livre de Mary Balogh, et ses écrits m’ont tout de suite séduits. C’est naturellement que je continue avec le deuxième tome de cette saga.

Dès les premières pages, on fait connaissance avec Judith Law, notre héroïne. Jeune fille d’un gentleman pauvre, elle se rend chez sa tante pour devenir le dame de compagnie de sa grand-mère. C’est un destin bien ennuyeux qui attend Judith, et qui sait qu’elle deviendra une vieille fille. Mais c’est sans compter un accident qui va tout changer. La diligence qui la conduit chez Lord Effingham s’embourbe et se verse dans un fossé. Autour de Lord Rannulf Bedwyn d’entrer en scène. Dissimulant chacun leur identité, ils vont passer deux jours extraordinaires. Une parenthèse avant la vie morose qui les attend. La grand mère de Rannulf souhaite qu’il prenne femme. Mais le destin en décidera autrement, puisqu’ils se retrouvent sous leur véritable identité au domaine des Effingham.

J’ai tout de suite accroché au personnage de Judith. Une jeune fille rêveuse qui se sait condamner à une triste vie, mais qui s’accorde tout de même un petit instant de folie. Sur le coup, elle m’a fait un peu penser à Catherine Morland dans Northanger Abbey de Jane Austen, grande fan de lecture, tout comme Judith. Cette dernière en connait même par cœur certaines pièces de théâtre, jusqu’à se faire passer pour une actrice auprès de Rannulf Bedwyn. Ce dernier est d’ailleurs tout de suite sous le charme de cette dernière, et elle aussi. On lui a toujours répété qu’elle était moche, et devait cacher ses cheveux roux, mais voilà qu’un homme s’intéresse à elle. Mais la réalité revient à elle, et elle finit par s’enfuir, en gardant ses instants passés précieusement dans son cœur. Rannulf en est bien peiné, et finit par lui aussi à reprendre son chemin. Arrivant chez sa grand mère, il la découvre bien malade, et finit par lui promettre de rencontrer cette jeune fille qu’elle souhaite le voir épouser, il s’agit en fait de la riche cousine de Judith. Jeune homme au grand cœur, certes un peu froid comme tous les Bedwyn, il est aussi généreux, et prend très vite sous son aile Judith, quand il en découvre plus sur sa situation, et n’hésite pas à l’aider. Leur couple est très beau, même si chacun n’arrivent pas vraiment à se lâcher. Dans ce second tome, on retrouve tout de même le même genre de construction que le premier, j’espère qu’il n’en sera pas ainsi de toute la saga.

 

4,5 étoiles

 

Littérature anglaise, Livres, Romance, Romance historique

La saga des Bedwyn, tome 1 : Un mariage en blanc de Mary Balogh

couv73487861

Éditeur : J’ai lu pour elle
Collection: Aventures et Passions
Pages : 375 pages
Parution : 5 Juillet 2013
Tome : 01/06
Format: Poche
Genre: Romance, Historique
Lien Amazon

 

L’histoire:

Le colonel Aidan Bedwyn a juré de protéger la sœur d’un soldat mourant envers qui il avait une lourde dette. De retour en Angleterre, il découvre que Mlle Eve Morris vit entourée d’orphelins et de pauvres gens que sont bon cœur lui a dicté de recueillir, et surtout qu’elle est sur le point d’être chassée de chez elle. Fidèle à sa promesse, Aidan lui propose un mariage blanc qui les mettra à l’abri du besoin, elle et son insolite cohorte. Terrible mésalliance pour cet aristocrate orgueilleux, qui va maintenant devoir présenter cette petite campagnarde à sa famille si snobinarde…

 

Mon avis:

Dès les premières pages, on rentre directement dans l’action. On fait ainsi la connaissance de l’un des héros du roman, le colonel Aidan Bedwyn qui vient de faire la promesse à un de ses lieutenants mourant, de prendre soin de sa sœur. Celle-ci se nomme Eve Morris. Elle est la fille d’un mineur qui a réussi à s’élever dans la société en épousant la fille de son patron. Aidan a donc la lourde tâche de devoir lui annoncer la mort de son frère sur le champ de bataille. A son arrivée, c’est d’abord un sentiment de soulagement qu’il ressent, en voyant la belle propriété dont elle a héritée de sa famille. Mais comme toujours, il y a anguille sous roche, et Aidan finit par le découvrir. En effet, si Eve ne s’est pas mariée dans l’année qui suit la mort de son père, la propriété reviendra à son cousin, un être sans scrupule. Mais comment aider quelqu’un qui ne veut pas l’être, et qui est pourtant sur le point de perdre tout ?

