Album, Littérature allemande (Allemagne), Littérature danoise (Danemark), Littérature française (France), Livres

Portraits en pied des princes, princesses et autres bergères des contes de notre enfance de Jo Hoestlandt et Nathalie Novi

51DA0YFA0TL._SX472_BO1,204,203,200_

Éditeur : Thierry Magnier
Pages : 24 pages
Parution : 26 Octobre 2001
Tome : 01/01
Format: Album
Lien Amazon

 

L’histoire:

Une galerie de portraits de personnages de contes, connus de tous-grands et petits : Hansel et Gretel, la Petite sirène, la Princesse au petits pois, la Bergère et le ramoneur, le Petit Chaperon rouge, la Petite Fille aux allumettes, Peau d’âne, Barbe Bleue, Dame Holle, Le Chat Botté, La Reine des neiges… Douze portraits de personnages, ou couples de personnages, que le lecteur croise dans ce livre comme un visiteur de musée. Jo Hoestland, la guide, raconte à la première personne l’histoire de chacun d’entre eux. L’humour, la tendresse, la poésie, la perfidie parfois, se mêlent au récit de chacun des héros. Nathalie Novi, en qualité de « Peintre Royal des Personnages de Contes » fait poser chacun des personnages : dans ses tableaux aux formats variés, comme dans un vrai musée, surgissent des clins d’œil à de grand portraitistes tels que Vélasquez ou Goya…

 

Mon avis:

Voilà un album très original, qui nous propose de retrouver les contes qui ont bercés notre enfance. Et c’est des grands noms qui ont été choisi comme Hans-Christian Andersen, Charles Perrault, Jacob Grimm et Wilhelm Grimm.

J’avoue que je me souvenais bien de certaines histoires comme « La petite sirène », « Le petit chaperon rouge », « Peau d’âne », « Hänsel et Gretel », « Barbe Bleue  » ou encore « Le Chat Botté ». Mais autant dire que pour certaines, c’était la découverte ! Je pense aux contes « Le pêcheur et sa femme » de Jacob Grimm et Wilhelm Grimm ou « La bergère et le ramoneur » de Hans-Christian Andersen. Cet aperçu m’a donné envie de partir à la découverte de ces derniers. Puisque oui, avec cet album, ce n’est pas le conte entier que l’on retrouve, met un aperçu mis en scène par Jo Hoestland, qui nous présente les personnages. Ils sont aussi magnifiquement illustrés par Nathalie Novi, qui c’est inspiré des œuvres de grands peintres pour les représenter. On retrouve « La petite fille aux allumettes » sous les traits de Vincent Van Gogh, « La princesse au petit pois » d’après Diego Vélasquez, ou « La reine des neiges » par Balthus.

Ici les arts se côtoient, avec ceux qui maniaient le crayon et ceux qui utilisaient le pinceau !

Mais je tiens tout de même à souligner la mise en page qui ne met pas assez en valeur à mon goût, le travail des deux artistes. Par exemple en premier lieu, la couverture, que je ne trouve pas très attrayante. Et en ce qui concerne l’intérieur, c’est très simple. Dommage.

 

note 3,5 étoiles

1

Jeunesse, Littérature allemande (Allemagne), Livres

La singulière aventure de Pénélope Vermillon de Valija Zinck

Éditeur : Rageot
Pages : 304 pages
Parution : 11 Avril 2018
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Jeunesse, Fantasy

Lien Amazon

 

L’histoire:

Pénélope a les cheveux gris et une odeur de feu. Cela a beau être étrange, la petite fille ne s’en est jamais vraiment souciée. La seule chose qui attise un peu sa curiosité, c’est que chaque été, le jour de son anniversaire, il pleut et que, ce jour-là, la pluie ne mouille pas. Cependant, quand Pénélope découvre par hasard qu’elle a en fait les cheveux roux et des pouvoirs un peu bizarres, tous les petits mystères de sa vie se transforment en un océan d’énigmes. Ces pouvoirs sont-ils hérités de son père, comme le lui révèle finalement sa mère ? Pourquoi cette dernière lui a-t-elle fait croire qu’il était mort alors qu’il les a tout simplement abandonnées ? Tandis que la magie croit en Pénélope, s’épanouit aussi la colère et l’envie de partir à la recherche de ce père absent…

 

Mon avis:

Merci aux éditions Rageot pour ce service presse.