J’ai vraiment passé un bon moment avec cette romance de Mary Balogh. C’est d’ailleurs la première fois que je lis les écrits de cette auteure, qui ont su me charmer. Je suis tout de suite tombée sous le charme des deux personnages. D’un côté nous avons Aidan, un colonel issu d’une famille très puissante, avec un côté froid et quelque peu prince charmant. Et de l’autre nous avons Eve, une jeune fille qui a pu avoir une bonne éducation, mais qui n’a jamais quittée sa campagne, et qui a surtout un bon caractère d’entêtée. J’ai vraiment bien rigolé avec ce duo, qui sait s’amadouer au fur et à mesure. Il y a de très belles scènes, comme entre Aidan et Cecil, le cousin de Eve, ou entre Eve et Wulfric, le frère aîné d’Aidan. Je dirais que le point fort de cette romance, et vraiment ses personnages qui sont bien travaillés, et qu’on les voit évoluer. On croit forcément en l’histoire, même si le cliché du prince charmant est un peu trop utilisé.

Du coup j’ai vraiment hâte d’en découvrir plus sur cette famille, dont on vient tout juste de faire connaissance. Il y a bien sûr le frère aîné, mais aussi les petits derniers, Alleyne et Morgan.

4,5 étoiles

 

Littérature espagnole, Livres, Romance, Romance historique

Des palmiers dans la neige de Luz Gabás

couv2392993

Éditeur : Charleston
Pages : 672 pages
Parution : 17 Septembre 2019
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

« Elle va bien, elle est très forte, elle n’a pas eu le choix. » Un fragment de lettre, découvert par hasard, et toutes les certitudes de Clarence de Rabaltué s’effondrent. Bercée dès l’enfance par les récits de son père, elle croyait tout savoir de cette jeunesse passée sur l’île tropicale de Fernando Póo, en Guinée espagnole. De l’odeur enivrante du cacao, de la richesse de la végétation et du soleil écrasant… Mais elle ignore tout de cette mystérieuse « elle » et de son lien avec son père. Et s’il existait une tout autre vérité, loin de l’histoire familiale officielle ? Un passé fait de secrets, d’amours interdites, de conventions sociales bafouées et de danger… Clarence s’envole pour la Guinée, déterminée à remonter le temps jusqu’à cet hiver 1953 où tout a commencé. À la fois grande saga familiale et fresque épique, le récit traverse les océans, les générations et nous confronte à l’un des aspects les plus sombres de notre passé colonial.

 

Mon avis:

Tout d’abord, je souhaiterais remercier les éditions Charleston pour la parution de cet ouvrage, enfin traduit en français. J’avais passé un très bon moment avec le film édité chez Koba, je vais pouvoir enfin redécouvrir l’histoire originale avec des mots, et non des images.

Entre l’Espagne et l’Afrique, on suit ainsi l’histoire de Killian, son père et son frère durant les années 1950 à 1960; et celle de Clarence, la nièce de Killian, trente ans plus tard. Après être tombée sur de fameux écrits évoquant l’histoire de sa famille, Clarence souhaite en découvrir tous les secrets. Ce roman nous dévoile ainsi le passé de notre héroïne, dont l’auteure a mis tout son cœur pour nous faire partager le passé colonial de son pays, en s’inspirant de l’histoire de sa famille.

Il est vrai que quand je m’embarque dans des sagas familiales, j’ai toujours un peu peur d’être quelques peu déçu par l’écriture, dès fois ni accrochant pas à cause de trop de longueurs. Mais ayant était charmée par le film, j’ai tout de suite craqué pour l’ouvrage, et je n’en suis pas déçu. L’intrigue est soigneusement écrite, et nous fait voyager à travers paysages et cultures. Elle nous réserve son lot de rebondissements et nous maintient sans cesse en haleine jusqu’à la fin. Cette quête de la vérité est avant tout une histoire pleine de passions, d’amours interdits, de rencontres et de séparations. Elle a comme toile de fond, la colonisation en Guinée équatoriale et l’exploitation des cacaoyers.

Ce fut un voyage dans le temps très intéressant à redécouvrir qui m’a plus autant que le film. Pour ce qu’il en est de ce dernier, je dirais que d’après mes souvenirs, il respecte bien les écrits de Luz Gabás. Et je ne peux que vous inviter vous aussi à le découvrir, soit chez Koba Films ou Netflix. Voici l’article que j’avais fait à l’époque lors de mon premier visionnage, où une bande d’annonce vous attend.