Pénélope est une fillette de 10 ans qui a du caractère. Elle habite avec sa mère Lucie, sa Mamie et son chat, dans une « maison à peau de dragon », en dehors de la ville. Elle a toujours eu les cheveux gris et une odeur de feu. Mais elle finit par découvrir que sa mère lui a menti, et qu’elle lui colore les cheveux durant son sommeil. En fait, Pénélope a une magnifique chevelure flamboyante, qui lui confère des pouvoirs magiques assez insolites ! Elle découvre aussi qu’elle les a hérité de son père, une personne dont elle connait très peu de choses. On la suit ainsi dans son quotidien, et par la suite dans sa singulière aventure…

L’histoire est parfaitement en accord avec la couverture, colorée, simple et attachante. C’est avec le sourire aux lèvres qu’on embarque dans les aventures de Pénélope. Cette jeune fille est pleine de vie, et on ne s’ennuie pas. On découvre sa famille, qui nous fait aussi bien rigoler. On s’est tout de suite d’où elle tient son caractère bien trempé. Les petites notes de magie rend la quête un peu plus mystérieuse. Juste un peu déçu de la fin que j’ai trouvée un peu précipitée.

3 étoiles

Album, Littérature allemande (Allemagne), Livres

Blanche Neige de Benjamin Lacombe, Jacob Grimm et Wilhelm Grimm

couv58088826

Éditeur : Milan
Collection: Albums classiques

Pages : 48 pages
Parution : 28 Octobre 2010
Tome : 01/01
Format: Album
Genre: Conte

Lien Amazon

 

Synopsis:

Il était une fois, au coeur de l’hiver, une reine qui cousait à sa fenêtre. Par le cadre d’ébène, elle contemplait les flocons de neige qui voletaient dans le ciel, telles des plumes. Soudain elle se piqua le doigt, et trois gouttes de sang tombèrent sur la neige. Le rouge était si beau sur la blancheur éclatante qu’elle songea :  » Ah ! Si seulement j’avais un enfant à la peau blanche comme neige, aux lèvres aussi rouges que le sang et aux cheveux noirs d’ébène !  »

 

Mon avis:

J’ai bien aimé à travers cet album redécouvrir le conte des frères Grimm que l’on connait tous. Certes depuis le temps qu’il m’a été conté , j’avais un peu oublié comment l’histoire se déroulait. Cela me donne envie de me replonger dans ces classiques.

Concernant les illustrations, vous savez tous que je suis fan de Benjamin Lacombe. Hé bien encore une fois, j’ai été enchanté de découvrir cet ouvrage. Les dessins sont justes sublimes. Je vous invite à le découvrir, vous ne serez pas déçu.

4,5 étoiles

Littérature allemande (Allemagne), Livres, Young adult

Les brumes d’Avallach de Marah Woolf

couv5188107

Éditeur : Michel Lafon
Pages : 344 pages
Parution : 23 Octobre 2014
Tome : 01/01
Format: Broché
Genre: Jeunesse

Lien Amazon

 

Synopsis:

Après le décès de sa mère, Emma, dix-sept ans, quitte les États-Unis pour rejoindre la seule famille qui lui reste sur la petite île de Skye en Écosse. Là-bas, elle rencontre Calum, un étrange jeune homme. Tour à tour prévenant et glacial, il semble cacher un secret inavouable. Ce que l’adolescente ignore, c’est qu’en se rapprochant de lui elle les met tous les deux en danger de mort.
Emma découvrira que les légendes des brumeux Highlands sont plus réelles et dangereuses qu’elle ne l’aurait imaginé. Et qu’avec Calum ils sont peut-être le dernier espoir de deux mondes que tout oppose.

 

Mon avis: 

Participant à un challenge sur l’Ecosse, le titre et la couverture m’ont intrigués quand je les ai découvert, et j’ai finit par me le procurer lors d’une vente privé. Ce livre est une romance young adult avec un univers mythologique et de légendes.
Dès les premières pages, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Twilight une nouvelle fois. Oui ce n’est pas le premier roman à m’y faire penser! J’ai tout de même réussit à m’accrocher à l’intrigue et à me laisser envoûter par l’univers.

On fait la connaissance de Emma, une jeune adolescente américaine qui vient de perdre sa mère. N’ayant pas d’autre famille aux Etats-Unis et ne connaissant pas son père, elle est envoyé chez son oncle, en Ecosse, sur l’île de Skye. Elle prend rapidement ses marques et s’habitue à cette nouvelle vie et ses nouveaux paysages. Ensuite il y a le fameux Calum, un jeune homme beau, ténébreux et surtout mystérieux. Le coup de foudre a lieu, mais Emma a du mal à le cerner et comprend assez vite qu’il cache un lourd secret qu’elle veut à tout prix comprendre.

J’ai bien aimé au fil de la lecture toutes les références que fait l’auteur, que ce soit sur la mythologie ou la littérature. De nombreux classiques y sont cités. Les paysages et lieux sont très bien décrit, ce qui nous donnent vraiment envie de visiter cette île et découvrir ces villes. Le style de l’auteur est simple et fluide. Je dirais que heureusement qu’il y a ces références et descriptions, sinon cet ouvrage serait ennuyant avec seulement cette romance difficile. Ce livre qui m’a fait penser à Twilight au début, peut aussi faire penser à La petite sirène.

Même si ce livre n’est pas un coup de cœur, je suis curieuse de savoir la suite, puisqu’il s’achève de façon brute.