 

4 étoiles

Littérature américaine, Livres, Romance, Romance historique

Noces écossaises, tome 1 : La méprise du Highlander de Gayle Callen

couv60046645

Éditeur : Harlequin
Collection: Victoria
Pages : 352 pages
Parution : 1 Novembre 2016
Tome : 01/03
Format: Poche
Genre: Romance, Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Riona ne sait pas ce qui est le pire : avoir été enlevée par le chef des McCallum, ou que celui-ci l’ait confondue avec sa cousine, qui lui a été promise avec une dot considérable. La situation paraît absurde, et pourtant son ravisseur refuse de reconnaître son erreur, persistant même à affirmer qu’elle cherche à rompre l’engagement pris par leurs familles. Et elle ne va certainement pas attendre que son oncle revienne de voyage pour rétablir la vérité. Non, elle s’enfuira coûte que coûte, au risque de déclencher une guerre des clans.

 

Mon avis:

Hugh McCallum, chef de clan, décide d’enlever sa fiancée Catriona Duff, suite à l’entrevue qui s’est mal passée avec son futur beau-père, qui tente de revenir sur le contrat qui lie les deux familles. Riona essaye désespérément de convaincre son ravisseur, qu’il s’est trompé de personne. Sa cousine porte le même prénom qu’elle, et c’est avec elle qu’il est fiancée. Mais ce Highlander ne veut rien savoir, il pense qu’elle tente de fuir leur engagement, elle aussi.

Avec cette nouvelle romance, nous voilà embarquée dans une nouvelle histoire de guerre clan. L’intrigue était certes original, mais autant dire que je me suis ennuyée dans ma lecture. Il est vrai qu’on peut tout à fait comprendre notre héros, qui ne veut pas croire sa future fiancée. Comment deux personnes peuvent avoir le même nom. Pour lui c’est impossible, il ne cherche pas plus loin, et au contraire il cherche à l’amadouer. Après leur arrivée sur les terres des McCallum, Hugh doit asseoir son autorité, contrairement à Riona qui essaye de voir comment s’échapper, et le convaincre qu’elle n’est pas la bonne personne. Il n’y a pas vraiment d’action dans le roman, on bouge assez peu une fois arrivé dans le domaine, et surtout la révélation est acceptée trop rapidement à mon goût. Ayant le deuxième tome dans ma PAL, je compte bien enchaîner. Vu le résumé, je pense que je devrais avoir le droit à l’action qui me manquait.

2 étoiles

 

Littérature irlandaise, Livres, Romance, Romance historique

Les filles d’Ennismore de Patricia Falvey

51dcegktxil._sx309_bo1204203200_

Éditeur : Belfond
Pages : 416 pages
Parution : 4 avril 2019
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Historique

Lien Amazon

 

L’histoire:

Amitié, jalousie, lutte des classes, émancipation féminine, drame amoureux… À l’aube du XXe siècle, au cœur d’une Irlande en ébullition, une saga inoubliable dans la droite ligne de Downton Abbey.

Rosie a huit ans, elle est fille de métayer ; quand elle sera grande, elle servira la famille Ennis, comme sa mère et sa sœur avant elle. Victoria a sept ans, elle est la fille de lord et lady Ennis ; quand elle sera grande, elle quittera le domaine d’Ennismore pour faire un beau mariage.
En attendant, Victoria se sent seule et rêve de partager ses secrets avec la fille du métayer qu’elle a rencontrée dans le parc de la propriété. Et pourquoi pas ? C’est décidé, dès septembre, la petite paysanne partagera les leçons de la demoiselle du château.
Mais, dans une société écrasée sous le poids des conventions et des hiérarchies, est-il bien raisonnable de semer des aspirations égalitaires dans le cœur des jeunes filles ? Car un vent de révolte souffle sur l’Irlande et cette amitié qui éclôt pourrait bien bouleverser leur vie ainsi que celle de leur entourage… Rosie et Victoria trouveront-elles la force de lutter contre la marche de l’Histoire qui menace de les déchirer ?

 

Mon avis:

Les filles d’Ennismore est un roman qui se passe en Irlande au cours de la Première Guerre Mondiale. On fait la connaissance de Rosie, fille de métayer, qui pour ne pas laisser la fille du lord être scolarisée seule, va pouvoir bénéficier de la même éducation que cette dernière. Entre Victoria et Rosie, une très forte amitié va naître, mais la différence des classes est toujours là. Rosie le comprendra en grandissant.

J’ai vraiment apprécié refaire un tour en Irlande grâce à cet ouvrage. On découvre la montée du nationalisme au début du XXe siècle, et des thèmes importants sont développés comme la lutte des classes et le féminisme. Une fois l’âge adulte obtenue, la destinée des deux jeunes filles est bien différente: soirées mondaines et recherche d’un bon parti pour l’une; le retour à la réalité pour l’autre. Même si Rosie a autant d’éducation que Victoria, elles ne sont pas du même milieu, leur amitié va ainsi être mis à mal. Au fil des pages, on suit l’histoire de nos deux héroïnes, et c’est avec un grand plaisir qu’on tourne les pages. Un très bon roman historique à découvrir, au cœur d’un pays en mutation.

4,5 étoiles