4 étoiles

Bande dessinée, Littérature allemande (Allemagne), Littérature belge (Belgique), Littérature coréenne (Corée du Sud), Livres

Sorcières, tome 1 : Bianca de Alexine, You et Elvire De Cock

Éditeur : Dupuis
Pages : 56 pages
Parution : 26 Mars 2010
Tome : 01/02
Format: Album
Genre: Fantastique

Lien Amazon

 

Synopsis:

Venise la Sérénissime est régie dans l’ombre par de riches familles… Et si le pouvoir de la plus puissante d’entre elles reposait sur les dons occultes de ses femmes ? L’une d’elle, Bianca, jeune fille à l’esprit libre, peut-elle dans le même temps affirmer son indépendance, protéger sa soeur Carmine et vivre au grand jour son amour pour Gabriele ?

 

Mon avis:

Cette BD est vraiment une belle découverte pour moi, je ne m’attendais pas en lisant le synopsis à aimer autant. Du coup je suis presque déçu de l’avoir laissée aussi longtemps dans ma PAL, mais contente d’avoir le tome 2 que je vais attaquer rapidement.

Passons à l’histoire. Dès les premières pages on fait la connaissance de Bianca et de sa sœur Carmine, ainsi que de la grand-mère qui les élève et qui protège énormément la petite dernière, au détriment de sa grande sœur. Et bien sûr il y a une raison, cette dernière est vouée à devenir une grande sorcière d’après la grand-mère et surtout d’après une prophétie. L’histoire est riche en rebondissement et sans temps mort. On n’a pas le temps de s’ennuyer et on dévore vraiment cette BD.
J’ai vraiment passée un bon moment dans les rues de Venise, à chercher à découvrir ce qui se trame derrière tous ces mystères.

Les dessins sont aussi très soignés et précis. De nombreux détails y sont présents, ce qui rend la lecture agréable et nous aide à imaginer les scènes.

En bref je vous recommande cette BD si vous voulez passer un bon moment riche en rebondissement.

3,5 étoiles

Films, Littérature allemande (Allemagne)

La Catin

la_catin

Studio : Elephant Films
Acteurs : Alexandra Neldel, Attila Árpa, Alexander Beyer, Thure Riefenstein, Thomas Morris
Réalisateurs : Hansjörg Thurn
Audio : Allemand, Français
Durée : 90 minutes
Sortie DVD : 19 Octobre 2011
Genre: Historique
Lien Amazon – Premier film
Lien Amazon – Trilogie

 

L’histoire:

Constance, 1414… À la veille de son mariage, rien ne prépare Marie au cataclysme qui va s’abattre sur son existence. Sa beauté, sa chasteté et sa dot la promettent au meilleur des partis. Amoureuse de Michel son ami d’enfance, elle souhaite s’établir à Cologne afin de vivre sa vie de manière indépendante. Mais son père, un riche marchand, en a décidé autrement. Selon sa volonté, elle épousera Maître Ruppertus Splendidus, jeune et brillant avocat, fils illégitime d’un noble local. Cette union lui permettra ainsi de devenir une noble et d’avoir accès à la cour. Mais lorsque Marie est calomniée, jetée en prison puis violée, le conte de fées tourne soudain au cauchemar… Jugée sommairement puis bannie, elle n’a d’autre solution pour survivre que de rejoindre un groupe de prostituées itinérantes. Rejetée avec ses compagnes d’infortune au ban de la société, Marie a cependant un atout qui l’aidera à surmonter toutes les épreuves : en elle, brûle le feu de la vengeance…

1300057_backdrop_scale_1280xauto

 

Mon avis :

La catin est inspirée du roman de Iny Lorentz. D’ailleurs sa trilogie a été entièrement adaptée au cinéma.

Plongé au Moyen Age, on suit l’histoire de Marie, une jeune bourgeoise de Constance. Jeune femme indépendante, elle a pour projet de créer son propre commerce. Malheureusement, elle est victime d’un complot mené par un noble et son bâtard envieux des biens de sa famille. Elle est ainsi accusée de prostitution et est condamnée au fouet et à l’exil. Afin de survivre, Marie n’a plus d’autres choix que de faire partie d’une communauté des prostituées qui veut bien l’accueillir. Elle ne garde tout de même qu’une chose en tête, revenir à Constance pour laver son honneur.

Même si le film est parfois un peu lent, il propose une bonne reconstitution du début du XVe siècle. On sent quand-même un budget assez faible, avec quelques erreurs. ça reste tout de même un bon film. Au niveau du casting, on retrouve Alexandra Neldel, que l’on a pu voir dans la série « Le destin de Lisa ».

Il existe deux films supplémentaires, qui reconstituent la trilogie de l’écrivaine. Mais je les ai trouvée en dessous de ce premier film, qui d’ailleurs ce suffit à lui même.

3,5 étoiles